Navigation – Plan du site
Travail

Ouvrières au travail, travaux de femmes. Nantes, XVIIIe-XIXe siècles

Women at work and women’s labour in Nantes ine the 18th and 19th century
Obreras en el trabajo, tareas de mujeres, Nantes, siglos XVIII y XIX
Samuel Guicheteau

Résumés

Sans provoquer une déqualification brutale, l’industrialisation bouleverse progressivement le travail dans son ensemble : elle touche toutes les activités – concentrées comme dispersées – et tous les ouvriers – hommes et femmes, plus ou moins qualifiés. Les exigences patronales de rationalisation heurtent l’autonomie des ouvriers. Ceux-ci s’efforcent néanmoins de défendre leur identité, forgée au travail et fondée sur la qualification et l’autonomie. Si cette identité est partagée par-delà les différences de sexe et de niveau de qualification par la plupart des ouvriers, elle ne donne pas pour autant naissance à une conscience collective. Au contraire, les ouvriers cultivent un sentiment d’appartenance essentiellement professionnel et les plus qualifiés peuvent même mépriser les autres. Dès lors, les évolutions qui touchent le travail des femmes à Nantes aux XVIIIe et XIXe siècles sont liées non seulement aux mutations économiques mais encore à l’expérience que les différents acteurs en font : les patrons peuvent leur confier des tâches peu ou pas qualifiées et les ouvriers combattre leur concurrence. Ainsi s’opère une dévalorisation du travail féminin. Distinction de genre et industrialisation s’articulent donc de manière complexe, d’autant plus que la masculinisation de l’identité ouvrière, qui s’opère en lien avec le renforcement d’organisations ouvrières composées exclusivement d’hommes, contribue à la consolidation de cette identité et, au-delà, au façonnement de l’originale voie française d’industrialisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Arch. mun. de Nantes, HH 34, lettre des imprimeurs d’indiennes, octobre 1787.

« Monsieur, nous vous prions de remédier au scandale que vous nous donnez et de nous éviter d’en venir à des extrémités fâcheuses […] par raport à vous. Vous devez sentir qu’il n’est pas convenable que les femmes travaillent, tandis que beaucoup d’ouvriers, même en famille, se trouvent sans ouvrage. Nous vous supplions de croire que nous ne nous désisterons pas de la demande que nous vous faisons et que nous ne souffrirons jamais de semblables abus [...] Les imprimeurs de toutes les fabriques d’indienne de Nantes »1.

  • 2  Edward Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, 1988, p. 74 (1963).

1C’est en ces termes qu’en octobre 1787, les ouvriers qualifiés des grandes indienneries de Nantes s’adressent à un patron qui a osé confier leur tâche à des femmes. Ce conflit montre d’emblée que l’industrialisation touche tous les ouvriers, si bien que les transformations du travail des femmes doivent être étudiées en regard avec l’ensemble des mutations. Plus précisément, l’industrialisation ne provoque-t-elle pas une distinction – nouvelle, accentuée ou recomposée ? – de travaux d’hommes et de femmes, notamment en lien avec la hiérarchie des qualifications ? En retour se pose la question de la portée de cette – éventuelle – distinction de genre sur l’industrialisation. Puisque « nous ne devons pas [...] nous représenter une force extérieure – la « Révolution industrielle » – s’exerçant sur un matériau humain brut, indifférencié et indéfinissable »2, il est probable que les identités sexuées qui se construisent au travail ne sont pas les conséquences mécaniques, naturelles de la révolution industrielle, mais qu’elles tiennent plutôt à l’expérience que les ouvriers font de l’industrialisation.

  • 3  Samuel Guicheteau, La Révolution des ouvriers nantais. Mutation économique, identité sociale et dy (...)
  • 4  Sur l’essor du coton et son rôle moteur, voir Serge Chassagne, Le coton et ses patrons. France, 17 (...)
  • 5  Quoiqu’interdite, la traite reprend clandestinement en 1815 pour disparaître vers 1830 grâce à une (...)
  • 6  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M 2126, enquête de 1840 ; Procès-verbal d’enquête sur la questio (...)
  • 7  Nous ignorons quelles sont les tâches qui leur sont confiées (Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M (...)

2Port très actif, Nantes est aussi au XVIIIe siècle une grande cité industrielle3. De multiples activités mobilisent des milliers d’ouvriers. Le succès de l’indiennage suscite la mécanisation du filage du coton4. De nombreuses ouvrières travaillent dans ces manufactures cotonnières et y côtoient des hommes. Une rationalisation s’y esquisse, qui porte tant sur la production que sur la discipline au travail. Si les efforts de rationalisation sont importants, les progrès restent ténus. La soumission des femmes n’est-elle pas plus précoce et prononcée que celle des hommes, plus farouchement attachés à leur autonomie ? Après avoir subi un ralentissement dans les années 1790-1820, l’industrialisation connaît un regain à partir de 1830, en réaction à la crise de la traite négrière5. La concentration et la mécanisation progressent, ainsi que le nombre de femmes employées dans l’industrie : des ouvrières sont signalées pour la première fois dans la faïencerie et la brosserie6, activités pourtant concentrées à Nantes depuis la fin du XVIIIe siècle, et certaines apparaissent même dans la construction navale7. Par ailleurs, processus général de mutation, l’industrialisation n’épargne pas la production dispersée. Même large et puissante, elle n’est pas brutale : elle ne suscite ni une déqualification générale, ni une disparition de l’autonomie dont jouissent les ouvriers au travail.

  • 8  Gérard Gayot, Philippe Minard (éd.), Les ouvriers qualifiés de l’industrie (XVIe-XXe siècles). For (...)
  • 9  Michel Pigenet, « Aux fondements d’une identité. Retour sur deux siècles de travail ouvrier », His (...)

3Précisément, la qualification et l’autonomie constituent les fondements d’une identité ouvrière. Le travail nous semble son creuset primordial car les pratiques qui y sont mises en œuvre par les ouvriers eux-mêmes nourrissent autant de valeurs : ainsi le savoir-faire nourrit l’exaltation de la qualification et la fierté professionnelle. Cette identité est partagée par la plupart des ouvriers, quels que soient leur statut juridique, leur situation économique, leur cadre de travail et même leur degré réel de qualification. En effet, au-delà de celui-ci compte le sentiment de posséder une qualification : celle-ci « est, au plus haut degré, une construction sociale » et sa « dimension culturelle est tout aussi importante [...] : la qualification fait l’objet de très forts investissements symboliques, elle cristallise l’identité au travail à travers le sens du métier et de l’honneur professionnel »8. De plus, le savoir-faire pouvant être défini comme une « combinaison de connaissances, d’expérience et d’habileté[qui] s’évalue aussi en puissance, aptitude à économiser ses efforts, endurance, vitesse et intuition du danger »9, il est possible d’avancer que tous les ouvriers développent une habileté, certes plus ou moins poussée. De même, tous sont plus ou moins autonomes, comme en témoigne l’importante élasticité du temps de travail. L’exaltation de la qualification et l’attachement à l’autonomie nourrissent la fierté et la dignité des ouvriers. Mais, si le partage de cette identité transcende la diversité des cadres de travail et des niveaux de qualification, dépasse-t-il la différence des sexes ? Au-delà, l’existence de cette identité similaire forgée au travail ne signifie pas en effet que les ouvriers cultivent une conscience collective : l’exaltation de la qualification est telle que leur conscience est essentiellement professionnelle. De plus, cette identité crée même des césures, liées précisément à la hiérarchie des qualifications : les ouvriers les plus qualifiés, ceux des métiers les mieux organisés peuvent mépriser les autres, et notamment les femmes.

  • 10  Cynthia Truant, The Rites of Labor. Brotherhoods of Compagnonnage in Old and New Regime France, It (...)

4Cette identité guide l’expérience que les ouvriers font de la révolution industrielle. De manière contradictoire, celle-ci tend, à la fois, à la fragiliser et à la consolider. L’identité ouvrière est bien sûr fragilisée par la montée du travail peu ou pas qualifié et par la remise en cause de l’autonomie. À l’inverse, attachés à leur identité, les ouvriers la défendent, et ces conflits suscitent sa consolidation, notamment à travers sa cristallisation dans des organisations ouvrières qui se renforcent. Or, celles-ci sont masculines, tant les compagnonnages qui se renforcent à partir du milieu du XVIIIe siècle10, que les sociétés de secours mutuel qui se développent au début du XIXe siècle. Ce renforcement de l’identité ouvrière ne s’accompagne-t-il pas de sa masculinisation ?

1. Les ouvrières des manufactures

5Dans une première partie, nous traiterons des ouvrières employées dans les manufactures, d’une part, parce que les transformations du travail y sont très importantes et, d’autre part, parce que hommes et femmes s’y côtoient beaucoup plus que dans la production dispersée.

a. Ouvrières et ouvriers de l’indiennage

  • 11  Alain Dewerpe, Yves Gaulupeau, La fabrique des prolétaires. Les ouvriers de la manufacture d’Oberk (...)
  • 12  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 ET-A 20, mémoire sur les manufactures d’indiennes, 25 prairial a (...)

6Activité motrice de l’industrialisation dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’indiennage consiste à produire des cotonnades colorées, l’application des couleurs résultant d’une manipulation chimique. Le processus de production crée une hiérarchie des qualifications parmi les ouvriers. En amont interviennent des ouvriers très qualifiés : le dessinateur et le graveur ; certains dessinateurs se révèlent de véritables artistes et quelques femmes apparaissent parmi eux. L’impression est ensuite réalisée par des ouvriers qualifiés, les imprimeurs, aidés par des tireurs. Puis, les pinceauteuses corrigent au pinceau certaines erreurs et peignent directement certains détails : ces ouvrières, comme les tireurs, détiennent un réel savoir-faire, sans être aussi qualifiées que les imprimeurs. Enfin, des manœuvres réalisent une série de tâches annexes11. D’après les indications fournies par le grand manufacturier Louis Favre pour l’ensemble de l’indiennage nantais en 1790, les ouvriers très qualifiés ne représentent qu’une poignée du personnel (4 %), les imprimeurs constituent un groupe non-négligeable (15 %), tandis que les ouvriers peu qualifiés (52 %) et les manœuvres (29 %) composent les gros contingents12.

  • 13  De cette dégradation témoignent l’évolution des contrats d’engagement d’apprentis et les récrimina (...)
  • 14  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 ET-A 20, renseignements sur la manufacture d’Orrillard, an III.
  • 15  Toutes les marchandises de traite ne sont pas de piètre qualité, mais l’utilisation de lin et de c (...)

7Vers 1760, les premières indienneries étaient des ateliers artisanaux et les ouvriers y bénéficiaient d’une grande autonomie. Dans les années 1770, de grandes manufactures sont créées. Si leur naissance n’est pas marquée par une déqualification technique des imprimeurs, ceux-ci subissent une certaine marginalisation : l’augmentation de la production rend sans doute le travail plus répétitif et son orientation est désormais fixée sans eux13. Une nouvelle étape de l’industrialisation se dessine lorsqu’en 1787 est fondée une nouvelle manufacture, dont la production se révèle la plus importante de Nantes en 179014. Cette production est très élevée parce que, tournée vers la traite, elle est de médiocre qualité et d’exécution rapide15. La simplification de l’impression est telle qu’elle est confiée à des ouvrières, dépourvues de qualification, faute d’avoir suivi un apprentissage. Comme on l’a vu, les imprimeurs s’opposent fermement à l’intrusion des femmes dans leur métier. Le recours à la main-d’œuvre féminine pour l’impression n’est pas seulement possible sur le plan technique du fait de l’orientation particulière de la production, mais s’avère encore nécessaire sur le plan économique. Les ouvrières sont moins payées que les imprimeurs, ce qui permet de faire face à la concurrence, selon les patrons :

  • 16  Arch. mun. de Nantes, HH 34, plainte d’Orillard, Guillou et Metzener, 8 octobre 1787.

« Comme le prix auquel on est obligé de donner ces toiles pour soutenir la concurrence ne laissera de bénéfice qu’en [réalisant] la plus stricte oeconomie, il n’est pas possible de se servir pour l’impression d’ouvriers tels que ceux qu’on employe dans les fabriques d’indiennes, qui, abusant de leur petit nombre [...], tiennent les maîtres des manufacture dans leur dépendance presque à tous égards et surtout pour le taux du salaire »16.

8La nécessité économique d’ouvrir l’impression aux femmes ne tient pas seulement, de manière immédiate, à la concurrence qui existe sur le marché de l’indienne de traite, mais plus fondamentalement au développement même du capitalisme industriel. Soumise et dépendante, la main-d’œuvre féminine est dépourvue de l’autonomie si chère aux imprimeurs. Or, celle-ci entrave l’industrialisation :

« Pour ne se point exposer à leur tiranie [des imprimeurs], ainsi qu’aux effets de leurs débauches, qui souvent laissent les atelliers déserts des semaines entières, monsieur Orrillard a pris le parti d’engager des femmes capables de faire son ouvrage, qu’il paye raisonnablement, toutes ayant des enfans ont besoin de travailler avec assiduité ».

  • 17  Elle apparaît aussi, dès 1764, sous la plume du fondateur d’une fabrique de soieries (Arch. dép. d (...)

9La mise en concurrence des imprimeurs avec une main-d’œuvre, certes moins qualifiée, mais plus docile et moins payée, ne peut que les amener à se soumettre à une plus grande discipline et à rabattre leurs prétentions salariales. Plutôt que par phallocratie, les imprimeurs agissent pour défendre leur salaire, leur qualification et leur autonomie. Cependant, cette défense se traduit par une cristallisation de la différence des sexes. Ainsi, en même temps que les ouvrières se voient confier des travaux déqualifiés, ou plus précisément en voie de déqualification, l’image de la docilité féminine se dessine nettement17.

b. Ouvrières et ouvriers des filatures mécanisées

  • 18  Arch. mun. de Nantes, D 3-C 4-D 18, lettre de L. Saget, 7 pluviôse an VIII.
  • 19  Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1628, correspondance de L. Saget, an IV.

10À la fin du XVIIIe siècle, de nombreuses ouvrières travaillent aussi dans les filatures de coton mécanisées. La première est fondée en 1785 par Louis Saget qui introduit la Jennie à Nantes18. Le Waterframe, puis la Mull-Jennie apparaissent dans la décennie 1790. En 1790, L. Saget emploie 600 ouvriers, dont 500 fileuses. Une grande partie d’entre elles sont regroupées dans la manufacture, qu’elles travaillent au rouet ou à la mécanique19. Toutefois, la mécanisation ne signifie pas la déqualification complète des fileuses. Un apprentissage reste nécessaire pour travailler aux mécaniques, comme le révèle cette plainte formulée par deux patrons en 1786 :

  • 20  Arch. mun. de Nantes, HH 34, plainte de Simon et Roques, 17 août 1786.

« La plus grave difficulté a été et est encore celle de former des ouvrières à un genre de travail nouveau pour elles et dont elles ne peuvent acquérir la connaissance que par un apprantissage coûteux pour les entrepreneurs puisqu’elles sont payées dès l’instant qu’elles entrent dans la fabrique, quoique leurs premiers essays soient toujours une pure perte »20.

  • 21  Arch. mun. de Nantes, F 2-C 20-D 7, 19 thermidor an II.
  • 22  François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industr (...)

11En outre, le tarif de la manufacture de L. Saget21signale une hiérarchie des salaires suivant la finesse du fil filé aux machines, ce qui suggère que cette finesse plus ou moins prononcée du fil est liée à la dextérité, plus ou moins grande, des ouvriers et des ouvrières employés aux mécaniques. En effet, des hommes travaillent au filage. S’ils se réservent peut-être les mécaniques les plus perfectionnées22, les ‘‘mécaniciennes’’ n’en développent pas moins de réels tours de main.

  • 23  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs à l’enquête sur le travail, (...)
  • 24  La ruralisation de la soierie lyonnaise s’accélère après la révolte des canuts (Pierre Cayez, « Un (...)
  • 25  D’une manière générale, aucune voix féminine ne s’y fait entendre.
  • 26  Dès 1820, les fileurs projettent de créer une telle société (Arch. mun. de Nantes, Q 5-C 18-D 17, (...)

12À partir de 1830, le nombre de femmes employées dans les filatures augmente. Plutôt que d’y voir la conséquence mécanique du regain de l’industrialisation et de la montée du travail non qualifié, il est possible d’y déceler le contrecoup de la résistance des fileurs, qui, à plusieurs reprises, protestent contre l’installation de machines à vapeur et la baisse de salaire qui s’ensuit23. L’appel aux femmes à Nantes même est d’ailleurs concomitant d’un mouvement de ruralisation de l’industrie textile : comme les femmes, les ruraux sont réputés plus dociles24. Par ailleurs, les progrès de la mécanisation ne suscitent pas seulement une montée du travail non qualifié ; au contraire, des mécaniques toujours plus perfectionnées exigent un réel savoir-faire, comme le soulignent les fileurs eux-mêmes dans leur réponse à l’enquête de 1848 sur le travail. À cette date, les ouvrières sont majoritaires dans les filatures de coton, mais ce sont les hommes qui répondent à l’enquête sur le travail25. Les ouvriers écrivent un long récit de « la décadence du métier de fileur », qui repose sur la double défense de la qualification et de la rémunération. Il témoigne de la cohésion d’un métier, propre à nourrir une mémoire : s’il n’y a pas de compagnonnage chez ces ouvriers, leur société de secours mutuel est précoce26. Comme en 1787 dans l’indiennage, la résistance ouvrière mobilise une identité fondée sur la qualification et se révèle masculine.

  • 27  Arch. mun. de Nantes, Q 5-C 18-D 17.

13Par la suite, des femmes n’apparaissent dans la société de secours mutuels des fileurs que vers 190027, lorsque les feuilles de renseignements élaborées par la mairie demandent le nombre de femmes : en 1896, sont adhérents 160 hommes et 114 femmes. Encore nos informations sont-elles ambiguës : en 1899 et 1900, aucune ouvrière n’est signalée. En 1901, « la société compte 172 membres payants et 128 femmes » : sont-elles des ouvrières ou bien des veuves d’ouvriers ? En effet, elles ne cotisent que 5 francs par an, lorsque les ouvriers versent 2, 25 francs par mois.

c. Ouvriers et ouvrières des conserveries

  • 28  Ange Guépin, Eugène Bonamy, Nantes au XIXe siècle. Statistique topographique, industrielle et mora (...)
  • 29  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 ET-F 1, lettre de F. Bertrand, 9 août 1835.
  • 30  Un autre patron indique que, dans les moments d’intense activité, « le chiffre des journalières re (...)
  • 31  Id, lettre de J. Colin à la chambre de commerce, 10 juin 1833.

14De nombreuses ouvrières sont employées dans les conserveries, activité qui mobilise aussi de nombreux métallurgistes. Le succès de la conserverie nantaise est dû au perfectionnement par Joseph Colin, au début des années 1820, du procédé inventé par Nicolas Appert, à la fin du XVIIIe siècle. En 1824, J. Colin installe une usine rue des Salorges. En 1835, A. Guépin et E. Bonamy soulignent « la rapidité et la régularité des opérations [ :] un bœuf entre à 4 heures du matin dans l’usine [...] et, 30 heures après, il est complètement mis en boîtes bonnes à expédier »28. De cette rationalisation poussée témoignent encore les efforts d’aménagement de l’espace productif entrepris par un autre patron29. Cinquante ouvrières et vingt ferblantiers travaillent chez J. Colin. Mais l’effectif varie de manière saisonnière30 et de nombreux ferblantiers travaillent à l’extérieur31. Cette nouvelle activité présente donc une nette dualité : tandis que la plupart des ferblantiers continuent de travailler dans leurs propres ateliers, les conserveries se caractérisent par une rationalisation prononcée de l’ordre productif et emploient, dans leurs murs, de nombreuses ouvrières, dépourvues de qualification.

d. Ouvrières et ouvriers de la manufacture des tabacs

  • 32  Jean-Noël Retière, La manufacture des tabacs de Nantes (1857-1914), Lersco, 1990.

15En 1859, la manufacture des tabacs emploie 696 ouvriers, dont 591 femmes32. Dans la plupart des cas, hommes et femmes effectuent des tâches différentes. Les hommes sont des ouvriers qualifiés recrutés pour leur aptitude technique (mécanicien, menuisier) ou bien des manœuvres recrutés pour leur force physique. Parmi les femmes se dessine une hiérarchie des qualifications : au sommet se tiennent les robeuses qui confectionnent à la main les produits de luxe, tandis que tout en bas apparaissent les écoteuses. Si J. -N. Retière écrit que, comme ailleurs, « les disparités entre les salaires des hommes et ceux des femmes trouvent dans la division sexuelle-technique le ressort de leur légitimation », la domination féminine dans l’ensemble de la main-d’œuvre est telle qu’un partage du travail entre hommes et femmes recouvrant l’échelle des qualifications, comme dans la conserverie, est ici impossible. Il apparaît de nouveau que l’industrialisation ne doit pas être vue comme le moteur évident d’une déqualification féminine.

  • 33  Arch. mun. de Nantes, Q 5-C 18-D 8, feuille de renseignements, 7 avril 1866.
  • 34  Id, lettre du président de la société au maire, 29 mars 1887.
  • 35  Id, demande de renseignements de la mairie, 13 février 1899, et lettre à la mairie, 9 mai 1902.

16En 1858 est créée une société de secours mutuels dans la manufacture des tabacs. Son fondateur et président est le directeur de la manufacture : un commissaire de police indique que « son crédit y est considérable et a une énorme influence sur la moralisation des ouvriers et ouvrières »33. Cette moralisation recouvre en fait un enjeu de discipline et de stabilisation de la main-d’œuvre. En 1887, la société compte 585 membres – donc une majorité de femmes au vu de la composition générale de la main-d’œuvre – et son président est un mécanicien (au sens masculin du terme)34. Vers 1900, deux sociétés apparaissent : d’une part, une Union des préposés (c’est-à-dire des contremaîtres) des tabacs, présidée par un « contremaître mécanicien » et composée de vingt-neuf hommes et quatre femmes ; de l’autre, une « Ouvrière des tabacs », dont le président reste un homme, mais dont la vice-présidente, la trésorière et son adjointe, la secrétaire et son adjointe sont des femmes35.

  • 36  Arch. mun. de Nantes, I 2.

17Un développement classique se dessine : au rythme de l’industrialisation, lors de son accélération à la fin de l’Ancien Régime comme lors de son regain à partir de 1830, la présence des femmes dans les manufactures se développe en même temps que le travail féminin subit une dévalorisation. Tout en jouant sur la qualification (à travers le partage sexué du travail ou l’appel à des femmes à l’occasion de la déqualification d’une opération), cette dévalorisation dépasse ce seul aspect : les femmes ne sont pas dépourvues de qualification, certes plus ou moins poussée (pinceauteuses, ouvrières des tabacs), ni de tour de mains (fileuses à la mécanique, voire ouvrières des conserveries). La dévalorisation n’est donc pas la conséquence mécanique et immédiate de l’industrialisation. Elle tient tout autant à une évolution du genre qui l’accompagne : tandis que les patrons développent un discours sur la docilité féminine, une certaine masculinisation de l’identité ouvrière se produit en raison de la résistance des ouvriers qualifiés et organisés face à la remise en cause de celle-ci. Les ouvrières restent écartées des travaux qualifiés (impression dans l’indiennage, métallurgie dans la conserverie) en même temps que leur qualification est occultée. Ainsi, lorsqu’en l’an XII, des livrets sont remis à 4 000 salariés nantais36, aucune femme n’en reçoit. Probablement est-ce leur supposée docilité qui rend leur contrôle inutile. En outre sont également dépourvus de livret les manœuvres et les enfants (hormis les apprentis de l’artisanat) : l’assimilation des ouvrières à ces autres catégories d’ouvriers suggère la négation de leur qualification.

18Toutefois, la mise en lumière de ce développement s’avère insuffisante. D’abord, sa linéarité est douteuse : ne suggère-t-elle pas une évolution a priori défavorable de la différence des sexes au travail ? Or, qu’en est-il du travail féminin avant la révolution industrielle (ainsi que de la dimension sexuée de l’identité ouvrière) ? Ensuite, l’industrialisation n’est pas un processus univoque : elle ne se limite pas aux manufactures, mais, bien au contraire, embrasse aussi la production dispersée : qu’en est-il du travail des femmes dans celle-ci ? Par ailleurs, les évolutions en cours ne sont pas seulement de nature économique, mais aussi politique et juridique : quels sont les effets sur les femmes des bouleversements juridiques et sociaux qui affectent le monde du travail lors de la Révolution française ? Enfin, dans quelle mesure les femmes sont-elles actrices, ou plutôt comment les saisir comme telles ?

2. Les femmes dans la production dispersée

a. Les femmes et les corporations

  • 37  Arch. mun. de Nantes, HH 60, liste des corps et communautés, 12 janvier 1723.
  • 38  Clio, Histoire, Femmes et Société, « Métiers, corporations, syndicalismes », 1996-3 ; Dominique Go (...)
  • 39  Les jurés craignent que les veuves couvrent des chambrelans, plutôt qu’elles n’emploient des compa (...)
  • 40  Elisabeth Musgrave, « Women and the Craft Guilds in Eighteenth-Century Nantes », dans Geoffrey Cro (...)
  • 41  La comparaison est ici possible avec les conséquences pour les femmes de la déchéance des maîtres (...)
  • 42  Steven Kaplan, La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, p. 151.

19Rappelons tout d’abord que les corporations ne doivent pas être vues comme des institutions très anciennes et irrémédiablement archaïques : à Nantes, leur liste définitive n’est établie qu’au début des années 172037. Il n’existe pas à Nantes de corporations féminines38. Si les filles, épouses et veuves39 de maîtres bénéficient du privilège et participent à la vie économique de l’échoppe, elles sont exclues de la vie politique de la corporation40. Par la suite, la croissance économique provoque la déchéance de nombreux maîtres, désormais façonniers soumis à des marchands-fabricants ou des négociants. La prolétarisation des maîtres s’accompagne de la mise au travail productif de leurs femmes, notamment dans le vêtement41. Par ailleurs, si la réorganisation des corporations après 1776 permet à plusieurs femmes de sortir de l’illégalité en étant agréées, les Nantaises n’en bénéficient pas, l’édit de Turgot n’ayant pas été appliqué en Bretagne42.

20La croissance économique remet donc en cause l’ordre corporatif. Marchands-fabricants et négociants mobilisent aussi des ouvriers sans-qualité. Les chambrelantes sont particulièrement nombreuses dans le travail du vêtement, mais les compagnons sont aussi nombreux à tenter leur chance. Les heurts avec les jurés sont fréquents, comme le montrent les nombreux procès-verbaux dressés à leur demande par la police lors de visites. Or, face aux tentatives pour saisir leurs ouvrages, voire leurs outils, les réactions des ouvrières sont semblables à celles des compagnons. Les chambrelantes tailleuses recourent à la violence :

  • 43  Arch. mun. de Nantes, HH 171, 5 décembre 1783.

« Les deux demoiselles Rognon, furieuse comme des tigres [...], se sont mis au-devant de nous et des jurés, l’une d’elle étant munie d’un passe-carreau et l’autre de son sabot, ont dit à nous, commissaire : qu’esce que tu demandes ici, sacré mâtin, veut-tu que je te fende la cervelle avec mon passe-carreau, je ne te connois pas, J.-F. ; malgré que nous fussions décoré de notre manteau et notre raba, puis ont dit : ce n’est pas à toi à qui j’en veux, c’est à ces B…là, ces mâtins là, je veux leur fendre la tête avec mon passe-carreau ; qu’elle a lancé sur le sieur de Bruyn, l’un des jurés ; l’autre munie de son sabot s’est jettée sur le sieur Guilbaud, l’un des jurés, l’a pris à la figure et lui a lancé son sabot »43.

  • 44  Id, 29 avril 1784.

21Quelques mois plus tard, une chambrelante se montre insolente : « passant près de la rue du milieu avis la porte de la maison des demoiselles Nollet, tailleuses chambrelantes, [les] jurés nous ont fait voir remarquer et avons vu une des demoiselles tirer la langue et présenter à la fenêtre de l’indienne pour narguer les jurés en disant venez donc »44. Ces chambrelantes bénéficient tout autant que leurs homologues masculins de la solidarité du voisinage : le 29 avril 1784, un commissaire voit se dresser contre lui des voisines et même le recteur de la paroisse. Ainsi, l’une des sources les plus intéressantes pour connaître les pratiques et les valeurs des ouvriers nantais, révèle des attitudes communes aux hommes et aux femmes, ce qui témoigne de l’intégration de celles-ci à l’identité ouvrière. À la fin du XVIIIe siècle, sa masculinisation, que nous avons décelée plus haut, n’est donc pas générale. Elle s’opère avant tout dans les manufactures qui sont précisément des foyers de la révolution industrielle.

b. Les ouvrières confrontées à l’industrialisation du travail dispersé

  • 45  Arch. mun. de Nantes, HH 36.
  • 46  Arch. dép. de Loire-Atlantique, C 660, mémoire d’Augustin Daniel.
  • 47  William Reddy, « Modes de paiement et contrôle du travail dans les filatures de coton en France, 1 (...)

22Encouragé par la croissance économique, le travail dispersé n’est pas épargné par les transformations qui accompagnent précisément l’industrialisation. Les fileuses à domicile sont ainsi soumises à un contrôle accru de leur rémunération comme de leur travail, en vue d’obtenir un fil plus fin et plus homogène. En 1759, John Holker préconise la diffusion d’un dévidoir uniforme, qui permet l’établissement d’un système général de numérotation des fils, auquel s’articule une échelle des rémunérations selon le degré de finesse. De plus, ce dévidoir uniforme permet de contrôler le travail des fileuses, qui, pour l’instant, « usent d’artifice pour tromper [...] et arrangent leur ouvrage de façon qu’il n’est pas possible d’en savoir la qualité et la valeur »45. Dès 1762, en vue de redresser la manufacture dispersée des toiles de lin, un négociant nantais souhaite l’introduction « du dévidoir de monsieur Holker [ :] par ce moyen, il serait facile d’assortir les fils, et les toiles seroient bien plus égales »46. Ce double effort de contrôle de la main-d’œuvre et d’uniformisation de la production peut être interprété comme une tendance à la rationalisation. La production dispersée, dans sa forme la plus prononcée du travail domestique, n’est donc pas épargnée par les transformations qui accompagnent l’essor économique. Ses évolutions participent de l’industrialisation, ménageant une transition de l’activité domestique à la manufacture, comme en témoigne la postérité du dévidoir uniforme dans les filatures mécanisées du début du XIXe siècle47.

23Si le regain de l’industrialisation nantaise vers 1830 suscite dans certaines activités les progrès de la concentration, il passe dans d’autres par un émiettement accru de la production. Les ouvriers dispersés subissent aussi une dégradation de leur condition économique et sociale, en particulier lorsqu’ils ne disposent pas d’organisation susceptible de développer la résistance. Les ouvrières comptent donc parmi les premières victimes de cette évolution. De plus, le recours aux femmes pèse sur l’ensemble des ouvriers d’un métier, en introduisant une concurrence dénoncée par les hommes. À Nantes, comme ailleurs, les tailleurs d’habits comptent parmi les ouvriers les mieux organisés et les plus revendicatifs sous la Monarchie de Juillet. En 1848, ils se plaignent de la concurrence d’ouvrières sous-payées :

  • 48  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse à l’enquête de 1848. Sur la complexité de la con (...)

« La décadence de notre industrie provient de la concurence ; cette concurence se fait au moyen des femmes [...] les lingères, comme toutes les ouvrières employées dans la couture, sont forcées de se jeter dans l’état de tailleur, vu que les couvens et les maisons centrales leur enlèvent tout leur travail ; de là vient aussi que beaucoup d’ouvrières n’ont malheureusement le chois qu’entre le suisid ou la prostitution »48.

  • 49  Procès-verbal d’enquête sur la question du travail industriel..., op. cit.

24Si les tailleurs d’habits déplorent aussi le sort subi par ces ouvrières, c’est peut-être parce que leur politisation dans un sens démocratique est également avancée. Si les tailleuses sont actives depuis longtemps à Nantes, des ouvrières apparaissent pour la première fois, en 1848, et en grand nombre (900 femmes pour 1 800 hommes), parmi les cordonniers. Or, cette activité est dispersée49.

3. Résistances

25Enfin, interrogeons-nous sur la résistance que les ouvrières peuvent manifester face aux exigences patronales qui accompagnent l’industrialisation, en particulier en comparant son intensité et ses formes à celles déployées par les hommes.

a. Les multiples formes de la résistance ouvrière

  • 50  G. Gayot interprète le « turn-over infernal » qui agite Verviers vers 1810 comme une ‘‘révolte pri (...)

26La mobilité est une des formes les plus simples de la défense ouvrière. En 1786, comme on l’a vu, les fondateurs d’une filature mécanisée déplorent que leurs ouvrières, à peine formées, les quittent, attirées par les salaires plus élevés proposés par leurs concurrents. Vers 1860, une très forte mobilité affecte la manufacture des tabacs : entre 1857 et 1861, on relève environ 2 000 entrées et 1 500 sorties. Selon le directeur, cette instabilité est le fait de célibataires de mauvaise vie : c’est pourquoi, en vue d’attirer des femmes mariées, il crée une crèche. En fait, plutôt qu’elle ne révèle l’instabilité de célibataires peu vertueuses, cette mobilité signale le refus des ouvrières de se soumettre à une discipline prononcée. Plus que les femmes en particulier, une très forte mobilité caractérise les ouvriers confrontés à une puissante industrialisation50. Cependant, la résistance des femmes ne se manifeste-t-elle pas surtout par la mobilité, faute de pouvoir s’exprimer sur place ? En effet, la résistance sur place exige une certaine organisation ; or, les organisations ouvrières ne recrutent pas de femmes.

  • 51  Nous transposons ici la démarche de D. Godineau pour l’étude de la participation des femmes du peu (...)
  • 52  Alain Cottereau, « La désincorporation des métiers et leur transformation en ‘‘publics intermédiai (...)
  • 53  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 16 U 110, plumitif des audiences, 1er mars et 13 août 1847.

27Cependant, plutôt que de conclure précipitamment à l’absence de résistance des femmes du fait de leur absence des organisations ouvrières, ne devons-nous pas plutôt nous interroger sur les formes que peut prendre leur résistance en nous tournant vers des manifestations jusque-là négligées51 ? A. Cottereau s’intéresse ainsi aux tribunaux de prud’hommes, parfois décrits sommairement comme des concessions sans importance de la ‘‘dictature bourgeoise napoléonienne’’ aux ouvriers. Selon lui, la création du tribunal de prud’hommes de Lyon en 1806 achève la recomposition du monde du travail ouverte par la suppression des corporations, se nourrit des riches expériences réalisées au cours de la Révolution par ses acteurs et permet enfin l’intégration des principes révolutionnaires au domaine social : ce sont de véritables « justices de paix du travail »52. À Nantes, un tel tribunal n’est créé qu’en 1841. Quelques ouvrières s’adressent à lui, soit pour réclamer un livret confisqué par l’employeur, soit pour se plaindre de la brutalité du patron53. Cependant, des hommes sollicitent tout autant le tribunal de prud’hommes.

b. L’intégration au mouvement ouvrier

  • 54  Alain Croix, Christel Douard (dir.), Femmes de Bretagne. Images et Histoire, Rennes, Apogée-PUR, 1 (...)
  • 55  Arch. mun. de Nantes, Q 5-C 19-D 13, demande de renseignements par la mairie, 7 juillet 1886.
  • 56  Claude Geslin, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu’à la Première Guerre mondiale, Saint-Hipp (...)
  • 57  Arch. mun. de Nantes, F 7-C 9-D 2, lettre du commissaire de la marine au maire, 6 août 1825.
  • 58  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M 2308, rapport du commissaire Larralde, 14 septembre 1836.

28Ce n’est que tardivement que les ouvrières s’intègrent au mouvement ouvrier. À partir de la fin du XIXe siècle, l’essor de la seconde révolution industrielle entraîne celui de l’emploi féminin, notamment dans le secteur alimentaire : vers 1900, une petite moitié des 10 000 ouvriers nantais sont des femmes travaillant dans les conserveries, les biscuiteries, les raffineries de sucre et la manufacture des tabacs54. En 1883, est fondée une société de secours mutuels des « Ouvrières réunies » qui comprend 89 adhérentes deux ans plus tard55. Si ses fondateurs, qui restent président et secrétaire, sont deux hommes, la trésorière, la secrétaire et la vice-présidente sont des femmes, dont on ignore le métier. On peut cependant douter qu’il s’agisse là d’une composante du mouvement ouvrier. Par ailleurs, les femmes sont plus présentes dans le syndicalisme mixte – c’est-à-dire associant patrons et ouvriers – d’inspiration catholique que dans le syndicalisme révolutionnaire, car le syndicalisme mixte sur le plan social ne l’est pas sur le plan sexuel, contrairement au syndicalisme révolutionnaire : à Nantes, sont ainsi créés dans les années 1890 les syndicats Sainte-Marie des lingères et Sainte-Anne des couturières56. Lors des grands conflits sociaux des années 1900, les femmes jouent un rôle traditionnel, soutenant les ouvriers en lutte, notamment en préparant des soupes communistes. Cette attitude est ancienne : au début du XIXe siècle, les femmes se montrent solidaires des luttes de leurs époux à plusieurs reprises. En 1825, les visites aux calfats emprisonnés pour coalition sont interdites car « l’entêtement des femmes est encore plus grand que celui des maris »57 ; en 1836, lors d’une action menée par les maçons en grève pour arrêter un chantier, un commissaire note que « les femmes [so]nt plus acharnées que les hommes »58.

Conclusion

29Pour conclure, il est possible de dégager quelques points qui peuvent contribuer à la réflexion sur l’articulation entre le genre et l’industrialisation. Tout d’abord, dans le contexte de celle-ci, la déqualification des femmes n’est nullement évidente. En effet, l’époque pré-industrielle ne constitue pas un âge d’or du travail féminin. De même, loin d’apparaître comme un conservatoire du travail traditionnel et qualifié épargné par l’industrialisation, l’artisanat est touché par les transformations qui l’accompagnent. En outre, la révolution industrielle ne provoque pas une brusque déqualification du travail : des ouvrières possèdent un réel savoir-faire, tandis que d’autres développent sans doute des tours de main. La déqualification des femmes s’avère complexe : d’une part, les femmes peuvent être affectées aux tâches peu ou pas qualifiées, ainsi dans les conserveries ; d’autre part, le patron peut confier à des femmes des tâches en voie de déqualification, par exemple l’impression des indiennes en 1787. Néanmoins le partage sexué des tâches et l’échelle des qualifications s’articulent souvent. Cette articulation n’est pourtant pas absolue : ainsi, dans l’indiennage, tandis que les ouvrières effectuent des tâches semi-qualifiées et que les hommes se réservent les travaux qualifiés, certaines femmes sont de véritables artistes et d’autres hommes sont des manœuvres. Cette articulation varie également suivant les activités, comme le montre la comparaison entre la conserverie et le travail du tabac.

  • 59  De ce fait, il est nécessaire de croiser les sources, autant que possible (Annales de Bretagne et (...)

30Il semble qu’en lien avec l’industrialisation, s’opère plus fondamentalement une dévalorisation du travail féminin. Les qualifications féminines sont souvent occultées59. Le discours patronal sur la docilité féminine se développe, bien avant de s’épanouir durant la seconde industrialisation. Le clivage entre les ouvriers qualifiés et organisés, d’une part, et les manœuvres en général et les femmes en particulier, de l’autre, se durcit, car la conscience ouvrière reste largement professionnelle et le mouvement ouvrier longtemps masculin. Si nous n’avons pas relevé de référence à des qualités féminines ‘‘naturelles’’ – la minutie, l’agilité – il apparaît que les tâches confiées aux pinceauteuses ou aux ouvrières des tabacs requièrent de telles qualités. Ces tâches leur sont-elles confiées en vertu d’une image de genre pré-existante ou bien donnent-elles naissance à cette image ? Mais il est sans doute plus pertinent de s’interroger sur les métiers qu’exerçaient les femmes avant leur entrée dans la manufacture et sur l’éventuel ré-investissement de leurs aptitudes professionnelles dans leur travail manufacturier : ainsi, de nombreuses ouvrières de la manufacture des tabacs travaillaient auparavant dans la confection. Enfin, cette dévalorisation ne doit pas nous empêcher d’étudier les ouvrières comme actrices, à travers les tours de main qu’elles élaborent comme à travers les résistances qu’elles développent, pour autant qu’il soit possible de les saisir.

  • 60  Michel Pigenet, « À propos des représentations et des rapports sociaux sexués : identité professio (...)
  • 61  De même, dans le Choletais, afin de pouvoir rester des artisans libres, les hommes ont envoyé les (...)

31Au-delà du travail des femmes, le genre – à travers la consolidation de l’identité ouvrière par sa masculinisation60 – a pu contribuer à dessiner l’originale voie française d’industrialisation, marquée par la pérennité, au XIXe siècle, de l’artisanat et du travail qualifié61. En effet, plutôt que de s’en tenir à une approche en termes de frein ou d’accélération pour analyser les modalités des changements, il est probablement plus judicieux de souligner que le genre a sans doute contribué à façonner les voies empruntées par ces changements.

Haut de page

Notes

1  Arch. mun. de Nantes, HH 34, lettre des imprimeurs d’indiennes, octobre 1787.

2  Edward Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, 1988, p. 74 (1963).

3  Samuel Guicheteau, La Révolution des ouvriers nantais. Mutation économique, identité sociale et dynamique révolutionnaire (1740-1815), Rennes, PUR, 2008.

4  Sur l’essor du coton et son rôle moteur, voir Serge Chassagne, Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, EHESS, 1991, et Patrick Verley, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997.

5  Quoiqu’interdite, la traite reprend clandestinement en 1815 pour disparaître vers 1830 grâce à une répression renforcée (Olivier Pétré-Grenouilleau, Nantes, Plomelin, Palantines, 2003, p. 134-139).

6  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M 2126, enquête de 1840 ; Procès-verbal d’enquête sur la question du travail industriel dans la ville et canton de Nantes, 1848, Nantes, CRDP, s. d.

7  Nous ignorons quelles sont les tâches qui leur sont confiées (Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M 2124, état-civil des ouvriers appartenant aux dix principaux établissements manufacturiers, 19 décembre 1849).

8  Gérard Gayot, Philippe Minard (éd.), Les ouvriers qualifiés de l’industrie (XVIe-XXe siècles). Formation, emploi, migrations, Actes du colloque de Roubaix, Revue du Nord, hors-série n° 15, 2001, p. 9.

9  Michel Pigenet, « Aux fondements d’une identité. Retour sur deux siècles de travail ouvrier », Historiens-Géographes, octobre 1995, p. 250.

10  Cynthia Truant, The Rites of Labor. Brotherhoods of Compagnonnage in Old and New Regime France, Ithaca-Londres, CUP, 1984.

11  Alain Dewerpe, Yves Gaulupeau, La fabrique des prolétaires. Les ouvriers de la manufacture d’Oberkampf à Jouy-en-Josas, 1760-1815, Paris, PENS, 1990, p. 25.

12  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 ET-A 20, mémoire sur les manufactures d’indiennes, 25 prairial an VII.

13  De cette dégradation témoignent l’évolution des contrats d’engagement d’apprentis et les récriminations de plusieurs jeunes ouvriers vers 1775.

14  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 ET-A 20, renseignements sur la manufacture d’Orrillard, an III.

15  Toutes les marchandises de traite ne sont pas de piètre qualité, mais l’utilisation de lin et de coton du Levant filé au rouet (et non des îles, de qualité supérieure, et filé à la mécanique, donc plus homogène), ainsi que la technique de la réserve pour l’application des couleurs, attestent de la médiocrité de ces toiles.

16  Arch. mun. de Nantes, HH 34, plainte d’Orillard, Guillou et Metzener, 8 octobre 1787.

17  Elle apparaît aussi, dès 1764, sous la plume du fondateur d’une fabrique de soieries (Arch. dép. de Loire-Atlantique, C 655, supplique de René Métezeau adressée aux Etats de Bretagne).

18  Arch. mun. de Nantes, D 3-C 4-D 18, lettre de L. Saget, 7 pluviôse an VIII.

19  Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1628, correspondance de L. Saget, an IV.

20  Arch. mun. de Nantes, HH 34, plainte de Simon et Roques, 17 août 1786.

21  Arch. mun. de Nantes, F 2-C 20-D 7, 19 thermidor an II.

22  François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Rennes, PUR, 2009, p. 30.

23  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs à l’enquête sur le travail, 1848.

24  La ruralisation de la soierie lyonnaise s’accélère après la révolte des canuts (Pierre Cayez, « Une proto-industrialisation décalée : la ruralisation de la soierie lyonnaise dans la première moitié du XIXe siècle », Revue du Nord, n° spécial, « Aux origines de la Révolution industrielle », 1981-1, p. 95-103).

25  D’une manière générale, aucune voix féminine ne s’y fait entendre.

26  Dès 1820, les fileurs projettent de créer une telle société (Arch. mun. de Nantes, Q 5-C 18-D 17, lettre des fileurs au maire, 10 juillet 1820).

27  Arch. mun. de Nantes, Q 5-C 18-D 17.

28  Ange Guépin, Eugène Bonamy, Nantes au XIXe siècle. Statistique topographique, industrielle et morale, Nantes, Phénix éditions-MSH Ange Guépin, 2000, p. 399.

29  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 ET-F 1, lettre de F. Bertrand, 9 août 1835.

30  Un autre patron indique que, dans les moments d’intense activité, « le chiffre des journalières reçoit une augmentation de 50 à 115 et 120 » (Id, lettre de F. Bertrand, 30 août 1836).

31  Id, lettre de J. Colin à la chambre de commerce, 10 juin 1833.

32  Jean-Noël Retière, La manufacture des tabacs de Nantes (1857-1914), Lersco, 1990.

33  Arch. mun. de Nantes, Q 5-C 18-D 8, feuille de renseignements, 7 avril 1866.

34  Id, lettre du président de la société au maire, 29 mars 1887.

35  Id, demande de renseignements de la mairie, 13 février 1899, et lettre à la mairie, 9 mai 1902.

36  Arch. mun. de Nantes, I 2.

37  Arch. mun. de Nantes, HH 60, liste des corps et communautés, 12 janvier 1723.

38  Clio, Histoire, Femmes et Société, « Métiers, corporations, syndicalismes », 1996-3 ; Dominique Godineau, Les femmes dans la société française. 16e-18e siècle, Paris, A. Colin, 2003 ; Paul Delsalle, « Le travail des femmes à l’époque moderne », dans Historiens et Géographes, dossier « Histoire des femmes », février 2006, p. 269-276. Voir aussi Nancy Locklin, Women’s Work and Identity in Eighteenth-Century Brittany, Aldershot, Ashgate, 2007.

39  Les jurés craignent que les veuves couvrent des chambrelans, plutôt qu’elles n’emploient des compagnons : ils vérifient alors la cohabitation et la commensalité (par exemple, Arch. mun. de Nantes, HH 171, corporation des tailleurs d’habits, 1er avril 1786).

40  Elisabeth Musgrave, « Women and the Craft Guilds in Eighteenth-Century Nantes », dans Geoffrey Crossick (éd.), The Artisan and the European Town, 1500-1900, Aldershot, Scolar Press, 1997, p. 151-171.

41  La comparaison est ici possible avec les conséquences pour les femmes de la déchéance des maîtres canuts lyonnais. Leur prolétarisation s’accompagne de l’emploi de femmes comme compagnon, dans et hors de l’atelier familial. Le travail des femmes devient un enjeu du conflit plus général entre les canuts et les marchands-fabricants.

42  Steven Kaplan, La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, p. 151.

43  Arch. mun. de Nantes, HH 171, 5 décembre 1783.

44  Id, 29 avril 1784.

45  Arch. mun. de Nantes, HH 36.

46  Arch. dép. de Loire-Atlantique, C 660, mémoire d’Augustin Daniel.

47  William Reddy, « Modes de paiement et contrôle du travail dans les filatures de coton en France, 1750-1848 », Revue du Nord, n° spécial, « Aux origines de la Révolution industrielle », 1981-1, p. 140.

48  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse à l’enquête de 1848. Sur la complexité de la concurrence entre hommes et femmes dans cette activité, voir Nicole Pellegrin, « Les vertus de ‘‘l’ouvrage’’. Recherches sur la féminisation des travaux d’aiguille (XVIe-XVIIIe siècle) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1999-4, p. 747-769.

49  Procès-verbal d’enquête sur la question du travail industriel..., op. cit.

50  G. Gayot interprète le « turn-over infernal » qui agite Verviers vers 1810 comme une ‘‘révolte primitive’’ (« La classe ouvrière saisie par la Révolution industrielle à Verviers, 1800-1810 », dans Chantal Petillon, Didier Terrier (éd.), « Classe ouvrière en formation : Belgique wallonne et France du Nord (1750-1880) », Revue du Nord, 2002-4, p. 660).

51  Nous transposons ici la démarche de D. Godineau pour l’étude de la participation des femmes du peuple à la Révolution (Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988).

52  Alain Cottereau, « La désincorporation des métiers et leur transformation en ‘‘publics intermédiaires’’ : Lyon et Elbeuf, 1790-1815 », dans Steven Kaplan, Philippe Minard (éd.), La France, malade du corporatisme ? XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 2004, p. 142.

53  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 16 U 110, plumitif des audiences, 1er mars et 13 août 1847.

54  Alain Croix, Christel Douard (dir.), Femmes de Bretagne. Images et Histoire, Rennes, Apogée-PUR, 1999.

55  Arch. mun. de Nantes, Q 5-C 19-D 13, demande de renseignements par la mairie, 7 juillet 1886.

56  Claude Geslin, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu’à la Première Guerre mondiale, Saint-Hippolyte-du-Fort, Espace-Ecrits, 1990, p. 778.

57  Arch. mun. de Nantes, F 7-C 9-D 2, lettre du commissaire de la marine au maire, 6 août 1825.

58  Arch. dép. de Loire-Atlantique, 1 M 2308, rapport du commissaire Larralde, 14 septembre 1836.

59  De ce fait, il est nécessaire de croiser les sources, autant que possible (Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n° spécial « Travail, femmes et genre », 2007-3 ; Georges Hanne, « L’enregistrement des occupations à l’épreuve du genre : Toulouse, vers 1770-1821 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2007-1, p. 69-97).

60  Michel Pigenet, « À propos des représentations et des rapports sociaux sexués : identité professionnelle et masculinité chez les dockers français (XIXe-XXe siècles) », Le Mouvement social, 2002-1, p. 55-74.

61  De même, dans le Choletais, afin de pouvoir rester des artisans libres, les hommes ont envoyé les femmes à l’usine, seule possibilité de compenser la dégradation économique qu’ils subissaient (Tessie Liu, The Weaver’s Knot. The Contradictions of Class Struggle and Family Solidarity in Western France, 1750-1914, Ithaca, CUP, 1994).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Guicheteau, « Ouvrières au travail, travaux de femmes. Nantes, XVIIIe-XIXe siècles », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/603 ; DOI : 10.4000/framespa.603

Haut de page

Auteur

Samuel Guicheteau

Docteur, Agrégé d’histoire, Chercheur associé au Cerhio-Rennes 2, UMR 6285
Thèmes de recherche : histoire de l’industrialisation et du monde du travail au XVIIIe et au début du XIXe siècles ; histoire de la Révolution française
samuel.guicheteau@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org