Navigation – Plan du site
Travail

Les femmes, le socialisme et l’organisation du travail : Oyonnax (Ain) 1890-19391

Charles Sowerwine

Résumés

Cette étude traite des efforts des socialistes oyonnaxiens pour changer les mentalités dans leur petite ville dans l’Ain, une communauté de petite industrie reposant sur des entreprises familiales, forteresse ouvrière entre les deux guerres. Les leaders du mouvement socialiste cherchent à réduire l’ambiance masculine du parti et de la Maison du Peuple. Leur succès, quoique relatif, suggère que les structures d’industrie familiale et artisanale peuvent aussi bien donner lieu à des progrès vers l’égalité des sexes que l’industrie à grande échelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Traduction française de Michelle Giboire. La recherche pour le projet dont cet article fait partie (...)
  • 2 Jacques Rancière, La nuit des prolétaires, Paris, 1981.

1Il a été supposé généralement que la modernisation économique amenait le développement de la grande industrie et dans ce contexte finissait tôt ou tard par l’acceptation de l’égalité des femmes. Mais la modernisation n’a pas nécessairement signifié le développement de la grande industrie, comme l’a montré Jacques Rancière2. Comment évoluèrent les attitudes à l’égard des femmes lorsque des formes antérieures d’organisation du travail étaient conservées ? Les entreprises familiales produisaient-elles nécessairement des attitudes proudhoniennes, marquées à cet égard de misogynie ?

2Cette étude traite des efforts des socialistes pour changer les mentalités dans la petite ville d’Oyonnax dans l’Ain. Oyonnax était et est encore une communauté industrielle reposant sur les entreprises familiales, ce qui ne signifiait pas cependant qu’elle restait attachée au socialisme proudhonien. Entre les deux guerres, Oyonnax devint une forteresse ouvrière, une ville rouge. Les bases de cette transformation furent posées avant la Grande Guerre. Les leaders du mouvement socialiste s’efforcèrent, de façon concertée, de transformer la culture de leur mouvement, en réduisant son ambiance masculine, pour l’amener à plus de conformité avec les valeurs associées à la féminité. Attirer les femmes pour développer le socialisme et les organisations qui en dépendaient signifiait changer les hommes, ou du moins changer leur façon de se conduire en politique, principalement en étendant le sens même de socialisme qui, d’un club masculin dont les réunions se tenaient dans l’arrière-salle d’un débit de boissons, se transforma en un ensemble de groupes de type « familial » réunis autour de la Maison du peuple.

1. La naissance du socialisme à Oyonnax

  • 3 Pierre-Joseph Proudhon, Système des contradictions économiques ou Philosophie de la Misère (2 vols (...)

3Le socialisme français est l’héritier d’une solide tradition de socialisme masculin, issu au milieu du dix-neuvième siècle des cendres du socialisme utopique. Du point de vue idéologique, le socialisme de P. -J. Proudhon (1809-1865) fut l’expression la plus populaire de ce socialisme, que l’on peut définir comme « artisanal ». L’idéal de Proudhon était le petit fermier ou artisan vivant et travaillant dans sa maison, avec sa femme et ses enfants. Reflétant ce monde, Proudhon cherchait à maintenir la supériorité de l’homme par l’accès exclusif aux techniques de l’industrie. Les propos de Proudhon affirmant la femme doit être « courtisane ou ménagère ..., je n’y vois pas de milieu » reflètent son idéal du foyer du paysan et de l’artisan en tant qu’unités de base de la société3.

  • 4 Christine Fauré, Les déclarations des droits de l’homme de 1789, Paris, Payot, 1988 ; idem, La démo (...)

4Ce discours masculiniste est lié au masculinisme du républicanisme. Geneviève Fraisse et d’autres chercheurs ont fait remarquer que la formulation philosophique de l’égalité au dix-huitième siècle était fondée sur l’exclusion des femmes, impliquant de ce fait la transition d’une société reposant sur la soumission au roi (tous sont les enfants du roi) à une société reposant sur l’égalité des citoyens (tous les hommes sont frères) ; donc le citoyen était compris non pas comme un individu dans l’abstrait, mais comme une personne physique masculine. De ce point de vue, la soumission des femmes dans les ouvrages des philosophes, et leur exclusion formelle du nouveau régime, n’étaient pas accidentelles, mais intrinsèques et essentielles à sa construction. Pour construire la sphère publique, on avait construit par opposition la sphère privée, la première étant masculine, la seconde féminine. De même, le citoyen avait été construit comme un individu physiquement masculin. Le pouvoir politique et l’espace public avaient donc été dévolus aux hommes ; il s’était crée une fraternité, un lien masculin parmi les bourgeois et, ultérieurement, les artisans de sexe masculin4.

  • 5 Voir Maurice Agulhon, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Second (...)

5Au fur et à mesure que l’égalité formelle entre les hommes se réalisait et s’étendait au cours du dix-neuvième siècle, un sentiment idéalisé de cette fraternité devint partie intégrante de la personne de l’artisan père de famille et de ceux qui s’identifiaient à lui. Les idées de Proudhon n’étaient cependant qu’une manifestation de ce lien masculin. La franc-maçonnerie, la sociabilité masculine dans le sud de la France, les groupes d’aide mutuelle, les sociétés secrètes républicaines et les groupes quasi-politiques étaient d’autres manifestations de ce genre5.

  • 6 La franc-maçonnerie ne réussit pas à se séparer entièrement des femmes. La pionnière féministe Mari (...)

6La franc-maçonnerie était liée directement à la politique républicaine et socialiste au niveau national et sa politique d’exclusion des femmes correspondait à la conception du citoyen comme masculin6. La franc-maçonnerie était directement liée à la création d’un groupe socialiste à Oyonnax, lui-même descendant du groupe socialiste de Saint-Claude (Jura), petite ville artisanale, dominée par les artisans pipiers, située dans les montagnes, à 22 kilomètres au nord d’Oyonnax et, depuis 1889, à moins d’une heure par le train.

  • 7 Colin et Ponard au Grand Orient, 15 février 1893, Archives du Grand Orient (Paris), dossier St.-Cla (...)
  • 8 Sur cet incident, voir Charles Sowerwine, « That German Jew : Anti-Semitism and the Politics of Dif (...)

7Le socialisme à Saint-Claude résultait directement de la scission de sa Loge maçonnique. En 1893, après un an de désaccord aigu, la majorité de la Loge arriva à la conclusion que « partout les Loges sont divisées en deux camps. Les jouisseurs, les exploiteurs d’un côté : Les travailleurs, les exploités de l’autre » [sic]. Les membres procédèrent à la dissolution de la Loge et se constituèrent en Fédération cantonale des Groupes démocratiques et Comités républicains socialistes. « Les fr[ères] se sépar[ère]nt au cri de vive la République Sociale »7. À la tête des francs-maçons dissidents se trouvait un jeune ouvrier pipier, Henri Ponard, qui devint rapidement le leader du socialisme à Saint-Claude. Les socialistes de Saint-Claude créèrent un hebdomadaire qui, l’année suivante, fut divisé en deux pour donner naissance à l’hebdomadaire socialiste d’Oyonnax, L’Éclaireur de l’Ain8.

  • 9 Le Montagnard, 9 décembre 1894, p. 3.

8À la fin de 1894, les socialistes de Saint-Claude aidèrent les habitants d’Oyonnax à organiser leur propre groupe socialiste, La Solidarité ouvrière, dont la première manifestation fut un magnifique banquet de plus de 100 convives, tous des hommes apparemment9. Le socialisme créé à Oyonnax doit ainsi son origine à la sociabilité masculine de la franc-maçonnerie et perpétua une sociabilité similaire.

9Les valeurs de ce socialisme convenaient aux hommes qui étaient, ou aspiraient à être, des chefs de famille et de l’atelier familial. Malgré son républicanisme et son langage de classe, le socialisme oyonnaxien gardait dans son discours comme dans sa pratique les traces profondes des théories patriarcales. La ressemblance persistait avec le socialisme de Proudhon et les autres types de socialisme artisanal, qui prônait la petite entreprise familiale indépendante comme base sociale et économique de la société.

  • 10 Cf. Charles Sowerwine (préface de Madeleine Reberioux), Les femmes & le socialisme : un siècle d’hi (...)
  • 11 Ces interviews ont été conduites en 1977 pour le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier fra (...)

10Les socialistes se réunissaient généralement dans l’arrière-salle enfumée des cafés et des tavernes, ce qui décourageait sûrement les femmes10. Dans les années 1890, c’était aussi vrai d’Oyonnax que de Paris, mais la façon dont fonctionnaient les familles d’Oyonnax en tant qu’unités économiques signifiait cependant que les décisions politiques étaient liées au consensus familial et n’étaient point un domaine réservé aux hommes. Dans des interviews approfondies auprès des militants de l’entre-deux-guerres pour le Dictionnaire Maitron, j’ai constaté que ceux-ci incluaient automatiquement leur femme dans les interviews ou justifiaient leur absence11. Les couples semblaient étroitement liés et impliqués dans le travail et la politique. En général, c’était le mari qui parlait le plus, mais la femme participait par ses encouragements, interjections et hochements de tête.

  • 12 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les femmes, le travail et la famille (trad. par Monique Lebailly) (...)

11Cela m’amena à me demander si le type de domination masculine que nous trouvons dans l’idéologie de Proudhon s’appliquait aux ateliers familiaux et par conséquent aux entreprises familiales structurées selon les principes du modèle d’économie familiale de Tilly et Scott12. À Oyonnax, ces ateliers familiaux constituaient la base de la société. La communauté lutta avec succès pour empêcher l’industrialisation capitaliste à grande échelle et pour protéger son réseau d’entreprises familiales par des règles de conduite, informelles mais largement acceptées, qui permettaient un équilibre entre concurrence et communauté, empêchant les commerçants et les entreprises plus importantes de tirer les salaires vers le bas et de prolétariser les ateliers familiaux. Le succès de ce système reposait sur les femmes, gardiennes de la moralité et chargées de la transmission des valeurs. Les socialistes se présentaient comme garants de cette structure, ce qui nécessitait le soutien des femmes. Les socialistes durent passer du rôle ancien de protecteurs de la lutte des classes au nouveau rôle de protecteurs de la communauté ; le large soutien de la communauté – y compris les femmes - était nécessaire pour que les socialistes soient acceptés dans ce rôle.

  • 13 Raymond Jonas, Industry and politics in rural France : peasants of the Isère 1870-1914, Ithaca, 199 (...)

12Pour remplir ce rôle, il y avait une forte compétition entre les socialistes et les républicains radicaux, qui pouvaient aussi se vanter de protéger les petites entreprises et les ateliers familiaux. Un premier pas pour les socialistes fut de mettre l’accent sur la distinction « entre la propriété ‘individuelle’ [qui est bonne] et la propriété ‘capitaliste’ [mauvaise] »13. Chez les oyonnaxiens (et sans doute souvent en province, voire à Paris), la lutte des classes était vue comme une lutte des petits contre les grands, dirigée contre les forces du grand capital, qui, de l’extérieur de la communauté, menaçaient les petits ateliers : banques, compagnies d’électricité, négociants et chemins de fer. Dans la décennie précédant la Grande Guerre, les socialistes d’Oyonnax entreprirent une succession de campagnes contre ces forces.

13Les socialistes, cependant, ne remportèrent pas de victoires électorales significatives jusqu’à ce que René Nicod réussisse à changer le climat du parti et à le rendre plus conforme à la structure économique d’Oyonnax en ce qui concerne les rôles des sexes, déterminés en grande partie par la nature des entreprises familiales.

2. La place des femmes dans la communauté industrielle d’Oyonnax14

  • 14 Les informations statistiques de cette section proviennent d’une étude plus importante en cours de (...)

14De façon générale, trois voies étaient possibles en ce qui concerne l’économie industrielle. La première voie était celle de la grande industrie, dont le meilleur exemple était Le Creusot ou Anzin, modèle du Germinal de Zola : le magnat Eugène Schneider employait plus de 25 000 personnes au milieu du dix-neuvième siècle. Les deuxième et troisième voies, cependant, représentaient un plus grand nombre de travailleurs. La deuxième voie était celle de la transformation progressive des entreprises artisanales des principales villes, spécialement Paris, et la troisième était celle du développement de ce que j’appellerai les communautés industrielles, régions regroupant un certain nombre de ménages produisant des articles similaires, et de ce fait se trouvant en concurrence tout en coopérant.

  • 15 Frédéric LePlay, La réforme sociale en France déduite de l’observation comparée des peuples europée (...)
  • 16 Sur la question générale de la proto-industrialisation, voir C. M. Belfanti, « Rural Manufactures a (...)

15Oyonnax se développa considérablement à partir des années 1890. Sa population passa de 4 500 habitants en 1896 à 9 000 en 1911, grâce à un boom de la fabrication des peignes et autres accessoires de mode en celluloïd. La réussite dans ce secteur dépendait de la rapidité d’adaptation aux nouveaux modèles lorsque la mode changeait. Une multitude d’entreprises familiales concurrentes arrivaient à de meilleurs résultats qu’une poignée de grandes entreprises. Oyonnax s’organisa en une communauté d’entreprises familiales associées, exemple parfait de ce que Frédéric Le Play appela une « fabrique collective » et Alfred Marshall un « industrial district », pour lequel j’utilise le terme « communauté industrielle », c’est-à-dire une communauté composée de petits ateliers qui développent ou exploitent des technologies nouvelles sans pour autant devenir plus grands15. (D’autres auteurs se réfèrent à ce type de communauté en parlant de « proto-industrialisation », terme dont les connotations téléologiques impliquent à tort qu’il s’agit seulement d’une étape16).

  • 17 Cette analyse repose sur l’ensemble de 819 entreprises familiales dans lesquelles une ou plusieurs (...)

16Oyonnax était consacrée à la fabrication des peignes. Lors du recensement de 1896, 2 646 Oyonnaxiens (soit 58 % de la population) étaient indiqués comme actifs percevant une rémunération, dont 1 547 travaillaient dans l’industrie du peigne. Ces entreprises représentent 58 % de la population active. La fabrication des peignes se faisait surtout dans des ateliers familiaux. Sur les 1 339 ateliers recensés en 1896, 819 (soit 61 %) comprenaient au moins l’une des 1 547 personnes actives dans l’industrie du peigne. Les trois quarts de ces 819 entreprises familiales— 613 en tout —dépendaient entièrement des peignes17. La communauté était organisée en un réseau de sous-traitants associés, unis par des liens de parenté, d’amitié et de voisinage. L’atelier familial fabriquant des peignes pour un autre atelier du même type était de loin la forme la plus courante d’organisation du travail à Oyonnax.

17Le Tableau 1 analyse tous les ménages dans lesquels une personne au moins travaillait dans l’industrie du peigne, selon les réponses des individus à la question posée lors du recensement, « pour qui travaillez-vous ? ».

Tableau 1 : Répartition des ménages contenant au moins une personne active dans l’industrie du peigne (Oyonnax 1901)

Tableau 1 : Répartition des ménages contenant au moins une personne active dans l’industrie du peigne (Oyonnax 1901)

1 Ménage>salaire. Ces ménages contiennent un patron nommé comme leur patron par davantage de personnes extérieures au ménage que dans le ménage. Ce sont donc, en gros, les fabricants.
2 Salaire>ménage. Ces ménages contiennent un patron nommé comme leur patron par davantage de personnes vivant dans le ménage que vivant ailleurs. Ce sont des petits fabricants.
3 Patron ménage seulement. Ces ménages contiennent un patron nommé comme leur patron par des personnes vivant dans le ménage mais par personne d’autre vivant à l’extérieur. Ce sont généralement des très petits fabricants, voire des sous-traitants.
4 Travail à façon. Ces ménages contiennent des personnes qui indiquent que le chef de ménage est leur patron mais le patron lui-même se donne comme « ouvrier ». Ce sont des sous-traitants qui organisent le travail de leur ménage pour un autre.
5 Travail à la pièce. Ce sont les ménages où au moins une personne travaille dans l’industrie du peigne mais personne n’est donné comme « patron » et personne n’indique que le chef du ménage est leur patron, mettant plutôt « à la pièce » pour répondre à la question, « qui est votre patron ? ». Dans ces ménages, chaque ouvrier du peigne cherche directement du travail à l’extérieur.
6 Patron extérieur (3 ménages, 1 %, catégorie omise dans le tableau 1). Dans ces ménages, il y a au moins une personne qui se donne comme « ouvrier en peignes » et travaille pour un patron extérieur. Il s’agit des vrais ouvriers en peignes dont les ménages n’ont aucune prétention à être des ateliers.

18Il suit de cette analyse que la quasi-totalité des ouvriers en peigne se voyaient comme travailleurs du ménage, généralement pour le chef de ménage. Les catégories 1 et 2 (surtout 1) donnaient du travail à des personnes extérieures au ménage. Normalement leurs ouvriers étaient les chefs de ménages des catégories 4. Même dans le cas de ceux qui étaient effectivement des ouvriers, leur travail était organisé par le chef de leur ménage, qui lui traitait avec le fabricant. Nous avons donc affaire à une communauté industrielle organisée autour du ménage.

19La « fabrique collective » ou « communauté industrielle » présentait une structure de genre (répartition et représentations des rôles sexués) différente de celle des sites de la grande industrie. Les femmes y ont pris une importance particulière en tant que participantes actives de l’économie. Le Tableau 2 montre la participation des femmes dans les industries d’Oyonnax en 1896.

Tableau 2 : Activité par secteur et par sexe (Oyonnax 1896)

Secteur

Total Oyonnax

Hommes

Femmes

 % Femmes du total

Magasin & Service

246

100

146

59,35 %

Métiers

494

294

200

40,49 %

Agriculture

172

96

76

44,19 %

Employé

123

94

29

23,58 %

Poste élevé

64

51

13

20,31 %

Ouvriers en peignes

1 386

791

595

42,93 %

Fabricants & Négociants

161

142

19

11,80 %

Total Actifs

2 646

1568

1 078

40.74 %

Inactifs

1 887

715

1 172

62,11 %

Total général

4 533

2283

2 250

49,64 %

  • 18 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les femmes, le travail et la famille. La référence de la page est (...)

20Globalement, le taux d’activité des femmes était très élevé : 1 078 soit 47 % de la population totale de 2 250 femmes étaient actives, contre 1 568 soit 69 % de 2 283 hommes. La famille était l’unité de production de la plupart des ouvriers de l’industrie d’Oyonnax. Nous y ferons référence comme économie familiale, telle que l’ont définie Louise Tilly et Joan Scott dans une étude devenue classique18.

  • 19 Pid 47673. Au recensement de 1901, la famille avait progressé en restant ensemble : toute la famill (...)
  • 20 Pids 71233, 71230, 60183.

21En 1896, les entreprises familiales de quatre personnes représentaient 119 des 613 entreprises consacrées purement au peigne, soit 19 %. Le ménage type (96 de ces 119 entreprises familiales de quatre personnes) était un couple marié et ses enfants. Justin Jacquiot et sa femme avaient deux enfants de 16 et 14 ans. En 1896, tous quatre étaient signalés comme ouvriers en peignes19. Un peu moins typique, Léonie Pillard, âgée de 29 ans, avait fait venir sa sœur de 16 ans, Julie, pour les aider, son mari et elle, à fabriquer des peignes20.

  • 21 Tessie P. Liu, The weaver’s knot : the contradictions of class struggle and family solidarity in we (...)
  • 22 Martine Segalen, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion, 1980, p. 15-16.

22Les entreprises familiales, dans des communautés telles qu’Oyonnax, produisent souvent de façon « artisanale » des marchandises par l’utilisation d’un certain savoir-faire technique, généralement le privilège du chef de famille, qui se garantit ainsi un certain statut. Tessie Liu a observé que dans les familles vivant du tissage, « la masculinité, la compétence et le pouvoir sur la famille étaient intimement liés »21. Mais à Oyonnax, la clé n’est pas la compétence du chef de famille, mais son aptitude à s’appuyer sur une famille compétente en tant qu’unité de production. L’analyse de Martine Segalen de la famille paysanne du dix-neuvième siècle s’applique plus à notre enquête. Selon elle, la famille paysanne ne se conformait pas au modèle bourgeois : l’autorité y était plus diversifiée, plus instable, moins sensible que l’idéologie et le discours officiel ne le laissaient entendre. « La relation mari-femme dans la société paysanne est fondée non sur l’autorité absolue de l’un sur l’autre, mais sur la complémentarité des deux ». L’ethnologue suggère que notre vision de ces questions est obscurcie par les problèmes contemporains, quand nous cherchons à rejeter des structures familiales récentes, souvent considérées comme « traditionnelles, » dans lesquelles « la femme est privée de son rôle de productrice : il s’ensuit un déséquilibre au sein du couple, une disparition de la complémentarité mari-femme sur laquelle est fondée l’organisation traditionnelle du travail »22.

23Appliqué à l’atelier familial de fabrication de peignes d’Oyonnax, l’argument de Segalen suggère que la coopération des partenaires - essentielle à la réussite de la famille - exige sinon un certain degré d’égalité, au moins un partage du pouvoir négocié et une confusion (ou un « brouillage », quoique le mot ne soit pas élégant) des rôles de sexe dans l’intérêt du travail. Dans les communautés industrielles, la position des femmes dans le partage du pouvoir est renforcée par leur rôle non seulement dans la production mais aussi par leur participation dans la définition et le maintien des règles du jeu. En même temps, cependant, l’environnement discursif définissait le fabricant de peignes comme étant de sexe masculin et par conséquent le dépositaire de l’autorité masculine dans les affaires publiques, ce que Liu a constaté parmi les tisserands. La contradiction n’est qu’apparente. L’entreprise familiale produisant des peignes fonctionnait comme un système économique familial et brouillait les distinctions entre les sexes, comme l’argumentation de Segalen nous le donnerait à penser, mais l’état de fabricant de peignes ou simplement de chef de l’entreprise familiale (ce qui signifiait chef de l’unité de production) était néanmoins représenté comme masculin. La plupart des entreprises familiales produisant des peignes appartenaient simultanément à une structure de travail qui effaçait les frontières entre les sexes et à une structure discursive qui les renforçait.

24Tout ce qui précède suggère le type d’entreprise familiale à la base de la vision de Proudhon. Ce qui différenciait Oyonnax était le degré de coopération rendue possible par une communauté qui partageait un projet commun : fabriquer des peignes dans les entreprises familiales qui négociaient constamment et renégociaient les liens contractuels leur permettant de survivre dans les temps difficiles et de prospérer dans les saisons fastes. Cette coopération offrait aux femmes de nombreux rôles clés.

  • 23 Les 1 547 personnes qui déclarèrent travailler dans l’industrie du peigne vivaient dans 819 entrepr (...)

25La fabrication des peignes était un projet commun. Sur trois personnes habitant à Oyonnax, deux vivaient dans l’une des 819 entreprises familiales qui dépendaient ou partiellement ou, dans la plupart des cas, totalement, de l’industrie du peigne23. L’énorme contribution des femmes à l’économie d’Oyonnax venait non seulement de leur rôle dans l’économie de l’entreprise ou de la famille, mais aussi d’un partenariat avec leurs maris, qui rendait leur coopération essentielle pour la réussite de l’atelier familial. Elles fournissaient les informations commerciales et c’est généralement à elles qu’était dévolu le sens du « style » indispensable pour concevoir des produits qui auraient du succès.

26Dans le contexte d’une communauté industrielle, cependant, les femmes assuraient aussi un lien social dans une culture coopérative. Dans une communauté étroitement liée, la sociabilité et les affaires étaient indissociables. La sous-traitance, ossature du système économique d’Oyonnax, reposait sur les relations sociales fréquemment discutées sinon officiellement acceptées lors des réunions sociales. La responsabilité du rôle des femmes dans de telles occasions les plaçait dans une position clé à cet égard. Ce sont elles qui organisaient les événements sociaux de la famille et facilitaient fréquemment la discussion de nouveaux contrats et des sous-contrats possibles qui étaient au cœur de la famille et des réunions avec le voisinage ; elles aussi qui avaient la responsabilité des règles suivant lesquelles ces rencontres et ces discussions avaient lieu.

  • 24 Michael J. Piore, « Work, Labour and Action : Work Experience in a System of Flexible Production », (...)
  • 25 Alfred Marshall, Principles of economics : an introductory volume, 8th edn, Londres, 1930, 272.
  • 26 Le terme est emprunté à Maurice Agulhon qui fut le premier à forger la phrase « sociabilité méridio (...)

27Les membres de la famille, les voisins et les amis étaient simultanément en concurrence et en coopération24. Ce qui rendait cette combinaison possible était un sens largement répandu des règles du comportement en société et en affaires (bien que dans ce contexte il n’y ait pas de différence), ce qui autorisait une totale confiance. Alfred Marshall a insisté sur la confiance partagée et la coopération entre ouvriers25. L’individu partage assez librement ses idées, car il fait confiance à ses collègues qui utiliseront les connaissances dans un esprit de coopération et à leur tour lui communiqueront leurs nouvelles idées. Tandis que le partage des informations techniques entre individus était généralement le fait des hommes (normalement dans des lieux classiques de sociabilité masculine26, surtout les cafés), ce que nous pourrions aujourd’hui appeler des informations commerciales s’échangeaient entre femmes et, encore plus important, les femmes semblent avoir eu un rôle clé dans l’apprentissage par les enfants des règles sociales qui régissaient les deux sortes d’échange.

  • 27 Jean-Daniel Reynaud, Les Règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand (...)

28Le sociologue Jean-Daniel Reynaud fait remarquer qu’une communauté est un groupe d’acteurs qui acceptent des rôles communs et par conséquent des règles communes : « Un groupe est capable d’action collective dans la mesure où il accepte (il institue) une régulation. Dans la mesure où il accepte une régulation commune, il constitue une communauté27 ». Les femmes jouaient un rôle clé dans la transmission et de ce fait dans la définition des « règles du jeu », ce qui rendait possible le partage de la confiance. Seule la confiance partagée, à son tour, rendait possible l’échange à grande échelle des informations techniques et commerciales. Les femmes, en dernier recours, étaient responsables de cette confiance.

29Donc, à tous les niveaux, les femmes étaient des actrices clés sur les plans social et économique. Pour réussir à organiser les acteurs économiques sur le plan politique, il fallait bien s’adresser aux femmes.

3. Vers un socialisme plus inclusif : la Maison du Peuple

  • 28 Données du recensement, AD Ain : 155 personnes furent identifiées comme ouvriers en peignes, 13 aut (...)

30À Oyonnax, le socialisme masculin, tel qu’il apparut dans les années 1890, était lié à sa base sociale. Ses constituants potentiels étaient vus comme des « ouvriers », terme qui avait une connotation masculine, interprété comme chef d’une entreprise familiale fabriquant des peignes, soit un fabricant de peignes soit un ouvrier en peignes. Un fabricant était le chef d’une entreprise familiale qui fabriquait des peignes et les vendait au distributeur, généralement un homme. En 1896, par exemple, le recensement comptait 135 hommes fabricants contre 19 femmes28. Un homme enregistré comme ouvrier en peignes qui était à la tête d’une entreprise familiale également employée à la fabrication des peignes avait une activité similaire à celle d’un fabricant, mais fonctionnait comme un sous-traitant fabriquant des peignes pour d’autres. Sur les 1 386 ouvriers en peignes, 534 était des hommes chefs de ménages pour qui au moins un membre de la famille travaillait. Ils avaient la structure en atelier des fabricants. La seule différence étant qu’ils devaient fonctionner en tant que sous-traitants pour d’autres fabricants au lieu de traiter directement avec les commerçants. Pour les socialistes d’Oyonnax qui créèrent un groupe socialiste dans les années 1890, l’ouvrier était le chef d’une entreprise familiale fabriquant des peignes et, dans ce sens, était défini comme masculin.

31Inversement, ceux qui travaillaient dans l’industrie du peigne fondaient leur identité non sur leur statut de travailleurs salariés mais sur leur position dans la famille. Les femmes atteignaient des taux de participation extrêmement élevés dans la main d’œuvre comme ouvrières en peignes, mais elles se définissaient beaucoup plus par leur position dans la famille et dans l’atelier que par leur position dans la main d’œuvre, en grande partie parce que la plupart d’entre elles travaillaient pour leur mari ou leur père.

  • 29 Liu, The weaver’s knot, p. 40-43 ; Gay L. Gullickson, « Proto-Industrialization, Demographic Behavi (...)

32La hiérarchie patriarcale établie pour la famille était reportée dans le discours socialiste. En définissant les « travailleurs » — base de la classe du parti — comme des artisans chefs de famille, le socialisme prenait une orientation masculine. Que l’autorité dans la famille soit masculine se reflète dans le discours politique qui donna naissance au socialisme. Dans les années 1890, c’était encore ce que j’ai appelé « socialisme artisanal »29.

33Les changements dans la structure du parti, qui le rendirent plus inclusif, et l’amenèrent à changer son discours, étaient liés à la conception et à la construction d’une Maison du Peuple. C’est l’arrivée d’une nouvelle recrue qui agit comme catalyseur.

34Cette nouvelle recrue est René Nicod, venu à Oyonnax comme gérant de l’imprimerie ouvrière en 1901 à l’âge de 20 ans. Né en 1881 à Saint-Claude (Jura), orphelin dès son jeune âge, il rejoint à l’âge de 14 ans les mouvements socialistes et coopérateurs sanclaudiens, sous l’inspiration d’Henri Ponard, fondateur du socialisme et d’un mouvement coopératif que Charles Gide appellera l’École de Saint-Claude.

  • 30 Patricia Hilden, Women, work, and politics : Belgium 1830-1914, Oxford, 1993, p. 215, 222, 230, 240
  • 31 Ellen Furlough, Consumer cooperation in France : the politics of consumption 1834-1930, Ithaca, 199 (...)

35L’année avant l’arrivée de Nicod à Oyonnax, en 1900, Ponard se rendit en Belgique et fut frappé par les Maisons du Peuple belges, en particulier la célèbre Vooruit de Gand30. Ponard revint de son voyage enthousiasmé par le modèle belge et lança immédiatement une campagne pour la construction d’une Maison du Peuple à Saint-Claude31. Comme Nicod le dit plus tard :

  • 32 « À Saint-Claude », L’Éclaireur de l’Ain, 25 septembre 1910, p. 3.

« Notre camarade Ponard, frappé par l’organisation admirable des socialistes belges, conçut le projet de la Maison du Peuple. En communiste convaincu, il rêvait d’agglomérer toutes les forces ouvrières et de dresser en face de la commune bourgeoise et capitaliste la commune socialiste et prolétarienne, groupée autour de sa Maison du Peuple centralisant tous les services de la coopérative de consommation32 ».

  • 33 Furlough, p. 161. Ponard accorda une dimension spéciale à la coopération que l’éminent économiste C (...)

36Ponard mit ces idées en pratique à Saint-Claude, construisant une Maison du Peuple et y adjoignant les institutions associées. Ellen Furlough affirme que le préfet fut assez impressionné pour écrire, dès 1923, que Saint-Claude était « la vision parfaite d’une cellule socialiste, avec des syndicats, des coopératives de producteurs, des coopératives de consommateurs et un bureau public chargé d’adapter toutes les activités pour le bien de chacun »33.

  • 34 « Inauguration de la Maison du Peuple de St-Claude », L’Éclaireur de l’Ain, 25 septembre 1910, p. 2

37Nicod arriva à Oyonnax en 1901, apparemment envoyé par Ponard, en tant que responsable de la coopérative d’impression, l’Imprimerie ouvrière, qui publiait L’Éclaireur de l’Ain. Partageant l’enthousiasme de Ponard pour l’idée d’une Maison du Peuple, Nicod, comme son maître, entreprit dès son arrivée une campagne pour une coopérative ouvrière et une Maison du Peuple34. L’exemple commun, pour les deux projets, était le Vooruit de Gand.

38Aux yeux de Nicod, un aspect clé de la Maison du Peuple était précisément sa nature familiale. Il cherchait à créer un espace familial, un espace où les femmes se sentiraient à l’aise. Il reconnaissait la nécessité d’un changement fondamental si le socialisme oyonnaxien devait devenir majoritaire dans la communauté, un changement qui permettrait au socialisme d’inclure les femmes par le biais de la famille. Il fallait un parti socialiste familial et non plus masculin. La Maison du Peuple est conçue en grande partie comme l’instrument de ce changement capital.

  • 35 « Le Vooruit de Gand », L’Éclaireur de l’Ain, 13, 20, 27 juillet, 3, 10 août 1902, p. 3.
  • 36 Ibid., 20 juillet 1902, p. 4.
  • 37 « Nécrologie », ibid., 22 avril 1934, p. 3 ; Charles Sowerwine, « MEUNIER, Charles », le Maitron, t (...)

39Le 16 août 1902, les « Enfants du Peuple » du « Vooruit de Gand » devaient visiter Saint-Claude et Oyonnax. Pour préparer cette visite, L’Éclaireur de l’Ain fit une étude approfondie du Vooruit dans une série de cinq articles selon lesquels la réussite du Vooruit prouvait la nécessité d’une telle entreprise35. Un aspect important de cette réussite, selon l’auteur, était l’orientation familiale : « Tous les goûts, tous les âges, tous les sexes [c’est moi qui souligne] trouvent au Vooruit des groupements qui peuvent les attirer36 ». L’auteur de ces articles était Charles Meunier, militant socialiste de longue date et architecte, dont la Maison du Peuple d’Oyonnax sera l’œuvre principale37.

  • 38 « Les Enfants du Peuple à Oyonnax », L’Éclaireur de l’Ain, 20 juillet, 20 janvier 1907, p. 3 ; ‘Coo (...)

40Ce n’est qu’en 1907 que Nicod persuada les socialistes d’Oyonnax de créer une nouvelle coopérative, l’Aurore sociale, qui à son tour construisit la Maison du Peuple d’Oyonnax38. Cette Maison du Peuple devait inclure un café, non pas, les socialistes insistaient sur ce point, le type habituel de café, mais, comme Nicod l’explique, un « Cercle coopératif, lieu de réunion qui servira de rendez-vous familial à tous les citoyens désireux de collaborer à notre œuvre d’émancipation sociale ». Dès le départ, Nicod insistait sur l’aspect familial du cercle :

  • 39 « Pour le Cercle », ibid., 20 janvier 1907, p. 3.

« Un cercle n’est pas simplement un café où des consommateurs quelconques viennent absorber le traditionnel apéritif … on ne s’y réunira pas dans l’unique but de trinquer avec des camarades, mais surtout pour discuter, lire, écrire et assister à des causeries ou des cours d’utilité pratique. Les scènes de beuverie et de pocharderie dont les estaminets offrent souvent le lamentable tableau en seront rigoureusement bannies. Les concerts qui y seront organisés seront moraux et éducateurs à l’encontre des pornographiques répertoires que des chanteuses lascives débitent d’une voix de rogomme dans les infects beuglants39 ».

41Ce passage est remarquable dans la violence de sa prose, surtout beuverie et pocharderie. Il faut croire que cette campagne lui tenait à cœur.

  • 40 « Coopération et socialisme », ibid., 30 août 1908, p. 3.
  • 41 « Action socialiste », ibid., 14 juin 1908, p. 3.
  • 42 « Recrutement socialiste », ibid., 1 décembre 1912, p. 3.

42« Plus que l’action politique, affirmait Nicod en 1908, l’action coopérative communiste [de l’École de Saint-Claude] est une force de révolution parce qu’elle possède cette vertu souveraine d’intéresser la famille40 ». « Il est nécessaire d’intéresser à la vie de notre parti les femmes et les enfants41, car, comme Nicod le disait aussi en 1912, si nous n’avons pas les femmes avec nous, nous les aurons contre nous. » En outre, la présence des femmes améliorait le comportement des hommes : « Si…nous intéressons les femmes à notre action, elles donneront l’exemple de l’assiduité aux réunions et rehausseront, de leur seule présence, la tenue de nos assemblées42 ».

  • 43 « Action socialiste », ibid., 14 June 1908, p. 3.
  • 44 « Pour le Cercle », ibid., 20 janvier 1907, p. 3.
  • 45 Par exemple : « À la Coopérative », ibid., 12 mai 1905, p. 3 ; « Pour le Cercle », ibid., 3 novembr (...)

43« C’est par la coopérative et la Maison du Peuple que nous conquerrons la famille, que nous intéresserons les petits et les grands. Ce qu’il faut fonder, c’est un foyer de vie socialiste43 ». Le choix du mot « foyer » est significatif, car il est le terme clé dans la conception genrée du rôle de la femme. Et, en effet, Nicod poursuit : « Nos compagnes… retireront des profits d’une telle création. Elles se sentiront chez elles, dans une atmosphère de chaude fraternité… il n’y a que le Cercle qui nous permette de tenter quelque chose de semblable avec chance de réussite44 ». Ces termes et ces thèmes, ainsi que les exemples belges, se retrouvent tout au long des discussions au sujet de la création du Cercle45.

  • 46 « Inauguration de la Maison du Peuple de St-Claude », « À Saint-Claude », ibid., 25 septembre 1910, (...)
  • 47 « Le projet de la Maison du Peuple », ibid., 28 mai 1911, p. 3.
  • 48 « Oyonnax s’embellit », ibid., 8 octobre 1911, p. 3.

44L’inauguration de la Maison du Peuple de Saint-Claude, le 18 septembre 1910, incita Nicod à redoubler ses efforts46. En mai 1911, les Oyonnaxiens obtinrent un prêt de 250 000 francs pour construire une Maison du Peuple47. C’était une somme considérable dans une période où les instituteurs débutants gagnaient 900 francs par an et les professeurs du secondaire 2 500. En octobre, la construction battait son plein48.

  • 49 Voir Sowerwine, Les femmes et le socialisme, p. 149-53.
  • 50 « Pour la Maison du Peuple », ibid., 29 décembre, 1912, p. 3.
  • 51 Voir Sowerwine, Les femmes et le socialisme, p. 165-7.

45En même temps, on ne perdait point de vue le but d’attirer les femmes. Suite à la constitution à Paris du Groupe des femmes socialistes en 191249, les oyonnaxiens annonçaient leur intention de créer une section féminine pour attirer « l’élément féminin, qui n’est pas le moins sérieux et le moins énergique ». Cette section fonctionnerait à côté des sections normales, comme le Groupe parisien : les femmes resteraient aussi membres des sections mais participeraient en plus à la section féminine50. J’ai montré dans un autre ouvrage pourquoi cette structure - créée par les femmes parisiennes pour tenir à l’écart les « féministes bourgeoises » - paralysa ce groupe51. Ce fut le cas à Oyonnax également. Seule la Maison du Peuple pouvait effectivement ouvrir le parti aux femmes.

  • 52 « Au café coopératif », L’Éclaireur de l’Ain, 13 octobre 1912, p. 3.
  • 53 « Comment j’ai été guéri du jeu », ibid., 24 août 1913, p. 2-3 ; « Un groupe d’éducation et de cult (...)
  • 54 « Chronique coopérative », ibid., 13 août, 7 septembre, 7 décembre 1913, p. 3 ; « Bibliothèque popu (...)

46Samedi soir, 5 octobre 1912, le nouveau café - ou, comme Nicod essaya obstinément mais en vain de le faire appeler, le Cercle - de l’Aurore Sociale, ouvrit ses portes au public52. L’année 1913 vit le démarrage de la Maison du Peuple, la boulangerie et la bibliothèque populaire à la suite du café. Les socialistes lancèrent aussi une série de campagnes, officiellement à la demande des femmes, s’opposant aux jeux et aux excès de boisson, soutenant à leur place les « plaisirs sains et éducatifs » proposés par la Maison du Peuple, par exemple l’éducation physique53. En 1914, l’Aurore Sociale avait atteint 530 membres (la section socialiste pour sa part n’avait pas dépassé les 100 membres)54.

47Le fait d’abriter les organisations du parti dans une Maison du Peuple augmentait de façon significative leur portée, bien qu’elles n’aient pas réussi l’implantation totale dans la vie de la communauté souhaitée par Nicod. La Maison du Peuple et son association croissante avec la famille semblaient payantes.

4. Une municipalité communiste et familiale

48En 1919, Nicod triomphe aux élections municipales et nationales. Il est élu maire d’Oyonnax et membre de la chambre des députés. Il n’est pas possible de distinguer l’effet de la politique familiale des autres causes de cette victoire, mais il est certain que cette victoire repose en partie sur le soutien des femmes oyonaxiennes, maintenant bien impliquées dans le parti. Sur le plan national, les socialistes essuyèrent une défaite lourde, passant de 103 à 68 sièges ; le triomphe de Nicod à Oyonnax en face de cette défaite nationale pour la gauche suggère que ses efforts pour inclure les femmes n’étaient pas inutiles.

49En décembre 1920, les socialistes français votèrent à trois contre un la motion visant à rejoindre la Troisième Internationale de Lénine et à prendre le nom de Communistes. Nicod y était opposé, mais l’enthousiasme pour la Révolution russe emporta tout sur son passage. Nicod et les membres plus âgés du parti socialiste oyonnaxien comprirent le besoin de rester au contact de la troupe. Ils s’alignèrent et devinrent communistes.

  • 55 « Une belle manifestation coopérative », L’Éclaireur de l’Ain, 11 septembre 1921.

50La Maison du Peuple se développa rapidement. Des succursales furent créées dans neuf villages avoisinants, dès 1921. Au cours de cette année-là, le village de Matafelon réussit une première : les 92 familles étaient toutes devenues membres de l’Aurore sociale55. Bientôt, la Maison du Peuple était devenue le cœur de la communauté d’Oyonnax.

  • 56 « Les femmes et la coopération », ibid., 2 octobre 1927, p. 2.

51Elle continuait à s’adresser aux femmes. L’Éclaireur rappelait fréquemment à ses lecteurs que c’était « une erreur profonde... de croire que les femmes ne peuvent directement adhérer à la Coopérative56 ». Des coopératives de consommation et de production furent installées à la Maison du peuple, comme l’étaient les syndicats, le parti communiste et un certain nombre de groupes plus ou moins alignés, destinés aux jeunes et aux vieux, aux femmes et aux hommes. Il y avait un cinéma, un restaurant familial et bien sûr un café. En 1923, L’Éclaireur écrivit avec fierté, au sujet du « développement prodigieux de la Maison du Peuple en quelques années » :

  • 57 « Pour la Maison du Peuple », ibid., 2 décembre 1923, p. 2.

« Fondée en 1908, notre société [l’Aurore] a vite rattrapé et même dépassé beaucoup de ses aînées et les militants étrangers, de passage à Oyonnax, sont frappés de l’importance de notre organisation, de la majesté de notre Maison du Peuple qui se dresse fièrement au centre même de notre laborieuse cité industrielle. (…) Le nombre des sociétaires à ce jour est de 2 037 en y comprenant les sociétaires des onze succursales de l’extérieur... L’Aurore possède trois camionnettes automobiles d’une valeur de 52 000 francs. Elle aura bientôt un bureau moderne... un service de statistique... (...) Il nous restera ensuite à terminer la salle des fêtes, à prévoir une salle d’éducation physique pour les jeunes gens, à créer un groupe artistique et sportif, à étudier la question de la colonie de vacances, etc. ...57 ».

  • 58 « Une heureuse réalisation », ibid., 20 septembre 1925.

52Lorsque, en 1925, la salle de réunion s’ouvrit après une longue attente, les socialistes vantèrent non seulement son éclairage superbe, « les magnifiques décorations d’un goût délicat, les panneaux artistiques, » mais aussi la « projection irréprochable », rendue possible par l’absence de fumée de tabac : « Car l’on ne fume pas et, dans l’intérêt du spectacle, de l’hygiène et de la commodité de tous et surtout des dames [mes italiques], c’est un petit sacrifice que les fumeurs consentiront volontiers d’attendre un instant l’entr’acte pour “ en griller une ”58 ».

  • 59 Tous les conseillers étaient communistes, à l’exception de l’ami de Nicod, le Dr Jules Pernet, qui (...)

53La Maison du Peuple offrait une interface sociale entre le parti et le peuple. Opérant à partir de l’hôtel de ville et de la maison du Peuple, qui était presque directement en face, les communistes construisirent une forteresse rouge. Depuis les élections spéciales organisées en 1923 lorsque le préfet conservateur révoqua Nicod, jusqu’à la défaite de la France en 1940, les communistes eurent un monopole sur le conseil municipal59. Le long mandat de Nicod comme maire fut marqué par l’attention portée aux besoins des familles ouvrières. Lors de sa campagne de 1923, il cita parmi ses réalisations :

  • Nouveau cimetière.

  • Deux écoles maternelles (de 150 élèves) en voie de construction.

  • Lavoir public, quartier sud.

  • L’électricité : conflit avec la Cie lyonnaise ; défense des consommateurs par la commune.

    • 60 « Compte rendu du mandat municipal », L’Éclaireur de l’Ain, 8 octobre 1922.

    Fournitures scolaires : 20 000 francs au Sou des Écoles laïques60.

  • 61 « Choses municipales : La Question des Lavoirs », ibid., 27 janvier 1924, p. 2-3.

54Les lavoirs étaient particulièrement importants pour Nicod qui évoqua souvent la nécessité d’un lavoir dans chaque quartier. En 1924, il annonça fièrement la création d’un nouveau lavoir couvert pouvant accueillir « 20 ménagères côte à côte »61. Les campagnes et les objectifs de Nicod et du parti étaient orientés vers les femmes et vers les valeurs qu’elles étaient supposées partager.

  • 62 « La lutte contre la prostitution », ibid., 26 octobre 1930, p. 3 ; « Un débat sur la prostitution  (...)

55Le parti oyonnaxien entreprit une campagne importante pour fermer le bordel local. Il en résulta un débat et des protestations considérables. Nicod organisa une réunion ouverte dans la Salle de réunion de la Maison du Peuple. Une femme venant de l’Université du peuple de Lyon fit remarquer que les bordels étaient utiles : ils éloignaient les femmes de la rue et étaient plus faciles à contrôler du point de vue de « l’hygiène », ce qui était nécessaire puisqu’il était « impossible » d’abolir la prostitution. Contre cet argument traditionnel, Nicod adopta le point de vue de la répression. La prostitution était un produit secondaire du capitalisme : les femmes vendaient leur corps pour se nourrir. En Russie, les bordels avaient été fermés et les prostituées envoyées en maison de rééducation où on leur enseignait un métier62.

  • 63 « Une vraie débandade ! », ibid., 11 janvier 1931, p. 3.

56Lorsque des pétitions en faveur du maintien des bordels se mirent à circuler, Nicod et ses amis firent honte aux signataires. Les pétitions, fulmina L’Éclaireur, n’étaient signées que par des bourgeois, ce qui prouvait que « la gangrène bourgeoise n’a[vait] pas atteint la classe ouvrière ». Une semaine plus tard, L’Éclaireur signala triomphalement que la plupart des signataires avaient retiré leur soutien avec de mauvaises excuses63.

  • 64 « Assurons le succès de la Semaine Internationale des Femmes », ibid., 28 février 1926, p. 1 ; « Tr (...)
  • 65 « La Journée du 4 Février : Imposante manifestation à Oyonnax », ibid., 7 février 1932, p. 3.

57Le parti entreprit également une campagne pour la Semaine Internationale des Femmes et pour l’entrée des femmes dans les Syndicats (en 1926)64, puis, avec la dépression, pour impliquer les femmes dans la lutte antifasciste. Le 4 février 1932, plus d’un millier d’hommes et de femmes défilèrent derrière le drapeau rouge « pour le Pain, pour la Paix ! » ; L’Éclaireur constata avec satisfaction la présence « d’un grand nombre de femmes »65. La ligne « Front Populaire contre la guerre et le fascisme » semble avoir attiré les femmes beaucoup plus que les lignes antérieures, telles « classe contre classe ». Après la guerre, elles prirent rapidement des positions de pouvoir dans les partis socialiste et communiste ainsi qu’au conseil municipal.

58Le parti cherchait par tous les moyens à être ouvert. La politique d’inclusion de Nicod transforma le socialisme en quelque chose que les hommes respectables pouvaient adopter et défendre avec le soutien de leur femme. L’inclusion des femmes était nécessaire pour créer une assise permettant de réussir après l’obtention du droit de vote par les femmes. D’après les premiers travaux qui appellent cependant des recherches plus poussées, il semble que non seulement dans les communautés industrielles telles qu’Oyonnax, mais aussi dans les citadelles socialiste et communiste telles Lille et la ceinture rouge de Paris, l’inclusion des femmes avant la Seconde Guerre mondiale fut un élément essentiel du maintien et surtout du renforcement de la gauche après le vote des femmes en 1945.

59De nouvelles structures de genre furent ainsi une part essentielle du processus de modernisation. Le succès du parti socialiste oyonnaxien à faire évoluer les attitudes envers les femmes et des femmes elles-mêmes suggère, en fin de compte, que les structures d’industrie familiale et artisanale peuvent aussi bien donner lieu à des progrès vers l’égalité des sexes que l’industrie à grande échelle. En revanche, des nouvelles structures de genre furent en elles-mêmes nécessaires à la modernisation économique et politique.

Haut de page

Notes

1 Traduction française de Michelle Giboire. La recherche pour le projet dont cet article fait partie a été financée grâce au soutien généreux de l’Australian Research Council. Je remercie Kirsten Lodding et Alice Garner pour des recherches, Ellen Furlough de Kenyon College pour son aide dans la fourniture d’informations au sujet de Saint-Claude, et surtout Françoise Thébaud, pour son soutien et sa lecture critique. Je remercie aussi Catherine Valenti pour son travail éditorial et l’amélioration qu’elle a produite.

2 Jacques Rancière, La nuit des prolétaires, Paris, 1981.

3 Pierre-Joseph Proudhon, Système des contradictions économiques ou Philosophie de la Misère (2 vols [1846]), in Œuvres Complètes de P. -J. Proudhon, Paris, 1923, vol. II, p. 197.

4 Christine Fauré, Les déclarations des droits de l’homme de 1789, Paris, Payot, 1988 ; idem, La démocratie sans les femmes : essai sur le libéralisme en France, Paris, Presses universitaires de France, 1985 ; Genevieve Fraisse, Muse de la raison : la démocratie exclusive et la différence des sexes, Aix-en-Provence, Alinéa, 1989 ; idem, La raison des femmes [preface de Jacques Ranciere], Paris, Plon, 1992 ; Carole Pateman, The sexual contract, Stanford, 1988 ; Joan B. Landes, Women and the public sphere in the age of the French Revolution, Ithaca, 1988 ; Lynn A. Hunt, The Family Romance of the French Revolution, Berkeley, 1992.

5 Voir Maurice Agulhon, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970 ; Katherine Auspitz, The radical bourgeoisie : the Ligue de l’enseignement and the origins of the Third Republic, 1866-1885, Cambridge ; New York, 1982.

6 La franc-maçonnerie ne réussit pas à se séparer entièrement des femmes. La pionnière féministe Maria Deraismes fonda une loge maçonnique mixte, le Droit humain, en 1893. Voir Patrick Kay Bidelman, Pariahs stand up ! The founding of the liberal feminist movement in France, 1858-1889, Westport, Connecticut, 1982, p. 84 ; Eliane Brault, La franc-maçonnerie et l’émancipation des femmes, Paris, Dervy, 1953 ; Charles Sowerwine et Claude Maignien, Madeleine Pelletier, une féministe dans l’arêne politique, Paris, les Editions ouvrières, 1992, chap. 3.

7 Colin et Ponard au Grand Orient, 15 février 1893, Archives du Grand Orient (Paris), dossier St.-Claude (AGO) ; Extrait du procès-verbal de la Tenue ordinaire du 11 mars 1893, AGO ; ‘Manifeste’, AGO.

8 Sur cet incident, voir Charles Sowerwine, « That German Jew : Anti-Semitism and the Politics of Differentiation in Saint-Claude (Jura) 1880-1895 », History on the Edge : Essays in Memory of John Foster, ed. Mark Baker, Melbourne : University of Melbourne, Department of History Monographs, 1997, p. 141-163.

9 Le Montagnard, 9 décembre 1894, p. 3.

10 Cf. Charles Sowerwine (préface de Madeleine Reberioux), Les femmes & le socialisme : un siècle d’histoire, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1978, p. 116-9.

11 Ces interviews ont été conduites en 1977 pour le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français [le Maitron], Part III (1871-1914) et Part IV (1914-1939), Jean Maitron et Claude Pennetier (sous la dir.), 35 vols ; Paris, les Editions ouvrières, 1973-77, 1981-93 (CD-ROM, Paris, 1997).

12 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les femmes, le travail et la famille (trad. par Monique Lebailly), Paris, Payot, 2002.

13 Raymond Jonas, Industry and politics in rural France : peasants of the Isère 1870-1914, Ithaca, 1994, p. 189.

14 Les informations statistiques de cette section proviennent d’une étude plus importante en cours de rédaction. L’étude utilise une base de données créée à partir des résultats du recensement d’origine. Il y eut huit recensements quinquennaux de 1896 à 1936 (la guerre empêcha celui de 1916). L’étude incluait le canton d’Oyonnax et deux cantons ruraux adjacents, l’un, Nantua, qui se trouva absorbé dans le développement industriel d’Oyonnax et l’autre, Izernore, qui resta en dehors. La population des trois cantons était de 23 621 au début du siècle et de 26 418 en 1931. Le nombre total de personnes dénombrées dans les huit recensements étaient de 190 445. Les données obtenues furent mises sur ordinateur sous leur forme d’origine. À l’aide de 4D pour le Macintosh, les données furent alors transformées en une base de données interactive, à laquelle furent ajoutées les 800 biographies des militants locaux que j’ai rédigées pour le Maitron et les noms des fabricants de peignes mentionnés dans le répertoire annuel de la Chambre du Commerce. Les individus ont été suivis dans l’ensemble de l’étude et identifiés par un numéro d’identité personnel (Pid).

15 Frédéric LePlay, La réforme sociale en France déduite de l’observation comparée des peuples européens, 3 vols, 7e édition, Tours, 1887, vol. II, p. 147 ; Giovanni Becattini, « The Marshallian Industrial District as a Socio-Economic Notion », in Industrial districts and inter -firm co -operation in Italy, éd. Frank Pyke, Giovanni Becattini and Wilhelm Sengenberger, Geneva, 1990, p. 39 ; cf. Charles Sabel et Jonathan Zeitlin, « Historical Alternatives to Mass Production : Politics, Markets and Technology in Nineteenth-Century Industrialization », Past and Present 108, 1985 : 133-176, p. 142 ; cf. aussi Alfred Marshall, Principles of economics : an introductory volume, 8th edn, London, 1930, p. 271. Pour une étude du mécanisme de contrôle de la communauté, voir Charles Sowerwine, « Aux origines du communisme à Oyonnax (Ain) : socialisme et Maison du peuple », in Jacques Girault (ed.), Les ouvriers en banlieue, Paris, 1998, p. 23-40.

16 Sur la question générale de la proto-industrialisation, voir C. M. Belfanti, « Rural Manufactures and Rural Proto-Industries in ‘Italy of the Cities’ from the Sixteenth through the Eighteenth Century », Continuity and Change 8, 1993 : 253-280 ; Pierre Cayez, « Une Proto-Industrialisation décalée : La ruralisation de la soierie lyonnaise dans la première moitié du XIXème siècle », Revue du Nord 63, 1981 : 95-103 ; Leslie A. Clarkson, Proto-industrialization : the first phase of industrialization ?, Basingstoke, Hampshire, 1985 ; Jean H. Quataert, « A New View of Industrialization : ‘Protoindustry’ or the role of small-scale, labor-intensive manufacture in the capitalist environment », International Labor and Working -Class History 33, 1988 : 3-22 ; W. Sengenberger, G. Loveman and M. J. Piore, The Re-emergence of small enterprises : industrial restructuring in industrialised countries, Geneva, 1990 ; Jonathan Zeitlin, « Les voies multiples de l’industrialisation », Le Mouvement social, 133, octobre-décembre 1985 : 25-34 ; Serge Chassagne, « Industrialisation et désindustrialisation dans les campagnes françaises : quelques réflexions à partir du textile », Revue du Nord 63 (248 [1981]) : 35-57.

17 Cette analyse repose sur l’ensemble de 819 entreprises familiales dans lesquelles une ou plusieurs personnes avaient une activité dans l’industrie du peigne. Pour constituer cet ensemble, on a recherché toutes les personnes employées dans l’industrie du peigne. Ensuite on a compté les entreprises familiales dans lesquelles ces personnes résidaient. On a éliminé de l’ensemble toutes les entreprises familiales dans lesquelles quelqu’un travaillait dans un autre secteur, ce qui a donné un total de 605 entreprises familiales. Une autre analyse portant sur l’ensemble initial de 819 ménages, fait apparaître les entreprises familiales dans lesquelles il y a à la fois fabrication de peignes et un domestique vivant dans l’entreprise familiale en tant qu’employé : le résultat obtenu est de 614 entreprises familiales. De la différence entre les deux ensembles nous avons éliminé manuellement les entreprises familiales dans lesquelles quelqu’un travaillait dans un autre secteur (Il y en avait une seule en 1896, mais il y en eut davantage dans les recensements ultérieurs). Dans ce processus, nous avons éliminé toutes les activités qui auraient pu faire partie de la stratégie de survie de la famille, par exemple, magasins, métiers manuels et, dans deux cas, enseignement, mais conservé des activités autres que les métiers du peigne si elles étaient clairement liées à la stratégie de cette fabrication, soit le plus fréquemment des parents travaillant, en tant qu’employés, pour le chef des fabricants de peignes, ou le marchand. Dans un cas, nous avons conservé une famille fabriquant des peignes, dans laquelle un neveu était mentionné comme « soldat »—en fait, il était en visite. Nous avons ajouté les entreprises familiales résultantes à l’ensemble de base (605). Dans le cas de 1896, cinq entreprises familiales qui étaient douteuses ont finalement été incluses, ce qui nous a permis de vérifier toutes les entreprises familiales laissées de côté. Deux d’entre elles figuraient dans le groupe des pures entreprises familiales avec des domestiques : Louis Levrier (Identité personnelle [numéro de référence dans la base de données sur laquelle repose cette étude, ci-dessous Pid] 53379—la présence d’un logeur mentionné comme « ouvrier » l’avait éliminée) ; Félicie Picquet, Veuve Billoud (Pid 70980—elle était signalée comme « rentière », mais ses deux fils étaient l’un marchand de peignes et l’autre représentant, probablement en peignes). Trois étaient dans le groupe des pures entreprises familiales produisant des peignes, sans domestique : Jean Rozier (Pid 80426—ouvrier en peignes ; le métier de son fils n’était pas indiqué, mais à partir de 1901, ce fils est signalé comme ouvrier en peignes) ; et Joseph Poncet (Pid 73089) et Joseph Tabourin (Pid 83314)—tous les deux mentionnés comme retraités, mais toute autre activité dans le foyer appartenait à la fabrication des peignes. Puisque le résultat confirmait la précision de la procédure, ce contrôle manuel ne fut pas poursuivi pour les recensements ultérieurs.

18 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les femmes, le travail et la famille. La référence de la page est celle de la version anglaise : Women, work, and family, London, 1987, 12. Cf David Levine : « L’unité de travail de la famille se composait des hommes, de leurs femmes et de leurs enfants » (David Levine, « Industrialization and the Proletarian Family in England », Past and Present 107 [May 1985] : 175).

19 Pid 47673. Au recensement de 1901, la famille avait progressé en restant ensemble : toute la famille reconnaissant Justin comme employeur et lui-même se définissant comme ouvrier en peignes.

20 Pids 71233, 71230, 60183.

21 Tessie P. Liu, The weaver’s knot : the contradictions of class struggle and family solidarity in western France, 1750-1914, Ithaca, 1994, p. 234-35.

22 Martine Segalen, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion, 1980, p. 15-16.

23 Les 1 547 personnes qui déclarèrent travailler dans l’industrie du peigne vivaient dans 819 entreprises familiales et presque les deux tiers de la population vivaient dans ces 819 entreprises familiales : soit un total de 2 933 personnes en tout (64,7 %).

24 Michael J. Piore, « Work, Labour and Action : Work Experience in a System of Flexible Production », in Industrial districts and inter-firm co-operation in Italy, 54.

25 Alfred Marshall, Principles of economics : an introductory volume, 8th edn, Londres, 1930, 272.

26 Le terme est emprunté à Maurice Agulhon qui fut le premier à forger la phrase « sociabilité méridionale » et fit observer, en passant, qu’elle se caractérisait par la séparation des sexes (Maurice Agulhon, La Sociabilité méridionale : confréries et associations dans la vie collective en Provence orientale à la fin du 18e siècle, 2 vols, Aix-en-Provence, Publications des Annales de la Faculté des lettres, 1966, 1 : 408, 411). Ultérieurement, in Le Cercle dans la France bourgeoise : 1810-1848, étude d’une mutation de sociabilité, Paris, éditions de l’EHESS, 1977, il mit en évidence que « le cercle s’oppose encore au salon comme une sociabilité purement masculine à une sociabilité incluant hommes et femmes » (p. 52).

27 Jean-Daniel Reynaud, Les Règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand Colin, 1993, 49, 78, 83-5 ; cf. Jean Saglio, Industrie locale et stratégie des acteurs. Du peigne à la plasturgie dans la zone d’Oyonnax, Lyon, Bosc frères, 1991 ; Saglio and Raveyre, « Les systèmes industriels localisés », Sociologie du travail, no. 2 (1984) : 169-170.

28 Données du recensement, AD Ain : 155 personnes furent identifiées comme ouvriers en peignes, 13 autres comme « fabricants ». Plusieurs d’entre elles étaient signalées comme membres de la Chambre syndicale des fabricants de peignes, mais n’ont pas été comptées par souci de cohérence dans le traitement des données du recensement. Le résultat obtenu est donc prudent.

29 Liu, The weaver’s knot, p. 40-43 ; Gay L. Gullickson, « Proto-Industrialization, Demographic Behavior, and the Sexual Division of Labor in Auffay, France, 1750-1850 », Peasant Studies 9 (1982) : 106-18 ; « The Sexual Division of Labor in Cottage Industry and Agriculture in the Pays de Caux, Auffay, 1750-1850 », French Historical Studies 12 (1981) : 17-99. Cf. Anna Cento Bull and Paul Corner, From peasant to entrepreneur : the survival of the family economy in Italy, Oxford, 1993 ; Gay L. Gullickson, Spinners and weavers of Auffay : rural industry and the sexual division of labor in a French village, 1750-1850, Cambridge and New York, 1986. Ce sens de la séparation des sexes est perceptible dans la camaraderie de Denis Poulot (Alain Cottereau, ed.), Le sublime ou, Le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être : question sociale, Paris, Maspéro, 1980. Cet argument est compatible (bien que distinct) avec celui de Louise Tilly et Joan Scott, Women, Work and Family (New York, 1978, 1987). Tilly et Scott avaient pour objectif de montrer que les entreprises familiales préindustrielles donnaient aux femmes plus de possibilité de participation dans l’économie qu’on ne l’avait supposé. Elles ne mettaient pas en cause directement la question de l’autorité et du rôle des sexes, mais leur modèle présuppose que l’homme était normalement le représentant de l’autorité et probablement l’autorité réelle, du moins l’autorité reconnue par l’administration en place.

30 Patricia Hilden, Women, work, and politics : Belgium 1830-1914, Oxford, 1993, p. 215, 222, 230, 240.

31 Ellen Furlough, Consumer cooperation in France : the politics of consumption 1834-1930, Ithaca, 1991, p. 160.

32 « À Saint-Claude », L’Éclaireur de l’Ain, 25 septembre 1910, p. 3.

33 Furlough, p. 161. Ponard accorda une dimension spéciale à la coopération que l’éminent économiste Charles Gide appela l’École de Saint-Claude : Ponard affirmait que les bénéfices des coopératives ne devaient pas revenir aux membres individuels mais devaient plutôt être consacrés aux projets de la communauté. La Maison du Peuple de Saint-Claude fut construite grâce aux bénéfices de la coopérative et Nicod suivit ce modèle à Oyonnax. Voir J. Raymond, « PONARD, Pierre, Henri », le Maitron, 14, p. 289-93 ; J. Raymond et G. Prache, « René, Marius NICOD », t. 14, p. 178-9 ; C. Sowerwine et J. Raymond, « René, Marius NICOD », t. 37, p. 266-9.

34 « Inauguration de la Maison du Peuple de St-Claude », L’Éclaireur de l’Ain, 25 septembre 1910, p. 2.

35 « Le Vooruit de Gand », L’Éclaireur de l’Ain, 13, 20, 27 juillet, 3, 10 août 1902, p. 3.

36 Ibid., 20 juillet 1902, p. 4.

37 « Nécrologie », ibid., 22 avril 1934, p. 3 ; Charles Sowerwine, « MEUNIER, Charles », le Maitron, t. 36, p. 302.

38 « Les Enfants du Peuple à Oyonnax », L’Éclaireur de l’Ain, 20 juillet, 20 janvier 1907, p. 3 ; ‘Coopération et socialisme’, ibid., 30 août 1908, p. 3.

39 « Pour le Cercle », ibid., 20 janvier 1907, p. 3.

40 « Coopération et socialisme », ibid., 30 août 1908, p. 3.

41 « Action socialiste », ibid., 14 juin 1908, p. 3.

42 « Recrutement socialiste », ibid., 1 décembre 1912, p. 3.

43 « Action socialiste », ibid., 14 June 1908, p. 3.

44 « Pour le Cercle », ibid., 20 janvier 1907, p. 3.

45 Par exemple : « À la Coopérative », ibid., 12 mai 1905, p. 3 ; « Pour le Cercle », ibid., 3 novembre 1907, p. 2 ; « Action socialiste », ibid., 14 juin 1908, p. 3.

46 « Inauguration de la Maison du Peuple de St-Claude », « À Saint-Claude », ibid., 25 septembre 1910, p. 2.

47 « Le projet de la Maison du Peuple », ibid., 28 mai 1911, p. 3.

48 « Oyonnax s’embellit », ibid., 8 octobre 1911, p. 3.

49 Voir Sowerwine, Les femmes et le socialisme, p. 149-53.

50 « Pour la Maison du Peuple », ibid., 29 décembre, 1912, p. 3.

51 Voir Sowerwine, Les femmes et le socialisme, p. 165-7.

52 « Au café coopératif », L’Éclaireur de l’Ain, 13 octobre 1912, p. 3.

53 « Comment j’ai été guéri du jeu », ibid., 24 août 1913, p. 2-3 ; « Un groupe d’éducation et de culture physique à Oyonnax », ibid., 15, 22, 28 février, 7, 14, 21, 28 mars 1914, p. 3 ; « Contre l’alcool », ibid., 8 mars 1914, p. 3.

54 « Chronique coopérative », ibid., 13 août, 7 septembre, 7 décembre 1913, p. 3 ; « Bibliothèque populaire », ibid., 5 octobre 1913, p. 3.

55 « Une belle manifestation coopérative », L’Éclaireur de l’Ain, 11 septembre 1921.

56 « Les femmes et la coopération », ibid., 2 octobre 1927, p. 2.

57 « Pour la Maison du Peuple », ibid., 2 décembre 1923, p. 2.

58 « Une heureuse réalisation », ibid., 20 septembre 1925.

59 Tous les conseillers étaient communistes, à l’exception de l’ami de Nicod, le Dr Jules Pernet, qui se comporta passionnément en compagnon de route jusqu’à sa mort en 1925. Techniquement, le Conseil cessa d’être communiste lorsque Nicod rompit la discipline à la chambre des députés pour protester contre le pacte entre Hitler et Staline d’août 1939.

60 « Compte rendu du mandat municipal », L’Éclaireur de l’Ain, 8 octobre 1922.

61 « Choses municipales : La Question des Lavoirs », ibid., 27 janvier 1924, p. 2-3.

62 « La lutte contre la prostitution », ibid., 26 octobre 1930, p. 3 ; « Un débat sur la prostitution », ibid., 28 décembre 1930, p. 2 ; « Autour d’une pétition », ibid., 4 janvier 1931, p. 3.

63 « Une vraie débandade ! », ibid., 11 janvier 1931, p. 3.

64 « Assurons le succès de la Semaine Internationale des Femmes », ibid., 28 février 1926, p. 1 ; « Tribune Féminine : Pour l’entrée des femmes dans les Syndicats », ibid., 9 mai 1926.

65 « La Journée du 4 Février : Imposante manifestation à Oyonnax », ibid., 7 février 1932, p. 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Répartition des ménages contenant au moins une personne active dans l’industrie du peigne (Oyonnax 1901)
Légende 1 Ménage>salaire. Ces ménages contiennent un patron nommé comme leur patron par davantage de personnes extérieures au ménage que dans le ménage. Ce sont donc, en gros, les fabricants.2 Salaire>ménage. Ces ménages contiennent un patron nommé comme leur patron par davantage de personnes vivant dans le ménage que vivant ailleurs. Ce sont des petits fabricants.3 Patron ménage seulement. Ces ménages contiennent un patron nommé comme leur patron par des personnes vivant dans le ménage mais par personne d’autre vivant à l’extérieur. Ce sont généralement des très petits fabricants, voire des sous-traitants.4 Travail à façon. Ces ménages contiennent des personnes qui indiquent que le chef de ménage est leur patron mais le patron lui-même se donne comme « ouvrier ». Ce sont des sous-traitants qui organisent le travail de leur ménage pour un autre.5 Travail à la pièce. Ce sont les ménages où au moins une personne travaille dans l’industrie du peigne mais personne n’est donné comme « patron » et personne n’indique que le chef du ménage est leur patron, mettant plutôt « à la pièce » pour répondre à la question, « qui est votre patron ? ». Dans ces ménages, chaque ouvrier du peigne cherche directement du travail à l’extérieur.6 Patron extérieur (3 ménages, 1 %, catégorie omise dans le tableau 1). Dans ces ménages, il y a au moins une personne qui se donne comme « ouvrier en peignes » et travaille pour un patron extérieur. Il s’agit des vrais ouvriers en peignes dont les ménages n’ont aucune prétention à être des ateliers.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/633/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Sowerwine, « Les femmes, le socialisme et l’organisation du travail : Oyonnax (Ain) 1890-1939 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 06 mars 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/633 ; DOI : 10.4000/framespa.633

Haut de page

Auteur

Charles Sowerwine

Professeur d’histoire de France à l’Université de Melbourne (Australie), Charles Sowerwine est spécialiste de l’histoire du socialisme : il a notamment contribué au Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français sous la direction de Jean Maitron. Croisant l’histoire du socialisme avec le concept de genre, il est l’auteur d’un ouvrage qui fait encore référence aujourd’hui : Les femmes et le socialisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1978. Il y retrace l’histoire des femmes oubliées qui, tout comme les hommes, contribuèrent au développement du socialisme au cours de la Troisième république.
c.sowerwine@unimelb.edu.au

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org