Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Patrick Ferté, Répertoire géographique des étudiants du Midi de la France (1561-1793). Pour une prosopographie des élites

Tome III : Rouergue (diocèses de Rodez et Vabres). Préface d’Emmanuel Le Roy Ladurie, Albi, Presses du Centre Universitaire Champollion, 2006, 485 p. ISBN 2-915699-30-5 (Prix : 30 €) ; Tome IV : Diocèses pyrénéens (Bayonne, Comminges, Couserans, Lescar, Mirepoix, Oloron, Pamiers, Rieux, Tarbes), Albi, Presses du Centre universitaire Champollion, 2008, 474 p1.
Willem Frijhoff
Référence(s) :

Patrick Ferté, Répertoire géographique des étudiants du Midi de la France (1561-1793). Pour une prosopographie des élites. Tome III : Rouergue (diocèses de Rodez et Vabres). Préface d’Emmanuel Le Roy Ladurie, Albi, Presses du Centre Universitaire Champollion, 2006, 485 p ; Tome IV : Diocèses pyrénéens (Bayonne, Comminges, Couserans, Lescar, Mirepoix, Oloron, Pamiers, Rieux, Tarbes), Albi, Presses du Centre universitaire Champollion, 2008, 474 p.

Texte intégral

  • 1  Le tome I concernait les diocèses d’Albi, Castres, Lavaur, Montauban (Toulouse, Presses de l’Unive (...)

1Le répertoire géographique quasi-exhaustif des étudiants du Midi (6 222 notices dans le tome III, 7 741 dans le tome IV, sans compter quelques ajouts) dont Patrick Ferté nous livre ici les deux derniers volumes – en attendant des recensements similaires pour d’autres régions – illustre merveilleusement le renversement de perspective qui a marqué l’histoire des universités depuis une trentaine d’années. Alors que l’histoire-célébration d’autrefois approchait les universités comme des institutions isolées ancrées dans leur terroir, exaltait les sommités rares et préférait les facteurs institutionnels, scientifiques et matériels à la dimension éducative, culturelle et humaine, la nouvelle histoire des universités, sans négliger pour autant ces facteurs, traite les universités pour ce qu’elles sont par vocation et ont été depuis leur fondation au Moyen Âge : des institutions insérées dans un système éducatif d’envergure internationale et destinées à l’enseignement collectif et la formation de groupes, voire de masses d’étudiants. Ce sont ces étudiants, non point anonymes mais peu profilés individuellement, que Patrick Ferté a systématiquement recensés dans ce répertoire qui, au lieu de suivre l’ordre des universités, adopte celui de leur lieu d’origine. C’est donc un panorama kaléidoscopique des élites intellectuelles du Midi, saisie au niveau de leurs années d’études universitaires et dans leur biotope géographique, familial et culturel, que ce répertoire nous ouvre.

2Car outre une image cohérente des élites locales, le regroupement géographique offre l’avantage de pouvoir discerner ces filières familiales qui formaient la charpente sociale de la société d’Ancien Régime. Chaque noyau d’habitat de quelque importance avait sa petite dynastie d’officiers publics, ecclésiastiques, avocats et médecins formés à l’université, parfois à des institutions différentes – et ce n’est pas le moindre mérite de l’entreprise de longue haleine qu’a animée Patrick Ferté d’avoir reconstitué dans sa prosopographie les itinéraires individuels des étudiants à travers le paysage universitaire français. Chaque notice recense ainsi les immatriculations successives et les grades obtenus par l’étudiant dans les institutions dépouillées. Pour certaines villes ou circonscriptions, les mémoires de maîtrise rédigés sous la direction de Patrick Ferté lui ont permis d’identifier plus ou moins complètement les origines sociales et le devenir d’une partie parfois assez notable des étudiants, ainsi la Rouergue et le Comminges, ou la ville de Rodez.

3Le résultat de ces identifications n’est certes pas toujours spectaculaire (tout au plus la moitié pour les endroits les mieux défrichés), mais quiconque aura entrepris une telle opération mesurera les difficultés d’identification et les évidentes lacunes des sources mêmes qui paraissent ou même se prétendent exhaustives. Les 17 Colonges provenant au cours de deux siècles de Villefranche-de-Rouergue et ayant étudié à Cahors, Toulouse ou Paris, ou les 14 Lassus de Montréjeau (Haute-Garonne), fidèles à Toulouse et Cahors, paraissent une exception quant à leur nombre, mais 3, 4 ou jusqu'à 10 ou 11 étudiants étaient tout de même la règle dans la reproduction familiale des élites culturelles du Midi. Encore faut-il nuancer : en territoire catholique, sous l’impulsion du système bénéficial, les futurs ecclésiastiques constituent une notable partie du recrutement universitaire. Or, la rigueur croissante de la Contre-Réforme aidant, non seulement les prêtres ne se marient point mais ils sont censés ne pas avoir de descendance légitime, du moins pour la période concernée.

4La reproduction familiale est donc tronquée en régime catholique – et il faut bien reconnaître que ce répertoire qui ne recense que les universités formellement constituées, non pas les académies protestantes dont il ne nous reste quasi aucune donnée sérielle sur le recrutement ou la fréquentation, ne doit comporter que bien peu de huguenots, même invisibles comme tels. Ainsi, les dix notices de la citadelle du Carla (Ariège), rebaptisé Le Carla-Bayle, ne comportent-elles aucune mention de son plus célèbre fils, l’érudit Pierre Bayle qui après un professorat à Sedan enseigna à la nouvelle école illustre de Rotterdam où il avait pu se réfugier, ou de son frère Jacob, qui devint pasteur. Or, Pierre Bayle étudia à l’académie de Puylaurens, et après un bref intermède passé au collège jésuite de Toulouse, à Genève, académie de niveau universitaire qui n’a pas (encore ?) été pris en compte dans les dépouillements. Les résultats en territoire protestant ou pour les communautés protestantes locales peuvent donc s’écarter de ce dépouillement à dominante catholique. Pour une ville hollandaise, j’avais pu compter jusqu’à 26 gradués universitaires pour trois familles protestantes différentes, sans même compter les étudiants accédés au pastorat, les pasteurs étant examinés par les autorités ecclésiastiques sans se faire graduer.

5Il y a bien sûr des limites à tout forme d’inventaire. Limites documentaires, par exemple, car les archives de l’université de Bordeaux ont presque entièrement disparu, ce qui laisse un grand trou pour l’Aquitaine. Le dépouillement exhaustif des sources universitaires de toute la France apportera certainement encore quelques raffinements, car quiconque a travaillé sur les recrutements universitaires est saisi par l’étendue du territoire parcouru par certains de ces étudiants. Ils manifestaient dans leur errance un étonnant esprit d’initiative, d’aventure, d’autonomie ou de volonté de se faire une vie hors des sentiers battus, parfois en dépit de leur propre intérêt tel que nous le saisissons dans les règlements sur les bénéfices, les grades ou l’exercice des professions. La moisson de ces départs lointains vers les universités du Nord ou même vers le Sud, l’Espagne proche par exemple où les universités étaient nombreuses, sera sûrement réduite sur le plan numérique. Patrick Ferté lui-même exprime son scepticisme à cet égard. Mais elle nous livrera des individus qui éprouvaient la flexibilité ou les marges du système universitaire d’Ancien Régime et dont généralement le curriculum sortait de l’ordinaire.

6Par ailleurs, il reste à vérifier le curriculum des religieux. Entrés jeunes dans leur ordre ou congrégation, ils ont pu accomplir tout ou partie de leur formation hors du cadre universitaire au sens strict, dans les centres d’études de leur institut, parfois même hors du territoire national, voire dans la capitale de la chrétienté catholique, Rome, qui au fur et à mesure que l’époque moderne progressait, allait regorger de maisons d’accueil munis de centres de formation et d’études. Ce sont les sources sérielles d’un autre type, axées sur le curriculum ultérieur, l’exercice d’une profession, voire l’admission dans une corporation, qui devront compléter ici les sources universitaires. L’expérience d’inventaires géographiques semblables concernant d’autres territoires (le Brabant néerlandais à dominante catholique, les pays baltes à dominante luthérienne, quelques villes à dominante réformée ou catholique disséminées à travers les Pays d’Europe septentrionale et centrale) montre clairement qu’il faut une multiplicité de sources différentes pour arriver à une image tant soit peu complète.

7Enfin, autrefois comme aujourd’hui, toutes les élites ne se reproduisaient pas à l’université. Cela vaut même pour l’élite intellectuelle, comme Emmanuel Le Roy Ladurie le montre, non sans ironie, dans sa préface à propos de Pierre Prion, de Requista (Aveyron), autodidacte à la vie errante et compliquée. L’autodidaxie demeure une grande inconnue de l’histoire culturelle, et quand bien même nous la saisissons à travers les journaux intimes ou les témoignages administratifs, elle montre presque toujours un visage complexe unissant des fragments d’apprentissage assisté ou des bribes éparses de formation culturelle à un itinéraire social qui demeure impossible à réduire à la normalité.

8Patrick Ferté ouvre chacun des deux volumes par une ample introduction, parfaitement documentée, qui propose une évaluation numérique du répertoire. Il nous y fournit une image claire et nuancée de la conjoncture du recrutement, en distinguant les régions ou diocèses, les facultés, les clercs et laïcs, montagnes et vallées, villes et campagnes. Des problèmes classiques tels que celui du taux d’achèvement des études, du caractère urbain du recrutement universitaire, de l’hérédité socioprofessionnelle (mesurée par les études), des intellectuels frustrés, de la montée à Paris, ou de la crise de recrutement de la théologie au XVIIIe siècle y sont abordés en connaissance de cause et reçoivent une réponse plausible. Il a su analyser avec finesse le problème encore plus délicat du sort des huguenots dans le paysage universitaire catholique, en interrogeant intelligemment les vides et les surplus. Mais il faut bien reconnaître qu’il ne s’agit-là que d’un pis-aller à défaut de sources analogues pour les institutions protestantes et, d’ailleurs, d’un répertoire fiable des appartenances confessionnelles elles-mêmes.

9Somme toute, ce répertoire constitue désormais un outil de travail indispensable non seulement pour l’historien des universités mais pour quiconque s’occupera de l’histoire culturelle, sociale et religieuse, de la prosopographie ou simplement de la généalogie des régions méridionales de la France. Il faut remercier l’auteur et ses étudiants de l’immense quantité de travail investie dans la confection de ce répertoire éminemment utile.

10Contact : florence.lunardi@univ-jfc.fr

Haut de page

Notes

1  Le tome I concernait les diocèses d’Albi, Castres, Lavaur, Montauban (Toulouse, Presses de l’Université des Sciences sociales, 2002) et le tome II le diocèse de Cahors (Toulouse, 2004). Chacun exposait l’introduction générale utile à l’entière collection. N.d.E.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Willem Frijhoff, « Patrick Ferté, Répertoire géographique des étudiants du Midi de la France (1561-1793). Pour une prosopographie des élites », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/558

Haut de page

Auteur

Willem Frijhoff

Université libre d’Amsterdam, Pays-Bas

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org