Navigation – Plan du site

Quelques hommes « extra-ordinaires » du début de l’ère Meiji

Some extraordinary Men at the beginning of the Meiji era
Algunos hombres « extra-ordinarios » al principio de la era Meiji
Christian Galan

Résumés

La mise en place d’un système éducatif national a constitué l’un des éléments centraux de la modernisation du Japon à l’ère Meiji, à la fois sur le plan des enjeux et sur celui des investissements humains et matériels. Le « modèle » choisi par les Japonais étant occidental et pluriel, cette mise en place nécessita l’implication de jeunes intellectuels dans l’étude des langues, des savoirs et des méthodes modernes américaines et européennes.

La question, peu étudiée, du coût humain et intellectuel de cette modernisation nous paraît s’imposer ici au travers notamment du profil des générations de spécialistes des études occidentales (yôgaku) nés entre les années 1830 et 1850, c’est-à-dire ceux qui ont été le plus directement impliqués dans le processus de transition entre l’ancien et le moderne.

L’effort intellectuel, psychique et physique exceptionnel que ces jeunes hommes durent fournir semble bien en effet – exception faite d’un Fukuzawa Yukichi et de quelques autres – avoir abrégé leur jeune existence. Un trait commun qu’ils partagent, avec également une même origine sociale – la classe des samurai de bas rang –, un double cursus d’études – classique et occidental – et/ou des séjours à l’étranger. Même s’il est difficile d’affirmer catégoriquement une relation de cause à effet et qu’il faille pondérer notamment celle-ci en fonction de divers facteurs tels que le niveau de leur implication – locale ou nationale – dans le processus de modernisation, il semble bien toutefois que les spécialistes des études occidentales de ces années-là payèrent, sur ce plan, un tribut bien plus lourd que les autres acteurs de la modernisation, et notamment que leurs homologues des études classiques.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Meiji, modernización, occidentalistas

Géographique :

Japon
Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Jean-Jacques Origas

Texte intégral

  • 1  Voir : Christian Galan, L’Enseignement de la lecture au Japon – Politique et éducation, Toulouse, (...)

1Si le xixe siècle japonais a produit un grand nombre d’hommes et de femmes remarquables, nous avons personnellement un attrait tout particulier pour la génération née dans les années 1830-1840, voire au tout début des années 1850. Nous avons « croisé » celle-ci lorsque nous rédigions notre thèse de doctorat sur l’histoire de l’enseignement de la lecture au Japon1, sans cependant avoir alors la possibilité de lui consacrer tout le temps qu’elle nous semblait mériter. Fouiller la biographie de certains acteurs essentiels de la mise en place du système éducatif moderne japonais au début de l’ère Meiji (1868-1912) nous avait en effet amené alors à prendre conscience, au-delà du caractère exceptionnel du parcours individuel de chacun, de l’existence d’une communauté de destins : origine sociale et formation intellectuelle identiques, parcours de vie riche et intense, importance de l’œuvre accomplie au regard du processus de modernisation du pays, et surtout existence... fort brève. C’est d’ailleurs ce dernier point qui avait tout particulièrement attiré notre attention sur eux.

2Étonnamment, en effet, il nous avait semblé constater alors, sans pouvoir vraiment creuser la question, que, parmi les nombreux personnages dont nous rencontrions les noms, la plupart de ceux que l’on qualifiait d’« occidentalistes » (rangakusha, puis yôgakusha) et qui furent actifs dès la fin de l’époque d’Edo (1603-1868) avaient vécu moins vieux, voire beaucoup moins vieux, que ceux que l’on rangeait dans les catégories des « spécialistes des études chinoises » (kangakusha) et des « spécialistes des études nationales » (kokugakusha), ou, dit autrement, que ceux qui ne firent pas le choix, dans leurs années de formation (les années 1840-1850, donc), de se lancer dans l’études des langues et des « choses » de l’Occident.

3Cette impression pouvait-elle recouvrir une quelconque réalité ? Jusqu’à quel point ? Était-il possible d’en faire la démonstration ? Et, si oui, d’étendre ce constat à d’autres acteurs que ceux qui agirent dans le domaine de l’éducation ? Ou bien n’était-elle que le fruit du hasard, voire d’une mauvaise interprétation de notre part ? C’est à toutes ces questions, auxquelles nous voulions depuis longtemps essayer de trouver quelques éléments de réponses, que nous allons nous intéresser dans les lignes qui suivent.

4Par ailleurs, même si notre impression de départ se révélait au final moins pertinente que nous ne l’espérions, l’étude de cette génération, celle qui a posé ou permis de poser les bases du système éducatif du Japon moderne dans les années 1868-1872, nous permettait au moins d’aborder une question rarement traitée dans les livres d’histoire sur l’ère Meiji, celle du coût humain de la Restauration et du processus de modernisation qui s’en est suivi. Nous ne faisons bien sûr pas référence ici aux conséquences des guerres civiles ou de l’industrialisation et des déplacements de population qu’a connus cette époque, mais aux efforts physiques, psychiques et intellectuels qu’a coûtés à certains jeunes hommes du début de l’ère Meiji ce processus de changement dans lequel ils s’étaient lancés, c’est le cas de le dire, corps et âmes…

Fukuzawa Yukichi : archétype et contre-exemple

  • 2  Nous respectons dans cet article l’usage japonais qui consiste à citer d’abord le nom de famille, (...)
  • 3  Voir notamment : Fukuzawa Yukichi, Plaidoyer pour la modernité. Introduction aux œuvres complètes, (...)

5Au tout début de ce que nous voudrions être notre démonstration, nous ne pouvons toutefois pas faire autrement que de commencer par présenter Fukuzawa Yukichi2 (1835-1901), qui est à la fois l’archétype des intellectuels japonais de cette génération qui ont pensé la Restauration de Meiji et en furent des acteurs majeurs, mais aussi sans doute le parfait… contre-exemple de ce que nous nous proposons de vérifier ici. Celui-ci vécut en effet une vie relativement longue pour l’époque puisque, dans une symétrie quasi parfaite, il naquit trente-trois ans exactement avant la Restauration de Meiji et mourut trente-trois années après celle-ci, soit soixante-six années d’une vie qui fut sans doute l’une des plus riches et l’une des plus exceptionnelles de l’époque. Nous le ferons cependant rapidement, car on possède aujourd’hui en français une somme de livres et d’articles qui permet de bien connaître le parcours exceptionnel de ce personnage3, et nous nous en tiendrons aux faits les plus saillants de ce parcours, ceux qui vont nous permettre de définir le profil général de toute cette génération d’intellectuels japonais. (fig.1)

Figure 1

Figure 1

Fukuzawa Yukichi à l’âge de 63 ans, en 1898

Libre de droits

  • 4  Voir : Christian Galan, « Le paysage scolaire à la veille de la Restauration de Meiji – écoles et (...)
  • 5  On trouvera une description savoureuse et très fidèle de l’ambiance qui régnait dans cette école d (...)

6Fukuzawa, qui naît à Ôsaka le 10 janvier 1835, appartient à une famille de guerriers (bushi) de rang modeste attachée au clan de Nakatsu (Kyûshû). Formé, comme c’est alors l’usage dans ce milieu, aux études classiques, c’est-à-dire aux études chinoises (kangaku : classiques confucéens, histoires de la Chine, littérature et poésie chinoises, etc.)4, il fait rapidement preuve de grandes capacités intellectuelles, dépassant notamment ses aînés dans l’art d’interpréter et de commenter les textes. Esprit rationnel et non-conformiste, il développe toutefois, tout aussi rapidement, une aversion complète pour tout ce qui relève de cette formation classique chinoise qu’il juge absurde, dévoreuse de temps et d’énergie, et surtout non adaptée aux besoins de l’époque et, en ce sens d’ailleurs, dangereuse pour le pays. À dix-neuf ans, il se rend à Nagasaki afin d’étudier le hollandais et l’art militaire. Entré en conflit dans cette ville avec des membres de son clan moins brillants mais plus élevés que ne l’est sa famille dans la hiérarchie des guerriers, il doit cependant retourner très vite à Nakatsu. Profitant, en ces années 1840, de l’affaiblissement de l’ordre des Tokugawa qui sera bientôt l’ordre ancien, il désobéit toutefois et se rend à Ôsaka pour rejoindre l’école privée du Teki juku d’Ogata Kôan (1810-1863), médecin et grand maître des études hollandaises (rangaku). Il y étudie, sous la direction de celui-ci, la médecine, la physiologie, la chimie et la physique, le tout dans ou à partir d’ouvrages écrits en hollandais5. Fin 1858, son clan lui ordonne de se rendre à Edo pour y ouvrir une école privée d’études hollandaises, comme l’usage s’en répand alors. L’ordre correspondant cette fois à ses plus profonds désirs, il s’empresse d’obéir et fonde le Keiô gijuku, qui deviendra plus tard la célèbre université Keiô. Peu après son arrivée, toutefois, un bref voyage à Yokohama lui fait prendre conscience du fait que le hollandais est insuffisant pour communiquer avec les étrangers et il se met aussitôt à étudier l’anglais.

7En 1860, à force de ruse, il réussit à se joindre à la première mission officielle envoyée aux États-Unis à l’initiative du shôgun. Il participe également, en 1862, à la délégation qui, pendant presque une année, visite différents pays européens : France, Angleterre, Hollande, Prusse, Russie et Portugal, et, en 1867, il se rend de nouveau aux États-Unis pour six mois. Lors de ces voyages, il passe une grande partie de son temps à rassembler des ouvrages pour lui-même, ses amis ou ses élèves. En 1866, il commence la publication de L’État de l’Occident (Seiyô jijô), qui se poursuivra jusqu’en 1870. Il y rassemble ses notes de voyages décrivant les mœurs et les institutions des pays visités. Rédigé dans un style et une langue simplifiés, ce livre rencontre un grand succès et a un énorme impact intellectuel et social.

  • 6  Traduit en français, op. cit.

8Conscient du rôle capital que joue l’éducation dans la formation d’un État moderne, Fukuzawa refusera toute sa vie les postes officiels que le nouvel État lui propose pour se consacrer à la diffusion du savoir à tous les niveaux de la société. Il mènera ainsi parallèlement une œuvre multiforme de vulgarisateur, de « passeur » entre les civilisations, et d’éducateur d’« hommes de bien », compétents, dont le nouveau Japon a selon lui le plus grand besoin. Les ouvrages qu’il publie – entre mille autres activités dont le lancement d’un quotidien, Les Nouvelles de l’actualité (Jiji shinpô) qui paraîtra pendant près d’un demi-siècle – rencontrent un énorme succès : L’Appel à l’étude (Gakumon no susume, 1872-1876) et Aperçu général de la théorie de la civilisation (Bunmei ron no gairyaku, 1875), entre autres. À la fin de sa vie, il publie Cent propos du vieux Fukuzawa (Fukuô hyakuwa) en 1897, et dicte son autobiographie La Vie du vieux Fukuzawa par lui-même (Fukuô jiden)6, qui paraît en 1899, deux ans avant sa mort le 3 février 1901.

9Cet homme aux talents immenses, et qui est sans doute l’intellectuel japonais le plus important de l’histoire du Japon contemporain, est ainsi mort à l’âge, presque vénérable pour l’époque, de soixante-six ans. Et il s’est éteint en remerciant le Ciel de l’avoir laissé vivre assez vieux pour qu’il ait pu assister à deux événements pour lui capitaux : la fin du régime des Tokugawa, inégalitaire et injuste, qu’il haïssait, et la victoire militaire sur la Chine, symbole à ses yeux de la justesse et du succès des choix effectués par sa génération trente ou quarante années plus tôt.

10Tous ceux qui l’ont accompagné ou précédé, et qui ont agi dans le même sens que lui, n’ont pas eu forcément la même chance…

11Fukuzawa partage toutefois avec l’ensemble des « occidentalistes » de sa génération un parcours initial commun, que l’on pourrait résumer comme suit : famille de guerriers (souvent de bas rang) > étude des classiques (chinois) > étude du hollandais > étude de l’anglais et/ou d’une autre langue occidentale > voyage à l’étranger (pour la plupart) > étude des « systèmes » étrangers > publication et/ou traduction d’ouvrages faisant date > implications politiques ou sociales diverses… Un parcours auquel il faut ajouter pour beaucoup, comme on va le voir à présent, une dernière séquence par rapport à laquelle Fukuzawa fait exception : … > épuisement ou maladie > décès précoce. À la fois archétype et contre-exemple, le plus cité des personnages ayant contribué à la mise en place du système éducatif durant l’ère Meiji apparaît presque sur ce plan, par sa longévité, comme l’arbre qui masque la forêt…

12Les premières années de Meiji furent en effet véritablement sans pitié pour les jeunes intellectuels japonais qui s’étaient lancés à corps perdu dans la mise en place d’un système éducatif moderne… Les efforts, physiques et intellectuels, qu’ils durent fournir furent sans commune mesure avec ceux fournis par les générations précédentes ou par ceux qui firent d’autres choix intellectuels que les leurs, puisqu’il ne s’agissait rien moins pour eux que de connaître, de comprendre, de déchiffrer un monde duquel leur pays s’était presque complètement tenu à l’écart pendant de nombreux siècles, et de transmettre à leurs compatriotes ces savoirs et ces connaissances nouvellement acquises. Des savoirs et des connaissances dont beaucoup allaient par ailleurs à l’encontre des évidences ou des certitudes développées au cours des époques précédentes. Ils durent ainsi notamment, à cette fin, et alors qu’ils avaient tous été initialement formés aux études et au chinois classiques, maîtriser de nouvelles langues, seules à même de leur donner accès à ces savoirs et à ces cadres de pensée « autres »…

13Il suffit pour s’en convaincre, comme on va le faire maintenant, de se pencher sur le destin de quelques-uns de ces hommes à nos yeux tout à fait « extra-ordinaires »…

Yanagawa Shunsan (1832-1870) et Furukawa Masao (1837-1877)

14Chacun dans leur genre, Yanagawa Shunsan et Furukawa Masao sont très représentatifs de la « génération Fukuzawa » : le premier par son parcours et son travail de vulgarisateur, d’enseignant, de traducteur, de rédacteur de manuels scolaires, et de créateur d’une revue et d’un journal, entre autres… très proche par cet éclectisme de Fukuzawa Yukichi ; le second – et se distinguant, lui, en cela, de celui-ci dont il fut l’ami –, en ajoutant à la panoplie du parfait occidentaliste du précédent une dimension d’action, sinon d’aventure, assez surprenante, pour ne pas dire rocambolesque.

  • 7  Sources : Grand dictionnaire biographique du Japon (Dai Nihon jinmei jisho), Tôkyô, Kôdansha, 5 vo (...)

15Yanagawa Shunsan (Harukage) est né en 1832 dans ce qui est l’actuel département d’Aichi7. Formé aux études chinoises puis hollandaises (notamment l’artillerie et la médecine), il étudie ensuite l’anglais et le français. Il rédige de nombreux ouvrages de vulgarisation concernant les « choses » et les techniques occidentales entre la fin du shôgunat et le début de l’ère Meiji : Méthodes de calcul occidentales (Yôsan yôhô, 1857), Vade-mecum de poche des études occidentales (Shûchin yôgaku benran, 1866), Nouvelles histoires des pays du monde (Bankoku shinwa, 1868), etc. Il contribue également au Guide pour les études occidentales (Yôgaku shishin, 1867) et traduit Explications illustrées de la photographie (Shashinkyo zusetsu, 1867-1868), du Français Prudent René Patrice Dragon (1819-1900), ou encore, en collaboration, Mémento de poche des médicaments (Shûchin yasuketsu, 1865), de J. H. Wythe (1822-1901), ainsi que Les Anneaux de la connaissance – introduction (Chikan keimô jukuka shoho, 186 ?), de James Legge (1815-1897).

  • 8  DHJ, op. cit., t. 1, p. 1369-1370.

16En octobre 1868, il entre à l’« Institut pour le développement des sciences » (Kaiseijo), une institution officielle créée par le shôgunat en 1862, sous le nom tout d’abord d’« Institut pour l’investigation des écrits étrangers » (Bansho shirabesho), afin de centraliser et développer les « études occidentales ». Cet institut fut ensuite « récupéré » par le nouveau pouvoir en 1868 sous le nom d’« École pour le développement des sciences » (Kaisei gakkô), puis rebaptisé encore plusieurs fois avant de devenir en 1877 l’une des facultés de l’Université de Tôkyô8.

  • 9  La langue japonaise s’écrit à l’aide de deux systèmes de transcription aujourd’hui complémentaires (...)

17C’est dans cet institut que Yanagawa est amené à participer à la réflexion sur le système scolaire au travers d’une mission de réflexion qui lui est confiée (Gakkô seido torishirabe jimu). Il est dès lors de ceux qui prônent la réforme du système d’écriture japonais en privilégiant l’usage des kana9, et rédige dans ce but de nombreux manuels dont le célèbre et révolutionnaire Premières études (Uhimanabi), publié en 1868. En 1867, il fonde la Revue de l’Occident (Seiyô zasshi), qui est considérée comme le tout premier mensuel japonais, et, en 1868, les Nouvelles d’ici et d’ailleurs (Chûgai shinbun) qui sont elles considérées, malgré leur périodicité irrégulière, comme le tout premier journal de l’archipel. (fig.2)

Figure 2

Figure 2

Deux pages du Uhimanabi, 1868

Libre de droits

18Après avoir demandé, en 1869, l’abrogation de l’usage du chinois classique pour les documents officiels et son remplacement par la « langue japonaise » transcrite en kana, il meurt précocement, épuisé, l’année suivante, en 1870, à l’âge de 38 ans, après une vie tout entière consacrée à la mise en place et à la diffusion de nouveaux savoirs…

  • 10  Source : Karasawa Tomitarô (sous la dir. de), Kyôiku jinbutsu jiten (Dictionnaire encyclopédique d (...)
  • 11  Voir supra.

19Furukawa Masao est né, lui, cinq ans plus tard que Yanagawa, en 1837 ; son nom de naissance est Okamoto Kamegorô (fig.3)10. Originaire de la région de Hiroshima qu’il quitta après avoir été formé aux études chinoises tout en rêvant d’étudier la médecine, il rejoignit Ôsaka durant l’été 1856 et entra au Teki juku d’Ogata Kôan11 pour y étudier le hollandais et les « sciences occidentales », notamment l’art militaire. On lui doit alors, en 1860, sous le nom d’Okamoto, la traduction du hollandais de ce qui est le tout premier ouvrage de statistiques occidentales jamais publié au Japon, Statistiques des pays du monde (Bankoku seihyô, de l’ouvrage de P. A. de Jong, Statistische tafel van alle landen der aarde, 1854).

Figure 3

Figure 3

Furukawa Masao

Libre de droits

  • 12  Voir supra.

20Au Teki juku, il devient l’ami de Fukuzawa Yukichi qui s’y trouve depuis 1855. Très liés, celui-ci l’entraîne ensuite avec lui à Edo et en fait l’un des premiers élèves du juku qu’il vient de créer12. Il en deviendra rapidement le premier enseignant, puis le premier directeur en 1868. Sur la recommandation de Fukuzawa, il est alors adopté comme gendre par un samurai de haut rang, Furukawa Sanemichi, dont il prend le nom. Après avoir poursuivi ses études, se consacrant notamment aux mathématiques, il rejoint (contre l’avis de Fukuzawa), du fait de son adoption par un vassal direct du shôgun, l’armée de celui-ci et devient capitaine du Nagasaki maru, un bateau de la flotte shôgunale. Lors de la Restauration de Meiji, il reste fidèle au shôgun et participe à l’insurrection de Hakone, puis rejoint les bateaux rebelles à Hakodate. Défait au combat du port de Miyako, il est arrêté et emprisonné à Tôkyô. Gracié, il change alors de prénom – de Setsuzô, il devient Masao – et entre dans la marine de guerre du nouveau gouvernement de Meiji avant de devenir instructeur à l’École de la marine de Tsukiji (Tsukiji kaigun heigakkô).

21En 1870, il publie un manuel de langue qui fait date dans l’histoire de l’enseignement au Japon, Les Anneaux magiques – ouvrage illustré (Eiri chie no wa), suivi, l’année suivante, en 1871, d’Amorce du savoir (Chie no itoguchi). (fig.4)

22Conseillés en tant que manuels d’écriture par les directives officielles de 1872-1873, ces deux ouvrages furent très probablement les tout premiers manuels de l’époque contemporaine à contenir des matériaux pédagogiques rédigés à l’attention exclusive des débutants, les premiers également à tenter de présenter de façon « ordonnée » le système d’écriture de la langue japonaise.

Figure 4

Figure 4

Chie no itoguchi (1871) et Eiri chie no wa (1870)

Libre de droits

23Furukawa entre ensuite au département des Travaux Publics et de l’Industrie (Kôbushô) et participe, en 1873, à l’Exposition universelle de Vienne, en Autriche, en tant que fonctionnaire de l’État japonais. En 1874, il devient directeur d’une autre école privée, le Kin.ei juku, puis, en 1875, participe avec Nakamura Masanao (1831-1891) et d’autres à la création de la société philanthropique Rakuzenkai dont l’objet est de réfléchir à la mise en place d’établissements d’éducation pour les sourds-muets et les aveugles, et qui donnera plus tard naissance au premier établissement de ce type, le Kunmôin.

24Son état de santé se détériore cependant ensuite très rapidement, et il meurt dépressif et malade, le 2 avril 1877, à l’âge de 40 ans.

Tanaka Yoshikado (1841-1879), Uchida Masao (1842-1876) et Obata Jinzaburô (1845-1873)

25Les trois personnages que nous allons présenter dans cette section sont tous nés dans la première moitié des années 1840, ce qui veut dire qu’ils ont donc eu entre 23 et 28 ans au moment de la Restauration de Meiji en 1868. Leur parcours est assez proche de celui des occidentalistes de la décennie précédente, à deux détails près : le temps qu’ils ont consacré aux études chinoises a été beaucoup plus court que dans le cas de leurs prédécesseurs et leur accès aux études hollandaises plus précoce et plus rapide. Pour certains de cette génération, enfin, comme Obata Jinzaburô, l’accès aux études occidentales se fit directement à partir de l’anglais et non plus par le hollandais : une page de l’histoire intellectuelle du Japon était en train de se tourner.

  • 13  Source : KJJ, vol. 2, p. 668-671 ; http://kotobank.jp ; et : Takeda Shingo, « Tanaka Yoshikado hen (...)
  • 14  Voir supra.

26Tanaka Yoshikado est né en 1841 dans la province de Shinano (l’actuel département de Nagano)13. Fils d’un médecin, il fut formé aux études classiques chinoises et nationales mais s’initia très vite aux « études hollandaises » et à la médecine, avant d’étudier l’art de la navigation militaire, notamment le fonctionnement des machines à vapeur, tout en s’initiant en parallèle au français et à l’anglais (dans le Keiô gijuku de Fukuzawa Yukichi14). En 1869, il devient instructeur au Centre d’entraînement militaire de la marine de Tsukiji (Tsukiji kaigun sôren sho), tout en créant une école privée qui, petit à petit, deviendra une sorte d’école préparatoire à l’entrée dans ce centre (lequel aura changé plusieurs fois de nom entre temps). Le nombre de ses étudiants augmentant, Tanaka se fait remarquer par le département des Armées et, en 1870, il devient professeur-adjoint à l’Académie des sciences militaires, Heigakudai.

  • 15  Voir infra.

27Il entre ensuite, en 1872, au département de l’Éducation (Monbushô) et devient l’auteur de nombreux ouvrages pédagogiques et manuels scolaires, avant de démissionner pour travailler pour un éditeur privé. Il rédige ainsi en 1873, avec Morokuzu Nobuzumi15, le célèbre ouvrage de pédagogie Méthode d’enseignement élémentaire pour les écoles normales (Shihan gakkô shôgaku kyôju hô), ainsi que, en 1876, Modèles de rédaction pour les écoles élémentaires (Shôgaku sakubun kihan). Il est également l’auteur des manuels Les Sciences illustrées (Dôri zukai, 1870), Histoire abrégée des pays du monde (Bankoku shiryaku, 1875-1876), Histoire abrégée du Japon (Nihon shiryaku, 1876-1877), ou encore, en 1874, d’une Grammaire japonaise pour l’école élémentaire (Shôgaku nihon bunten), qui fit date. Et de quelques autres. Il est cependant surtout connu pour son étonnant Manuel de lecture pour l’école élémentaire (Shôgaku tokuhon) de 1874, qui était en réalité une traduction fidèle du Willson’s Reader de l’Américain Marcius Willson (1813-1905). Controversé (son contenu « américain » était à beaucoup incompréhensible et difficile à utiliser dans les classes), ce manuel, qui fut le tout premier publié par le récemment créé département de l’Éducation, était cependant tout à fait emblématique de l’esprit du début de l’ère Meiji dit « Civilisation et ouverture » (bunmei kaika), et il fut un temps le plus utilisé et le plus imité des manuels de lecture (tokuhon). (fig.5)

Figure 5

Figure 5

Le Shôgaku tokuhon (1874) de Tanaka Yoshikado

Libre de droits

28En 1878, Tanaka crée la « Société pour l’éducation » (Kyôikusha) dont il devient le président et qui publie un journal entièrement consacré à celle-ci, les Nouvelles de l’éducation d’ici et d’ailleurs (Naigai kyôiku shinpô). L’année suivante, en 1879, il devient membre puis président du Conseil de l’arrondissement d’Azabu à Tôkyô et s’active notamment dans la prévention du choléra. En octobre de cette même année, cependant, il est soudainement atteint d’une maladie cérébrale et il meurt le 3 octobre 1879, à l’âge de 38 ans.

  • 16  Source : KJJ, vol. 2, p. 745-747 ; Akimoto Hidefumi, « Uchida Masao no rireki to shiryô (Uchida Ma (...)

29Uchida Masao est né, lui, à Edo en 1842, dans une famille de guerriers de haut rang, vassaux directs du Shôgun16. Il étudie tout d’abord au Shôheikô (ou Shôheizaka gakumonjo), une école fondée par le shôgunat pour diffuser l’enseignement néo-confucéen (et dont le nom renvoyait au lieu de naissance de Confucius), mais s’initie cependant également très vite, dès 1857, à la langue et aux études hollandaises à Nagasaki. Il devient un spécialiste de la marine de guerre en se formant directement auprès des Hollandais qui résident alors dans cette ville. (fig.6)

Figure 6

Figure 6

Uchida Masao

Libre de droits

  • 17  Voir supra.
  • 18  Source : DHJ, t. 1, p. 373

30En 1862, il est choisi par le shôgunat, avec quatorze autres jeunes hommes, pour aller étudier en Hollande, où il reste jusqu’en 1867. En 1869, il est nommé professeur à l’« École du sud » (Daigaku nankô) une des deux sous-divisions de la « Grande école » (Daigakkô) que le jeune gouvernement de Meiji vient juste de créer, en tant que nouvelle structure d’enseignement supérieur, en fusionnant le Kaseijo17, le Shôheikô, et l’« École de médecine » (Igakkô)18. Il y enseigne les « études hollandaises ».

31La même année, il publie Le Système éducatif hollandais (Oranda gakusei). (fig.7)

Figure 7

Figure 7

Oranda Gakusei

Libre de droits

32Premier ouvrage japonais présentant l’intégralité des textes législatifs concernant l’éducation d’un pays occidental, ce livre, directement traduit du hollandais, eut une influence déterminante sur la rédaction du « Décret sur l’éducation » (Gakusei, 1872), le texte fondateur du système éducatif moderne. Ce qui en fait l’un des ouvrages les plus importants du tout début de l’ère Meiji. Il est également l’auteur de la célèbre Géographie générale du monde (Yochi shiryaku) en 13 volumes, qui parut en 1871. Entré au département de l’Éducation à sa création en 1871, il contribue notamment, ensuite, à la rédaction du manuel Histoire abrégée (Shiryaku) publié par celui-ci en 1872 en se chargeant des deux derniers volumes (sur quatre).

33Uchida quitte toutefois le département de l’Éducation dès 1873 pour se consacrer à l’écriture, mais il tombe rapidement malade et meurt trois ans plus tard, en 1876, à l’âge de 34 ans.

  • 19  Source : KJJ, vol. 2, p. 113-115 ; Yamauchi Keita, « Amerika ni nemuru gijuku no “kikan” – Obata J (...)

34D’origine modeste, Obata Jinzaburô est né en 1845 dans une famille appartenant au clan de Nakatsu, comme Fukuzawa Yukichi dix ans plus tôt19. Comme ce dernier encore, il perd son père très jeune, à l’âge de 8 ans, et est élevé par sa mère. (fig.8)

Figure 8

Figure 8

Obata Jinzaburô

Libre de droits

  • 20  Voir supra.

35Il étudie tout d’abord dans l’école du fief, se formant donc aux études classiques, mais développe très tôt l’envie d’aller dans les pays étrangers, un désir alors contrarié par les faibles ressources et la condition sociale de sa famille. Il profite d’un retour de Fukuzawa à Nakatsu pour manifester auprès de celui-ci son envie de se consacrer à l’étude des pays étrangers. Fukuzawa accepte de le prendre avec lui, ainsi que son frère aîné Obata Tokujirô (1842-1905), pour le ramener à Edo, en 1864, afin qu’il puisse étudier l’anglais dans son école privée. Élève très doué, il maîtrise si rapidement cette langue, bien plus rapidement et bien mieux que tous ses congénères, qu’il passe très vite de l’autre côté de la barrière et devient professeur, dans cette même école tout d’abord, puis, en 1866, et jusqu’en 1870, au Kaiseijo20.

  • 21  Voir supra.

36En 1868, il rédige avec son frère un Lexique des mots anglais (Eibun jukugo-shû) et l’année suivante, en 1869, un livre intitulé Règlements des navires de guerre anglais (Eikoku gunkan keihô). Mais l’ouvrage qui le fait passer à la postérité est sa Description générale des écoles en Occident (Seiyô gakkô kihan), qu’il publie en 1870. C’est là encore un ouvrage capital dans l’histoire de l’éducation du Japon. Essentiellement composé de diverses traductions, Obata, après avoir présenté pour la première fois dans ce pays les idées de Platon, Rousseau et Kant, ainsi que l’organisation des écoles anglaises, hollandaises, françaises, prussiennes et russes, y insiste sur la nécessité d’abandonner la tradition chinoise, confucéenne, au profit des méthodes occidentales. Comme Le Système éducatif hollandais d’Uchida Masao, ce livre va avoir une énorme influence sur la rédaction du « Décret sur l’éducation » de 187221.

37En 1871, il se rend aux États-Unis pour accompagner Okudaira Masayuki (1855-1884), héritier de l’ancien fief de Nakatsu. Il y reste pendant 4 ans, étudiant tout d’abord une année au Polytechnic Institute de Brooklyn, à New York. Il y prend alors encore plus conscience de l’urgente nécessité de réformer les méthodes d’enseignement japonaises, peu efficaces à ses yeux en comparaison de celles des écoles américaines. Il entame une réflexion sur une réforme possible du Keiô gijuku de Fukuzawa dont il s’ouvre par courrier à celui-ci. Les deux hommes vont alors correspondre régulièrement, Fukuzawa attendant par ailleurs avec impatience le retour d’Obata au Japon. (fig.9)

Figure 9

Figure 9

Seiyô gakkô kihan, 1870

Libre de droits

38Se dépensant sans compter pour ce qu’il considère être une mission vitale pour le devenir du Japon, Obata perd cependant petit à petit la santé et tombe malade alors qu’il étudie à l’université Rutgers (State University of New Jersey). Atteint d’une maladie des nerfs que la médecine s’avère impuissante à soigner, il meurt à l’hôpital de Philadelphie en 1873, à l’âge de 27 ans ! Sa tombe se trouve toujours au cimetière de Willow Grove à New Brunswick.

Morokuzu Nobuzumi (1849-1880) et Wakabayashi Torasaburô (1855-1885)

39Les deux personnages que nous allons voir dans cette section se situent, par leur année de naissance, à la limite de la période que nous nous sommes proposé d’étudier ici. Leur parcours est très emblématique de celui des jeunes Japonais issus de familles de guerriers et qui ont eu vingt ans dans les toutes premières années de l’ère Meiji. L’un comme l’autre deviennent en effet adultes à une période charnière de l’histoire du Japon et ils font partie tous les deux de la dernière cohorte à recevoir une formation initiale « à l’ancienne », c’est-à-dire fondée sur les études classiques et le maniement des armes. Ils y consacrent toutefois infiniment moins de temps que leurs prédécesseurs et se forment très vite, à la demande des fiefs eux-mêmes, aux études occidentales, abordant celles-ci par l’étude de l’anglais et en faisant l’impasse sur le hollandais. Pour le reste, cependant, leur profil concorde en tout point encore avec celui de la génération de Fukuzawa Yukichi.

40Morokuzu Nobuzumi naît en 1849 dans une famille de peintres du clan de Chôfu dans l’actuel département de Yamaguchi22. Attiré par l’art militaire plus que par la peinture, il apprend le maniement des armes et, durant la guerre de Boshin23, participe au sein de la « division des machines » à la bataille de Hokuetsu, le 29 mars 1868. En 1869, il entre au Kaisei gakkô24 et y étudie l’anglais. Il intègre ensuite le département de l’Éducation dès sa création, en 1871, et devient fonctionnaire de 8e rang (sur 11) l’année suivante. La même année, en 1872 – il n’a alors pas encore 23 ans –, suite à la promulgation du « Décret sur l’éducation », il devient le premier directeur de la toute nouvelle École normale de Tôkyô qui vient juste d’être créée. Il demande alors à l’Américain Marion M. Scott (1843-1922), arrivé au Japon l’année précédente, de l’épauler pour mettre en place une formation efficace des nouveaux maîtres d’école dont le Japon a tant besoin. Il fait former par Scott, à l’École normale, un maximum de jeunes enseignants aux méthodes modernes (américaines), puis envoie ceux-ci à travers tout le pays pour qu’ils diffusent à leur tour ces méthodes, de façon à en finir le plus rapidement possible avec les anciennes pratiques pédagogiques qu’il juge dépassées. (fig.10)

Figure 10

Figure 10

Morokuzu Nobuzumi

Libre de droits

  • 25  Voir supra.
  • 26  Voir : Christian Galan, « Pestalozzi, Herbart et la pédagogie japonaise », Japon pluriel 3, Arles, (...)

41En 1875, il dirige la publication du célèbre Manuel indispensable pour les enseignants de l’école élémentaire (Shôgaku kyôshi hikkei) (fig.11)25 qui fait souffler un vent nouveau sur la pédagogie japonaise. L’ouvrage présente notamment la façon de pratiquer la « méthode des questions-réponses » (mondô hô), méthode dérivée des propositions du Suisse Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827)26, qu’il fera connaître dans tout le pays et énonce les principes de base de la « nouvelle » éducation : ne pas être trop sévère avec les jeunes enfants qui quittent la maison pour entrer à l’école, aller du proche au lointain, du facile au difficile, nourrir le savoir des enfants en développant leur sensibilité, ne pas les pousser à travailler trop, etc. L’ouvrage est également novateur, sinon révolutionnaire, en ce qu’il est l’un des tout premiers, destinés au grand public, à présenter ainsi non seulement les « nouvelles matières » à enseigner (« questions-réponses », dictée, récitation, géographie, etc.), mais également, et surtout, la méthode d’enseignement simultanée et le matériel nécessaire pour la mise en place de celle-ci dans les classes : tableaux noirs ou illustrés, manuels, craie, etc. Introduite par Scott à l’École normale de Tôkyô, cette méthode remplace alors, de manière définitive dans le cadre de l’éducation scolaire, la méthode individuelle d’enseignement, la seule jamais utilisée jusque-là au Japon, mais qui n’est plus envisageable dans un contexte de scolarisation de masse.

Figure 11

Figure 11

Shôgaku kyôshi hikkei, 1875

Libre de droits

  • 27  Un « premier » Gakushûin, destiné à l’éducation des nobles, avait existé à Kyôto de 1847 à 1870. L (...)

42Nommé directeur de l’École normale d’Ôsaka à sa création, en 1874, il démissionne cependant de ce poste au bout de quelques mois et se lance dans la culture des plantes médicinales. Il reprend toutefois du service dans l’éducation très vite pour assurer, en 1876, les fonctions de directeur de la « Maison de la noblesse » (Kazoku kaikan) au sein de laquelle il se consacre alors, sans relâche, à l’établissement d’une école pour les enfants de la noblesse, le Gakushûin27, qui voit le jour en 1877.

43En 1880, enfin, on le retrouve conseiller à la… Bourse de Tôkyô. Il meurt cependant soudainement, de maladie, le 21 décembre de la même année, à l’âge de 31 ans, au bout d’une vie incroyablement riche qui l’aura vu passer, en un étonnant raccourci de l’époque, des champs de bataille où s’est jouée la fin de l’ordre ancien aux nouveaux lieux d’instruction et de spéculation autour desquels allait s’organiser le Japon moderne.

  • 28  Source : KJJ, vol. 1, p. 695-698 ; vol. 2, p. 749-750.
  • 29  Voir supra.

44Wakabayashi Torasaburô se situe lui à l’extrême limite temporelle de la génération que nous nous sommes proposé d’étudier ici. Né en 1855 dans une famille de guerriers du fief d’Owari (Nagoya), il perd lui aussi son père très jeune, à l’âge de huit ans28. Élève précoce et doué, doté d’une grande force de caractère, il étudie les classiques chinois et se forme au maniement des armes. À 14 ans, il participe en 1869 avec son fief à la guerre de Boshin29 et à son retour devient commandant de troupe.

  • 30  Formé à l’école d’Ogata Kôan, Mitsukuri Shûhei entre au service du shôgunat comme traducteur spéci (...)

45En 1873, il se rend à Tôkyô – il a alors 19 ans – et entre au printemps de l’année suivante à l’École normale de Tôkyô. Il en sort un an plus tard, en juillet 1875, avec un diplôme d’instituteur, métier qu’il commence aussitôt à exercer à l’école élémentaire annexe de l’École normale. Tout en assurant ses fonctions d’enseignant, il intègre l’école privée de Mitsukuri Shûhei (1826-188630), grande figure intellectuelle du monde de l’éducation de l’époque, et y étudie pendant quatre années, se consacrant, avec fougue, à l’étude de l’anglais, de la pédagogie et de la géographie. Cette dernière double passion le conduira à publier, en 1883, une Géographie pour l’école élémentaire (Chiri shôgaku). Il joue alors également un rôle très actif dans la publication de la Revue de l’association [du quartier] Meikei à Tôkyô (Tôkyô Meikei kai zasshi).

  • 31  On ne connaît ni l’année de sa naissance ni celle de son décès, on sait juste qu’il sortit diplômé (...)
  • 32  Certaines leçons sont de vrais petits bijoux d’inventivité pédagogique, notamment celles dans lesq (...)

46Wakabayashi est l’auteur de deux ouvrages très importants dans l’histoire de l’éducation au Japon, un ouvrage de pédagogie : Techniques d’enseignement rénovées (Kaisei kyôju jutsu), écrit en collaboration avec Shirai Kowashi31 et qui connaîtra une suite, l’année suivante, et un Manuel de lecture pour l’école élémentaire (Shôgaku tokuhon) qui paraît en 1884, absolument révolutionnaire dans sa conception et son inventivité32. (fig.12)

47Entièrement acquis lui aussi aux idées du Suisse Pestalozzi, il s’est efforcé de proposer dans ces ouvrages, et sur le plan théorique et sur le plan pratique, une méthode d’enseignement fondée sur le développement naturel des capacités des enfants. Également précurseur d’une géographie scientifique, il rejette complètement la méthode consistant à faire apprendre par cœur des listes de noms de lieux et, s’appuyant sur la perception directe que les enfants ont de leur environnement géographique, met au point une méthode d’enseignement centrée sur l’étude et l’utilisation des cartes. L’ardeur qu’il met dans ses recherches et son activité débordante d’enseignant (il enseigne également dans une école privée) lui causent, soudainement, de graves ennuis de santé et il meurt de la tuberculose en 1885, à l’âge de 30 ans, alors qu’il vient juste d’être nommé responsable des examens et des diplômes de l’École normale et du collège n° 1.

Figure 12

Figure 12

Couverture et une page du Shôgaku tokuhon de Wakabayashi Torasaburô, 1884

Libre de droits

Le parapluie de Sakakibara Yoshino (1832-1881)

  • 33  De 1872 à 1885, c’est-à-dire jusqu’à l’adoption d’un véritable système de cabinet ministériel dans (...)

48Nous aurions pu citer d’autres occidentalistes, spécialistes des questions d’éducation, dont la vie fut particulièrement courte, tel, par exemple, Seki Shinzô, précurseur de l’enseignement pré-élémentaire au Japon, qui naquit en 1843 et mourut en 1880 à l’âge de 37 ans. Nous aurions pu aussi évoquer encore Mori Arinori, premier « vrai » ministre de l’Éducation33 et autre grande figure intellectuelle de l’ère Meiji, né en 1847 et mort en 1889 à l’âge de 42 ans… mais ce faisant, nous nous serions quelque peu écarté de notre sujet puisque ce dernier ne mourut pas d’épuisement ni de maladie mais fut assassiné ; sa fin permet toutefois de rappeler que ces temps-là n’étaient pas non plus sans danger !

49Et quand les principaux acteurs de la modernisation du système éducatif japonais vécurent un tout petit peu plus vieux, cela ne signifie pas forcément pour autant qu’ils ne rencontrèrent pas de problèmes sur le plan physique ou psychologique… Nous ne pouvons ainsi nous empêcher d’évoquer ici, pour clore cette galerie de portraits, une des figures les plus étonnantes qu’il nous a été donné de croiser dans nos recherches sur l’histoire de l’enseignement de la langue japonaise. Et cela même si cette figure déborde doublement du cadre initial que nous nous sommes fixé, puisque non seulement sa vie fut donc un peu plus longue que celles évoquées jusqu’ici (presque cinquante ans) mais que, par ailleurs, le personnage en question n’appartenait pas à la catégorie des occidentalistes.

  • 34  Source : KJJ, vol. 2, p. 664-665.

50Sakakibara Yoshino, puisqu’il s’agit de lui, est en effet né en 1832, trois ans avant Fukuzawa Yukichi, dans une famille citadine du quartier de Nihonbashi à Edo34. L’inclination familiale – son père et sa mère étaient férus de poésie japonaise – et sa formation intellectuelle, notamment auprès d’Inô Hidenori (1805-1877), en font rapidement un « spécialiste des études nationales » (kokugakusha) reconnu. Il étudie également le bouddhisme, et crée une petite école privée dans le quartier de Honjo, toujours à Edo. Ses revenus sont cependant alors si faibles qu’il n’a pas les moyens de faire réparer le toit de sa maison, qui abrite son école, lequel toit, alors en très mauvais état, laisse les jours de mauvais temps entrer la pluie… ce qui n’empêche pas Sakakibara, imperturbable, de continuer à donner ses cours un parapluie à la main.

Figure 13

Figure 13

Deux pages du Shôgaku tokuhon de Sakakibara Yoshino, 1874

Libre de droits

  • 35  Voir supra. Le terme daigaku sera ensuite utilisé pour désigner les universités telles qu’on les c (...)

51Sa vaste érudition lui permet de devenir, en 1869, professeur au Daigaku nankô35, avant, deux ans plus tard, en 1871, d’entrer au service des publications du département de l’Éducation – ce qui lui permet d’assouvir un peu plus sa passion des livres et d’agrandir toujours plus sa bibliothèque. Sakakibara est en effet alors célèbre pour dépenser tout son salaire de fonctionnaire en livres et sa bibliothèque se trouve, en 1874, riche de plusieurs milliers d’ouvrages. Elle est cependant, cette année-là, complètement détruite par un incendie. Sakakibara la reconstituera toutefois en quelques années pour posséder à sa mort plus de sept mille volumes, aujourd’hui déposés à la Bibliothèque de la Diète.

52Sa propre production éditoriale est également très importante et il est notamment l’auteur de deux manuels qui font date dans l’histoire de l’enseignement de la langue japonaise, le Manuel de transcription en kana à l’usage des écoles élémentaires (Shôgaku kanazukai sho) et le Manuel de lecture pour l’école élémentaire (Shôgaku tokuhon) (fig. 13), tous les deux publiés en 1874 par le département de l’Éducation. Le titre de ce dernier est identique à celui de Tanaka Yoshikado que l’on a évoqué plus haut, duquel il entendait toutefois se distinguer en s’inscrivant dans un courant moins novateur et plus « japonais », dans la lignée de l’éducation « classique » de l’époque précédente.

53Il publie également de nombreux autres manuels scolaires : Manuel d’écriture pour l’école élémentaire (Shôgaku tenarai sho, 1874), Manuel de lectures morales pour l’école élémentaire (Shôgaku shûshin tokuhon, 1877), Leçons de dictée relatives aux tableaux de mots (Kotobazu kakitori shinan, 1877), etc.

54Il participe ensuite à la rédaction d’une « Brève histoire de l’éducation au Japon » (Nihon kyôiku shiryaku), publiée en 1877 par le département de l’Éducation encore. Cet ouvrage, la toute première histoire de l’éducation publiée au Japon, avait été rédigé l’année précédente et traduit en anglais sous le titre An Outline History of Japanese Education afin d’être présenté à l’Exposition universelle de 1876 à Philadelphie. Sakakibara participe également à la rédaction de l’Encyclopédie des traditions et des études japonaises (Koji ruien), et rédige une Nouvelle brève histoire du Japon (Shinsen nihon ryakushi) en 1879.

55Il perd cependant soudainement la raison et meurt le 4 janvier 1881, à l’âge de 49 ans.

En guise de conclusion : mourir à quarante ans

56Ainsi c’est bien, à l’évidence, la soif de connaissances lointaines, le désir impérieux de diffuser celles-ci, la volonté de sauver le Japon du destin des pays colonisés, entre autres sentiments d’urgence, qui conduisirent les jeunes hommes que l’on a présentés ici à l’épuisement et souvent à une mort précoce.

57Il faut cependant, et cela nous servira de conclusion, replacer ces morts à des âges qui nous paraissent aujourd’hui « jeunes » dans le contexte de l’époque. Mourir à quarante ans n’a bien sûr pas le même sens, la même charge émotionnelle, aujourd’hui qu’à l’ère Meiji, certes… Indubitablement, toutefois, ces jeunes hommes dont nous avons évoqué ici le court destin sont, « même pour l’ère Meiji », morts bien jeunes. On peut s’en convaincre de deux façons.

58La première consiste à faire appel à la statistique, même si elle n’existe guère en ce milieu de xixe siècle au Japon… et que l’on ne possède donc pour cette époque aucun chiffre précis, sûrs, à l’échelle du pays. Il existe toutefois, en effet, quelques indices concordants qui permettent de se faire une idée de l’espérance de vie moyenne dans l’archipel au tournant des années 1850-1860.

  • 36  Tôkyô, Kôdansha, « Kôdansha gakujutsu bunko » n° 1430, 2005 (2000), p. 174-181, entre autres.

59L’historien Kito Hiroshi propose ainsi dans son livre L’Histoire du Japon du point de vue de la population (Jinkô kara yomu Nihon no rekishi36) quelques chiffres, certes très limités et fragmentaires, qui montrent que l’espérance de vie, dans les années où sont nés les personnages que nous avons évoqués, est en moyenne, pour les villages sur lesquels portent les données en question, de 36 à 37 années à la naissance. Une espérance de vie qui, du fait de la très forte mortalité infantile, passe toutefois à 48,5 années, pour les garçons qui atteignent l’âge de 5 ans, soit la possibilité d’atteindre, en moyenne, l’âge de 53,5 ans. Cette espérance de vie est même, respectivement, de 46,6 et 43,9 années pour ceux qui atteignent les âges de 10 et 15 ans… ce qui permet donc aux jeunes de cet âge d’espérer vivre en moyenne, respectivement encore, jusqu’à 56,6 ou 58,9 ans…

60Dans le même ordre d’idée, on notera que si l’espérance de vie moyenne de la population japonaise dans son ensemble ne dépassera les cinquante années qu’après la Seconde Guerre mondiale, cette même espérance de vie moyenne est cependant déjà de plus de 50 ans dès les années 1891-1898 pour les enfants qui ont passé le cap des 5 ans37

61Autrement dit, tous les jeunes hommes que l’on a évoqués ci-dessus et qui sont, par ailleurs, tous issus d’un milieu social privilégié sur le plan de l’instruction, on l’a vu, mais aussi en termes de conditions de vie, d’alimentation, d’hygiène et de soins auraient pu, au regard des indices statistiques que nous avons, espérer vivre sans trop de problèmes vingt à trente années supplémentaires…

  • 38  KJJ, op. cit.

62L’autre façon de s’en convaincre est plus subjective et, il faut bien le reconnaître, moins scientifiquement étayée. Elle n’en est cependant pas pour autant dénuée d’intérêt. Les centaines de biographies que renferment les trois gros volumes du Dictionnaire encyclopédique des grands maîtres de l’éducation (Kyôiku jinbutsu jiten)38, auxquels nous nous sommes déjà abondamment référé dans les sections précédentes, permettent en effet de calculer, en fonction des années de naissance qui nous intéressent ici (les années 1830 et 1840), l’espérance de vie moyenne des spécialistes de l’éducation du début de l’ère Meiji ; et donc de comparer ensuite cette espérance de vie avec la durée de vie réelle des personnages auxquels nous nous sommes intéressé ici.

  • 39  Voir infra.

63Notre espoir initial était certes plus grand encore, puisque nous pensions, ce faisant, pourvoir valider notre hypothèse de départ en établissant, à fin de comparaison, deux espérances de vie moyennes : celle des spécialistes de l’éducation qui avaient fait le choix des études occidentales et celle de ceux qui n’avaient pas fait ce choix. Deux problèmes ont cependant mis à mal cette espérance. Il est apparu tout d’abord, très rapidement, qu’il existait une différence très grande entre le nombre des spécialistes de l’éducation de cette génération qui avaient fait le choix des études occidentales et les autres. Ou, si on le formule autrement, il nous est apparu très vite que l’immense majorité des jeunes intellectuels de cette génération avaient fait le choix, à un moment ou à un autre, des études occidentales, et que très peu, même s’ils existaient, s’étaient contentés des anciens savoirs, études chinoises et études nationales. Il n’était donc pas véritablement significatif de comparer leurs espérances de vie respectives. Et cela d’autant plus, deuxième problème, que si, dans les parcours de vie qui figurent dans les trois tomes du dictionnaire, on peut facilement identifier les profils clairement « occidentalistes » sur la base de l’ensemble des traits communs que l’on a définis au début de notre article, il est beaucoup plus difficile, sauf quand leur formation ou le corpus de savoir duquel ils se réclamaient sont clairement mentionnés, d’affirmer que tel ou tel de ces hommes qui n’apparaît pas clairement comme un « occidentaliste » (qui ne possède pas l’ensemble des traits distinctifs que nous avons définis39) peut être pour autant rattaché à l’un des deux autres corpus de savoirs. Il nous aurait fallu pour cela connaître leurs parcours personnels et intellectuels avec un degré de précision que les biographies consultées n’offraient pas systématiquement.

  • 40  Nous avons en fait éliminé de notre calcul tous les personnages du tome 3 qui, outre les personnal (...)
  • 41  On a également éliminé les femmes de notre calcul, non seulement à cause de leur trop faible repré (...)

64Un troisième problème est par ailleurs apparu au moment de notre décompte du fait de la présence, dans le volume 3 du dictionnaire, d’un grand nombre de personnages ayant joué un rôle qui s’est limité à la sphère locale, en général départementale ou municipale, dans le cas des grandes villes. Le destin et le rôle de ces derniers, en effet, sinon leur formation respective, ne pouvaient en aucun cas être globalement comparés, de manière significative, avec ceux des personnages évoqués dans cet article. On a donc choisi, dans un premier temps, de ne pas les retenir pour notre calcul40, et l’on n’a gardé ainsi pour celui-ci que ceux qui étaient considérés comme ayant joué un rôle déterminant (de penseur ou praticien) au regard de l’établissement et du développement du système éducatif national, ou de l’un des niveaux de celui-ci (petite enfance, écoles élémentaires, moyennes et supérieures, Écoles normales, écoles pour les handicapés, etc.), ainsi que ceux qui avaient joué un rôle majeur dans la structuration d’un courant pédagogique ou d’un enseignement particulier (langue, mathématique, musique, langues étrangères, etc.)41. Dans un deuxième temps, toutefois, on a calculé l’espérance de vie moyenne de ces personnages ayant joué un rôle important au plan local, afin, comme on le verra plus loin, d’avoir un élément supplémentaire de comparaison.

  • 42  Soit, dans leur ordre d’apparition dans les deux tomes du dictionnaire (le nombre suivant leurs da (...)

65En se limitant aux personnages nés dans les années 1830 et 1840, cela nous a donc donné un corpus de 51 spécialistes de l’éducation42 de premier plan (reconnus comme tels par le dictionnaire auquel on s’est référé) dont la durée de vie moyenne fut d’un peu plus 63 ans (63,23). La durée de vie des personnages présentés dans cet article fut donc par contraste, même pour l’époque, exceptionnellement brève, chacun ayant pu, comme l’avaient laissé voir les rares statistiques existantes, espérer vivre vingt à trente années supplémentaires…

  • 43  67,88 exactement pour 41 « personnalités locales » nées entre l’année 1830 et l’année 1849 compris (...)

66Cette espérance de vie moyenne aurait été par ailleurs plus longue encore si l’on avait inclus dans notre calcul les personnages ayant eu un rôle important au plan local puisque, pour ce groupe-là, l’espérance de vie de ceux nés dans les années 1830 et 1840 était en moyenne de 67 ans et demi passés43.

  • 44  Mais son destin fut particulier, puisqu’il fut décapité pour s’être opposé au shôgunat. Le parcour (...)

67Qu’en est-il pour finir de la comparaison entre « occidentalistes » et « spécialistes des études chinoises ou nationales » ? Comme nous l’avons dit plus haut, on ne peut, vu le faible nombre de ceux qui, nés dans les années 1830 et 1840 et apparaissant dans les trois tomes du dictionnaire utilisé, peuvent sans doute aucun être rangés dans la catégorie de ces derniers, en tirer quelque enseignement statistique. Toutefois, à l’exception d’un Yoshida Shôin (1830-1859)44, par exemple, les quelques-uns au sujet desquels ce doute n’existe pas, tels le spécialiste des études nationales Satô Jôjitsu (1839-1908) ou encore le spécialiste des études chinoises Kametani Seiken (1838-1913), vécurent relativement vieux, bien plus vieux tout au moins que tous ceux que l’on a présentés ici. On peut également relever, allant dans le même sens, le fait que la quasi totalité des grandes figures issues du courant des études chinoises et des études nationales qui marquèrent l’ère Meiji vécurent bien plus longtemps que les générations auxquelles nous nous sommes intéressé ici alors qu’elles étaient nées bien avant : Motoda Nagazane (1818-1891) ou Nishimura Shigeki (1828-1902), par exemple.

68Ainsi, si nous n’avons pas pu véritablement démontrer l’hypothèse que nous faisions au début de cet article – à savoir que la plupart de ceux que l’on qualifiait d’« occidentalistes » et qui furent actifs dès la fin de l’époque d’Edo vécurent moins vieux que ceux que qui ne firent pas le choix, dans leurs années de formation, de se lancer dans l’étude des langues et des « choses » de l’Occident –, du moins pouvons-nous mettre en avant, pour conclure, quelques éléments allant dans le sens de sa validation.

69Dire ainsi tout d’abord que, à l’exception d’un Fukuzawa Yukichi et de quelques autres, ceux qui naquirent dans les années 1830, étudièrent successivement le corpus chinois, le corpus hollandais, puis l’anglais ou une autre langue occidentale, allèrent à l’étranger, traduisirent ou écrivirent un ou plusieurs ouvrages faisant date dans l’histoire de l’éducation japonaise moderne, et/ou jouèrent un rôle actif dans la mise en place de celle-ci, ceux-là donc, vécurent bien, globalement, dix à trente ans de moins que la plupart des autres « intellectuels » de l’époque issus du même milieu qu’eux. Cela semble également valable, bien qu’à un degré légèrement moindre, pour ceux qui naquirent dans les années 1840.

70Cette tendance est également mise en avant par le fait que parmi ceux-là mêmes que l’on classe parmi les « occidentalistes », ceux qui eurent une activité ou un rayonnement moins important ou plus « locaux » vécurent en moyenne quatre à cinq années de plus que ceux à qui le dictionnaire attribue une influence ou un rôle nationaux. Tendance que l’on pourrait résumer comme suit : plus le rôle fut important et national, plus la durée de vie fut courte.

71Il semble donc bien exister, même si on ne peut bien sûr ni en faire une généralité ni l’étendre a priori à l’ensemble des « occidentalistes » nés dans les années 1830-1840, un lien de cause à effet entre les exigences intellectuelles liées au fait d’avoir dû penser, préparer et, dans la plupart des cas, réaliser concrètement la transition du Japon de l’époque d’Edo au Japon de l’ère Meiji et le caractère précoce du décès d’un certain nombre des jeunes hommes qui ont consacré leur vie à cette transition avec le plus de fougue et de détermination. On peut affirmer de même que, parmi ces derniers, ceux dont il a été question dans cet article ont payé, encore plus chèrement que les autres, leur engagement dans cette transition.

Haut de page

Notes

1  Voir : Christian Galan, L’Enseignement de la lecture au Japon – Politique et éducation, Toulouse, PUM, 2001.

2  Nous respectons dans cet article l’usage japonais qui consiste à citer d’abord le nom de famille, puis le nom personnel.

3  Voir notamment : Fukuzawa Yukichi, Plaidoyer pour la modernité. Introduction aux œuvres complètes, traduction de Marion Saucier, Paris, CNRS éditions, 2008 ; Fukuzawa Yukichi, La Vie du vieux Fukuzawa par lui-même, traductionde Marie-Françoise Tellier, Paris, Albin Michel, 2007. Ou encore : Marion Saucier, « L’influence de Francis Wayland sur la conception de la famille chez Fukuzawa Yukichi », in Christian Galan et Emmanuel Lozerand (sous la dir. de), La Famille japonaise moderne (1868-1926) – Discours et débats, Arles, Philippe Picquier, 2011, p. 177-189 ; Marion Saucier, « Lettres d’un père à ses fils », ibid., p. 473-485 ; Fukuzawa Yukichi, « L’Appel à l’étude. Livre premier » (Gakumon no susume. Shohen), traduction de Christian Galan, in Yves-Marie Allioux (sous la dir. de), Cent ans de pensée au Japon, t. 2, Arles, Philippe Picquier, 1996, p. 7-20 ; « L’Appel à l’étude. Livre deux » (Gakumon no susume. Nihen), traduction de Christian Galan, Daruma. Revue internationale d’études japonaises, n° 2, automne 1997, p. 259-266 ; Christian Galan, « L’ébauche d’un nouvel enseignement de la langue écrite à la veille des réformes éducatives de 1872 », Ebisu – Études japonaises, n° 22, p. 77-124.

4  Voir : Christian Galan, « Le paysage scolaire à la veille de la Restauration de Meiji – écoles et manuels », Ebisu – Études japonaises, n° 17, printemps-été 1998, p. 5-48 ; Christian Galan, « L’enseignement de la lecture à la veille de la promulgation du Gakusei (1872) – La méthode classique », Ebisu – Études japonaises, n° 18, automne-hiver 1998, p. 5-47 ; Christian Galan, Le Wazoku dôjikun de Kaibara Ekiken : premier traité de pédagogie japonais », in Josef Kyburz, François Macé et Charlotte von Verschuer (sous la dir. de), Éloge des sources – reflets du Japon ancien et moderne, Arles, Philippe Picquier, 2004, p. 99-138.

5  On trouvera une description savoureuse et très fidèle de l’ambiance qui régnait dans cette école dans le manga de Tezuka Osamu, L’Arbre au soleil (Hidamari no ki), traduction de Jacques Lalloz, Paris, Éditions Tonkam, 8 volumes, 2004-2006.

6  Traduit en français, op. cit.

7  Sources : Grand dictionnaire biographique du Japon (Dai Nihon jinmei jisho), Tôkyô, Kôdansha, 5 volumes, 1980, vol. 4 ; http://kotobank.jp ; ainsi que : Dictionnaire historique du Japon, Paris Maisonneuve et Larose, 2002, t. 2, p. 2814 (ci-après DHJ).

8  DHJ, op. cit., t. 1, p. 1369-1370.

9  La langue japonaise s’écrit à l’aide de deux systèmes de transcription aujourd’hui complémentaires, les kana (hiragana et katakana), qui sont des signes phonétiques notant chacun une syllabe et une seule, et les kanji, les caractères chinois, qui sont eux des signes qui associent, formant un tout, une graphie, une prononciation et un sens. Lorsque la décision fut prise d’apprendre à lire et à écrire à l’ensemble de la population japonaise, au début de l’ère Meiji, l’idée d’abandonner les kanji au profit des seuls kana fut soutenue (en vain) par un certain nombre d’intellectuels de l’époque, et non des moindres.

10  Source : Karasawa Tomitarô (sous la dir. de), Kyôiku jinbutsu jiten (Dictionnaire encyclopédique des grands maîtres de l’éducation), 3 volumes, Tôkyô, Gyôsei, 1984, vol. 2, p. 665-668 (ci-après KJJ) ; http://ja.wikipedia.org/wiki ; et : http://kotobank.jp 

11  Voir supra.

12  Voir supra.

13  Source : KJJ, vol. 2, p. 668-671 ; http://kotobank.jp ; et : Takeda Shingo, « Tanaka Yoshikado hen “Nihon shiryaku” no kisoteki kôsatsu (Considérations fondamentales sur l’Histoire abrégée du Japon de Tanaka Yoshikado) », Rekishi kyôiku shi kenkyû (Recherche historique sur l’enseignement de l’histoire), n° 2, 2004, p. 1-18.

14  Voir supra.

15  Voir infra.

16  Source : KJJ, vol. 2, p. 745-747 ; Akimoto Hidefumi, « Uchida Masao no rireki to shiryô (Uchida Masao – biographie et documents historiques), Kokugakuin tanki daigaku kiyô (Bulletin de l’université à cycle court Kokugakuin), 2003, n° 21, p. 3-109 ; et : http://kotobank.jp

17  Voir supra.

18  Source : DHJ, t. 1, p. 373

19  Source : KJJ, vol. 2, p. 113-115 ; Yamauchi Keita, « Amerika ni nemuru gijuku no “kikan” – Obata Jinzaburô to Baba Tatsui no boshosan (Les « modèles » de l’école [privée de Fukuzawa] qui reposent aux États-Unis – les tombes d’Obata Jinzaburô et Baba Tatsui) », Mita hyôron (La revue critique de Mita), vol. 8-9, 2008 (http://www.keio-up.co.jp/mita/r-shiseki/s0808-9_1.html) ; et : http://kotobank.jp

20  Voir supra.

21  Voir supra.

22  Source : KJJ, vol. 2, p. 508-511 ; http://homepage3.nifty.com/chofu/guidimi3.htm ; et : http://kotobank.jp

23  La guerre de Boshin qui dure de janvier 1868 à mai 1869 voit s’affronter les clans qui prônent la Restauration impériale et les troupes restées fidèles au shôgun, qui seront définitivement défaites.

24  Voir supra.

25  Voir supra.

26  Voir : Christian Galan, « Pestalozzi, Herbart et la pédagogie japonaise », Japon pluriel 3, Arles, Philippe Picquier, 1999, p. 53-61 ; ainsi que C. Galan (2001), op. cit., p. 50-90.

27  Un « premier » Gakushûin, destiné à l’éducation des nobles, avait existé à Kyôto de 1847 à 1870. Le Gakushûin créé en 1877 conservera son statut d’école pour l’aristocratie jusqu’en 1947, année où il deviendra une école privée (presque) comme les autres.

28  Source : KJJ, vol. 1, p. 695-698 ; vol. 2, p. 749-750.

29  Voir supra.

30  Formé à l’école d’Ogata Kôan, Mitsukuri Shûhei entre au service du shôgunat comme traducteur spécialiste d’astronomie, puis comme enseignant. Il occupera des fonctions à l’École normale de Tôkyô, puis dirigera le Musée de l’éducation de Tôkyô.

31  On ne connaît ni l’année de sa naissance ni celle de son décès, on sait juste qu’il sortit diplômé de l’École normale de Tôkyô en 1879.

32  Certaines leçons sont de vrais petits bijoux d’inventivité pédagogique, notamment celles dans lesquelles des « dessins » remplacent les caractères chinois que les enfants doivent apprendre (voir illustration). Voir C. Galan (2001), op. cit., p. 72-77.

33  De 1872 à 1885, c’est-à-dire jusqu’à l’adoption d’un véritable système de cabinet ministériel dans lequel les ministres participent directement à l’organisation des affaires de l’État et de l’administration, on ne peut véritablement parler de « ministre de l’Éducation » pour désigner la personne à la tête du Monbushô que l’on traduit d’ailleurs plutôt, pour cette période là, par « département de l’Éducation », et qui a sa tête un (simple) directeur ou secrétaire général (le poste étant par ailleurs souvent vacant).

34  Source : KJJ, vol. 2, p. 664-665.

35  Voir supra. Le terme daigaku sera ensuite utilisé pour désigner les universités telles qu’on les connaît aujourd’hui.

36  Tôkyô, Kôdansha, « Kôdansha gakujutsu bunko » n° 1430, 2005 (2000), p. 174-181, entre autres.

37  Source : http://www.stat.go.jp/data/chouki/zuhyyou/02-36.xls (accès en février 2011).

38  KJJ, op. cit.

39  Voir infra.

40  Nous avons en fait éliminé de notre calcul tous les personnages du tome 3 qui, outre les personnalités ayant joué un rôle important sur le plan local qui occupent les trois quarts de celui-ci, présentait les biographies de personnages plus « périphériques » au monde de l’éducation (hommes politiques, personnages important sur le plan de la culture enfantine, etc.) et dont le profil et le parcours de vie, parce que très différents de ceux évoqués dans les deux premiers tomes, n’étaient pas pertinents pour notre comparaison, risquant même de brouiller celle-ci.

41  On a également éliminé les femmes de notre calcul, non seulement à cause de leur trop faible représentation parmi les biographies proposées dans le dictionnaire, mais aussi du fait de leur parcours et de leur profil de formation, complètement différents de ceux de leurs homologues masculins, ainsi que, pour un grand nombre d’entre elles, de leur exceptionnelle… longévité.

42  Soit, dans leur ordre d’apparition dans les deux tomes du dictionnaire (le nombre suivant leurs dates de naissance et de décès indique leur âge au moment de leur mort) : Yoshida Shôin (1830-1859 ; 29) ; Hashimoto Sanai (1834-1859 : 25) ; Kubota Jirô (1835-1902 ; 67) ; Kondô Makoto (1831-1886 : 55) ; Nakamura Masanao (1832-1891 ; 59) ; Niijima Jô (1843-1890 ; 47) ; Satô Jôjitsu (1839-1908 ; 69) ; Seki Shinzô (1843-1880 ; 37) ; Kakei Yûhei (1842-1916 ; 74) ; Yoshida Kensuke (1837-1893 ; 56) ; Yokoo Tôsaku (1839-1903 ; 64) ; Nawa Kenji (1842-1891 ; 49) ; Nagata Kensuke (1844-1909 ; 65) ; Ôtsuki Shûji (1845-1931 ; 86) ; Mitsukuri Rinshô (1846-1897 ; 51) ; Keizumi Nobukichi (1849-1894 ; 45) ; Ebara Soroku (1842-1922 ; 80) ; Yoshida Kazuma (1847-1909 ; 62) ; Katô Hiroyuki (1836-1916 ; 80) ; Toyama Masakazu (1848-1900 ; 52) ; Hamao Arata(1849-1925 ; 76) ; Ôkuma Shigenobu (1838-1923 ; 85) ; Seki Shinpachi (1839-1886 ; 47) ; Obata Tokujirô (1842-1905 ; 63) ; Shinagawa Yajirô (1843-1900 ; 57) ; Yamada Akiyoshi (1844-1892 ; 48) ; Honda Yôichi (1848-1912 ; 64) ; Furukawa Tashirô (1845-1907 ; 62) ; Mori Arinori (1847-1889 ; 42) ; Tsuda Sen (1837-1908 ; 71) ; Yamao Yôzô (1837-1917 ; 80) ; Tejima Seicihi (1849-1918 ; 69) ; Misawa Susumu (1849-1923 ; 74) ; Kametani Seiken (1838-1913 ; 75) ; Abe Taizô (1849-1924 ; 75) ; Ôtsuki Fumihiko (1847-1928 ; 81) ; Tsukamoto Akitake (1833-1885 ; 52) ; Kôzu Michitarô ; 1846-1890 ; 44) ; Matsuyama Tôan (1839-1919 ; 80) ; Udagawa Jun.ichi (1849-1913 ; 64) ; Araki Kanbo (1831-1915 ; 84) ; Taki Katei (1832-1901 ; 69) ; Mochizuki Gyokusen (1834-1913 ; 79) ; Hashimoto Gahô (1835-1908 ; 73) ; Kawabata Gyokushô (1842-1913 ; 71) ; Kose Shôseki (1843-1919 ; 76) ; Uehara Rokushirô (1848-1913 ; 65) ; Murata Kaiseki (1835-1912 ; 77) ; Kagawa Shôseki (1845-1912 ; 67) ; Maki Ryôtan (1846-1886 ; 40) ; Watanabe Tatsugorô (1844-1907 ; 63).

43  67,88 exactement pour 41 « personnalités locales » nées entre l’année 1830 et l’année 1849 comprise.

44  Mais son destin fut particulier, puisqu’il fut décapité pour s’être opposé au shôgunat. Le parcours de Yoshida Shôin montre bien par ailleurs l’ambiguïté de la formation de certains intellectuels de la fin de l’époque d’Edo : en effet, s’il étudia bien lui-même les savoirs occidentaux, ce fut en réalité pour mieux connaître et combattre les étrangers, et, dans l’école qu’il avait fondée, il enseignait le maniement des armes et les classiques chinois.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Fukuzawa Yukichi à l’âge de 63 ans, en 1898
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-1.png
Fichier image/png, 97k
Titre Figure 2
Légende Deux pages du Uhimanabi, 1868
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-2.png
Fichier image/png, 123k
Titre Figure 3
Légende Furukawa Masao
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-3.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 4
Légende Chie no itoguchi (1871) et Eiri chie no wa (1870)
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-4.png
Fichier image/png, 122k
Titre Figure 5
Légende Le Shôgaku tokuhon (1874) de Tanaka Yoshikado
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-5.png
Fichier image/png, 90k
Titre Figure 6
Légende Uchida Masao
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-6.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 7
Légende Oranda Gakusei
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-7.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure 8
Légende Obata Jinzaburô
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-8.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure 9
Légende Seiyô gakkô kihan, 1870
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-9.png
Fichier image/png, 116k
Titre Figure 10
Légende Morokuzu Nobuzumi
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-10.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 11
Légende Shôgaku kyôshi hikkei, 1875
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-11.png
Fichier image/png, 107k
Titre Figure 12
Légende Couverture et une page du Shôgaku tokuhon de Wakabayashi Torasaburô, 1884
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-12.png
Fichier image/png, 77k
Titre Figure 13
Légende Deux pages du Shôgaku tokuhon de Sakakibara Yoshino, 1874
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/857/img-13.png
Fichier image/png, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Galan, « Quelques hommes « extra-ordinaires » du début de l’ère Meiji », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 12 février 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://framespa.revues.org/857 ; DOI : 10.4000/framespa.857

Haut de page

Auteur

Christian Galan

Professeur à l’Université de Toulouse II-Le Mirail, CEJ-Inalco.
Cgalan@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org