Navigation – Plan du site

Le développement économique de la Corée du Sud depuis 1950

South Korea’s Economic Development since 1950
El desarrollo económico de Corea del Sur desde 1950
Dominique Barjot

Résumés

Depuis 1998, la Corée du Sud a rétabli sa position de façon spectaculaire. Quinzième puissance économique mondiale en 2010, elle connaît une croissance économique soutenue (+6,1 % d’augmentation du PNB en 2010) et un important excédent de sa balance de paiements. Elle demeure donc un modèle de développement, dont l’origine remonte aux années 1960. En dépit du lourd héritage de l’Occupation japonaise, puis de la guerre de Corée, la réorientation stratégique des années 1960 a permis, entre 1972 et 1979, le passage à une croissance auto-entretenue. L’économie coréenne a pu surmonter les défis des années 1980, la crise des années 1990 et demeurer compétitive dans les années 2000. En termes de compétitivité, elle se place au onzième rang mondial, grâce à ses gains de productivité, à la puissance de ses groupes (Samsung, LG, Hyundai, SK), à son effort de recherche-développement et ses investissements massifs dans l’enseignement supérieur.

Haut de page

Notes de l’auteur

La présente recherche a été soutenue par l’Academy of Korean Studies Grant (ASK -2009 -R -01)

Texte intégral

  • 1  Pour une vue d’ensemble: The Korean Overseas Information Service, Handbook of Korea, Seoul, Jung M (...)
  • 2 Suk–Joon Kim, The State and Korean Industrialization. A State Approach on the Korean Government and (...)

1Depuis 1998, la Corée du Sud a rétabli sa position de façon spectaculaire1. En 1996, elle se situait, par l’importance de son PNB, au huitième rang mondial. En 1998, elle tombe au quinzième, avec un PNB de 369,9 milliards de dollars, soit un PNB par tête de 7970 dollars. En 2006, elle est revenue en douzième rang mondial, avec un PNB de 856,6 milliards de dollars, soit un PNB par tête de 17590 dollars par habitant. Entre 1998 et 2006, le taux de croissance annuel moyen a été de +4,6 % par an en moyenne pour le PNB et de +4,3 % par an en moyenne pour le PNB par tête. Par conséquent, même si sa croissance s’est ralentie, la Corée du Sud demeure un modèle de développement, dont l’affirmation remonte aux années 19602. En dépit d’un lourd héritage, celui de l’occupation japonaise, puis de la guerre de Corée, la réorientation stratégique des années 1960 a permis, entre 1972 et 1979, le passage à une croissance auto-entretenue. L’économie coréenne a pu surmonter ainsi les nouveaux défis des années 1980, la crise des années 1990, et demeurer compétitive dans les années 2000.

1. Un lourd héritage : occupation japonaise, puis guerre de Corée

  • 3 Woo – Keun Han, traduction Kyung – Shik Lee, éditeur Grafton K. Mintz, The History of Korea, The Eu (...)

2Dès la fin du XIXe siècle, les ambitions impérialistes s’affirment vis-à-vis de la Corée3.

1. a. L’annexion de la Corée par le Japon entraîne de lourdes conséquences économiques et sociales

  • 4  Dominique Barjot (dir.), Les sociétés, la guerre, la paix, 1911 -1946, Paris, SEDES, 2003.

3En effet, l’annexion de la Corée entraîne de lourdes conséquences économiques et sociales. En 1875, le Japon oblige « le Royaume ermite » à s’ouvrir4. Puis la guerre sino-japonaise en 1894 aboutit au traité de Shimonoseki (1895), qui consacre la fin de l’influence chinoise en Corée. Suite à ce traité, en 1894, la Corée se déclare indépendante. Mais la guerre russo-japonaise de 1904-1905 laisse les mains libres au Japon, qui, en 1910, annexe la Corée.

4Les conséquences de cette annexion sont lourdes. Dès 1907, l’abdication de Gojong, Empereur de Corée, ouvre la voie à l’annexion, que précipite l’assassinat du Résident général Ito Hirobumi. Dès lors s’engage un début de modernisation doublé d’une répression brutale : 2 millions de Coréens partent alors pour la Mandchourie. Le gouvernement général japonais veut exploiter l’économie coréenne au profit du Japon : mainmise sur les finances et les domaines de l’Empereur Gojong, exploitation des forêts et de la pêche, colonisation le long des voies ferrées, introduction d’un régime des sociétés très favorable aux intérêts japonais, en particulier les zaibatsu, mise en place d’un système bancaire favorable aux intérêts japonais (Bank of Korea, Korea Industry Bank).

5Il s’ensuit une situation ambiguë : l’exploitation économique se double en effet d’une modernisation. Après la Première Guerre mondiale, cette exploitation économique se renforce. Pour se nourrir, le Japon détourne à son profit une part toujours plus grande de la production de riz coréenne. Il en résulte une dégradation terrible des conditions de vie dans les campagnes et dans les villes : les salaires coréens ne représentent que 50 % de ceux de leurs homologues japonais. En même temps, une industrialisation s’amorce, sous l’impulsion notamment du Gouverneur général Ugaki Kazunari, qui implante le coton dans le Sud. De plus, les industriels japonais manifestent un intérêt croissant pour la Corée : électricité (fondation de la Korea Electricity Company ou KEC), engrais chimiques, industries militaires et mines. Toutefois, la plupart des industries, sauf l’agro-alimentaire et les textiles, appartient aux Japonais. L’emploi industriel se développe : l’on compte 1,5 millions de travailleurs de l’industrie en 1945 contre 50 000 en 1911. Mais la mobilisation ne cesse de s’accroître au profit de l’économie de guerre : au 5 août 1945, plus de 4,1 millions de Coréens travaillent hors de leur pays d’origine, dont 1,26 millions au Japon.

Figure 1

Figure 1

Niveaux comparés d’industrialisation entre Corée du Sud et Corée du Nord (en % du total, en 1937).

Document auteur

1. b. La guerre de Corée brise l’effort de reconstruction

6La guerre de Corée brise l’effort de reconstruction. Elle s’accompagne d’un bilan très lourd. Les dommages s’avèrent très élevés : 150 000 morts, 250 000 blessés, 3 millions de disparus pour la seule Corée du Sud ; en Corée du Nord, les estimations vont jusqu’à un million de morts. Le conflit ruine la plupart des villes du sud, dont plus de 50 % du potentiel industriel est détruit.

Figure 2

Figure 2

Taux de destruction du capital productif selon les différentes branches industrielles (en % du total)

Document auteur

7L’économie peine à se redresser. Non seulement l’inflation et le chômage persistent, mais un retard important est pris dans l’essor des PME et du fait de la stagnation de l’industrie lourde. La faiblesse de la production s’accompagne alors de la multiplication des pénuries. Malgré l’énormité de l’aide américaine, la Corée du Sud ne se redresse pas avant 1957. Pourtant l’aide américaine représente, entre 1945 et 1961, 8 % du PNB, 64 % des investissements, et 70 % des importations sont américaines. En effet, la persistance de l’inflation et de la spéculation s’accompagne d’une aggravation du déficit tant commercial que budgétaire.

8La stabilisation ne survient que tardivement.

Figure 3

Figure 3

Les principaux indicateurs d’activité de l’économie coréenne : leur évolution de 1957 à 1960

Document auteur

9La reconstruction s’amorce après l’armistice de juillet 1953, avec l’intervention de la Foreign Office Administration – FOA –. Néanmoins les années 1957-1960 voient une stabilisation des prix, du taux de change et des finances publiques. Il s’ensuit de nouvelles conditions d’activité des entreprises : adoption de l’économie de marché, renforcement de la collaboration État-entreprise, en particulier autour des « trois blancs » (coton, sucre, farine).

2. Les années 1960 et 1970 : une réorientation stratégique

  • 5  Rang -Ri Park -Barjot, « Mondialisation et avantage concurrentiel. La percée internationale de Sam (...)

10Les années 1960 et 1970 voient une réorientation stratégique, marquée par la fin de la politique de substitution aux importations et la percée à l’exportation5.

2. a. Dans les années 1950, un dogme : la politique de substitution aux importations

11Celle-ci s’impose dans des domaines très divers : la pêche, l’industrie cotonnière par exemple. Elle s’accompagne de prêts aux entreprises et de la mise en place d’une organisation patronale. Cette politique peut s’imposer grâce au plan de reconstruction économique de 1953, défini par accord entre le gouvernement coréen et le délégué de la FOA, C. Tyler Wood. Elle a pour corollaire le rétablissement des relations économiques et commerciales entre le Japon et la Corée. Les bonnes relations subsistent de 1953 à 1955, date d’une nouvelle rupture des relations diplomatiques.

2. b. Dans les années 1960, un changement de modèle : d’abord une stratégie d’exportation

12Les années 1960 voient un changement de cap radical : la Corée du Sud opte alors pour une stratégie d’exportation. Ce tournant résulte de l’arrivée au pouvoir du général Park Chung Hee, survenue le 16 mai 1961. Le changement de ligne revêt quatre modalités :

  1. le vote de la loi anti-corruption du 14 juin 1961. Elle marque le début d’une épuration tournée contre les anciens fonctionnaires ;

  2. la création de l’Association des Entrepreneurs Coréens, en août 1961, dont Lee Byung Chull prend immédiatement la tête ;

  3. le lancement d’un projet de complexe sidérurgique à Ulsan, en janvier 1962. Il sera finalement inauguré en 1967 ;

  4. le rétablissement des relations diplomatiques avec le Japon, en 1966.

13Cette politique marque le point de départ d’une relance économique progressive.

Figure 4

Figure 4

Évolution des principaux indicateurs du développement économique dans les années 1960 (taux de croissance annuels moyens par période en %, en wons constants)

Document auteur

14Elle se traduit par :

  1. l’accélération de la croissance industrielle ;

  2. le ralentissement de l’inflation à partir du milieu des années 1960 ;

  3. une forte expansion des échanges extérieurs.

Figure 5

Figure 5

Le commerce extérieur de la Corée du Sud

Document auteur

  1. le commerce extérieur de la Corée du Sud se caractérise par un lourd déficit. Il tend cependant à s’affaiblir, surtout à partir de 1965, attestant d’un regain de compétitivité de l’économie coréenne ;

  2. le redressement du cours du won, toujours à partir de 1965. Dès lors la dépréciation du won par rapport au dollar se ralentit avec netteté.

2. c. De 1972 à 1979, passage à la croissance auto-entretenue

15Dès 1972, l’économie sud-coréenne engage son passage à la croissance auto-entretenue. Dans les années 1960-1970, la Corée du Sud connaît une formidable accélération du croît de son produit national brut : de 1962 à 1971, le taux de croissance annuel moyen du PNB s’élève à +8,8 %. C’est le résultat d’une industrialisation marquée : la part de l’agriculture au sein du PNB passe ainsi de 39,1 % en 1961 à 27,2 % en 1971. Ce processus s’appuie sur le développement de l’épargne nationale. En 1961 celle-ci ne couvre que 21,6 % de la formation brute de capital fixe nationale (en investissement brut national), mais 60,9 % en 1971. La Corée du Sud passe donc, sur le modèle classiquement défini par Walt Whitman Rostow, de la marche à la maturité à l’ère de la consommation de masse. La situation devient plus difficile dans les années 1970, en raison de deux chocs pétroliers et de trois crises monétaires majeures. Néanmoins la balance commerciale de la Corée du Sud parvient à demeurer excédentaire.

16De 1972 à 1979, l’expansion économique présente en effet tous les caractères d’une croissance auto-entretenue. Durant les IIIe et IVe Plans, la Corée du Sud parvient en effet à se doter d’une structure industrielle auto-suffisante. Le pays donne alors la priorité à l’autofinancement des investissements. Ceux-ci sont d’abord financés grâce à une politique d’exportation de biens fournis par l’industrie légère. Cette stratégie révèle ses limites vers 1970. Il faut désormais exporter de nouveaux types de biens et mettre en place une structure industrielle plus équilibrée. Le gouvernement s’engage à nouveau dans une politique de substitution aux importations fondée sur les industries lourdes et chimiques, mais aussi de développement de l’agriculture et de la pêche. Sur ce dernier point c’est un succès : à la fin des années 1970, la Corée du Sud devient auto-suffisante en riz. Surtout la balance des comptes devient excédentaire. Parallèlement, le gouvernement adopte une politique fiscale d’incitation au développement des nouvelles technologies.

17De la croissance instable, l’économie sud-coréenne passe donc progressivement à un développement plus équilibré. Dans un premier temps, la croissance économique apparaît très rapide, mais elle s’accompagne d’un déséquilibre intersectoriel. Ce déséquilibre revêt une double dimension : entre industries lourdes et industries légère d’une part, entre secteurs d’exportation et secteur tournés vers le marché intérieur de l’autre. Afin d’y faire face, le pays adopte une nouvelle politique de rééquilibrage au profit de l’agriculture (taux d’intérêt faibles, réglementation du prix du riz) et de soutien aux industries lourdes et de biens d’équipement.

Figure 6

Figure 6

Les principales créations d’industries stratégiques dans les années 1970

Document auteur

18Leur part s’accroît au sein de la structure industrielle, d’où l’apparition en fin de période de surcapacités de production.

19La réalité du développement économique paraît indéniable, malgré la crise de l’énergie et le recul du libre-échange. En effet la Corée du Sud tire bénéfice du premier boom pétrolier, grâce notamment à des investissements au Moyen-Orient (Arabie Saoudite). Avec un rythme de croissance de +10 % du PNB entre 1972 et 1978, le pays réduit son écart sur les États-Unis, le Japon et Taiwan.

Figure 7

Figure 7

Évolution comparée du Produit national brut par tête de la Corée du Sud, de Taiwan, du Japon et des États-Unis en 1971 et 1980 (en dollars US de 1996)

Document auteur

20La restructuration de l’économie progresse. Les exportations s’accroissent. Tel est le cas avec les téléviseurs noir et blanc, dont la Corée du Sud devient le premier producteur mondial en 1979.

Figure 8

Figure 8

Comparaison de la production de téléviseurs en noir et blanc des principaux pays producteurs (en millions d’unité par an)

Document auteur

21L’essor de l’épargne nationale favorise un taux de croissance très rapide des investissements : ceux-ci augmentent de +16 % par an en moyenne de 1972 à 1978, surtout au profit des industries minières et manufacturières.

22Néanmoins apparaissent de nouveaux problèmes. La politique de soutien aux agriculteurs représente un coût croissant pour le budget national. De même le gouvernement pratique une politique d’incitation fiscale aux industries de base, d’où l’expansion de la masse monétaire, l’augmentation du déficit budgétaire, l’inefficacité croissante des investissements, l’accélération de l’inflation et la perte de compétitivité à l’international. Une nouvelle période s’ouvre.

3. À partir des années 1980, une série de mutations

  • 6  Voir, pour l’ensemble de la période, « Bilan du Monde. La situation économique internationale », L (...)

23Vers 1980, surgissent de nouveaux défis internationaux : renaissance des États-Unis et du protectionnisme, crises financière majeure des pays en voie de développement (PVD)6. De fait, la crise de 1979-1980 en Corée du Sud oblige à une stabilisation.

3. a. Dans les années 1980, les nouveaux défis

24L’économie coréenne nécessite alors un réajustement structurel. En effet, la Corée du Sud perd de sa compétitivité face à de nouveaux concurrents. D’une façon plus générale, les « dragons » (Corée du Sud, Hong Kong, Singapour, Taiwan) sont de plus en plus concurrencés par les « tigres » (Indonésie, Malaisie, Philippines, Thaïlande) et, même, déjà les économies en transition (Chine, Vietnam, etc.). De surcroît, l’année 1980 se révèle particulièrement difficile, avec une chute de -4,9 % du PNB, un déficit budgétaire égal à 9 % de ce même PNB, et un rythme de hausse des prix de +25 % par an en moyenne. La situation ne peut être rétablie qu’au début de 1982, d’où un ralentissement de la croissance durant la première moitié de la décennie. Trois facteurs y contribuent : la chute du dollar, la chute des prix du pétrole et la baisse du taux de change. Dû surtout aux effets du second choc pétrolier, ce ralentissement frappe le BTP et les constructions navales, dont l’essor se ralentit alors.

Figure 9

Figure 9

Taux de croissance annuels moyens du PIB de la Corée du Sud (en %)

Document auteur

25Sous le choc, l’économie sud-coréenne se réoriente vers l’automobile, l’électronique et la recherche-développement, tout en amorçant sa délocalisation.

26La Corée du Sud s’engage dans la voie d’une politique de stabilisation, laquelle caractérise la période 1980-1987. Cette énergique politique s’impose du fait de la hausse très forte des prix des années 1979, 1980 et 1981. Il s’agit alors de favoriser la concurrence afin de stimuler la compétitivité, à travers la création d’un Comité de coordination de la politique industrielle et grâce au passage d’une régulation directe par le crédit à une régulation indirecte par les réserves obligatoires et le réescompte. Cette politique conduit à une stabilisation des prix de détail : le taux d’inflation chute de +28,8 % en 1980 à +2,3 % en 1984. La chute est plus spectaculaire encore pour le prix de gros : en 1986, il y a même baisse des prix. Il s’ensuit de 1986 à 1989 un excédent de la balance des comptes.

27La croissance demeure fragile cependant, pour quatre raisons :

  1. une dérégulation financière (taux de l’intérêt) trop faible et trop tardive ;

  2. l’absence d’autorisation à l’anonyme des transactions financières ;

  3. le manque d’aide aux secteurs en difficultés ;

  4. la faiblesse des efforts en faveur de plus de justice sociale, même si la période voit une progression du pouvoir d’achat.

28La fin des années 1980 voit un renouveau marqué. Il s’explique par l’excédent persistant de la balance des comptes et une croissance industrielle très soutenue.

Figure 10

Figure 10

Taux de croissance annuels moyens de la production industrielle (en %)

Document auteur

29La favorisent trois facteurs internationaux : la faiblesse du dollar, le bas niveau des prix du pétrole et la pratique de taux d’intérêt bas.

30Il s’ensuit d’abord une augmentation sensible de la part du secteur manufacturier au sein du PNB.

Figure 11

Figure 11

Évolution de la structure de la production ( % du total aux prix courants)

Document auteur

31Corrélativement, l’économie se libéralise. Des textes traduisent cette évolution : le Fair Trade Act (1986), qui met fin aux pratiques et réglementations restrictives, et les lois sur le travail (1987).

  • 7  Notamment : Rang-Ri Park-Barjot, Samsung. L’œuvre d’un entrepreneur hors pair. Byung Chull Lee, Pa (...)

32Le système des chaebols s’adapte au contexte nouveau7. En premier lieu, ces conglomérats se diversifient vers le secteur financier. Ils bénéficient de la privatisation des banques publiques, au cours du Ve Plan, de 1982 à 1986. En la matière, Samsung mène une politique plus prudente et équilibrée que ses principaux concurrents, Hyundai et Daewoo. En second lieu, ils se tournent vers les industries de pointe. Durant le VIe Plan (1987-1992), la recherche-développement et les industries de pointe se développent. Les secteurs concernés sont les semi-conducteurs, la chimie de haute précision, l’informatique, la biotechnologie et l’aérospatiale. Hyundai s’oriente ainsi vers la télévision par câble, tandis que Samsung opte d’abord pour les semi-conducteurs. En troisième lieu, les chaebols internationalisent leur activité. Après une phase de repli au profit du marché intérieur dans la première moitié des années 1980, ils s’engagent dans la voie d’une internationalisation plus globale, sous l’effet des pressions américaines et européennes en vue de l’ouverture du marché coréen, de la réévaluation du won ainsi que de la hausse brutale des salaires et des prix fonciers. Cette réorientation s’effectue à la fois en direction des pays industrialisés, où les gouvernements accordent des subventions publiques à la création d’emplois (France, Irlande, Royaume-Uni), et des PVD (Brésil, Chine, Vietnam, Europe de l’Est). En quatrième et dernier lieu, les implantations géographiques évoluent. L’organisation de parcs industriels s’accompagne d’une amorce de décentralisation industrielle en direction du Sud-ouest. À l’instar du complexe industriel d’Ulsan (Hyundai), la localisation s’opère sur la base de la concentration sectorielle : le sidérurgiste Posco s’installe ainsi à Pohang.

3. b. La crise des années 1990 : un choc brutal, mais salutaire ?

33De 1987 à 1997, l’économie connaît une relance spectaculaire.

Figure 12

Figure 12

Évolution du taux de croissance annuel moyen du produit national brut (en %)

Document auteur

  • 8  Dominique Barjot, « Globalization-La Mondialisation », Entreprises et Histoire, n° 32, 2003.

34Cette reprise se trouve favorisée par un changement de l’environnement national et international8. À l’international jouent notamment la Perestroïka, puis la dislocation de l’URSS, de 1985 à 1991 et la substitution de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) à l’ancien GATT (General Agreement on Trade and Trafic). À l’échelle de la nation se succèdent l’élection du général Roh Tae Woo comme Président de la République (1987), les Jeux Olympiques de Séoul (1988), l’adhésion des deux Corées à l’ONU (1991), l’élection d’un premier président civil (1993) et l’adhésion de la Corée du Sud à l’OMC (1995). Il s’ensuit une croissance économique soutenue, caractérisée par un fort excédent de la balance commerciale, à quoi s’ajoute l’effet positif des Jeux Olympiques. L’industrie coréenne s’adapte : déclin relatif de l’industrie légère par rapport à l’industrie lourde ; relais de l’industrie lourde par l’informatique et les télécommunications ; internationalisation accrue des entreprises coréennes ; introduction de nouvelles méthodes de gestion.

  • 9  Jean-Jacques Pluchart, La crise coréenne grandeur et décadence d’un modèle de performance, Paris, (...)

35Survient la crise, brutale, de 19979. Elle part de l’effondrement de la devise thaïlandaise. La Corée du Sud est rapidement touchée. L’on entrevoit à l’époque la fin du miracle asiatique, en raison de la conjonction de facteurs négatifs : une spéculation, une libéralisation trop rapide des marchés sous la pression du FMI, des carences institutionnelles et une corruption criantes. Dans le cas de la Corée du Sud, les facteurs de la crise ne résident pas d’abord dans l’effet d’enchaînement des crises, ni dans la défaillance du système financier coréen. Ils tiennent d’abord aux faiblesses des chaebols : leur endettement excessif et leur manque de compétitivité. Quand le FMI impose un relèvement brutal de ses taux d’intérêts, les banques étrangères refusent de renouveler leurs prêts à court terme reconductibles, d’où l’effondrement des chaebols.

36Le redressement s’engage pourtant assez vite. Il s’opère dans trois directions : la poursuite d’une politique fondée sur l’exportation, le renforcement de la compétitivité dans des secteurs à forte intensité capitalistique (sidérurgie, constructions navales, automobile, électronique et semi-conducteurs, etc.), l’orientation vers les nouvelles technologies de l’information et l’investissement en matière grise. La Corée du Sud les combine tous trois avec succès. Samsung en fournit un bon exemple. À partir de 1997, le groupe connaît une spectaculaire reprise de la croissance.

Figure 13

Figure 13

Taux de croissance annuels moyens du groupe Samsung pour chacune des périodes considérées (en %)

Document auteur

37Cette reprise concerne les exportations, mais aussi la productivité du travail et, plus encore, le résultat net. Samsung adopte alors un mode de gestion à l’occidentale autour de trois principes : la gestion de la qualité totale, la globalisation de son champ d’action stratégique par délocalisation dans soixante-cinq pays et la réingénierie, c’est-à-dire la synergie processus, systèmes et compétences.

3. c. Une adaptation progressive

  • 10  Voir à nouveau, pour l’ensemble de la période, « Bilan du Monde. La situation économique internati (...)

38La reprise demeure fragile, non sans s’accompagner cependant d’une adaptation progressive10. De 1998 à 2000, la reprise apparaît incertaine. En 1998, le Produit intérieur brut (PIB) connaît une contraction forte : -5,8 %. Le nombre de chômeurs triple (8,4 % de la population active), tandis que la consommation nationale se réduit de 20 %, que la demande automobile s’effondre (-60 %) et que les investissements chutent (-35 %). Mais des éléments encourageants se manifestent. Le dynamisme des exportations contraste avec la chute des importations (-33 %). Les prix des matières premières diminuent, tandis que le won remonte, de même que les réserves en devises. Enfin une politique de restructuration s’engage : il s’agit de forcer les chaebols à se recentrer sur leurs métiers de base et les banques, à apurer leurs créances douteuses.

391999 voit un rebond, avec une croissance de +8,6 % du PNB. Il s’explique par la reprise des investissements et de la consommation ainsi que par une accélération des exportations. La restructuration financière progresse plus vite que la restructuration industrielle, comme l’atteste la quasi-faillite de Daewoo, le second conglomérat sud-coréen. La reprise, soutenue par une forte baisse des taux d’intérêt, des dépenses publiques et la dévaluation de 1997, ne dispense cependant pas la Corée de réformes structurelles. En 2000, se produit une forte décélération : le PNB sud-coréen n’augmente plus que de 2 %, en dépit du dynamisme persistant des exportations (+25 %). Y contribuent le ralentissement de la consommation et des investissements. Alors même que les entreprises ont de plus en plus de mal à trouver des financements externes, la Corée du Sud dépend de plus en plus des investissements étrangers. L’économie demeure donc fragile, notamment les banques. Les difficultés du crédit menacent la solvabilité d’un quart du tissu industriel : en dehors même de la faillite de Daewoo, Hyundai traverse une grave crise de financement, en particulier sa filiale Hyundai Engineering & Construction. Néanmoins, le taux de chômage n’est plus que de 4 %.

40De 2001 à 2004 se développe une reprise temporaire. En 2001, en effet, la Corée du Sud apparaît moins vulnérable que ses concurrents asiatiques à la contraction du marché américain. Le PNB s’accroît de +5,1 %, soutenu par un dynamisme fragile de la consommation privée. Certes, à partir du 11 septembre, les exportations chutent (-20 % par rapport à 2000), sauf pour l’automobile, les constructions navales et la téléphonie mobile. Au total, les exportations représentent encore 38 % du PNB. Certes les investissements se contractent, d’où des inquiétudes pour l’emploi (3 % de chômeurs). Mais l’on relève aussi des éléments positifs : l’excédent commercial dépasse 40 %. De plus, la Corée du Sud opère une percée en Chine et en Asie autour de trois secteurs porteurs : automobile, constructions navales et électronique.

41En 2002, la Corée du Sud demeure le pays asiatique le plus performant avec un taux de croissance annuel moyen du PNB de + 5,5 %. Production industrielle (+8,5 %) et exportations (+26 %) portent la croissance. Quelques inquiétudes subsistent cependant : dépendance par rapport à la conjoncture américaine, risque de « bulle » du crédit à la consommation et effets plutôt décevants de la Coupe du Monde de football, nonobstant la bonne performance de l’équipe nationale (demi-finales). La principale préoccupation demeure toutefois le système de crédit. Malgré l’apurement des mauvaises créances des banques, celles-ci ont trop favorisé le crédit à la consommation et au logement, d’où un endettement élevé des ménages. L’emploi demeure cependant satisfaisant (2,9 % de chômeurs seulement).

42En 2003, se produit un fort ralentissement, marqué par une contraction du PNB (-1 %). L’arrivée au pouvoir, presque par accident, du Président Roh Moo-Hyun provoque une crise de confiance. Scandales et tensions avec la Corée du Nord s’ajoutent aux insuffisances de la consommation intérieure et au fait que les banques n’ont pas encore apuré toutes les mauvaises créances. Néanmoins, la production industrielle reprend à un rythme soutenu, grâce à l’essor des exportations (+26 %). En dépit de l’importance des grèves (47 jours chez Hyundai Motor), l’industrie se trouve portée par l’expansion de la production des semi-conducteurs et des équipements de consommation. 2004 voit de ce fait une légère reprise : le PNB augmente de +1,4 % par an en moyenne.

43De 2005 à 2007, la croissance de l’économie sud-coréenne tend à devenir plus stable. En effet, 2005 constitue une année de reprise progressive et significative : le PNB progresse alors de +3,8 %. Cette performance tient à deux facteurs : la relance de la consommation des ménages (43 % du PNB), au contraire des années 2003 et 2004 ; le ralentissement moins fort que prévu des exportations (33 % du PNB). Il convient cependant de nuancer la bonne santé économique de la Corée du Sud : les investissements des entreprises demeurent faibles et la relance des dépenses publiques entraîne, pour elles, un déficit égal à 1 % du PNB en l’absence de hausse des impôts.

44En 2006, la croissance s’accélère : le PNB progresse de +4,9 %. Malgré les difficultés du Président Roh Moo-Hyun, le pays bénéficie des performances des chaebols à l’exportation (+12,9 % pour les exportations nationales), qui permettent à la Corée du Sud de se hisser au rang de onzième exportateur mondial, et de la force du won par rapport au dollar. Des craintes commencent cependant à se manifester : l’immobilier se ralentit en raison des mesures anti-spéculatives adoptées par le gouvernement ; de plus, ce dernier doit limiter les augmentations salariales en raison de la hausse du won et des prix du pétrole.

452007 marque un changement politique avec l’élection du Président Lee Myung Bak. Si la perspective de cette élection conduit Roh Moo -Hyun à accélérer les pourparlers avec le Nord, le Grand Parti National modifie la position de la Corée du Sud par rapport à son homologue du Nord : désormais l’économique passe au premier plan. La croissance du PNB demeure soutenue (+4,5 %). Si la force du won n’a pas affecté la croissance des exportations (40 % de cette croissance, avec une augmentation de +11 % au cours de l’année). Toutefois, la consommation des ménages est redevenue le premier moteur de la croissance (45 % du total) et le chômage demeure faible (3,3 % pour 2007). S’engage alors la négociation d’une série d’accords de libre-échange, favorisés par l’amélioration de la compétitivité des entreprises et le début d’une politique de dérégulation, elle-même motivée par le soutien de la croissance.

46Ces mutations conjoncturelles masquent des restructurations de fond. La crise du système des chaebols précipite l’évolution de l’économie coréenne vers le modèle de la grande entreprise multidivisionnelle et managériale de type américain. En même temps les chaebols opèrent un recentrage majeur : Hyundai se concentre sur l’automobile, les constructions navales, la construction et l’ingénierie, Samsung sur l’électronique, les activités financières et l’ingénierie, LG sur l’électronique grand public pour l’essentiel. De tous les secteurs, c’est peut être l’automobile qui voit les restructurations les plus complètes : faillite de Daewoo, passée dans le giron de General Motors, abandon par Samsung de son secteur automobile à Renault, concentration autour de Hyundai, qui rachète Sangyong, puis Kia, et s’impose ainsi comme l’un des plus grands constructeurs mondiaux.

Conclusion : la Corée du Sud, treizième puissance mondiale

  • 11  Voir « L’État du Monde 2009 », Capital, décembre 2008.

47En 2007, la Corée du Sud se classait au treizième rang mondial en termes de Produit intérieur brut11.

Figure 14

Figure 14

Les quinze principales puissances mondiales par le montant de leur PIB en 2007 (en milliards de dollars)

Document auteur

48Il est probable que la Corée du Sud maintienne son rang en 2050, en dépit de la montée des puissances émergentes (Chine, Inde, Brésil, Mexique, Russie, Indonésie, peut-être Nigeria), du fait du déclin relatif de l’Amérique du Nord et de l’Europe (elle devrait passer devant l’Italie, l’Espagne et le Canada).

49Bénéficiaire du quinzième fonds souverain mondial (KIC, en 2008), elle se situait, en 2007 au trente-et-unième rang mondial en ce qui concerne le revenu national par tête.

Figure 15

Figure 15

Le revenu par habitant des grandes puissances en 2007 (en parité de pouvoir d’achat)

Document auteur

50En termes de compétitivité, la Corée du Sud se plaçait, en 2008, au onzième rang mondial, précédée notamment par les États-Unis, l’Allemagne, le Japon et le Royaume-Uni, mais devant le Canada, la France, l’Australie, l’Espagne, l’Italie et les grands pays émergents, y compris la Chine et l’Inde. De plus, sur la période 2000-2007, la Corée du Sud se situait au premier rang des pays industriels avancés en termes de gain de productivité du travail devant la Suède, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis. Elle tirait bénéfice de la longueur de la durée du travail (2165 heures travaillées par salarié à temps plein et par an en 2007 contre 1559 en France), de la relative faiblesse des prélèvements obligatoires (25,5 % du PIB en 2005 contre 44,1 % en France) et de la puissance de ses groupes.

Figure 16

Figure 16

Les plus grandes firmes coréennes en 2007

Document auteur

51Un autre atout majeur de la Corée du Sud réside dans l’importance de l’effort de recherche-développement. Elle se situe au sixième rang mondial par le niveau de ses dépenses (dernière les États-Unis, le Japon, la Chine, l’Allemagne et la France), mais en pourcentage du PNB, la Corée du Sud passe au cinquième (avec 2,99 % en moyenne de 2000 à 2005 contre 3,18 % au Japon, 2,68 % aux États-Unis et 2,13 % en France). Cette recherche est pour l’essentiel d’origine privée (23,1 % de dépenses publiques contre 38,4 % en France, 29,3 % aux États-Unis et 16,2 % au Japon). Par le nombre de chercheurs, elle se situe au septième rang mondial, mais au troisième (derrière le Japon et les États-Unis) pour le nombre de brevets déposés. Enfin, elle se place, en 2008, à la troisième place au sein de l’OCDE par l’importance des financements accordés à l’enseignement supérieur (derrière les États-Unis et le Canada, mais devant le Japon, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne). Au total, le pays dispose de solides atouts pour rebondir après la crise actuelle, comme le montrent le rôle joué par elle au G20, son récent succès face à la France à Abu Dhabi en matière de centrales nucléaires ou le fait qu’elle soit, en 2009 et 2010, le cinquième pays du monde par l’importance de son excédent commercial derrière la Chine, l’Allemagne, le Japon et les Pays-Bas.

Haut de page

Notes

1  Pour une vue d’ensemble: The Korean Overseas Information Service, Handbook of Korea, Seoul, Jung Moon Sa Printing Co. Ltd., Korea, 1978, 12e édition, 2003; Dominique Barjot, Rang -Ri Park-Barjot(dir.), « Aux origines du miracle coréen », Conflits Actuels, n° 22, 2008 -2 ; Flora Blanchon, Rang –Ri Park -Barjot (dir.), Le nouvel âge de Confucius, Paris, PUPS, 2007.

2 Suk–Joon Kim, The State and Korean Industrialization. A State Approach on the Korean Government and Development Policies, The Eul-Yoo Publishing Company, Seoul, 1992; Hyng – Koo Lee, The Korean Economy. Perspectives of the Twenty-first Century, State University of New York Press, Albany, États-Unis, 1996; Byun – Nak Song, The rise of the Korean Economy, Oxford, Oxford University Press, 1997; In – Joung Whang, Economic Transformation of Korea, 1945 -95: Issues and Responses, The Sejong Institute, Seoul, Korea, 1997.

3 Woo – Keun Han, traduction Kyung – Shik Lee, éditeur Grafton K. Mintz, The History of Korea, The Eul-Yoo Publishing Company, Seoul, Korea, 1970, 33e édition, 1997.

4  Dominique Barjot (dir.), Les sociétés, la guerre, la paix, 1911 -1946, Paris, SEDES, 2003.

5  Rang -Ri Park -Barjot, « Mondialisation et avantage concurrentiel. La percée internationale de Samsung (1953-1986) », in Revue Économique, vol. 58, n°  1, janvier 2007, p. 231-258.

6  Voir, pour l’ensemble de la période, « Bilan du Monde. La situation économique internationale », Le Monde, années 1977-2008.

7  Notamment : Rang-Ri Park-Barjot, Samsung. L’œuvre d’un entrepreneur hors pair. Byung Chull Lee, Paris, Economica, 2008.

8  Dominique Barjot, « Globalization-La Mondialisation », Entreprises et Histoire, n° 32, 2003.

9  Jean-Jacques Pluchart, La crise coréenne grandeur et décadence d’un modèle de performance, Paris, L’Harmattan, 1999.

10  Voir à nouveau, pour l’ensemble de la période, « Bilan du Monde. La situation économique internationale », Le Monde, années 1977-2008.

11  Voir « L’État du Monde 2009 », Capital, décembre 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Niveaux comparés d’industrialisation entre Corée du Sud et Corée du Nord (en % du total, en 1937).
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-1.png
Fichier image/png, 232k
Titre Figure 2
Légende Taux de destruction du capital productif selon les différentes branches industrielles (en % du total)
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-2.png
Fichier image/png, 172k
Titre Figure 3
Légende Les principaux indicateurs d’activité de l’économie coréenne : leur évolution de 1957 à 1960
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-3.png
Fichier image/png, 249k
Titre Figure 4
Légende Évolution des principaux indicateurs du développement économique dans les années 1960 (taux de croissance annuels moyens par période en %, en wons constants)
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-4.png
Fichier image/png, 148k
Titre Figure 5
Légende Le commerce extérieur de la Corée du Sud
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-5.png
Fichier image/png, 148k
Titre Figure 6
Légende Les principales créations d’industries stratégiques dans les années 1970
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-6.png
Fichier image/png, 283k
Titre Figure 7
Légende Évolution comparée du Produit national brut par tête de la Corée du Sud, de Taiwan, du Japon et des États-Unis en 1971 et 1980 (en dollars US de 1996)
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-7.png
Fichier image/png, 160k
Titre Figure 8
Légende Comparaison de la production de téléviseurs en noir et blanc des principaux pays producteurs (en millions d’unité par an)
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-8.png
Fichier image/png, 177k
Titre Figure 9
Légende Taux de croissance annuels moyens du PIB de la Corée du Sud (en %)
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-9.png
Fichier image/png, 88k
Titre Figure 10
Légende Taux de croissance annuels moyens de la production industrielle (en %)
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-10.png
Fichier image/png, 107k
Titre Figure 11
Légende Évolution de la structure de la production ( % du total aux prix courants)
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-11.png
Fichier image/png, 199k
Titre Figure 12
Légende Évolution du taux de croissance annuel moyen du produit national brut (en %)
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-12.png
Fichier image/png, 128k
Titre Figure 13
Légende Taux de croissance annuels moyens du groupe Samsung pour chacune des périodes considérées (en %)
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-13.png
Fichier image/png, 202k
Titre Figure 14
Légende Les quinze principales puissances mondiales par le montant de leur PIB en 2007 (en milliards de dollars)
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-14.png
Fichier image/png, 254k
Titre Figure 15
Légende Le revenu par habitant des grandes puissances en 2007 (en parité de pouvoir d’achat)
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-15.png
Fichier image/png, 301k
Titre Figure 16
Légende Les plus grandes firmes coréennes en 2007
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/899/img-16.png
Fichier image/png, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Barjot, « Le développement économique de la Corée du Sud depuis 1950 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 02 décembre 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/899 ; DOI : 10.4000/framespa.899

Haut de page

Auteur

Dominique Barjot

Professeur d’Histoire économique contemporaine, Université Paris-Sorbonne (Paris IV). dominique.barjot@paris-sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org