Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Sylvie Chaperon et Catherine Valenti

Entrées d’index

Mots-clés :

genre, justice, pouvoir, travail
Haut de page

Texte intégral

Le genre à FRAMESPA

1Les textes rassemblés ici reflètent l’activité scientifique de FRAMESPA et son intérêt croissant pour les questions de genre. Au carrefour du genre et de l’histoire sociale et économique, la première partie intitulée « Travail » est nourrie par plusieurs journées d’études. Samuel Guicheteau et Charles Sowerwine ont participé à la journée « Genre et travail » organisée par Georges Hanne et Jean-Marc Olivier au printemps 2007. La contribution de Roland Pfefferkorn a été fourni à l’occasion de la préparation du colloque organisé par Georges Hanne et Claire Judde de la Rivière en 2008 intitulé « Langage du travail, travail du langage. Approche historique des identités professionnelles dans les dispositifs de nomination et d’enregistrement des personnes ».

  • 1  Thierry Wanegffalen, Le Pouvoir contesté. Souveraines d’Europe à la Renaissance, Payot, Paris, 200 (...)

2La partie « Pouvoir » donne à lire 3 textes issus du séminaire « Genre et pouvoir » tenu en 2009 et organisé par le groupe Olympe de Gouges. Informel, ce groupe réunit principalement des historiennes réparties entre les laboratoires de FRAMESPA, de TRACES et de PHL ERASME. Tout en maintenant un lien entre les chercheuses des quatre périodes historiques, il a pour objectif de promouvoir l’enseignement et la recherche sur l’histoire du genre. Depuis sa formation, le groupe Olympe de Gouges a eu la tristesse de voir disparaître un de ses fondateurs, Thierry Wanegffelen emporté par la maladie en avril 2009. Très intéressé par nos problématiques et lui-même spécialiste de la « mâle modernité » et du « pouvoir contesté1 » des reines d’Europe, il avait beaucoup poussé à la structuration des activités de recherche sur le genre. Organisée par Sylvie Chaperon le 18 novembre 2009, la journée hommage qui lui a été rendu réunissait nombre de ses ami-e-s, collègues et doctorant-e-s. Les communications seront publiées prochainement par Méridienne sous la direction de Fabien Salesse.

3Pour le quadriennal de 2011-2014 la plupart des enseignantes chercheuses médiévistes, modernistes et contemporanéistes se sont regroupées dans l’atelier « Famille, genre, transmission » de la thématique 4 « Acteurs, sociétés et économie » de FRAMESPA. Dans ce cadre, plusieurs journées d’étude ont eu lieu sur le chantier « Archives du genre » qui vise à valoriser et exploiter les sources propices à l’écriture de l’histoire du genre. La troisième partie « Justice » présente deux communications données lors de la journée « Genre et archives judiciaires » tenue le 18 janvier 2010. Toute la matinée était consacrée aux sources de la justice pour mineur-e-s.

  • 2  Il sera bientôt ouvert à l’adresse suivante : w3.msh.univ-tlse2.fr/arpege/

4Ce numéro n’a pourtant pas la prétention de faire le tour de toutes les recherches menées à FRAMESPA sur les questions du genre. Le dynamique chantier « Les liens fraternels » animé par Sylvie Mouysset et Christine Dousset poursuit depuis 2008 un cycle de journées d’études. Un grand colloque clôturera ce programme en 2012. Par ailleurs, le groupe Olympe de Gouges participe à l’axe structurant de la MSH-T ARPEGE (approches pluridisciplinaires du genre) qui rassemble une soixantaine d’enseignants chercheurs des sciences humaines et sociales de plusieurs établissements toulousains. Les personnes intéressées pourront bientôt consulter son site (actuellement en construction)2. N’en doutons pas d’autres contributions dans les Cahiers continueront de montrer à l’avenir les travaux mené dans FRAMESPA sur les différentes facettes du genre.

Travail, pouvoir, justice : des historiographies contrastées

  • 3  Les ouvriers en grève, Mouton, 1974.

5La question du travail féminin est l’un des centres d’intérêt les plus précoces de l’histoire des femmes en France. Ce constat s’explique par les formes de la recherche historique française, profondément marquée dans les années 1950-60 par les perspectives de l’histoire sociale, et plus particulièrement de l’histoire ouvrière. Aussi, quand l’histoire des femmes a commencé à émerger comme champ d’étude sur la scène historique française au début des années 1970, c’est tout naturellement vers l’étude du travail féminin que se sont orientées les premières recherches. À l’échelle individuelle, le parcours d’une Michelle Perrot reflète bien ce glissement de l’histoire ouvrière à l’histoire des femmes : après une thèse d’histoire sociale sous la direction d’Ernest Labrousse3, elle à participé au tout premier groupe d’études féministes à l’université ; c’était à Paris VII, en 1973.

  • 4  Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, Fontenay-aux-Roses, ENS éditions, 1998.
  • 5  Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux XIXe (...)

6Françoise Thébaud décèle deux étapes historiographiques4. Une histoire ouvrière du travail féminin s’est d’abord déployée, insistant sur la surexploitation des femmes et la méfiance à l’égard du travail des femmes manifestée par le mouvement ouvrier. Puis une histoire du travail au féminin a pris la suite où l’ouvrière n’est plus la figure principale de la travailleuse, elle côtoie les domestiques, les nourrices, les infirmières ou les employées. L’attention se détourne des salaires et des conditions de travail pour se porter sur les tâches, les qualifications, les formations, les effets des changements dans les techniques, l’image des métiers, les identités professionnelles. Les recherches de Sylvie Schweitzer en sont représentatives5. Dans les deux cas, le rôle de la révolution industrielle a été fortement questionné.

7Samuel Guicheteau revient sur les changements et recompositions de genre induits par l’industrialisation à partir du cas nantais où se développent dès le XVIIIsiècle l’indiennage, la faïencerie, la brosserie, les manufactures du tabac et les chantiers navals. S’il observe, comme cela a été mainte fois signalé ailleurs, que la mécanisation s’accompagne d’une féminisation et d’une déqualification de la main d’œuvre, il insiste sur la double logique qui y préside : « tandis que les patrons développent un discours sur la docilité féminine, une certaine masculinisation de l’identité ouvrière se produit en raison de la résistance des ouvriers qualifiés et organisés face à la remise en cause de celle-ci ». Ce processus, qui n’empêche pas l’existence de qualifications élevées chez les femmes, s’accompagne de résistances féminines, dont il donne plusieurs exemples.

8Charles Sowerwine, historien pionnier des rapports conflictuels entre les femmes et le socialisme, étudie à travers le cas de la petite ville industrielle Oyonnax (Ain), comment se structure le mouvement ouvrier là où dominent les structures familiales de type artisanal. Loin de l’idéal proudhonien, les socialistes pourtant issus de la sociabilité franc-maçonne, ont eu à cœur de construire, en suivant l’exemple Belge, une « Maison du Peuple » capable d’accueillir toutes les composantes familiales, un « foyer de vie socialiste » où les femmes ont eu pleinement leur place.

  • 6  Xavier Dunezat, Jacqueline Heinen, Helena Hirata et Roland Pfefferkorn (dir.) Travail et rapports (...)

9Un des concepts que l’histoire du travail au féminin a fortement remis en question est celui du « travail » même. La plupart des historiens classiques de l’époque contemporaine n’incluent sous ce terme que le travail rémunéré sous une forme ou une autre, oubliant l’immense champ du travail domestique effectué gratuitement par les femmes le plus souvent. Depuis les travaux pionniers de Danièle Kergoat, de nombreux sociologues tentent d’articuler ensemble ces deux champs du travail6. Mais les historiens, confrontés à des sources très éclatées et lacunaires, ont plus de mal. Dans son article, Roland Pfefferkorn rappelle ce fait essentiel : « C’est bien en définitive aussi à l’intérieur des rapports conjugaux et familiaux, et sous couvert de l’amour, que continue à se reproduire, aujourd’hui comme hier, l’inégalité entre hommes et femmes et entre classes ». Car si le temps de travail domestique s’est considérablement allégé depuis le début du siècle c’est du fait des raccordements des foyers aux réseaux électrique et de gaz, à l’eau courante et au tout-à-l’égout et en raison de la mécanisation et de la socialisation marchande partielle des tâches ménagères, mais la participation des hommes à ces mêmes tâches est demeurée dérisoire. Une enquête ERFI (Étude des relations familiales et intergénérationnelles), menée par l’INED entre 2005 et 2008, a révélé la persistance de l’assignation prioritaire des femmes à l’ordre domestique. Pfefferkorn repère ainsi deux points forts de résistance de la domination masculine : au sein de l’espace privé donc, où les hommes continuent à bénéficier d’indéniables privilèges ; mais aussi dans l’espace public, qui reste marqué par des inégalités qui subsistent très largement, les hommes continuant à accaparer l’essentiel des positions de pouvoir.

  • 7  Christine Fauré, La démocratie sans les femmes. Essai sur le libéralisme en France, Paris, PUF, 19 (...)
  • 8  Viennot, Éliane, La France, les femmes et le pouvoir, volume 1 L’invention de la loi salique : Ve- (...)

10Cette notion de pouvoir est au centre de la deuxième grande thématique de ce numéro. Le thème du pouvoir a été plus long à s’ouvrir en France que celui du travail et c’est l’exclusion des femmes du champ politique qui a en premier lieu suscité l’attention. La démocratie française s’est construite sans les femmes, voire contre les femmes, comme le soulignait Christine Fauré dès 19857. La masculinisation du pouvoir est une réflexion au long cours que poursuit notamment Eliane Viennot8. Depuis, si les études se sont multipliées sur ce thème, contribuant à découvrir ou redécouvrir des femmes de pouvoir – ou des formes de pouvoir féminin – aussi bien dans l’Antiquité que dans les périodes plus récentes, le pouvoir au féminin reste un champ encore peu étudié.

11Présentée par Sandra Péré-Nogues, la « dame de Vix », dont la sépulture, datant du VIsiècle avant notre ère, a été exhumée au début des années 1950, conserve encore une grande partie de son mystère, comme le soulignent les appellations diverses dont on l’a gratifiée depuis plus d’un demi-siècle : si le terme de « dame » est le plus couramment employé, certains parlent de « princesse » voire de « reine » : ces fluctuations reflètent bien la difficulté des archéologues à cerner les attributions précises d’une figure féminine de pouvoir, notamment parce que les symboles du pouvoir sont masculins.

12Centrant son étude sur la période de la Fronde, Sophie Vergnes souligne quant à elle l’ambiguïté de la période moderne. Certes, les théoriciens du pouvoir, en particulier les partisans de l’absolutisme, se sont attachés à justifier l’exclusion des femmes de l’espace public. Mais il subsiste néanmoins de fortes poches de résistance dans la France de la première moitié du XVIIe siècle, telles ces « dernières amazones », femmes aristocrates fortement impliquées dans la révolte contre le pouvoir royal pendant la minorité de Louis XIV. Ces « frondeuses », s’autorisant de l’idée de la supériorité morale des femmes défendue dans les salons et les romans héroïques, mobilisent les ressources dévolues aux femmes des familles nobles. Elles recourent à leurs réseaux d’alliance et publient des libelles. S’il serait anachronique de les qualifier de féministes, les « frondeuses » ont cependant défendu une certaine mixité dans l’espace politique.

13Ce tour d’horizon du pouvoir féminin se termine par la figure controversée de Marie-Antoinette, étudiée par Christine Dousset. Analysant les images successives de la reine, de la jeune écervelée arrivé à Versailles à quinze ans à peine, jusqu’à l’« Autrichienne » détestée et jugée responsable de tous les maux du royaume, Christine Dousset constate que l’image de la reine qui s’affirme progressivement est celle d’une femme autoritaire, avide de pouvoir, qui cherche à diriger la France. Une image d’ailleurs paradoxale puisqu’à la différence de sa mère l’impératrice Marie-Thérèse, Marie-Antoinette n’est pas une femme d’État : peu instruite, elle déteste les sujets sérieux et n’est ni formée à la politique, ni intéressée par les questions de gouvernement. On lui prête une sexualité dénaturée qui en fait l’antithèse de l’épouse vertueuse et de la bonne mère alors même qu’elle partage et applique ce nouvel idéal rousseauiste. Au final, elle aura plus cristallisé les critiques et le rejet de la monarchie que véritablement exercé le pouvoir.

  • 9  Anne-Marie Sohn, Chrysalides. Femmes dans la vie privée, XIXe-XXe siècles, Paris, Publication de l (...)
  • 10  Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot et Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice (...)
  • 11  Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables : Les femm (...)
  • 12  Myriam Tsikounas (dir) Eternelles coupables. Les femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours,Par (...)
  • 13  Véronique Blanchard, Jean-Jacques Yvorel et Régis Revenin, Les jeunes et la sexualité : Initiation (...)

14« Femmes emmurées, comment vous joindre ? » s’interrogeait en 1998 Michelle Perrot dans son ouvrage Les femmes ou les silences de l’histoire. La question des sources est en effet cruciale en histoire des femmes, celles-ci ayant laissé peu de traces dans les archives publiques traditionnellement exploitées par les historiens, à l’exception notable des archives policières et judiciaires. Pourtant ce n’est qu’assez récemment que des historien-ne-s ont étudié les femmes aux prises avec la Justice. Initiées par quelques recherches pionnières (celle d’Anne-Marie Sohn notamment9) poursuivies par plusieurs travaux collectifs (le colloque d’Angers en 200110 ; celui de Poitiers en 200811, l’exposition tenue à l’INHA la même année12), les recherches croisant le genre et l’histoire de la justice connaissent aujourd’hui un essor important. Les masters, les thèses portant sur l’histoire des femmes, des masculinités ou des sexualités bâties principalement à partir des sources judiciaires se multiplient. Trois d’entre elles sont présentées ici. Elles ont pour particularité de s’intéresser à la justice (et à la sexualité) des mineurs, un domaine peu exploré du point de vue du genre. Pour un tour d’horizon de ce champ neuf en histoire du genre et de la justice on pourra renvoyer à l’ouvrage collectif Les jeunes et la sexualité et à la Revue de l’histoire de l’enfance irrégulière13.

  • 14  Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, op. cit.

15Écrit à quatre mains, l’article de Régis Revenin et Véronique Blanchard, tente de s’inscrire pleinement dans l’histoire du genre et non plus des femmes. Cette inflexion historiographique majeure a été très bien présentée dans la dernière partie de l’ouvrage de Françoise Thébaud14. Il s’agit non plus d’écrire une histoire des femmes, sorte de complément indispensable à une histoire oublieuse, mais d’écrire une histoire sexuée (genrée), attentive non seulement à la comparaison systématique des femmes et des hommes, mais aussi désireuse de montrer les processus de production et de hiérarchisation du féminin et du masculin. C’est ce que tente de faire peu ou prou la majeure partie des historiens depuis un peu plus d’une décennie. La condition sine qua non pour cette histoire seconde manière est de disposer de sources à peu près équivalentes pour les deux sexes, situation rarissime tant les mécanismes de production et de conservations des sources incorporent eux-mêmes les dispositifs du genre.

16Véronique Blanchard et Régis Revenin réalisent leurs thèses à partir de sources que leur envient bien des historiens. Produits par les Centres d’observations mis en place avec l’ordonnance du 2 février 1945 créant la justice des mineurs, les dossiers individuels nominatifs de mineurs consignent toutes les expertises et les rapports des nombreux spécialistes (psychiatres, psychologues, assistantes sociales, éducateurs) qui observent, trois mois durant, le ou la mineure afin d’éclairer la décision du juge. Ces dossiers comportent également des dessins, des cahiers d’expression écrite du ou de la mineure, ainsi que des correspondances : un rêve d’historien !

17Là s’arrêtent les similitudes : Les institutions religieuses (Refuges ou Bons Pasteurs) qui accueillent les filles se montrent soucieuses de les préserver de la sexualité pré-maritale, vue comme le prélude de la prostitution. Les centres et les éducateurs laïcs des garçons ne s’inquiètent en matière de sexualité que face à homosexualité. Les mineur-e-s de part et d’autre n’ont ni le même vécu sexuel, ni les mêmes mots pour le décrire. Dans la France des années 1950 en effet, les rôles sexuels sont toujours clairement distribués, et on attend des jeunes filles pudeur et retenue.

18La recherche en cours d’Amélie Nuq permet d’esquisser une comparaison avec le cas de l’Espagne franquiste. La loi de 1918 instaurant les Tribunales para niños a été retouchée en 1948. Les archives sont fournies par les dossiers judicaires et les dossiers personnels des pensionnaires des établissements de rééducation (pour les garçons) et des couvents (pour les filles), en l’occurrence la Colonia San Vicente Ferrer. Là encore, les archives montrent le contrôle social très fort qui s’exerce sur la sexualité des jeunes filles. Une fille sur six est internée pour « vie licencieuse », incrimination qui n’existe pas pour les garçons et qui paraît particulièrement flou.

Haut de page

Notes

1  Thierry Wanegffalen, Le Pouvoir contesté. Souveraines d’Europe à la Renaissance, Payot, Paris, 2008.

2  Il sera bientôt ouvert à l’adresse suivante : w3.msh.univ-tlse2.fr/arpege/

3  Les ouvriers en grève, Mouton, 1974.

4  Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, Fontenay-aux-Roses, ENS éditions, 1998.

5  Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux XIXe et XXe siècles, Paris, Odile Jacob, 2002 et Femmes de pouvoir. Une histoire de l’égalité professionnelle en Europe (XIX- XXIe siècle), Paris, Payot, 2010.

6  Xavier Dunezat, Jacqueline Heinen, Helena Hirata et Roland Pfefferkorn (dir.) Travail et rapports sociaux de sexe. Rencontres autour de Danièle Kergoat, Paris, L’Harmattan, 2010.

7  Christine Fauré, La démocratie sans les femmes. Essai sur le libéralisme en France, Paris, PUF, 1985. Le titre a ensuite souvent été repris, par exemple Michèle Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes, trois figures critiques du pouvoir (1830-1848), Paris, Albin Michel, 1994.

8  Viennot, Éliane, La France, les femmes et le pouvoir, volume 1 L’invention de la loi salique : Ve-XVIe siècle ; volume 2 Les résistances de la société : XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 2006 et 2008.

9  Anne-Marie Sohn, Chrysalides. Femmes dans la vie privée, XIXe-XXe siècles, Paris, Publication de la Sorbonne, 1996, ce travail s’appuie sur près de 7000 dossiers judicaires d’avortements, d’adultères, de divorces etc.

10  Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot et Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale (19e-20e siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

11  Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables : Les femmes devant la justice (XIXe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2009.

12  Myriam Tsikounas (dir) Eternelles coupables. Les femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours,Paris, Autrement, 2008, cette publication est le catalogue de l’exposition réalisée par une équipe de Paris I.

13  Véronique Blanchard, Jean-Jacques Yvorel et Régis Revenin, Les jeunes et la sexualité : Initiations, interdits, identités (XIXe-XXIe siècle), Paris, Editions Autrement, 2010, La RHEI est disponible sur revues.org (http://rhei.revues.org/).

14  Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Chaperon et Catherine Valenti, « Éditorial », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 19 avril 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/787

Haut de page

Auteurs

Sylvie Chaperon

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Toulouse II/FRAMESPA
sylvie.chaperon@free.fr

Catherine Valenti

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Toulouse II/FRAMESPA
cathy.valenti@aliceadsl.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org