Navigation – Plan du site

Éditorial

Japon et Corée à l’époque contemporaine (1868–1997)
Frédéric Danesin

Entrées d’index

Géographique :

Japon, Europe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Maruyama Masao丸山眞男 (1914-1996) est un philosophe japonais spécialiste de la pensée politique.

1Le présent numéro des Cahiers de Framespa reprend les communications d’une journée d’étude, initialement intitulée « Histoire de l’Extrême-Orient », mais centrée en réalité sur le Japon et son proche voisin la Corée. Cette journée d’étude transversale, organisée au sein de Framespa en collaboration avec la section de japonais de l’UTM par Jean-Marc Olivier, Rémy Cazals et Christian Galan, a constitué un « coup d’essai » en vue d’une manifestation à venir plus importante, à savoir un colloque international prévu pour l’année 2012, centré cette fois-ci sur le seul Japon et intitulé « L’histoire du Japon et l’Histoire au Japon (1853-2012) : “la force continue et changeante des choses” (Maruyama Masao1) ».

2Cette journée d’étude était déjà motivée par certaines des lignes directrices que l’on retrouvera dans ce colloque : donner à voir une historiographie peu familière et peu connue, proposer une présentation de thèmes portant sur des aires géographiques lointaines, qui peuvent constituer des référents pertinents mais dont la bibliographie et les débats demeurent difficilement accessibles en français.

  • 2  Olivier Sibre, « Le Saint-Siège et les élites en Extrême-Orient : la création des universités cath (...)

3Le choix des thèmes et des intervenants relève à la fois, bien entendu, d’impératifs pratiques (temps imparti pour une journée d’étude, déplacement, disponibilité) et de préalables thématiques. Outre le fait que les communications proposées ici ont comme dénominateurs communs l’aire géographique Japon-Corée et la période contemporaine, les thèmes abordés demeurent en très grande partie dans le giron de sujets largement étudiés au sein de Framespa : champs de l’histoire économique contemporaine ou de l’histoire de la Grande Guerre. Souvenons-nous aussi que les Cahiers de Framespa nous avaient déjà emmenés « faire un tour » au Japon dans le numéro précédent avec un article d’Olivier Sibre2.

4Il faut enfin faire remarquer, au sein de Framespa, l’intérêt porté à l’Extrême-Orient (notamment au Japon) au travers de masters (notamment en histoire économique), d’échanges interuniversitaires étudiants (nombreux sur l’UTM), mais également enseignants (l’Université Chûô a accueilli successivement Jean-Marc Olivier puis Jean-Loup Abbé avec, en retour, la visite de Miura Nobutaka et Sugizaki Taiichirô à Toulouse).

  • 3  Anne Gonon & Christian Galan (sous la direction de), Le Monde comme horizon - État des sciences hu (...)

5L’aire asiatique dans son ensemble extrême-oriental (Chine, Corée, Japon), constituée d’un panel de cultures autrefois si exotiques, s’est rapprochée de nous (ou nous d’elles3) et les études et les cursus ayant trait à l’Asie sont de plus en plus nombreux et sollicités. Le japonais est ainsi, à Toulouse, la troisième langue vivante la plus enseignée sur le campus ; pourtant les connections avec d’autres UFR sont restées timides pour le moment. Cette journée d’étude voulait donc également, de façon modeste, initier un changement dans cette direction, et exprimer une volonté de travail en synergie.

6Soulignons également que le débat a donc été non seulement ouvert à l’échelle interdisciplinaire, mais que, d’autre part, et en dépit – encore une fois – du temps restreint imparti par le format d’une journée d’étude, la dimension internationale a été largement prise en considération, avec une proportion de cinquante pour cents d’intervenants étrangers.

7Enfin, concernant encore les thèmes, Corée et Japon partageant une histoire commune, faite d’épisodes parfois tragiques, de relations continues au cours des siècles, d’échelles géographiques et de modèles sociaux et culturels comparables, il était donc totalement justifié de proposer dans un même programme des études sur ces deux pays. L’étude du Japon et celle de la Corée possèdent bien entendu, chacune, un intérêt en elles-mêmes, mais les aborder parallèlement nous permet aussi de cerner, de façon indirecte et pertinente, certaines des problématiques relatives à nos propres aires géographiques et à notre propre histoire. Les questions concernant l’éducation, l’économie en général, mais encore la perception d’événements dont la vision à l’extérieur de l’Europe fait défaut, peuvent en être citées comme autant d’exemples.

  • 4  Concernant la bibliographie en langue française, on pourra consulter, l’ouvrage de Charvin et Duja (...)

8La première partie de ce dossier, qui regroupe les communications de la matinée, est consacrée à la Corée. À l’inverse du Japon, qui est relativement présent dans les médias – très souvent hélas ! à travers une représentation déformée, voire caricaturale –, dans le cas de la Corée, l’actualité ne nous donne à voir qu’une image binaire du « pays du Matin Calme », avec une Corée du Nord inquiétante, dictature militaire d’un autre temps4, et une contrepartie méridionale qui s’illustre, elle, par ses succès économiques, d’autant plus notables dans le marasme des crises récentes.

  • 5  Pour une histoire et une géographie très générales et dans une approche très classique, on pourra (...)

9Il n’était bien entendu pas question, dans le cadre d’une seule journée d’étude, eût-elleété consacrée à la seule question coréenne, de rétablir l’équilibre de ce constat, et si les communications se sont centrées sur les questions économiques sud-coréennes, elles ont permis cependant, tout à la fois, de combler le vide concernant la Corée du Sud sur le terrain de l’histoire etdel’historiographie économique, d’en faire un modèle exploitable et comparable, et de présenter des recherches nouvelles et pertinentes sur d’autres aires géographiques5. Nous sommes donc là encore parfaitement dans le sillage des idées directrices qui ont présidé à l’organisation de cette journée.

  • 6  Robert Charvin & Guillaume Dujardin, Vers la réunification, op.cit., p.12.

10Le XXe siècle naît en Corée quasiment sous la Colonisation japonaise, épisode marquant qui constituera un lourd héritage tout au long de ce siècle, tout autant que les séquelles laissées par le conflit qui naît à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en juin 1950. La période de l’après-guerre voit la Corée, dans sa seule partie sud, tout comme son voisin japonais, connaître un « miracle » économique, dont les moyens, comme encore dans le cas japonais, ont pu être critiqués6. C’est dans les années 1960 et suite à une réorientation stratégique que naît ce qui demeure aujourd’hui un modèle original de développement.

  • 7  « Aux origines du miracle coréen », Conflits actuels, revue d’étude politique, 2009.

11Dominique Barjot, professeur d’histoire à l’Université de Paris IV-Sorbonne, dont la communication ouvre ce dossier, est l’auteur d’une bibliographie monumentale consacrée à l’histoire économique et à la question de l’entreprise notamment, et s’est déjà intéressé à la question coréenne dans le champ de l’histoire économique7. Il nous offre ici un tableau général de la situation économique de la Corée, de l’immédiat après-guerre à nos jours, nous donnant accès à nombre d’éléments pour mieux comprendre cette puissance asiatique, acteur économique important, et pourtant méconnue.

  • 8  Rang-Ri Park-Barjot, Samsung, l'œuvre d'un entrepreneur hors pair, Byung Chull Lee, Paris, Economi (...)

12Cette première communication nous mène directement à l’analyse de Rang-Ri Park-Barjot, chercheure au CREOPS (Centre de Recherche sur l’Extrême-Orient de Paris Sorbonne), sur un thème plus spécifique et qu’elle a tout particulièrement étudié8 : le cas de Samsung. Voilà un nom bien familier à nos oreilles européennes, celui d’un important fabriquant – entre autres – d’électronique ; c’est aussi celui d’un empire industriel au destin tout particulier et indissociable de celui de son président fondateur, Lee Byung-Chull (1910-1987).

  • 9  « Clin d’œil : Samsung, un nouveau modèle de gestion pour faire face à la mondialisation », Entrep (...)

13Samsung partage avec les chaebols, ces groupes industriels et financiers aux activités multiples, un certain nombre de similitudes, structurelles ou culturelles, mais sa capacité à résister de façon remarquable aux aléas économiques suppose également de nombreuses particularités. À l’heure où la gestion des entreprises est de plus en plus sous le feu des critiques, il apparaît tout à fait pertinent de s’intéresser au mode de gestion original élaboré par Samsung9, qui est parvenu à établir un syncrétisme entre méthodes modernes états-uniennes et néoconfucianisme. Enfin, l’irrésistible ascension de Samsung, si elle présente un intérêt tout particulier dans son analyse économique, nous semble également intéressante dans sa dimension historique puisqu’elle s’inscrit profondément dans le XXe siècle coréen, de la naissance de son fondateur durant l’Occupation japonaise à la crise de 1997.

14La seconde partie de la journée d’études a vu son orientation thématique se déplacer très sensiblement à la fois sur les plans géographique et disciplinaire, avec en ouverture de séance, un thème littéraire non des moindres, puisqu’il est question de l’auteur japonais Natsume Sôseki (1867-1916).

15Sôseki, auteur majeur et figure de la modernité japonaise (souvent qualifié d’« écrivain national » au Japon), compte toujours parmi les écrivains japonais les plus lus, les plus étudiés, tant au Japon qu’en France, les plus connus en Occident aussi. Au-delà de cette affirmation confortable, Dan Fujiwara nous propose d’analyser la naissance et la construction de cet « écrivain national » en prenant conscience du rôle clef joué dans celle-ci par une communauté de lecteurs et disciples qui ont su mettre en place une large diffusion des œuvres de leur maître, notamment en les promouvant au travers du système scolaire.

16La question du système scolaire est d’ailleurs au cœur de la communication suivante. Lorsque les Japonais du XIXe siècle entreprennent de transformer leur pays, leur attention et leurs efforts vont se porter sur des questions de système politique, d’économie, de modèle étatique, mais une des réformes les plus importantes et les plus influentes sur la société japonaise demeure celle qui voit se mettre en place un système éducatif national et moderne.

  • 10 Christian Galan, professeur à l’UTM, membre titulaire du Centre d’études japonaises INALCO, est l’a (...)

17Et si Natsume Sôseki fut un représentant emblématique de la modernité et de l’ouverture à l’Occident, le processus de modernisation de Meiji amena également nombre de jeunes intellectuels, au tournant des années 1850, à se consacrer aux études occidentales (rangaku ou yôgaku). Ce choix semble avoir été lourd de conséquences au point que se dessine peut-être une communauté de destins parmi ces jeunes Japonais avides de connaissances nouvelles et désireux de mettre à disposition du Japon le savoir et les sciences des grandes puissances du XIXe siècle nécessaires pour éviter à l’Archipel un destin tragique. Telle est l’hypothèse formulée ici par Christian Galan10, qui nous propose ainsi d’étudier la question de la modernisation du Japon de Meiji et la mise en place d’un système éducatif moderne sous un angle peu abordé, celui du coût humain.

18Notons que cette communication, au-delà de son intérêt intrinsèque, a permis lors de la journée de mener la discussion vers un débat plus large concernant l’éducation, à savoir la situation actuelle et les changements des structures de l’enseignement au Japon, et il faut souligner à quel point, là encore, l’étude du Japon dans ce domaine, dans une approche comparative, est porteuse d’éléments de réflexion pertinents sur la situation qui est celle de nos propres pays européens.

  • 11  Concernant l’historiographie française consacrée au Japon, nous nous devons de signaler, dans un s (...)

19Les communications suivantes ont été très largement consacrées à l’histoire et plus particulièrement à celle du Japon11 durant la Grande Guerre. Comme cela a déjà été rappelé, les questions attenantes à la Première Guerre mondiale sont largement étudiées au sein de Framespa ; aussi, ce sont deux articles ayant trait à la Grande Guerre dans le cas japonais qui ont clôturé la Journée – le centenaire de la Grande Guerre en 2014 et le vide historiographique concernant le Japon constituaient autant de raisons d’évoquer le sujet.

20Miho Matsunuma, Maître de Conférences à l’Université de Gunma (Japon) est spécialiste de la question coloniale, mais elle a également considérablement collaboré avec le groupe de recherches sur la Grande Guerre de l’Université de Kyôto (Kyôto Daigaku Daiichiji Sekai Taisen Kenkyûkai12).

  • 13  Concernant l’état général de la recherche en histoire au Japon et les problématiques actuelles, on (...)

21Au vu de l’accès aisé de Miho Matsunuma à la bibliographie japonaise, et de son aisance en français, c’est tout naturellement que Rémy Cazals lui a demandé de présenter l’historiographie japonaise13 sur la Grande Guerre en faisant un état des lieux de la recherche japonaise sur le sujet. C’est là un travail nécessaire, puisque, au cœur de la monumentale et dynamique historiographie de la Grande Guerre, tant le cas japonais – mais nous y reviendrons – que les travaux des historiens japonais sont méconnus, – barrière de la langue, sans doute, oblige. Voilà donc qui est fait et qui permettra aux historiens de la Grande Guerre d’avoir une idée de l’état de la recherche au Japon sur la question.

22Un dernier article se propose de poser la question de la place de la Grande Guerre dans l’histoire japonaise ainsi que celle de la pertinence d’une étude de celle-ci dans le cas japonais. Dans l’idée de mener un travail similaire à celui réalisé par les chercheurs de la Grande Guerre sur la guerre en Europe, nous nous sommes donc intéressés à un témoin japonais de celle-ci. Même si, au final, le témoignage est différent de celui des participants à la guerre sur le sol européen (si l’on voulait donner à lire un témoignage de la même teneur sans doute le trouverions nous plus favorablement dans les récits du siège de Port-Arthur), la réflexion donnée par Mizuno Hironori nous invite à resituer la place de cette guerre mondiale dans la trajectoire du Japon contemporain au XXe siècle.

  • 14  Frederick Dickinson, War and National Reinvention, Japan and the Great War, 1914-1919, Harvard Uni (...)

23Enfin, ce dossier se conclut avec un entretien de Frederick Dickinson, Maître de conférences à l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie, États-Unis), qui a notamment travaillé sur l’influence de la Première Guerre mondiale sur la politique nationale japonaise, et dont on signalera ici l’excellent ouvrage, à la fois complet et pertinent, sur ce sujet : War and National Reinvention, Japan and the Great War, 1914-191914. Il revient bien entendu sur ces questions, mais invite également l’histoire contemporaine à renouveler sa perception du Japon de l’ère Taishô (1912-1925), et à saisir l’importance de ce début de XXe siècle dans le destin politique de l’Archipel.

24Lorsqu’un personnage japonais ou coréen est cité, le patronyme précède le nom personnel, comme c’est l’usage tant au Japon qu’en Corée. Les noms et termes japonais sont retranscrits en alphabet latin d’après le système Hepburn modifié.

Haut de page

Notes

1  Maruyama Masao丸山眞男 (1914-1996) est un philosophe japonais spécialiste de la pensée politique.

2  Olivier Sibre, « Le Saint-Siège et les élites en Extrême-Orient : la création des universités catholiques de Pékin et de Tokyo, Fu-jen et Sophia (1908-1936) », Les Cahiers de Framespa, n° 6, 2006.

3  Anne Gonon & Christian Galan (sous la direction de), Le Monde comme horizon - État des sciences humaines et sociales au Japon, 2009, Paris, Picquier, p. 5.

4  Concernant la bibliographie en langue française, on pourra consulter, l’ouvrage de Charvin et Dujardin, qui bien que d’un ton militant un peu excessif à l’encontre de la politique étasunienne et de « l’impérialisme occidental » dénoncés par les auteurs, a le mérite d’évoquer largement et de donner des éléments de réflexion concernant les deux Corées. Robert Charvin & Guillaume Dujardin, Vers la réunification, L’Harmattan, 2010.

5  Pour une histoire et une géographie très générales et dans une approche très classique, on pourra se reporter à l’histoire de la Corée d’André Fabre. André Fabre, Histoire de la Corée, Langues & Mondes, L’Asiathèque, 2000.

6  Robert Charvin & Guillaume Dujardin, Vers la réunification, op.cit., p.12.

7  « Aux origines du miracle coréen », Conflits actuels, revue d’étude politique, 2009.

8  Rang-Ri Park-Barjot, Samsung, l'œuvre d'un entrepreneur hors pair, Byung Chull Lee, Paris, Economica, 2008.

9  « Clin d’œil : Samsung, un nouveau modèle de gestion pour faire face à la mondialisation », Entreprise et Histoire, n° 32, 2003.

10 Christian Galan, professeur à l’UTM, membre titulaire du Centre d’études japonaises INALCO, est l’auteur d’une importante bibliographie sur l’éducation et la question de la modernisation du Japon contemporain, mais également, et c’est un point que nous nous permettons de souligner du fait de l’intérêt porté au thème de la famille au sein de la thématique 4 de Framespa, sur la famille japonaise aux XIXe et XXe siècle (voir : Christian Galan et Emmanuel Lozerand (dir.), La Famille japonaise moderne (1868-1926) – Discours et débats, Arles, Philippe Picquier, 2011, 672 + 16 p.

11  Concernant l’historiographie française consacrée au Japon, nous nous devons de signaler, dans un souci d’actualité, deux ouvrages généraux mais qui mettent en lumière les dynamiques récentes de la recherche en histoire sur le Japon, celui de Francine Hérail et celui de Pierre-François Souyri. Francine Hérail, Histoire du Japon, des origines à nos jours, Hermann, 2010, Hermann ; Pierre-François Souyri, Nouvelle histoire du Japon, Perrin, 2010.

12  http://www.zinbun.kyoto-u.ac.jp/e/kyodokenkyu/research05.htm

13  Concernant l’état général de la recherche en histoire au Japon et les problématiques actuelles, on pourra se reporter à deux articles de synthèse de Pierre Lavelle, l’un en format papier l’autre disponible sur internet. Pierre Lavelle, « Représentations japonaises de l’histoire », Mots, 1994, n°41, p.153-172 ; Pierre Lavelle, « La recherche actuelle en histoire japonaise », in Anne Gonon & Christian Galan, Le monde comme horizon. État des sciences humaines et sociales, 2009, Arles, Piquier, p.133-161.

14  Frederick Dickinson, War and National Reinvention, Japan and the Great War, 1914-1919, Harvard University.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Danesin, « Éditorial », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/917

Haut de page

Auteur

Frédéric Danesin

Doctorant à l’Université Toulouse II-Le Mirail et chargé de cours à l’Université Chuo à Tokyo.
danesin@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org