Navigation – Plan du site

La naissance d’un écrivain national : perspectives et enjeux — le cas de Natsume Sôseki (1867-1916)

The birth of a national writer — the example of Natsume Soseki (1867-1916)
El nacimiento de un escritor nacional : perspectivas e implicaciones —el caso de Natsume Sôseki (1867-1916)
Dan Fujiwara

Résumés

Au Japon, peu de personnes seraient opposées à l’idée que Natsume Sôseki (1867-1916) puisse être considéré comme un « écrivain national ». Comment se fait-il alors qu’il ait occupé une position plutôt excentrique tant par rapport aux principaux courants littéraires qu’aux discours officiels du gouvernement de son époque ? Le présent article vise à décrire et analyser différentes étapes par lesquelles l’œuvre littéraire de cet écrivain a gagné un public extrêmement large tout au long du XXe siècle. Tout a commencé par la formation d’une communauté de lecteurs qui étaient tous des disciples de Sôseki. Ils ont construit, de manière presque fantasmée, une image cohérente de leur « maître » et mis en avant une lecture moralisatrice de l’œuvre de celui-ci, tout en prenant soin d’établir une correspondance parfaite entre ces deux éléments. Ce rapport maître-disciple fut capital. Car, ce sont finalement les disciples de Sôseki qui ont profité de la mutation du monde de la publication des ouvrages littéraires de l’époque pour une diffusion plus large. De plus, ils ont également réussi à inscrire l’œuvre de Sôseki dans le milieu de l’enseignement secondaire qui était un des lieux vitaux pour la transmission et la reproduction de l’image de leur icône littéraire, qui ne tarderait pas à devenir nationale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le terme japonais kokugo signifie littéralement « langue nationale ». L’objectif de cette matière (...)
  • 2  Ishihara Chiaki, spécialiste de Natsume Sôseki, pense que ces dernières années, les jeunes générat (...)

1Au Japon, il y a sans aucun doute peu de personnes qui sont opposées à l’idée que Natsume Sôseki (1867-1916) puisse être considéré comme un « écrivain national » (kokumin sakka ou kokuminteki (-na) sakka en japonais). N’importe quelle histoire de la littérature japonaise moderne le présente comme l’un des écrivains représentatifs de l’ère Meiji (1868-1912) et du début de l’ère Taishô (1912-1926). Ce fut l’un des écrivains les plus aimés au Japon tout au long de la seconde moitié du XXe siècle. Ses œuvres maintes fois réimprimées et rééditées furent autant de succès commerciaux et constituent un des long-sellers les plus importants de l’histoire de l’édition japonaise. On peut dire aussi que ceux qui ont été éduqués dans le système éducatif de l’archipel pendant la même période ont pratiquement tous lu une partie, sinon un ou deux des romans de Sôseki, étant donné que ces textes se trouvaient tous les ans dans la plupart des manuels scolaires de japonais (kokugo kyôkasho)1 pour les collégiens ainsi que pour les lycéens. Enfin, comment oublier le portrait de Sôseki, imprimé sur le billet de 1 000 yens, de 1984 à 2004 ? L’image et l’imaginaire de Sôseki furent présents dans la formation intellectuelle et les échanges matériels de toute une communauté humaine à l’échelle nationale. Et, dans cette optique, on peut se laisser convaincre par l’idée que cet écrivain est digne du qualificatif « national », même si l’on constate un certain déclin de sa popularité ces dernières années2.

2La naissance d’un écrivain national n’est pas l’affaire d’un jour. Dans le cas de notre écrivain, il semble bien qu’il ait existé différentes étapes préparatoires. Même si le découpage chronologique habituellement adopté par les spécialistes fonctionne de manière à souligner un tournant décisif, voire une rupture complète en 1945, la réception des œuvres littéraires de Natsume Sôseki est marquée par un aspect de continuité et d’expansion que nous nous proposons de décrire et analyser de près.

L’évolution de la réception des œuvres littéraires de Natsume Sôseki : quelques données chiffrées

  • 3  Il faut noter que la plupart des écrivains japonais modernes, quel que soit le courant qu’ils repr (...)

3La production littéraire japonaise moderne s’inscrit essentiellement dans un contexte social où l’industrialisation de la production du livre et la logique de l’économie de marché jouèrent un rôle fondamental et permirent, par ricochet, l’essor du genre romanesque. Dans le cas du contexte de l’activité littéraire de Natsume Sôseki, outre ce « capitalisme de l’imprimé » (Benedict Anderson) déjà en place à l’époque d’Edo, il faut souligner la création et la multiplication des revues littéraires, la formation des cénacles littéraires et le rôle de plus en plus vital des journaux quotidiens3. Replacer Sôseki dans ce contexte général à l’aide des données chiffrées nous permettra d’évaluer la place que notre écrivain et son œuvre ont occupée et occupent dans la population japonaise.

La naissance d’un feuilletoniste

  • 4  Il avait déjà 21 ans lorsqu’il reprit son patronyme d’origine.

4Né à Edo (actuellement Tôkyô), en 1867, dans une famille de notables, Natsume Sôseki fut mis en nourrice aussitôt après sa naissance chez un brocanteur, puis adopté par un autre couple4. Adolescent, il se plonge dans les classiques chinois, puis s’oriente vers la littérature anglaise et sera admis en 1890 à l’Université impériale de Tôkyô. Après ses études, il part enseigner en 1895 au collège de Matsuyama, puis au lycée de Kumamoto. Après son séjour à Londres de 1900 à 1902 en tant que boursier du gouvernement Meiji, il succède en 1903 à Lafcadio Hearn à l’Université impériale de Tôkyô pour enseigner la littérature anglaise. Il compose des haiku et des « poèmes en langue chinoise » (kanshi) pendant toutes ces années, mais, ce n’est qu’en 1905 que sa carrière d’écrivain commence réellement avec la publication de Wagahai wa neko de aru (Je suis un chat), roman satirique sous le regard d’un chat. En 1907, il démissionne de son poste à l’université pour entrer au Journal Asahi, ce qui lui permet de consacrer à l’écriture le peu de temps qu’il lui restait à vivre. Il a écrit et publié une dizaine de romans jusqu’en 1916, année où il mourut, sans pouvoir achever Meian (Clair-obscur).

5La carrière d’écrivain de Sôseki fut donc relativement courte. Cependant, il nous semble essentiel de relever que la première communauté des lecteurs de son œuvre fut constituée des membres d’un cercle intellectuel et littéraire, fondé par Masaoka Shiki (1867-1902), lequel animait la revue littéraire Hototogisu, spécialisée dans le domaine du haiku. Sôseki s’était étroitement lié d’amitié avec Shiki, et était lui-même membre de la revue. Au début de l’année 1905, sur les conseils de Takahama Kyoshi (1874-1959) qui dirigeait alors la revue, Sôseki rédige un court texte sans titre et le lit aux membres de la revue. La réaction fut très positive, et le texte fut publié dans le numéro du mois de janvier 1905. Les lecteurs accueillirent avec enthousiasme ce texte satirique qui constitue aujourd’hui le premier chapitre de Je suis un chat. Ainsi, Sôseki continuera à en écrire la suite, qui sera régulièrement publiée dans la revue jusqu’en août 1906.

6Ce premier cercle des lecteurs s’élargit en peu de temps : en 1907, Sôseki quitte son poste d’enseignant à l’Université impériale de Tôkyô et signe un contrat d’exclusivité en qualité d’écrivain-romancier avec le journal Tôkyô Asahi. Il faut alors remarquer un changement radical du profil de la communauté de ses lecteurs jusque-là constituée de proches de Sôseki, par amitié ou par fidélité à la revue Hototogisu. En 1907, le journal Tôkyô Asahi était déjà l’un des grands quotidiens japonais. Face aux difficultés financières qui suivirent la guerre russo-japonaise, il devient en 1909 une société en commandite avec le journal Ôsaka Asahi, lequel était en rude concurrence avec le journal Ôsaka Mainichi. Le journal Asahi, ainsi diffusé à partir des deux sociétés dont l’une siégeait à Tôkyô et l’autre à Ôsaka, était pratiquement le plus grand quotidien japonais de cette époque. Pour ce quotidien, qui était au courant de la popularité de Je suis un chat de Sôseki, proposer un contrat à ce dernier constituait un investissement susceptible de maintenir ou d’accroître encore le nombre des abonnés.

Figure 1 : Estimation du nombre d’exemplaires vendus des grands quotidiens japonais au début du XXe siècle

Figure 1 : Estimation du nombre d’exemplaires vendus des grands quotidiens japonais au début du XXe siècle

Ariyama Teruo, « Meiji-makki no shinbun media to Sôseki » (Les journaux quotidiens de la fin de l’ère Meiji et Sôseki), in Sôseki kenkyû, édité par Komori Yôichi et Ishihara Chiaki, Kanrin shobô, n° 5, 1995, p. 88).

  • 5  Voir Ariyama Teruo, op.cit., p. 86-97.

7Un public potentiellement très nombreux devait commencer à lire ce que Sôseki allait publier de 1907 à 1916. Cependant, le profil de la communauté des lecteurs de Sôseki allait devenir moins homogène et plus anonyme. Car, même si le nombre des abonnés du journal Asahi était très important, on peut se demander si tous les abonnés lisaient réellement ce que Sôseki publiait quotidiennement. En effet, bien que le journal Asahi ait engagé Sôseki dans le but précis et évident de faire augmenter le nombre de ses abonnés et afin de se classer mieux que le journal Mainichi, ce choix ne devait pas forcément coïncider avec l’horizon d’attente des abonnés du quotidien. Selon les études qui ont été réalisées en analysant la rubrique des lecteurs du journal Asahi de l’époque, on peut effectivement percevoir l’existence d’un certain mécontentement, voire de réactions explicitement hostiles à l’égard de la rubrique de Littérature dans laquelle les romans de Sôseki étaient justement publiés, ou de demandes réclamant davantage d’informations relatives à l’actualité5.

  • 6  Voir Natsume Sôseki, Garasudo no uchi (À travers la vitre), 1915.

8En outre, Sôseki lui-même était tout à fait conscient de la situation à laquelle il devait faire face : la plupart de ses lecteurs — abonnés du journal Asahi — étaient des gens dont la préoccupation première était de gagner leur vie et qui lisaient le journal en allant au travail, pendant qu’ils attendaient le train, et qui n’avaient donc surtout pas de temps à consacrer à la lecture des romans si ces derniers ne les divertissaient pas6. En somme, Sôseki devait publier en s’adressant à deux types de lecteurs : ceux qui lui étaient favorables, admirateurs de ses romans, mais aussi ceux qui ne l’étaient pas.

  • 7  Le tirage de la revue mensuelle Bungei Kurabu (Le Club littéraire) s’élevait à cinquante mille exe (...)

9Il faudrait également noter d’autres éléments par lesquels on peut nuancer la popularité de Sôseki. Certes le journal Asahi évolua considérablement à cette époque pour devenir un quotidien largement diffusé, mais il existait des revues hebdomadaires ou mensuelles lancées par les grandes maisons d’édition en vogue comme Hakubunkan et Kôdansha qui réussirent à atteindre des tirages importants7.

  • 8  Hototogisu (Le Coucou) de Tokutomi Roka, publié en feuilleton dans le journal Kokumin de 1898 à 18 (...)

10Quant à la publication sous forme de livre qui suivit celle en feuilleton, le chiffre d’affaires fut en réalité médiocre. Selon le contrat conclu entre Sôseki et la maison d’édition Shun.yô-dô, le tirage était fixé à trois mille exemplaires pour la première impression, mille de la deuxième jusqu’à la cinquième, et se réduisait jusqu’à cinq cents au-delà de la sixième. Matsuoka Yuzuru (1891-1969), romancier et gendre de Sôseki, qui a étudié les comptes de ce dernier, suppose en effet que le nombre total des exemplaires que son beau-père est parvenu à vendre de son vivant n’était que de cent mille. Même si ce chiffre paraît considérable, d’autres écrivains comme Ozaki Kôyô (1868-1903) et Tokutomi Roka (1868-1927) connurent un succès éditorial plus important que Sôseki8.

Le succès éditorial posthume

11Cette situation change après la mort de Sôseki en 1916. En effet, toujours selon le calcul de Matsuoka Yuzuru, cinq cent quarante mille exemplaires ont été vendus entre 1916 et 1922, sans compter cent soixante-dix mille exemplaires des deux séries des œuvres complètes publiées durant cette période. En 1928, lorsque la Librairie Iwanami (Iwanami Shoten), fondée en 1913, commença la publication d’une autre série des œuvres complètes en vingt volumes, à peu près cent mille exemplaires étaient déjà réservés avant la mise en vente.

  • 9  C’est la maison Kaizôsha qui lança cette série en 1926 avec son Gendai Nihon Bungaku zenshû (Antho (...)

12La mutation que le monde de la publication des ouvrages littéraires commençait à connaître dans les années 1920 a dû favoriser cet essor considérable. De nombreuses « collections », « séries », ou encore « anthologies » ont été publiées et ont séduit la population japonaise. Il y eut aussi la « vogue des livres à un yen » (enpon bûmu)9. L’édition de poche de la Librairie Iwanami est à la vente à partir de la fin des années 1920 et très rapidement, commence à connaître un grand succès. Il semble que la publication des œuvres littéraires de Sôseki ait tiré de ce contexte un élan qui se maintiendra pendant longtemps.

13En 1952, à l’occasion du 25e anniversaire de la naissance de l’édition de poche, la Librairie Iwanami a établi un bilan selon lequel les trois ouvrages les plus vendus depuis 1928 étaient tous de Sôseki : Botchan (1906), Kusamakura (Oreiller d’herbes, 1906), et Kokoro (Le Pauvre cœur des hommes, 1914)(vendus respectivement quatre cent trente mille, trois cent quatre-vingt-dix mille et trois cent soixante mille). On assiste ici au tout début de l’histoire des long-sellers de Sôseki. Le bilan de la Librairie Iwanami établi en 2006 est éloquent à ce propos. Le nombre total des tirages de Botchan atteint un million trois cent cinquante mille et celui du Cœur un million deux cent trente mille (respectivement, le premier et le cinquième de tous les livres de poche mis en vente par la Librairie Iwanami). La maison Shinchô, qui lança la publication de l’édition de poche des romans de Sôseki en 1952, présenta un bilan similaire en 2004. En cinquante ans, elle a imprimé cinq millions neuf cent quarante mille exemplaires du Pauvre cœur des hommes, et plus de quatre millions de Botchan (respectivement le premier et le sixième de tous les livres de poche mis en vente de la maison Shinchô). La publication d’une dizaine de séries des œuvres complètes chez d’autres éditeurs prolongea cet élan depuis les années 1930 jusqu’à aujourd’hui.

14À partir des années 1920, les livres de Sôseki commencèrent à acquérir un espace de diffusion plus large qui permit de constituer un ensemble de lecteurs, certes plus anonymes qu’avant, mais très largement homogènes, étant donné que l’on peut estimer qu’il s’agit là de lecteurs des romans de Sôseki, et non plus de simples abonnés d’un journal quotidien.

La place de Natsume Sôseki dans l’Enquête sur l’opinion et la lecture (Dokusho seron chôsa) du journal Mainichi

  • 10  Créée en 1947, l’enquête est effectuée tous les ans. Dix mille personnes consultées sont choisies (...)

15Durant la seconde moitié du XXe siècle, Natsume Sôseki fut sans aucun doute l’un des écrivains japonais les plus aimés au Japon. En témoignent de nombreux sondages et enquêtes organisés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale par les grands journaux quotidiens japonais qui s’attachent à mieux saisir les appréciations des lecteurs afin de guider leur politique éditoriale. Parmi ces données chiffrées disponibles, l’Enquête sur l’opinion et la lecture (Dokusho seron chôsa) du journal Mainichi mérite d’être citée, étant donné qu’il s’agit d’une étude régulière et suivie sur les goûts des lecteurs, ce qui lui confère une certaine validité scientifique10. Même si les résultats de cette enquête ne montrent qu’une part de la réalité, ils nous offrent tout de même une photographie significative de la réception des œuvres littéraires de Sôseki après la Seconde Guerre mondiale.

16Dans cette enquête figure la question suivante : « Qui est votre auteur préféré ? ». Celle-ci a été posée tous les ans entre 1949 et 1992, puis en 2006, année où l’enquête fêta son 60e anniversaire.

Figure 2 : « Qui est votre auteur préféré ? »

Figure 2 : « Qui est votre auteur préféré ? »

Sagara Yoshinari, « 2006 nen Dokusha yoron chôsa gaiyô » (De l’Enquête sur l’opinion et la lecture 2006), in Chûô chôsa hô, Central Research Service, n° 593, mars 2007, pp. 5265 -5268. L’article (en japonais) est disponible à l’adresse suivante : http://www.crs.or.jp/​backno/​old/​No593/​5931.htm (consulté en mars 2011)).

17Selon le bilan établi justement cette année, deux écrivains se démarquent des autres. Ce sont Yoshikawa Eiji (1892-1962) et Natsume Sôseki. En effet, le premier a été classé à la première place quinze fois (1949-55, 1957-58, 1962-64, 1970-71, 1974) et le second onze fois (1955, 1965-69, 1972-73, 1975, 1977, 1979). Certes, ils ne conserveront plus le même prestige à partir des années 1980, mais maintiendront une cote de popularité remarquable.

  • 11  Il publie, depuis 1976, essentiellement des romans policiers. En 2006, sa bibliographie compte env (...)

18Les années 1980, à partir desquelles les deux écrivains ne sont plus classés à la première place, sont aussi une époque où l’on voit apparaître dans le palmarès des romanciers comme Akagawa Jirô (1948-)11 ou Miyabe Miyuki (1960-), qui ont connu et connaissent un succès éditorial colossal. Ainsi, il faut souligner le fait que même si la donne change avec l’essor de la littérature populaire sur la scène littéraire japonaise contemporaine, la popularité de Natsume Sôseki comme celle de Yoshikawa Eiji restent incontestables. L’Enquête sur l’opinion et la lecture du journal Mainichi atteste en filigrane de l’existence d’un vaste public de lecteurs de notre écrivain durant la seconde moitié du XXe siècle dans l’archipel.

Deux facteurs du succès éditorial

19Comment et pourquoi Natsume Sôseki a-t-il connu un succès éditorial si important ? Outre les conditions matérielles spécifiques de la production littéraire japonaise moderne que nous avons évoquées plus haut, le lien étroit entre Sôseki et ses disciples et le milieu de l’enseignement secondaire semble avoir joué un rôle capital.

Le rôle du rapport maître-disciple

  • 12  Pour avoir un aperçu global de la réception des œuvres de Sôseki, voir Ishihara Chiaki, Sôseki wa (...)

20Comme nous l’avons remarqué plus haut, lorsque la carrière littéraire de Sôseki débuta avec la publication de Je suis un chat,en 1905, l’accueil favorable se constitua initialement dans le cercle des lecteurs proches de l’auteur de ce roman satirique. Quant au milieu de la critique littéraire contemporaine, la réception fut plus nuancée12. Certains soulignaient la légèreté et la simplicité du style de Sôseki. Il était considéré comme faisant partie de l’école de Masaoka Shiki qui prônait, dans le mouvement de modernisation du haiku, le principe de shasei (représenter la vie), plutôt que du courant du Ken.yû-sha (Les Amis de l’Écritoire), premier cénacle littéraire japonais formé autour d’Ozaki Kôyô, qui dominait la scène littéraire japonaise des années 1890 au début des années 1900.

21D’autres voyaient en ce romancier naissant l’étoffe d’un savant, faisant allusion au fait qu’il était enseignant d’anglais à l’Université impériale de Tôkyô. En effet, au début de sa carrière, Sôseki était aussi qualifié, avec une certaine raillerie ou ironie, de « raisonneur » (rikutsuppoi). Chef de file du « naturalisme japonais » (shizenshugi), qui régna durant la seconde moitié des années 1900 sur la scène littéraire japonaise, Tayama Katai (1871-1930) reprochait à Sôseki de trop expliquer.

  • 13  Pour plus de détails concernant ce processus qui débouche sur la fabrication du « mythe de Sôseki  (...)

22Or, c’est cette lecture soulignant l’esprit analytique qui va constituer l’un des vecteurs principaux de la réception des œuvres littéraires de Sôseki. En effet, à partir de l’époque où fut publiée la première trilogie composée de Sanshirô (1908), Sorekara (Et puis, 1909), et Mon (La Porte, 1910), apparaissent des comptes-rendus faisant remarquer, tout en se détournant de la question esthétique, la manière dont Sôseki caractérise ses personnages et analyse la psychologie de ceux-ci. Ce nouveau paradigme s’installe de manière décisive après la publication de la deuxième et dernière trilogie constituée de Higansugi made (Après les trépassés, 1912), Kôjin (L’Homme qui va, 1912-13) et Le Pauvre cœur des hommes. Ce qui particularise ce processus, c’est qu’il s’engagea en mettant en avant de manière positive la personnalité de Sôseki lui-même, et ce non seulement par le biais de la communauté des lecteurs fidèles à Sôseki, mais aussi au sein d’un cercle plus restreint constitué des disciples de celui-ci13.

23L’enjeu du nouvel horizon de lecture qui émergea fut double. D’une part, l’analyse des romans de Sôseki s’orienta de plus en plus vers une analyse qui vise à déceler un regard critique contre les excès de l’égoïsme. D’autre part, on vit peu à peu apparaître l’image d’un maître solitaire détaché des vicissitudes d’ici-bas en s’appuyant sur le fameux précepte « Suivre le ciel, quitter le soi » (sokuten kyoshi), état d’esprit et sorte de dépassement de soi auquel les disciples de Sôseki croyaient que leur maître était parvenu à la fin de sa vie. Bref, il s’agit là d’une tentative de mise en correspondance de la personnalité de Sôseki avec son œuvre.

  • 14  Le vrai nom de ce critique littéraire qui exprimait un jugement extrêmement sévère contre le « nat (...)
  • 15  Il s’agit de la compilation des préfaces ou postfaces qu’il a publiées dans les Œuvres complètes d (...)

24C’est notamment après la mort du « maître Sôseki », en 1916, que commença à être publié un nombre considérable d’ouvrages qui eurent pour effet de consolider cette articulation de la personnalité fantasmée de Sôseki et de son œuvre. En 1917, Akagi Kôhei (1891-1949)14, critique littéraire et un des disciples de Sôseki, publie Hyôden Natsume Sôseki (Biographie de Natsume Sôseki) ; en 1928, Natsume Kyôko (1877-1963), veuve de Sôseki, et Matsuoka Yuzuru, Sôseki no omoide (Souvenirs de Sôseki) ; en 1934, Matsuoka Yuzuri, Sôseki sensei (Maître Sôseki). Outre ces ouvrages biographiques, Komiya Toyotaka (1884-1966), un autre disciple de Sôseki, critique littéraire et spécialiste de la littérature allemande, contribua non seulement à l’édition des Œuvres complètes de Sôseki, mais aussi à la fondation de la première base des études sôsekiennes avec la publication, entre autres, de Natsume Sôseki en 1938 et Sôseki no geijyutsu (L’Art de Sôseki) en 194215.

  • 16  Philosophe et homme politique japonais. Diplômé de l’Université impériale de Tôkyô en 1909, il dev (...)
  • 17  Sur la fondation de ce centre de documentations, voir la présentation disponible à l’adresse suiva (...)

25Le domaine d’activité des disciples ou proches de Sôseki ne se limite pas à la composition d’ouvrages consacrés à ce dernier. Iwanami Shigeo, qui publia sous forme de livre Le Pauvre cœur des hommes en 1914, à ses frais, était entré en contact avec Sôseki par l’intermédiaire d’un ami, Abe Yoshishige (1883-1966)16, qui était aussi un des disciples de l’auteur de ce roman qui deviendrait plus tard l’un des long-sellers de la littérature japonaise moderne. Komiya Toyotaka, quant à lui, fonda, à l’université du Tôhoku où il enseignait et dirigeait la bibliothèque, la « Collection Sôseki » (Sôseki bunko), rassemblant des manuscrits, des notes journalières, des lettres, et toutes sortes de notes de son maître, mais également la plupart des livres que celui-ci possédait17.

Le double rapport entre Sôseki et l’enseignement secondaire

26Le deuxième élément d’explication du succès éditorial de Sôseki est le fait qu’une autre communauté de lecteurs s’est constituée, avant et durant la Seconde Guerre mondiale, à partir des étudiants des « lycées du système éducatif d’avant-guerre » (kyûsei kôtôgakkô).

  • 18  Dont deux ont été fondées en Corée et à Taïwan dans le contexte de l’avance colonialiste du Japon (...)

27Le fait est moins anodin qu’il n’y paraît. L’entrée dans ces huit lycées était réservée aux jeunes garçons japonais ayant fini l’enseignement secondaire dans les « collèges du système éducatif d’avant-guerre » (kyûsei chûgakkô) et sélectionnés sur concours. Certes, il s’agit d’une communauté exclusivement masculine et extrêmement minoritaire en termes de nombre d’individus. Cependant, il est difficile de négliger le poids symbolique de cette communauté particulière et la place que celle-ci occupait dans la société japonaise de l’époque. En effet, l’accès aux neuf universités impériales18 était limité aux anciens élèves de ces huit lycées.

  • 19  Voir Tsutsui Kiyotada, Nihon-gata « kyîoyô » no unmei (Le destin de la « culture » japonaise), Tôk (...)

28Ces futures élites de la société japonaise lisaient les romans de Sôseki. En s’appuyant sur l’analyse de diverses enquêtes effectuées auprès des élèves des « lycées du système éducatif d’avant-guerre » durant les années 1930-1940, Tsutsui Kiyotada (1948-), spécialiste de l’histoire sociale du Japon moderne et contemporain, montre que la lecture des romans — notamment Le Pauvre cœur des hommes, Oreiller d’herbes et Sanshirô — de Sôseki faisait partie de la « culture générale » (kyôyô) des jeunes japonais à l’ère Taishô et au début de l’ère Shôwa, où le « développement de la personnalité par la lecture » (dokusho ni yoru jinkaku keisei) était en plein essor19. Les romans de Sôseki étaient lus dans cet environnement socio-culturel et vraisemblablement considérés comme des lectures obligatoires par les étudiants des « lycées du système éducatif d’avant-guerre », contribuant à fonder, ne serait-ce que partiellement, l’éthos de la future classe dirigeante qui aurait une grande influence dans divers domaines — politique, économique, culturel et médiatique — de la société japonaise.

  • 20  Voir la note 1.
  • 21  Il existe d’autres ouvrages d’autres écrivains modernes comme Rashômon d’Akutagawa Ryûnosuke (1892 (...)
  • 22  Voir Sekiguchi Yasuyoshi, « Sôseki to kyôkasho » (Sôseki et les manuels scolaires), in Natsume Sôs (...)

29Mais le rapport entre les œuvres littéraires de Sôseki et le milieu de l’enseignement secondaire ne s’arrête pas à la sphère privée. En effet, ce rapport s’invita dans le programme éducatif public. Dès la fin de l’ère Meiji, les textes de notre écrivain, bien que sous forme d’extraits, entrèrent dans la plupart des manuels scolaires de japonais (kokugo kyôkasho)20 pour les collégiens et les lycéens. Certes, durant la période allant de la fin des années 1930 au milieu des années 1940, où le gouvernement réprimait les idées qui ne convenaient pas au discours officiel militariste, les textes tirés des romans de Sôseki disparurent peu à peu du programme de l’enseignement secondaire. Mais, de toute façon, tous les autres textes de la littérature moderne japonaise subirent le même destin, et une fois la guerre terminée, notamment à partir des années 1950, Sôseki réapparut avec force au détriment des autres auteurs qui, comme lui, avaient dû se taire pendant les hostilités21. Parmi les écrivains japonais modernes, personne n’a eu autant de poids matériel et symbolique que Sôseki dans le milieu de l’enseignement secondaire22.

  • 23  Cf. « Le succès éditorial posthume ».

30Avant la guerre, le choix se portait sur les premiers romans comme Je suis un chat, Botchan et Oreiller d’herbes. Mais, après la guerre, les éditeurs des manuels scolaires ont de plus en plus privilégié la première trilogie (Sanshirô, Et puis, et Le Pauvre cœur des hommes). Et surtout, à partir des années 1960, c’est précisément la troisième et dernière partie du Pauvre cœur des hommes,intitulée « Le maître et son testament » (Sensei to isho), qui va presque systématiquement être intégrée dans la plupart des manuels scolaires de japonais pour les lycéens. La même tendance se poursuivra jusqu’à la fin des années 1990, et semble coïncider avec le succès de l’édition de poche de ce roman23.

  • 24  Voir notamment Ikeyama Hiroshi, « Sengo no kôkô-kyôkasho-kyôzai ni okeru “Sôseki sanmyaku” kara » (...)
  • 25  Okazaki publia en 1943 Sôseki to sokuten-kyoshi (Sôseki et son précepte « Suivre le ciel, quitter (...)

31À propos de cette omniprésence continue de Sôseki dans l’enseignement secondaire japonais après la guerre, un élément complémentaire mérite d’être évoqué. C’est le fait que c’est dans cet espace d’envergure nationale que l’on récupérait et reproduisait une image cohérente de Sôseki et de son œuvre, une image qui s’imposa au sein de la communauté des lecteurs proches de l’auteur et de celle des futures élites d’avant-guerre. En effet, différentes études faites à ce sujet montrent que les manuels scolaires de japonais pour les lycéens utilisés durant les années 1950 et 1960 contenaient, outre les extraits des romans de Sôseki, d’autres textes qui semblent n’avoir eu pour seul effet que de favoriser celui-ci24, et qui sont : 1) des textes par les disciples de Sôseki, qui témoignent de leur respect et attachement pour celui-ci ; 2) des critiques littéraires qui disqualifient le « naturalisme japonais » et montrent le déclin de ce courant littéraire auquel Sôseki s’opposait ; 3) des études littéraires sur Sôseki, son œuvre et sa pensée ; 4) des commentaires des éditeurs des manuels scolaires, dont Okazaki Yoshie (1892-1982) qui fit autorité dans le milieu académique et universitaire des études littéraires japonaise avant, durant et après la Seconde Guerre mondiale en fondant les « Études de l’art littéraire » (Bungei-gaku)25. Il est vrai que le critique littéraire Etô Jun (1932-1999) va sévèrement critiquer cette « divinisation » (shinkakuka) de Sôseki dans son Natsume Sôseki, en 1956 mais le milieu de l’enseignement secondaire conservera et diffusera l’image du « maître Sôseki », élaborée avant la guerre, tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, auprès des futures populations actives de l’Archipel.

  • 26  Abe fut ministre de l’Éducation Nationale durant la première moitié de l’année 1946.
  • 27  Philosophe et écrivain, il fut professeur à l’université du Tôhoku de 1923 à 1945. Il publia Santa (...)

32Les deux éléments que nous considérons comme facteurs majeurs du succès éditorial des romans de Sôseki ne doivent pas rester isolés l’un de l’autre. Au-delà de l’examen de chaque élément, il est difficile de ne pas s’apercevoir d’une certaine continuité entre ces trois groupes de lecteurs dont nous avons décrit la formation et l’évolution. Par exemple, l’un des disciples de Sôseki, Abe Yoshishige, que nous avons mentionné plus haut, fut nommé comme directeur du Premier Lycée de Tôkyô en 1940, après une vingtaine d’années de carrière dans le monde universitaire, et mit en contact ainsi la communauté des disciples de Sôseki et le monde du lycée du système éducatif d’avant-guerre26. C’est Iwanami Shigeo, également l’un des disciples de Sôseki, qui s’engagea dans une entreprise pionnière qui permit une diffusion large des romans de Sôseki à tel point qu’ils constituèrent la culture générale des lycéens d’avant-guerre. Devenant dirigeants dans divers secteurs public et privé de la société japonaise, ces derniers — excepté ceux qui n’avaient pas survécu à la guerre — ont certainement joué un rôle important dans la survie et la transmission de cette culture aux jeunes générations nées sous les décombres ; cela est visible dans l’omniprésence des textes de Sôseki dans les manuels scolaires et le long succès éditorial que les romans de Sôseki ont connu et connaissent encore aujourd’hui. Par ailleurs, Komiya Toyotaka retrouva Abe Jirô (1883-1959)27 à l’université du Tôhoku, et ces deux disciples de Sôseki fondèrent la « Société de Bashô » (Bashô-kai) en 1925 avec Okazaki Yoshie qui devint une figure influente dans le milieu des études de la littérature japonaise et de la rédaction des manuels scolaires de japonais après la guerre.

Sôseki, écrivain national malgré lui ?

33Lorsque Akagi Kôhei publie la Biographie de Natsume Sôseki en 1917, il affirme dans la préface : « En toute franchise, nous avons eu, grâce à notre maître Natsume Sôseki, un écrivain national (kokuminteki sakka) qui, pour la première fois, devrait être qualifié de “grand” (idai) ». Ici, il serait intéressant de se demander dans quel sens ce futur ultra-nationaliste a utilisé le terme « national ». Fut-ce tout simplement pour qualifier la popularité croissante de Sôseki, ou bien la représentativité de celui-ci dans l’unité des individus imaginée garante de l’organisation politique qu’est l’État moderne ? Pour répondre rapidement à cette question délicate, on sait que Natsume Sôseki préférait garder une distance critique par rapport aux autorités politiques de son époque. On peut observer cette orientation politique de Sôseki dans sa démission du poste d’enseignant d’anglais de l’Université impériale de Tôkyô en 1907, ou encore son refus du titre de docteur honoris causa proposé par le ministère de l’Éducation Nationale en 1911. Nombreux sont les essais — et les romans aussi — de Sôseki qui n’étaient pas en résonance avec le discours officiel du gouvernement japonais, qui œuvrait à faire de l’Archipel un État moderne, c’est-à-dire un État-nation. Il est vrai qu’un nombre colossal d’études ont été faites tout au long du XXe siècle au sujet de Sôseki et de ses ouvrages. Mais ce n’est qu’à partir des années 1990 que le milieu académique et universitaire commence à remettre en cause la lecture scolaire qui allait ériger (ou transformer de manière fantasmée ?) Sôseki en écrivain national. Dans cette optique, l’image de Sôseki comme écrivain national doit sa cohérence au manque de liens entre le monde de l’enseignement secondaire et celui de la recherche académique. Si la question de l’homogénéité des réseaux de lecteurs de Sôseki nécessite une recherche plus approfondie portant à la fois sur l’évolution de son public et sur la méthode de lecture de ses textes programmée dans l’enseignement secondaire tout au long du XXe siècle, il est sans aucun doute pertinent, et il serait vraisemblablement fructueux, de s’interroger sur cette jonction paradoxale entre la notion de rupture et celle de continuité dans la naissance d’un écrivain national.

Haut de page

Notes

1  Le terme japonais kokugo signifie littéralement « langue nationale ». L’objectif de cette matière ne se borne pas simplement à l’enseignement de la langue japonaise, mais s’étend à la lecture, l’analyse et la compréhension des textes en japonais de divers domaines, à la production en japonais sous diverses formes, voire à l’éducation morale.

2  Ishihara Chiaki, spécialiste de Natsume Sôseki, pense que ces dernières années, les jeunes générations ne considèrent plus Sôseki comme écrivain national, et ne l’évoquent qu’en tant qu’écrivain japonais représentatif de l’époque moderne. Voir Ichihara Chiaki, Sôseki to sannin no dokusha (Sôseki et ses trois lecteurs), Tôkyô, Kôdansha gendai shinsho, 2004, p. 18-20.

3  Il faut noter que la plupart des écrivains japonais modernes, quel que soit le courant qu’ils représentent, sont des feuilletonistes. Le système de publication du feuilleton était le fondement même de la littérature moderne japonaise. Pour un aperçu plus global, voir Cécile Sakai, « De quelques aspects socio-économiques de l’écriture dans la littérature moderne japonaise », in Littérature japonaise contemporaine. Essais, sous la direction de Patrick de Vos, Paris, Labor/Philippe Picquier, 1989, p. 167-175.

4  Il avait déjà 21 ans lorsqu’il reprit son patronyme d’origine.

5  Voir Ariyama Teruo, op.cit., p. 86-97.

6  Voir Natsume Sôseki, Garasudo no uchi (À travers la vitre), 1915.

7  Le tirage de la revue mensuelle Bungei Kurabu (Le Club littéraire) s’élevait à cinquante mille exemplaires dès l’année de sa parution en 1895. Voir Cécile Sakai, Histoire de la littérature populaire japonaise – faits et perspectives (1900-1980), L’Harmattan, 1987, p. 230.

8  Hototogisu (Le Coucou) de Tokutomi Roka, publié en feuilleton dans le journal Kokumin de 1898 à 1899 et édité sous forme de livre en 1900, connaissait en 1910 son centième tirage.

9  C’est la maison Kaizôsha qui lança cette série en 1926 avec son Gendai Nihon Bungaku zenshû (Anthologie de la littérature japonaise moderne). Un volume de cette série était vendu seulement à un yen, et environ deux cents collections similaires ont été lancées par d’autres éditeurs.

10  Créée en 1947, l’enquête est effectuée tous les ans. Dix mille personnes consultées sont choisies et réparties selon des critères comme l’âge, le sexe, le lieu de résidence, ou encore le statut social, la profession.

11  Il publie, depuis 1976, essentiellement des romans policiers. En 2006, sa bibliographie compte environ 480 titres, et le nombre total des tirages s’élève à trois cent millions.

12  Pour avoir un aperçu global de la réception des œuvres de Sôseki, voir Ishihara Chiaki, Sôseki wa dô yomarete kitaka (Comment a-t-on lu Sôseki ?), Tôkyô, Shinchôsha, 2010.

13  Pour plus de détails concernant ce processus qui débouche sur la fabrication du « mythe de Sôseki » (sôseki shinwa) par Komiya Toyotaka (1884-1966), un des disciples de Natsume Sôseki, voir Yamamoto Yoshiaki, « Sôseki hyôka tenkan-ki no bunseki – Higansugi made kara Sôseki no shi made » (L’analyse de la période du changement de paradigme de la réception de Sôseki – de Après les trépassés à la mort de Sôseki », in Bungakusha wa tsukurareru (Fabriquer un écrivain), Tôkyô, Hitsuji shobô, 2000, p. 1-34.

14  Le vrai nom de ce critique littéraire qui exprimait un jugement extrêmement sévère contre le « naturalisme japonais » (shizenshugi) (voir son fameux article, « “Yûtô-bungaku” no bokumetsu » (Abolir la « littérature de débauche »), in Yomiuri Shinbun, les 8 et 6 août 1916) était Ikezaki Tadataka, homme politique et membre de la Chambre des représentants (Shûgi-in) de 1936 à 1945. Dès la fin des années 1920 jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale, il publia un nombre considérable (plus de 20) d’ouvrages soutenant les hostilités de l’armée japonaise contre les États-Unis, ce qui le conduisit, après la reddition de l’archipel, à la prison de Sugamo comme suspect de crime de guerre de la classe A. Il sortira de la prison sans passer en jugement pour cause de maladie.

15  Il s’agit de la compilation des préfaces ou postfaces qu’il a publiées dans les Œuvres complètes de Sôseki, mentionnées plus haut.

16  Philosophe et homme politique japonais. Diplômé de l’Université impériale de Tôkyô en 1909, il devint professeur à l’Université Hôsei en 1920, ensuite à l’Université impériale de Keijô en 1926. En souvenir d’amitié avec Iwanami Shigeo, il publia Iwanami Shigeo den (Biographie d’Iwanami Shigeo) en 1966.

17  Sur la fondation de ce centre de documentations, voir la présentation disponible à l’adresse suivante : http://www.library.tohoku.ac.jp/collect/soseki/bunko.html (en japonais, consulté en mars 2011) ; http://www.library.tohoku.ac.jp/collect/soseki/bunko-e.html (en anglais, consulté en mars 2011).

18  Dont deux ont été fondées en Corée et à Taïwan dans le contexte de l’avance colonialiste du Japon durant les années 1920.

19  Voir Tsutsui Kiyotada, Nihon-gata « kyîoyô » no unmei (Le destin de la « culture » japonaise), Tôkyô, Iwanami shoten, 1995 ; réédition Iwanami gendai-bunko, 2009, p. 55-92.

20  Voir la note 1.

21  Il existe d’autres ouvrages d’autres écrivains modernes comme Rashômon d’Akutagawa Ryûnosuke (1892-1927) et Maihime (La Danseuse) de Mori Ôgai (1862-1922) qui s’imposent comme habitués des manuels scolaires. Cependant, aucun d’entre eux n’a connu un succès éditorial comparable à celui de Sôseki. Concernant la place de La Danseuse de Mori Ôgai dans les manuels scolaires après la guerre, voir Itô Seiko, « Maihime to kyôkasho », in Yamaguchi kokubun, Yamaguchi, Yamaguchi daigaku bunrigakubu kokugo kokubun gakkai, 2009, p. 193-200.

22  Voir Sekiguchi Yasuyoshi, « Sôseki to kyôkasho » (Sôseki et les manuels scolaires), in Natsume Sôseki hikkei II (Livres indispensables aux études de Natsume Sôseki II), sous la direction de Takemori Ten.yû, Tôkyô, Gakutô-sha, 1985, p. 210-221.

23  Cf. « Le succès éditorial posthume ».

24  Voir notamment Ikeyama Hiroshi, « Sengo no kôkô-kyôkasho-kyôzai ni okeru “Sôseki sanmyaku” kara » (À propos de « la chaîne de montagnes Sôseki » dans les manuels scolaires et supports pédagogiques pour les lycéens des années 20-30 de l’ère Shôwa), in Zenkoku daigaku kokugo kyôiku gakkai happyô yôshi shû, n° 108, Tsukuba, 2005, p. 9-12.

25  Okazaki publia en 1943 Sôseki to sokuten-kyoshi (Sôseki et son précepte « Suivre le ciel, quitter le soi ») dans lequel il tenta de montrer que Sôseki avait réussi non seulement le dépassement de l’égoïsme, mais aussi un « retour à l’âme japonaise » qui était en harmonie parfaite avec le discours officiel du gouvernement japonais militariste. Sur le parcours de Okazaki Yoshie, voir Sasanuma Toshiaki, « Kokubungaku » no shisô – sono han.ei to shûen (La pensée de « littérature nationale » – son essor et son déclin), Gakujutsu shuppan-kai, 2006, p. 125-176.

26  Abe fut ministre de l’Éducation Nationale durant la première moitié de l’année 1946.

27  Philosophe et écrivain, il fut professeur à l’université du Tôhoku de 1923 à 1945. Il publia Santarô no nikki (Journal de Santarô) en 1914, qui connut un grand succès auprès des étudiants des « lycées du système éducatif d’avant-guerre ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Estimation du nombre d’exemplaires vendus des grands quotidiens japonais au début du XXe siècle
Crédits Ariyama Teruo, « Meiji-makki no shinbun media to Sôseki » (Les journaux quotidiens de la fin de l’ère Meiji et Sôseki), in Sôseki kenkyû, édité par Komori Yôichi et Ishihara Chiaki, Kanrin shobô, n° 5, 1995, p. 88).
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/877/img-1.png
Fichier image/png, 132k
Titre Figure 2 : « Qui est votre auteur préféré ? »
Crédits Sagara Yoshinari, « 2006 nen Dokusha yoron chôsa gaiyô » (De l’Enquête sur l’opinion et la lecture 2006), in Chûô chôsa hô, Central Research Service, n° 593, mars 2007, pp. 5265 -5268. L’article (en japonais) est disponible à l’adresse suivante : http://www.crs.or.jp/​backno/​old/​No593/​5931.htm (consulté en mars 2011)).
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/877/img-2.png
Fichier image/png, 558k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dan Fujiwara, « La naissance d’un écrivain national : perspectives et enjeux — le cas de Natsume Sôseki (1867-1916) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://framespa.revues.org/877 ; DOI : 10.4000/framespa.877

Haut de page

Auteur

Dan Fujiwara

Maître de conférences à l’Université de Toulouse-le Mirail, chercheur au Centre d’Études Japonaises de l’Inalco.
dfujiwar@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org