Navigation – Plan du site

Quelle place pour la Grande Guerre dans l’histoire contemporaine du Japon ? Quelques éléments de réflexion à partir d’un témoignage japonais

What place does the Great War have in Japanese modern history? Some lines of thought based on the study of a Japanese testimony
¿Qué lugar ocupa la Gran Guerra en la historia contemporánea de Japón ? Algunos elementos de reflexión a partir de un testimonio japonés
Frédéric Danesin

Résumés

Événement majeur du début du XXe siècle, la Grande Guerre (1914-1918) est au cœur d’une production historiographique monumentale et vivace ; or il est aisé de constater à quel point la place donnée au Japon dans cette guerre est restreinte, au moins autant d’ailleurs que celle donnée à cette guerre dans l’histoire du Japon. Peut-on écrire l’histoire du Japon en éludant les années qui vont de 1905 à 1931 ? Qu’a été la Grande Guerre en Europe pour le Japon ? Vaste question, mais sans doute est-il possible d’apporter quelque modeste élément de réponse au travers d’une étude de la réflexion et de l’œuvre de Mizuno Hironori (水野広徳, 1875-1945).

Militaire et chroniqueur militaire, écrivain à succès, révélé par son ouvrage sur la guerre russo-japonaise (Kono Issen, 此の一戦) et connu pour ses positions pacifistes dans un Japon impérialiste, c’est impressionné par les ravages de la guerre lors de son séjour en Europe en 1919 qu’il avait fortifié ses convictions ; Mizuno Hironori est un observateur et un intellectuel de choix puisqu’il est spectateur (et parfois acteur) des guerres qui impliquent le Japon de 1904 à 1945.

Le cheminement et la réflexion de Mizuno Hironori nous permettent non seulement d’apporter un témoignage japonais,  éclairage particulier – et qui fait défaut – sur la Grande Guerre, de resituer la place de l’événement pour les contemporains, mais également le Japon dans une continuité historique, de 1905 à  la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Japon, Europe
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Exception faite du travail novateur et considérable du groupe de recherche sur la Première Guerre (...)

1L’historiographie en français consacrée à la question japonaise demeure peu importante au sein de la monumentale production consacrée à la Grande Guerre, mais de la même manière les recherches consacrées à la place de la Grande Guerre dans l’histoire japonaise du XXe siècle sont assez rares1 . Partant de ce constat, et en supposant qu’il était le fait d’un accès difficile en termes de sources du côté français et d’une prépondérance des études sur le Japon de Meiji et l’histoire de la Seconde Guerre mondiale dans les recherches japonaises, se posait de manière légitime la question de la place de ce conflit mondial dans le XXe siècle japonais.

2Pour tenter d’apporter quelques premiers éléments de réponse, et dans la perspective d’une approche en phase avec les études françaises sur la Grande Guerre, nous nous sommes intéressé à un témoignage et à la réflexion d’un contemporain japonais, Mizuno Hironori水野広徳 (1875-1945).

3Ce choix a été le fait de plusieurs considérations. En effet, Mizuno est relativement présent dans l’historiographie consacrée au Japon du début du siècle, et ce au travers, principalement, de trois aspects : son œuvre de journaliste militaire et d’écrivain durant la guerre russo-japonaise (1904-1905), son revirement de pensée suite à sa visite sur les champs de bataille de Verdun et son engagement pour la cause du pacifisme dans le Japon impérial. Se dégageaient donc au moins deux éléments intéressants : Mizuno a témoigné de la situation sur les champs de bataille européens et son expérience s’inscrit donc dans une continuité historique du début du XXe siècle à la Seconde Guerre. On pouvait ainsi espérer, au travers de son œuvre, lire sa perception du conflit ainsi qu’une mise en perspective de ce dernier dans la destinée du Japon contemporain.

4Si l’on peut se féliciter de l’existence de l’œuvre et du témoignage de Mizuno, il convenait de rester critique afin de pouvoir les utiliser de manière historienne, et de questionner leur pertinence et leur validité.

Mizuno, de la guerre russo-japonaise au premier séjour en Europe

La « guerre d’Europe » vue du Japon

5Dans un premier temps, et afin d’évaluer si l’intérêt porté à la Première Guerre dans l’œuvre de Mizuno, est marginal ou s’insère dans un courant plus général au Japon concernant la Grande Guerre, autorisons-nous un tour d’horizon de la perception et de l’image de la Guerre au Japon. La « guerre d’Europe » (Ôshû sensô 欧州戦争), telle qu’elle est généralement dénommée alors au Japon, bien que lointaine, suscite un véritable intérêt.

6En réalité, la couverture de l’événement est réellement considérable, notamment dans la presse, de manière très complète. Alors qu’en Europe la presse publie sur le Japon des articles assez superficiels et à dessein de propagande, les articles japonais sont très descriptifs et souvent objectifs, entraînant quelquefois la fureur des services de propagande alliés. (fig.1)

Figure 1

Figure 1

Illustration issue du journal Ôasa shinbun du 13 avril 1917. Sur le front de l’ogre on peut lire « Verdun », à gauche « Jusqu’à ce que le dieu de la mort soit rassasié ».

7À ce sujet, une étude complète des représentations de la guerre dans la presse japonaise, à notre connaissance jamais réalisée à ce jour, constituerait un travail aussi nécessaire que pertinent.

8Fait surprenant, une revue, Ôshû sensô jikki 欧州戦争実記 (nouvelles de la guerre d’Europe), au contenu conséquent (une centaine de pages en moyenne et une parution bimensuelle) et richement documentée et illustrée, est même exclusivement consacrée à la guerre d’Europe. Notons que la publication de cette revue a été lancée dans la foulée des publications de même type sur la guerre russo-japonaise. (fig.2)

Figure 2

Figure 2

Couverture du premier numéro de la revue Ôshûsensô (25 août 1914).

  • 2  Brian Victoria, Le zen en guerre, 1968-1945, Paris, Seuil, 2001, p. 115.
  • 3  Shimazaki Tôson, 島崎藤村, Furansu daiyori, フランスだいより(Journal français), in Zenshû , 全集, vol. 12, Tôkyô (...)

9Également, d’autres intellectuels ont saisi dès le début l’incidence de cette guerre : Anesaki Masaharu2 – dont nous reparlerons tout à l’heure ou encore Shimazaki Tôson島崎藤村3.

  • 4  Kurosawa Fumitaka, Taisen Kanki no Nihon Rikugun (L’armée de terre japonaise dans la guerre), Tôky (...)

10Enfin, pour les militaires, l’intérêt pour la Grande Guerre est évident, pour preuve les nombreuses commissions d’enquête, tant de l’Armée de terre4 que de la Marine. Bien sûr, la question n’est pas ici de cataloguer l’ensemble des écrits consacrés à la Grande Guerre au Japon, mais de s’assurer que, au milieu de la production littéraire d’alors, Mizuno est donc bien loin d’être marginal dans son intérêt pour cette guerre, point dont il est nécessaire de s’assurer dans un premier temps.

De l’ancre à l’encre. Quelques éléments biographiques et bibliographiques

11Mizonu Hironori est né en 1875 à Mitsuhama, dans l’actuelle préfecture d’Ehime, dans un milieu familial proche de celui des frères Akiyama, héros et personnages importants de la guerre russo-japonaise. Élève indiscipliné, il finit ses études brillamment et devient lieutenant dans la Marine en 1900.

12C’est au cours de la guerre russo-japonaise qu’il éprouve son talent littéraire en relatant les batailles pour la presse. Dans la foulée il publie Kono Issen 此の一戦 en 1911, qui devient rapidement un best-seller. Ce sont les premiers pas de Mizuno dans le monde littéraire.

  • 5  On remarquera l’ordre de publication des ouvrages qui est assez parlant : l’ouvrage Tsugi no Issen(...)

13En 1913, dans le contexte de la politique américaine d’alors envers les Japonais, il écrit Tsugi no Issen 次の一戦 (La guerre à venir), publié l’année suivante. L’ouvrage profite d’une publicité inattendue du fait du procès qui est fait à Mizuno, lequel avait publié sans l’autorisation de ses supérieurs5.

  • 6  L’expression renvoie aux Européens ou aux Japonais influencés par la culture et les mœurs européen (...)

14En juillet 1916, il part en mission d’inspection en Europe. C’est Londres qui constitue l’objet central de son séjour. Il y fait l’expérience des premiers bombardements de l’aviation allemande. Il rentre en août 1917 et publie son journal de voyage en Europe, intitulé Nami no mamani 波のままに(Au gré des vagues) ainsi que Bata no kusai バタの臭い(L’odeur du beurre6), qui paraîtra sous forme de nouvelles dans le journal Asahi 東京朝日新聞.

15C’est en août 1919 qu’il réembarque pour l’Europe avec, cette fois-ci, pour objectif initial l’étude des pays vaincus, principalement l’Allemagne. C’est ce voyage, qui va le mener sur les vestiges des champs de bataille du nord de la France, qui constitue donc un tournant décisif. (fig.3)

Figure 3

Figure 3

Première page de l’article de Mizuno dans la revue Chûô Kôron (novembre 1919).

16En 1921, il publie dans le journal Nichinichi 東京日日新聞, sous forme de nouvelles, Gunjin Jinri軍人心理 (« Psychologie des militaires »). Le fait qu’un militaire en activité se permette une telle audace crée un esclandre et lui vaut d’être interdit de publication. À la suite de cet épisode, il quitte l’armée et exerce l’activité, dans le monde littéraire, de critique, traitant principalement de thèmes sociaux et militaires.

L’avant Verdun : un partisan du militarisme et de la défense nationale

  • 7  Mizuno Hironori 水野広徳, « Sensô gakan »「戦争我観」, Chûô Kôron 中央公論, Novembre 1919, in Awaya Kentarô粟屋憲太郎 (...)

17Son premier article portant sur la Grande Guerre elle-même7, publié également dans la revue Chûô Kôrôn 中央公論, a le mérite d’exposer très clairement son idée de la guerre en général et de la Grande Guerre en particulier. (Fig.4)

Figure 4

Figure 4

Mizuno avant son premier départ pour l’Europe.

18L’article, qui dresse un tableau historique du début de la guerre, prend vite prétexte de cette dernière pour aborder des questions qui se veulent plus philosophiques : après une analyse des divers courants de pensée sur la guerre et la paix, les questions de la morale et de la justification de la guerre sont posées mais la réponse s’oriente toujours très vite en faveur de cette dernière, justifiée par la nécessité. Tout comme dans la presse, la morale reste soumise aux impératifs de la victoire militaire : l’exemple le plus fameux est la stratégie allemande, qui est dédouanée de toute culpabilité concernant le déclenchement de la guerre ou le cas de la Belgique par exemple, car répondant à une nécessité militaire et économique. Les partisans de la paix, dans cet article, sont d’ailleurs quelque peu égratignés.

19Tandis que les certitudes s’effondrent pour celui qui fut un lecteur de Norman Angell et de sa Grande Illusion, on devine, dans la réflexion de Mizuno, la recherche d’éléments de réponse quant à un avenir militaire du Japon. En effet, dans l’imaginaire japonais de l’époque, c’est un conflit à venir avec les États-Unis qui hante les débats, probabilité alimentée par une littérature elle-même popularisée par le traitement de l’immigration japonaise en Amérique. Quel sera le visage de ce conflit ? Telle est l’une des préoccupations sous-jacentes de Mizuno alors.

  • 8  Anesaki Masaharu 姉崎正治 (1873-1949), intellectuel et universitaire, spécialisé dans l’étude des reli (...)

20Au début de la Grande Guerre encore, donc, la pensée de Mizuno est très favorable au militarisme et, globalement, son point de vue pourrait se résumer par l’adage Si vis pacem, para bellum. Au point que dans la revue Chûô Kôron, dont il deviendra un des collaborateurs privilégiés, il publie en 1919, juste avant son second séjour en Europe, un texte virulent en réponse à Anesaki Masaharu8, lequel attaquait les principes militaristes : Mizuno y montre alors que bien qu’il ait eu à ce moment déjà un avis modéré sur les questions de la guerre, il reste partisan de la nécessité pour un pays d’être prêt militairement afin de parer au pire.

Les œillets de Verdun

  • 9  François Cochet (sous la direction de), 1916-2006, Verdun sous le regard du monde, Actes du colloq (...)

21On a souvent coutume de dire que Verdun c’est la Grande Guerre. Au Japon aussi le retentissement de Verdun fut sans équivoque9. Pour Mizuno, la visite de ses champs de bataille a complété de façon définitive un tournant idéologique important.

Première visite en Europe

22Le choc de l’expérience des champs de bataille de la Grande Guerre, dans les quelques ouvrages consacrés à Mizuno, est considéré comme le tournant, à la fois sur les plans idéologique et personnel.

23Cela est vrai, mais si le choc de Verdun, que je vais évoquer plus tard, est réel, c’est dès sa première visite en Europe que Mizuno commence à saisir la réalité de la guerre. Il faut donc, à notre avis, déjà modérer l’instantanéité du revirement d’opinion de celui-ci.

24En effet, si son premier séjour à Londres, principalement, se fait loin des tranchées de la Marne, et si son image de la guerre est donc loin de la réalité du conflit, il fait toutefois l’expérience des premiers bombardements aériens allemands, sur Londres en juin 1916. Cela l’amène naturellement à envisager les dégâts à endurer pour le Japon et sa population (car il s’agit là aussi d’un aspect de la guerre inconnu de Mizuno, familier de batailles qui n’ont impliqué que des militaires), si une telle guerre s’y étendait. Son rapport à la guerre commence donc à changer, même si cela n’entraîne pas chez lui une répudiation de la guerre ni du militarisme, qu’il juge alors toujours, comme cela a été dit, nécessaire.

« Les œillets de Verdun »

25En 1919, Mizuno fait à nouveau une demande afin d’obtenir la permission de retourner en Europe, observer la situation d’après-guerre.

  • 10  Mizuno Hironori 水野広徳, Chi ni sakuya Verudanjô no keshi no hana血に咲くや ヴェルダン城の罌粟の花, in Awaya Kentarô粟 (...)

26Mizuno arrive donc à Paris en août 1919. En compagnie d’un de ses compatriotes, il quitte l’Arc-de-Triomphe en bus à huit heures trente, pour une excursion sur les vestiges de Verdun. Deux heures plus tard, ils arrivent à Château-Thierry, puis à Reims en passant par la « caverne du Dragon ». Quel que soit le lieu, le spectacle est le même ; les paysages lunaires et les lieux de désolation se succèdent, témoignant de manière très explicite de la violence des combats10. Sa réaction est la même que celle de beaucoup de ceux qui ont approché la violence des combats de cette guerre nouvelle. (Fig.5)

Figure 5

Figure 5

Le parcours de Mizuno lors de sa visite à Verdun.

27Au détour d’une tranchée, il exprime son sentiment à travers ce court poème.

« Verudan ya shikabane jûman chi mangoku

Chi ni saku ya Verudanjô no keshi no hana

Yume mayou natsugusa shigeki hori no soko »

[À Verdun, des centaines de milliers de morts, des flots de sang.

Ont-ils fleuri dans ce sang les œillets de la place forte de Verdun ?

  • 11  Awaya Kentarô粟屋憲太郎 (compilateur) & Mizuno Hironori 水野広徳 (auteur), Mizuno Hironori, Mizuno Hironori (...)

Un rêve qui erre, l’odeur des herbes d’été au fond d’une tranchée là-bas]11

28C’est là le commencement de sa critique engagée envers le militarisme, qui est le fait, en partie, d’un choc émotionnel, et le début de son engagement pacifiste.

Un revirement de pensée ; la naissance d’un pacifiste

29Ce revirement de pensée, s’il a pour origine le choc psychologique de sa visite sur le front, se combine en fait avec la situation observée en Allemagne – rappelons que le but initial du voyage de Mizuno était l’étude de la situation économique des pays vaincus (la défaite de l’Allemagne, qui avait été choisie comme modèle par les dirigeants du Japon moderne, suscitait par conséquent, de manière légitime, des questions).

  • 12  Kimura Kunimori 木村久邇典, Teikokugunjin no hansen, Mizuno Hironori et Sakurai Tadayoshi, 帝国軍人の反戦・水野広徳 (...)

30Le sacrifice des combattants, qu’il envisage un temps nécessaire malgré l’horreur des combats – le sacrifice d’un nombre moindre pour le bonheur du plus grand nombre – lui semble absurde au regard de la situation de ceux qui sont restés à l’arrière et qui, finalement, connaissent une situation également peu enviable. L’État, cette entité qu’il considérait garante de la morale et du maintien d’une nation, devient pour lui dès lors suspect, tout comme les alliances pour des raisons politiques ou économiques entre gouvernements ennemis, ou entre groupes industriels12. C’est le coup de grâce pour les quelques sentiments nationalistes et militaristes qui subsistaient en lui.

31Bien sûr, son rejet de la guerre, sa prose peuvent sembler, aujourd’hui peut-être, naïfs, mais il faut bien sûr les resituer dans l’esprit de son temps, des valeurs militaristes et nationalistes dans lesquelles il avait grandi.

32Si l’on compare le texte de Mizuno sur les champs de bataille de la guerre avec son premier article, le ton est donc résolument différent. D’une vision théorique, militariste, justifiant toute guerre par une nécessité de survie nationale, il passe à une rhétorique plus « morale » et humaniste. (fig.6)

Figure 6

Figure 6

Mizuno Hironori (vraisemblablement dans les années 1930).

Quelques remarques sur le discours de Mizuno

Un témoignage à nuancer ?

33Nous l’avons déjà dit, il faut en premier lieu relativiser le parcours de Mizuno tel qu’il est généralement présenté, puisqu’il n’a pas constitué un revirement si radical, son changement de point de vue s’inscrivant dans le temps, de son premier article en 1914 à sa seconde visite en Europe en 1919.

34Il serait bien évidemment tentant de se féliciter d’avoir un témoignage japonais dont la teneur serait proche des témoignages contemporains occidentaux – car c’est d’ailleurs en un sens bien le cas – et confortable de l’imaginer comme représentatif de la perception japonaise de cette guerre.

  • 13  Kawata Hiroshi 河田宏, Daiichiji Sekaitaisen to Mizuno Hironori, Verudan no keishi no hana, 第一次世界大戦と水 (...)

35Or, toutefois, je soulignerai que le choc éprouvé par Mizuno lors de son séjour sur le front est imputable à son expérience militaire personnelle : comme cela a été dit, en plus du fait que Mizuno n’est pas familier des guerres qui impliquent les populations, mais de plus, s’il a participé comme officier à la guerre russo-japonaise, c’était uniquement dans la marine. Kawata Hiroshi note que la réalité des combats est bien différente lorsque la cible est un navire et lorsqu’il s’agit d’un être humain13, même si les combats navals ne sont pas exempts de violence.

D’une guerre à l’autre

« [...] notre infanterie a creusé quarante kilomètres de tranchée.

Une fois le fossé entre nos mains, nous devions frayer une route à nos colonnes d’assaut dans le mur opposé, en écrasant de nos énormes mortiers les grosses défenses [...]. Beaucoup entassaient des cadavres qui leur servaient de marchepieds. Hélas ! les premiers arrivés tombent à leur tour. En quelques instants, tous sont étendus dans une immobilité éternelle [...]. Le gain d’un pouce de terrain exigerait un sacrifice d’un millier de victimes.

  • 14  Sakurai Tadayoshi, Niku-dan, mitraille humaine, récit du siège de Port-Arthur, cinquième édition, (...)

[...] Alors l’ennemi n’économise plus obus, poudre, balles de fusils ou de mitrailleuses ; c’est une nappe de feu, un tir de déments. »14 (p. 135-136)

  • 15  Ibid., p. 11 ; Ce conflit fut une première expérience de guerre moderne, dont les militaires occid (...)

36Voici un récit que l’on pourrait imaginer être celui d’un combattant de la Grande Guerre. Or, il s’agit bien de celui d’un jeune lieutenant japonais, Sakurai Tadayoshi 桜井忠良, lors du siège de Port-Arthur du 9 février 1904 au 2 janvier 1905. Le traducteur de l’ouvrage dont sont extraits ces mots, le commandant de Balincourt, note lui-même dans l’introduction : « [...] Port-Arthur ? Quel anachronisme dans ces journées de Verdun ! Et puis je m’aperçus que l’analogie était frappante ; que tout ce que nous voyons aujourd’hui, Sakouraï l’avait vu il y a douze ans [...] »15. (Fig.7)

Figure 7

Figure 7

Couverture de « Nikudan » de Sakurai Tadayoshi, édition française traduite par le Commandant de Ballincourt.

37Pourquoi citer cet extrait ? Pour deux raisons ; premièrement pour bien comprendre que, d’un point de vue militaire, la Guerre russo-japonaise a constitué une épreuve plus éprouvante que la Grande Guerre. Si l’importance de la Grande Guerre est réelle au Japon, il ne faut pas la surestimer, surtout au regard de ce conflit avec la Russie. Deuxièmement, l’expérience de ce lieutenant doit nous amener à nuancer la sensibilité de Mizuno ; s’il avait été à Verdun, Sakurai Tadayoshi aurait certes été conforté dans l’idéologie pacifiste qu’il avait également choisie, mais aurait éprouvé un choc sans doute bien moindre.

38Au-delà de la question du contexte du témoignage de Mizuno, cela amène donc la question du rapport entre la guerre russo-japonaise et la Grande Guerre.

  • 16  « La mission de ce groupe était, en inspectant le front en Europe, déterminant leur nature, d’étud (...)

39Toutefois cette dernière s’inscrit bien dans une continuité avec les deux conflits – guerre russo-japonaise et Seconde Guerre – qui l’encadrent dans le cas japonais ; et il s’agit d’une suite « logique » des guerres sino-japonaise et russo-japonaise. Pour Mizuno, le discours sur la Grande Guerre, son intérêt pour celle-ci et son changement de cap idéologique lorsqu’il se détourne du militarisme tiennent de la conscience du conflit à venir. Pour les observateurs et militaires japonais de cette époque, d’ailleurs, c’est aussi cet aspect qui suscita leur attention pour ce conflit « européen »16.

La Grande Guerre, point de départ d’une remise en cause des choix de l’État japonais ?

40La visite des champs de bataille de la Grande Guerre, mais également la prise de conscience de la situation en Allemagne, ont suscité en Mizuno nombre de questions. La remise en cause par la guerre de valeurs humaines et de civilisation, du rôle d’un État vis-à-vis de sa population est symptomatique d’une remise en cause plus générale amenée par la Grande Guerre. Son discours est proche de celui de ses homologues occidentaux, pour qui l’expérience de la Grande Guerre entraîne une remise en cause d’un système de valeurs. Ce phénomène à l’échelle individuelle a un pendant à l’échelle nationale.

41Le Japon, qui avait fait l’objet de l’admiration des puissances européennes, en adoptant avec zèle et efficacité en un temps record les codes de civilisation des nations occidentales, se retrouve soudainement, bien que vainqueur militaire, dans le camp des vaincus, sur le plan des choix opérés politiquement. Le modèle monarchique, celui des puissances défaites, stigmatisé comme cause de tous les maux, est pointé du doigt par la tendance démocratique, menée et affirmée par Wilson dès 1917, celle des vainqueurs occidentaux.

  • 17  Frederick R. Dickinson, War and National Reinvention, Japan in the Great War, 1914-1919, Cambridge (...)

42Le général Terauchi Masatake寺内正毅, Premier ministre, lance, en réaction, dès avril 1917 : « La lame de fond de la pensée mondiale démocratique pourrait détruire tout ordre et endommager l’essence de notre politique nationale »17.

43Et si Mizuno insiste sur le fait que dans cette guerre ni vainqueurs ni vaincus n’ont trouvé leur compte, cela est vrai lors des négociations de paix pour tous les belligérants – et je ne reviendrai pas ici sur le cas du Japon et notamment des négociations d’après-guerre –, mais de plus, les dirigeants du Japon, finalement, qui avaient identifié dans le fonctionnement des États nations des mécanismes susceptibles d’unifier la jeune nation japonaise, et compté sur cette guerre pour renforcer leur emprise sur le pouvoir, étaient également déçus, voire menacés.

44La Grande Guerre, qui était apparue aux dirigeants japonais comme une « aide divine de Taishô », devenait soudainement un danger pour la survie du jeune État-nation.

45Pendant que Paul Valéry s’interrogeait sur la pérennité de la civilisation européenne, les fondateurs du Japon moderne, eux, s’interrogeaient sur celle de leur projet politique national.

Conclusion

46La Grande Guerre, – dont le rapport avec le Japon de l’ère Taishô (1912-1926), peut-être de manière légitime minoré, dans le cadre d’une histoire événementielle – de par l’empreinte qu’elle laisse sur le monde en 1919, a constitué un événement dont l’influence est certaine, au moins dans sa perception et dans sa dimension politique. En ce sens, l’étude du témoignage japonais sur la Grande Guerre peut proposer, à notre avis, un champ de recherche pertinent.

47Le parcours et l’œuvre de Mizuno Hironori – dont le témoignage reste en lui-même appréciable pour l’histoire de la Grande Guerre – peuvent être perçus selon un axe parallèle à celui de la destinée politique du Japon contemporain, où la Grande Guerre pourrait se voir perçue dans une dynamique de rupture ou de continuité. En d’autres termes, la Grande Guerre peut-elle être perçue dans l’histoire du Japon contemporain comme une étape, une suite logique, un pas supplémentaire dans le projet amorcé à Meiji et vers le Japon des années 1930 ou considérée comme une rupture avec le processus entamé par le Japon en 1868 et le surgissement d’un Japon profondément modifié par cette expérience.

48Ceci étant, le discours de Mizuno demeure, à notre connaissance, pour l’instant relativement isolé. Il serait désormais intéressant de savoir si sa perception est le fait d’une génération ou demeure un point de vue personnel et individuel.

  • 18  Michael Barnhard, Japan and the World Since 1868, Londres, Edward Arnold, 1995, p. 5.
  • 19  Michel Vié, Le Japon et le monde au XXe siècle, Paris, Masson, 1995, p. 4.
  • 20  Hagihara Nobutoshi, Experiencing the Twentieth Century, Tôkyô, 1985, p. 19. Notons que, dans le dé (...)

49Enfin, cette question de la place de la Grande Guerre entraîne celle du découpage chronologique : alors que pour certains, le Japon entre dans la période contemporaine dès 1853 (c’est le cas de l’américain Barnhard18), pour d’autres, comme Michel Vié19, c’est 1905, enfin pour d’autres encore, le Japon, aveugle aux changements survenus au tournant de la Grande Guerre, demeure de manière impassible un État du XIXe siècle jusqu’en 1945 comme l’affirme Hagihara Nobutoshi20. Si la question de la césure du début du XXe que constitue la Grande Guerre reste sans doute encore, dans le cas du Japon, un débat ouvert, l’étude de la perception de la guerre nous semble constituer une approche pertinente et originale pour questionner l’histoire japonaise dans la période qui va de 1905 à 1931.

Haut de page

Notes

1  Exception faite du travail novateur et considérable du groupe de recherche sur la Première Guerre mondiale de l’institut des sciences humaines de l’université de Kyôto (http://kyodo2.zinbun.kyoto-u.ac.jp/~ww1/).

2  Brian Victoria, Le zen en guerre, 1968-1945, Paris, Seuil, 2001, p. 115.

3  Shimazaki Tôson, 島崎藤村, Furansu daiyori, フランスだいより(Journal français), in Zenshû , 全集, vol. 12, Tôkyô, 1940.

4  Kurosawa Fumitaka, Taisen Kanki no Nihon Rikugun (L’armée de terre japonaise dans la guerre), Tôkyô, Misuzu Shobô, 2000.

5  On remarquera l’ordre de publication des ouvrages qui est assez parlant : l’ouvrage Tsugi no Issen 次の一戦, une fiction imaginant une guerre avec les États-Unis, est publié avant que la Grande Guerre n’éclate.

6  L’expression renvoie aux Européens ou aux Japonais influencés par la culture et les mœurs européennes.

7  Mizuno Hironori 水野広徳, « Sensô gakan »「戦争我観」, Chûô Kôron 中央公論, Novembre 1919, in Awaya Kentarô粟屋憲太郎(compilateur) & Mizuno Hironori 水野広徳 (auteur), Mizuno Hironori, Mizuno Hironori cho sakushû 水野広徳著作集, Tôkyô, Yûzankaku, 1995.

8  Anesaki Masaharu 姉崎正治 (1873-1949), intellectuel et universitaire, spécialisé dans l’étude des religions. Il a été professeur invité à Harvard, puis enseignant à l’université impériale de Tôkyô.

9  François Cochet (sous la direction de), 1916-2006, Verdun sous le regard du monde, Actes du colloque de Verdun, 23 et 24 février 2006, p. 15.

10  Mizuno Hironori 水野広徳, Chi ni sakuya Verudanjô no keshi no hana血に咲くや ヴェルダン城の罌粟の花, in Awaya Kentarô粟屋憲太郎(compilateur) & Mizuno Hironori 水野広徳 (auteur)…, op. cit.

11  Awaya Kentarô粟屋憲太郎 (compilateur) & Mizuno Hironori 水野広徳 (auteur), Mizuno Hironori, Mizuno Hironori … , op. cit., p. 336.

12  Kimura Kunimori 木村久邇典, Teikokugunjin no hansen, Mizuno Hironori et Sakurai Tadayoshi, 帝国軍人の反戦・水野広徳と桜井忠温 (Deux militaires de l’armée impériale opposés à la guerre, Mizuno Hironori et Sakurai Tadayoshi), Tôkyô, Asahi Shinbun éd., 1980, p. 98.

13  Kawata Hiroshi 河田宏, Daiichiji Sekaitaisen to Mizuno Hironori, Verudan no keishi no hana, 第一次世界大戦と水野広徳・ヴェルダンの罌粟の花 (Mizuno Hironori et la Première Guerre, les œillets de Verdun), Tôkyô, San Ichi Shobô, 1996, p. 181.

14  Sakurai Tadayoshi, Niku-dan, mitraille humaine, récit du siège de Port-Arthur, cinquième édition, Paris, A. Challamel, 1914, p. 135-136.

15  Ibid., p. 11 ; Ce conflit fut une première expérience de guerre moderne, dont les militaires occidentaux, français et anglais, Lombard ou Stegdwick, n’ont malheureusement pas su tenir compte. Voir Général Lombard, Rapport d’ensemble du Chef de la Mission Militaire Française à l’armée japonaise, décembre 1905, S.H.A.T., 7 N 1700.

16  « La mission de ce groupe était, en inspectant le front en Europe, déterminant leur nature, d’étudier s’il serait bon de coopérer aux opérations militaires des Alliés, mais encore, pour l’avenir du Japon, de collecter les leçons de la guerre » : Yamanashi Katsunoshin 山梨勝之進, Yamanashi Katsunoshin sensei ihôroku,山梨勝之進先生遺芳録, Tôkyô, 1968.

17  Frederick R. Dickinson, War and National Reinvention, Japan in the Great War, 1914-1919, Cambridge, Harvard University Asia Center, 1999.

18  Michael Barnhard, Japan and the World Since 1868, Londres, Edward Arnold, 1995, p. 5.

19  Michel Vié, Le Japon et le monde au XXe siècle, Paris, Masson, 1995, p. 4.

20  Hagihara Nobutoshi, Experiencing the Twentieth Century, Tôkyô, 1985, p. 19. Notons que, dans le débat qui suit la publication de la communication de Hagihara, Wolfgang J. Mommsen exprime quelque réserve quant à l’avis de son collègue (p. 55).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Illustration issue du journal Ôasa shinbun du 13 avril 1917. Sur le front de l’ogre on peut lire « Verdun », à gauche « Jusqu’à ce que le dieu de la mort soit rassasié ».
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/918/img-1.png
Fichier image/png, 107k
Titre Figure 2
Légende Couverture du premier numéro de la revue Ôshûsensô (25 août 1914).
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/918/img-2.png
Fichier image/png, 224k
Titre Figure 3
Légende Première page de l’article de Mizuno dans la revue Chûô Kôron (novembre 1919).
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/918/img-3.png
Fichier image/png, 132k
Titre Figure 4
Légende Mizuno avant son premier départ pour l’Europe.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/918/img-4.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 5
Légende Le parcours de Mizuno lors de sa visite à Verdun.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/918/img-5.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 6
Légende Mizuno Hironori (vraisemblablement dans les années 1930).
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/918/img-6.png
Fichier image/png, 225k
Titre Figure 7
Légende Couverture de « Nikudan » de Sakurai Tadayoshi, édition française traduite par le Commandant de Ballincourt.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/918/img-7.png
Fichier image/png, 359k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Danesin, « Quelle place pour la Grande Guerre dans l’histoire contemporaine du Japon ? Quelques éléments de réflexion à partir d’un témoignage japonais », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 04 janvier 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/918 ; DOI : 10.4000/framespa.918

Haut de page

Auteur

Frédéric Danesin

Doctorant UTM, Chargé de cours à l’université Chûô (Tôkyô)danesin@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

  • Éditorial [Texte intégral]
    Japon et Corée à l’époque contemporaine (1868–1997)
    Paru dans Les Cahiers de Framespa, 8 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org