Navigation – Plan du site
Entretien

Entretien avec Frederick R. Dickinson, maître de Conférences au département d’Histoire de l’Université de Pennsylvanie1 (Philadelphie, États-Unis)

Propos recueillis le samedi 12 mars 2011 à l’Université de Pennsylvanie et traduits de l’anglais par Frédéric Danesin
Frederick Dickinson et Frédéric Danesin

Texte intégral

  • 1  http://www.history.upenn.edu/faculty/dickinson.shtml

1Né à Tôkyô, Frederick R. Dickinson a grandi à Kanazawa et Kyôto, au Japon. Il enseigne l’histoire contemporaine du Japon, traitant des questions de politique et de diplomatie en Asie du Sud-Est, ainsi que du nationalisme en Asie. Il est notamment l’auteur de War and National Reinvention : Japan in the Great War, 1914 - 1919 (Harvard University Asia Center, 1999) et de Taisho tenno (« L’empereur Taishô», Minerva Press, 2009). Actuellement, ses recherches portent sur la reconstruction politique et culturelle du Japon après la Première Guerre mondiale (1919-1931).

1. Quel a été votre parcours, comment êtes-vous devenu historien du Japon ?

J’en suis venu à étudier au Japon de façon très naturelle puisque, comme vous le savez peut-être, je suis né au Japon et j’ai passé mon enfance au Japon. Par conséquent, ma relation avec le Japon n’est et n’a été, depuis le début, qu’un travail de découverte de soi.

  • 2  Notre-Dame (Indiana, États-Unis) est l’université catholique la plus connue des États-Unis.

Je suis entré dans le champ de l’Histoire relativement tard, toutefois ; en licence je n’avais, en réalité, qu’un seul cours d’Histoire à l’Université Notre-Dame2.

  • 3  Bourse de recherche du Ministère de l’Éducation japonais.

Mais j’ai postulé pour la bourse du Monbushô3 en dix-neuf cent… quand était-ce ?… enfin, c’était au milieu des années 1980, et je me suis retrouvé à l’Université de Kyôto pour trois ans. Et c’est alors, à l’Université de Kyôto, que j’ai été initié comme il se doit à la discipline qu’est l’Histoire par mon mentor, le professeur Kôsaka Masataka. C’est donc lui qui m’a véritablement orienté vers l’Histoire. C’est alors que je me suis inscrit dans le cursus d’Histoire de l’Université de Yale, et c’est à peu près comme cela que je me suis retrouvé en Histoire.

Cela s’est donc passé de façon très naturelle, et cela n’a pas demandé beaucoup de réflexion de ma part de m’orienter vers l’histoire du Japon contemporain. Je voulais juste être au Japon à nouveau, cela a été mon première impulsion.

2. À l’attention du public francophone, pourriez-vous nous présenter les grandes lignes de l’historiographie américaine concernant le Japon contemporain ?

  • 4  Le terme burakumin renvoie aux individus dont l’activité était liée au sang, à la mort (bourreaux, (...)

De manière générale, je dirais que l’historiographie consacrée au Japon contemporain suit d’une certaine façon l’historiographie générale aux États-Unis et emploie une méthode semblable à celle qui est utilisée pour d’autres pays. L’une des principales idées est que, comme vous le savez, l’Histoire se limitait à l’histoire des grands personnages, de la politique et de la diplomatie, mais nous sommes passés de façon assez radicale de cette époque-là à un intérêt grandissant pour l’histoire sociale, culturelle et intellectuelle, en nous éloignant de l’élite, des débats des dirigeants, et en tentant d’écouter les voix des défavorisés, ou des populations qui n’avaient pas droit au chapitre dans l’Histoire jusqu’alors, celle des femmes, des minorités ou encore des burakumin4. C’est ce genre de choses qui reflète véritablement l’essentiel de cette discipline, telle qu’elle est prisée de nos jours dans le domaine de l’histoire du Japon contemporain. Mais cela reflète aussi le mouvement constant des vingt ou trente dernières années, d’une façon générale, aux États-Unis, qui va vers l’histoire des masses en s’éloignant de l’histoire des élites.

D’une certaine façon, il est intéressant de voir que cela a été motivé, ou inspiré, par l’École des Annales, qui avait commencé à travailler de cette manière il y a longtemps, et les historiens américains ont, en quelque sorte, puisé là-dedans.

Cela déteint progressivement sur le champ des études japonaises d’une manière que je trouve intéressante et enthousiasmante. Je pense aussi qu’une autre tendance très importante, à mon avis, est le développement de l’histoire comparative. C’est un mouvement qui s’éloigne de façon constante de l’idée d’un Japon spécifique, vu comme une entité exceptionnelle, et de plus en plus nombreux sont les débats sur le Japon qui reflètent de diverses manières les courants généraux allant du XIXe au XXe siècle.

J’ai essayé moi-même de suivre cette ligne d’investigation : je pense que c’est dans cette direction que vont aller les historiens.

Plus on s’éloigne de la Guerre du Pacifique, plus il est aisé de procéder ainsi, car la Guerre du Pacifique est réellement l’événement majeur dans l’histoire contemporaine du Japon, et elle absorbe, en quelque sorte, toute l’énergie intellectuelle. Bien entendu, après 1945, des chercheurs japonais, américains ou autres, avaient pour seule interrogation : « Pourquoi cela a-t-il eu lieu ? ».

  • 5  L’incident de Mandchourie (ou incident de Mukden, 18 septembre 1931) fait référence au sabotage, o (...)

Toutes les analyses sur l’histoire des Tokugawa, de Meiji, de la Restauration de Meiji, l’histoire du début des années 1920, se concentraient sur une tentative de réponse à la question « Pourquoi l’incident de Mandchourie5 ? »

Plus on s’éloigne de la Guerre du Pacifique, moins cela devient important.

En réalité, j’ai toujours été captivé par l’histoire japonaise du début du XXe siècle, essentiellement en raison de mon intérêt pour cette question de la Guerre du Pacifique, mais plus je vais de l’avant et plus je questionne les années 1920 et 1930, plus je suis tenté de séparer l’histoire de la Seconde Guerre mondiale de mon travail sur les années 1920 ou 1910.

En d’autres termes, de plus en plus, je pense que les historiens essaient de ne pas anticiper. On ne devrait pas parler des années 1910 comme de quelque chose qui devait conduire à 1931. On ne devrait pas parler des années 1920 comme de quelque chose qui devait inévitablement déboucher sur 1931.

Je crois qu’une autre tendance du champ des recherches estl’importance décroissante accordée à la Guerre du Pacifique, qui n’est plus aussi prédominante, qui n’a plus, comme c’était le cas, une présence écrasante dans l’historiographie, pour des raisons évidentes.

3. Vous avez consacré une partie importante de votre travail d’historien à l’ère Taishô. Quelle place peut-on accorder en histoire à cette période entourée des monstres d’historiographie que sont Meiji et Shôwa ?

Avant toute chose, je préfère ne pas parler de « Taishô ». Parce que cela n’est parlant pour personne aux États-Unis, pas plus qu’en France, en Allemagne ou en Grande-Bretagne. Et, encore une fois, mon but est de parler du Japon en tant qu’élément d’un mouvement plus général.

Donc, je dirais, d’abord, pas le mot « Taishô ». Mais la question deviendrait alors « Pourquoi vous êtes-vous focalisé sur le début du XXe siècle ? ».

La raison pour laquelle je me suis concentré sur le début du XXe siècle pendant toute ma carrière… en fait, pas toute ma carrière ; lorsque j’étais à l’Université de Kyôto, j’ai étudié l’après-1945, je travaillais sur le traité de sécurité nippo-américain. Mais il m’a semblé, après ce travail, qu’on ne pouvait rien comprendre à l’histoire japonaise du XXe siècle sans regarder avant 1945. Je me suis tout simplement concentré sur la Première Guerre mondiale parce que j’ai pensé que c’était là l’essence du Japon moderne.

Donc, bien entendu, la grande question, c’est « Alors, quelle est donc cette essence ? », mais c’est une autre…, c’est la question suivante ?

4. Oui, pourquoi la Première Guerre ?

Lorsque je me focalise sur la Grande Guerre, il s’agit d’une tentative de traiter, – ce qui, en un sens, est surprenant –, l’idée de comment on en est arrivé à la Guerre du Pacifique. Comme je l’ai dit précédemment, la Guerre du Pacifique représentait tout et on remontait jusqu’en 1900, 1868 ou même jusqu’en 1600, afin de tenter d’expliquer l’incident de Mandchourie et, au bout du compte, la Guerre du Pacifique. C’est beaucoup moins le cas de nos jours. Mais il me semble que lorsqu’on s’intéresse au début du XXe siècle, il existe, encore maintenant, cette tendance à essayer d’observer des dynamiques sur le long terme, en remontant au moins à la Guerre russo-japonaise, si ce n’est plus tôt, pour observer des mouvements qui nous mèneraient à une sorte de désastre dans les années 1930.

  • 6  Il s’agit ici de la Guerre du Pacifique, à partir de la déclaration de guerre des USA au Japon, le (...)

Une partie de ce que j’essaie de faire, à propos des années 1920, c’est de montrer l’hypothèse, cruciale dans l’histoire du Japon contemporain, que, pas plus en 1905 qu’en 1914, 1919 ou 1929, le Japon n’était inévitablement destiné à aller en Mandchourie, ni, en fin de compte, à mener une guerre contre les États-Unis6. Pour donner tout son sens à ce point de vue, il faut comprendre la place qui est celle de la Première Guerre mondiale. En d’autres termes, la Première Guerre mondiale nous donne un aperçu de la manière dont le Japon, dans les années 1920, est sur une trajectoire très différente de celle qui était la sienne en 1868 ou en 1919. Une fois encore, à moins de comprendre cette trajectoire très différente, on en vient à supposer que la Seconde Guerre commence en 1914 ou en 1905 ou en 1868.

Je ne pense pas que ce soit le cas. Parce que, de 1919 à 1931, le Japon n’est plus le même. Bien sûr, il faut expliquer ce qui se passe en 1931, mais il y a là un nouveau Japon solide – et, je le rappelle, les contemporains parlent de « Japon nouveau » –, dont on peut supposer qu’il s’écroule en 1931, mais ce n’est en rien le cas. En réalité, regarder les années 1920, c’est voir le XXe siècle qui arrive au Japon, et c’est dans les années 1920 que nous trouvons les fondations du Japon d’après 1945. C’est ma ligne directrice, et c’est pourquoi il faut se focaliser sur la Première Guerre mondiale afin de saisir ce qui se passe, afin de comprendre qu’il s’agit d’un nouveau siècle et que ce nouveau siècle commence réellement alors, et non pas avec la Guerre russo-japonaise.

  • 7  Frederick Dickinson. War and National Reinvention, Japan in the Great War, 1914-1919. Cambridge, H (...)

5. En France, du moins, la place réservée au Japon, dans les ouvrages portant sur la Grande Guerre, et à la Grande Guerre, dans les ouvrages d’histoire du Japon, est minime. Dans War and National Reinvention7, vous accordez une place particulière à la Grande Guerre. Pourquoi, et quelle est donc cette place ?

M’adressant à un Européen, je serais bien le dernier, pour ainsi dire, à prétendre que le Japon a souffert ou a combattu de la même manière que les nations européennes ; ce n’est bien sûr pas le cas.

Mais je dirais, comme je l’ai dit plus tôt, que la Première Guerre mondiale est cruciale pour l’histoire du Japon contemporain car elle marque une transformation majeure à l’échelle mondiale, et le Japon fait partie de ce monde et représente déjà avant le début du XXe siècle une part importante de ce monde. Donc, de toute évidence, toutes sortes de changements vont affecter le Japon, et l’affecter de façon significative, je le répète, non pas de manière physique comme pour la France et l’Allemagne ou l’Europe centrale, mais affecter le Japon parce qu’il s’agit d’un changement généralisé.

La plupart des historiens du XXe siècle, qu’ils soient français, américains, anglais, ou allemands diraient que le XXe siècle commence réellement avec la Première Guerre mondiale. Tout ce qui précède 1914 ou 1918/1919 est, dans une large mesure, un reflet de l’époque des empires. On accède au nouveau type de développement, comme vous savez, économique, politique, idéologique, social ou culturel, du XXe siècle, à partir de la Première Guerre mondiale. Et je dirais que cela demeure totalement vrai pour le Japon de nos jours.

6. Vous écrivez que, alors que les nations européennes luttaient pour leur survie, c’était également le cas du Japon, qui, pourtant, a payé un tribut moindre en termes militaires lors de la Grande Guerre. Pourriez-vous développer cette idée ?

Dans mon premier ouvrage, j’ai parlé de cela comme d’une sorte de menace, sans doute parce que c’était dans la perspective de ce que j’appelle « l’élite de Meiji », les fondateurs du système de Meiji, qui créèrent cet État en grande partie sur la base des modèles européens, et bien entendu, ce qu’il ont vu principalement, c’est qu’avec la Première Guerre mondiale, les modèles européens perdaient leur légitimité, puisqu’ils se disaient « Regardez ce qui est arrivé… Regardez où ces modèles nous ont menés ».

  • 8  Yamagata Aritomo (1838-1922). Homme d’État et militaire japonais. Souvent considéré comme le père (...)
  • 9  Inoue Kaoru (1836-1915). Comme Yamagata, il appartient aux genrô. Il s’illustre avant Meiji par so (...)

Pour des personnes comme Yamagata Aritomo8 ou Inoue Kaoru9 ou pour les membres des genrô, qui sont les hommes d’État de l’ancienne génération, ou encore pour l’élite militaire ou bureaucratique, il y avait, dans ce monde nouveau de l’après Première Guerre mondiale, quelque chose de très dérangeant.

  • 10  Katô Takaaki (1860-1926). Diplômé en Droit de l’Université impériale de Tôkyô, il travaille, après (...)
  • 11  Hamaguchi Osachi (1870-1931). Hamaguchi a servi comme Ministre des Finances, puis Ministre de l’In (...)

Mais le nouveau point sur lequel j’insiste, dans l’ouvrage sur lequel je travaille en ce moment, c’est que je préfère ne pas voir cela comme une menace. Je préfère me focaliser sur le changement en le considérant, en fait, comme une opportunité pour un tout autre genre de personnes. Des gens comme Mizuno Hironori, peut-être, mais aussi Katô Takaaki10 ou Hamaguchi Osachi11.

Nous parlons là des nouveaux dirigeants de ce qu’on a appelé, dans les années 1920, le « nouveau Japon ».

Nous constatons un transfert de pouvoirs considérable, je le dis encore, depuis ce que nous pourrions appeler « l’élite de Meiji » vers une nouvelle élite, celle des responsables des partis politiques, – pour la première fois dans l’histoire du Japon contemporain –, et tout cela a été fortement stimulé par la Première Guerre mondiale, et le fait que Woodrow Wilson, le dirigeant le plus important de l’un des principaux pays vainqueurs, les États-Unis, décrive cette guerre comme une guerre destinée à rendre le monde sûr pour la démocratie, y a contribué. Il donne une certaine légitimité à la gouvernance des partis politiques, légitimité que l’on n’avait pas auparavant, et cela constitue un fondement très fort pour un tout nouveau Japon dans les années 1920.

7. Dans l’introduction de War and National Reinvention, vous expliquez que c’est en cherchant à comprendre les mécanismes du traité militaire de sécurité nippo-américain de 1951 que vous vous êtes tourné, dans votre travail, vers l’ère Taishô. Cette période peut-elle encore nous éclairer sur la situation actuelle du Japon ?

Oui, parce que je pense, là encore, que le cœur de ce que nous entendons par « le Japon des XXe et XXIe siècles » réside dans les années 1920. C’est seulement au moment de la Première Guerre mondiale que le Japon devient une puissance mondiale. À l’époque de la Guerre russo-japonaise, c’est une puissance régionale ; à partir de 1919, c’est une puissance mondiale. Et le Japon est resté une puissance mondiale depuis 1919. Malheureusement, le Japon, en tant que puissance mondiale, a pris un « mauvais tournant » dans les années 1930-1940, mais fondamentalement, nous avons le Japon en tant que puissance mondiale, tel que nous le connaissons aujourd’hui, surtout à partir de 1919.

Devenir une puissance mondiale a eu toutes sortes de conséquences pour l’économie, la politique, la société ou la culture japonaises, et ainsi, là encore, je dirais, fondamentalement, au sujet du Japon d’aujourd’hui, que c’est une toute autre histoire si vous revenez avant 1919. Penser le XIXe siècle en opposition au XXe siècle... c’est totalement différent. Je ne pense pas qu’il y ait une telle différence entre le monde de 1903 et celui de 1908, en d’autres termes, entre celui d’avant et celui d’après la Guerre russo-japonaise.

C’est vrai, c’était important que le Japon devienne une puissance régionale avec la Guerre russo-japonaise et, c’est vrai, la Guerre russo-japonaise a inspiré de nombreux révolutionnaires comme Ho-Chi-Min, Phan Boi Chau, les afro-américains aux États-Unis, des personnes qui voient un empire asiatique vaincre un empire occidental, et qui sont véritablement influencées par cela. Sun Yat-Sen aussi.

C’est vrai que cela provoque une espèce d’esprit nouveau à travers le monde, mais pas vraiment de la même ampleur que le changement de siècle que nous voyons, du XIXe au XXe, avec la Première Guerre mondiale. Voilà l’idée générale.

Nous pourrions, encore, prendre en considération nombre d’autres choses. Comme vous le voyez, sans aucun doute, le Japon est une démocratie aujourd’hui, et les racines de cette démocratie remontent à la constitution de Meiji, bien entendu, mais plus particulièrement au moment précis, – le seul dans l’histoire japonaise – où les Japonais, pour eux-mêmes, créèrent leur propre système avec deux partis politiques, principalement. Donc, il s’agit de ce genre de lien sur le plan politique.

Il y a également un lien culturel, ce qui est, en un sens, le comble de l’ironie, dans la mesure où c’est au moment de la Première Guerre que les États-Unis deviennent, en gros, la principale puissance mondiale. Le XXe siècle est en grande partie un siècle américain, n’est-ce pas ?

Et ce ne sont pas seulement la diplomatie et la politique américaines qui ont une grande influence, mais aussi la culture américaine. Il y a, en effet, toutes sortes d’éléments culturels venus des États-Unis, comme les modern boys, modern girls, le jazz, le baseball, tout ce genre de choses qui inondent le Japon dans les années 1920, de la même manière qu’elles le font, en fait, à l’échelle mondiale.

Nous voyons très nettement cette sorte d’héritage au Japon, jusqu’à nos jours. Évidemment, cela a également beaucoup à voir avec le traité de coopération mutuelle et de sécurité nippo-américain d’après-guerre.

Mais il y a déjà un précédent de cette sorte, quand les États-Unis deviennent la première puissance attractive à l’échelle mondiale, dans les années 1920. Il y a des aspects culturels pour lesquels on peut remonter aux années 1920, des aspects politiques, diplomatiques, car, voyez-vous, c’est là que cela a commencé, c’est là que le Japon est devenu une puissance mondiale, et cela continue jusqu’à aujourd’hui.

L’économie japonaise arrive à un tournant avec la Première guerre mondiale, c’est à ce moment-là que le Japon devient une puissance industrielle et commerçante majeure sur la scène mondiale. Pas avant. C’est à ce moment-là, après 1916, plus ou moins, que l’économie japonaise s’est transformée en quelque chose qui ressemble davantage à ce que nous voyons aujourd’hui. Il y a donc tout un tas de paramètres. Si l’on revient à la Première Guerre et à ses retombées immédiates, on voit plus ou moins le Japon de la façon dont on le comprend aujourd’hui.

  • 12  Frederick Dickinson, Taisho Tenno : ichiyaku Godaishu o yu hisu, Kyôto, Minerva Shôbo, 2009.

8. Vous avez consacré un ouvrage à l’empereur Taishô (Taishô tennô) (1912-1926)12. Ce fut pourtant un personnage effacé, semble-t-il, qui n’a que peu géré les affaires du pays. Pourquoi ce choix ?

À peu près pour la même raison ; pour repenser nos idées sur le début du XXe siècle japonais.

Avoir tiré de l’oubli ce personnage, comme je l’ai fait, c’est un peu la même chose qu’avoir remis l’accent sur les années 1910 et 1920, importantes et cruciales dans la réflexion sur l’histoire du Japon contemporain.

Lorsqu’on parle de ce personnage, la première chose qu’il faut garder à l’esprit, il est vrai, c’est que son règne réel est relativement court. Essentiellement de 1912 à 1921, quand la Régence est mise en place et qu’il ne participe plus, dans les faits, au pouvoir, et que son fils prend sa place.

Mais il faut comprendre qu’il est déjà bien présent, et que la population japonaise le connaît, bien avant qu’il ne devienne empereur. Il est, bien sûr, fêté à sa naissance puisque la monarchie a enfin un héritier, qui sera, espère-t-on, viable et fort ; bien entendu, si vous connaissez le XIXe siècle japonais, vous savez que c’est là un événement très important puisque les fondateurs du régime de Meiji ont mis, pour la première fois, l’empereur au centre de leur projet de construction nationale, et la monarchie est donc très importante. Et si elle est importante, elle doit perdurer.

Lorsque Yoshihito naît, en 1879, c’est un grand événement. L’empereur Meiji a 27 ans, cela fait 11 ans qu’il est empereur à ce moment. Ses deux premiers-nés étaient décédés en bas-âge, avant leur premier anniversaire.

Et, certainement, en particulier du point de vue des créateurs du régime de Meiji, il y avait une inquiétude à propos de la durabilité du système, rien qu’en regardant la monarchie.

Donc, Yoshihito est né ; on parle de l’empereur Meiji comme étant le premier empereur moderne, mais c’est en réalité l’empereur Taishô qui est le premier empereur moderne, puisqu’il est né à l’époque du nouveau système, qu’il accède au pouvoir dans le nouveau système, et qu’il passe par le système d’éducation moderne.

À quelque moment que ce soit, c’est véritablement lui qui représente la nouvelle monarchie. Ce n’est pas l’empereur Meiji. Ce que je veux dire, c’est que Meiji avait 15 ans lorsqu’il devint empereur de l’État-nation moderne. Il était de Kyôto, il était né à Kyôto, avait grandi à Kyôto, et enfin, il fut enterré à Kyôto. C’était un Kyôtoïte de l’ère Bakumatsu.

Yoshihito, lui, est le premier monarque qui est un produit de Tôkyô : né à Tôkyô, il a grandi à Tôkyô, a régné à Tôkyô, est mort et enterré à Tôkyô.

Et pratiquement depuis sa naissance en 1879, à quelque moment que ce soit, il représente pour son peuple l’essence de l’État-nation japonais moderne.

Un autre repère important, outre sa naissance, est l’année 1900, lorsqu’il se marie. Il est marié à une femme issue de l’aristocratie, mais le mariage est une sorte d’immense affaire nationale, et le modèle de ce mariage est, à bien des égards, lemodèledes monarchies européennes, particulièrement celui de la monarchie britannique, mais également un peu la monarchie allemande et d’autres aussi. Et cela, c’est vraiment la naissance de la véritable image nationale de Yoshihito.

L’image qui est la sienne, c’est essentiellement celle d’un homme qui symbolise le Japon du début du XXe siècle. Et c’est le cas, parce qu’il est bien plus occidental dans son apparence que son père ; il aime les gadgets, les trains, les jumelles binoculaires, les appareils photo, les films ; son père n’aimait rien de tout cela. Il aime les avions. Il part en tournée protocolaire, plusieurs voyages dans le pays, tout comme l’avait fait Meiji au début de son règne. Les gens viennent faire sa connaissance, et ils viennent le voir non pas comme un homme fragilisé, mais comme l’incarnation du nouveau Japon du début du XXe siècle.

En réalité, lorsque Taishô vient en visite dans les petits villages en tant que prince héritier, il vient souvent au moment où les villages viennent tout juste d’être desservis par le train, ou encore viennent à peine d’être raccordés au gaz ou à l’électricité. Les gens associent la nouvelle modernité à la venue de l’empereur. Il a donc cette image avant de devenir empereur en 1912. C’est bien avant qu’il est perçu comme cela.

C’est véritablement là l’origine de sa force en tant que symbole de cette modernité du début du XXe siècle. C’est pour cela que je souhaitais écrire à son sujet et changer l’idée qui est la nôtre, qu’il ne représente que l’infirmité.

Bien évidemment, dès 1919, il est dans l’incapacité d’assurer ses fonctions du fait de ses handicaps mentaux et physiques, mais, bien avant cela, son rôle et son implication dans la vie du pays sont considérables et c’est une implication, là encore, qui est l’expression d’un Japon du XXe siècle totalement nouveau.

9. Vous travaillez actuellement sur la reconstruction culturelle et politique qui suivit la Première Guerre (1919-1931). Pourriez-vous expliquer plus en détail les aspects principaux de votre travail ?

Eh bien, comme je l’ai dit, la Première Guerre mondiale est un moment-clé qui marque le début du XXe siècle et c’est donc, fondamentalement, ce que ce travail va tenter de démontrer ; c’est-à-dire comment, sur le plan politique culturel, social, économique et diplomatique, le Japon est, en 1920, dans une position complètement différente de celle qui était la sienne avant 1919. Bien entendu, il y a eu diverses recherches sur les années 1920 pendant de nombreuses années, mais il y a, bien sûr, toujours la question de l’incident de Mandchourie de 1931.

Donc, la tendance, là encore, est d’anticiper cet événement, et même si l’on peut entendre dire « Oui, il y a un gouvernement avec des partis politiques », il y a toujours, derrière cette notion, l’idée qu’une sorte de germe de destruction est implanté dans le système et va nous mener à 1931.

Donc, ce que je veux essayer de faire, c’est de montrer à quel point ce « nouveau Japon » – et, je le rappelle, c’est ainsi qu’on l’appelait après la Première Guerre – est plutôt solide, plutôt puissant et plutôt fort, et ce n’est pas en raison de sa faiblesse que l’on va vers quelque chose de différent dans les années 1930, mais, bien au contraire en réalité, c’est à cause de sa force, et cette force provient de la Première Guerre mondiale et de l’importance du remodelage que l’on peut observer.

Encore une fois, le Japon n’est pas vraiment affecté de manière physique par la Première Guerre mondiale, mais l’économie japonaise, c’est une tout autre affaire qu’auparavant, car, fondamentalement, l’industrie navale japonaise, l’industrie de l’armement et du textile, profitent du ralentissement des manufacturiers européens navals, du textile ou de l’armement, parce que les Européens sont occupés, évidemment, à autre chose. Cela a donc un effet très considérable, sur le plan structurel, sur l’économie japonaise, et c’est ce qui entraîne des changements très significatifs dans la politique japonaise, la diplomatie, mais aussi la culture et la société, et c’est ce à quoi je m’intéresse en ce moment. Je le répète, le choc est tout aussi important, au moins en termes idéologiques, que la remise en question qui a lieu en Europe et aux États-Unis. Et je dirais également que cette restructuration me paraît refléter et rappeler étroitement la transformation radicale du Japon à l’époque de la restauration de Meiji.

Les contemporains dans les années 1920 en parlèrent comme d’une seconde ishin, une seconde Restauration, tout à fait l’équivalent de la première qui avait transformé le Japon médiéval en un État-nation moderne. Et ils perçoivent autant de différences entre le Japon et le monde de l’avant et de l’après Première Guerre que les fondateurs de Meiji entre l’ère Meiji et le temps des Tokugawa.

Et l’on retrouve le même type de langage – vous avez certainement pu voir cela avec Mizuno Hironori. Mais, vous savez, cela fait partie du processus de modernisation de 1868 ; il fallait absolument dire que tout ce qui précédait 1868 était mauvais, sombre et catastrophique et que tout, dans le futur, serait nouveau, brillant, et plein d’espoir ; nous voyons le même type de discours en 1919-1920, promu à travers un mécanisme similaire, et le mécanisme le plus important, c’est la façon dont on utilise l’empereur. Bien sûr, si vous connaissez la Charte du serment de 1868, en quelque sorte la première déclaration au nom de l’Empereur, c’était là une toute nouvelle donne qui s’opérait au XIXe siècle. Eh bien, vous allez voir, il existe l’équivalent de la Charte du serment en 1920 : une déclaration de l’empereur Taishô après la paix, et elle exprime clairement cette nouvelle entité qu’est le Japon des années 1920, et combien il est différent d’avant.

C’est la raison pour laquelle j’attache à tout cela une grande importance, parce que je considère que c’est aussi essentiel, voire plus encore, que la première transformation, au milieu du XIXe siècle. Et c’est particulièrement important si vous voulez comprendre le Japon du XXe siècle.

10. Vous abordez dans votre enseignement la question du « transnationalisme » en Extrême-Orient. Pourriez-vous développer les grands traits de cette approche ?

Je donne des cours portant sur les questions transnationales et dans ces cours je m’intéresse à des recherches qui suivent expressément les changements à travers les frontières nationales et au-delà des États-nations. Je dirais, au sujet de mes propres recherches, que je ne suis pas un historien « transnational », mais j’imagine que, dans la mesure où telle ou telle question transnationale vient nourrir mes propres travaux, dans cette mesure-là, j’essaie d’être comparatiste autant que possible. Je ne suis donc pas « transnational », mais comparatiste. J’aime toujours aborder le Japon dans un contexte mondial.

J’essaye toujours de m’évertuer à tenter d’éviter l’image d’un Japon considéré comme quelque chose d’exceptionnel ou d’étrange, ou de prédestiné à aller en Mandchourie en 1931 à cause des traits culturels japonais ou d’autres choses de ce genre. Cette tentative d’éviter de s’enfermer dans une perception réductrice de la culture et de l’état japonais, je suppose que c’est une sorte d’approche transnationale. Pourtant, sur un plan strictement technique, dans mes recherches, je ne me centre pas sur des éléments qui traversent les frontières. Je pense être transnational de par la façon dont j’essaye d’appréhender l’idée du Japon, à savoir, ne pas le réduire à en parler seulement comme étant « le Japon ».

Voyons-le comme une partie d’un monde plus vaste, et c’est ce que j’essaie principalement de faire, et c’est la raison pour laquelle il est pratique et utile de porter attention à la Première Guerre mondiale et à son impact, parce que la Première Guerre mondiale est une chose dont beaucoup de personnes sur la planète ont fait l’expérience, entre 1914 et 1919 et dans l’immédiat après-guerre ; ainsi, en parlant de cela plutôt que de « Taishô », on parle de quelque chose qui est un changement bien plus mondial, qui permet d’établir des parallèles et des comparaisons. Bien entendu, je ne dis pas que l’expérience que le Japon a faite de la Première Guerre a été la même que celle de la France. Certainement pas. Mais c’est indubitable que cet événement historique particulier est une expérience fondamentale, tout comme en France, en Angleterre et en Allemagne et partout ailleurs.

J’imagine donc que ce dernier point est, en quelque sorte, transnational lui aussi, mais peut-être est-ce seulement ma vision des choses qui est transnationale.

11. Quelles sont, à votre avis, les nouvelles voies de recherche pertinentes pour l’histoire du Japon contemporain ?

Eh bien, pour ne parler que de mon cas, je suis toujours étroitement attaché à l’importance de la Première Guerre mondiale.

Il me semble que, dans l’étude de la Première Guerre mondiale, pour ce qui concerne le Japon, il reste encore beaucoup à faire. En réalité, je l’espère… Cela peut sembler fou, mais j’ai écrit mon premier livre en anglais sur la Première Guerre mondiale, je suis en train de faire mon second ouvrage en anglais sur la Première Guerre et ses effets sur les années 1920, et avec mon troisième ouvrage en anglais, je pense traiter de la Première Guerre mondiale et de ses effets sur les années 1930 ; c’est un peu fou, mais il est encore utile de s’intéresser à l’importance de la Première Guerre mondiale au Japon.

Et cela s’inscrit dans une perspective qu’il faudrait ouvrir plus largement, je pense, qui est que l’avenir des études sur le Japon est de considérer ce pays comme une partie des tendances mondiales. Il s’agit de s’éloigner de la notion d’exception japonaise, de singularité japonaise.

Il s’agit de voir la création d’un système de partis politiques dans les années 1920, ou encore la montée en puissance d’une économie mondiale majeure après 1945, ou quoi que ce soit d’autre, comme un reflet, comme un prisme à travers lequel observer des changements plus importants dans l’histoire mondiale. C’est dans cette direction qu’il faudrait aller. Je ne suis pas certain, en réalité, que l’on aille dans cette voie.

Cette fixation que j’ai faite sur la Première Guerre mondiale est assez étroitement liée à ce souci que nous devrions continuer à voir le Japon en dehors du carcan étroit de l’histoire japonaise, qui a tendance à n’être qu’un débat sur Meiji, Taishô, Shôwa, Heisei. Nous devrions penser le Japon comme étant partie prenante du monde contemporain, et non pas simplement voir les Japonais comme jouant un jeu à part dans le monde actuel.

Je suis en train d’écrire mon quatrième ouvrage en anglais sur l’histoire contemporaine du Japon ; pour le moment, il est intitulé « Histoire mondiale du Japon contemporain ». Et l’idée en est, très clairement, de considérer les changements depuis 1600 jusqu’au XXIe siècle comme un reflet de changements plus amples à travers le monde, c’est ce en quoi consiste tout mon travail. C’est cela l’approche philosophique la plus importante dans l’histoire du Japon contemporain.

Je pense que le travail le plus intéressant qui soit fait actuellement sur le Japon porte sur l’ère des Tokugawa, bien que l’ère Meiji ait attiré un groupe très important de chercheurs.

Mais, ces dix ou vingt dernières années, je vois que l’étude des années 1910 et 1920 a véritablement commencé, en quelque sorte, à éclore, ce qui est une bonne chose. Et, bien sûr, il y a de plus en plus d’historiens spécialisés dans les changements de l’après-1945.

Il y a une Histoire de l’après-guerre au Japon, maintenant, comme il n’en existait pas quand j’ai commencé au tout début à travailler comme historien du Japon contemporain.

On peut parler, légitimement, d’Histoire, pour l’histoire de l’après-guerre. Voilà, d’une manière générale, quels sont les champs de recherches importants.

Haut de page

Notes

1  http://www.history.upenn.edu/faculty/dickinson.shtml

2  Notre-Dame (Indiana, États-Unis) est l’université catholique la plus connue des États-Unis.

3  Bourse de recherche du Ministère de l’Éducation japonais.

4  Le terme burakumin renvoie aux individus dont l’activité était liée au sang, à la mort (bourreaux, croque-morts, tanneurs, bouchers, etc.), et donc considérés comme impurs par la religion shintô. Ils faisaient donc (et font encore, pour ce qui est de leurs descendants, qui représentent une communauté importante) l’objet de discriminations.

5  L’incident de Mandchourie (ou incident de Mukden, 18 septembre 1931) fait référence au sabotage, organisé par l’armée japonaise, d’une voie de chemin de fer de Mandchourie appartenant à une société japonaise, afin de justifier une intervention militaire japonaise et l’invasion de la région.

6  Il s’agit ici de la Guerre du Pacifique, à partir de la déclaration de guerre des USA au Japon, le 8 décembre 1941.

7  Frederick Dickinson. War and National Reinvention, Japan in the Great War, 1914-1919. Cambridge, Harvard University Asia Center, 1999.

8  Yamagata Aritomo (1838-1922). Homme d’État et militaire japonais. Souvent considéré comme le père du militarisme au Japon, il est l’un des genrô, groupe restreint de politiques qui a dirigé le pays suite à la Restauration de Meiji. Il a occupé un grand nombre de postes importants (il a été notamment deux fois Premier ministre).

9  Inoue Kaoru (1836-1915). Comme Yamagata, il appartient aux genrô. Il s’illustre avant Meiji par son hostilité envers les Occidentaux. Durant la Restauration, il est intégré au gouvernement et a occupé de nombreux postes durant sa carrière (il fut le premier Ministre des Affaires étrangères, entre autres).

10  Katô Takaaki (1860-1926). Diplômé en Droit de l’Université impériale de Tôkyô, il travaille, après un séjour de deux ans à Londres, en 1885, pour la société Mitsubishi. Il est également l’un des hommes importants des gouvernements de la Restauration. Il occupe principalement le poste de ministre des Affaires étrangères et est nommé Premier ministre en 1924.

11  Hamaguchi Osachi (1870-1931). Hamaguchi a servi comme Ministre des Finances, puis Ministre de l’Intérieur (1926) et occupe de poste de Premier ministre en 1929. Surnommé le « Premier ministre lion », il bénéficie d’un soutien populaire important ; en 1930, toutefois, il signe le Traité naval de Londres, qui limite la capacité navale du Japon en termes de bâtiments, ce qui entame sa popularité.

12  Frederick Dickinson, Taisho Tenno : ichiyaku Godaishu o yu hisu, Kyôto, Minerva Shôbo, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frederick Dickinson et Frédéric Danesin, « Entretien avec Frederick R. Dickinson, maître de Conférences au département d’Histoire de l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie, États-Unis) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 04 janvier 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/929 ; DOI : 10.4000/framespa.929

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org