Navigation – Plan du site

Le moment Atlantique de la dynastie des Winthrop au XVIIe siècle

The Atlantic Moment of the Winthrop Dynasty in the Seventeenth Century
El período atlántico de la dinastía de los Winthrop en el siglo xvii
Lauric Henneton

Résumés

À travers le cas de la dynastie des Winthrop, cet article retrace les étapes successives de l’expansion d’une famille anglo-américaine dans un espace atlantique encore embryonnaire au milieu du xviie siècle, un processus que l’on peut qualifier d’atlantisation. La fratrie Winthrop (les fils du gouverneur John Winthrop) ainsi que leur oncle Emmanuel Downing parviennent à constituer un réseau s’étendant de la Nouvelle-Angleterre aux Antilles et aux Iles Britanniques, avec des ramifications dans les îles de l’Atlantique oriental (les « Wine Islands ») et sur les côtes africaines (« Guinea »). Cependant, malgré cette configuration réellement « atlantique » (polygonale et évolutive) et non seulement transatlantique (bipolaire), à la Restauration des Stuart, les bouleversements politiques et une succession de décès entraîneront un processus inverse de désatlantisation, alors même que le commerce atlantique semble se développer. Au-delà de la dimension commerciale, cette communication envisage la multiplicité des Atlantiques de la dynastie Winthrop, avec une superposition de dimensions familiale, diplomatique, impériale, missionnaire et scientifique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La « France antarctique » au Brésil et la Floride huguenote, ainsi que Roanoke, côté anglais.

1Avec la proclamation de l’Édit de Nantes, la paix de Vervins et la mort de Philippe ii, l’année 1598 fut un tournant à plus d’un titre. Dans l’étude de l’espace atlantique, le xviie siècle a pour principal intérêt de marquer la fin effective du monopole ibérique, même si celui-ci avait été contesté à la fois par des entreprises corsaires et par quelques tentatives d’implantation françaises et anglaises, toutes infructueuses1. Le premier tiers du xviie siècle vit la mise en place progressive d’un échiquier à la dimension du bassin atlantique, rendu plus complexe qu’auparavant du fait de l’installation désormais pérenne d’établissements anglais (baie de la Chesapeake, Nouvelle-Angleterre et Antilles), français (Acadie, vallée du Saint-Laurent et Antilles), néerlandais (Antilles, embouchure et vallée de l’Hudson, Brésil) et enfin suédois à l’embouchure de la Delaware (1638-1655).

  • 2 Notamment April Hatfield, Atlantic Virginia: Intercolonial Relations in the Seventeenth Century, Ph (...)

2Cette nouvelle dimension impliquait la présence de populations nouvelles, de productions nouvelles et de nouveaux besoins et, par conséquent, de nouveaux flux commerciaux entre les établissements coloniaux et les métropoles, mais également entre les différents points d’un espace atlantique en construction (notamment un commerce intercolonial longtemps sous-estimé)2.

  • 3 « Roundtable Conference: The Nature of Atlantic History », Itinerario, 23, n° 2, 1999, p. 48-173; J (...)

3L’insertion des Anglais dans l’espace atlantique ne doit pas pour autant conduire à parler d’un « Atlantique anglais » qui masquerait la richesse des échanges et des contacts avec les possessions d’autres nations européennes, mais également les métropoles elles-mêmes3. La configuration de Saint-Christophe, partagée entre Français et Anglais et souvent visitée par les navires néerlandais, est un excellent exemple de l’absurdité d’un tel découpage national : l’île fait-elle partie de l’Atlantique anglais ou de l’Atlantique français ? À moins qu’elle entre dans un Atlantique néerlandais plus large qui comprendrait les zones d’échanges des marchands des Provinces-Unies... Si l’on s’en tient à la décennie 1640, quand la Nouvelle-Angleterre se lance dans un commerce clairement « atlantique » (par opposition à transatlantique), elle entretient des échanges avec ses voisins immédiats – Acadie et Nouvelle-Amsterdam –, mais aussi avec la Virginie, les Antilles, les Îles atlantiques portugaises et espagnoles (Madère, Açores, Canaries, Cap-Vert), avec l’Espagne (Bilbao et Malaga), avec un certain nombre de ports français (Bordeaux, Nantes, Saint-Malo et probablement La Rochelle) et évidemment avec l’Angleterre et principalement Londres.

4Le xviie siècle pose à l’historien des problèmes matériels qui rendent souvent illusoire toute tentative de quantification dans le domaine commercial : dans un contexte de mise en place de colonies très diverses, la tenue des registres était loin d’être systématique et les outrages du temps (et du climat) ont contribué à rendre encore plus lacunaires ces archives déjà moins nombreuses qu’au siècle suivant.

  • 4 Nous utiliserons ci-après les abréviations suivantes : MHSC pour Massachusetts Historical Society C (...)

5La famille Winthrop présente l’avantage de posséder un patronyme facile à identifier, limitant de ce fait les risques de confusions. Par ailleurs, pour le xviie siècle, ses archives sont relativement abondantes, même si elles restent lacunaires ; elles portent sur plusieurs générations et ont fait l’objet de publications scrupuleuses tant dans la deuxième moitié du xixe qu’au cours du xxe siècle, sous le titre de « Winthrop Papers ». Les quelques volumes des Collections et des Proceedings de la Massachusetts Historical Society, suivis par les six volumes publiés entre 1929 et 1992, constituent un corpus remarquable de plusieurs centaines de lettres et autres documents, complétés notamment par l’unique volume d’archives notariales dont on dispose pour le Massachusetts du xviie siècle, et qui concerne les années 1644-1651. Enfin, l’intense piété familiale témoignée à cette dynastie fondatrice a suscité des travaux généalogiques qui font suffisamment autorité pour être considérés comme fiables4.

6Si la dynastie Winthrop appartient à une élite plus politique que commerciale, ses membres occupèrent pourtant une place centrale dans de nombreuses activités et dans des réseaux très diversifiés, ce qui permet de parler d’un millefeuille atlantique regroupant des dimensions d’échanges allant de la diplomatie et du commerce aux affaires familiales et aux considérations scientifiques ou, si l’on joue sur la polysémie du terme, spéculatives.

  • 5 Francis J. Bremer, John Winthrop: America’s Forgotten Founding Father, Oxford et New York, Oxford U (...)
  • 6 Robert C. Black, The Younger John Winthrop, New York, Columbia University Press, 1966; Samuel E. Mo (...)
  • 7 Voir notamment Richard Dunn, Puritans and Yankees: The Winthrop Dynasty of New England, 1630-1717, (...)
  • 8 Le seul membre de cette fratrie à qui une étude fut consacrée est Samuel Winthrop : Larry D. Gragg, (...)

7Son représentant le plus illustre, John Winthrop (1588-1649), fut à de nombreuses reprises le gouverneur du Massachusetts, au point d’en être le gouverneur emblématique, voire pour son biographe le plus récent (ou en tout cas pour sa maison d’édition), le « père fondateur oublié de l’Amérique5 ». Son fils aîné John, dit « Jr » ou John « le jeune » (1606-1676), le plus polyvalent de la famille, fut ambassadeur de sa colonie, gouverneur, entrepreneur infatigable et membre fondateur de la Royal Society de Londres6. Ses deux fils Fitz-John et Wait-Still furent respectivement gouverneurs du Connecticut et du Massachusetts au tournant du dix-huitième siècle7. John Jr faisait, en outre, partie d’une fratrie relativement nombreuse qui se trouva un temps dispersée autour du bassin atlantique8.

8La trajectoire familiale des Winthrop est surprenante dans la mesure où à une phase assez rapide d’atlantisation (1645-1660), quand des membres de la famille se trouvèrent dispersés à divers points de l’espace atlantique tout en gardant des liens notamment épistolaires, suivit une phase inverse et tout aussi rapide de dislocation de cette nouvelle configuration atlantique et de ses liens, une forme de provincialisation que l’on peut qualifier en miroir de désatlantisation.

9De ce fait, l’Atlantique ne peut pas réellement être utilisé comme un outil de promotion sociale et économique à l’échelle familiale, si ce n’est pendant le très bref « moment atlantique » au cours des années 1650, pendant les quelques années où le protectorat cromwellien utilisa volontiers les anciens de Nouvelle-Angleterre comme cadres d’une administration purifiée. Avant cette période, il n’existait pas de véritable infrastructure impériale centralisée dont les rouages auraient pu être mis à profit dans le cadre de stratégies familiales. Après la restauration de la monarchie et des Stuart (1660), l’intégration impériale fut très progressive et c’est seulement après la Glorieuse révolution que l’Empire désormais britannique (après 1707) fournit l’appareillage nécessaire à de telles stratégies. Les pages qui suivent ont donc pour ambition de retracer l’atlantisation de la famille Winthrop, parallèle à celle du commerce de la Nouvelle-Angleterre, puis sa désatlantisation, paradoxalement à rebours de l’explosion commerciale qui accompagna la seconde moitié du xviie siècle.

L’atlantisation des Winthrop : une première phase d’expansion (1588-1629)

  • 9 Michael McCarthy-Morrogh, The Munster Plantation: English Migration to Southern Ireland (1583-1641)(...)
  • 10 Francis Bremer, op. cit., p. 72-73, 98; Robert Black, op. cit., p. 18-23; WP 1, p. 280-81.

10Bien avant de se projeter dans l’espace atlantique, la famille Winthrop s’était tournée vers les horizons alors relativement lointains, puisque l’oncle de John Winthrop « père », également prénommé John, avait accompagné d’autres puritains anglais dans la province de Munster, dans les années 1590, lors de ce qui constitua un prélude à l’expansion coloniale anglaise, un tremplin vers l’Atlantique9. Plus tard, sa sœur cadette Lucy épousa Emmanuel Downing, un Anglo-Irlandais avec qui elle s’installa plusieurs années à Dublin. Son propre fils, plutôt que d’étudier à Cambridge comme lui, avait fait ses études à Trinity College, Dublin, pendant lesquelles il séjourna chez son oncle et sa tante. John confia d’ailleurs à son fils en 1623 qu’il espérait que Dieu le pousse à émigrer en Irlande, selon le principe puritain de la vocation10.

  • 11 WP 1, p. 356-7.

11Quelques années plus tard, fin 1626, le deuxième fils de John, Henry, repoussa de façon spectaculaire l’horizon familial en embarquant pour la Barbade, nouvellement anglaise. Malgré son jeune âge – à peine vingt ans – il entra au conseil de l’île, un privilège plus dû à la réputation de son père, qu’il ne faut pas exagérer pour autant, qu’à son propre mérite, relativement inexistant. S’il n’avait pas été empêché par sa famille, il n’en avait pas non plus été dépêché dans le cadre de la mise en place d’une stratégie familiale. Il faut plutôt y voir une forme d’apprentissage : il fallait qu’il gagne en expérience dans les affaires maritimes, et la colonisation de la Barbade était une occasion comme une autre, relevant d’un pragmatisme total. Henry se lança dans la culture du tabac, mais celui qu’il expédia à sa famille était tellement infect que personne ne voulut en acheter. Henry finit donc par rentrer en 162911.

  • 12 WP 1, 344-368 ; Robert Black, op. cit., p. 29-32 ; F. Bremer, op. cit., p. 128-29 ; Liliane Crété, (...)
  • 13 WP 1, p. 385, 387; Robert C. Winthrop, Life and Letters of John Winthrop, Boston, Ticknor and Field (...)
  • 14 WP 1, p. 402-403, 408, 410, 417-18 ; WP 2, p. 69, 72, 73, 75-76. Le « Grand Tour », notamment en It (...)

12Pendant que son frère cadet s’initiait à la culture du tabac, John Jr s’engagea dans l’expédition qui, sous la direction du Duc de Buckingham, entendait délivrer La Rochelle assiégée par les troupes de Louis xiii et Richelieu. Là non plus, il ne fut question ni de l’en dissuader, ni de l’y pousser. On lui trouva par relation une place sur un navire et John, après avoir vu la guerre de loin, rentra fort déconfit avec le reste de l’expédition, sans avoir pu aller plus loin que l’Île de Ré12. À son retour, John Jr envisagea de s’embarquer pour la Nouvelle-Angleterre avec l’avant-garde emmenée par John Endicott pour préparer une tête de pont à Salem, en 1628, mais il en fut découragé à la fois par son oncle Downing – un homme clé de la famille Winthrop, même s’il n’en partage pas le patronyme – et son père13. Finalement, John Jr assouvit son appétit de grands espaces dans un « grand tour » méditerranéen entre l’été 1628 et l’été 1629. Après une étape à Livourne, il passa l’automne à Constantinople, où il fréquenta la communauté anglaise, notamment un marchand nommé Freeman pour qui il effectua quelques missions. Il rentra doucement par Venise, puis par Amsterdam avant de rentrer à Londres en août 162914.

Figure 1

Figure 1

Le Grand Tour méditerranéen de John Winthrop Jr. (1628-1629)

Carte établie et réalisée par l’auteur

La « Grande migration » (1629-1631)

  • 15 WP 2, p. 151, 159.

13Quelques jours après le retour de John Jr en Angleterre, son père et onze autres membres de la Massachusetts Bay Company signèrent un accord par lequel ils s’engageaient à émigrer en Nouvelle-Angleterre et, fait rarissime, à emporter leur charte avec eux, ce qui leur confèrerait une certaine autonomie. En octobre, John père devint gouverneur de la compagnie : il avait désormais la charge d’organiser la logistique de ce que la postérité nomma la « Grande migration ». En effet, il s’agissait de recruter, mais aussi d’équiper et d’avitailler environ 700 colons, qui devaient rejoindre les 300 déjà à Salem avec Endicott. La « flotte Winthrop » mit les voiles en mars 1630 et arriva à Salem en juin. Plusieurs villages furent fondés plus au sud, dont Boston en septembre. Henry, qui avait accompagné son père après lui avoir causé maints soucis, mourut accidentellement dès le mois de juillet15.

14John Jr et Emmanuel Downing restèrent en Angleterre pour gérer les affaires familiales (et notamment s’occuper de la vente du manoir de Groton) et assurer l’approvisionnement de la jeune colonie. Finalement, John Jr partit rejoindre son père, accompagné de Margaret, la troisième épouse de celui-ci, et des enfants, dont Stephen (né en 1620) et Samuel (né en 1623). Downing ne les rejoignit que plusieurs années après.

Deux missions en Angleterre (1635-36, 1641-43)

15John Jr et son oncle Downing étaient des personnages volontiers transatlantiques, qui n’hésitèrent pas à traverser l’océan si nécessaire. C’est ainsi que, quelques années après son arrivée en Nouvelle-Angleterre, John Jr fut envoyé en mission afin de défendre les intérêts de la jeune colonie, mission dont il profita pour régler des affaires familiales. L’objectif principal était de recruter des candidats à la migration. Suite à un contretemps climatique, il se débarqua en Irlande, puis passa en Écosse pour ensuite gagner Londres. En Irlande, il apprit des techniques dans le domaine de la sidérurgie afin de contribuer au développement économique du Massachusetts.

  • 16 Robert Black, op. cit., p. 82.

16Arrivé à Londres, il profita de l’hospitalité des Downing, où il avait ses habitudes depuis ses études dublinoises. Downing, juriste et ancien collègue de Winthrop père, était à ce moment là le principal défenseur de la colonie puritaine, qui était devenue l’objet d’une offensive administrative en règle menée par une faction clairement anti-puritaine composée notamment de William Laud, nouvel archevêque de Canterbury, et Ferdinando Gorges, dont la province du Maine se trouvait rognée par le Massachusetts. En Angleterre, John Jr avait été chargé de finaliser la vente des propriétés de John Endicott, un autre colon, ce qui dépassait clairement le simple cadre familial16. Évidemment, il régla aussi les affaires familiales, tant à Londres qu’en East Anglia.

  • 17 Karen O. Kupperman, Providence Island, 1630-1641: The Other Puritan Colony, Cambridge, Cambridge Un (...)

17D’un point de vue plus personnel, il profita de sa présence à Londres pour rencontrer des savants, notamment des alchimistes allemands (les frères Abraham et Johann Sibert Kuffler), ainsi que son vieil ami Edward Howes. Ces rencontres et ces échanges épistolaires nous permettent de parler, parallèlement à un Atlantique diplomatique ou proto-impérial, d’un Atlantique spéculatif, en jouant notamment sur la polysémie du terme. En effet, outre l’aspect scientifique et intellectuel, John Jr se retrouva à la tête de la colonie de Saybrook, contraction des noms des Lords Saye and Sele et Brooke, deux membres d’un groupe d’aristocrates – en réalité un véritable Who’s Who du puritanisme anglais, qui se vit attribuer la « Warwick Patent », qui leur donnait droit de fonder un comptoir à l’embouchure du fleuve Connecticut, qui permettait de pénétrer au cœur de l’arrière-pays novanglais, là où se trouvaient d’abondantes pelleteries. À cause d’un haut-fond qui obligeait le transbordement des marchandises à l’entrée du fleuve, qui contrôlerait l’embouchure serait maître du trafic que le fleuve charrierait. Le projet ne mena à rien mais son échec fut moins retentissant que l’autre entreprise dans laquelle ces grands noms du puritanisme étaient également impliqués, Providence Island, au large de la Colombie et du Nicaragua, finalement capturée par les Espagnols en 164117.

Figure 2

Figure 2

Principaux établissements de Nouvelle-Angleterre (1635)

Carte établie et réalisée par l’auteur.

  • 18 Raymond P. Stearns, The Strenuous Puritan, Hugh Peter, 1598-1660, Urbana, University of Illinois Pr (...)

18Enfin, John Jr profita de ce voyage pour se remarier, sa première épouse (sa cousine Martha Fones) étant morte peu après son arrivée en Nouvelle-Angleterre (1634). La mère d’Elizabeth Reade, l’heureuse élue, venait elle-même d’épouser Hugh Peter, un grand nom de la cause puritaine18. Elizabeth Reade était donc depuis peu la belle-fille de Hugh Peter, donc sa fille selon la conception moderne de la famille, et John Jr, en l’épousant, devint le gendre, donc le fils, du même Peter. Du même coup, John Jr devenait le frère de Thomas Reade, le frère d’Elizabeth, futur colonel de l’armée cromwellienne, qui devint donc l’oncle des enfants du couple, ce qui eut son importance vingt ans plus tard.

19Au moment de sa mission suivante, entre 1641 et 1643, John Jr avait eu un fils, Fitz-John (1638) et était sur le point d’en avoir un autre, Wait-Still (1642). Il accompagnait deux pasteurs, son beau-père Hugh Peter, ainsi que Thomas Weld, et un marchand de Charlestown, William Hibbins.

  • 19 Robert Black, op. cit., p. 112-113.

20L’objectif de la mission était double : calmer les créditeurs, au moment où la Nouvelle-Angleterre subissait sa première grande crise économique, et chercher des investisseurs pour lancer un début d’industrie sidérurgique19. Rien de familial ici : ces hommes étaient des émissaires au service de leur colonie.

  • 20 Ibid. p. 132.

21Quand il rentra en Amérique, en 1643, la Nouvelle-Angleterre, bousculée par une crise économique, commençait à se lancer dans le commerce atlantique. S’ouvrit alors une phase moins transatlantique, moins strictement bivalente et plus largement atlantique, plus complexe, plus internationale, plus interconnectée, plus circulatoire, et dans laquelle les frères Winthrop (John, Stephen, Adam, Samuel et Deane) allaient être amenés à jouer un rôle, au point que l’on peut parler d’une famille atlantique pendant quelques années. Cependant, le caractère passager de cette configuration familiale pousse à parler d’un moment, d’un épisode, d’une phase atlantique20.

La crise économique et la percée atlantique

  • 21 WP 4, p. 216-217, 237-238. Voir également les entrées successives du journal de John Winthrop pour (...)
  • 22 Il faut noter l’interventionnisme des autorités coloniales pour dynamiser la production locale à la (...)

22La tension croissante en Angleterre entre le roi Charles i et un Parlement largement puritain suscita des attentes nouvelles dans la communauté puritaine : quand Charles fut contraint de convoquer le Parlement en 1640, après s’en être passé pendant onze ans, on se prit à croire qu’un « monde nouveau » était sur le point de voir le jour, avec de clairs échos eschatologiques. La perspective de ce « monde nouveau » ne faisait pas les affaires du Nouveau Monde. En effet, son neveu Benjamin Gostlin prévint John Winthrop que l’afflux de migrants en Nouvelle-Angleterre, sans cesse croissant au cours des années 1630 et qui se comptait en plusieurs milliers chaque année, allait probablement se tarir21. Ce qui se produisit dès 1640, provoquant ainsi une grave crise économique que la jeune colonie ne pensait pas devoir affronter. De fait, l’arrêt de l’immigration provoqua un effondrement de la demande, qui eut pour conséquence un effondrement des prix de tout ce qui ne trouvait plus preneur et s’accumulait22.

23Finalement, si les acheteurs ne venaient plus aux vendeurs, on comprit que c’était désormais à ces derniers de trouver de nouveaux marchés, notamment à l’exportation. Ainsi s’ouvrit brutalement une phase que l’on peut qualifier d’atlantisation du commerce novanglais au début des années 1640. Dès 1641, la construction navale fut encouragée afin de s’affranchir des navires de métropole et de pouvoir organiser un commerce régional. Par ailleurs, des relations commerciales furent initiées avec les Antilles. L’année suivante, l’horizon commercial novanglais s’étendit à Madère. En 1643, un des premiers navires construits en Nouvelle-Angleterre, le Tryall, fit un circuit qui, outre Boston et Madère, incluait Faial, aux Açores, et Saint-Christophe, aux Antilles. La même année, d’autres navires firent également étape aux Canaries. Enfin, en mars 1644, un navire de Boston chargé de poisson alla vendre sa cargaison à Bilbao avant de charger du vin, des fruits, de l’huile, du fer et du bois à Malaga. John Winthrop nota dans son journal que ce voyage avait été jugé très encourageant : il contribua par conséquent à alimenter la nouvelle dynamique atlantique du commerce de la Nouvelle-Angleterre. Par ailleurs, les Bostoniens commerçaient désormais également avec l’Acadie, au mépris des lois. Par conséquent, quand commencent les archives notariales dont nous disposons (1644-1651), des liens commerciaux avaient déjà été établis entre la Nouvelle-Angleterre (Boston mais aussi New Haven), l’Acadie, les Iles de l’Atlantique oriental, les Antilles (essentiellement la Barbade) et l’Espagne péninsulaire. Le tout dans des navires londoniens, mais aussi, de plus en plus, dans des embarcations de construction locale, qui permettaient de diminuer les coûts de transport et de rendre plus compétitives les marchandises vendues par les marchands novanglais.

Figure 3

Figure 3

La percée atlantique des marchands de Nouvelle-Angleterre (1640-1644)

Carte établie et réalisée par l’auteur.

  • 23 WP 4, p. 500. D’après Emmanuel Downing, qui le tenait de Hugh Peter, Stephen Winthrop aurait eu l’i (...)

24En décembre 1644, Stephen Winthrop donna procuration à ses frères John Jr et Adam pour percevoir de l’argent en son absence, ce qui semble indiquer qu’il était déjà décidé à s’absenter au moins temporairement23. Un an plus tard, il embarquait pour les Canaries avec son frère cadet Samuel. Il semble d’ailleurs que Samuel fût parti contre l’avis de son père, ce qui montre à nouveau qu’il n’était pas question ici de stratégie familiale orchestrée par le pater familias. Une fois arrivé à Tenerife avec Samuel, Stephen écrivit à sa mère pour lui dire que Samuel envisageait de s’installer sur l’île, sous la protection de Ferdinando Bodge, « qui est réputé honnête et religieux [c’est-à-dire puritain] par tous ceux qui le connaissent », un marchand présent sur l’île depuis assez peu de temps mais qui semblait être à la tête d’affaires florissantes. Il envisageait d’employer Samuel comme agent des marchands de Nouvelle-Angleterre, avec qui il avait récemment commencé à commercer. Samuel aurait donc une bonne place pour apprendre le métier de marchand, d’autant que Stephen n’était pas sûr de lui trouver mieux à Londres (ce qui semble sous-entendre qu’il n’avait pas l’intention de rester à Tenerife et que Samuel devait initialement l’accompagner à Londres, Tenerife n’étant qu’une étape). Bodge avait jusque-là comme apprenti le fils d’un chevalier du Kent (qui y avait donc été placé par son père, contrairement à Samuel) mais qui semble avoir été un parfait incapable.

  • 24 MHSC série 5, vol. 8, p. 201-204.

25Stephen expliquait en outre que les Canaries, bien qu’espagnoles et catholiques, étaient « un endroit de très grande liberté pour les protestants », ainsi qu’une étape assez prometteuse en termes commerciaux. Comme Bodge n’avait pas de contacts privilégiés en Nouvelle-Angleterre, Stephen avait écrit à son frère Adam pour qu’il jouât ce rôle à Boston. Stephen écrivit enfin que l’autre marchand pour lequel Samuel travaillait, David Stephens, avait envoyé son frère à bord du navire qui portait sa lettre : son agent à lui était donc de la sphère familiale24.

  • 25 WP 5, p. 5, 175. Henry est son fils. Le même Edward Parks écrit à deux reprises à Winthrop Sr toujo (...)
  • 26 A Volume relating to the early History of Boston containing the Aspinwall Notarial Records from 164 (...)
  • 27 Aspinwall, p. 397.
  • 28 Ibid., p. 401.
  • 29 Ibid., p. 154, 400.

26Dès juin 1645, Stephen Winthrop avait été l’agent de marchands londoniens dont Edward Parks, un cousin éloigné25. De Boston, il avait envoyé 7000 boisseaux de céréales, 1000 quintaux de poissons, probablement du Maine et d’Acadie26, 12000 douelles pour la tonnellerie et a priori le commerce du vin des Canaries, 40 « hogsheads » (160 tonneaux) de viande (bœuf et porc), la même quantité de maquereaux et de harengs, ainsi que 7000 livres poids de tabac, sûrement importé de Virginie, à destination de Tenerife « ou autres plantations anglaises27 ». xviie Les marchands novanglais exportaient donc des produits locaux, ou réexportaient les produits d’autres colonies, comme le Maine et la Virginie. Boston allait petit à petit s’imposer comme une plaque tournante du commerce sinon atlantique, au moins américain. L’année suivante, le même navire, le Dolphin de Londres emporta une cargaison similaire, sinon qu’aux pois, blé, douelles et poisson à destination de Tenerife s’ajoutaient des mâts en pin du Maine28. Les navires qui arrivaient à Boston étaient principalement chargés de vin, ainsi que de sel, essentiel pour le conditionnement du poisson29.

  • 30 MHSC série 5, vol. 8, p. 217.

27Les Canaries n’étaient donc qu’une étape pour Stephen, qui s’installa rapidement en Angleterre, alors que John Jr, récemment rentré d’une de ses missions anglaises, ne résidait plus à Boston mais dans le Connecticut. De part et d’autre de l’Atlantique, Stephen et John Jr utilisaient les services de l’autre sur le mode de la réciprocité : Stephen remercia par exemple son frère de s’être occupé de quelques affaires foncières en son nom, alors que John Jr demanda l’entremise de Stephen sur plusieurs affaires, dont une de potasse qui n’intéressait visiblement aucun investisseur potentiel30.

  • 31 Robert Black, op. cit., p. 168, 173, 177, 194 ; MHSP, série 2, vol. 3, p. 193-96.

28Au cours des années 1650, John Jr s’impliqua dans plusieurs entreprises protoindustrielles en lien avec les Antilles, comme l’extraction de sel à la Barbade, la faisabilité de cultiver l’indigo de la Barbade dans le Connecticut, le projet sur la potasse précédemment mentionné, ainsi qu’une tentative dans le sucre avec ses frères Samuel aux Antilles et Deane à Boston, mais qui, au bout de douze ans, n’avait toujours rien donné. En d’autres termes, John Jr était sans cesse à la recherche de capitaux et de partenaires et investisseurs, surtout extra-familiaux, mais recrutés par les canaux familiaux31. Outre Stephen, John Jr pouvait compter sur l’entremise d’Emmanuel Downing, alors à Londres et de Thomas Peter, frère de Hugh Peter, rentré en Angleterre en décembre 1646.

  • 32 MHSC, série 4, vol. 6, p. 52-53, 58.
  • 33 Ibid., p. 62, 63.

29Entre Emmanuel Downing et John Winthrop père, son beau-frère et ancien collègue, on peut qualifier la réciprocité d’asymétrique : si Downing écrivit à John Sr en 1636 qu’il avait bien payé ses factures, il disait ne pas vouloir l’ennuyer avec une histoire de dette qui lui était due, et chargea Stephen de la recouvrer pour lui (1639-40). L’année d’après, depuis Salem, il fit encore appel à Stephen pour lui servir d’agent à Boston32. Dans les années 1640, alors qu’il était de retour à Londres, il servit d’agent à John Jr pour son projet de fonderie33.

  • 34 Ibid., p. 536-39.

30C’est alors qu’entra en scène George Downing, le fils d’Emmanuel. En août 1645, George écrivit de Terre-Neuve à son cousin John Jr qu’il venait de passer quelques mois aux Antilles. Il lui expliquait que le gouverneur d’Antigua s’était pris d’affection pour lui et serait sûrement ravi d’intercéder en la faveur de John Jr et de ses frères, s’ils se réclamaient de lui34.

  • 35 Ibid., p. 537, 539.
  • 36 Ibid., p. 65.

31Cette plongée dans le commerce atlantique permit aux Novanglais de se confronter avec l’esclavage : les Downing y voyaient une grande chance de développement pour la région. George expliquait qu’on importait alors aux Antilles un millier d’esclaves par an et que plus on en achetait, plus on pouvait en acheter. Bientôt, ajoutait-il, ils rapporteraient plus qu’ils ne coûtaient, et les engagés, finalement, ne servaient qu’à démarrer. Les esclaves, conclut-il, étaient « the life of this place »35. C’est sûrement fort de l’expérience de son fils qu’Emmanuel Downing écrivit une lettre à son beau-frère dans laquelle il expliquait qu’il ne voyait pas comment « les enfants de nos enfants » allaient réussir à « peupler cet immense continent » sans avoir recours à des esclaves. En effet, les serviteurs (engagés) finissaient toujours par exiger leur liberté, à la fin de leur contrat, il fallait les payer, et ils avaient des exigences salariales. « Je suppose que vous savez bien, écrit-il à Winthrop, qu’il revient moins cher d’entretenir vingt Maures (« Moores ») qu’un seul serviteur anglais »36.

  • 37 Aspinwall, p. 220, 17.

32Pourtant, dans les archives notariales dont on dispose pour l’époque, on ne trouve pas de mention de l’Afrique (« Guinea ») avant 1649. Un des premiers voyages répertoriés reliait le Rhode Island, la Barbade, la « Guinée », la Barbade à nouveau, Antigua puis retour à Boston. Le nom d’Henry Parks est mentionné : il s’agit du fils d’Edward Parks, croisé plus haut, un cousin assez éloigné des Winthrop et des Downing, capitaine et propriétaire du Beginning de Boston, qui avait fait affaire avec Emmanuel Downing et Adam Winthrop en 164537.

  • 38 MHSC, série 5, vol. 8, p. 206.

33Si l’atlantisation du commerce de Nouvelle-Angleterre semble en place au milieu des années 1640, elle ne doit pas laisser croire qu’elle était la garantie d’une prospérité inévitable et irréversible. En août 1646 par exemple, Stephen écrivait à son frère qu’il n’avait pas encore gagné le moindre sou de son « aventure » en Espagne (aux Canaries)38. En octobre 1647, lui et Adam achetèrent un navire et sa cargaison à deux marchands qui avaient déjà fait affaire avec Adam, mais aussi avec Emmanuel Downing. Stephen se trouvant en Angleterre, l’opération se fit par l’entremise d’Adam. L’année suivante, les deux frères semblent avoir rencontré des problèmes de livraison, ce qui contrariait grandement Stephen. C’est peut-être un des facteurs qui détourna celui-ci de ses activités commerciales, pour se consacrer pleinement à sa carrière dans les troupes parlementaires. Emmanuel Downing était omniprésent : c’est encore lui qui semble avoir été à l’origine de ces problèmes.

  • 39 Il est pourtant suffisamment proche de la famille Winthrop pour que, dans des lettres de 1648 et 16 (...)

34Comme John Jr était établi dans le Connecticut, il avait non seulement besoin d’agents ou au moins de correspondants en Angleterre, mais également à Boston. Là-bas, c’étaient ses frères Adam et Deane qui jouaient ce rôle, mais également, dans un deuxième temps Amos Richardson, au-delà donc de la sphère familiale39.

  • 40 Wayne H. M. Wilcox, « Captain Thomas Hawkins, Shipwright, of London and Dorchester, Massachusetts, (...)
  • 41 Aspinwall, p. 225.
  • 42 Ibid., p. 313.

35En premières noces, Adam avait épousé une fille de Thomas Hawkins, un marchand de Charlestown qui mourut en 164840. En secondes noces, Adam épousa la veuve d’un marchand de Boston, Nathaniel Longe, et récupéra ainsi les possessions de ce dernier à la Barbade, sans que l’on dispose de plus de précisions41. Dans ce cadre, pour recouvrer des dettes sur l’île, il n’utilisa pas les services de son frère Samuel, mais peut-être parce que celui-ci n’était pas encore définitivement établi dans les Antilles42.

  • 43 Larry Gragg, art. cit. et MHSC série 5, vol. 8 pour la correspondance.
  • 44 MHSC série 5, vol. 8, p. 238, 239.
  • 45 WP 5, p. 349.
  • 46 Larry Gragg, art. cit., p. 774, 780sq.

36Entre 1645, quand il quitta Boston, et 1649, Samuel était littéralement insaisissable43. Il arriva à Tenerife à la fin 1645, on dispose de lettres écrites à son père au printemps suivant. L’année d’après, il était à la Barbade en mai, où il représenterait les intérêts de ses patrons canariens, à Saint-Christophe en août, puis à Faial aux Açores en janvier 1648. Dans une lettre qu’il y envoya à son père, il expliquait que le gouverneur de Saint-Christophe, Sir Thomas Warner, avait fait preuve à son égard d’une « attention toute paternelle » quand il avait appris qu’il était le fils de John Winthrop. De même, un certain Capitaine Clement Everett s’était montré très attentionné envers Samuel en entendant le nom de Winthrop. Son grand-père était apparemment le père de la première épouse de John, Mary Forth. Cette perpétuation de la mémoire familiale et des obligations qui en découlent, par-delà les générations et les océans, est remarquable44. En avril, il arriva à Rotterdam, où il se maria. Il y écrivit deux lettres en août et septembre et pensait s’installer à la Barbade. Il espérait que « our New England friends » l’y emploieraient. L’année d’après, il était à Antigua, employé par un marchand londonien45. On le trouve ensuite établi à Saint-Christophe dans les années 1650, puis à nouveau à Antigua, où il gravit les échelons politiques à mesure qu’il s’enrichit, puis devint quaker, ce qui le fit entrer dans une autre circulation atlantique, complètement extra-familiale pour des raisons évidentes46.

  • 47 Ibid., p. 772.
  • 48 Ibid., p. 775, n. 34.

37Pendant toutes ces années, il resta en contact avec ses frères, John Jr dans le Connecticut, Deane et Adam à Boston, Stephen en Grande-Bretagne. L’irrégularité des liaisons maritimes rendait ses affaires assez incertaines, d’autant plus quand il s’installa à Antigua, qui était moins fréquentée que la Barbade et Saint-Christophe47. Ses affaires incluaient des contacts familiaux, mais ne s’y limitaient en aucune façon. Larry Gragg, plus généralement, a noté que les réseaux familiaux entre la Nouvelle-Angleterre et la Barbade étaient moins importants que Bernard Bailyn ne l’avait jadis affirmé dans The New England Merchants48.

  • 49 MHSP série 2, vol. 3, p. 193.

38Une fois Samuel établi durablement aux Antilles, Stephen Winthrop, Emmanuel Downing et ses fils George et Joshua en Grande-Bretagne, la famille Winthrop prit une dimension véritablement atlantique, dont allaient profiter inégalement les fils de John Jr. Leur avancement, effectif ou potentiel, par le biais de leurs oncles, constitue un cas de népotisme au sens propre du terme, mais l’on parle plus généralement de parrainage. En 1664, Samuel écrivit à son frère que si « mon neveu Wait-Still », alors âgé de 22 ans, n’était pas « autrement engagé », alors il pouvait le lui envoyer afin qu’il lui « montre notre pays » (Antigua, en l’occurrence). Il ne s’agissait évidemment pas tant de tourisme tropical que d’une forme d’apprentissage, comme Samuel lui-même avait pu en bénéficier aux Canaries, mais en dehors du cadre familial dans son cas. Quoi qu’il en soit, Wait-Still déclina l’invitation. Dix ans plus tôt, Richard Leader, qui s’était lancé dans l’extraction du sel à la Barbade, avait proposé à John Jr de prendre Fitz avec lui pour le former au métier de marchand et de le traiter « non pas comme un serviteur mais comme mon fils »49.

  • 50 R. Dunn, op. cit., p. 195-98.
  • 51 Susan Hardman Moore, Pilgrims: New World Settlers and the Call of Home, New Haven et Londres, Yale (...)

39Fitz embarqua finalement pour l’Angleterre, où il s’engagea dans l’armée cromwellienne50, puis se vit confier une mission en Écosse (1657-59) : il pouvait y compter sur l’appui de son oncle paternel, Stephen, colonel d’un régiment stationné en Écosse, de son grand-père par alliance Hugh Peter, de son oncle maternel Thomas Reade, également colonel et gouverneur du château de Stirling, et de son grand-oncle Emmanuel Downing, à présent clerk au nouveau Council of Scotland. Ses propres fils, George et Joshua, occupaient ou avaient occupé des postes en Écosse au cours de la décennie. George Downing, comme Stephen Winthrop, Thomas Reade et un autre ancien Novanglais, Samuel Desborough, siégèrent tous dans un ou plusieurs des parlements du protectorat dans les années 165051.

  • 52 MHSC série 4, vol. 6, p. 84.
  • 53 Ibid., p. 113, 115. George Fenwick, également un ancien du Connecticut, était pour sa part gouverne (...)
  • 54 Patrick Little et David Smith, op. cit.

40Emmanuel Downing lui écrivit d’Edimbourg en février 1658 que son oncle Reade serait content de le voir et l’aiderait volontiers à trouver où se loger52. A la même période, Reade écrivit à Fitz qu’il n’avait pas de place vacante dans son régiment, mais l’assurait qu’il s’efforcerait de lui rendre service s’il le pouvait, de même que « le Colonel Winthrop », son oncle. L’avancement familial (ici le népotisme au sens propre), avait des limites bureaucratiques, mais on finit bien par trouver un poste pour Fitz à Stirling. Emmanuel Downing lui écrivit d’ailleurs un peu plus tard qu’il avait bien de la chance d’avoir un oncle (Reade) qui prenait autant au sérieux son avancement53. La famille, dans ce cas précis, était bien le moteur de l’avancement professionnel54.

Figure 4

Figure 4

La configuration atlantique de la famille Winthrop (v. 1658)

Carte établie et réalisée par l’auteur

Restauration des Stuarts et dislocation de la configuration atlantique

41Il est préférable, dans le cas des Winthrop-Downing, de parler de configuration atlantique et non d’organisation atlantique, dans la mesure où celle-ci résulte non d’une stratégie familiale de placement de différents membres à des endroits précis avec pour mission explicite de jouer le rôle de relais dans le cadre de l’enrichissement de la famille, mais plutôt de choix individuels. On ne peut même pas véritablement parler de stratégies individuelles, tant la dimension pragmatique semble prépondérante, particulièrement dans le cas de Samuel Winthrop, mais également dans celui de ses frères John Jr et Stephen.

  • 55 Downing reçut, en outre, un terrain à Londres amené à passer à la postérité et connu depuis comme D (...)

42Dans la deuxième moitié de la décennie 1650, la configuration atlantique de la famille était à son apogée, avec une densification du pôle écossais à la faveur de la reprise en main de la région par le Protectorat cromwellien. Pourtant, les années qui suivirent montrent à quel point cette configuration était fragile et en aucun cas acquise ou stabilisée. Elle fit les frais des bouleversements politiques liés à la Restauration de la monarchie, mais également, et peut-être surtout, de la disparition de plusieurs protagonistes clés. Ainsi, Adam mourut en 1652, à trente-deux ans à peine. L’autre frère resté à Boston, Deane, fut apparemment très peu actif : sa correspondance est mince et il ne prit part à aucune transaction atlantique, ce qui explique le recours par John Jr à Amos Richardson, lui-même marchand, comme agent à Boston. Ensuite, Stephen mourut en 1658 et Emmanuel Downing en 1660, ce qui porta un coup particulièrement dur au pôle britannique du réseau familial. Le cousin des frères Winthrop, George Downing, retourna habilement sa veste, et fit sienne la cause de Charles ii après avoir été un cadre du Protectorat : il avait notamment été ambassadeur en France puis à La Haye. Sans appui familial, George Downing, poursuivit son ascension sociale et politique à la faveur de la Restauration : non seulement il conserva son ambassade à la Haye, mais il fut également anobli. Il marcha ainsi dans les traces d’un autre éminent cromwellien, le Général Monck, futur Duc d’Albemarle, ainsi que de Samuel Desborough, un ancien compatriote de Nouvelle-Angleterre55.

43Quand John Jr se résolut à une nouvelle mission diplomatique en Angleterre afin d’obtenir une charte royale pour le Connecticut, sa première étape fut justement La Haye. On ne peut qu’imaginer l’incompréhension de John Jr en découvrant que son cousin foulait au pied l’histoire de la famille, écrite dans l’opposition aux Stuart.

  • 56 MHSC série 4, vol. 6, p. 524-525 ; Robert Black, op. cit. p. 227.

44Une fois en Angleterre, John rendit visite à sa vieille tante Lucy, désormais veuve. À la suite de cette visite, il écrivit une lettre à son cousin dans laquelle il lui demandait de verser une pension de £ 100 à sa mère. Le ton assez sec de la lettre, inhabituel chez John Jr, était sûrement dû au virage politique opéré par George, de dix-sept ans le cadet de John, qui pouvait donc se permettre une remontrance. Dès 1645, pourtant, George s’était désolidarisé de l’intolérance des puritains du Massachusetts vis-à-vis des presbytériens, notamment. De ce point de vue-là, il se rangeait du côté des Indépendants comme Cromwell, convaincus que la tolérance au sein du protestantisme était licite56.

  • 57 MHSC, série 4, vol. 6, p. 76-79, 81.

45Son père, quant à lui, semblait déplorer que tant George que son autre fils Joshua fussent de piètres représentants de ses intérêts en Angleterre. Il constatait avec un dépit évident que ses fils omettaient systématiquement de lui parler de ses affaires. Il mentionne dans ses lettres quelques faits d’armes de George, et aussi le fait que George a obtenu une place en Écosse à son frère Joshua57.

  • 58 Robert Black, op. cit. p. 211-214.
  • 59 Thomas Leng, « A Potent Plantation Well Armed and Policeed: Huguenots, the Hartlib Circle and Briti (...)
  • 60 Robert Black, op. cit. p. 192sq.

46À Londres, John Jr logeait chez William Whiting, fils d’un ancien trésorier du Connecticut : il n’avait plus de famille à Londres, mais continuait d’avoir recours aux réseaux transatlantiques, à une forme de solidarité novanglaise58. Parallèlement à la dimension diplomatique ou impériale de sa mission de 1661-63, John Jr profita à nouveau de sa présence à Londres pour y réactiver la dimension spéculative, ou scientifique, déjà évoquée au sujet de sa mission de 1635-36. En l’occurrence, il faisait partie d’un Atlantique scientifique complètement extra-familial. Outre Samuel Hartlib, un correspondant de longue date59, il rencontra des hommes comme William Brereton, Sir Robert Moray, Henry Oldenburg, Robert Boyle et Elias Ashmole. Ensemble, ils obtinrent l’autorisation de se réunir à Gresham College, où ils fondèrent la Royal Society, au sein de laquelle John Jr. fut admis comme « original fellow » en janvier 166260.

  • 61 William Kellaway, The New England Company 1649-1776, Londres, Longmans, 1961.

47Or, les autres sociétaires étaient eux-mêmes impliqués dans différents projets de dimension plus ou moins atlantique. Ainsi, Robert Boyle, président de la Society for the Propagation of the Gospel in New England, fondée en 1649, lui présenta Henry Ashurst, qui en était le trésorier. Ashurst comme son fils, également prénommé Henry, furent par la suite les agents fidèles des colonies de Nouvelle-Angleterre auprès des autorités impériales. Par ces rencontres et l’imbrication des engagements des hommes qu’il rencontra, Winthrop se trouva pris dans différents atlantiques – diplomatique/impérial, spéculatif/scientifique, évangélique/missionnaire – tous imbriqués, et tous extra-familiaux61.

48Après de nombreux rebondissements, John Jr finit par obtenir une charte royale pour le Connecticut, qui lui permettait notamment d’avaler l’ensemble de villages regroupés sous le nom de New Haven. Sa mission avait été plus longue que prévu, et ses dépenses étaient couvertes par les finances de la colonie : il ne pouvait donc pas s’attarder en Angleterre. Une fois sa mission accomplie, il rentra en Amérique une dernière fois, accompagné de ses deux fils, Fitz et Wait. Une page semblait se tourner.

  • 62 Voir l’arbre généalogique dans Bernard Bailyn, op. cit. p. 136.

49Paradoxalement, la période comprise entre la restauration des Stuart et la Glorieuse révolution (1688-89) vit un rapide développement du commerce atlantique, dont Boston était un centre névralgique, notamment sous l’impulsion d’une nouvelle génération de marchands – royalistes et anglicans – très différents des premiers colons puritains mais avec lesquels les Winthrop allaient contracter un certain nombre d’alliances matrimoniales, unissant ainsi l’élite politique créole traditionnelle et un groupe nouveau de marchands dont l’enrichissement rapide dépendait de la vitalité d’un commerce atlantique dont les Winthrop s’étaient progressivement retirés62.

Épilogue : la lente désatlantisation de la famille Winthrop

  • 63 Richard Dunn, op. cit. p. 355. Pour la même transition, voir Richard L. Bushman, From Puritan to Ya (...)

50Il semble erroné de voir dans la désatlantisation de la famille Winthrop une forme d’américanisation, ou pour reprendre la thèse de Richard Dunn, la transition de « puritains » à « Yankees »63. En effet, une telle thèse ne prend pas en compte Samuel Winthrop et son ancrage antillais, ni, dans une forme d’histoire contrefactuelle certes contestable, l’ancrage écossais ou plus largement britannique qui aurait pu avoir lieu si le Protectorat et les structures politiques qu’il avait mises en place avaient perduré.

  • 64 Vere Langford Oliver, The History of the Island of Antigua, one of the Leeward Caribees in the West (...)

51Si l’on s’en tient à ce qui est historiquement avéré, Samuel Winthrop et sa descendance donnent l’impression d’oublier leurs origines novanglaises. Pourtant, Samuel avait envoyé ses deux fils en Nouvelle-Angleterre pour qu’ils y reçussent une éducation qu’il considérait comme infiniment meilleure que celle qu’ils auraient pu recevoir aux Antilles. Dans l’ensemble, les Winthrop se marièrent dans des familles des Petites Antilles britanniques. Le lien avec la Nouvelle-Angleterre semble s’estomper totalement, notamment après les décès successifs de Samuel (1674) et de John Jr (1676)64.

  • 65 MHSC série 5, vol. 8, p. 217.
  • 66 WP 6, p. 207.
  • 67 MHSC série 5, vol. 8, p. 242, 245.
  • 68 Ibid. p. 261.

52Les frères Winthrop ne semblaient jamais se plaire là où ils se trouvaient, et leur correspondance laisse transparaître un sentiment d’insatisfaction récurrente. Samuel parlait de « mon exil forcé loin des miens » et disait vouloir s’installer à Londres65. Déjà en 1652, John Jr avait entendu qu’il voulait rentrer en Nouvelle-Angleterre66 et il en fut à nouveau question en octobre 165867. En 1671, il écrivit encore à son frère combien ses cousins novanglais lui manquaient68.

  • 69 Ibid., p. 206, 212, 216.
  • 70 Robert Black, op. cit., p. 160.

53Stephen dit d’abord vouloir s’installer en Angleterre, où sa femme le rejoignit en mars 1648. Il pensait même que la Providence lui intimait de rester en métropole. Pourtant, dès 1650, il disait vouloir rentrer, puis à nouveau en 1655, mais il mourut avant d’avoir pu joindre le geste à la parole69. Etait-il sincère ou s’agissait-il simplement d’une forme de politesse ? En d’autres termes, Samuel et Stephen envisagèrent-ils réellement de rentrer au bercail bostonien ? John Jr lui-même aurait envisagé de rentrer en Angleterre pendant l’hiver 1649-50, soit après la mort de son père, mais il s’installa finalement un temps à New Haven avant de rentrer dans le Connecticut, où il devait remplir ses obligations de gouverneur70.

  • 71 Michael G. Hall, The Last American Puritan: The Life of Increase Mather, Middletown (Conn.), Wesley (...)
  • 72 Richard Dunn, op. cit p. 191. Plus généralement, Jack P. Greene, Pursuits of Happiness: The Social (...)
  • 73 Richard Dunn, op. cit., p. 314 ; MHSC série 5, vol. 8, p. 325, 339, 509-512 ; série 6, vol. 5, p. 3 (...)
  • 74 Richard Dunn, op. cit., p. 313.
  • 75 Ibid., p. 203-204; Bernard Bailyn, op. cit.

54Trente ans après être rentré en Nouvelle-Angleterre avec son père, son frère et la nouvelle charte du Connecticut, ce fut au tour de Fitz-John Winthrop d’aller défendre les intérêts de sa colonie auprès du nouveau pouvoir royal issu de la Glorieuse révolution. Sa mission dura quatre ans (1693-1697). Par ses objectifs comme par sa durée, elle ressemblait fort à celle de son contemporain Increase Mather, le célèbre pasteur de Boston, venu négocier une nouvelle charte pour le Massachusetts entre 1688 et 169271. Pourtant, les deux hommes vécurent leur séjour anglais de manière radicalement différente. Tout comme Fitz, Increase Mather avait passé les dernières années du Protectorat en Angleterre (et à Jersey). Tout comme Fitz, il était rentré en Nouvelle-Angleterre après la Restauration. Pourtant, il resta toute sa vie tourné vers cette Angleterre cosmopolite qui tranchait avec une Nouvelle-Angleterre qu’il considérait comme outrageusement rustique et reculée – même s’il fut président de Harvard et qu’il ne s’éloignait jamais de Boston. Pour Increase Mather, même Boston était une forme d’exil culturel. Fitz-John et Wait-Still, eux, eurent tendance à s’angliciser à mesure que la mode anglaise donnait le ton parmi les élites américaines. Leur correspondance, entre Boston et le Connecticut, traite plus fréquemment de perruques que de la situation diplomatique ou du sort des protestants en Europe72. À leur façon, ils sont les témoins d’un changement d’époque. Cependant, cette anglicisation des goûts resta assez superficielle : Fitz avoua au cours de sa mission qu’il ne se sentait pas ou plus vraiment chez lui dans l’Angleterre de la Glorieuse révolution. Contrairement à son père lors de ses précédentes missions, il ne fut hébergé ni par la famille, ni même par des compatriotes. Lors d’un pèlerinage sur la tombe de son arrière-grand-père Adam Winthrop, à Groton, siège historique de la famille, il eut le sentiment incongru d’être un étranger, d’être à l’étranger73. Rien n’était plus plaisant, selon lui, « que notre propre pays », c’est-à-dire la Nouvelle-Angleterre de sa naissance74. L’Atlantique dans lequel il se trouva jeté un peu malgré lui à l’occasion de cette mission était un Atlantique de nécessité. Il s’en serait volontiers passé. Dans le même temps, et c’est là un des paradoxes, ses sœurs comme son propre frère se marièrent dans des familles marchandes qui s’étaient rapidement imposées comme une nouvelle élite et qui devaient leur fortune à un commerce atlantique en expansion constante75.

55Le seul membre de la famille qui se serait réellement enrichi était Benjamin Gostlin, un Winthrop par sa mère. Stephen, dans la dernière lettre qu’il écrivit à son frère John Jr en 1656, dit qu’il était revenu « rich and safe » des Indes orientales. C’est aussi là une des raisons pour lesquelles les Néerlandais ne s’accrochèrent pas à leurs possessions nord-américaines à la conférence de paix de Breda en 1667 : tout bien pesé, ils préféraient céder « New York » et garder Suriname, pris aux Anglais, pour le sucre, plus lucratif que les pelleteries, ainsi que la petite île de Run, aux Moluques, importante source de noix de muscade.

  • 76 Voir notamment Alison Games, The Web of Empire: English Cosmopolitans in an Age of Expansion, 1560- (...)

56Ces considérations comme le voyage de John Winthrop Jr en Méditerranée plutôt qu’en Nouvelle-Angleterre montrent, s’il en était besoin, que l’espace atlantique ne doit en aucun cas être considéré comme un espace clos. S’il est certes un objet d’étude cohérent malgré son immense complexité, il n’en reste pas moins ouvert sur d’autres espaces maritimes et océaniques, et connecté à divers ensembles continentaux – les arrière-pays de ses littoraux – l’économie atlantique dépendant souvent des matières premières – agricoles, minières et parfois humaines – de ces arrière-pays76. S’il est apparu comme un progrès historiographique en dépassant le cadre trop restreint des histoires nationales, le prisme atlantique s’avère lui-même incomplet car les protagonistes comme les marchandises ne se cantonnaient pas au bassin atlantique. Le prisme atlantique est donc un intermédiaire nécessaire mais non suffisant entre l’histoire de l’État-nation et l’histoire globale.

Généalogie de la famille Winthrop avec collatéraux

Généalogie de la famille Winthrop avec collatéraux

Généalogie réalisée par l'auteur

Haut de page

Notes

1 La « France antarctique » au Brésil et la Floride huguenote, ainsi que Roanoke, côté anglais.

2 Notamment April Hatfield, Atlantic Virginia: Intercolonial Relations in the Seventeenth Century, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2004, et Christian J. Koot, « The Merchant, the Map and Empire: Augustine Herrman’s Chesapeake and Interimperial Trade, 1644-1673 », The William and Mary Quarterly, ci-après WMQ, 3e série, vol. 67, 4 (2010), p. 603-644.

3 « Roundtable Conference: The Nature of Atlantic History », Itinerario, 23, n° 2, 1999, p. 48-173; Jack P. Greene et Philip D. Morgan, éds., Atlantic History: A Critical Appraisal, Oxford et New York, Oxford University Press, 2009.

4 Nous utiliserons ci-après les abréviations suivantes : MHSC pour Massachusetts Historical Society Collections, MHSP pour les Proceedings, et WP pour les Winthrop Papers, publiés en volumes séparés entre 1929 et 1992.

5 Francis J. Bremer, John Winthrop: America’s Forgotten Founding Father, Oxford et New York, Oxford University Press, 2003.

6 Robert C. Black, The Younger John Winthrop, New York, Columbia University Press, 1966; Samuel E. Morison, Builders of the Bay Colony, Boston, Houghton Mifflin, 1958; Neil Kamil, Fortress of the soul: Violence, Metaphysics and Material Life ni the Huguenots'New World, 1517-1751, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2005; Walter W. Woodward, Prospero's America: John Winthrop Jr., Alchemy and the Creation of New England Culture, 1606-1676, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2010.

7 Voir notamment Richard Dunn, Puritans and Yankees: The Winthrop Dynasty of New England, 1630-1717, New York, Norton, 1971.

8 Le seul membre de cette fratrie à qui une étude fut consacrée est Samuel Winthrop : Larry D. Gragg, « A Puritan in the West Indies : The Career of Samuel Winthrop », WMQ, 3série, vol. 50, 4 (1993), p. 768-786.

9 Michael McCarthy-Morrogh, The Munster Plantation: English Migration to Southern Ireland (1583-1641), Oxford, Clarendon Press, 1986, ainsi que les travaux de Nicholas Canny, notamment « The Ideology of English Colonization: From Ireland to America », The William and Mary Quarterly, 3e série, vol. 30, 4 (oct. 1973), p. 575-598, The Elizabethan Conquest of Ireland: A Pattern Established, 1565-76, Hassocks, Harvester Press, 1976 et Making Ireland British, 1580-1650, Oxford, Oxford University Press, 2001.

10 Francis Bremer, op. cit., p. 72-73, 98; Robert Black, op. cit., p. 18-23; WP 1, p. 280-81.

11 WP 1, p. 356-7.

12 WP 1, 344-368 ; Robert Black, op. cit., p. 29-32 ; F. Bremer, op. cit., p. 128-29 ; Liliane Crété, La Rochelle au temps du Grand Siège, 1627-1628, Paris, Perrin, 2001.

13 WP 1, p. 385, 387; Robert C. Winthrop, Life and Letters of John Winthrop, Boston, Ticknor and Fields, 1864, vol. I, p. 250-51.

14 WP 1, p. 402-403, 408, 410, 417-18 ; WP 2, p. 69, 72, 73, 75-76. Le « Grand Tour », notamment en Italie, n’était pas encore une institution parmi les élites culturelles anglaise. Voir Alison Games, The Web of Empire: English Cosmopolitans in an Age of Expansion, 1560-1660, Oxford et New York, Oxford University Press, 2008, en particulier les trois premiers chapitres.

15 WP 2, p. 151, 159.

16 Robert Black, op. cit., p. 82.

17 Karen O. Kupperman, Providence Island, 1630-1641: The Other Puritan Colony, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

18 Raymond P. Stearns, The Strenuous Puritan, Hugh Peter, 1598-1660, Urbana, University of Illinois Press, 1954.

19 Robert Black, op. cit., p. 112-113.

20 Ibid. p. 132.

21 WP 4, p. 216-217, 237-238. Voir également les entrées successives du journal de John Winthrop pour la période 1640-1644.

22 Il faut noter l’interventionnisme des autorités coloniales pour dynamiser la production locale à la fois pour répondre aux besoins – et pallier des importations insuffisantes – et pour exporter le surplus afin de faire entrer du numéraire ou des lettres de crédit. Marion H. Gottfried, « The First Depression in Massachusetts », The New England Quarterly, vol. 9, 4 (1936), p. 659.

23 WP 4, p. 500. D’après Emmanuel Downing, qui le tenait de Hugh Peter, Stephen Winthrop aurait eu l’intention de partir aux Bermudes dès 1638, soit deux ans avant le début de la crise économique. MHSP série 4, vol. 6, p. 50.

24 MHSC série 5, vol. 8, p. 201-204.

25 WP 5, p. 5, 175. Henry est son fils. Le même Edward Parks écrit à deux reprises à Winthrop Sr toujours en 1647, pour lui demander d’intercéder en sa faveur, et celle de son fils Henry et d’un oncle, auprès des tribunaux dans une affaire de dettes. WP 5, p. 151, 208. Les Parks sont apparentés à la famille Forth : MHSC, série 4, vol. 7, p. 385.

26 A Volume relating to the early History of Boston containing the Aspinwall Notarial Records from 1644 to 1651, Boston, Municipal Printing Office, 1903, ci-après Aspinwall, p. 222.

27 Aspinwall, p. 397.

28 Ibid., p. 401.

29 Ibid., p. 154, 400.

30 MHSC série 5, vol. 8, p. 217.

31 Robert Black, op. cit., p. 168, 173, 177, 194 ; MHSP, série 2, vol. 3, p. 193-96.

32 MHSC, série 4, vol. 6, p. 52-53, 58.

33 Ibid., p. 62, 63.

34 Ibid., p. 536-39.

35 Ibid., p. 537, 539.

36 Ibid., p. 65.

37 Aspinwall, p. 220, 17.

38 MHSC, série 5, vol. 8, p. 206.

39 Il est pourtant suffisamment proche de la famille Winthrop pour que, dans des lettres de 1648 et 1649, Lucy, John et Adam Winthrop en parlent à leur correspondant (généralement John Jr) comme « Amos » sans mentionner son patronyme, signe d’une intimité importante. Plus généralement, il sert d’agent à plusieurs membres de la famille, pas seulement à John Jr. C’est donc assez naturellement qu’il prend la place d’Adam à la mort de celui-ci, une place qu’il occupait déjà en partie. Dans les années 1650 et 1660, au moins, il fit affaire régulièrement avec Samuel Winthrop aux Antilles. Cependant, ses lettres commencent et se terminent par des formules assez formelles (« Honored Sir », par exemple, en 1659). Rosell L. Richardson, Amos Richardson of Boston and Stonington, with a contribution to the history of his descendants and the allied families of Gilbert, Edwards, Yarrington and Rust, 2éd., New York, publié par l’auteur, 1906, p. 7, 8, 13. Robert C. Winthrop, en 1895, n’aurait pas compté moins de 51 lettres d’Amos Richardson parmi les « Winthrop Papers » alors en sa possession, datées entre 1648 et 1674.

40 Wayne H. M. Wilcox, « Captain Thomas Hawkins, Shipwright, of London and Dorchester, Massachusetts, and Three Generations of his Descendants », New England Historical and Genealogical Review, 152, avril 1997, p. 193-216.

41 Aspinwall, p. 225.

42 Ibid., p. 313.

43 Larry Gragg, art. cit. et MHSC série 5, vol. 8 pour la correspondance.

44 MHSC série 5, vol. 8, p. 238, 239.

45 WP 5, p. 349.

46 Larry Gragg, art. cit., p. 774, 780sq.

47 Ibid., p. 772.

48 Ibid., p. 775, n. 34.

49 MHSP série 2, vol. 3, p. 193.

50 R. Dunn, op. cit., p. 195-98.

51 Susan Hardman Moore, Pilgrims: New World Settlers and the Call of Home, New Haven et Londres, Yale University Press, 2010, n°85, p. 256 et plus généralement chap. 6; Patrick Little et David Smith, Parliament and Politics during the Cromwellian Protectorate, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, chap. 12; Bernard Bailyn, The New England Merchants in the Seventeenth Century, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1979, p. 94.

52 MHSC série 4, vol. 6, p. 84.

53 Ibid., p. 113, 115. George Fenwick, également un ancien du Connecticut, était pour sa part gouverneur d’Edimbourg et Leith. Susan Hardman Moore, op. cit., p. 113.

54 Patrick Little et David Smith, op. cit.

55 Downing reçut, en outre, un terrain à Londres amené à passer à la postérité et connu depuis comme Downing Street. Sur Desborough, voir Susan Hardman Moore, op. cit. p. 158.

56 MHSC série 4, vol. 6, p. 524-525 ; Robert Black, op. cit. p. 227.

57 MHSC, série 4, vol. 6, p. 76-79, 81.

58 Robert Black, op. cit. p. 211-214.

59 Thomas Leng, « A Potent Plantation Well Armed and Policeed: Huguenots, the Hartlib Circle and British Colonization in the 1640s », WMQ, série 3, vol. 66 (2009), p. 173-194.

60 Robert Black, op. cit. p. 192sq.

61 William Kellaway, The New England Company 1649-1776, Londres, Longmans, 1961.

62 Voir l’arbre généalogique dans Bernard Bailyn, op. cit. p. 136.

63 Richard Dunn, op. cit. p. 355. Pour la même transition, voir Richard L. Bushman, From Puritan to Yankee: Character and Social Order in Connecticut, 1690-1765, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1967.

64 Vere Langford Oliver, The History of the Island of Antigua, one of the Leeward Caribees in the West Indies, from the First Settlement in 1635 to the present time, 3 vols., Londres, Mitchell and Hughes, 1894-99, III, p. 250-253.

65 MHSC série 5, vol. 8, p. 217.

66 WP 6, p. 207.

67 MHSC série 5, vol. 8, p. 242, 245.

68 Ibid. p. 261.

69 Ibid., p. 206, 212, 216.

70 Robert Black, op. cit., p. 160.

71 Michael G. Hall, The Last American Puritan: The Life of Increase Mather, Middletown (Conn.), Wesleyan University Press, 1988, p. 212-254.

72 Richard Dunn, op. cit p. 191. Plus généralement, Jack P. Greene, Pursuits of Happiness: The Social Development of Early Modern British Colonies and the Formation of American Culture, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 1988.

73 Richard Dunn, op. cit., p. 314 ; MHSC série 5, vol. 8, p. 325, 339, 509-512 ; série 6, vol. 5, p. 32.

74 Richard Dunn, op. cit., p. 313.

75 Ibid., p. 203-204; Bernard Bailyn, op. cit.

76 Voir notamment Alison Games, The Web of Empire: English Cosmopolitans in an Age of Expansion, 1560-1660, ainsi que « Beyond the Atlantic: English Globetrotters and Transoceanic Connections », et Peter A. Coclanis, « Atlantic World or Atlantic/World? », WMQ, 3e série, vol. 63, 4 (2006), p. 675-692 et 726-742.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Le Grand Tour méditerranéen de John Winthrop Jr. (1628-1629)
Crédits Carte établie et réalisée par l’auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/979/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure 2
Légende Principaux établissements de Nouvelle-Angleterre (1635)
Crédits Carte établie et réalisée par l’auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/979/img-2.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 3
Légende La percée atlantique des marchands de Nouvelle-Angleterre (1640-1644)
Crédits Carte établie et réalisée par l’auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/979/img-3.png
Fichier image/png, 97k
Titre Figure 4
Légende La configuration atlantique de la famille Winthrop (v. 1658)
Crédits Carte établie et réalisée par l’auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/979/img-4.png
Fichier image/png, 79k
Titre Généalogie de la famille Winthrop avec collatéraux
Crédits Généalogie réalisée par l'auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/979/img-5.png
Fichier image/png, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lauric Henneton, « Le moment Atlantique de la dynastie des Winthrop au XVIIe siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 23 mars 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/979 ; DOI : 10.4000/framespa.979

Haut de page

Auteur

Lauric Henneton

Lauric Henneton est Maître de conférences à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, où il appartient au Laboratoire « Suds d’Amériques, Espace Atlantique ». Ses recherches portent sur l’espace atlantique au xviie siècle et plus particulièrement sur la Nouvelle-Angleterre et ses relations avec ses voisins français et néerlandais. Il a également travaillé sur les questions de mémoire et d’identité, lauric.henneton@uvsq.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org