Navigation – Plan du site

Historiographie japonaise de la Première Guerre mondiale

Japanese historiography of World War One
Historiografía japonesa de la Primera Guerra mundial
Miho Matsunuma

Résumés

Bien que la Première Guerre mondiale n’occupe qu’une place relativement marginale dans les recherches historiques japonaises, des travaux se sont accumulés sur certains points (question de l’expansion continentale, études sur la "guerre totale" au sein de l’armée). D’une façon générale, concernant cette historiographie, l’engagement du Japon dans la guerre est analysé du point de vue de l’élargissement de son territoire et de sa sphère d’influence dans la région Asie-Pacifique. Sur le plan intérieur, le conflit et ses conséquences sont étudiés en tant que cadre international d’un changement politique, économique et social appelé « démocratie de Taishô ». L’anniversaire du centenaire approchant, de nouvelles recherches se développent avec l’ambition de contribuer à des débats réellement internationaux et interdisciplinaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Nous ne citerons pas tous les travaux en langue japonaise concernant le sujet. Les sources princip (...)

1Aussi bien dans les recherches en histoire que dans la mémoire collective, la Première Guerre mondiale n’occupe qu’une place relativement marginale au Japon, ne laissant que peu d’impact direct sur la vie des habitants, par rapport à la Seconde Guerre mondiale qui est, pour les Japonais, « la guerre ». La Première Guerre a été considérée plutôt comme un conflit éloigné dans le contexte international de l’époque, et non comme un événement majeur pour l’histoire du Japon. Ceci dit, des historiens japonais ne se désintéressent pas de cette guerre, qui a totalement bouleversé l’histoire contemporaine de l’humanité et marqué le début du « court vingtième siècle ». Nous allons ainsi voir quelques thèmes majeurs de la recherche menée au Japon sur la Première Guerre mondiale depuis 19451.

Les recherches sur la Première Guerre mondiale

Invasion japonaise de la Chine

2Le sujet majeur des recherches en histoire sur la guerre elle-même est l’invasion japonaise de la Chine continentale. De nombreux travaux ont été réalisés sur les thèmes suivants, qui sont devenus classiques :

  • les négociations avec l’Angleterre, alliée avec le Japon depuis 1902, sur la participation du Japon à la guerre ;

  • les opérations militaires dans le Shangdong, province sous contrôle allemand depuis la fin du XIXe siècle : le Japon y envoie ses troupes dès l’été 1914 et l’occupe sans grande difficulté. Les prisonniers de guerre allemands et autrichiens sont envoyés au Japon où ils sont détenus jusqu’à la fin du conflit ;

  • les pourparlers avec la Chine : en 1915, le Japon présente au gouvernement chinois les Vingt et Une demandes interventionnistes, qui visent à agrandir son influence politique, militaire et économique. La Chine, prise dans le désordre des luttes politiques et militaires depuis la révolution de 1911, est obligée d’en accepter une grande partie.

Nouveaux territoires dans le Pacifique

3La marine japonaise intervient sur le territoire allemand au nord du Pacifique puis, après la guerre, le Japon gouverne ces îles micronésiennes qui deviennent alors territoires sous mandat de la Société des Nations.

Envoi des troupes en Sibérie

4En 1918, le Japon rejoint les autres puissances de l’Entente dans l’intervention militaire en Russie. Ses troupes sont plus nombreuses et restent plus longtemps (jusqu’en octobre 1922) sur place que celles des autres nations.

Études sur la « guerre totale » au sein de l’armée

5Une des recherches les plus récentes sur la Première Guerre mondiale porte sur les leçons que les militaires japonais ont tirées de leurs observations sur le sol européen. Des officiers se sont rendus sur les champs de bataille sur le front ouest. L’armée mène des enquêtes auprès des services diplomatiques japonais à l’étranger, des diplomates étrangers en poste au Japon, des prisonniers de guerre détenus au Japon, ou de la presse étrangère. Les dirigeants militaires ont conclu que la prochaine guerre que le Japon aurait à mener serait certainement une guerre totale et ils ont donc étudié comment une mobilisation totale militaire, politique, économique et sociale du pays pourrait se réaliser.

Les recherches sur les répercussions de la Première Guerre mondiale au Japon

Démocratie de Taishô

  • 2  L’historien américain Andrew Gordon a proposé l’appellation « Imperial Democracy », dans un double (...)

6Pour réfléchir aux répercussions de la guerre au Japon, il faut savoir que le Japon des années 1910-1920 est considéré comme relativement libéral et démocratique sur les plans politique, diplomatique, social et culturel, par rapport à l’époque précédente de Meiji, caractérisée par des luttes entre les clans et l’autoritarisme. De même, l’époque suivante de Showa a vu la montée du militarisme et des guerres catastrophiques. On appelle souvent ce phénomène « Taishô demokurashi » (démocratie de Taishô), Taishô étant le nom de l’empereur qui règne de 1912 à 1926 ; toutefois sa personnalité n’a rien à voir avec cette tendance. Certes, il y a des critiques vis-à-vis de cette conception de la démocratiepour cette époque2, mais cette vision est assez répandue, y compris dans des manuels scolaires. Dans l’historiographie japonaise, la Première Guerre mondiale et ses conséquences au Japon ont souvent été analysées comme un cadre international de ce changement.

Politique extérieure : régime de Washington et diplomatie de conciliation

7Afin de parler des problèmes concernant l’Asie-Pacifique qui n’ont pas été réglés par le traité de Versailles, les dirigeants de ces puissances se réunissent à Washington en 1921-1922. Les conclusions principales de cette conférence internationale sont le désarmement des marines de guerre et le respect de la souveraineté chinoise. Le poids total maximum de la flotte est fixé pour chaque pays, tandis que les prérogatives commerciales et territoriales que le Japon avait imposées à la Chine pendant la guerre sont abrogées. Ce nouvel ordre international a pour but de restreindre l’ambition expansionniste japonaise. Le pays l’accepte et le respecte dans la perspective de bons rapports avec les puissances anglo-saxonnes.

Politique intérieure

8Les hommes politiques qui avaient les racines de leur pouvoir dans la Restauration de Meiji et le régime autoritaire qui suivit, se retirent graduellement de la scène. Les partis politiques et les luttes électorales et parlementaires jouent un rôle de plus en plus important (le régime parlementaire lui-même date de 1890). De 1918 à 1932, le parti majoritaire à la Chambre constitue le gouvernement. Le suffrage universel masculin est établi en 1925. Pourtant la même année, la loi sur le maintien de l’ordre, une loi autoritaire et anti-démocratique notoire, est passée.

Économie

9La guerre offre à l’économie japonaise une occasion extraordinaire et inattendue pour sa croissance. Le Japon entre dans une nouvelle phase de l’économie capitaliste caractérisée par une concentration et un monopole de quelques grands conglomérats industriels et financiers. La croissance brusque provoque une forte inflation et déclenche des mouvements contestataires, illustrés par les émeutes du riz que nous allons évoquer ci-dessous.

Liberté politique et mouvements populaires

10Les époques pendant et après la guerre voient une montée des mouvements populaires. Le changement radical économique et social provoqué par l’industrialisation rapide, puis la chute brutale de l’économie japonaise dès la fin du conflit, ainsi que de nouveaux courants politiques internationaux comme la Révolution russe, le wilsonisme et la Société des Nations, influent directement sur les classes populaires et les intellectuels. Des ouvriers et des paysans se mobilisent en revendiquant l’amélioration des conditions de vie et de travail. Les émeutes du riz, une série de manifestations contre la hausse des prix du riz qui se déclenchent dans une petite ville de province puis se propagent dans tout le pays en 1918, font peur à la classe dirigeante. Le mouvement ouvrier et le syndicalisme se développent, tandis que des paysans se réunissent pour réclamer leur droit à la terre. Le suffrage universel masculin est revendiqué puis obtenu. Le féminisme naît à ce moment au Japon.

11On assiste également à un nouvel élan de la philosophie et de la culture. La pensée libérale et le socialisme s’expriment de diverses façons. Le Parti communiste japonais est créé en 1922 dans la clandestinité. Différents types de culture populaire, la presse en premier, se développent.

Découverte des problèmes sociaux

12Les émeutes du riz et d’autres mouvements populaires font découvrir aux autorités japonaises la nécessité de s’occuper des questions sociales, aussi bien dans des villes qui s’agrandissent rapidement avec l’industrialisation qu’à la campagne, où beaucoup de petits paysans frappés par la conjoncture économique perdent leur terre. L’État et des collectivités locales se lancent dans des recherches puis prennent des mesures concernant la pauvreté, l’hygiène, le logement, le chômage, et les conditions de travail. Les scientifiques aussi s’intéressent à de tels sujets et débattent, notamment dans la presse.

Politique coloniale

13La Première Guerre mondiale et ses conséquences provoquent une vague de revendication nationale des peuples opprimés dans le monde entier, y compris dans l’empire colonial japonais. En mars 1919, les Coréens manifestent et revendiquent l’indépendance de leur pays, annexé par le Japon depuis 1910. Leurs manifestations, pacifiques, furent complètement écrasées, mais la classe dirigeante japonaise reconnaît la nécessité de tenir compte des sentiments des populations colonisées pour maintenir l’ordre et le système en place. Ainsi, l’armée occupe moins de place dans l’administration coloniale, alors qu’on s’efforce à trouver et former des collaborateurs.

Les recherches sur des pays étrangers

14Il faut savoir que dans les recherches en histoire au Japon, l’histoire des pays étrangers occupe une place très importante, du moins beaucoup plus que dans l’historiographie française ... Il est vrai que des historiens japonais des pays occidentaux ont moins étudié la Première Guerre mondiale par rapport à d’autres périodes, mais elle n’est pas oubliée, loin de là. Par exemple, les origines de la guerre ont fait l’objet de débats scientifiques très actifs, avec un intérêt particulier pour l’impérialisme, au sens où l’entendent John A. Hobson et Lénine. Il y a aussi des travaux remarquables sur le socialisme, surtout celui de l’Allemagne, et l’internationalisme, sur son histoire et les causes de son échec à l’été 1914.

Nouveau projet de recherches

15En 2007, au sein de l’Institut des sciences humaines de l’Université de Kyoto, un groupe de recherche sur la Première Guerre mondiale a été créé. Son objectif est le suivant : malgré son importance dans l’histoire contemporaine de l’humanité, la Première Guerre mondiale est peu étudiée au Japon par rapport à la Seconde. Nous ne reconnaissons que peu son impact sur le Japon, ses colonies ainsi que sur le « monde contemporain ». Dans des pays occidentaux, si les recherches se sont certes développées, les travaux qui ont une vision vraiment mondiale, en englobant le monde non-occidental, ne sont pas nombreux. Vu cet état de connaissances, nos recherches sont interdisciplinaires et portent notamment sur des phénomènes culturels3. Ce projet de recherches durera jusqu’en 2014.

16Les membres principaux du groupe sont titulaires de l’Institut “A Trans-disciplinary Study of the First World War” des sciences humaines de Kyoto. Ils sont une dizaine. Des chercheurs d’autres établissements universitaires participent à ce projet, soit au total environ 80 membres. La majorité sont des historiens, mais toutes les spécialités des sciences sociales sont représentées : littérature de différentes langues, psychologie, musicologie, ou sciences politiques. Quant au déroulement des activités, il y a deux ou trois réunions de recherches par mois à Kyoto, chaque fois un des membres fait une communication, suivie d’un débat. À titre d’exemple, voici quelques sujets de communication :

  • le nationalisme irlandais ;

  • les relations philippino-américano-japonaises : le chemin vers la guerre du Pacifique ;

  • l’impact de la névrose de la guerre sur la psychanalyse ;

  • l’emprunt public de guerre en Angleterre ;

  • les Japonais en Europe pendant la guerre ;

  • les voyages des officiers japonais sur le front ouest et les leçons qu’ils en ont tirées ;

  • les camps de prisonniers de guerre autrichiens au Japon ;

  • la Corée avant et après la guerre ;

  • l’Afrique du Sud ;

  • l’Inde.

17Une série de six ouvrages destinés à un public éclairé a été publiée par cette équipe. Ils portent sur la musique classique occidentale, l’art plastique, la littérature française, la Grande Guerre pour le Japon, les Allemands face à la famine ou l’objection de conscience en Angleterre.

Conclusion

18La recherche en histoire sur la Première Guerre mondiale semble désormais se développer au Japon. Espérons que les échanges internationaux s’intensifieront et nous permettront d’analyser d’une façon plus globale et approfondie l’impact de la Grande Guerre. Nous souhaitons que, si tel est le cas, le monde non-occidental soit abordé non pas comme dans le cas des pays « exotiques », dans un rapport de l’exceptionnel à l’universel de l’Occident, mais comme une composante à part entière de l’histoire de l’humanité au vingtième siècle, et dont toutes les sphères culturelles pourront être observées dans une même perspective pour réfléchir à une même problématique.

Haut de page

Notes

1  Nous ne citerons pas tous les travaux en langue japonaise concernant le sujet. Les sources principales de nos informations sont les suivantes : 鳥海靖他編『日本近現代史研究事典』東京堂出版、1999Toriumi Yasusi et al (dir.), Nihon kingendaishi kenkyuu jiten (Dictionnaire de la recherche sur le Japon moderne et contemporain), Tokyo-do shuppan, 1999). 『岩波講座日本通史18巻』岩波書店、1994Iwanami koza nihon tsushi (Histoire du Japon d’Iwanami), tome 18, Iwanami shoten, 1994).

2  L’historien américain Andrew Gordon a proposé l’appellation « Imperial Democracy », dans un double sens que cette « démocratie » s’est déroulée sous la monarchie impériale (ten-no sei) et l’impérialisme. Certains historiens japonais partagent cette idée. Voir : Eguchi Keiichi, « 1910-30 nendai no nihon (Le Japon des années 1910 -1930) », 『岩波講座日本通史18巻』前掲書(Histoire du Japon d’Iwanami, op. cit.), p. 1-64.

3  Le site internet de ce groupe est le suivant. http://kyodo2.zinbun.kyoto-u.ac.jp/~ww1/ Le site en anglais est en cours de préparation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Miho Matsunuma, « Historiographie japonaise de la Première Guerre mondiale », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 09 avril 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/808 ; DOI : 10.4000/framespa.808

Haut de page

Auteur

Miho Matsunuma

Maître de conférences à l’Université de Gunma, Japon
matsunuma@edu.gunma-u.ac.jp

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org