Navigation – Plan du site
Comptes rendus de colloques

Mobilités académiques et idéal international à la Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950)

Colloque international, Paris, mars 2010
Guillaume Tronchet
Référence(s) :

Mobilités académiques et idéal international à la Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Colloque international, Paris, mars 2010

Texte intégral

  • 1  CAC 2009 0013 (Fondation nationale) et CAC 2009 0014 (archives des maisons).
  • 2  AN, 16AJ 7027-7034.

1« La Cité universitaire, songeait Paul Reynaud en 1951, c’est une histoire qu’il faudrait raconter dans le détail ». Vaste projet qui, étonnement, reste encore en chantier un demi-siècle plus tard. Non pas tant faute de combattants. La Cité internationale universitaire de Paris (CIUP) a déjà fait l’objet d’études variées, monographies ponctuelles de ses fondations ou de ses maisons, et ce depuis sa création au seuil des années 1920. Toutefois, les approches globalisantes espérant donner sens à tous les aspects de l’histoire de la CIUP demeurent rares. Comment appréhender, en effet, la totalité d’un objet qui oblige l’historien à évoluer dans des secteurs aussi divers que l’histoire urbaine et l’histoire de l’architecture, celle de l’enseignement supérieur et celle de l’immigration, l’histoire de la jeunesse ou encore l’histoire des relations internationales ? Comment maîtriser, par ailleurs, le volume considérable d’archives produites par la CIUP et autour d’elle, en France mais aussi à l’étranger ? Un défi d’autant plus difficile à relever que, depuis la fin de l’année 2009, plus d’un millier de cartons relatifs aux activités de la direction de la CIUP ainsi qu’à celles d’un certain nombre de ses maisons a été déposé au Centre des archives contemporaines de Fontainebleau1 pour compléter les fonds déjà versés au CARAN, à Paris2.

2Afin d’en lancer l’exploitation méthodique et collective, la CIUP a pris l’initiative d’organiser en mars 2010 une journée d’étude internationale consacrée aux premiers temps de son histoire, autant pour soumettre au regard de la critique les « grands récits » produits jusqu’ici par l’institution sur elle-même que pour esquisser un premier bilan des travaux déjà accomplis, des recherches en cours et des pistes à ouvrir. Sous la direction de trois chercheurs (Jean-Michel Guieu, Paris 1/IRICE ; Dzovinar Kevonian, Paris X/ISP ; Guillaume Tronchet, Paris 1/CHS) le colloque a ainsi exploré les « années Honnorat », du nom d’un des principaux fondateurs de la CIUP, qui fut aussi son premier président, couvrant une période allant des années 1920 aux années 1950, manière d’englober l’histoire – ô combien mouvementée – de la CIUP pendant la Seconde Guerre mondiale.

3Après une longue introduction de Dzovinar Kevonian et de Guillaume Tronchet, replaçant la création de la CIUP dans son contexte (pacifisme des années 1920, ambitions culturelles de la IIIe République, besoin de logements étudiants, etc.) et proposant, à partir d’un panorama historiographique des recherches actuelles en relations universitaires internationales, quelques pistes de réflexion, une première session, placée sous la présidence de Pascal Ory (Paris i), s’est vue consacrer aux enjeux académiques et sociaux soulevés par la CIUP. Pierre Moulinier (GERME) a tout d’abord évoqué la situation matérielle des étudiants étrangers du Paris de la Belle Époque, rappelant que la question du logement de cette jeunesse venue des quatre coins du monde se posait avec acuité dès avant la Grande Guerre. Nicolas Manitakis (Athènes) a complété cette approche en inscrivant le projet de la CIUP dans le contexte, plus national, du développement des villes universitaires particulièrement sensibles à la question de l’accueil des étudiants étrangers (Grenoble, Nancy, etc.). Guillaume Tronchet (Paris i), en écho à sa thèse de doctorat, a quant à lui replacé la CIUP dans les rapports complexes que « diplomatie universitaire » et « diplomatie culturelle » entretiennent en France au cours de l’entre-deux-guerres, en évoquant les liens et tensions multiples entre Université de Paris, Quai d’Orsay et CIUP. Les sociabilités étudiantes à la CIUP ont été présentées sur un temps long (1920-1960) par Frank Sereni (ARAPEN) en vue de comprendre, au-delà des discours lénifiants de l’institution sur le rapprochement des étudiants pour la paix internationale, comment ont bien pu s’opérer la rencontre et les échanges entre étudiants étrangers à la CIUP. La question de la participation des étudiants à la gestion de la Cité internationale a ensuite été abordée par Jean-Philippe Legois (Président de la Cité des mémoires étudiantes) et Robi Morder (président du GERME), qui ont effectué une comparaison utile avec un autre projet étudiant (le sanatorium de Saint-Hilaire-Du-Touvet) et ont souligné à quel point cette participation paraissait avoir été lente à se mettre en place à la CIUP avant la Seconde Guerre mondiale. Serena Buzzi (Turin) et Fiammetta Berardo (Liège) ont clôt la matinée par une présentation bienvenue des modèles de campus et de cités universitaires à l’étranger, ouvrant ainsi la discussion aux comparaisons internationales.

4La seconde session, présidée par Hans Manfred Bock (Cassel), a replacé la CIUP dans les relations internationales des années 1920-1950, pour observer dans quelle mesure la Cité a pu être un réceptacle des tensions politiques et sociales internationales. Jean-Michel Guieu (Paris i) est revenu pour sa part sur le rôle du recteur Paul Appell et de ses réseaux pacifistes dans la naissance de la Cité internationale. Hans Manfred Bock s’est lui tourné vers un autre fondateur, André Honnorat, pour étudier ses liens avec l’Allemagne et le positionnement de la CIUP face au Reich hitlérien. Shigeru Kobayashi (Waseda) s’est penché à sa suite sur les rapports entre Honnorat et Jirohatchi Satsuma, fondateur de la Maison du Japon, occasion de rappeler le rôle du mécénat international dans l’éclosion de la CIUP. Empruntant les voies du comparatisme international inaugurées le matin, Elisa Signori (Pavie) a présenté le point de vue de l’Italie fasciste sur la CIUP, en montrant tout l’intérêt que le ministre de l’Education nationale de Mussolini portait au projet et, par là, les multiples interprétations, pour le moins troubles, qui pouvaient être faites dans l’Europe de l’entre-deux-guerres des principes et des objectifs de la CIUP. La période de la Seconde Guerre mondiale a ensuite été abordée par Dzovinar Kevonian (Paris x), dans une communication des plus riches sur les multiples enjeux et conflits liés à la récupération de la CIUP par le régime de Vichy puis à son occupation par les troupes allemandes jusqu’en 1944. Enfin, Elisa Capdevila (Sciences Po Paris) est revenue, en mobilisant des archives inédites, sur l’occupation de la CIUP après-guerre par les troupes américaines et sur la place de la CIUP dans le renouveau des échanges universitaires franco-américains. Une copieuse journée que Victor Karady (CNRS) est venue conclure en tentant de replacer la CIUP dans l’histoire, évidemment plus large, des migrations étudiantes internationales au début du XXe siècle.

5Tous les aspects de l’histoire de la CIUP n’ont bien évidemment pas été abordés lors de ce colloque : quid, par exemple, du devenir des « étudiants internationaux » passés par les chambres de la Cité ? Au-delà des figures les plus connues (Léopold Sédar Senghor, Karen Blixen, Abdou Diouf…), voilà qui mériterait à soi seul une étude prosopographique détaillée pour voir dans quelle mesure les études à l’étranger jettent effectivement les bases de réseaux transnationaux et contribuent à façonner cette « culture internationale » que la Cité affirme encore vouloir transmettre aux élites qui continuent de passer par ses murs. Les recherches sur la Cité internationale universitaire de Paris ne font bel et bien que commencer.

Haut de page

Notes

1  CAC 2009 0013 (Fondation nationale) et CAC 2009 0014 (archives des maisons).

2  AN, 16AJ 7027-7034.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Tronchet, « Mobilités académiques et idéal international à la Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://framespa.revues.org/561

Haut de page

Auteur

Guillaume Tronchet

Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org