Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Sylvie Mazzella (dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb  entre Nord et Sud

Paris, Karthala, 2009, 404 p.
Pierre Robert Baduel
Référence(s) :

Sylvie Mazzella (dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb  entre Nord et Sud, Paris, Karthala, 2009, 404 p.

Texte intégral

  • 1  Thème de la livraison d’Alfa. Maghreb et sciences sociales 2007, IRMC/Maisonneuve & Larose, 9-203. (...)

1La mondialisation étudiante. Le Maghreb  entre Nord et Sud est un ouvrage issu d’un programme de recherche initié et dirigé par Sylvie Mazzella (CNRS). Organisé depuis l’Institut [français] de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) de Tunis avec le concours du Programme mobilisateur sur Fonds de Solidarité Prioritaire (FSP) « Appui à la coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales entre le Maghreb et la France » du Ministère [français] des Affaires étrangères et européennes, ce programme a été réalisé par un réseau de chercheurs et universitaires maghrébins, français et canadiens. De cette action de recherche, S. Mazzella a déjà tiré en 2007 une première publication : L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale1. Aboutissement du programme, La mondialisation étudiante donne la pleine mesure du travail d’enquête de terrain et de formalisation des résultats accompli en trois ans (2005-2008) par les membres du réseau.

2En introduction à l’ouvrage, S. Mazzella situe le Maghreb universitaire et étudiant dans le mouvement général de la mondialisation et plus particulièrement dans le contexte « régional », entre l’Europe et les mondes arabe et africain, le tout dans un contexte d’universalisation des options économiques libérales. Au Maghreb (essentiellement ici le Maghreb central : Maroc, Algérie et Tunisie), ces options ont été reprises au prisme de ce que S. Mazzella qualifie de « libéralisation d’État » pour signifier que l’État (ou plus exactement ceux qui, au mieux, l’incarnent, voire le monopolisent) contrôle les modalités politiques de l’importation des réformes et les formes pratiques de l’insertion des pays dans la division internationale universitaire.

  • 2  « On compte actuellement [2007] 250 000 nouveaux entrants annuellement dans le supérieur en Algéri (...)

3Elle détaille ensuite les enjeux pour les États maghrébins : les réformes conditionnées par l’intégration du Maghreb universitaire dans l’espace euro-méditerranéen et d’abord euro-maghrébin consécutivement au lancement en 1999 du processus de Bologne (dont la mesure la plus emblématique est la réforme LMD) viennent en quelque sorte à point nommé pour débrider en interne une situation de saturation qui fait courir à terme un risque d’implosion du système universitaire local2 et à l’international pour donner des chances supérieures de formation et de placement aux meilleurs éléments, en consonance de fait avec les mesures « occidentales » d’une immigration choisie. En promouvant une mise à niveau internationale du système de formation local (standardisation), les réformes ouvrent à une marchandisation généralisée des diplômes et des diplômés nationaux et étrangers, permettent une circulation plus grande des élites en leur ouvrant l’espace international, voire – pour les pouvoirs – l’espérance de la constitution d’une diaspora intellectuelle à terme bénéfique au développement des pays d’origine eux-mêmes. S. Mazzella met alors en évidence quelques effets induits majeurs de ces mouvements de réformes.

4Le premier effet induit et sans doute voulu des réformes (standardisation et marchandisation) concerne le mouvement de migrations des étudiants maghrébins eux-mêmes : désormais, un encadrement plus strict du mouvement des populations étudiantes étrangères à l’espace Schengen est mis en place en particulier pour l’inscription universitaire en France. Un sas de sélection par les autorités françaises a été généralisé dans les ambassades de France. Favorable aux meilleurs éléments relevant de sciences dures, ce système est draconiennement restrictif pour les candidats relevant de formations moins marchandes.

  • 3  Chaque année au moins de juillet, à l’invitation des autorités tunisiennes, une vingtaine de provi (...)
  • 4  Voir M. Emperador-Badimon, 2008, “les diplômés-chômeurs de troisième cycle au Maroc : des expérien (...)

5Un second effet induit de ces choix politiques internationaux est ce que S. Mazzella appelle « une internationalisation in situ : la fabrique d’une excellence ». Il est nécessaire ici de distinguer entre, d’un côté les filières de sciences dures et d’autre part les autres filières (sciences économiques, juridiques, de gestion, sciences humaines et sociales, lettres et langues). Le système public continue – particulièrement en Tunisie – à être performant dans le domaine des sciences dures et à produire des étudiants de bons, voire de haut niveau dont une part, à l’instigation des autorités nationales, va poursuivre ou parfaire ses études à l’étranger3. Une internationalisation étudiante s’est déjà développée depuis de nombreuses années dans le secteur public concernant les études médicales ou pharmaceutiques entre le Maroc et la Tunisie (une façon de contourner le numerus clausus national et, s’agissant des filles, de les maintenir dans l’espace culturel islamique). Dans les autres filières, le « rendement » des enseignements secondaire et supérieur est variable mais globalement insuffisant, le nombre de diplômés chômeurs ne cesse de croître4. Dans ces filières et en restant dans le secteur public, l’internationalisation avait un terrain traditionnel privilégié, la formation à la langue et la culture arabo-islamique, avec ses très anciennes universités théologiques comme Ez-Zitouna à Tunis et Al-Azhar au Caire ; la clientèle internationale d’aujourd’hui, limitée en volume (Tunisie), est essentiellement issue de l’Afrique subsaharienne. La nouveauté des dernières décennies en Tunisie et au Maroc est le développement d’une offre universitaire privée (parfois en partenariat avec des universités étrangères, particulièrement françaises) dans de nouveaux domaines porteurs comme l’informatique, la gestion, les études commerciales. Cette offre permet de poursuivre au Maghreb même une formation censée plus performante (moindres effectifs, meilleures infrastructures) que la formation publique. Le public de ces formations privées est constitué d’étudiants triés financièrement (classes moyennes supérieures), soit dissuadés d’une expatriation vers l’Europe ou l’Amérique du Nord par le coût prohibitif de la scolarité, soit exclus par la sélection administrative préalable nouvellement mise en place. Les étudiants étrangers, essentiellement subsahariens, constituent une bonne part de la clientèle de ces institutions privées qui, toutes confondues, drainent cependant aujourd’hui des effectifs très limités par rapport au secteur public. Pour S. Mazzella, ce qui est très novateur dans cette dernière offre, c’est qu’elle fonctionne par rapport aux populations subsahariennes comme une offre de substitution - voire une offre-relais - de l’offre européenne, favorisée par l’affichage de l’arrimage universitaire maghrébin à l’espace euro-méditerranéen et qui est subsumée sous le slogan paradoxal : « le Maghreb, c’est déjà l’Europe ».

  • 5  Ainsi les premières cartes Compétences et talents (C & T) donnant droit à un visa de trois ans ren (...)
  • 6  Cette figure de l’étudiant pérégrin ne renvoie-t-elle pas quelque part à l’étudiant médiéval qui a (...)

6Le troisième effet induit des mouvements globaux de réforme universitaire qui touche de plein fouet les étudiants maghrébins à l’étranger est une transformation significative du statut de l’étudiant expatrié : d’un côté le déclassement de la catégorie d’étudiant étranger et de l’autre la valorisation de la nomenclature nouvelle d’étudiant international. On sait que parmi les multiples offres des anciennes maîtrises et DEA en lettres et sciences humaines et sociales certaines parvenaient à se maintenir dans les arbitrages centraux grâce à l’inscription massive d’étudiants « étrangers », en fait essentiellement d’étudiants issus des pays en développement, dont la qualité des dossiers passaient alors en second par rapport au critère d’un nombre fatidique à atteindre ; un flux important de candidatures étrangères se dirigeaient vers des formations d’universités réputées moins regardantes que d’autres, ce fait connu, qui apparaissait surtout comme une des voies détournées d’immigration en partie du fait du faible taux de réussite des étudiants étrangers inscrits dans ces formations chancelantes, fut un des arguments prétextes de  la mise en place de sas de sélection dans les ambassades de France, la raison réelle étant la substitution à une immigration informelle d’une politique générale d’immigration choisie5, qui devait toucher aussi les migrations étudiantes. À cet étudiant arrivé spontanément est désormais opposé la figure de l’étudiant international. S. Mazzella désigne ainsi « l’étudiant solvable et avisé (venu de préférence du Nord ou des pays lointains émergents) qui saura faire le meilleur choix grâce à un calcul rationnel entre les coûts et les avantages de l’investissement dans la formation, dans un marché mondial de l’enseignement supérieur. Ce glissement sémantique illustre particulièrement la tension actuelle entre deux logiques d’accueil : une logique de rayonnement culturel de la francophonie et une logique de la marchandisation de l’enseignement supérieur en termes de concurrence universitaire et de captation des meilleurs éléments » (24). À « logique de rayonnement culturel de la francophonie », j’aurais tendance à préférer « logique résiliente d’empire » pour signifier le caractère essentiellement postcolonial de ces migrations étudiantes (la proportion des étudiants étrangers venus des anciennes « possessions » britanniques ou autres est relativement faible). Dans les universités européennes la figure emblématique de l’étudiant international n’est-elle pas aujourd’hui l’étudiant pérégrin de type Erasmus6 ? Ces étudiants du programme Erasmus (European Region Action Scheme for the Mobility of University Students) créé en 1987 font aujourd’hui la fierté des universités, c’est d’ailleurs de la nécessité d’organiser l’accueil de ces étudiants que, selon mon expérience des universités aixoises d’alors, on peut dater la création dans les universités françaises des premiers services de relations internationales qui, aujourd’hui généralisés, ont pris une ampleur considérable, à la mesure du déploiement par les meilleures universités de stratégies innovantes de projection internationale. Les étudiants maghrébins expatriés qui s’inscrivent dans les politiques de régulation des Etats d’origine comme des Etats d’accueil entrent dans la catégorie des étudiants internationaux. Les étudiants expatriés qui s’inscrivent dans les universités privées maghrébines sont également à situer, même si c’est en mode mineur,  dans ce mouvement général, dès lors que selon S. Mazzella, à l’instar d’Etats européens et à leur manière propre, les Etats du Maghreb insèrent l’attraction sur leur sol d’étudiants étrangers dans une politique d’immigration choisie (25).

7Sur les différents points de cette problématique, les contributions à l’ouvrage apportent des éclairages empiriquement et théoriquement très solides. Celles-ci sont regroupées autour de trois thèmes :

  • I. « Immigrer en France sans être immigré : transformations dans les mobilités étudiantes Sud-Nord » avec les contributions de Maïten Bel, Valérie Erlich, Alexis Spire, Constance de Courcy, Richard Couëdel, Mohamed Charef et M’hamed Wahbi, Stéphanie Garneau.

  • II. « Pour quel espace universitaire mondialisé au Maghreb ? » avec les contributions de Youssef Berkane, Zineddine Berrouche, Florian Kostall, Ahmed Belkadi, Fethi Rekkik, Farah Ben Cheikh.

  • III. « L’étudiant étranger au Maghreb » avec les contributions de Ahmed Belkadi et Mohamed Charef, Sylvie Mazzella et Makrem Mandhouj, Mohamed Abderramane Ould Ahmedou Yacoub, Hassan Boubakri et Makrem Mandhouj, Tayeb Rehaïl, Sophie Bava, Sylvie Bredeloup.

8La complémentarité des approches disciplinaires constitue un grand atout de cet ouvrage : des approches sociologiques des politiques migratoires et des politiques de réforme des universités aux  approches socio-économiques des flux migratoires, en passant par des approches anthropologiques de trajectoires de formation et d’expatriation d’étudiants maghrébins et subsahariens (et pour ceux-ci jusqu’à leur retour au pays). Et pour chaque contribution, les membres du réseau sont allés au plus près du terrain et ont fait lever une information neuve.

9Au total, aux débats sur la mondialisation, sur l’université, sur la migration des cerveaux (brain drain), sur les évolutions politiques et économiques du Maghreb et sur ses relations complexes avec l’Europe (dépendances et complémentarités) mais aussi avec l’Afrique subsaharienne, La mondialisation étudiante apporte des éléments de réflexion de première main et novateurs.

Haut de page

Notes

1  Thème de la livraison d’Alfa. Maghreb et sciences sociales 2007, IRMC/Maisonneuve & Larose, 9-203. Voir en ligne l’introduction de S. Mazzella, « Une libéralisation d’Etat de l’enseignement supérieur ? Mutations internationales et évolutions maghrébines » : http://www.irmcmaghreb.org/IMG/pdf/Introduction_SMazzella_Alfa_2007.pdf

2  « On compte actuellement [2007] 250 000 nouveaux entrants annuellement dans le supérieur en Algérie. En Tunisie, le taux de scolarisation supérieure qui était de 5,7 % en 1986, a atteint 36,1 % en 2006 et […] 50 % en 2001 ; 35 000 étudiants intègrent annuellement ses universités. Si pour une population comparable (année 2005) à l’Algérie (32,854 M), le Maroc (31,478 M) dispose de 14 universités (avec "seulement" un peu plus de 100 000 nouveaux bacheliers par an en 2006), l’Algérie compte 27 universités et 950 000 étudiants (2006) et la Tunisie (10,102 M d’habitants) 13 universités et 380 000 étudiants (2006). […]En 2006, [en Algérie] le nombre d’enseignants en fonction se montait à 27 000 (dont 15 % de rang magistral) : pour faire face à l’accroissement des besoins à l’horizon de 2009-2010, c’est 25 000 nouveaux postes d’enseignants-chercheurs qu’il faudrait créer » (P. R. Baduel, « L’enseignement supérieur et la recherche face à l’injonction libérale. Standardisation internationale et marchandisation généralisée », in Alfa 2007, 9-12. Article en ligne http://www.irmcmaghreb.org/IMG/pdf/Editorial_PRBaduel_Alfa_2007.pdf

3  Chaque année au moins de juillet, à l’invitation des autorités tunisiennes, une vingtaine de proviseurs de grands lycées français viennent opérer sur place une sélection des nouveaux bacheliers les plus performants candidats aux bourses tunisiennes pour la préparation aux grandes écoles françaises.

4  Voir M. Emperador-Badimon, 2008, “les diplômés-chômeurs de troisième cycle au Maroc : des expériences d’engagement revendicatif », in S. Mazzella (dir.), L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale, thème de la livraison d’Alfa. Maghreb et sciences sociales 2007, IRMC/Maisonneuve & Larose, 181-196.

5  Ainsi les premières cartes Compétences et talents (C & T) donnant droit à un visa de trois ans renouvelable une fois délivrées par les ambassades de France ont été attribuées pour la Tunisie le 29 décembre 2007. Les bénéficiaires en ont été une ingénieure technico-commerciale et un contrôleur général de gestion dans l’hôtellerie (P. R. Baduel, op. cit.).

6  Cette figure de l’étudiant pérégrin ne renvoie-t-elle pas quelque part à l’étudiant médiéval qui allait de pays en pays et dont les communautés de même origine qu’il rejoignait formaient dans l’université médiévale ce qu’on nommait les « nations » ? Le monde musulman des viiie-xiie siècles connut aussi en son sein une tradition de voyage des lettrés auprès de maîtres prestigieux (voir par ex. H. Touati, 2000, Islam et voyage au Moyen âge. Histoire et anthropologie d’une pratique lettrée, Seuil, 348 p.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Robert Baduel, « Sylvie Mazzella (dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb  entre Nord et Sud », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/554

Haut de page

Auteur

Pierre Robert Baduel

Directeur de recherche honoraire au CNRS.prbaduel@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org