Navigation – Plan du site
Pouvoir

Le genre au prisme de l’archéologie : quelques réflexions autour de la « dame de Vix »

Sandra Péré-Noguès

Résumés

Si la sépulture féminine de Vix (Bourgogne) qui compte parmi les plus importants ensembles funéraires de la fin du 1er âge du Fer a suscité l’intérêt des archéologues, peu ont abordé son analyse par le biais du genre. À la lumière de quelques études récentes, il s’agit de réfléchir à la manière dont pourraient être abordées les relations entre statut social et genre, entre genre et pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Fouillée durant l’hiver 1952-1953 par R. Joffroy et M. Moisson, la tombe fut publiée dès 1954 dans (...)
  • 2  Cl. Rolley (sous la dir. de), La tombe princière de Vix, Paris, Picard, 2003.
  • 3  Pour cette enquête nous avons choisi de retenir quelques publications qui ont traité directement d (...)
  • 4  C. Knüsel, « More Circe than Cassandra : the princess of Vix in ritualized social context », Europ (...)
  • 5  P.-Y. Milcent, « Statut et fonctions d’un personnage féminin hors norme », dans Cl. Rolley (sous l (...)

1Depuis sa découverte au pied du mont Lassois à Châtillon-sur-Seine (Bourgogne), la sépulture féminine de Vix a suscité nombre d’études de la part des archéologues français et étrangers1. Alors qu’en 2003 elle a fait l’objet d’une remarquable et exhaustive publication dont le coordinateur était Claude Rolley2, cette sépulture, qu’il faut sans doute dater de l’extrême fin du VIe siècle avant notre ère, continue à garder bien des secrets. Un bref coup d’œil sur les publications les plus récentes permet de constater que la manière de désigner cette sépulture est restée fluctuante : même si toutes les études lui reconnaissent un statut exceptionnel, on parle selon les cas de la tombe de la « dame »3 de Vix, de la tombe de la « princesse » de Vix4, ou encore de celle d’une « reine »5. Ce léger flottement dépend en réalité des interprétations que les archéologues ont proposées à partir des objets retrouvés dans la tombe. Or ceux-ci entretiennent une certaine confusion qui n’est pas sans relation avec le fait que ce soit une sépulture féminine. De plus, l’absence de sources aussi bien littéraires qu’épigraphiques ajoute à la difficulté d’apprécier correctement cet ensemble funéraire exceptionnel, et les tentatives de comparaison avec d’autres contextes historiques ne sont pas pleinement satisfaisantes. Notre intention n’est pas de proposer une interprétation nouvelle des données, mais plutôt de réfléchir sur la manière dont les archéologues se sont emparés de ce document exceptionnel, et surtout de comprendre comment peuvent être traitées les relations entre genre et statut social, entre genre et pouvoir.

2La sépulture se présentait sous la forme d’un tumulus de 38 mètres de diamètre, couvrant une chambre funéraire d’environ 10 m2. Etendue sur un char à quatre roues, la défunte était parée de somptueux ornements, dont un torque en or, et accompagnée d’un riche mobilier composé de vaisselle métallique et de céramique importée de Grèce et d’Etrurie, à l’exception notable d’une phiale en argent de production locale. La pièce la plus connue – et la plus remarquable – est constituée par un grand cratère en bronze de 1.64 mètres de haut et d’une capacité de 1100 litres. Une grande application a été mise dans la disposition du mobilier ainsi que dans l’aménagement funéraire : ainsi les roues du char ont été démontées, probablement emballées dans des tissus et dressées contre le mur.

Figure 1. Plan de la tombe après les modifications apportées par R. Joffroy

Figure 1. Plan de la tombe après les modifications apportées par R. Joffroy

(Cl. Rolley (s. dir.), La tombe princière de Vix, Paris, Picard, 2003, pl. 33)

  • 6  Voir pour tous ces aspects G. Depierre et H. Duday (resp.), « La défunte », dans Cl. Rolley (sous (...)
  • 7  G. Depierre et H. Duday (resp.), « La défunte », dans Cl. Rolley (sous la dir. de), La tombe princ (...)
  • 8  C. Knüsel, op. cit., p. 298-299. Selon Tacite (Germanie, 8), « [Les Germains] croient qu’il y a ch (...)

3Après plusieurs années d’incertitude, une donnée est aujourd’hui avérée : la sépulture est bien une sépulture féminine, comme en témoignent les analyses ADN réalisées sur les ossements du squelette6. La défunte était d’un âge moyen (entre 30 et 55 ans pour la fourchette la plus large), et elle souffrait de pathologies dont il est toutefois difficile de préciser la date d’apparition7. À l’appui de ces éléments, certains archéologues ont estimé que cette femme présentait une grave déformation faciale et une claudication, ces difformités ajoutant une dimension extraordinaire à la sépulture. C’est l’interprétation qu’a défendue C. Knüsel dans un article au titre sans ambiguïté « More Circe than Cassandra : the princess of Vix in ritualized social context », où il propose de considérer la « princesse » de Vix comme une femme investie d’un pouvoir rituel, comparable à celui que détenaient les « devineresses » de Germanie décrites par Tacite8. Peu d’archéologues ont, à vrai dire, repris cette interprétation dont la faiblesse principale est de reposer sur les anomalies physiques de la défunte, sur une apparence qui pouvait la rendre repoussante, puis d’en tirer argument pour l’investir d’une fonction rituelle, presque chamanique.

  • 9  Selon P.-Y. Milcent (op. cit., p. 324-325), la position du tumulus à l’extrémité nord-est de la né (...)

4Si le problème du sexe biologique est définitivement réglé, des questions continuent toutefois à se poser sur son statut et sa place dans la communauté. Le fait que la défunte a été inhumée au centre d’un grand tumulus lui confère un statut social élevé, tout comme la position particulière du tumulus dans la nécropole9. Cette idée de prééminence sociale est aussi renforcée par certaines caractéristiques du mobilier retrouvé : l’accumulation importante d’objets, leur provenance – parfois lointaine – qui témoigne de relations à longue distance, ainsi que leur valeur intrinsèque. À ce propos, on peut s’interroger sur la signification d’un tel enfouissement de richesses, car tout un patrimoine était par cet acte définitivement immobilisé, et retiré des biens en circulation, selon des choix qui nous échappent. Par ailleurs, cet acte pouvait aussi modifier le statut symbolique des objets enfouis. Se pose donc toute une série de questions qui nous éloignent de notre problématique, mais qu’il serait aussi nécessaire d’aborder.

  • 10  B. Arnold, op. cit., p. 165. À l’inverse, elle note que les armes sont toujours présentes dans les (...)
  • 11  Voir B. Chaume, « Essai sur l’évolution de la structure sociale hallstattienne », dans H.-L. Ferno (...)

5Parmi les objets retrouvés, certains d’entre eux appartiennent clairement à la sphère féminine comme les parures, mais d’autres sèment le trouble dans la répartition qui est traditionnellement faite entre masculin et féminin. Il en est ainsi du torque en or, dont la qualité artistique est incontestable. Selon Bettina Arnold, qui est la seule à avoir envisagé l’étude de cette sépulture par le biais du genre, ce torque n’est justement pas à considérer comme un marqueur de genre, mais plutôt comme un marqueur de statut10. Elle parvient à cette hypothèse en replaçant la sépulture dans le contexte de la période qui a précédé les premières migrations celtiques, soit à l’ultime fin du VIe siècle. Selon l’auteure, l’éloignement des hommes, notamment de l’élite politique et guerrière de la communauté, aurait amené des femmes de haut rang à assumer des responsabilités qui étaient, jusqu’alors, réservées aux hommes. Cette situation que les chercheurs anglo-saxons désignent sous le nom de « honorary males » serait symptomatique de sociétés essentiellement « patriarcales » où le statut social de la femme resterait inférieur à celui de l’homme, sauf dans des circonstances très particulières. Point crucial de son étude : cette situation ne permettrait donc pas de déterminer quel était en temps normal le statut social des femmes de la communauté11.

  • 12  P.-Y. Milcent, Le premier âge du Fer en France centrale, Paris, Mémoire XXXIV de la Société Préhis (...)
  • 13  P.-Y. Milcent, op. cit., p. 200.
  • 14  P.-Y. Milcent, op. cit., p. 201.
  • 15  Il reprend cette hypothèse dans la publication sur Vix : voir infra.

6C’est à une autre hypothèse qu’aboutit l’analyse menée par Pierre-Yves Milcent dans sa thèse de doctorat12. En effet, l’étude des sépultures féminines, découvertes dans le centre de la France et datées entre le milieu du VIIe siècle et la fin du VIe siècle, montre selon lui « le retour à une « lisibilité » archéologique des femmes »13 : d’une part on note un mobilier plus riche et original, ce qui laisse supposer des réseaux d’échanges à longue distance ; d’autre part, certaines sépultures féminines semblent avoir une place privilégiée – peut-être d’ancêtres fondateurs – dans l’organisation des nécropoles. Si les parures peuvent être considérées comme des « marqueurs identitaires et culturels »14, elles témoignent du rôle joué par les femmes dans les échanges diplomatiques et intercommunautaires, notamment à travers des formes d’alliances exogamiques qui auraient donné naissance à de nouveaux lignages et laissé place à un système matrilinéaire15. Si la femme pouvait avoir un rôle en tant qu’épouse et mère dans la transmission des biens et par voie de conséquence dans la transmission du pouvoir, cela ne saurait pourtant préjuger d’une évolution aussi profonde dans les statuts sociaux et les rapports entre hommes et femmes au sein de la communauté. Quant à la dimension identitaire des sépultures, la piste mériterait effectivement réflexion car elle renforce la spécificité de cette documentation en dépassant le simple constat d’un mobilier genré.

Figure 2. Le torque en or

Figure 2. Le torque en or

(Cl. Rolley (s. dir.), La tombe princière de Vix, Paris, Picard, 2003, pl. 13).

  • 16  P.-Y. Milcent, « Statut et fonctions d’un personnage féminin hors norme », dans Cl. Rolley (sous l (...)
  • 17  Sur l’état endommagé des mains, notamment la disparition des objets qu’elles devaient tenir, et la (...)

7Si le torque en or est un élément du mobilier qui a retenu l’attention, d’autres objets ont suscité et suscitent encore de nombreux débats parmi les archéologues. Dans son étude intitulée « Statut et fonctions d’un personnage féminin hors norme », Pierre-Yves Milcent essaie d’examiner les objets et leur mise en scène à l’intérieur de la sépulture, s’obligeant ainsi à un double niveau de lecture entre une image « réelle » du statut de la défunte et une image « revendiquée », élaborée selon des codes spécifiques. Il passe en revue l’ensemble du mobilier en distinguant trois catégories : la vaisselle, le char et tout ce qui relève du traitement du corps de la défunte, notamment le costume funèbre. Concernant le costume et les « effets personnels » de la défunte, la plupart des objets (parures annulaires, fibules…) sont « représentatif[s] des costumes de l’aristocratie féminine de la Gaule du centre-est et de l’est à la fin du premier Age du Fer »16. Il relève toutefois la singularité des perles d’ambre et de roches dures déposées sur le corps : si elles constituaient un collier, elles pourraient indiquer que la défunte était mariée. Deux autres objets sont également examinés de près : la coupe attique à figures noires de type Droop et le cratère. Sur la coupe figurent en effet des scènes de combats entre hoplites et amazones, et sur le cratère une statuette de femme voilée dont les mains portaient les objets nécessaires à la libation17. Or ces deux objets, une remarquable phiale en argent et une œnochoé étrusque en bronze, étaient déposés à proximité sur le cratère. L’association n’est guère douteuse entre les objets perdus de la statuette et leur équivalent grandeur nature. Le décor du char sur lequel gisait la défunte se rattacherait également à l’univers religieux de ces sociétés, univers mâtiné d’influences orientales et grecques. Quant au torque d’or et au « fouet », ils laisseraient supposer des prérogatives politiques, peut-être militaires si l’on tient compte de l’imagerie guerrière présente sur la coupe et le cratère.

  • 18  P.-Y. Milcent, op. cit., p. 326.

8Si cette sépulture reste « l’ensemble funéraire le plus fastueux » qui soit aujourd’hui connu en Gaule, Pierre-Yves Milcent souligne aussi le fait qu’il ne s’agit pas d’un unicum dans le contexte des pratiques funéraires hallstattiennes. Toutefois cet ensemble renvoie l’image d’une femme qui devait jouir de pouvoirs religieux et régaliens, ce qui conduirait à l’identifier à une « reine » plutôt qu’à « l’épouse d’un hypothétique prince »18. Notons au passage qu’il est le seul archéologue à pousser le raisonnement à son terme en considérant cette sépulture comme celle d’une reine.

  • 19  S. Verger, « Qui était la princesse de Vix ? Propositions pour une interprétation historique », da (...)
  • 20  S. Houby-Nielsen, « Grave gifts, women, and conventional values in Hellenistic Athens », dans P. B (...)
  • 21  F. de Polignac, « Sexe et genre dans les rites funéraires grecs : quelques aperçus », dans L. Bara (...)

9Dans deux études récentes qu’il a consacrées au sujet, Stéphane Verger19 a concentré lui aussi son attention sur les cinq objets qui en constituent à ses yeux un ensemble cohérent : le cratère, la coupe à boire historiée, le grand bassin, le torque en or (sans oublier qu’il y a aussi un torque en bronze) et la phiale. Il prend pour point de départ le fait que cet ensemble est en décalage avec les objets qui accompagnent la défunte (parures, char, vases métalliques…), puisque deux ou trois décennies sépareraient les deux ensembles. L’idée sous-jacente est de considérer que ces objets plus anciens n’étaient pas destinés à la défunte en question, mais à une femme de la génération précédente. Pour le démontrer, il élargit le champ de son enquête à d’autres sépultures de la région, mais surtout à la découverte d’un enclos voisin, peut-être un sanctuaire ou une tombe violée, qui a livré deux statues, probablement un couple d’ancêtres. Son étude pointe avec raison la question de la transmission des objets, mais sans régler toutefois le problème de leur durée d’usage, ni de leur valeur symbolique. Si ce mobilier témoigne certainement de pratiques liées à des formes d’héritage, cela peut aussi impliquer que sa présence dans cette sépulture et non dans une autre ne soit pas fortuite, mais bien au contraire destinée à cette défunte. Par ailleurs, le parallèle qu’il établit avec la fameuse peinture de la tombe de la Chasse et de la Pêche de Tarquinia, où est représenté un couple richement paré en train de banqueter, nous semble à double tranchant. Outre les différences qui existaient entre les deux contextes culturels, des études ont montré qu’il y avait souvent une distorsion dans la confrontation qui peut être faite entre données funéraires et représentations iconographiques, le « langage » des offrandes funéraires variant sensiblement par rapport à celui véhiculé par les vases ou les bas-reliefs. L’exemple de la déposition de miroirs et de strigiles dans des tombes athéniennes aussi bien féminines que masculines à partir de l’ultime fin du Vsiècle en est un bon exemple, puisqu’il s’expliquerait par la définition de nouvelles valeurs culturelles et sociales liées à un mode de vie urbain, où la différenciation entre hommes et femmes tendrait à s’estomper20. Rappelons aussi les réflexions émises par François de Polignac à propos de la polysémie des objets funéraires, polysémie qui est d’autant plus complexe si l’on prend en compte leur valeur symbolique dans le monde des vivants21. Le problème principal que pose l’approche de S. Verger est finalement de faire passer au second plan l’individu et sa place dans la société des vivants. En d’autres termes, plus l’analyse essaie de recontextualiser les objets, plus elle s’éloigne de la défunte et tend à relativiser les rapports qu’elle entretenait avec sa famille et sa communauté.

  • 22  B. Arnold, op. cit., p. 153-154 : elle articule effectivement le concept de genre avec une grille (...)
  • 23  M. Cuozzo, Reinventando la tradizione. Immaginario sociale, ideologie e rappresentazione nelle nec (...)
  • 24  Voir récemment M. Cuozzo, « Interpretazione delle necropoli e questioni di genere nell’archeologia (...)

10La sépulture de la « dame » de Vix illustre donc toutes les difficultés à penser genre, statut social et pouvoir à partir des seules données archéologiques. À l’exception de B. Arnold, qui essaie d’articuler les données de la sépulture avec une catégorisation très pointue du concept de genre22, peu d’études ont utilisé cet outil heuristique pour aborder ce dossier. Or, d’autres cas assez comparables à celui de Vix peuvent servir à élaborer une grille de lecture plus efficiente. Le remarquable travail accompli par M. Cuozzo23 sur la nécropole orientale de Pontecagnano en Campanie, plus particulièrement sur la tombe 2465, qui est aussi une tombe « princière » et féminine, peut fournir un modèle pertinent sur le plan méthodologique. Dans l’ensemble de cette nécropole, elle relève deux types de différenciations identitaires, l’une liée au genre et l’autre au statut social. En effet elle observe que la dialectique féminin/masculin semble être bien marquée quel que soit le statut social : les armes sont exclusivement dans les tombes masculines ; de la même manière les objets liés à la sphère domestique (filage, tissage) sont exclusivement dans les tombes féminines. Pour les tombes princières, s’ajoutent des marqueurs de statut social, dont la majorité est liée au sacré et aux croyances religieuses24.

  • 25  Cuozzo, op. cit., p. 231.
  • 26  Cuozzo, op. cit., p. 26. Sur l’emprunt au monde masculin et divin, voir les observations assez com (...)

11Dans le cas de la tombe 2465, où les marqueurs de genre et de statut social sont parfaitement identifiés, la défunte apparaît non seulement comme garante de la « continuité de la famille, du groupe, du foyer », mais aussi investie d’un pouvoir (peut-être politique) et de prérogatives religieuses25. L’image du féminin telle qu’elle est perçue à travers cette tombe emprunte donc à des symboles masculins et à des « codes iconographiques » attachés à la sphère divine selon des processus d’appropriation complexes, mais observables dans d’autres contextes26. Comme pour la sépulture de Vix, l’exemple de la tombe 2465 de Pontecagnano s’inscrit aussi dans une phase de discontinuité entre le premier Age du Fer et la période orientalisante, phase qui favorisa l’émergence de nouveaux symboles et de nouveaux comportements au sein de l’élite communautaire. Elle aurait pu donner lieu à une renégociation des rapports de force intracommunautaires, mais aussi à une redéfinition des relations entre masculin et féminin, en laissant temporairement une place plus importante aux femmes à l’intérieur de la famille mais aussi au cœur de la communauté. L’intérêt de la démarche de M. Cuozzo est de pointer ce qui relève effectivement de la sphère féminine, par conséquent d’une différenciation par le genre, des autres attributs qui sont eux plutôt associés à l’âge et au statut social. L’archéologue italienne introduit également une gradation de l’individu jusqu’à la communauté qui s’avère tout à fait pertinente dans l’analyse des objets.

  • 27  Il est à noter que les torques en bronze sont fréquents dans les tombes de femmes de cette période (...)

12Mis en résonance avec d’autres critères, le genre permet finalement de donner une image non pas figée, mais dynamique des élites de la communauté de Pontecagnano, et, dans le cas de la tombe de Vix, l’utilisation d’une telle grille de lecture pourrait à notre sens apporter un autre éclairage. En effet, le caractère exceptionnel de cette sépulture a incontestablement brouillé beaucoup de pistes, et – parfois – fait délaisser la principale dimension de cette tombe, à savoir celle d’une femme. Certes, toutes les études font le constat d’une forte association entre la défunte et le monde religieux, constat sans surprise dans la mesure où les femmes sont traditionnellement liées à la sphère religieuse dans les sociétés anciennes. Quant à la présence du torque en or, symbole de pouvoir, s’il a fait l’objet de plusieurs interprétations, il semble rester le témoignage précieux d’un emprunt à la sphère publique masculine, probablement réadapté à un contexte spécifique27. Dès lors, beaucoup de questions subsistent sur sa fonction et sa symbolique : peut-il être considéré comme un marqueur d’autorité ? Ou s’agit-il plutôt d’un marqueur de légitimité familiale ou lignagère ? On peut raisonnablement supposer, comme pour d’autres objets de la sépulture, que les choix, qui ont prévalu dans la constitution du mobilier funéraire, obéissaient à des stratégies particulières de la part de la famille, du lignage, voire de la communauté. Mais il faudrait à notre avis revenir à la défunte elle-même et accorder davantage d’attention à son âge, ainsi qu’à son statut au sein du foyer. Il est très probable, comme le suggère Pierre-Yves Milcent, qu’elle fût une épouse, même si les éléments qui pourraient faire référence à la sphère domestique sont rares. Introduire ce type de questionnement permettrait en tout cas de jeter un nouveau regard sur la sépulture féminine de Vix dans son ensemble, et donnerait aussi l’opportunité de réfléchir, par le biais du genre, aux liens entre objets, symboles et valeurs, mais aussi aux représentations et aux pratiques. Le genre peut en effet stimuler à la fois des rapprochements méthodologiques et des approches qui replacent des contextes funéraires spécifiques dans une dynamique sociale qui est toujours difficile à apprécier à partir du matériel archéologique. Notre propos n’est pas d’apporter une énième interprétation à la sépulture, mais de contribuer à un renouvellement de l’approche qui soit le plus possible libérée d’a priori. Le chemin reste donc à tracer.

Haut de page

Notes

1  Fouillée durant l’hiver 1952-1953 par R. Joffroy et M. Moisson, la tombe fut publiée dès 1954 dans les Monuments Piot, étude qui reste encore une référence : R. Joffroy, « Le trésor de Vix (Côte d’Or) », Monuments Piot, 1954, 48, 1. Sur le contexte de la découverte de la tombe de Vix, voir l’excellente mise au point de Cl. Rolley, « La tombe », dans Cl. Rolley (sous la dir. de), La tombe princière de Vix Paris, Picard, 2003, p. 11-20.

2  Cl. Rolley (sous la dir. de), La tombe princière de Vix, Paris, Picard, 2003.

3  Pour cette enquête nous avons choisi de retenir quelques publications qui ont traité directement du cas en question. Pour le qualificatif de « dame », voir : B. Arnold, « "Honorary males" or women of substance ? Gender, status, and power in Iron-Age Europe », Journal of European Archaeology, 1995, 3, 2, p. 153-168 et S. Verger, « La Dame de Vix : une défunte à personnalité multiple », dans J. Guilaine (sous la dir. de), Sépultures et sociétés : du Néolithique à l’Histoire, Paris, Editions Errance, 2009, p. 285-309.

4  C. Knüsel, « More Circe than Cassandra : the princess of Vix in ritualized social context », European Journal of Archaeology, 2002, 5, 3, p. 275-308 ; S. Verger, « Qui était la princesse de Vix ? Propositions pour une interprétation historique », dans M. Cébeillac-Gervasoni et L. Lamoine (eds), Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Rome-Clermont-Ferrand, 2003, p. 583-625.

5  P.-Y. Milcent, « Statut et fonctions d’un personnage féminin hors norme », dans Cl. Rolley (sous la dir. de), La tombe princière de Vix, Paris, Picard, 2003, p. 312-366.

6  Voir pour tous ces aspects G. Depierre et H. Duday (resp.), « La défunte », dans Cl. Rolley (sous la dir.), La tombe princière de Vix, Paris, Picard, 2003, p. 29-56. Il est à signaler que des archéologues, notamment L. Pauli, avaient considéré par défaut que cette sépulture était masculine compte tenu de la présence du torque. Les données fournies par l’ADN ont aujourd’hui levé les derniers doutes.

7  G. Depierre et H. Duday (resp.), « La défunte », dans Cl. Rolley (sous la dir. de), La tombe princière de Vix, Paris, Picard, 2003, p. 47.

8  C. Knüsel, op. cit., p. 298-299. Selon Tacite (Germanie, 8), « [Les Germains] croient qu’il y a chez elles quelque chose de sacré et de prophétique ; aussi ne dédaignent-ils pas leurs conseils et ne négligent-ils pas leurs oracles ».

9  Selon P.-Y. Milcent (op. cit., p. 324-325), la position du tumulus à l’extrémité nord-est de la nécropole et ses relations avec d’autres témoignages archéologiques de cette zone attesteraient d’une « continuité constitutive des lignages aristocratiques ». La défunte appartiendrait donc à une « famille » prestigieuse et puissante de la communauté.

10  B. Arnold, op. cit., p. 165. À l’inverse, elle note que les armes sont toujours présentes dans les tombes masculines, ce qui déterminerait leur rôle de marqueur de genre.

11  Voir B. Chaume, « Essai sur l’évolution de la structure sociale hallstattienne », dans H.-L. Fernoux et C. Stein (sous la. dir.), Aristocratie antique. Modèles et exemplarité sociale, Dijon, 2007, p. 25-55, notamment p. 50. Si Bruno Chaume suit en partie l’hypothèse proposée par B. Arnold, plus particulièrement l’idée d’« honorary males », il préfère voir dans les riches sépultures féminines de la fin du premier âge du Fer, le signe d’une évolution sociale liée à des changements dans les mécanismes de transmission du pouvoir. Pour étayer son argumentation, l’archéologue rapproche cette situation de celle qui a été observée dans la France carolingienne du IXsiècle, mais cela n’est pas sans poser de problème compte tenu de l’absence d’autres sources.

12  P.-Y. Milcent, Le premier âge du Fer en France centrale, Paris, Mémoire XXXIV de la Société Préhistorique Française, 2004, p. 197-211.

13  P.-Y. Milcent, op. cit., p. 200.

14  P.-Y. Milcent, op. cit., p. 201.

15  Il reprend cette hypothèse dans la publication sur Vix : voir infra.

16  P.-Y. Milcent, « Statut et fonctions d’un personnage féminin hors norme », dans Cl. Rolley (sous la dir.), La tombe princière de Vix, Paris, Picard, 2003, p. 316.

17  Sur l’état endommagé des mains, notamment la disparition des objets qu’elles devaient tenir, et la restitution possible, Cl. Rolley, op.cit., p. 88-90.

18  P.-Y. Milcent, op. cit., p. 326.

19  S. Verger, « Qui était la princesse de Vix ? Propositions pour une interprétation historique », dans M. Cébeillac-Gervasoni et L. Lamoine (eds), Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain Rome-Clermont-Ferrand, 2003, p. 583-625 ; « La Dame de Vix : une défunte à personnalité multiple », dans J. Guilaine (sous la dir. de) Sépultures et sociétés : du Néolithique à l’Histoire, Paris, Editions Errance, 2009, p. 285-309.

20  S. Houby-Nielsen, « Grave gifts, women, and conventional values in Hellenistic Athens », dans P. Bilde, et alii, Conventional Values of the Hellenistic Greeks, Aarhus, 1997, p. 220-262, en particulier p. 241-247.

21  F. de Polignac, « Sexe et genre dans les rites funéraires grecs : quelques aperçus », dans L. Baray et A. Testard (sous la dir. de), Pratiques funéraires et sociétés (colloque de Sens, juin 2003) Dijon, 2007, p. 349-356, en particulier p. 352.

22  B. Arnold, op. cit., p. 153-154 : elle articule effectivement le concept de genre avec une grille d’analyse largement empruntée à l’anthropologie.

23  M. Cuozzo, Reinventando la tradizione. Immaginario sociale, ideologie e rappresentazione nelle necropoli orientalizzanti di Pontecagnano, Paestum, 2003. Sur cette étude : P. Schmitt-Pantel, Aithra et Pandora. Femmes, Genre et Cité dans la Grèce antique, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 105-107.

24  Voir récemment M. Cuozzo, « Interpretazione delle necropoli e questioni di genere nell’archeologia italiana : il caso di Pontecagnano », dans L. Prados Torreira et Cl. Riuz López (eds), Arqueología del género. 1er Encuentro Internacional en la UAM, 2008, p. 105-138, plus particulièrement p. 110 : un tableau synthétique permet de se rendre compte des principaux marqueurs de genre et de statuts entre femmes. Ainsi les marqueurs de statut social correspondent pour l’élite féminine à la présence de vaisselle métallique, d’ustensiles de sacrifice ou liés au foyer domestique (couteau, hache, broches, chenets), d’ornements et d’un char funèbre. Ce sont les mêmes marqueurs de différenciation pour les hommes.

25  Cuozzo, op. cit., p. 231.

26  Cuozzo, op. cit., p. 26. Sur l’emprunt au monde masculin et divin, voir les observations assez comparables de M. Diaz-Andreu (« Género y arqueología : una nueva síntesis », dans M. Sánchez Romero (ed.), Arqueología y género, Grenade, 2005, p. 13-51, surtout p. 32-35) pour la nécropole ibérique de Baza (Grenade).

27  Il est à noter que les torques en bronze sont fréquents dans les tombes de femmes de cette période, alors que les torques en or sont un peu plus rares. L’originalité de la sépulture de Vix est d’ailleurs l’association entre torque en bronze et torque en or : A. Haffner, « Le torque. Type et fonction », dans Cl. Rolley (sous la dir. de), La tombe princière de Vix, Paris, Picard, 2003, p. 179-188.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Plan de la tombe après les modifications apportées par R. Joffroy
Légende (Cl. Rolley (s. dir.), La tombe princière de Vix, Paris, Picard, 2003, pl. 33)
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2. Le torque en or
Légende (Cl. Rolley (s. dir.), La tombe princière de Vix, Paris, Picard, 2003, pl. 13).
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/660/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Péré-Noguès, « Le genre au prisme de l’archéologie : quelques réflexions autour de la « dame de Vix » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 04 avril 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://framespa.revues.org/660 ; DOI : 10.4000/framespa.660

Haut de page

Auteur

Sandra Péré-Noguès

Sandra Péré-Noguès, maître de conférences en histoire ancienne à l’Université de Toulouse II-Le Mirail, est membre de l’équipe TRACES (Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés- UMR 5608). Spécialiste du monde grec colonial d’Occident et de ses marges, ses recherches portent sur l’histoire politique et culturelle de la Sicile, mais aussi sur le problème du genre et de l’identité dans les sociétés anciennes. Enfin elle s’intéresse également à l’histoire et l’historiographie des Celtes.
perenog@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org