Navigation – Plan du site
L'Union Soviétique

Les journaux personnels de la période soviétique

Catherine Depretto

Texte intégral

Le tournant par le subjectif dans l’historiographie de l’URSS et du stalinisme

  • 1  À titre d’exemple, voir Peter Kenez, The Birth of the Propaganda State: Soviet methods of mass mob (...)

1Dans les années 1970-1980, les travaux d’histoire sociale avaient déjà largement contribué à nuancer l’idée que les citoyens soviétiques étaient des sujets passifs, dénués de toute individualité, terrorisés et manipulés par une idéologie omnipotente. Les chercheurs, néanmoins, continuaient à s’intéresser davantage à la façon dont l’État-parti imposait son idéologie qu’à la manière dont les individus y réagissaient1.

  • 2  Nicolas Werth, « Une source inédite : les svodki de la Tchéka-OGPU », Ières journées d’étude en sc (...)

2Avec l’ouverture des archives et la fin de la censure en 1991, l’accès à de nouveaux matériaux a communiqué une impulsion décisive à la volonté de prise en compte de l’individuel. Au nombre de ces sources inédites figurent les lettres adressées par les citoyens soviétiques à différentes institutions, aux dirigeants de tous niveaux et surtout les rapports de la police (« svodki »), « enquêtes » sur les « opinions » de groupes donnés de la population, menées par les organes de sécurité à propos d’événements précis2. Ces documents, qui doivent certes être exploités avec précaution, ont élargi le spectre de ce qu’on pouvait savoir sur la façon dont la population avait vécu le système au quotidien. Tout en confirmant l’ampleur du contrôle et de la surveillance, ils montrent que les citoyens étaient capables de manifester des opinions personnelles, qu’ils n’étaient pas dupes du discours officiel et pouvaient même, à l’occasion, critiquer les décisions du pouvoir. Il n’est pas question d’étendre à toute la population, ni à toutes les périodes ce que révèle tel ou tel document, mais ces éléments, confrontés à d’autres sources, permettent sans doute de parler de l’existence, chez les sujets soviétiques, d’un « univers d’opinions ». Cette expression, proposée par une des meilleures historiennes russes actuelles, Elena Zubkova, à propos de la société soviétique de l’après-guerre me semble rendre compte de façon assez exacte de ce que l’on peut observer. À propos des rapports, établis par les organes et qui font état d’humeurs (nastroenia), elle écrit notamment : « Ces humeurs prennent la forme d’opinions (propos, jugements), de rumeurs, de questions » et elle conclut :

  • 3  Elena Zubkova, Poslevoennoe obshchestvo : politika i povsednevnost 1945-1953,M., 1999/2000, p. 13, (...)

L’opinion publique en Union Soviétique était double et complexe, tout comme l’était la vie en général dans un pays, où l’on était poursuivi pour ses actes, mais aussi pour ses paroles et même ses pensées. C’est pourquoi les gens disaient souvent une chose dans les réunions et une autre dans les conversations à cœur ouvert. Parfois, leur mécontentement s’exprimait ouvertement et ils disaient à voix haute ce que d’autres pensaient tout bas. […] La société soviétique n’était ni ‘silencieuse’, ni totalement ‘soumise’. Elle avait son visage et son univers d’opinions3.

3En effet, il est difficile de parler de résistance (Widerstand) pour caractériser les comportements de la société soviétique, excepté quelques cas de lutte armée (paysans au moment de la collectivisation, guérilla antisoviétique dans les territoires d’Ukraine ou des républiques baltes à la fin de la Seconde Guerre mondiale), voire même d’opposition politique constituée et consciente (les dernières « oppositions » se dessinent au sein du parti bolchevique, par exemple la plate-forme Rioutine en 1932, et ne remettent pas en cause les fondements du régime), mais des éléments de « Resistenz », au sens propre d’« immunité », d’imperméabilité au discours officiel peuvent très certainement être observés.

  • 4  Cf. liste donnée par Irina Paperno dans « Personal Accounts of the Soviet Experience », Kritika, v (...)

4Un autre type de sources est venu alimenter la réflexion sur l’univers d’opinions du Soviétique, les « ego-documents » (mémoires, correspondances, journaux …), nombreux à être publiés en Russie depuis 1986 et surtout 1991 : ces années correspondent à la fin du régime soviétique, de la censure et coïncident avec la fin du siècle. Toutes les « grosses revues » de Russie ont actuellement des rubriques spéciales qui ont trait à ce domaine et les maisons d’éditions proposent des collections spéciales4. Dans cet ensemble, une place spécifique revient aux journaux intimes, carnets personnels, en russe « dnevnik », mais aussi zapiski, zapisnye knizhki.

  • 5  Voir, par exemple, Nina Lougovskaïa, Journal d’une écolière soviétique, Paris, Laffont, 2005.
  • 6  Pour se faire une idée de la variété de ces journaux, voir en priorité Véronique Garros, Natalia K (...)

5Il est apparu, en effet, qu’on avait continué à tenir des journaux à la période soviétique, y compris pendant les années staliniennes, etmêmependant la « grande terreur » (1936-1938). Cette constatation allait à l’encontre de ce qu’on avait l’habitude de penser. On connaissait bien quelques exemples de journaux, écrits à cette époque. Mais on pensait qu’il s’agissait de cas isolés, exceptionnels, émanant essentiellement des élites de l’ancien régime (les écrivains Boulgakov, Kouzmine, Prichvine, les critiques Eichenbaum, Tchoukovski, le scientifique Vernadski, etc.) ou de familles ayant maintenu cette tradition (Lidia Tchoukovskaia, la fille de Tchoukovski). On considérait surtout qu’il était hasardeux de tenir un journal et de le garder chez soi, la police étant particulièrement friande de ce genre de documents. Les informations consignées dans un journal pouvaient être dangereuses non seulement pour l’auteur, mais aussi pour son entourage, puisque la plupart du temps il contenait des notations franches, intimes et beaucoup de noms propres. Parmi les journaux découverts depuis la fin des années 1980, certains proviennent effectivement des archives de la police, et ont été confisqués lors d’arrestations5 ; d’autres se trouvent dans des archives personnelles. C’est sans doute cette découverte d’un ensemble significatif de journaux personnels (au moins deux cents), tenus par toutes sortes de gens, y compris pendant la période la plus dure du régime, qui a communiqué une impulsion décisive aux travaux consacrés à l’étude de l’individuel dans un régime totalitaire ou, en d’autres termes, de la « subjectivité soviétique »6.

  • 7  Voir son dernier ouvrage, Signes de vie : le pacte autobiographique 2, Paris, Seuil, 2005.
  • 8  Belin, 2002. Cf. l’introduction « Un monde biographique nouveau », p. 7-14. Dans ce volume, pour l (...)

6Ce courant s’est aussi trouvé conforté par le développement de deux autres champs. D’une part, les travaux menés en France, sur l’autobiographie et le journal intime (équipe de Philippe Lejeune7 et Catherine Viollet) ont pris de l’ampleur. Considéré comme une pratique sociale et non seulement comme un genre littéraire, le journal a vu s’élargir le spectre des textes qui pouvaient être pris en compte et la réflexion sur cette pratique d’écriture a pu désormais fournir matière aux historiens. D’autre part, l’historiographie du communisme français a connu également un certain renouvellement, en particulier à travers l’attention portée aux autobiographies d’institutions, bios de militants etc. Responsables de l’ouvrage collectif, Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Claude Pennetier et Bernard Pudal n’hésitent pas à qualifier le communisme de « biocratie »8.

  • 9  Respectivement, Paris, MSH, Série Colloquium, 2002 et Zürich, Chronos Verlag, 2006.
  • 10  Colloque interdisciplinaire franco-russe CNRS, EHESS, ENS, MSH, compte rendu par Josette Bouvard, (...)
  • 11  Objet, en particulier, de blocs thématiques dans des revues telles que The Russian Review, Ab Impe (...)

7Ce « complexe pluridisciplinaire » s’est traduit par l’organisation de manifestations scientifiques communes dont les ouvrages, Parler de soi sous Staline : la construction identitaire dans le communisme des années trente (Brigitte Studer, Berthold Unfried, Irène Herrmann éds.) et Stalinistische Subjekte. Sujets staliniens. Stalinist Subjects (Studer Brigitte, Haumann Heiko éd.) donnent un bon aperçu9. Le colloque, récemment organisé par Véronique Garros et Catherine Viollet, avec la participation de Philippe Lejeune et Elena Gretchanaia, « Entre les lignes, les frontières, les siècles et les genres : écrire, lire éditer le journal personnel (Russie, XIXe-XXIe siècles) : enjeux contemporains » (16-18 juin 2004) est aussi très représentatif 10. L’intérêt pour l’ego sovieticus aurait même alimenté un véritable courant historiographique, la « Soviet Subjectivity », représenté principalement par Igal Halfin, Jochen Hellbeck, Oleg Kharkhordin, dont les travaux sont largement débattus aujourd’hui11. En effet, il n’y a pas de point de vue unique, ni de conclusions totalement convergentes dans les études sur la « subjectivité soviétique » et les journaux personnels soviétiques. Certains chercheurs continuent même à contester tout intérêt à cette recherche. Il s’agit d’un domaine complexe, à la croisée de plusieurs disciplines, histoire, littérature, philosophie, psychologie, qui exige de solides connaissances et dont les résultats n’ont jamais la force de la statistique. Aussi ne sera-t-il pas question, pour ma part, de fournir un appareil conceptuel propre au traitement des journaux personnels de la période soviétique. J’essaierai plus modestement de donner une idée de ce que représente ce corpus, de montrer ce qu’il peut nous apporter, tout en rendant compte des travaux menés à son sujet.

Les journaux de la période soviétique : présentation du corpus et essai de typologie

8Les journaux personnels constituent un ensemble très vaste, hétérogène, et présentent des difficultés éditoriales particulières. Écrits à la main, sur des supports plus ou moins bien conservés, ils sont malaisés à déchiffrer et à commenter, en raison de l’abondance des noms qu’ils comportent dans certains cas. On ne sait parfois rien de leur auteur. Une seconde difficulté tient à nature mouvante du journal qui se prête mal aux essais de définition. Néanmoins, on pourrait retenir comme traits distinctifs les éléments suivants :

  • 12  Définition proposée par Irina Paperno dans « What Can Be Done with Diaries ? », The Russian Review(...)

Le journal est un texte écrit à la première personne, qui se présente sous forme d’entrées séparées, dans l’idéal, notées quotidiennement, et dont le but ostensible est de donner un compte rendu de l’activité de celui qui le tient, sans que cette notation soit adressée à une personne précise12.

  • 13  C’est une banalité de rappeler que le mot « jour » se retrouve dans les termes qui servent à désig (...)
  • 14 . Iouri Tynianov (1894-1943), théoricien formaliste et historien de la littérature, auteur de roman (...)

9Une pratique d’écriture régulière, quotidienne dans l’idéal13, avec des entrées qui donnent la date, semble, en effet, être un des traits caractéristiques de l’activité diariste. Le fait de consigner régulièrement, avec le moins de décalage temporel possible, les faits qui paraissent importants garantit à la notation un caractère d’authenticité, surtout par rapport aux mémoires écrits a posteriori etsouvent guidés par un souci de psycho-synthèse ou d’auto-justification rétrospectives. Le journal, au contraire, dans sa spontanéité, sa fragmentarité restituerait peut-être davantage la « vie ». Dans le même temps, le caractère personnel, intime des journaux (ils ne sont en général pas destinés à être publiés) leur imprime une forte coloration « subjective ». Ainsi faut-il se garder, dans certains cas, de prendre à la lettre des remarques, faites sous le coup de l’émotion et qui ne correspondent peut-être pas à la nature profonde des rapports qui unissent deux personnages. Quand Lidia Guinzburg écrit par exemple que Iouri Tynianov est un « escroc » (moshennik), il ne faut pas y voir un jugement de fond sur celui qu’elle considère comme son « maître », mais simplement la constatation d’un trait de caractère de personnage14. Voilà pourquoi un journal doit d’abord être lu dans son intégralité car tout diariste a son propre système de notation, pouvant aller jusqu’au codage (journal de l’anglais Samuel Pepys). Chaque journal représente un cas particulier, avec son système propre de sélection et d’écriture. Chaque diariste a son monde, son univers qu’il faut également essayer de se représenter le mieux possible.

  • 15  La littérature sur la question étant très abondante, on renverra au premier ouvrage sur le sujet q (...)
  • 16  Les journaux des poètes symbolistes, en particulier ceux de Aleksandr Blok, Valeri Brioussov, Viat (...)

10Pourquoi tient-on un journal ? Pour garder une trace, un souvenir de ce que l’on a fait et également pour se mieux connaître, s’auto-analyser, voire se perfectionner. Le journal tiendrait ainsi du livre de comptes, et possèderait une vertu de récupération, même s’il ne fait qu’enregistrer la fuite des jours et la perte du temps. Il procède d’une démarche de conservation : garder le souvenir des faits et des actes, préserver le moi de la déperdition d’énergie qui le menace au fur et à mesure de la vie15. Il répond aussi dans certains cas à une prise de conscience, celle de la place, du rôle de l’individu dans l’histoire, ce qui le rapproche de l’activité de mémorialiste. Rien d’étonnant donc à ce que le développement de l’activité diariste corresponde à des périodes d’émancipation de l’individu : la Renaissance, les Lumières, en Russie - la fin du XIXe – le début du XXe ou âge d’argent16. Dans les périodes d’oppression politique, cette dimension, loin de disparaître, est encore accentuée et équivaut à une affirmation de la liberté individuelle. C’est en tout cas ce que formule très clairement le « dernier des symbolistes » demeurés en URSS, Guéorgui Tchoulkov dans une nouvelle inédite de 1931-32, « Le traître », publiée pour le première fois en 1992, qui très curieusement est un journal tenu par une sorte d’alter ego de l’auteur (il souffre de la même maladie, l’emphysème) :

  • 17  G. TchouLkov, « Vreditel’« , Znamia, 1992, p. 152 (nouvelle entière, p. 129-154).

« Il est précisément indispensable de laisser une empreinte de ma liberté dans un symbole tangible. Ce symbole, ce sont les mémoires. Peu importe que personne ne les lise, quelqu’un les lira peut-être un jour, et ça peut bien être un instructeur du GPU. Même ça, ce n’est pas rien. Mon droit à la liberté, naturel, inaliénable est sauvé. Si j’ai le courage d’écrire et de ne pas brûler ce que j’ai écrit, je suis une personnalité. »17

11Tenir un journal (comme écrire des mémoires) relève d’une double prise de conscience, celle de « soi dans l’histoire » et a donc à voir avec la temporalité et la subjectivité. Mais, même s’ils ont des traits communs, les journaux peuvent prendre des formes différentes.

  • 18  Vladislav Khodassevitch (1886-1939), Kamer-furerski zhurnal, M., Ellis Lak 2000, 2002.
  • 19  Couvre les années 1907-1939, Voprosy istorii (Questions d’histoire), 1995, 9, 10, 11-12 ; 1996, 1, (...)
  • 20  C’est ainsi que la magistrale chronique de la vie littéraire à Moscou et Petrograd pour les années (...)
  • 21  Cette analyse a notamment été faite par Véronique Garros, « Voies inouies sous la terreur : les gr (...)

12Certains se présentent comme la simple énumération de ce que le diariste a fait ou de ce qu’il a vu (auto-communicatif). Il s’agit d’une sorte de carnet de rendez-vous ou de journal de bord. Pour certains spécialistes, les journaux de ce type ne devraient pas être publiés. Dans cette catégorie entrent, par exemple, le journal de l’écrivain Vladislav Khodassevitch18, celui du pouchkiniste M. A. Tsiavlovski ou de l’historien N. M. Droujinine19. La consignation d’un rendez-vous, d’une rencontre peut, dans certains cas, être importante pour l’historien, s’il ne dispose pas d’autres sources20. Le journal du paysan, Ignat Danilovitch Frolov, qui vit à Kolomna dans les environs de Moscou, ne contient lui pratiquement que des indications météorologiques, y compris pour l’année 1937. Néanmoins, un examen plus attentif montre que les dates sont notées selon le calendrier julien, en vigueur avant la révolution, est-ce fidélité à l’ancien régime, force de la religion ou simplement habitude ? Ainsi, même dans des cas extrêmes d’effacement de la personne, peuvent percer des indications sur le « sujet »21.

  • 22  Après l’édition du journal pour l’année 1934 (G. Morev éd., SPb, Édition I. Limbakha, 1998) et dif (...)
  • 23  Un des journaux les plus longs, 1901-1969, et un des rares traduits en français, t. 1, Paris, Faya (...)
  • 24  Gueorgui Efron, Dnevniki (Journaux), t. 1 : 1940-1941 ; t. 2 : 1941-1943, M., Vagrius, 2004.
  • 25  Paru, en partie, en plusieurs livraisons successives dans la revue historique russe, Otechestvenna (...)

13La forme de journaux la plus répandue mélange les notations sur soi, sa famille, son cercle et sur la vie politique, sociale du pays, voire du monde. Certains journaux d’hommes de lettres, comme celui de Mikhail Kouzmine (1875-1936)22, de Kornei Tchoukovski (1882-1969)23 constituent de très riches documents sur la vie culturelle de leur temps. Le journal tenu pendant la Seconde Guerre mondiale par Gueorgui Efron (1925-1944), le fils de la poétesse Marina Tsvetaeva, contient, entre autres, des renseignements très précis sur vie des écrivains en évacuation24. Le journal de l’historien Serguei Sergueevitch Dmitriev (1906-1991), spécialiste des slavophiles, est, lui, un bon témoignage sur la vie universitaire de l’après-guerre25. Ce type de remarques vaut également pour les journaux d’ouvriers, de paysans, d’ingénieurs, de responsables politiques etc. qui peuvent constituer des documents intéressants sur les milieux sociaux auxquels leur auteur appartient.

  • 26  Andrei Platonov, Zapisnye knizhki : materialy k biografii (Carnets : matériaux pour une biographie (...)
  • 27  Cf., entre autres, Marina Tsvetaeva, Neizdannoe. Zapisnye knizhki (Inédit. Carnets), publié sousla (...)

14Un cas un peu particulier est celui des journaux de scientifiques, d’écrivains, d’artistes qui sont presque entièrement consacrés à leur œuvre. Ils nous aident à reconstituer la genèse de leurs travaux, d’une œuvre particulière, à comprendre les mécanismes de la création, mais ne peuvent guère constituer de témoignages sur leur milieu. Parmi les carnets les plus significatifs récemment publiés, signalons ceux d’Andrei Platonov (1899-1951), de Varlam Chalamov (1907-1982) 26, de Marina Tsvetaeva (1892-1941)27

  • 28  Iouri Olecha, Kniga proshchania, V. Gudkova (éd.), M., 2001. Il existe une traduction française d’ (...)

15Dans certains cas, les journaux d’écrivains sont quasiment des œuvres littéraires. Cela concerne certains passages du journal de Kouzmine qui, par moments, se transforment en mémoires et équivalent alors à des pages de « grande prose ». Un autre cas est constitué par ce qu’on appelle communément le « journal » de Iouri Olecha (1899-1960)28, devenu sa forme principale d’écriture, à partir des années trente, ce qui pose la question du rôle des genres littéraires connexes dans le développement de la littérature russe au XXe siècle. Les formes privées, intimes d’écriture auraient peut-être été pratiquées sciemment et volontairement à partir d’une certaine époque, par certains auteurs, de préférence à des formes plus canoniques, mais soumises à la sanction du contrôle politique et social car destinées à la publication. De la même façon, pour rompre avec le caractère mensonger de la littérature des dernières années staliniennes, les premiers textes du Dégel se donnent souvent comme des carnets, des journaux, offrant ainsi une garantie d’authenticité : Notes d’un agronome de Gavriil Troiepolski, Journal campagnard d’Efim Doroch etc.

16Ce bref essai de typologie (qui n’a rien de spécifiquement soviétique) montre, en outre, que les journaux peuvent (et doivent) être classés en fonction de différents paramètres sociaux : principalement âge, sexe, origine et activité de leur auteur. De ce point de vue, les journaux d’écrivains constituent un peu un cas à part et soulignent encore davantage la tension propre au journal, écartelé entre histoire et écriture. De là découlent également les différentes utilisations possibles des journaux, selon que l’on est historien, historien de la culture, sociologue, psychologue, philosophe ou spécialiste de littérature.

Les journaux personnels comme sources historiques privées

  • 29  Sur l’origine de la notion, cf. Winfried Schulze (éd.), Ego-dokument : Annäherung an den Menschen (...)
  • 30  Voir le monumental travail bibliographique réalisé sous la direction de l’historien Piotr Zaiontch (...)

17Les journaux, comme l’ensemble des ego-documents29, constituent toujours pour l’historien des matériaux intéressants, en tant que sources privées offrant la possibilité de recoupement, de confrontation avec des documents officiels. Dans le cas de la Russie, compte tenu de la force de la censure, de la répression politique et de l’absence de libertés publiques, l’importance des ego-documents est peut-être encore plus décisive et remonterait à une tradition fortement ancrée dans l’ancien régime30. L’attrait pour les journaux de la période soviétique a sans aucun doute été stimulé lui aussi par l’absence de sources sur ce que pouvaient penser les citoyens. On espérait, grâce à ce type de textes, avoir des révélations sur l’état d’esprit de la société.

  • 31  V. G. Korolenko, Dnevnik. Pis‘ma 1917-1921 (Journal. Lettres), M., Sovetskij pisatel, 2001.
  • 32  Une partie a été récemment traduite en français, Petrograd an 1919, Interférences, 2003 et Journal (...)
  • 33  Moi zametki (Notes), M., 1997, éd. réalisée par T.Emmons et S.Utekhin. Éd. en anglais : Times of T (...)
  • 34  Voir également pour ces années, comme pour l’ensemble de la période soviétique, Mikhail Prichvine  (...)

18Certains journaux, tenus ostensiblement par leurs auteurs pour témoigner de ce qui se passait à une époque historique précise, constituent effectivement des sources de première importance. Il en est ainsi des journaux écrits pendant la révolution et la guerre civile, journaux d’hommes de lettres, comme ceux de Vladimir Korolenko (1853-1921)31 ou de Zinaida Hippius32…, d’historiens, comme celui de Iouri Gautier (1873-1943)33. Un des premiers textes à avoir jeté un éclairage inédit sur le « grand tournant » (1929-1932) est le journal d’un autre historien, celui de Ivan Schütz (1874-1942), retrouvé dans les archives du slaviste André Mazon à Paris et publié en 199134. Les journaux ou carnets tenus pendant la Seconde Guerre mondiale, journaux du siège de Leningrad, journal de guerre de Konstantin Simonov…peuvent largement compléter ce que montrent les documents officiels. 

19Les journaux constituent également des sources inestimables face au développement de la micro-histoire et de l’histoire du quotidien : ils contiennent des précisions, des détails qu’il est impossible de trouver ailleurs, en particulier sur le système de ravitaillement, les rapports entre individus et institutions etc. Mais, nous renseignent-ils sur la façon dont les individus vivaient le régime ? Nous livrent-ils des opinions personnelles ?

20C’est là qu’il importe de prendre en compte l’origine sociale, l’âge de celui qui écrit et la période historique concernée : le journal d’un individu adulte, formé au moment où éclate la révolution ne ressemblera sans doute pas à celui d’un citoyen plus jeune, qui n’a connu que le régime soviétique. De la même façon, les journaux des représentants des anciennes élites n’auront peut-être pas la même coloration que les journaux des jeunes ouvriers du komsomol, engagés dans la construction du métro de Moscou. Enfin, les discours d’adhésion, voire les silences prudents des journaux des années 1930-1950 trancheront avec les propos plus libres, doucement ironiques des journaux des années 1960-1980.

  • 35  Lydia Tchoukovskaïa, Entretiens avec Anna Akhmatova, Albin Michel, 1980 (trad. Lucile Nivat et Gen (...)
  • 36  Gueorgi Tchoulkov (1879-1939), « Otkrovennye mysli », in Pisateli simvolistskogo kruga, SPb, 2003, (...)
  • 37  Nina Lougovskaïa, Journal d’une écolière soviétique, Paris, Laffont, 2005.
  • 38  Intimacy and Terror, p. 110-165.
  • 39  Ibid ., resp. p. 66-97 (Shirnov) et p. 291-331(Podlubny). Le journal de Shirnov a été analysé par (...)
  • 40  Ibid ., p. 219-245.

21Compte tenu de toutes ces précisions qui nous invitent encore une fois à la plus grande prudence, on peut dire que, du point de vue des « opinions », les journaux offrent une palette assez large, même si, comme on pouvait si attendre, il est très rare, en particulier pour la période stalinienne, de trouver des opinions, franches, explicitement formulées. Certains journaux néanmoins font état de propos critiques. Ils représentent, me semble-t-il, des exceptions, qu’expliquent l’origine sociale ou les convictions politiques de leurs auteurs. Cela concerne, par exemple, les jugements d’Anna Akhmatova notés par Lidia Tchoukovskaia35, les « Pensées sincères (Otkrovennye mysli) » de Gueorgi Tchoulkov36, le journal de la jeune Nina Lougovskaia37, fille d’un militant du parti SR, ou celui du paysan Andrei Stepanovich Arzhilovsky38. A l’inverse, on trouve aussi des journaux d’individus qui essaient de se conformer le mieux qu’ils peuvent aux attentes du régime, comme celui de Stepan Podlubny, de F. E. Shirnov39, ceux du dramaturge A. Afinoguenov (1904-1941) ou du secrétaire de l’Union des écrivains soviétiques après la mort de Gorki, V. P. Stavsky (1900-1943)40.

  • 41  Qui ne sont pas toujours aussi nettement opposés.

22Entre ces deux extrêmes41 s’étend un spectre large d’attitudes, montrant l’existence conjointe et simultanée de propos qui parlent en faveur d’une « adhésion » au régime comme de réflexions qui relèvent plutôt d’une « prise de distance ». Le facteur temporel, chronologique est également déterminant. Dans les journaux du début du XXe siècle ou des premières années du régime soviétique, l’information est relativement riche, variée, mais s’appauvrit vers les années trente, quarante et cinquante (Journal de Boris Eichenbaum). En revanche, certains journaux commencés dans l’après-guerre, de façon assez terne ou neutre, livrent de plus en plus de révélations, à partir du Dégel (journal de Serguei Dmitriev) ou de la Perestroïka. Quoi qu’il en soit de la difficulté de lecture et d’interprétation de ces textes, leur prise en compte permet aujourd’hui d’affiner grandement la représentation des rapports entre individus et État à la période soviétique.

  • 42  Andrea Graciozi, « The New Soviet Archival Sources », Cahiers du monde russe, 40, 1999, 1/2, p. 60
  • 43  K. Tchoukovski, Journal 1929-1969, Paris, Laffont, 1998, p. 169 : 22/4/1936 : « Hier, au congrès ( (...)

23D’aucuns considèrent cependant qu’il est vain de s’appuyer sur ce type de sources, forcément mensonger et trompeur. À cause de la nature policière du régime, de la toute puissance de la propagande, les individus ne notaient, dans le meilleur des cas, que des rumeurs ou glissaient des propos ouvertement conformistes pour se prémunir en cas d’arrestation42. Un passage du journal de Tchoukovski, daté de 1934 qui fait état de l’admiration du diariste pour Staline (admiration partagée, semble-t-il, par Pasternak) est ainsi considéré comme peu digne de foi aujourd’hui43.

  • 44  Si, à la période soviétique, le danger encouru est extrême, ce n’est pas néanmoins une nouveauté : (...)

24Dans les périodes d’oppression, les journaux constituent effectivement un danger potentiel. Le journal de Andreï Biély aurait ainsi facilité l’arrestation d’anthroposophes, celui de Kouzmine – celle d’homosexuels44. Pour cette raison, il est en général admis que l’activité diariste a connu une baisse significative après la révolution de 1917 en Russie. En fait, les choses sont peut-être un peu plus compliquées.

  • 45  « Le journal intime bolchevique se décline en deux tendances, variant en fonction du public qu’on (...)

25La terreur politique a certainement entraîné une baisse de l’activité diariste, dans certaines couches de la population en particulier, sans compter l’incidence de l’hémorragie consécutive à l’émigration et à la guerre civile. D’autre part, des journaux ont été détruits par leurs propriétaires qui craignaient des perquisitions, comme par la police qui les ont saisis. Mais, dans le même temps, le pouvoir soviétique a encouragé l’écriture de mémoires et la tenue de journaux (en particulier les fameux journaux de production, individuels ou collectifs), certes, dans des buts précis et avec des objectifs idéologiques bien déterminés45.

  • 46  On possède quelques ouvrages, en particulier la série des volumes, initiés par l’historien Vl.Drob (...)

26Mais, pour cette raison, il n’est pas sûr qu’en simples termes quantitatifs, on possède moins d’ego-documents pour la période soviétique que pour la fin du 19e - début du 20e. Faute pour l’instant de pouvoir s’appuyer sur des répertoires bibliographiques complets46, on se gardera de trancher la question. Il y aurait sans doute beaucoup à dire sur les ego-documents de la période soviétique, publiés de façon officielle ou répondant à des commandes, mais, ils existent et on ne peut les ignorer totalement, même si, depuis la levée des interdits, les écrits intimes non-publiés sont d’une lecture plus stimulante.

  • 47  Monas Sidney et Jennifer Greene Krupala (éds.), The Diary of Nikolay Punin 1904-1953, Austin, Univ (...)

27Certains diaristes avaient conscience du danger que représentait leur journal. Leur écriture pouvait être codée (journal de L.Tchoukovskaia) ; parfois, les manuscrits ont été confiés à des étrangers, qui les ont fait sortir d’URSS (journaux des historiens Gautier et Schütz, journaux de l’historien d’art, marié à Akhmatova, Nikolaï Pounine47 …). Voilà qui peut, en partie, lever l’hypothèque de non-sincérité dans certains cas. Mais, la nature fortement subjective des journaux explique aussi la réticence de certains historiens à admettre qu’ils puissent être utilisés comme sources. Pour d’autres, au contraire, cette subjectivité en fait des documents psychologiques de première importance.

Les journaux personnels comme « laboratoires du moi »

  • 48  Pour un aperçu des travaux du courant, voir la bibliographie jointe et les comptes rendus parus da (...)

28La découverte d’un ensemble significatif de journaux personnels, tenus par des individus de toute origine, y compris pendant la période stalinienne, a certainement été un des éléments déterminants pour l’essor du courant de la « Soviet Subjectivity », représenté en particulier par Jochen Hellbeck, Igal Halfin et Oleg Kharkhordin48. Leurs études s’appuient également sur les autobiographies institutionnelles, les autocritiques et les dépositions de personnes arrêtées. De formation et de préoccupations différentes, ces chercheurs n’ont pas des perspectives vraiment identiques, mais leurs travaux sont souvent rapprochés et présentés conjointement. En ce qui me concerne, mon attention ira principalement aux analyses de Jochen Hellbeck, car elles concernent essentiellement des journaux personnels.

29Sa réflexion prend en compte des journaux dans lesquels est forte l’interrogation sur soi. Un journal (ou tout autre document à la première personne) qui note des faits, s’apparente à une chronique historique, est écarté. D’autre part, le plus important n’est pas ce que les gens pensent, mais plutôt les mécanismes du « travail sur soi », à l’œuvre dans le journal. Avec ce terme, nous touchons un point central de sa démarche, le recours aux travaux de Michel Foucault et le sens particulier donné aux notions de « sujet » et de « subjectivité ».

30Au sujet naturel, considéré comme un tout donné, cartésien ou kantien (le sujet libéral), est préférée une conception historicisée, contextualisée, celle d’un sujet en formation, et d’une « subjectivité travaillée par les disciplines ». Ce sont les mécanismes de cette subjectivation, la constitution de ce sujet « non libéral », qui retiennent son attention.

  • 49  Extraits en anglais de ce journal dans Intimacy and Terror, op. cit. ; édition partielle en allema (...)

31Dans le contexte soviétique, stalinien, cela revient à s’intéresser prioritairement à des individus soucieux de se conformer au modèle officiel. Pour eux, le journal intime est le lieu d’un travail sur soi, destiné à leur permettre de s’adapter, par la pratique régulière de l’écriture, au contexte politique et à la demande de transformation individuelle qu’exige le régime (le fameux « homme nouveau » tant attendu). Le journal à partir duquel Jochen Hellbeck a établi ses analyses est celui d’un fils de paysan ukrainien dékoulakisé, Stepan Podlubny, qui réussit grâce à de faux papiers à s’installer à Moscou dans les années trente et qui parvient même à faire des études et à entrer au komsomol. Son journal, qui est d’abord un moyen pour lui d’améliorer son russe, abonde en remarques sur ses efforts pour essayer de répondre à ce que l’on attend de lui et sur les difficultés qu’il rencontre dans cette tâche49.

  • 50  Dans la conclusion de l’article « Working, Struggling, Becoming : Stalin-Era Autobiographical text (...)

32On voit assez vite en quoi ces travaux peuvent susciter des réserves. Ils supposent d’abord l’adhésion à un certain nombre de présupposés et au premier chef la reprise de la conception foucaldienne des techniques de subjectivation. Or, il est toujours un peu délicat de reprendre des méthodes élaborées à partir de l’analyse d’expériences différentes, sans compter que l’héritage de Michel Foucault est complexe et, par certains aspects, contradictoire. D’autre part, la priorité donnée aux techniques de subjectivation limite le champ d’étude aux « enthousiastes », aux conformistes. Cependant, à toutes les périodes, y compris dans les années trente, on note des attitudes de non-adhésion au régime, certains ne « marchent » pas (opposition au moins des paysans et retrait prudent d’une partie de l’intelligentsia). Or, trop souvent ce qui est observé sur quelques exemples et à un moment précis est étendu par Jochen Hellbeck à l’ensemble de la population et à une période longue50.

  • 51  David Hoffmann : « The Soviet system was not unique among moderne political systems in promoting a (...)
  • 52  Ibid., p. 275. Pour le débat sur la « modernité » et l’expérience soviétique, voir en particulier (...)

33L’appui sur les concepts foucaldiens tend aussi à inscrire le régime soviétique dans le processus général de développement des États modernes dont une des caractéristiques est l’essor des pratiques d’intervention du pouvoir au cœur de la vie des individus (mass politics). Indiquer que l’Etat soviétique n’est pas le seul à demander à ses sujets plus qu’une simple obéissance peut ouvrir des perspectives comparatives intéressantes51, mais risque aussi de faire perdre de vue la spécificité de cette action : « The Soviet system shared an emphasis on its citizens’s sens of self with other modern political systems, but at the same time distinguished itself by the type of self it sought to cultivate. This self was not to be individualistic », prend soin de rappeler David Hoffman52.

  • 53  « Soviet State power was not only repressive, but also productive, in that it created new forms of (...)
  • 54  Sur le sujet non libéral, cf. l’article de Anna Krylova, « The Tenacious Liberal Subject in Soviet (...)
  • 55  Oleg Kharkhordin va encore plus loin, au risque même de choquer, en affirmant que les séances d’au (...)

34La démarche de Jochen Hellbeck a néanmoins le mérite d’attirer notre attention sur l’importance, y compris à la période stalinienne, des processus individuels. La révolution a, au moins dans les premiers temps, libéré une formidable énergie. Le régime n’a pas été seulement oppressif, il a aussi été « productif », dans la mesure où il proposait de nouvelles formes d’identification que les individus acceptaient et intériorisaient53. Le sujet n’est plus uniquement celui qui subit ; il est aussi celui qui agit (agency), au moins en prenant part à la constitution de nouveaux modèles. Le désir de fusionner avec le collectif, d’intégrer les valeurs communistes collectivistes n’aurait pas eu pour résultat une dynamique d’effacement du sujet. Il n’aurait pas diminué le sujet privé, mais au contraire lui aurait permis de se développer en une « subjectivité », non libérale certes, mais « une subjectivité » quand même54, ce dont témoignent les journaux personnels soviétiques, sortes de « laboratoires du moi, investis par l’État », et formes de « colonisation des mondes vécus » (Habermas)55.

  • 56  Cf. en particulier, J. Hellbeck, art. cit. p. 167.

35Aussi, ce qui est mis en évidence sous le nom de « subjectivité soviétique », dans les travaux de Jochen Hellbeck en particulier, ce sont principalement des pratiques de « subjectivation » de la contrainte, d’intériorisation de la domination. Sa démarche rappelle l’importance de textes, considérés comme de la pure propagande et négligés aujourd’hui par certains historiens au profit trop exclusif de voix dissonantes. Mais, paradoxalement, ses conclusions réaffirment la valeur heuristique du paradigme totalitaire, alors que le point de départ de son interrogation sur la « subjectivité soviétique » pouvait faire croire à une volonté de s’en démarquer.56

Conclusion

36Les journaux personnels de la période soviétique représentent un matériau énorme qui demande encore à être répertorié, classifié, édité et commenté. Comme dans beaucoup d’autres domaines, cette masse impressionnante de documents n’est pas de qualité uniforme et renferme beaucoup de scories, mais elle est une des sources incontestables pour qui veut essayer de mieux reconstituer « l’univers d’opinions » des Soviétiques ».

Haut de page

Bibliographie

Soviet Subjectivity : quelques titres

« Analyse des pratiques de subjectivation dans les débuts de la société soviétique », entretiens avec Igal Halfin, Jochen Hellbeck, contributions de Aleksandr Kustarev, David L. Hoffman, Jeremy Smith, Svetlana Boym, Il’ja Gerasimov, Alla Sal’nikova, Dietrich Beyrau, Yasuhiro Matsui, Igal Halfin, Jochen Hellbeck,revue Ab Imperio, Kazan’, 3, 2002, p. 209-418 (en russe et en anglais).

Laura Engelstein et Stephanie Sandler (éds.), Self and Story in Russian History, Ithaca and London, Cornell UP, 2000.

Alexandr Etkind, « Soviet Subjectivity: Torture for the Sake of Salvation? », Kritika, vol. 6, 2005, 1, p. 171-186.

Véronique Garros, Natalia Korenevskaya, Thomas Lahusen (éds.), Intimacy and Terror : Soviet Diaries of the 1930’s, New York, 1995 (contient la traduction en anglais de fragments de journaux personnels, entre autres ceux de A. Arzhilovsky, L. Gornung, S. Podlubny, V. Stavsky …); version allemande: Das Wahre Leben. Tagebücher aus der Stalin-Zeit, Berlin, Rowohlt Berlin, 1998.

Véronique Garros, « L’État en proie au singulier. Journaux personnels et discours autoritaire dans les années 1930 », Jean-Paul Depretto (éd.), Pouvoirs et sociétés en Union Soviétique, Paris, Éd. de l’Atelier, 2002, p. 137-154.

Igal Halfin, From Darkness to Light : Class, Consciousness, and Salvation in Revolutionary Russia, Pittsburgh, Un. of Pittsburgh Press, 2000.

Igal Halfin (éd.), Language and Revolution : Making Modern Political Identities, London, Frank Cass, 2002.

Igal Halfin, Terror in My Soul : Communist Autobiographies on Trial, Cambridge MA- London, Harvard UP, 2003.

Jochen Hellbeck, « Fashioning the Stalinist soul: the diary of Stepan Podlubnyj 1931-39 » in Fitzpatrick Sheila éd., Stalinism : New directions, Londres et New York, 2000 (1ère publication 1996).

Jochen Hellbeck, « Speaking out: Languages of Affirmation and Dissent in Stalinist Russia », Kritika, 1, 2000,1, p. 71-96;

Jochen Hellbeck, « Writing the Self in the Time of Terror: Alexander Afinogenov’s Diary of 1937 », Laura Engelstein et Stephanie Sandler éd., Self and Story in Russian History, Ithaca and London, Cornell UP, 2000, p. 69-93;

Jochen Hellbeck, « Working, Struggling, Becoming: Stalin-Era Autobiographical Texts », TheRussian Review, 60, 2001, 3, p. 340-359 (repris dans B.Studer et al., 2002 et dans D.L.Hoffman, Stalinism. The Essential Readings, 2003);

Jochen Hellbeck, « The Diary between Literature and History: A Historian’s Critical Response », The Russian Review, volume 63, octobre 2004, n° 4, p. 621-629.

Oleg Kharkhordin, The Collective and the Individual in Russia : A Study of Practices, Berkeley, Un. of California Press, 1999.

Irina Paperno, « Personal Accounts of Soviet Experience », Kritika, vol. 3/4, 2002;

Irina Paperno, « What Can Be Done with Diaries? », The Russian Review, volume 63, octobre 2004, n° 4, p. 561-573.

Claude Pennetier, Bernard Pudal (éds.), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Paris, Belin, 2002.

Russian Review (The), « Soviet Subjectivity », vol. 60, 2001, 3, p. 307-359 (contient articles de Éric Naiman, « On Soviet Subjects and the Scholars Who Make Them », p. 307-315; Igal Halfin, « Looking Into the ‘Oppositionists’ Souls: Inquisition Communist Style », p. 316-339 et Jochen Hellbeck, « Working, Struggling, Becoming: Stalin-Era Autobiographical Texts », p. 340-359).

Brigitte Studer, Berthold Unfried, Irène Herrmann (éds.), Parler de soi sous Staline. La construction identitaire dans le communisme des années trente, Paris, MSH, Série Colloquium, 2002.

Brigitte Studer, Heiko Haumann (éds.), Stalinistische Subjekte. Sujets staliniens. Stalinist Subjects, Zürich, Chronos Verlag, 2006.

Haut de page

Notes

1  À titre d’exemple, voir Peter Kenez, The Birth of the Propaganda State: Soviet methods of mass mobilization 1917-1929, Cambridge, Cambridge UP, 1985.

2  Nicolas Werth, « Une source inédite : les svodki de la Tchéka-OGPU », Ières journées d’étude en sciences sociales de l’IRENISE, Revue des études slaves, LXVI, 1994, 1, p. 17-27. Pour des exemples de « svodki », accessibles en français, cf. Nicolas Werth, Gaël Moullec (éds.) , Rapports secrets soviétiques 1921-1991 : la société russe dans les documents confidentiels, Paris, Gallimard, 1994.

3  Elena Zubkova, Poslevoennoe obshchestvo : politika i povsednevnost 1945-1953,M., 1999/2000, p. 13, 222-223 (éd. en anglais : Russia after the War : Hopes, Illusions and Disappointments 1945-1957, New York, 2001). On peut proposer un autre terme pour rendre compte de cette forme particulière « d’opinion », celui de « Eigen-Sinn » (mot à mot : quant à soi, entêtement), terme proposé, à propos des ouvriers allemands de RDA, par l’historien Alf Lüdtke.

4  Cf. liste donnée par Irina Paperno dans « Personal Accounts of the Soviet Experience », Kritika, vol. 3, 2002, 4, p. 579. On appelle « grosse revue » un type de périodique, mensuel en général, apparu au XIXe siècle en Russie et dont la tradition s’est maintenue au XXe et qui, à côté de la publication d’œuvres littéraires originales en plusieurs livraisons successives, comporte également des articles plus politiques, tribunes, discussions sur des sujets de société : Novyj mir (le Monde nouveau) en est pour le XXe l’exemple le plus célèbre.

5  Voir, par exemple, Nina Lougovskaïa, Journal d’une écolière soviétique, Paris, Laffont, 2005.

6  Pour se faire une idée de la variété de ces journaux, voir en priorité Véronique Garros, Natalia Korenevskaya, Thomas Lahusen (éds.), Intimacy and Terror : Soviet Diaries of the 1930’s, New York, 1995. Première présentation de ce projet, Véronique Garros, « Les greffiers de l’incongru. ‘Genre intimiste’ et réalité terroriste », Revue des études slaves,LXVI, 1, 1994, p. 9-15.

7  Voir son dernier ouvrage, Signes de vie : le pacte autobiographique 2, Paris, Seuil, 2005.

8  Belin, 2002. Cf. l’introduction « Un monde biographique nouveau », p. 7-14. Dans ce volume, pour le domaine soviétique, voir les contributions de Véronique Garros, « Voies inouies sous la terreur : les grands procès revisités dans ‘l’intimité diariste’ (URSS 1936-1938) », p. 103-115 et Josette Bouvard, « Une fabrique d’écriture, le projet de Gorki, l’histoire des fabriques et des usines »,1931-1936, p. 63-83.

9  Respectivement, Paris, MSH, Série Colloquium, 2002 et Zürich, Chronos Verlag, 2006.

10  Colloque interdisciplinaire franco-russe CNRS, EHESS, ENS, MSH, compte rendu par Josette Bouvard, dans la Lettre du Centre d’Etudes Slaves, 2004, n° 3, p. 7-8. Un numéro des Cahiers du monde russe est également en préparation. Voir aussi la publication des actes d’un colloque qui s’est tenu à Giessen en janvier 2001, Jochen Hellbeck, Klaus Heller (éds.), Autobiographical practices in Russia. Autobiographische Praktiken in Russland, Göttingen, V and R unipressGmbH, 2004, compte rendu Malte Griesse, CMR, 46/4, 2005, p. 884-889.

11  Objet, en particulier, de blocs thématiques dans des revues telles que The Russian Review, Ab Imperio, Kritika.

12  Définition proposée par Irina Paperno dans « What Can Be Done with Diaries ? », The Russian Review, 63, 2004, 4, p. 562.

13  C’est une banalité de rappeler que le mot « jour » se retrouve dans les termes qui servent à désigner cette pratique dans différentes langues : journal, diary, Tagebuch, dnevnik, etc.

14 . Iouri Tynianov (1894-1943), théoricien formaliste et historien de la littérature, auteur de romans historiques tournant autour d’écrivains russes du début du XIXe siècle. Lidia Guinzburg (1902-1991), son élève, a laissé une œuvre de critique importante ainsi que des carnets et des textes de prose. Elle est l’auteur d’une des premières tentatives, parmi les plus profondes, pour « penser » l’expérience historique de sa génération. La publication de documents intimes pose toujours un problème éthique, d’où la fréquence des coupures dans un certain nombre d’éditions de journaux.

15  La littérature sur la question étant très abondante, on renverra au premier ouvrage sur le sujet qui fait toujours autorité, Béatrice Didier, Le Journal intime, Paris, PUF, 1976.

16  Les journaux des poètes symbolistes, en particulier ceux de Aleksandr Blok, Valeri Brioussov, Viatcheslav Ivanov, Mikhail Kouzmine, constituent, de ce point de vue, de véritables « monuments ».

17  G. TchouLkov, « Vreditel’« , Znamia, 1992, p. 152 (nouvelle entière, p. 129-154).

18  Vladislav Khodassevitch (1886-1939), Kamer-furerski zhurnal, M., Ellis Lak 2000, 2002.

19  Couvre les années 1907-1939, Voprosy istorii (Questions d’histoire), 1995, 9, 10, 11-12 ; 1996, 1, 2, 3, 4, 7, 9, 10 ; 1997, 1, 3, 4, 6, 7, 8, 10, 12.

20  C’est ainsi que la magistrale chronique de la vie littéraire à Moscou et Petrograd pour les années 1917-1922, réalisée sous la direction de A. Galushkin et qui vient de paraître en 2005, s’appuie très souvent sur des journaux personnels, encore inédits.

21  Cette analyse a notamment été faite par Véronique Garros, « Voies inouies sous la terreur : les grands procès revisités dans ‘l’intimité diariste’ (URSS 1936-1938) », art. cit., p. 103,Journal de Frolov, Intimacy and Terror, op. cit., p. 1-67.

22  Après l’édition du journal pour l’année 1934 (G. Morev éd., SPb, Édition I. Limbakha, 1998) et différentes publications séparées, on dispose maintenant de deux volumes, parus, l’un et l’autre, sous la direction de N. Bogomolov et S. V. Shumikhin, également aux éditions de I. Limbakh, 1905-1907, SPb, 2000 et 1908-1915, SPb, 2005.

23  Un des journaux les plus longs, 1901-1969, et un des rares traduits en français, t. 1, Paris, Fayard, 1997, t. 2, 1998.

24  Gueorgui Efron, Dnevniki (Journaux), t. 1 : 1940-1941 ; t. 2 : 1941-1943, M., Vagrius, 2004.

25  Paru, en partie, en plusieurs livraisons successives dans la revue historique russe, Otechestvennaia istoria, 1999-2001.

26  Andrei Platonov, Zapisnye knizhki : materialy k biografii (Carnets : matériaux pour une biographie), M., IMLI RAN Nasledie, 2000 ; Varlam Chalamov Vospominania. Zapisnye knizhki. Perepiska. Sledstvennye dela (Souvenirs. Carnets. Correspondance. Dossier d’instruction), M., Êksmo, 2004.

27  Cf., entre autres, Marina Tsvetaeva, Neizdannoe. Zapisnye knizhki (Inédit. Carnets), publié sousla direction deE. B. Korkina et M. G. Kroutikova, M. ELLIS-Lak, 2000-2001. L’intérêt de ce texte, ajouté à celui d’autres écrits autobiographiques et de la correspondance de Tsvetaeva a suggéré à T. Todorov, le « montage » d’extraits que constitue le livre Marina Tsvetaeva, Vivre dans le feu, Paris, Laffont, 2005.

28  Iouri Olecha, Kniga proshchania, V. Gudkova (éd.), M., 2001. Il existe une traduction française d’un premier essai de reconstitution du « journal » d’Olecha, Pas un jour sans une ligne, Lausanne, L’Âge d’homme, 1995. Autre exemple moins célèbre, mais qui présente des similitudes avec la démarche de Olecha, le journal de Evguéni Shvarts, Åivu bespokojno…Iz dnevnikov , L., Sovetskij pisatel’, 1990.

29  Sur l’origine de la notion, cf. Winfried Schulze (éd.), Ego-dokument : Annäherung an den Menschen in der Geschichte, Berlin, 1996.

30  Voir le monumental travail bibliographique réalisé sous la direction de l’historien Piotr Zaiontchkovski, Istoria dorevoliucionnoi Rossii v dnevnikax i vospominaniax : annotirovanny ukazatel, 5 t., 13 v. M., 1976-1989.

31  V. G. Korolenko, Dnevnik. Pis‘ma 1917-1921 (Journal. Lettres), M., Sovetskij pisatel, 2001.

32  Une partie a été récemment traduite en français, Petrograd an 1919, Interférences, 2003 et Journal sous la terreur, Monaco, Rocher, 2005.

33  Moi zametki (Notes), M., 1997, éd. réalisée par T.Emmons et S.Utekhin. Éd. en anglais : Times of Troubles : The Diary of Iurii Vladimirovich Got’e, Moscou 1917-juillet 1922, Princeton, 1988. Professeur à l’Université de Moscou, Gautier avait transmis son manuscrit (couvre les années 1917-1922) à un collègue américain, le professeur F. Golder (1877-1929), et le journal « dormit » à Stanford jusqu’en 1982 : il n’a donc pas été « retouché ».

34  Voir également pour ces années, comme pour l’ensemble de la période soviétique, Mikhail Prichvine (1873-1954), Dnevniki (Journaux), M., 1990 et Dnevniki 1920-1922, M., 1995.

35  Lydia Tchoukovskaïa, Entretiens avec Anna Akhmatova, Albin Michel, 1980 (trad. Lucile Nivat et Geneviève Leibrich).

36  Gueorgi Tchoulkov (1879-1939), « Otkrovennye mysli », in Pisateli simvolistskogo kruga, SPb, 2003, p. 457-499.

37  Nina Lougovskaïa, Journal d’une écolière soviétique, Paris, Laffont, 2005.

38  Intimacy and Terror, p. 110-165.

39  Ibid ., resp. p. 66-97 (Shirnov) et p. 291-331(Podlubny). Le journal de Shirnov a été analysé par V. Garros dans « L’État en proie au singulier. Journaux personnels et discours autoritaire dans les années 1930 », in Jean-Paul Depretto (éd.), Pouvoirs et sociétés en Union Soviétique, Paris, Éd. de l’Atelier, 2002, p. 137-154.

40  Ibid ., p. 219-245.

41  Qui ne sont pas toujours aussi nettement opposés.

42  Andrea Graciozi, « The New Soviet Archival Sources », Cahiers du monde russe, 40, 1999, 1/2, p. 60.

43  K. Tchoukovski, Journal 1929-1969, Paris, Laffont, 1998, p. 169 : 22/4/1936 : « Hier, au congrès (du Komsomol), j’étais au sixième ou septième rang. Je me retourne et j’aperçois Boris Pasternak. […] Soudain arrivent Kaganovitch, Vorochilov, Andreiev, Jdanov et Staline. Quel tumulte dans la salle ! […] Je me retourne : tout le monde a le regard attendri, amoureux, joyeux, exalté. Le seul fait de le (Staline) voir est pour nous tous un bonheur. […] Pendant ces longues minutes, Pasternak n’a pas cessé de me dire dans le creux de l’oreille tout le bien qu’il pensait de Staline […]. Nous sommes rentrés ensemble, Pasternak et moi, savourant notre joie… »

44  Si, à la période soviétique, le danger encouru est extrême, ce n’est pas néanmoins une nouveauté :Pouchkine a détruit son journal après avoir appris l’insurrection décembriste de 1825.

45  « Le journal intime bolchevique se décline en deux tendances, variant en fonction du public qu’on lui assigne. La première, lointaine cousine de la pratique diariste occidentale, relève d’une initiative individuelle, tandis que la seconde est le fruit d’une commande émanant d’une institution qui en fixe les formes et les thèmes. L’une et l’autre se rejoignent dans un processus commun d’auto-éducation visant à améliorer les capacités bolcheviques de son auteur », Brigitte Studer, Berthold Unfried, Irène Herrmann, (éds.), Parler de soi sous Staline : la construction identitaire dans le communisme des années trente, Paris, MSH, Série Colloquium, 2002, p. 165.

46  On possède quelques ouvrages, en particulier la série des volumes, initiés par l’historien Vl.Drobizhev, Vl.Drobizhev et alii éd., Sovetskoe obshchestvo v vospominaniax i dnevnikax : annotirovannyj ukazatel knig, publikacii v sbornikax i zhurnalax, 4 tomes, M., Kniga, 1987-2000. Cf. également Istoria sovetskogo obshchestva v vospominaniax sovremennikov : annotirovannyj ukazatel memuarnoj literatury, M., 1961 ; chast‘ 2, 1967. Voir également : Literaturnye memuary XX veka, annotirovannyj ukazatel, publications comprises entre 1985 et 1989, 2 vol. , M., 1995. A. Gr. Tartakovskij, Terence Emmons, Oleg Budnickij(éds.), Rossia i rossijskaya emigracia v vospominaniax i dnevnikax. Annotirovannyj ukazatel knig, zhurnalnyx i gazetnyx publikacij, izdannyx za rubezhom v 1917-1991 g., M., ROSSPÊN, 4 tomes parus, 2003-2005.

47  Monas Sidney et Jennifer Greene Krupala (éds.), The Diary of Nikolay Punin 1904-1953, Austin, University of Texas Press, 1999.

48  Pour un aperçu des travaux du courant, voir la bibliographie jointe et les comptes rendus parus dans les Cahiers du monde russe, Malte Griesse sur Hellbeck, 43, 2002, 4 oct.-déc., p. 740-743 ; Nathalie Moine sur Kharkhordin, 43, 2002, 4 oct.-déc., p. 819-821 ; Véronique Garros sur Halfin, 45, 2004, 3/4, juillet-décembre p. 699-702.

49  Extraits en anglais de ce journal dans Intimacy and Terror, op. cit. ; édition partielle en allemand, Jochen Hellbeck (éd.), Tagebuch aus Moskau 1931-1939, Munich, Deutscher Taschenbuchverlag, 1996.

50  Dans la conclusion de l’article « Working, Struggling, Becoming : Stalin-Era Autobiographical texts » , Jochen Hellbeck parle par exemple de « early soviet period 1917-1941 », Parler de soi sous Staline…, op. cit., p. 187.

51  David Hoffmann : « The Soviet system was not unique among moderne political systems in promoting a sens of self among its citizens, no simply obey (monarchy) but participate (modern societies) », « Power, Discourse and Subjectivity in Soviet History », revue Ab Imperio (Kazan), 3, 2002, p. 275.

52  Ibid., p. 275. Pour le débat sur la « modernité » et l’expérience soviétique, voir en particulier le bloc thématique de la revue Kritika, 5, 2004, 4, p. 651-733 (articles de D. Hoffmann, E. Dobrenko, J. Brooks, M. E. Lenoe).

53  « Soviet State power was not only repressive, but also productive, in that it created new forms of self-identification which some people accepted and internalized… The objective of Soviet authorities was to make citizens understand their lives as part of the larger revolutionary project. », David L. Hoffmann, art. cit., p. 273.

54  Sur le sujet non libéral, cf. l’article de Anna Krylova, « The Tenacious Liberal Subject in Soviet Studies », Kritika, I, 2000, 1, p. 119-146.

55  Oleg Kharkhordin va encore plus loin, au risque même de choquer, en affirmant que les séances d’auto-critiques publiques permettaient aux individus de prendre conscience de leur soi.

56  Cf. en particulier, J. Hellbeck, art. cit. p. 167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Depretto, « Les journaux personnels de la période soviétique », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 03 mai 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://framespa.revues.org/68 ; DOI : 10.4000/framespa.68

Haut de page

Auteur

Catherine Depretto

Professeur à l’Université Paris-Sorbonne (Paris 4), UFR de langues slaves

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org