Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Pudeurs des souffrants et pudeurs médicales, XVIe-XIXe siècles

Journée d’Étude, Toulouse, 3 novembre 2011
Nahema Hanafi
Référence(s) :

Pudeurs des souffrants et pudeurs médicales, XVIe-XIXe siècles, journée d’étude, Toulouse, novembre 2011

Texte intégral

  • 1  La thématique émergente « Santé et Société » est composée de trois ateliers. 1/Médecine, santé pub (...)
  • 2  Cette journée d’étude sera publiée dans le premier numéro de la nouvelle revue Histoire, médecine (...)
  • 3  Norbert Ellas, La civilisation des moeurs, Paris, Pocket, 2009, (1974).

1La thématique « Santé et Société » du laboratoire Framespa a proposé, le 3 novembre 2011, une première journée d’étude organisée par l’atelier 3, « Corps, santé et représentations » et réalisée sous la responsabilité scientifique de Nahema Hanafi, Didier Foucault et Pierre C. Lile1. Intitulée Pudeurs des souffrants et pudeurs médicales, XVIe-XIXe siècles, cette journée avait pour ambition de revenir sur le sentiment de pudeur dans la relation de soin de l’époque moderne à l’époque contemporaine2. Il s’agissait notamment de souligner son glissement progressif vers une acception plus strictement corporelle et genrée à partir de la seconde moitié du siècle des Lumières. En effet, à mesure que s’amoindrit la notion de pudeur « morale » comprise comme une retenue qui empêche de manifester ses sentiments et associée aux deux sexes, se construit une pudeur du corps qui serait essentiellement féminine. À travers les siècles, des arguments essentialistes et biologiques sont venus justifier cette différenciation. D’autres types d’explications ont pu être mis en valeur au cours de cette journée, tout en revenant sur l’approche socio-historique éliasienne relative à la pudeur3. On a ainsi pu souligner l’historicité du sentiment de pudeur et de son lien construit avec le genre féminin.

2Les pudeurs des souffrants mais aussi les pudeurs médicales n’ont que très marginalement intéressé les historiens, alors que la relation thérapeutique est une rencontre des sens et des corps régie par les codes sociaux de la décence et par une pratique professionnelle. Ils ont préféré se pencher sur l’outrage ou l’attentat à la pudeur, ou encore étudier ce sentiment à partir de thématiques plus larges comme la nudité et la chasteté. Dans d’autres disciplines, elle constitue pourtant un sujet d’étude dynamique. Les mémoires et les thèses des praticiens de santé s’attachent par exemple bien souvent à traiter ce sentiment pour mieux le combattre. On pense tout particulièrement aux travaux des élèves sages-femmes et infirmiers.

  • 4 Dominique Brancher, « Les ambiguïtés de la pudeur dans le discours médical (1570-1620) », Cahiers d (...)
  • 5  Sylvie Arnaud-Lesot, Pudeur et pratique médicale_ : aspects relationnels de l’examen gynécologique (...)
  • 6  Anne Carol, « L’examen gynécologique en France, XVIIIe-XXe siècles : techniques et usages », dans (...)

3En sciences humaines et sociales, la pudeur est un sujet inégalement étudié en fonction des disciplines. Les études anthropologiques et sociologiques sont certainement les plus nombreuses et se rattachent à des axes de recherche plus généraux englobant la santé et le corps. Les études historiques sur les pudeurs des souffrants et des soignants sont plus marginales. Tout au plus peut-on citer les travaux de Dominique Brancher sur les pudeurs narratives des médecins de la Renaissance4 ceux de Sylvie Arnaud-Lesot sur la pudeur dans l’examen obstétrical et gynécologique au XIXe siècle5 et ceux d’Anne Carol sur les métamorphoses de l’examen gynécologique aux XVIIIe et XIXe siècles6.

  • 7  Professeure de littérature à l’Université de Bâle. Intervention : « Pudeurs du discours médical au (...)

4Au cours de cette journée d’étude, Dominique Brancher7 a proposé une communication portant sur les pudeurs du discours médical au XVIe et au XVIIe siècles. Elle a étudié les figures de style employées par les médecins pour parler des parties intimes des femmes et des hommes, tout en utilisant le français plutôt que le latin. Dominique Brancher a souligné l’importance de ces stratégies de contournement mises en place par les médecins pour évoquer le corps sans choquer leur lectorat.

  • 8  Enseignante certifiée d’histoire-géographie, détentrice d’un master 2 d’histoire contemporaine. In (...)

5Elsa Nicol8 s’est penchée sur la pudeur ressentie par les femmes souffrant d’un cancer du sein ou de la matrice au XIXe siècle. Elle a détaillé, à travers des écrits souvent saisissants, le long cheminement des malades de la découverte d’une tumeur au cabinet du médecin, jusqu’à la mutilante et périlleuse opération. Autant d’étapes qui contraignaient les femmes à observer leur corps et à le dévoiler, à vaincre leur pudeur pour obtenir des soins, fussent-ils vains.

  • 9  Chercheuse à l’IDHE-Nanterre et détachée au Comité d’histoire de la ville de Paris. Intervention : (...)

6Par la suite, Claire Barillé9 est intervenue sur la gestion du sentiment de pudeur dans les hôpitaux parisiens du XIXe siècle à partir des archives de l’Assistance publique. Tout en soulignant la difficulté de se saisir de la pudeur des souffrants à partir de ces sources hospitalières, elle a décrit les conditions de vie et de soins des malades des deux sexes et l’absence d’une prise en compte de ce sentiment, pouvant parfois transparaître dans les plaintes que les souffrants ou leurs proches faisaient parvenir à l’administration de l’hôpital.

  • 10  Professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Aix-en-Provence. Intervention : « Pudeurs et (...)

7Pour finir, Anne Carol10 a évoqué les pudeurs médicales face aux corps morts au XIXe siècle en s’intéressant à trois actes : la vérification de la mort, la dissection et l’embaumement. Elle s’est attachée à décrire le discours de légitimation des différents acteurs que ces manipulations présupposent en s’intéressant plus particulièrement à la valorisation de la décence de leurs pratiques. Chacune de ces manipulations du cadavre demande en effet une prise en charge de l’intégrité du corps mort, de façon à ne pas choquer les membres de la famille devenus les garants du respect de la pudeur du défunt.

8Cette journée a permis de revenir sur différentes facettes de la pudeur des malades et des soignants en fonction du genre des acteurs, mais aussi des lieux qui fondent ce sentiment, de la maison à la table d’opération, de l’hôpital à la table de dissection. Ces interventions ont également mis en scène deux types de pudeur ; l’une relative au corps que l’on refuse de dévoiler ou que l’on exhibe sans grande considération pour le malade, l’autre aux mots, difficilement prononçables par les malades mais aussi par leurs soignants qui usent alors de toutes les subtilités littéraires pour échapper à la crudité et à l’indécence de certains termes. La pudeur s’est donc incarnée dans les multiples gestes de soins portés aux vivants et aux morts, à travers le dénudement de l’examen, le toucher et les manipulations médicales ou les censures du langage. Par ailleurs, cette journée invite à poursuivre les recherches sur ces questions, en approfondissant notamment l’idée de pudeur « genrée », tant il reste à faire pour mieux saisir ce sentiment complexe et polymorphe.

Figure 1

Figure 1

Affiche de la journée d’étude

Libre de droits

Haut de page

Notes

1  La thématique émergente « Santé et Société » est composée de trois ateliers. 1/Médecine, santé publique et travail (Bruno Valat et Jean-Yves Bousigue), 2/Médecine, loisirs physiques et sport (Fabrice Auger), 3/Corps, santé et représentations (Nahema Hanafi et Pierre C. Lile).

2  Cette journée d’étude sera publiée dans le premier numéro de la nouvelle revue Histoire, médecine et santé, aux éditions Méridiennes. Parution prévue en avril 2012.

3  Norbert Ellas, La civilisation des moeurs, Paris, Pocket, 2009, (1974).

4 Dominique Brancher, « Les ambiguïtés de la pudeur dans le discours médical (1570-1620) », Cahiers de l’association internationale des études françaises, 2003, vol. 55, pp. 275-297.

5  Sylvie Arnaud-Lesot, Pudeur et pratique médicale_ : aspects relationnels de l’examen gynécologique et obstétrical au XIXe siècle en France, Thèse de doctorat, EPHE, Paris, 2007. 

6  Anne Carol, « L’examen gynécologique en France, XVIIIe-XXe siècles : techniques et usages », dans Olivier Faure et Patrice Bourdelais, Les nouvelles pratiques de santé (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Belin, 2005, pp. 51-66.

7  Professeure de littérature à l’Université de Bâle. Intervention : « Pudeurs du discours médical au XVIe et XVIIe siècles : splendeur et misères des figures de style »

8  Enseignante certifiée d’histoire-géographie, détentrice d’un master 2 d’histoire contemporaine. Intervention : « Face aux cancers féminins : dévoiler et porter le fer (1800-1880) »

9  Chercheuse à l’IDHE-Nanterre et détachée au Comité d’histoire de la ville de Paris. Intervention : « Les vaines pudeurs des corps souffrants à l’hôpital, XIXe siècle »

10  Professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Aix-en-Provence. Intervention : « Pudeurs et manipulations médicales du cadavre (France, XIXe siècle) »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Affiche de la journée d’étude
Crédits Libre de droits
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nahema Hanafi, « Pudeurs des souffrants et pudeurs médicales, XVIe-XIXe siècles », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 02 décembre 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/855

Haut de page

Auteur

Nahema Hanafi

Doctorante-ATER en Histoire moderne, Toulouse II (Framespa) et Université de Lausanne (IUHMSP).nahema.hanafi@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org