Navigation – Plan du site
Le travail

Histoire et travail : quelques repères et une perspective

Georges Hanne

Résumé

Un survol rapide des institutions et des orientations de l’historiographie du travail laisse voir qu’il s’agit pour l’essentiel d’un champ de recherche investi par les contemporanéistes et les spécialistes du monde ouvrier, alors même que les historiens restent en marge des réflexions philosophiques et sociologiques sur la définition et les origines du travail. Pourtant une approche culturelle du travail devrait être attentive au fait qu’il devient à la fin de l’époque moderne un caractère de l’identité individuelle à l’heure où se mettent en place des procédures régulières d’enregistrement des populations. La naissance d’une société du travail apparaît alors comme intrinsèquement liée au développement de l’État et aux dispositifs d’information et de communication qui l’accompagnent.

Haut de page

Texte intégral

1Dans quelle mesure et comment le travail a-t-il été un objet pour les historiens et le reste-t-il aujourd’hui ? Au-delà des bornes qui définissent un univers singulier, l’évolution de la discipline historique et ses relations avec les autres sciences humaines n’ouvre-t-elle pas d’autres voies d’approche ?

  • 1  D’une certaine façon, c’est peut-être plus à travers ce second mode que se renouvellent et s’enric (...)

2Pour répondre à la première de ces interrogations, il convient d’envisager d’abord les recherches qui sont consacrées de façon explicite au travail, mais très nombreuses sont les autres approches à travers lesquelles les historiens traitent du travail sans que celui-ci s’impose comme l’objet même de leurs recherches1. Même dans la perspective la plus restreinte et en se cantonnant pour l’essentiel au terrain français, il ne saurait être question ici de dresser un inventaire exhaustif mais simplement d’évoquer les éléments importants qui paraissent représentatifs de la place du travail dans le champ de la recherche historique.

L’affichage du travail dans le champ de la recherche historique en France

  • 2  Il s’agit essentiellement d’un centre de ressources qui possède des collections de périodiques, no (...)

3Preuve s’il en était besoin que le travail reste un objet historique identifié, les deux centres de ressources qui sont aujourd’hui explicitement voués à l’histoire du travail en France, sont de création assez récente. Le Centre d’Histoire du Travail (CHT) de Nantes qui s’est appelé d’abord Centre de documentation du mouvement ouvrier et du travail, a été créé en 1980 par des universitaires avec le soutien des trois grands syndicats ouvriers2. Les fonds d’archives sont essentiellement de nature syndicale, ouvrière plus particulièrement, mais pas seulement, et politique, regroupant des documents émanant de l’extrême gauche, du parti communiste et de l’anarchisme, etc. L’autre institution, encore plus récente (ouverte en 1993), résulte d’une initiative officielle, puisqu’il s’agit d’une section des Archives Nationales qui s’appelle le Centre des Archives du monde du Travail. La perspective est assez différente car, à côté des archives syndicales, il s’agit surtout d’un fonds d’archives d’entreprises. Le centre est situé dans un site emblématique de la grande industrie, l’ancienne usine Motte-Bossut à Roubaix.

  • 3  Placé sous la direction de Gérard Gayot et plus particulièrement l’axe consacré aux « Institutions (...)
  • 4  Qui est publiée par l’association éponyme avec la collaboration du Centre d’histoire sociale du XX(...)
  • 5  Anciennement Centre de recherche historique des mouvements sociaux et du syndicalisme de l’Univers (...)
  • 6  Le travail est toutefois mentionné dans une Direction de recherche dénommée « Travail et identités (...)
  • 7  Le Groupe d’histoire sociale est composé d’historiens, de sociologues et de chercheurs en science (...)
  • 8  Éditée par Alternatives Économiques et soutenue par le CHS du XXe siècle.
  • 9  « Travail et mouvement ouvriers en Italie. Tendances historiographiques récentes », n° 9, 1er trim (...)

4En revanche, en ce qui concerne les institutions de recherche, le travail n’est pas directement affiché dans l’intitulé des laboratoires du CNRS de sciences humaines qui s’attachent à la dimension historique, mais il y est fait explicitement référence dans certains axes de recherches. C’est le cas du Centre d’étude et de recherche sur les savoirs, les arts, les techniques et les sociétés (CERSATES) à Lille III, qui comporte un pôle consacré à l’histoire économique et sociale du monde du travail du XVIe au XXIe siècles3, tandis que le laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie, associant le CNRS et l’ENS et dirigé par Michel Lescure s’intéresse notamment aux « Dynamiques du travail du salariat et de l’emploi ». Cependant l’histoire du travail est bien loin de se résumer à ce que peuvent nous en dire les noms des institutions et, d’une certaine façon, c’est toute l’histoire sociale ou du moins l’histoire sociale contemporaine qui consacre ou a consacré une grande partie de ses recherches au travail. Emblématique à cet égard est la revue Le Mouvement Social4, associant sociologues et historiens, et qui se présente comme vouée à l’histoire économique et sociale du monde contemporain (dix-neuvième et vingtième siècle). Les numéros spéciaux mettent en évidence un intérêt très fort dans les années soixante et soixante-dix pour la classe ouvrière et les usines, à côté d’une préoccupation tournée vers le syndicalisme, le militantisme. Le n° 200, de 2002, qui dresse une sorte de bilan de l’histoire sociale, sous le titre « l’histoire sociale en mouvement » fait une place à « L’histoire du travail à l’époque contemporaine » en opposant les « clichés tenaces » aux « nouveaux regards » sous la plume de deux figures importantes de l’histoire du travail, Christian Chevandier et Michel Pigenet. Dans les axes de recherche du CHS - XXe siècle5 qui collabore à la publication de la revue, le travail n’apparaît pas au premier plan dans les programmes de recherches de l’institution. Parmi les activités fortes du centre, le Dictionnaire Maitron, étendu à la période 1940-1968, et le site d’histoire sociale Maitron.org mettent en évidence une problématique, plus axée sur le syndicalisme, le mouvement ouvrier que sur le travail à proprement parler6. Ce dernier apparaît cependant en tant que vecteur d’identités passant par des savoir-faire, des statuts professionnels, des conventions, en essayant de cerner ce qui fonde les sentiments d’appartenance, ainsi que par le biais de lieux chargés de représentations et de mémoire telles que les usines Renault de Billancourt. Cependant un nouveau courant de l’histoire sociale a récemment émergé à travers un groupe7, qui s’exprime essentiellement à travers la revue Histoire et Société, revue européenne d’histoire sociale8. Celle-ci, qui est à la fois pluridisciplinaire et européenne, propose une rubrique « travail » dans laquelle a été publié récemment, par exemple, un article de Stéphano Musso qui analyse les tendances historiographiques récentes de l’histoire du travail dans le cas italien9.

  • 10  L’IHS a été fondé avant la seconde guerre mondiale en tant que filiale française de l’Institut int (...)

5À côté de ces groupes et de ces revues à caractère scientifique, il existe des institutions qui sont plus directement liées à ce qu’on appelle le mouvement ouvrier : L’Institut d’histoire sociale (IHS) s’intéresse plus particulièrement à l’histoire du communisme, de l’anarchisme et du socialisme10. On doit également mentionner le courant de la Labo(u)r History anglo-saxonne, elle aussi plus ou moins liée au mouvement ouvrier, même si son audience reste relativement faible dans le milieu universitaire en France. À l’International Association of Labour History Institutions qui dépend de l’International Institute of Social History adhèrent une dizaine d’institutions françaises : le Centre d’Etudes et de Recherches sur les Mouvements trotskystes et révolutionnaires internationales (CERMTRI), le Centre d’Histoire sociale du XXe siècle, la Fédération des Mutuelles de France (FMF), la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF), l’Institut CGT d’Histoire sociale et quelques autres. Parmi les revues de langue anglaise qui ont une certaine audience en France, on peut mentionner International Labor and Working-Class History, revue semestrielle, consacrée à l’histoire du travail et de la classe ouvrière, mais il en existe d’autres, moins spécifiques, qui lui consacrent néanmoins beaucoup de contributions, à commencer par International Review of Social History.

Les historiens et le travail : genèse et mutation d’une relation

6Ce très bref aperçu laisse apparaître que le travail reste dans une assez large mesure approprié par les spécialistes de l’histoire sociale contemporaine et qu’il est le plus souvent encore aujourd’hui référé à la condition et aux organisations ouvrières, alors même que les études se multiplient dans d’autres domaines, sur d’autres groupes socioprofessionnels. Cette appropriation et cette référence indiquent la persistance d’un double présupposé, d’une part le primat accordé à la production industrielle dans la définition du travail et d’autre part son insertion dans une perspective d’histoire politique dont l’horizon est essentiellement limité au dernier siècle et demi qui vient de s’écouler. Dans leur approche générale, dans leur visée explicite, la plupart des historiens se présentant comme des spécialistes du travail l’envisagent, ou du moins l’ont envisagé jusqu’à une date récente, pour l’essentiel à travers le prisme des conflits sociaux et politiques qui se sont déroulés à son sujet à l’âge industriel dans le cadre usinier et dont les militants ouvriers ont été les principaux acteurs. Ces orientations soulèvent deux questions : celle de la définition du travail et plus particulièrement de son historicité, ensuite celle de la connexion entre histoire du travail et progressisme.

  • 11  Alain Cottereau, « Théories de l’action et notion de travail. Note sur quelques difficultés et que (...)
  • 12  Émile Levasseur, Histoire des classes ouvrières en France depuis la conquête de Jules César jusqu’ (...)
  • 13  Ange Guépin, Nantes au XIXe siècle. Statistique topographique industrielle et morale faisant suite (...)

7Comme d’autres champs historiques, le travail renvoie à une représentation du monde et celle-ci est historiquement constituée. Parmi les multiples sens du travail qu’Alain Cottereau, dans un numéro de Sociologie du Travail11, s’est efforcé de distinguer, les historiens ont surtout retenu celui du travail salarié industriel, sens qui s’est souvent incarné en devenant le groupe social des travailleurs et plus particulièrement la classe ouvrière. L’histoire du travail a en effet d’abord été une histoire des travailleurs, des classes laborieuses ou des classes ouvrières, dont le livre d’Émile Levasseur ne constitue que le fleuron le plus connu12. Cette histoire émerge avec le mouvement de 1848 qui correspond à la prise de conscience d’une question sociale et plus particulièrement d’une question du travail à laquelle tentent notamment de répondre les Ateliers Nationaux. La conjonction des transformations rapides des conditions et des formes d’activité et de l’absence ou du moins de l’insuffisance d’institutions d’encadrement de ces activités explique le caractère d’urgence que prennent alors ces questions. La vision historienne du travail intervient comme la prise de conscience de la dimension historique d’une préoccupation qui s’était fait sentir chez les enquêteurs sociaux à travers les études de Guépin sur Nantes ou de Villermé13.

  • 14  Fernard Braudel et Ernest Labrousse (sous la direction de), Histoire économique et sociale de la F (...)
  • 15  « Un laboratoire de la doctrine corporatiste sous le régime de Vichy : l’institut d’études corpora (...)

8Ainsi le travail vient en quelque sorte aux historiens par les travailleurs, à une époque où les historiens appréhendent l’histoire comme la résultante d’actes individuels. L’étude des classes laborieuses ouvre l’histoire à l’économie, avec les débuts d’une histoire économique et sociale dans la postérité de laquelle E. Labrousse et F. Braudel ne craindront pas de s’inscrire14. Cependant dans ce nouveau champ disciplinaire, les réalités concrètes du travail semblent se diluer en même temps que les historiens commencent à adopter les outils conceptuels et les instruments d’analyse des économistes. La préoccupation du travail se retrouve alors chez des historiens plus soucieux d’histoire du droit et de psychologie historique que d’économie ou même de sociologie. C’est surtout sa valeur humaine que l’on célèbre, parfois avec un certain lyrisme, à une époque, la dépression des années Trente, qui montre à quel point sa pénurie peut se faire sentir. Cette valorisation trouve son expression la plus forte à l’époque vichyste avec la chaire d’histoire du travail occupée par Édouard Dolléans et également à travers l’Institut d’études corporatives de Maurice Bouvier-Ajam auquel Steven Kaplan a consacré récemment un article15

  • 16  Paris, Armand Colin, 2 vol. 1961, 1962.

9Après guerre, au moment où l’extension du système fordiste et l’urbanisation s’accompagnent d’une salarisation de plus en plus massive, les historiens projettent la généralisation d’un certain type de rapport salarial sur un travail universalisé, conçu comme le rapport des hommes au monde qui les entoure. L’histoire du travail s’imprègne de techniques, s’attache aux conditions matérielles dans lesquelles il s’effectue et bien sûr aux rapports sociaux qui semblent le déterminer. Le travail devient une catégorie qui traverse toute l’expérience humaine, une dimension de la personne qui se module différemment en fonction des données matérielles et sociales mais qui peut être isolée pour toutes les périodes de l’histoire de l’humanité. C’est l’époque ou Friedmann et Naville écrivent dans leur Traité de sociologie du travail que « le travail est le trait spécifique de l’espèce humaine (…), le commun dénominateur et la condition de toute vie humaine »16. Pour autant cette vision du travail n’est pas à l’origine d’une grande production chez les historiens, mis à part quelques synthèses historiques, assez déconnectées des recherches, un peu comme s’ils le laissaient aux sociologues, certains d’entre eux se réservant de leur côté l’étude des mouvements sociaux et politiques liés au monde du travail.

  • 17  Cynthia Koepp, Steven Kaplan (éds), Work in France- Representations, Meaning, Organization, and Pr (...)
  • 18  Charles Sabel, Work and Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 1982. Patrick Joyce (éd.)(...)

10Cette vision se trouve profondément bouleversée avec la fin des Trente Glorieuses, du plein emploi et de la croissance forte et régulière : certaines certitudes faciles dans l’approche historique du travail sont alors sapées dans leurs fondements. À partir du moment où le travail n’est plus cet élan vital générateur d’une croissance infinie, on commence à s’interroger sur son essence et son universalité. Certains historiens s’intéressent alors à la signification du travail et effectuent un retour sur la séquence au cours de laquelle il est devenu un élément central d’explication et d’identité de la société. Concernant la France même, il faut noter que les travaux les plus novateurs sont en grande partie le fait d’historiens anglo-saxons. Le colloque de Cornell de 1983, paru en 1986 sous le titre Work in France17 est représentatif d’un tournant dans les années 80, au cours desquelles on doit aussi relever les travaux de Patrick Joyce et de Charles Sabel, qui interrogent explicitement la notion de travail18. Le premier mérite de ces auteurs est d’avoir replacé le travail contemporain dans une perspective historique de plus longue durée qui met à contribution les modernistes et qui démarque donc le travail de l’histoire contemporaine et de l’industrialisation.

  • 19  Cf. art. cit., Histoire et sociétés, n° 9, 1er trimestre 2004, p. 82-94.
  • 20  Cf. les travaux d’Edward Anthony Wrigley : People, Cities and Wealth : The Transformation of Tradi (...)

11C’est ici qu’intervient l’autre présupposé de l’étude du travail, à savoir le progressisme de la plupart des historiens qui s’y livrent. Cette orientation ne s’est pleinement imposée en France qu’après la Seconde Guerre mondiale et résulte d’un combat idéologique autour d’un objet qui dès sa première conception a été saisi comme un enjeu politique. Mais, dès les travaux fondateurs d’Émile Levasseur, l’histoire du travail a été très profondément marquée par la prégnance du paradigme révolutionnaire, un paradigme qui s’adossait à deux piliers, la révolution industrielle et la Révolution française. Or, comme le fait observer Stephano Musso dans le cas de l’Italie, en rappelant ce qu’avait dit Marcel van der Linden dans un numéro spécial de l’International Review of Social History paru en 1993 et intitulé « The end of Labour History ? »19, dans le dernier quart du XXe siècle, deux phénomènes sont venus modifier la perspective de l’histoire du travail. Le premier, de nature à la fois économique et sociétale, se manifeste à travers le recul numérique de la classe ouvrière (même s’il a pu être exagéré par certains) et s’enracine dans la progressive mise en cause du rapport salarial contemporain et donc de la place du travail dans les sociétés. La grande industrie apparaît désormais comme un moment et une forme parmi d’autres de l’économie industrielle et les rapports sociaux qui lui correspondent focalisent moins l’attention des historiens, qui envisagent les autres formes contemporaines de travail et qui replacent leurs observations concernant la période industrielle dans une perspective chronologique plus large incluant la phase antérieure à l’industrialisation et relativisent quelque peu cette dernière notion, surtout quand elle s’exprime à travers le concept de révolution industrielle20.

  • 21  À cet égard 1989 représente bien une date importante dans l’historiographie française, contraireme (...)
  • 22  Celle-ci s’est imposée au détriment de la vision cyclique qui a longtemps prévalu, la redéfinition (...)
  • 23  Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil/La librairie du XXIe sièc (...)

12Second phénomène, de nature d’abord politique cette fois, l’effondrement du régime soviétique, qui prétendait incarner la classe ouvrière et qui, idéologiquement, était fondé sur le travail comme valeur, a contribué à saper le deuxième pilier du paradigme révolutionnaire. Vues de France, les révolutions relativement douces de 1989, donnent à certains égards l’impression de clôturer une ère des révolutions ou de la révolution, qui s’était ouverte en 1789 et dans la postérité de laquelle se plaçaient les historiens marxistes, au point qu’ils en avaient fait une sorte de domaine réservé21. La fin du communisme en Europe a achevé en effet d’invalider l’usage extensif du concept de révolution et par la même occasion a contribué à fragiliser les certitudes auxquelles peut s’adosser notre lecture linéaire de l’histoire22. Le progressisme, au sens politique du terme, de l’histoire et des historiens du travail et leur attachement au mouvement ouvrier sont en effet liés à cette conception du temps et, comme dirait François Hartog, à un certain « régime d’historicité » qui mêle révolution industrielle et processus révolutionnaires23.

  • 24  Cf. par exemple celle de Christine Velut, « L’industrie dans la ville : les fabriques de papiers p (...)
  • 25  Futur Antérieur, n° 16, 1993 et Sociologie du travail, XXXVI, Hors série, 1994.
  • 26  « Introduction », in R. Berlanstein (éd.), Rethinking Labor History : Essays on Discourse and Clas (...)
  • 27  Jürgen Kocka, Claus Offe (eds), Geschichte und Zukunft der Arbeit, Berlin, Campus, 2000. Cf. égale (...)
  • 28  Louis Dumont, Homo aequalis. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard, (...)
  • 29  Michel Freyssenet, « L’invention du travail », Futur Antérieur, n° 16, 1993, p. 17-26 et « Quelque (...)

13La défiance à l’égard d’approches schématiques ou déterministes peut aussi conduire à un dépassement des clivages de la périodisation traditionnelle en même temps qu’à une prise en considération de la pluralité des situations de travail. C’est ce qui s’observe dans les recherches poursuivies depuis quelques années, ainsi que le fait apparaître par exemple les contributions réunies en 2002 dans un dossier de la Revue d’histoire moderne et contemporaine consacré aux « Mondes du travail »24. Le renoncement à quelques présupposés et à certaines appropriations peut permettre aux historiens de s’inscrire de façon plus active dans la réflexion qui s’est engagée en sciences sociales et en philosophie sur le travail et sur ses « énigmes » pour reprendre l’intitulé d’un numéro de Sociologie du Travail ou encore sur ses « paradigmes », comme le formulait un numéro de Futur Antérieur de 199325. Le questionnement même et les incertitudes à propos de sa pérennité en tant que lien social majeur a engendré un bouillonnement de réflexions dans les années 1990, comme celles de Lenard R. Berlanstein26 aux États-Unis ou de Jurgen Kocka en Allemagne27, qui conduit à s’interroger sur les origines et la genèse de la société du travail en remettant sur le métier le concept wébérien de professionnalisation de la société. L’abandon de l’approche substantiviste du travail auquel aboutissent les apports de l’anthropologie et l’ethnologie ainsi que la mise en perspective de Louis Dumont dans Homo aequalis28 paraissent donner quelques clés pour mieux comprendre comment et à quel moment le travail a pris sa place dans les formations identitaires. Pourtant, de façon assez surprenante, les historiens qui se placent explicitement dans le champ de l’histoire du travail ont été largement absents dans les discussions qui se sont développées entre des sociologues comme Michel Freyssenet ou Annie Jacob, qui essayent de faire la généalogie du travail moderne et une philosophe comme Dominique Méda qui postule son historicité29, comme s’ils se situaient en fait à d’autres niveaux.

  • 30  Thomas Welskopp, « L’histoire sociale du XIXe siècle : tendances et perspectives », Le Mouvement S (...)
  • 31  Richard Hoggart, La Culture du pauvre. Etude sur le style de vie des classes populaires en Anglete (...)
  • 32  Cf. la table-ronde organisée par la Société d’Histoire moderne et contemporaine sur le thème « Fau (...)
  • 33  Cf. la synthèse de Françoise Battagliola, Histoire du travail des femmes, Paris, Éditions La Décou (...)

14Participer pleinement à ce débat suppose une sorte de redéploiement, une remontée, non seulement dans le temps, mais aussi dans l’appréhension même du travail. Certains signes d’un repositionnement se laissent cependant voir : alors que l’histoire du mouvement ouvrier était présentée d’une façon parfois déterministe comme la résultante d’une situation de travail, l’étude des cadres, des conventions, des normes et des relations qui constituent la situation de travail et qui lui donnent sens, a actuellement le vent en poupe. Par ailleurs l’histoire sociale devient de plus en plus une histoire culturelle du social qui, non seulement appréhende la société à travers ses aspects culturels, mais qui cherche à saisir comment la culture produit le social. Dans un article paru dans le numéro 220 du Mouvement Social, Thomas Welskopp a d’ailleurs bien montré comment l’histoire sociale pouvait mettre à profit le tournant culturel30. Rappelons à cet égard que les cultural studies, qui se sont développées Outre-manche à partir de la fin des années cinquante, ont été à l’origine le projet de chercheurs qui s’intéressaient à la working class, qu’il s’agisse de Richard Hoggart ou de Edwart P. Thompson31. Mais il est vrai que les historiens français n’ont pas été vraiment touchés par les cultural studies32. En revanche, en France comme ailleurs, l’histoire du travail s’est beaucoup enrichie des apports de l’histoire des femmes et de l’histoire du genre qui l’ont aidé à sortir d’une problématique centrée sur la notion de classe33.

Aux origines du travail moderne : l’enregistrement des populations

  • 34  Cf. l’ensemble des publications parus sous le titre générique Genèse médiévale de l’anthroponymie (...)
  • 35  Il s’agit ici d’appliquer le classement et la terminologie esquissés par Krzysztof Pomian dans un (...)

15La perspective que j’aborde maintenant se place dans le sillage de cette inflexion culturelle de l’histoire qui s’efforce d’envisager son objet sous l’angle des comportements, des partages, des appropriations, des identités, des significations. Il s’agit en l’espèce de s’attacher aux modalités de désignation professionnelle et aux processus de nomination des individus à travers leurs occupations. L’anthroponymie rend compte de l’importance et de l’ancienneté de l’occupation dans l’identification des personnes34. Il semble cependant que le travail moderne puisse à certains égards être conçu comme le résultat de la mise en place d’un lexique qui permet d’appréhender chacun à travers une catégorie qui prend le pas sur d’autres comme celle de l’état ou de la qualité. À travers le développement des dispositifs d’enregistrement des personnes se trouvent progressivement mis sur le même plan des éléments qui ne présentaient jusqu’alors pas d’homologie formelle entre eux. Les registres sur lesquels ils sont inscrits, largement utilisés par l’histoire économique et sociale classique, qui les appréhendait comme la représentation plus ou moins déformée d’une structure sociale sous-jacente, peuvent aussi être envisagés en tant que productions signifiantes. Que leur finalité ait été fiscale ou démographique, ils ont eu pour fonction de fixer et de garder en mémoire les caractéristiques correspondant à un individu ou à un foyer et permettant de le reconnaître et de le distinguer parmi d’autres, eux aussi identifiés et nommés par des phonèmes conservés sous la forme de signes scripturaires35.

  • 36  La logique de l’écriture. Aux origines des sociétés humaines, Paris, Armand Colin, 1986.

16Si l’historien est tributaire de ses sources, il est aussi profondément conditionné par son époque. Ainsi, la révolution informatique a mis en évidence la possibilité d’une lecture de l’histoire humaine comme processus de complexification, de diversification et de perfectionnement des formes et des moyens de connaissance et de reconnaissance. Comme le faisait observer Jack Goody il y a vingt ans dans La logique de l’écriture36, ces transformations méritent autant d’attention et ont autant d’effets que celles qui concernent les modes de production et de consommation des objets ou des denrées. Le registre occupe une place importante dans les modes de représentation car il regroupe de manière ordonnée et sous une forme non linéaire un ensemble d’informations en les présentant sur un mode énumératif. L’enregistrement des hommes rend ainsi visible une ordonnance spatio-temporelle au sein de laquelle des acteurs peuvent être identifiés et comptabilisés. Sa systématisation implique l’usage d’une langue commune qui s’impose par rapport à d’autres parlers en s’appropriant la pratique de l’écrit et qui suppose le recours à un personnel spécialisé en contact avec les populations, dont les liens avec le pouvoir qui est à la source de la procédures se trouvent en quelque sorte actualisés à travers ce qui fonctionne à certains égards comme un acte d’allégeance.

  • 37  En dehors de l’ouvrage de Dumont, op. cit, on peut ici se référer à celui de Catherine Larrere, L’ (...)

17Initialement les mobiles des autorités sont essentiellement d’ordre pécuniaire et en définitive militaire, mais dans un second temps, les détenteurs du pouvoir prennent conscience de l’intérêt intrinsèque de l’enregistrement qui n’a plus alors seulement une finalité immédiate et matérielle. Deux éléments apparaissent ici essentiels pour expliquer cette évolution du rapport des institutions de pouvoir à l’enregistrement des personnes : Le premier est l’émergence de l’économie politique37, qui a pour effet de transformer la vision de la richesse et de la puissance en faisant comprendre que celles-ci dérivent, non pas des quantités de métaux précieux dont dispose le souverain, mais des biens qui sont produits à l’intérieur de l’espace où s’exerce sa souveraineté et donc en définitive des hommes qui produisent ces biens et des activités à travers lesquelles ils les produisent. La seconde évolution, qui découle dans une certaine mesure de la précédente, est la sécularisation du contrôle social des populations et de leurs comportements, qui sort progressivement du cadre religieux pour devenir une préoccupation et un outil du pouvoir séculier. Ce dernier après avoir cherché et en partie réussi à utiliser les registres tenus dans les paroisses, entreprend de pratiquer des relevés synchroniques des sujets. Le contrôle des comportements marque un changement d’échelle dans l’encadrement des habitants, avec l’élargissement de l’horizon de vie et le développement de la circulation qui y correspond et surtout le fait que le pouvoir s’exerce de façon plus directe par l’échelon supérieur, les échelons inférieurs devenant des représentants du souverain et non plus des micro-pouvoirs formellement indépendants dont les instances négocient avec le pouvoir supérieur les formes et le coût de leur allégeance.

18Le travail moderne participe à deux niveaux à la nouvelle relation qui s’établit entre autorité et populations. Celle-ci passe par la mise en place d’une administration dont les fonctions se spécialisent et se diversifient et dont les effectifs deviennent de plus en plus nombreux. Parallèlement à cette professionnalisation des agents du pouvoir, le repérage des contribuables ou tout simplement des habitants induit leur identification à la fois par l’onomastique et par la fonction sociale qu’ils occupent. C’est donc en définitive aussi une professionnalisation des enregistrés qu’instaure et rend nécessaire la tenue de registres fiscaux ou démographiques. En reprenant les analyses de Norbert Elias, l’interaction entre travail moderne et affirmation de l’État s’observe aussi si l’on considère que la fiscalité pratiquée à l’échelle de grands espaces ne peut se contenter de prélèvements en nature mais passe inévitablement par l’usage de numéraire et donc par une monétarisation des rapports sociaux. Les anciens systèmes de la récompense cèdent la place au versement de rentes et de gratifications en espèces qui débouche à terme sur le rapport salarial.

19Ainsi le rôle de l’État, de l’autorité publique apparaît essentiel dans l’émergence du travail comme principe organisateur du social. L’enregistrement des populations permet leur quantification et leur connaissance et il ouvre une perspective d’action réfléchie sur celles-ci dans les objectifs que se fixe l’État, qu’il s’agisse de ses capacités d’aligner des hommes face à ses rivaux et voisins, de la maximalisation de ses revenus et de l’optimisation des modalités de prélèvement, du maintien de l’ordre et de la sécurité de ses agents, des possibilités de contenir les formes de rejet ou de contestation de son autorité. Dans le même temps, l’enregistrement devient aussi un élément essentiel de la constitution et de l’approfondissement du lien entre les détenteurs du pouvoir et ceux sur lesquels il prétend s’exercer. Il est créateur d’habitus psychique dans la mesure où il est l’occasion pour chacun de prendre conscience de son appartenance à une communauté invisible, impalpable dans l’immédiateté, mais qui se construit dans l’imaginaire de chacun.

  • 38  Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, 1993 (...)
  • 39  Norbert Elias, La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975 (1e édition allemande 1939),p (...)

20Cette intériorisation est d’autant plus effective que l’enregistrement devient progressivement le début d’une chaîne d’information qui accomplit une boucle et revient ensuite vers les enregistrés à travers les médias qui se développent de façon parallèle38. La collecte des informations n’a plus alors seulement pour but de faire parvenir des informations aux institutions qui en sont à l’initiative, mais aussi, avec la diffusion et la multiplication des moyens de communication, de permettre à un nombre toujours plus grand d’accéder à une connaissance de la société et au-delà à une connaissance de soi comme élément d’un ensemble de représentations partagées. Cet effet de miroir induit une appropriation de leur propre image par les enregistrés qui les pousse à s’y conformer. La norme sort progressivement du cadre des rapports de proximité et s’établit à partir d’une lecture d’un monde plus vaste où chacun peut et doit se reconnaître et s’identifier en prenant conscience des chaînes d’interdépendances au sein desquelles sont prises ses actions individuelles39.

  • 40  Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)

21Dans le même temps, si l’on reste dans la perspective de la sociologie historique de Norbert Elias, ce phénomène de distanciation est aussi essentiel dans ce qu’il appelle le procès de civilisation, puisqu’il induit une forme de temporisation, de retenue, l’enregistrement s’inscrivant dans une opération étalée dans le temps et dont l’aboutissement est lointain, aussi bien spatialement que temporellement. L’acceptation de l’enregistrement tient au fait qu’il devient créateur de consensus puisqu’il permet à chacun de se placer dans une chaîne dont les deux bouts peuvent être tenus. L’information, l’ordonnance, la communication deviennent des exigences communes et partagées qui permettent à chacun de se situer et de s’appréhender soi-même dans ce qu’Habermas appelle l’espace public40.

Le travail dans le champ de l’information et de la communication

22Dans le procès de civilisation, Elias a souligné à la fois les deux mouvements concomitants de professionnalisation et d’individualisation, mais jusqu’à présent l’histoire du travail est restée presque aveugle à cette coïncidence et les historiens ont surtout senti la force du lien qui était établi dans sa sociologie entre le pouvoir et la culture, entre le politique et l’anthropologie, alors que l’histoire économique et sociale n’y puisait aucune clé d’explication. La force du double paradigme que je viens d’évoquer a largement contribué à faire blocage : la modernité économique a été en effet longtemps assimilée au phénomène industriel et au développement d’un prolétariat et a donc été décrite en termes de volumes, de masses et de classes.

23Dans ce scénario, en forçant le trait, la société moderne est avant tout le produit de l’industrialisation, l’avènement de la grande entreprise, l’extension du système usinier et passe par une prolétarisation généralisée, la déqualification et l’anonymisation des travailleurs. Mais ce schéma, en soi discutable, même dans le cadre du système usinier, n’a jamais de toutes façons concerné qu’une minorité de la population, y compris dans les pays dits industrialisés. À partir de la fin du XVIIIe siècle, c’est surtout une diversification des activités qui se produit et tout autant et souvent plus que les activités de production et de transformation, ce sont surtout les opérations liées aux échanges de produits et à leur monétarisation, à la circulation des hommes et des idées, à la formation des individus, à leur encadrement et au contrôle de leurs comportements qui ont connu une croissance extraordinaire. C’est dans cette perspective élargie qu’il faut envisager comment l’occupation professionnelle est devenue un caractère déterminant de l’identité individuelle.

  • 41  Philippe Breton, L’utopie de la communication : le mythe du « village planétaire », Paris, La Déco (...)

24L’adéquation entre individu et travail signifie aussi que le changement social, tout autant que des modes de production, dépend des modes de communication. Cela revient à dire que la capacité des hommes à utiliser leur environnement matériel pour transmettre un message est une dimension aussi importante de l’histoire humaine que leur capacité à l’utiliser pour se nourrir ou pour s’abriter. Les domaines ne sont d’ailleurs pas étanches et, fondamentalement, la culture est justement un encastrement du signifié dans toutes les pratiques et dans tous les objets qui se développent dans un groupe humain. Mais, formellement, on peut néanmoins distinguer la fonction signifiante des autres et envisager son évolution à travers tout ce qui l’exprime explicitement. D’une façon générale la place prise par cette fonction aujourd’hui et la valeur parfois disproportionnée qui lui est accordée41 peuvent être replacées dans une durée beaucoup plus longue si l’on admet qu’il s’agit d’une prise de conscience et de la mise à jour d’un phénomène bien plus ancien, à savoir la montée en puissance des activités humaines liées à la production et à la diffusion de messages et le fait qu’elles donnent lieu à des opérations de plus en plus spécifiées et se découplent de celles qui ont une autre finalité manifeste.

  • 42  Armand Mattelard, L’invention de la communication, Paris, La Découverte, 1994 et Histoire de la so (...)
  • 43  Ibid., p. 71.

25Avec Armand Mattelard, on peut faire remonter au moins au XVIIe l’invention de la communication comme rapport au monde et comme façon de penser ce rapport42. Cette communication réfléchie et conceptualisée n’est pas sans lien avec la nouvelle fortune que connaît au XVIIIe siècle la notion de travail. Chez Smith, comme plus tard chez Durkheim, le travail moderne se caractérise d’abord par la division des tâches, qui permet d’en optimiser et d’en décupler le résultat, et cette division suppose naturellement séparation, assignation et coordination, soit inévitablement mise en place de dispositifs de communication au travers desquels chacun connaît sa place et est attentif à celle des autres43. Par ailleurs, si les travailleurs doivent être conscients d’eux-mêmes et de ce que font les autres, il y a aussi une part croissante d’entre eux qui ont pour fonction essentielle de permettre et de favoriser cette conscience.

  • 44  Cf. Alain Desrosières, op. cit., p. 47-48.
  • 45  Paul Watzlawick, Janet H. Beavin, Don D. Jackson, Pragmatics of Human Communication, New-York, Nor (...)

26C’est dans ce cadre général que la nomenclature professionnelle se constitue, se diversifie et se précise à l’occasion de l’établissement de listes localisant les individus et les identifiant dans leur occupation. Ces opérations, comme beaucoup d’autres qui se déroulent de façon parallèle, impliquent non seulement une chaîne de décision et de circulation de l’information, c’est-à-dire la mise en place d’une administration et d’une police des habitants chargées d’instituer, de connaître et de contrôler des modes d’organisation, mais aussi le développement de tout un appareil de médias (journaux, revues, brochures, affiches, etc.), de dispositifs de rencontres, d’échanges et de propagation de l’information (notamment à travers les sociétés savantes, les clubs, les cercles) qui permet de décrire et de divulguer ces modes d’organisation et donc de les rendre opérationnels et vivants. Il faut ici mettre l’accent sur la constitution de répertoires dans différents domaines, des barèmes et des bottins aux annuaires de chemins de fer quelques décennies plus tard, qui deviennent des outils absolument indispensables au fonctionnement de la société, c’est-à-dire sur le phénomène de « labellisation des outils de standardisation »44. Ainsi doit-on être autant attentif au processus d’identification professionnelle des individus et à la mutation, sinon à la révolution, de la communication qu’aux transformations des pratiques que cette identification recouvre et désigne. On doit aussi considérer que la communication est imbriquée de façon indissoluble dans les pratiques et qu’en dernière analyse elle ait une dimension toujours présente des comportements humains45.

  • 46  Richard Rorty, L’espoir au lieu du savoir – Introduction au pragmatisme, Paris, Albin Michel, 1995 (...)
  • 47  William H. Sewell., Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848(...)

27Un tel positionnement reprend à son compte la démarche constructiviste en refusant de considérer le langage comme le reflet ou l’expression d’une réalité plus profonde, et s’appuie sur le postulat pragmatiste que le monde n’est pas identifiable en dehors du langage46. Plus fondamentalement les dispositifs de nomination sont constitutifs des objets qu’ils désignent du fait des dispositions et des pratiques qu’ils génèrent à leur égard et dans le cas des personnes par l’empreinte plus ou moins consciente qu’ils impriment dans leur esprit. Dans le domaine du travail, la nomination, l’identification, le classement sont des opérations aussi concrètes que la production et participent à cette dernière. Le langage du travail, dont les historiens ont beaucoup parlé, est d’abord une opération taxinomique instaurant une nomenclature générale disponible comme catégorie conceptuelle d’organisation du social avant d’être un code de conduite véhiculé par une catégorie d’acteurs comme l’entendait Sewell47 dans l’ouvrage qui porte un titre éponyme.

28Mais le plus important, dans la perspective historienne, est de comprendre comment ce langage s’est formé et surtout à quelles autres références il s’est substitué et comment cette substitution s’est accomplie. Concrètement, la caractérisation professionnelle est en effet très antérieure à la mise en place de procédures générales de recensement des populations. Mais la question des modes d’enregistrement des personnes et plus particulièrement des façons de les identifier n’est généralement pas abordée frontalement par la démographie historique qui se focalise sur les aspects quantitatifs et sur la genèse des opérations de dénombrement de la population en connexion avec l’histoire de la statistique. Les façons dont étaient identifiées et caractérisées les composantes des groupes humains ne constituent pas le plus souvent un objet de recherche en soi, l’enregistrement étant subsumé dans le dénombrement, l’identification dans le comptage. Cette lacune historiographique n’est pas dénuée de répercussions pour l’histoire du travail qui passe par la même occasion à côté d’une réflexion sur ses sources les plus directes, à savoir les listes qui spécifient les occupations de personnes recensées : montres militaires, registres fiscaux à partir de la fin du Moyen-Âge, enquêtes de l’époque de Vauban, registres paroissiaux, puis de l’état civil, recensements locaux, ... etc. Cela renvoie aussi à un champ de recherche de l’anthropologie historique, celui du rapport à l’écrit, en l’occurrence un rapport qui ne suppose pas nécessairement de savoir écrire mais qui repose sur le fait que l’on sait avoir une existence et une identité inscrite, enregistrée et déposée quelque part.

  • 48  Cf. sa contribution sur les premiers tribunaux de prud’hommes dans La France, malade du corporatis (...)
  • 49  « Du corps des couturières à l’Union de l’Aiguille : les continuités imaginaires d’un corporatisme (...)

29Au delà de la crise qu’a traversée l’histoire sociale, l’histoire du travail conserve aujourd’hui un sens et une pertinence et a montré qu’elle était capable de se renouveler. Ainsi en est-il en histoire contemporaine du dépassement du clivage entre histoire des entreprises et histoire du mouvement ouvrier par la mise en œuvre d’une histoire des relations industrielles ou encore de l’élargissement des centres d’intérêt, des associations de travailleurs et des organisations du travail vers toutes les institutions liées au travail, comme nous y invite Alain Cottereau48. Par ailleurs, nombreux sont désormais les historiens à se laisser tenter par la poursuite d’un fil conducteur depuis l’époque corporative et préindustrielle jusqu’à une date plus ou moins avancée dans la période contemporaine. L’entreprise de La France, malade du corporatisme ? en est une bonne illustration, non seulement dans sa perspective générale, mais également par certaines des contributions qui la composent comme celle de Clare Crowston49 à propos du monde de la couture. Le thème du corporatisme est une voie essentielle pour aborder le travail sous l’angle de l’identité, en montrant comment identité et travail interagissent.

30Il semble aussi important de poser la question à un niveau plus général, celui de l’invention du travail moderne, en s’attachant à saisir comment le travail s’est imposé comme vecteur de l’identité individuelle. Cela implique un retournement de perspective puisque l’on a souvent eu tendance à considérer le travail comme générateur d’identités collectives, de groupes, de classes sociales, voire de familles politiques. Or, paradoxalement, l’analyse des procédures d’enregistrement et des dispositifs de nomination et d’identification des personnes qui ont accompagné l’affirmation du travail comme lien social montre qu’il est inséparable du mouvement d’individuation qui se produit à partir du XVIIIe siècle, à un moment où la communauté, le corps perdent leur signification et leur rôle anciens au profit d’une « société des individus », non pas nécessairement par une rupture brutale comme l’abolition française a semblé le faire, mais aussi à travers des solutions de transition que la perspective européenne et comparatiste permet de faire apparaître.

Haut de page

Notes

1  D’une certaine façon, c’est peut-être plus à travers ce second mode que se renouvellent et s’enrichissent les problématiques et les connaissances qui sont liées au travail. Cela pose d’ailleurs la question de savoir dans quelle mesure le concept reste aujourd’hui pertinent et opérationnel pour les historiens.

2  Il s’agit essentiellement d’un centre de ressources qui possède des collections de périodiques, notamment des périodiques militants d’extrême-gauche ou anarchiste, ainsi qu’un fonds d’ouvrages.

3  Placé sous la direction de Gérard Gayot et plus particulièrement l’axe consacré aux « Institutions de la production et du marché, du travail et de l’emploi. Théorie et Pratique », dirigé par Philippe Minard. Un autre axe sous la responsabilité directe de Gérard Gayot est consacré au « Travail industriel : conversion et reconversion des territoires en longue durée ».

4  Qui est publiée par l’association éponyme avec la collaboration du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (CHS XXe siècle).

5  Anciennement Centre de recherche historique des mouvements sociaux et du syndicalisme de l’Université Paris I (CRHMSS).

6  Le travail est toutefois mentionné dans une Direction de recherche dénommée « Travail et identités »au sein d’un pôle intitulé « De l’individuel aux collectifs, identités sociales et lien militant » et plus particulièrement dans l’axe 2, « Identités sociales et crises ». La direction de recherche évoquée entend « observer, plus attentivement que par le passé, l’élaboration des savoir-faire, des statuts professionnels et des conventions collectives, les conditions du changement technique. Au-delà et dans une perspective plus large, il s’agit d’accéder, au moyen de l’étude des formes et des enjeux historiques de l’articulation du travail et du non-travail, à la compréhension des sentiments d’appartenance et de leur combinaison en systèmes identitaires spatio-temporels évolutifs et composites ». Dans le troisième pôle, qui se consacre aux « Représentations et aux dynamiques et enjeux sociaux », le travail n’est pas clairement affiché si ce n’est dans un domaine, celui des« mémoires sociales et spatiales » qui se propose d’étudier des lieux marqués par le travail : un îlot du XIe arrondissement, les usines Renault de Billancourt et la rive gauche de la Seine autour des activités de la Pitié-Salpêtrière, de la gare d’Austerlitz et du port.

7  Le Groupe d’histoire sociale est composé d’historiens, de sociologues et de chercheurs en science politique, issus de différents pays de l’UE.

8  Éditée par Alternatives Économiques et soutenue par le CHS du XXe siècle.

9  « Travail et mouvement ouvriers en Italie. Tendances historiographiques récentes », n° 9, 1er trimestre 2004, p. 82-94. Le numéro est consacré à « La sociologie du travail aujourd’hui et ses catégories ».

10  L’IHS a été fondé avant la seconde guerre mondiale en tant que filiale française de l’Institut international d’histoire sociale, dont le siège était à Amsterdam. Cet organisme avait été créé en 1935, notamment pour abriter les archives de la social-démocratie allemande que Boris Souvarine, Boris Nicolaievski et Anatole de Monzie avaient préservées.

11  Alain Cottereau, « Théories de l’action et notion de travail. Note sur quelques difficultés et quelques perspectives », Sociologie du travail, XXXVI, Hors série, 1994, p. 73-89.

12  Émile Levasseur, Histoire des classes ouvrières en France depuis la conquête de Jules César jusqu’à la Révolution, Paris, Guillaumin, 1859 et Histoire des classes ouvrières en France depuis 1789 jusqu’à nos jours, Paris, Hachette, 1867.Cf. à ce propos, Georges Hanne, « Le travail et son monde : transition historique (1750-1850) et représentations historiennes (1850-1990) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 44-4, octobre-décembre 1997, p. 683-710.

13  Ange Guépin, Nantes au XIXe siècle. Statistique topographique industrielle et morale faisant suite à l’histoire des Progrès de la Ville de Nantes, Nantes, Prosper Sébire, 1835 et Louis-René Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers dans les manufactures de coton, de laine et de soie, Paris, Jules Renouard et Cie, 1840. Cf. aussi la préface et la réédition qu’en ont données Jean-Pierre Chaline et Francis Demier en 1989, avec notamment une chronologie des enquêtes sociales du premier XIXe siècle, p. 77-9. Sur les relations entre l’Histoire et l’enquête sociale, voir Bernard-Pierre Lecuyer, « Historiens et enquêteurs sociaux : quelques réflexions sur leur ignorance mutuelle sous la monarchie censitaire » dans Historiens et sociologues d’aujourd’hui, Journées d’Etudes Annuelles de la Société Française de Sociologie, 14-15 juin 1984, Paris, Éditions du CNRS, 1986, p. 21-25.

14  Fernard Braudel et Ernest Labrousse (sous la direction de), Histoire économique et sociale de la France, II, Paris, PUF, 1979, préface.

15  « Un laboratoire de la doctrine corporatiste sous le régime de Vichy : l’institut d’études corporatives et sociales », Le Mouvement Social, 195, avril-juin 2001, p. 35-77 ; repris dans Steven L. Kaplan, Philippe Minard, La France, malade du corporatisme ? XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 2004, p. 427-468.

16  Paris, Armand Colin, 2 vol. 1961, 1962.

17  Cynthia Koepp, Steven Kaplan (éds), Work in France- Representations, Meaning, Organization, and Practice, Cornell University Press, 1986.

18  Charles Sabel, Work and Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 1982. Patrick Joyce (éd.), The Historical Meanings of Work, Cambridge, Cambridge University Press, 1987. Cf. aussi du même auteur, « The End of Social History ? », Social History, 20 :1, 1995.

19  Cf. art. cit., Histoire et sociétés, n° 9, 1er trimestre 2004, p. 82-94.

20  Cf. les travaux d’Edward Anthony Wrigley : People, Cities and Wealth : The Transformation of Traditional Society, Oxford‑New York, Blackwell, 1987 et Continuity, Chance and Change – The characters of the Industrial Revolution in England, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

21  À cet égard 1989 représente bien une date importante dans l’historiographie française, contrairement au cas italien par exemple, mais surtout en fonction de la référence à 1789 et par le télescopage entre le bicentenaire et les révolutions de 1989.

22  Celle-ci s’est imposée au détriment de la vision cyclique qui a longtemps prévalu, la redéfinition de la notion de révolution ayant été au XVIIIe siècle un des vecteurs de cette transition entre deux conceptions du temps dont nous parle Reinhart Koselleck dans Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990.

23  Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil/La librairie du XXIe siècle, 2003.

24  Cf. par exemple celle de Christine Velut, « L’industrie dans la ville : les fabriques de papiers peints du faubourg Saint-Antoine (1750-1820) », Revue d’histoire moderne & contemporaine, janvier-mars 2002, 49-1, p. 115-137.

25  Futur Antérieur, n° 16, 1993 et Sociologie du travail, XXXVI, Hors série, 1994.

26  « Introduction », in R. Berlanstein (éd.), Rethinking Labor History : Essays on Discourse and Class Analysis, Bloomington and Chicago, University of Illinois Press, 1993.

27  Jürgen Kocka, Claus Offe (eds), Geschichte und Zukunft der Arbeit, Berlin, Campus, 2000. Cf. également « New Trends in Labour Movement Historiography : A German Perspective », International Review of Social History, 42, 1997, p. 67-78.

28  Louis Dumont, Homo aequalis. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard, 1977.

29  Michel Freyssenet, « L’invention du travail », Futur Antérieur, n° 16, 1993, p. 17-26 et « Quelques pistes nouvelles de conceptualisation du travail », Sociologie du travail, XXXVI, Hors série, 1994, p. 105-112 ; Annie Jacob, Le travail, reflet des cultures (du sauvage indolent au travailleur productif), Paris, PUF, 1994 (la première partie de son étude s’intitule « Histoire du concept de travail et construction de l’homme économique et civilisé (XVIe-XVIIIe siècles) » ; Dominique Méda, Le travail. Une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier, 1995, p. 68.

30  Thomas Welskopp, « L’histoire sociale du XIXe siècle : tendances et perspectives », Le Mouvement Social, n° 200, p. 153-162, p. 154-156.

31  Richard Hoggart, La Culture du pauvre. Etude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éd. de Minuit, 1970.

32  Cf. la table-ronde organisée par la Société d’Histoire moderne et contemporaine sur le thème « Faut-il avoir peur des cultural studies ? », le 15 mai 2004, 9h.30-13h.30 à l’ENS Sèvres, 48 Boulevard Jourdan, 75014, Paris.

33  Cf. la synthèse de Françoise Battagliola, Histoire du travail des femmes, Paris, Éditions La Découverte, 2000.

34  Cf. l’ensemble des publications parus sous le titre générique Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne.

35  Il s’agit ici d’appliquer le classement et la terminologie esquissés par Krzysztof Pomian dans un article paru en 1986 dans la Revue européenne de Sciences Sociales à propos des conditions de la comparaison historique pour parler des objets avec lesquels l’historien construit l’histoire. Soit, au sein des objets visibles,la catégorie des sémiophores, c’est-à-dire des objets qui « sont destinés à remplacer, à compléter ou à prolonger un échange de paroles, ou à en garder la trace en rendant visible et stable ce qui autrement resterait évanescent et accessible uniquement à l’ouïe » (p. 205), c’est-à-dire plus simplement des objets dont la fonction spécifique et primordiale est de produire, de mémoriser et de transmettre un sens.

36  La logique de l’écriture. Aux origines des sociétés humaines, Paris, Armand Colin, 1986.

37  En dehors de l’ouvrage de Dumont, op. cit, on peut ici se référer à celui de Catherine Larrere, L’invention de l’économie au XVIIIe siècle − Du doit naturel à la physiocratie, Paris, PUF, 1992.

38  Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, 1993, Éditions La Découverte, p. 47-48. « Un aspect important de cette nouvelle façon de faire de la statistique est que, à la différence de ce qui se faisait dans l’administration de l’ancien régime, elle est destinée à la publication. (…) L’unification de la nation passe par une large diffusion des connaissances sur les terroirs qui la composent (…). Cette ambition d’offrir à la société un reflet d’elle-même, à travers un réseau d’enquêtes commandées aux préfets, constitue la première orientation du nouveau bureau de la statistique de la République, créé en 1800 par Lucien Bonaparte, rapidement remplacé par Chaptal ».

39  Norbert Elias, La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975 (1e édition allemande 1939),p. 206.

40  Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1993 pour la dernière édition française, accompagnée d’une préface inédite de 1990 (trad. de Structurwandel der Öffenlichtkeit, 1962).

41  Philippe Breton, L’utopie de la communication : le mythe du « village planétaire », Paris, La Découverte, 1995.

42  Armand Mattelard, L’invention de la communication, Paris, La Découverte, 1994 et Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte, 2001.

43  Ibid., p. 71.

44  Cf. Alain Desrosières, op. cit., p. 47-48.

45  Paul Watzlawick, Janet H. Beavin, Don D. Jackson, Pragmatics of Human Communication, New-York, Norton, 1967 (trad. fr. : Une logique de la communication, Paris, Éditions du Seuil, 1972, p. 47-48).

46  Richard Rorty, L’espoir au lieu du savoir – Introduction au pragmatisme, Paris, Albin Michel, 1995, p. 59.

47  William H. Sewell., Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, Paris, Aubier, 1983 (traduction de Work and Révolution in France, 1980).

48  Cf. sa contribution sur les premiers tribunaux de prud’hommes dans La France, malade du corporatisme, op. cit., : « La désincorporation des métiers et leur transformation en ‘publics intermédiaires’ : Lyon et Elbeuf, 1790-1815 », p. 97-145.

49  « Du corps des couturières à l’Union de l’Aiguille : les continuités imaginaires d’un corporatisme au féminin », ibid., p. 197-232.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Hanne, « Histoire et travail : quelques repères et une perspective », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2006, consulté le 26 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/61 ; DOI : 10.4000/framespa.61

Haut de page

Auteur

Georges Hanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org