Navigation – Plan du site
Recherche

Les étudiants polonais réfugiés en France (1830-1945), sources et pistes de recherche

Caroline Barrera

Résumés

Cet article est de nature méthodologique. Il a pour ambition de présenter les pistes de recherche et les sources disponibles sur l’histoire des étudiants polonais réfugiés en France du XIXe siècle à 1945.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Henri-Jean Sinicki, Le problème de l’émigration polonaise en France, thèse, Nancy, Société d’impre (...)
  • 2  Barbara Konarska, Polskie drogi emigracyjne : emigranci polscy na studiach we Francji w latach 183 (...)
  • 3  Caroline Barrera, « La première vague d’étudiants étrangers de la faculté de droit de Toulouse : l (...)

1Parmi les figures multiples de l’étudiant étranger, celle de l’émigré réfugié occupe une place particulière, parce qu’elle évolue dans le cadre des tragédies de l’Histoire et non pas dans celui, plus insouciant, du voyage étudiant traditionnel. Parmi ces émigrés qui partent étudier en France, l’une des toutes premières vagues de l’époque contemporaine est constituée par les étudiants polonais qui fuient, au début des années 1830, la répression tsariste. Outre les ouvrages sur l’émigration polonaise en France1, les rares travaux existant sur les étudiants polonais concernent surtout cette première vague, notamment l’ouvrage en polonais de Barbara Konarska, Les chemins d’émigration polonaise : les émigrés polonais en étude en France dans les années 1832-18482 et un article sur les étudiants polonais de la faculté de droit de Toulouse qui aborde également les émigrés qui ont fui la répression de la révolte de 18633. Mais ce phénomène des étudiants réfugiés va bien au-delà et se reproduit dès que la Pologne connaît une crise ; nous l’aborderons ici jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Si les effectifs ne sont pas très importants au XIXe siècle, au mieux une dizaine ou quelques dizaines d’étudiants polonais dans chaque ville universitaire, ces émigrés réfugiés orientent l’étude des migrations universitaires internationales vers des questionnements et des problèmes méthodologiques spécifiques. Il convient d’abord de noter que leur statut d’étudiant est secondaire par rapport à leur état d’émigré réfugié. Sans les persécutions dont ils ont été l’objet ou dont ils ont été menacés, leur séjour en France n’aurait pas eu lieu ou alors pas dans les mêmes termes. Mais secondaire ne veut pas dire négligeable et effectivement il est lourd de significations pour eux, pour la Pologne, pour les pays qui l’occupent et pour la France qui le leur donne. En second lieu, ces étudiants particuliers inaugurent l’ère post-révolutionnaire de l’accueil de groupes d’étudiants étrangers d’une même nationalité, notamment dans les facultés de province. Avec eux, les facultés du premier tiers du XIXe siècle sortent de l’accueil individuel de quelques étudiants, rares étrangers noyés dans la masse des étudiants français et se trouvent confrontées à des problèmes plus collectifs, nouveaux, qui vont ouvrir la voie à ce qu’elles vivront à partir de la fin du XIXe siècle. Enfin, ces Polonais réfugiés ne sont pas des étudiants ordinaires dans la mesure où la question collective de leur retour est encore plus hypothétique que pour d’autres catégories d’étudiants. Avec eux, on ne peut pas parler uniquement de propagation de la culture française à l’étranger par le biais de l’exportation d’un capital intellectuel ou technique, de l’accueil de populations en détresse, mais on doit poser la question de la captation ou de la récupération des élites polonaises.

2Après avoir rappelé très brièvement les étapes de ces crises polonaises des années 1830 à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, nous reviendrons plus précisément sur les particularités du cas polonais dans l’étude des migrations universitaires internationales et sur les pistes de recherche qui s’ouvrent à l’historien, avant de faire un rapide tableau des sources disponibles en France sur ce sujet.

1. Les crises polonaises et l’arrivée des étudiants réfugiés

3Les étudiants polonais prennent donc le chemin des facultés françaises pendant près d’un siècle et demi, à l’occasion des différentes crises qui secouent la Pologne. Ils le font tout d’abord au début des années 1830. On se souvient qu’au Congrès de Vienne en 1815, la Pologne avait été dépecée et placée sous la domination de différentes puissances étrangères. La région de Poznan était retournée à la Prusse, Cracovie avait été érigée en petite république sous le contrôle de l’Autriche et de la Russie. Le reste du Grand Duché de Varsovie, érigé par Napoléon Ier, qui avait pris le nom de Royaume de Pologne, avait été placé sous l’autorité du tsar Alexandre Ier avec une charte constitutionnelle qui lui garantissait un gouvernement, une administration et une armée autonomes. Les provinces orientales, peuplées par une minorité de Polonais avaient elles été annexées à la Russie proprement dite. La région de Varsovie, la « Pologne du Congrès » avait obtenu un statut de royaume uni à l’Empire russe dont le tsar était le souverain. Elle bénéficiait d’une très large autonomie et possédait elle aussi sa propre armée, son gouvernement et son administration. Mais cette nouvelle situation ne rencontre pas l’enthousiasme de la population. À Varsovie, en particulier, étudiants, militaires et bourgeois rêvent d’indépendance. L’opposition grandit avec l’accession au trône de Nicolas Ier et Varsovie se soulève dans la nuit du 29 novembre 1830. La Diète proclame alors l’indépendance nationale. Le Tsar, aidé par les divisions des insurgés et l’abandon des gouvernements occidentaux restés sourds à leurs appels, reprend Varsovie le 8 septembre 1831 avec 110 000 hommes. Une répression féroce s’installe et 9 000 patriotes polonais sont contraints à l’exil dont quelques-uns s’inscriront dans les facultés ou les écoles supérieures françaises. Á la faculté de droit de Toulouse par exemple, c’est Vincent Gostkowsty, né en mars 1807 à Grzymki et Stanislas Kostecki originaire de Cracovie, qui accostent les premiers sur les rives de la Garonne à la fin de l’année 1832. En Pologne, c’en est fini de l’autonomie. Le pays devient une simple province russe et le terrain d’une politique de russification forcée. L’université polonaise de Vilna, symbole du nationalisme polonais, est fermée. Dès lors, le rythme des arrivées en France s’accroît jusqu’à la fin de la décennie où il se tarit. En 1863, Varsovie se soulève à nouveau, soutenue par les révolutionnaires russes. Le Tsar fait quelques concessions mais, une fois encore, la répression est féroce ; la russification à outrance du pays s’accélère et les jeunes hommes sont envoyés aux confins militaires. Une nouvelle vague de 10 000 exilés prend alors la route. Les effectifs polonais dans les établissements français croissent à nouveau jusqu’à la fin des années 1860.

  • 4  C. Gervais-Francelle, « La grève scolaire dans le royaume de Pologne, », 1905, la première révolut (...)
  • 5  H. Kiepurska, « L’intelligentsia du royaume de Pologne », 1905, la première révolution russe, Pari (...)
  • 6  Idem, p. 283.
  • 7  C. Gervais-Francelle, op.cit.,  p. 276.
  • 8  Idem, p. 287.

4L’agitation étudiante particulièrement importante à la fin du XIXe siècle, redevient chronique à Varsovie à partir de 1897 en réaction à la russification de l’enseignement supérieur. En 1903, l’hommage officiel à l’ex-curateur Apukhtin, considéré comme une provocation du corps professoral russe, suscite des réactions importantes chez les étudiants, qui sont sévèrement réprimées. L’agitation des étudiants de l’université et de l’institut polytechnique rebondit sur la vague révolutionnaire du printemps 1904, comme celle des ouvriers ou des lycéens et croît avec l’annonce des événements de Russie4. Les lycéens sont particulièrement actifs et mènent une véritable grève scolaire. Face au boycott et à la grève, l’université et l’institut polytechnique de Varsovie sont fermés5. Lors de la grande manifestation du 28 janvier 1905, la ville est quadrillée par sept régiments venus en renfort et les cosaques n’hésitent pas à charger la foule, tirant sans sommation. Une fois le calme rétabli, les conseils de discipline des établissements affichent de longues listes d’exclusions définitives ou temporaires6. Pour ceux qui en ont les moyens, cela signifie l’obligation d’aller faire des études ailleurs en Galicie ou à l’étranger7. De leur côté, étudiants socialistes et nationalistes dans un congrès clandestin du 20 août 1905 proclament le boycott de tous les établissements supérieurs du pays. Là encore, cela oblige les étudiants qui décident de suivre ces consignes, à s’expatrier pour continuer leurs études8, d’autant plus que si un enseignement secondaire privé polonais a été obtenu, ce n’est pas le cas pour l’enseignement supérieur.

  • 9  Cf., Ludwik Krzywicki, « Burdystudenckie » (bagarres étudiantes) in Wspomnienia (Mémoires), Warsza (...)
  • 10  Cf.,  Stefan Czarnowski, « Zajscia antysemickie w szkolach wyzszyck (incidents antisémites dans le (...)

5Pendant l’entre-deux-guerres, l’émigration est moins politique et davantage religieuse. Elle concerne surtout les étudiants juifs. Cette émigration religieuse n’est pas nouvelle. En effet, à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, la Russie a annexé les régions polonaises qui comptent plus d’un million de Juifs et y applique le numerus clausus, obligeant de nombreux jeunes gens, comptabilisés dans les effectifs russes, à aller étudier ailleurs, pour étudier malgré tout. Les étudiants juifs de la Pologne indépendante sont de plus en plus nombreux après le premier conflit mondial à venir en France. Cette présence dure jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, y compris quand la Pologne est placée sous domination allemande. Avec la montée de l‘antisémitisme dans les années Trente en Pologne, la France, redevient une terre d’asile. La mollesse des réactions de l’État face aux pogroms (Grodnos en 1935, Przytyk en 1936, Minsk Mazowiecki en 1936, Brezesc en 1937...), l’exclusion des Juifs de la fonction publique, les bagarres9 à l’Université organisée par les étudiants de la Démocratie nationale visant à expulser les étudiants juifs ou à les cantonner dans des bancs-ghettos, les incidents antisémites dans les écoles supérieures10, le numerus clausus, font que de nombreux étudiants sont poussés à partir. On peut considérer également que les Polonaises, exclues de l’enseignement supérieur et des professions qui normalement suivent ces études sont, d’une certaine manière, aussi des réfugiées.

6Au moment de l’invasion de la Pologne par la Russie en septembre 1939, une partie de l’armée polonaise arrive à s’échapper vers la Roumanie, la Hongrie, les pays scandinaves par la Lituanie et trouve refuge dans des pays neutres où ils sont internés. Parallèlement, le gouvernement polonais en exil s’installe en France et un accord est signé entre le président Daladier et le Général Sikorski, premier ministre du gouvernement polonais en exil, pour reconstituer en France une armée polonaise. La France prend donc en charge, pendant dix semaines, le rapatriement sur son territoire de 32 000 soldats évadés de Pologne vers les camps français, qui vont constituer avec les 50 000 Polonais déjà mobilisés dans l’hexagone, l’armée polonaise de France, placée sous commandement polonais. Une fois la France vaincue, un certain nombre de ces soldats réfugiés, généralement les officiers, vont non seulement rester en France, mais également s’inscrire dans les facultés françaises, alors qu’ils sont toujours soldats, comme cela avait déjà été le cas au début des années 1830.

7La persistance, dans le temps, de ce courant migratoire particulier vers la France, au-delà des époques et des tragédies, pose plusieurs questions spécifiques aux Polonais ou plus générales aux migrations universitaires contraintes.

2. Axes de recherche et problématiques

8Nous en avons retenues quelques-unes qui nous semblent mériter un approfondissement. Ces questionnements particuliers n’excluent pas ceux, plus habituels, sans lesquels la réflexion ne peut avancer, comme l’état des lieux numérique de cette présence, la répartition de ces étudiants sur le territoire français, les choix d’études qu’ils font, leur réussite, etc.

2.a L’étudiant de l’exil, l’étudiant en diaspora

  • 11  Voir par exemple le compte rendu sténographique du Premier congrès de l’ancienne émigration polona (...)

9Un premier axe de recherche concerne la problématique générale de l’émigré qui devient un étudiant en exil. Cette perspective génère des questions multiples. La première concerne les causes de départ. Dans le cas polonais, on remarque bien sûr la persistance de l’oppression d’États étrangers, notamment russe, au-delà des régimes. Ces oppressions alimentent un flux plus ou moins continu d’étudiants hostiles à la russification et des flux plus ponctuels quand une révolte survient ou quand la guerre se fait plus présente. On note également l’importance de l’antisémitisme comme facteur d’émigration vers la France. Ces causes constituent la caractéristique première de ces étudiants polonais, comme élément déclencheur de leur venue mais surtout dans la définition essentielle de leur identité en France. Dans le cas des émigrés politiques, il est intéressant de voir si les clivages en vigueur en Pologne se maintiennent en France, si l’exil rassemble au-delà de ces différences ou s’il fait évoluer les orientations des étudiants. On se demandera aussi si l’émigration polonaise en province est identique à l’émigration polonaise parisienne. La même remarque vaut pour l’émigration religieuse. La caractéristique religieuse qui fait que l’étudiant a dû s’exiler pour se construire une autre vie se maintient-elle ou non ? Peut-on aller plus loin et parler au sujet de ces étudiants polonais en exil, d’étudiants en diaspora ? Un étudiant en diaspora n’est pas seulement un étudiant qui appartient à un peuple dispersé géographiquement ou un étudiant en exil. C’est un individu, caractérisé par son statut d’étudiant dans un pays différent de celui où il est né et dont il a la nationalité (ou dont il est sujet), qui appartient à une population qui est dispersée et surtout qui vit cette dispersion comme étant celle d’un même peuple. L’étudiant a donc conscience d’appartenir à cette diaspora. Dans le cas des étudiants polonais, les conditions de leur départ impliquent cette conscience (songeons à la part prise par les étudiants et les « lycéens » à la lutte contre l’Empire russe). Il convient cependant de se demander, en fonction des époques et des contextes, à quel type de diaspora ces étudiants se sentent appartenir (nationale, religieuse, politique …) et de préciser comment évolue cette conscience d’un destin historique particulier. On se demandera également si l’expérience in situ de l’étudiant polonais participe à la conscience d’appartenance à une diaspora ou au contraire l’atténue ? Les épreuves de rejet du pays d’accueil spécifiques au monde étudiant (racisme, xénophobie, concurrence des diplômés, antisémitisme…) renforcent-ils, par exemple, ce sentiment d’appartenance à la diaspora ? Cette conscience d’appartenir à la diaspora est alimentée par le maintien avec ce lieu d’origine de liens objectifs ou symboliques. Ceux-ci peuvent être culturels, politiques caritatifs, et on se penchera particulièrement sur ceux qui sont spécifiques au monde étudiant. Ces liens sont tissés avec le lieu d’origine ou avec les groupes de ce peuple dispersé dans le monde et maintiennent donc une forme de solidarité entre les différents établissements de ce peuple dans les pays où il s’est fixé. Il s’agit donc de liens transnationaux. On s’interrogera aussi sur la possibilité d’être en diaspora seul dans une ville ou si le nombre d’étudiants ou de compatriotes réfugiés sur place est important ? On abordera la démarche identitaire et politique des étudiants émigrés polonais notamment par l’étude de leur vie au sein de la communauté11, de leur vie étudiante, spécialement associative, de leur vie académique, par exemple par l’étude de leurs sujets de thèse. Qu’en est-il par exemple pour les étudiants juifs ? À Toulouse, on sait que si les étudiants polonais ont fréquenté l’Association des étudiants juifs de Toulouse, ils sont aussi les seuls étudiants étrangers juifs à avoir fondé leur propre association nationale d’étudiants juifs, l’Association des étudiants juifs de Pologne en 1929. De leur côté, les médecins et les étudiants en médecine polonais qui se sont retrouvés assez nombreux à Paris après 1830, où ils ont pu terminer leurs études (ainsi qu’à Montpellier), se sont rapidement regroupés et ont fondé en 1858 une Association parisienne des médecins polonais, qui existe toujours. Cette Association fait paraître des Annales (1858, 1860, 1868) et sa vie propre est intimement liée aux événements polonais. Elle connaît ainsi une baisse de ses effectifs et de son activité quand de nombreux Polonais, médecins, anciens étudiants retournent en Pologne, mais avec les évènements de 1863, les réfugiés reviennent et la vie de l’Association reprend. En 1868, elle compte 53 membres. On pourra se demander aussi si leur engagement reste centré sur la Pologne stricto sensu ou s’il peut prendre d’autres voies. On pense en particulier à la participation des Polonais à la Commune de Paris ou à celle d’étudiants polonais aux réseaux de résistance en France. Il conviendrait de préciser si ces engagements ont des conséquences sur les lignes de partage polonaises. On sait ainsi que la répression de la Commune de Paris, à laquelle ont participé des centaines de Polonais, a considérablement affaibli l’aile gauche de l’émigration polonaise en France.

10À travers le prisme de l’émigration polonaise, on s’aperçoit encore que la figure de l’étudiant étranger est multiple. Ces étudiants polonais sont tous des exilés, mais cela n’exclut pas une grande diversité des parcours et des profils. Il convient donc de s’interroger sur ce qui mène au statut d’étudiant en distinguant deux catégories d’étudiants réfugiés : ceux qui étaient étudiants avant de partir et ceux qui le deviennent ou le redeviennent alors qu’ils étaient déjà insérés dans le monde professionnel en Pologne. On remarque par exemple que de nombreux soldats réfugiés s’inscrivent en faculté une fois en France, sans forcément avoir été étudiants en Pologne. C’est donc l’exil qui peut créer l’étudiant et cela se constate de 1830 à la Deuxième Guerre mondiale. Ainsi à Toulouse, c’est le cas pour certains militaires polonais, comme Georges Hollubowicz qui alors qu’il perçoit une solde versée par les autorités de Vichy, s’inscrit à la faculté des sciences de Toulouse ou encore de Léonard Rudowski. Ce dernier, âgé de 38 ans quand il s’inscrit en 1943 en doctorat d’Université à la faculté de droit de Toulouse, est déjà diplômé en droit de l’université de Varsovie depuis 1923, et en lettres de l’université de Montpellier depuis 1926-27. Pourquoi, alors que l’exil est prioritaire, ces Polonais veulent-ils s’inscrire dans une faculté ? Pour préparer leur retour en Pologne, pour se construire un autre avenir, pour sortir des casernes, pour découvrir la France, pour avoir une couverture dans le cas des étudiants résistants ? Il serait également intéressant de se pencher sur les étudiants polonais de la deuxième génération ou qui ont suivi, enfants, leurs parents et de « mesurer » chez eux l’évolution des caractéristiques propres aux émigrés de la première génération et leur éventuelle dilution.

2.b L’étudiant étranger et les relations internationales

11La venue répétée en France des étudiants polonais réfugiés à des titres divers relève également de l’histoire des relations internationales entre la France et la Pologne, de l’influence culturelle, politique, philosophique de l’hexagone en Pologne, mais également des relations de la France avec les pays oppresseurs de la Pologne. L’étude de ces relations ne peut se faire dans une stricte logique bilatérale. Il convient par exemple d’essayer de chiffrer à l’échelle européenne la dispersion des réfugiés polonais dans les facultés des différents pays et son évolution dans le temps. Celle-ci doit se faire dans le cadre général de l’histoire culturelle de l’exil polonais. On sait par exemple que sous l’effet des mesures de Napoléon iii qui a souhaité éloigner les émigrés polonais les plus agités, Paris a été supplanté comme refuge principal par Londres. On sait encore que dans le cadre des échanges étudiants classiques, la politique de rayonnement d’un pays à l’étranger est essentielle (influence de la langue, image du pays porteur de la modernité, structures de promotion…). Il s’agit de comprendre si dans le cadre de l’exil ces facteurs jouent toujours ou si le hasard des migrations et la gestion des flux migratoires font que les exilés s’arrêtent en France de façon aléatoire ou non ? Il s’agit aussi de comprendre également pourquoi la France les accueille ?

2.c L’accueil en France

  • 12  On se référera à l’article de Cécile Mondonico-Torri, « Les réfugiés en France sous la Monarchie d (...)

12Cette question de l’accueil est effectivement essentielle. Quelle a été la politique d’accueil de la France face aux flux de réfugiés, à leur cheminement et comment cela a-t-il été géré12 : ouverture des frontières, camps, aides financières, transfert vers les universités de ceux qui le demandent, etc. Dans cet accueil général des Polonais, la question de celui réservé par l’Université française est particulièrement intéressante. Il est certes indissociable de celui de l’État qui paie les aides financières mais il est important de comprendre comment se passent les relations entre l’État (les ministères, le recteur) et la base et comment les facultés ont, sur le terrain, fait vivre cet accueil. On se demandera également comment les différents acteurs (les professeurs, l’administration, les étudiants) de la vie d’une faculté perçoivent cette venue d’étudiants réfugiés. Pour les professeurs, l’étude systématique de toute la correspondance et des registres des délibérations est indispensable. Elle révèle, au jour le jour tous les problèmes techniques et humains qu’ont rencontrés les Polonais et les facultés et l’attitude que chacun a adoptée. On sait qu’à la faculté de droit de Toulouse par exemple, les professeurs se sont mobilisés sans compter pour les premières vagues de réfugiés polonais, se heurtant parfois à l’administration. Pour les étudiants, c’est plus compliqué car les archives sont moins abondantes, notamment pour les premières vagues du XIXe siècle. Pour l’entre-deux-guerres, les Polonais sont englobés dans le rejet dont les étudiants étrangers font l’objet et bien sûr les juifs polonais sont victimes du numerus clausus instauré en 1941 dans les facultés françaises.

2.d Le devenir des étudiants polonais et la récupération des élites polonaises

13Accueillir un étranger dans une université n’est pas neutre et relève des relations internationales entre États on l’a dit. Dans le cas des Polonais, le retour des étudiants formés dans leur pays d’origine, s’il est réel, ne va pas de soi. La comptabilisation de ces retours reste à faire et ses conséquences pour la Pologne en terme d’importation d’un capital intellectuel et technique, en termes idéologiques et politiques, restent à préciser. Beaucoup d’étudiants sont aussi restés et dans leur cas, se pose alors la question de la captation ou de la récupération des élites polonaises par la France. Il convient donc d’établir ce qu’ils deviennent après leur séjour dans les facultés françaises. Cela nécessite une étude prosopographique en Pologne, où beaucoup de ces anciens étudiants viendront constituer les cadres du pays qui va renaître, dans les autres États où ils ont pu se diriger et en France où beaucoup s’installent, lui offrant les bénéfices de leur talent, à l’exemple de Marie Curie qui vient faire ses études à la faculté des sciences de Paris, parce que ce type d’études supérieures n’est pas possible pour les femmes en Pologne, et qui, avec son mari, isole en 1898 le polonium et le radium et obtient le prix Nobel en 1903 puis un second en 1908. Sur ce versant français du devenir des étudiants polonais, les dossiers d’admission à domicile et les dossiers de naturalisation, sur lesquels nous reviendrons, permettent d’avancer la réflexion. Concernant les réfugiés, cette question est complexe, car elle doit prendre en compte la pérennité de l’espoir de retour des exilés chez eux ou le projet plus ou moins établi d’aller s’installer dans un autre pays que la France (la Palestine, les États-Unis, etc.) et l’attitude de la France face à ces migrants particuliers. Sur ce point, il s’agit de savoir comment la France les traite, à quel moment elle leur impose de faire un choix de nationalité et pour quelles raisons (par exemple pour l’exercice de certaines professions) et quelle place le diplôme occupe dans la satisfaction de la demande de naturalisation, puisque de nombreuses demandes sont conditionnées à l’obtention du diplôme. On s’interrogera aussi sur les restrictions qui peuvent frapper les diplômés nouveaux naturalisés à partir de 1934. Il nous semble important également de s’intéresser aux enfants de cette première génération d’émigrés qu’ils aient été ou non eux-mêmes étudiants et qui à leur tour fréquentent les facultés et les écoles supérieures françaises. Ils portent aussi une partie de l’exil de leurs parents, qu’il convient de préciser. Dans l’axe qui nous intéresse ici, ils enrichissent la vie intellectuelle, scientifique ou religieuse française. Qu’on songe au pianiste et compositeur Michael Bergson (initialement Berekson), réfugié en France, qui donnera naissance à l’immense philosophe que l’on connaît ou encore l’étudiant en lettres de la Sorbonne, Jean-Marie Lustiger dont les parents avaient fui la misère et l’antisémitisme polonais en 1918 et qui sera le futur archevêque de Paris. Les exemples de ce type sont multiples.

3. Inventaire sommaire des sources et méthodologie

14Deux instruments de recherche majeurs sont à la disposition du chercheur qui s’intéresse à l’émigration polonaise étudiante, dont nous nous inspirons largement dans ces pages. Le premier est l’œuvre de Ghislain Brunel, Les sources de l’histoire de la Pologne et des Polonais dans les archives françaises, Paris, Direction des Archives de France, 2003, 814 p. et le deuxième est le guide de l’Association Générique, Les étrangers en France. Guide des sources d’archives publiques et privées, XIXe-XXe siècles, Paris, Générique, 1999. Moins spécialisé que le précédent, ce guide mentionne en revanche les documents qui concernent les étudiants et précise généralement la nationalité des étudiants étrangers évoqués. Nous proposons ici un inventaire sommaire des sources disponibles en France sur les étudiants réfugiés dont les points d’entrée sont les lieux d’archives ou les types de lieux d’archives. Il va de soi que certains documents de même nature et fournissant des informations similaires se trouvent dans différents lieux.

3.a Les Archives Nationales

15Aux Archives Nationales, on se réfèrera en priorité à la sous-série F17 – Instruction publique et Beaux arts, en s’aidant pour l’aborder de l’Inventaire de la Division des Sciences et lettres du Ministère de l’Instruction publique (sous-série F17), écrit par M.-E. Antoine et S. Olivier, Paris, Archives Nationales, 2 tomes, 1975-1981.

16Le chercheur peut consulter notamment les dossiers nominatifs de dispense des droits universitaires instruits à la suite de la mesure prise par l’Empereur Napoléon III en août 1864 pour permettre aux réfugiés polonais de poursuivre leurs études en France (F17 4601 à 4603). Le processus se prolonge jusqu’en 1873. On trouve par exemple dans les Affaires diverses : F17 1456, dossier 1, le refus de l’équivalence sollicitée par le réfugié Glebocki en vue de son inscription à la faculté de médecine de Paris (1844) ou la demande en remise en droit de Grégoire Brobowski, aspirant au titre d’officier de santé (1850) qui étudie à Toulouse. Dans les liasses concernant l’enseignement supérieur (faculté des sciences et des lettres) on pourra se référer aux liasses F17 4601 (dossiers instruits entre 1864 et 1865), F17 4602 (dossiers instruits en 1865 et 1868), F17 4603 (dossiers instruits entre 1869 et 1873) qui concernent les dispenses des droits universitaires accordés ou refusés aux réfugiés polonais, en vertu de la décision impériale du 13 août 1864. Elles contiennent les lettres des demandeurs (accompagnés parfois de certificats de l’association des Polonais en France, ou de la commission intermédiaire entre l’émigration polonaise en France et la Pologne, correspondance entre le ministère et les rectorats d’académie (Paris et Toulouse pour l’essentiel mais aussi Douai, Lyon, Montpellier, Strasbourg), les extraits des registres des délibérations des facultés notifiant leur décision (1864-1869). Les étudiants concernés sont essentiellement des hommes (à l’exception d’une Polonaise qui veut devenir sage-femme) qui veulent poursuivre des études de médecine, de pharmacie, de droit ou de sciences.

17La sous-série F7 – Police générale aux documents concernant les pays étrangers et la surveillance des étrangers est également très intéressante et peut s’aborder grâce au Répertoire numérique détaillé de la sous série F7 (F7 1 à 16141), Paris, CHAN, 2004, de Bertrand Joly et Christelle Noulet et Police générale. Objets généraux des affaires politiques (F7 6678-6784), 1815-1838. Inventaire et table, par Jacqueline Chaumie, Paris, 1954, 484 p. On peut se référer par exemple à la côte F7 13469 : courriers relatifs à la surveillance des étudiants polonais, 1929 et aux documents concernant les expulsions. Ceux-ci (F7 13988 à 14591 – Expulsés, interdits de séjours) contiennent des dossiers individuels de toutes nationalités confondues), avec un classement alphabétique allant de 1889 à 1906 qui permet de retrouver les éventuels étudiants polonais expulsés.

18On consultera aussi la sous-série F15 – Hospices et secours qui contient les dossiers du bureau des réfugiés étrangers qui dépend du ministère de l’Intérieur et instruit les demandes de secours. Certains dossiers concernent les émigrés polonais. Il faut donc en extraire ceux concernant les étudiants ou les parents d’étudiants. Ces dossiers font état de deux vagues d’arrivée de Polonais. La première concerne la période 1835-1839 durant laquelle des dizaines de Polonais sont secourus chaque mois à Paris mais également en province. La deuxième, plus importante en termes d’archives, date des débuts de la IIIe République. Les dossiers qui en relèvent rendent compte de la centralisation de l’information au ministère des subventions départementales. Celles-ci sont connues par des listes annuelles récapitulatives entre 1894 et 1915 (F15 4230). Le ministère assure le versement de secours aux réfugiés de 1830 et de 1863, à leurs veuves ou à leurs enfants. Beaucoup vivent à Paris et dans sa banlieue, mais également dans le Sud-Ouest, le centre, la Bourgogne. Il s’agit donc de sélectionner les villes universitaires. Leurs dossiers sont traités entre 1871 et 1909 (F15 4224 à 4229) et constituent le complément des dossiers départementaux de secours de la même période (série M) sur lesquels nous reviendrons. Ils comportent une ou plusieurs demandes de secours extraordinaires, une ou plusieurs fiches de renseignements sur la famille, les courriers afférents échangés entre administrations et les réponses et les attestations de crédits provenant du ministère de l’intérieur. Le chercheur peut se diriger en particulier vers les liasses F15 3881 [Secours aux réfugiés, qui contient les états nominatifs et les sommes à payer par la caisse du ministère de l’Intérieur/bureau des réfugiés à chaque Polonais secouru. On y trouve une trentaine de noms par liste mensuelle, quelques quittances de lettres en interne concernant les dossiers de certains réfugiés (janvier 1835 à décembre 1839)], F15 4226 [Secours aux réfugiés polonais et à leurs familles : dossiers individuels (lettre L à O) : cf. le dossier de Stanislas Milkowski, né à Plok en 1808, ancien étudiant de Varsovie, réfugié à Paris à la suite de l’insurrection de 1830 où il devient professeur de musique], F15 4228 [Secours aux réfugiés polonais et à leurs familles : dossiers individuels (lettre R à S), 1871-1909 : cf. le dossier d’Ana Rojeski-Waldof Sierosewska, née à Woulba-Koglowska (Pologne russe) en 1860, licenciée en sciences, boursière du ministère de l’Instruction publique pour son doctorat], F15 4230 [Secours aux réfugiés polonais : états nominatifs annuels des réfugiés subventionnés, montants des subsides mensuels par département (avec montant de l’augmentation ou des diminutions et son motif), compte de recette ou de dépense, envoi des listes par les préfectures, correspondance. 1894, 1907-1908, 1914-15)].

19Les A.N. conservent également les dossiers de naturalisation des étudiants polonais qui sont restés en France. Pour se repérer dans ces dossiers, on peut s’aider de deux instruments de travail, l’un de Ségolène de Dainville-Barbiche, « Les archives du sceau. Naturalisations, mariages, changements de nom, titres », dans La gazette des archives, 1993, n° 160-161, p. 127-151 et l’autre Les naturalisations entre 1900 et1950, Paris, La Boutique des chercheurs d’ancêtres, 2002, CD Rom : base de donnée nominative à partir du Bulletin des lois et du Journal officiel qui permet de sélection les naturalisés à partir de leur nationalité. Pour la première vague des étudiants polonais, on dispose d’une base nationale, accessible sur Internet qui recense plus de 42 000 dossiers nominatifs provenant du ministère de la Justice qui sont conservés au CHAN. La première tranche achevée concerne les articles BB11 971 à 635 : dossiers de demandes d'admission à domicile, de naturalisation, d'autorisation de servir à l'étranger, de changement de nom (1814-août 1832). Les champs retenus décrivent l'identité du demandeur (nom, prénoms, date et lieu de naissance), sa profession, son département de domicile, son pays d'origine ou d'établissement, l'objet de la demande. La poursuite de ce recensement jusqu’en 1870 est prévu. Pour la période qui suit, il faut consulter le Bulletin des Lois par année dans la section naturalisation ou se référer aux dossiers des centres d’archives départementaux, sur lesquels nous reviendrons.

20On se référera également à la série C aux Sessions des assemblées (1790-1870) : projets de lois et résolutions, C 752, dossier 102, n° 12 : proposition dont les bureaux de la Chambre des députés n’ont pas autorisé la lecture : projet de loi de Lafayette : « Tout polonais réfugié par suite des derniers événements de Pologne jouira de tous les droits civils en France tant qu’il continuera d’y résider », 14 décembre 1831. Enfin, on consultera dans les Archives personnelles et familiales. Documents isolés et papiers d’érudits, les liasses AB XIX 3779, dossier 4 – Dictionnaire des Polonais ayant participé à la Commune de Paris par Julien Gronbart (dactylographié).

 3.b Les Archives du ministère des Affaires étrangères

21Les Archives du ministère des Affaires étrangères conservent également un certain nombre de documents sur les réfugiés polonais : des notes sur les réfugiés (1834-36), des pétitions de réfugiés polonais (1837), des documents sur l’activité des Polonais réfugiés en France et en Angleterre. Pour la période 1831-39, on relève un état nominatif des Polonais réfugiés à Paris depuis le 1er octobre 1831 et la liste des passeports délivrés à Vienne aux officiers polonais se rendant à Avignon, un état nominatif des Polonais réfugiés pour 1832, un rapport sur l’acheminement vers la France des Français et Polonais réfugiés en Galicie, 1831-32. Elles gardent également toute une correspondance concernant les réfugiés polonais, leur transport, leur introduction en France, les subsides qui leur sont accordés, leur conduite, l’amnistie russe… 1831-32, des notes sur les nouvelles dispositions adoptées par le gouvernement du roi à l’égard des réfugiés polonais (1833), des documents l’activité politique et militaire des Polonais, des notes sur les Polonais à l’étranger ou dans l’Empire français qui permettent de mesurer les liens avec les Polonais réfugiés en France (complot bonapartiste organisé à Bruxelles, Polonais en Suisse, Association secrète européenne les Spartiates, Réfugiés polonais à Alger, 1833-37…). Pour la période 1833-1851, les AMAE contiennent encore des documents sur les réfugiés polonais : affaires générales, journaux polonais, réunion de réfugiés à Paris en 1841, associations, sociétés polonaises (1846-47), Polonais expulsés de France, Amis de la Pologne, Polonais dans la Loire Inférieure, formalités à remplir pour les Polonais désireux de retourner au pays, Passeports à des Polonais venant en France. Pour la période 1831-1852, les AMAE conservent des dossiers communs à plusieurs réfugiés polonais avec des tables de noms et pour la période 1852-57 des dossiers individuels.

3.c Le Centre des archives contemporaines de Fontainebleau

22Au CAC, le chercheur peut repérer dans les dossiers relatifs au contrôle des étrangers (1880-1940), côtes 19940432 à 19940508, les étudiants polonais ayant fait l’objet d’une surveillance de la Sûreté nationale. Il peut s’aider des états des versements et répertoires numériques des fonds, disponibles en ligne sur le site Internet du CAC : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/​cac/​

3.d Les Institutions polonaises

23Le chercheur qui maîtrise la langue polonaise pourra également se rendre à la Bibliothèque polonaise de Paris, fondée en 1838 par un groupe de patriotes polonais qui avaient fui la répression tsariste. Installée au 6, quai d’Orléans dans l’Ile Saint-Louis, cette bibliothèque conserve les papiers des émigrés polonais, une collection de la presse polonaise, les archives d’institutions de l’émigration et de nombreux livres. Pour se repérer dans ces fonds, on se réfèrera au Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque polonaise de Paris, t. II, (n° de côte 432-545), par Czeslaw Chowaniec, Irena Galezowska, complété et conçu par M-P. Prokop, Paris-Varsovie, 1994. Ce catalogue réunit l’inventaire des lettres, des notes, des manuscrits et des papiers de l’émigration du XIXe siècle. On peut également consulter un tome recensant les archives de l’hôtel Lambert, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque polonaise de Paris, t.VI (numéro de côte 760-1135), par Janusz Pezda, Paris-Varsovie, 1996, ainsi que le Guide des manuscrits de la Société historique et littéraire et de la bibliothèque polonaise de Paris, par Maria Wrede, Marek P. Prokop, Janusz Pezda, Paris-Varsovie, 2000.

24Il est également intéressant de pencher sur les archives et les publications des associations polonaises, comme l’Association parisienne des médecins polonais, qui se trouve au 98 rue Jean Jaurès à Levallois Perret, qui a publié des Annales qui contiennent des listes de membres. Dans celles de 1868, par exemple, on apprend qu’entre 1861 et 1868, 19 Polonais ont acquis le titre de docteur en médecine à Paris et un à Montpellier et qu’une centaine d’articles médicaux a été publiée par des médecins polonais. Ce numéro compte aussi un rapport d’Adrian Baraniecki sur le travail des médecins polonais vivant en permanence ou temporairement en France entre 1861-1868, document important pour établir ce que deviennent les anciens étudiants polonais. Ces trois volumes d’Annales sont consultables à la Bibliothèque Nationale de France. On peut se tourner également vers l’Association des ingénieurs et techniciens polonais en France, fondée en 1917 qui se trouve 20 rue Legendre dans le xviie arrondissement de Paris.

3.e Les Archives départementales

25Les centres d’archives départementales qui se trouvent dans un département possédant une ville universitaire ou une ville accueillant une école supérieure possèdent généralement des documents très intéressants sur les étudiants polonais.

26La série M est essentielle. Elle garde la trace des circulaires et des instructions concernant les Polonais, des états, des rapports sur le contrôle, souvent nominatif, dont ils font l’objet. Un dépouillement systématique permet d’en extraire les informations concernant les étudiants [Cf. AD d’Ille-et-Vilaine (Rennes) 4M426 (1833-1883) et 4M427 à 429 (an XI-1865). - AD du Doubs (Besançon) M813 à M816 - AD du Calvados (Caen) M3092 (1833-1839), M3093 à 3100 (1834 à 1848), M3122 (1869-77 )- AD de la Côte d’Or (Dijon), 20M376 (1842-90), 20M1186 à 1292 – AD du Puy-de-Dôme (Clermont-Ferrand), M271 et M272 (1834-39), M275 à 277 (1834-1872), M278 (1841-1894) - AD du Nord (Lille), M142/16 (1834-51), M142/17 à 20 (1830-1869), M142/21 (1831-70) - AD de Loire-Atlantique (Nantes), 1M757 à 761 (1832-1908) - AD des Bouches-du-Rhône (Marseille), 1M1181 (1865-1868), 1M1069 (réfugiés polonais proscrits de Cracovie, 1834-1836), M611778 (1930-1940) - AD de l’Hérault (Montpellier), 44M35 (1834-1883), 44M36, 44M37 à 41 (1833-1860), 44M46 - AD de la Seine maritime (Rouen), 4M671 (1813-1855), 4M742]. Parfois, on trouve des données qui concernent directement les étudiants polonais [Cf. AD de la Marne (Reims), 57M40 : demandes d’inscription à l’école des arts et métiers de Châlons-sur-Marne (1835-1841) – AD de l’Hérault (Montpellier), 44M42, Docteurs et étudiants en médecine, subsides et renseignements (1836), 4MP1540 : étudiants en médecine : déplacements, subsides (1833-1839)].

  • 13  ADGH, 4M31, lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de Haute-Garonne du 30 avril 1833.
  • 14  ADGH, 4M31.

27Les Archives départementales conservent la correspondance entre le ministère de l’Intérieur et les préfets pour gérer au mieux les flux des réfugiés. En avril 1833, une lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de la Haute-Garonne témoigne par exemple de l’ampleur de la migration et des problèmes qu’elle pose à l’échelle européenne : « La Suisse étant maintenant fermée à tous les Polonais réfugiés on ne peut déférer aux vœux de ceux de ces étrangers dont fait mention votre lettre du 19 de ce mois s’ils veulent se rendre soit en Belgique, soit en Angleterre, rien ne s’y oppose. Ceux qui veulent aller en Égypte recevront l’équivalent de deux mois de secours plus 50 francs de frais de traversée »13. La France, comme ses voisins, tente de n’être qu’une étape sur le chemin de ces exilés et leur fournit donc une aide financière pour que leur voyage continue. Mais pas seulement, elle met également en place des dépôts pour les accueillir et verse des subsides pendant des années à certains de ceux qui souhaitent rester sur son territoire, et notamment aux officiers de l’armée polonaise qui, on l’a dit, se transforment parfois en étudiants. Pour les étudiants, cette aide financière s’élève à 1,50 franc par jour. Les réfugiés polonais subventionnés font l’objet d’une surveillance particulière dont les archives conservent la trace et d’où on peut extraire les informations concernant les étudiants [Cf. AD du Doubs (Besançon) M820, contrôle des réfugiés subventionnés (1830-1850) et M821 à M825, dossiers individuels par ordre alphabétique, 1832-1882 - AD du Calvados (Caen), 4M3093 à 102, 4M3125 (1869-1878) – AD de la Côte d’Or (Dijon), 20M1265 (1832-34) – AD d’Indre-et-Loire (Tours), 4M537 - AD du Nord (Lille), M142/22 (1878-1893) – AD de l’Hérault (Montpellier), 44M43 et 44, 4MP1533 (1834-1883) – AD de la Marne (Reims), 57M20 à 39 (1831-1882)]. Les archives gardent notamment la trace des transferts des officiers polonais qui se sont battus contre les Russes et qui ne peuvent retourner en Pologne des camps de réfugiés vers les facultés dans lesquelles ils demandent à poursuivre leurs études. En août 1833 par exemple, celui de Haute-Garonne reçoit ce courrier parmi d’autres : « M. le préfet, M. Spiridion Stugocki et Félix Szymanwski, sous-lieutenants polonais réfugiés en Corrèze, que leur conduite paisible et réservée rend dignes de quelques bienveillance, sollicitent l’autorisation de transférer leur résidence à Toulouse où ils désirent suivre les cours de droit […] »14.

Figure 1

Figure 1

Source : Arch. Dép. de Haute-Garonne, 4M31

28La série M comprend aussi des dossiers de contrôle de l’esprit public qui concernent tous les Polonais, mais bien entendu les étudiants ne sont pas coupés de leurs compatriotes. [Cf. AD des Bouches-du-Rhône, 1M1071, 1M1109 (1848-52)- AD du Doubs, 1M354, composition d’un comité démocratique dans les dépôts de réfugiés polonais, surveillance, réfugiés (1832-38) – AD de Gironde (Bordeaux), 1M354 (1835-38) - AD de la Haute-Garonne (Toulouse), 4M58 (1846), 4M69 (1851), 4M122].

29Les AD conservent également les dossiers de naturalisation, toujours dans la série M. L’extraction de ceux qui concernent les étudiants polonais n’est pas simple puisqu’il faut les ouvrir l’un après l’autre pour en extraire les étudiants polonais. Mais ces dossiers sont extrêmement riches, avec des informations vérifiées par les autorités. On y trouve toutes les données concernant l’état civil du demandeur (date et lieu de naissance, âge…), ainsi que celles de ses parents et frères et sœurs (dates et lieux de naissance, profession, adresse au moment de la demande). Y sont indiqués tous les déplacements successifs du candidat, ses fonctions passées, les causes de son départ. On y apprend également quand la demande est faite, au moment des études ou après, quelles sont les ressources du demandeur et notamment s’il bénéficie d’une aide financière du gouvernement, le montant de ses charges, s’il est marié, père de famille, s’il est venu avec ou sans sa famille, s’il a déjà fait l’objet de signalement aux services de police et pour quelle raison, s’il a déjà fait son service militaire et s’il est apte à le faire, etc. Les courriers contenus dans ces dossiers sont également instructifs. Ils font état, bien sûr, des enquêtes des autorités compétentes sur les informations fournies par le demandeur et le cheminement de la procédure mais révèlent aussi quels sont les soutiens du demandeurs (homme politique, professeur, faculté, personnalité…), les raisons de sa demande de naturalisation (absence d’espoir de retour, le mariage, la nécessité d’avoir la nationalité française pour passer un concours…), le moment où cette demande est faite, le respect de la procédure (notamment la demande d’admission à domicile), les motifs d’un éventuel refus de la demande. Chaque dépôt d’archives départementales contient ce type de dossier [Cf. AD des Bouches-du-Rhône (Marseille, 11M9 à 256 (naturalisations et admissions à domicile, 11M264 demandes de nat. (1888-1903, 11M1080 à 1092 (demandes, dossiers individuels, 1906-40), 11M1093 à 1096, ajournements (1919-39), 11M1466 à 1402 : naturalisations accordées (1940-50), 11M1475 à 1477 : retraits de nationalité (1941-44) - AD du Puy-de-Dôme (Clermont-Ferrand), M523 à 525 (naturalisations, 1824-1920) et M526 (décrets de naturalisation, 1872-1893) – AD de la Seine-Maritime (Rouen), 4M745 : listes nominatives des étrangers justiciables du décret du 2 oct. et du 27 oct. 1888 et qui dans le courant des années 1890-1906 ont obtenu l’admission à domicile ou la naturalisation (1890-1906) ; 6M876 à 910, demandes de naturalisation ; 6M1052 : répertoire des noms des étrangers naturalisés avec mention de leur nationalité et de la date du décret de naturalisation].

30Avant d’être naturalisés, les Polonais diplômés peuvent être recensés, à l’instar de tous les étrangers pour certaines professions sensibles, comme les médecins. Ils convient alors d’extraire de ces listes les éventuels anciens étudiants polonais de France (voir par exemple aux AD du Doubs la sous-série 5M Santé publique et hygiène, la côte 5M27, médecins étrangers, 1876-1924).

31Les Archives départementales conservent également les registres de déclaration à la Mairie des étrangers. La case profession précise si l’étranger en question est étudiant ou non. Malheureusement, il est très rarement précisé dans quel établissement l’étudiant est inscrit. Il faut donc recouper les informations obtenues avec d’autres sources pour localiser l’étudiant polonais concerné.

32Comme on le sait, les universités françaises disposent rarement de services d’archives constitués, leurs archives sont donc souvent déposées dans les Archives départementales dans la série T. Quand elles ne le sont pas, il faut les chercher soit dans les établissements d’enseignement supérieur où elles ne sont pas forcément répertoriées, dans les services du livre ancien de Bibliothèques universitaires ou encore dans les Archives municipales. Pour la faculté des sciences de l’université de Caen, on se référa à la côte T484 des AD du Calvados (étudiants étrangers, 1917-1933). Dans les services d’Archives départementales, les documents universitaires conservés sont de nature variable. On trouve des registres d’inscription des étudiants [Cf. AD de la Haute-Garonne (Toulouse) pour l’école de médecine : T 501 (1864-76), T502 (1867-75) – AD de l’Hérault (Montpellier), 8ETP 112, registres d’inscriptions de la faculté de droit (1905-07)]. Il faut en extraire les étudiants polonais en s’aidant des lieux de naissance souvent indiqués ou des types de nom. Ces registres permettent de faire un état de la présence des étudiants polonais à des dates précises et de suivre leurs cursus universitaires, de travailler sur leur profil (origine géographique, âge, religion). On peut trouver des dossiers d’étudiants [Cf. AD de l’Hérault (Montpellier), 8 ETP 694-820, dossiers d’étudiants inscrits à la faculté de droit (1800 et 1940)] ou des registres des engagements pris par les correspondants des étudiants, conformément à l’ordonnance royale du 5 juillet 1820 [Cf. AD de la Haute-Garonne (Toulouse) pour l’école de médecine : T 500 (1821 à 1841)]. Souvent il faut repérer les Polonais uniquement sur la consonance de leur nom (mais comme il y a peu d’étudiants étrangers dans les deux premiers tiers du xixe, c’est assez facile). On peut connaître leur adresse, la longueur de leur cursus académique, le type de diplôme suivi et identifier le tuteur. Pour les Polonais, c’est souvent le même pour tous dans une ville. D’autres fois, c’est un membre de la famille qui loge en ville, ce qui indique que l’exil s’est fait en famille. Parfois ces registres donnent davantage d’informations, comme la date et le lieu de naissance. On trouve également des registres des procès-verbaux des examens qui permettent de repérer la présence d’étudiants polonais qu’il faut extraire, en s’aidant de leurs noms et des lieux de naissance souvent indiqués, et de suivre leurs cursus universitaires : type de diplômes suivis, réussite, temps consacré aux études… [Cf. AD de la Haute-Garonne (Toulouse) pour la faculté des sciences : T503 (1855-59), T504 (1868-69), T505 (1871-73) – AD de l’Hérault (Montpellier), 8 ETP 838 (1905-05), 8 ETP 852 (1900-05), 8 ETP 853 (1906-1907)]. Parfois, les AD conservent des liasses spécifiques aux étudiants étrangers [Cf. AD du Calvados (Caen), pour la faculté des sciences, T484 (1917-1933)]. On trouve encore des dossiers d’étudiants desquels il faut extraire ceux des étudiants polonais [Cf. AD de la Seine maritime (Rouen), 1T 1859 à 1892, dossiers d’élèves de l’école supérieure des sciences et des lettres de Rouen].

33On consultera aussi la série R qui possède des recensements et des instructions sur les Polonais [Cf. AD des Bouches-du-Rhône (Marseille), 1R876 à 880 : recensement et recrutement des étrangers devenus Français par naturalisation, 1912-17 et 1R885 à 888 : correspondance et instructions concernant les Polonais (1939-40)].

3.f Les Archives municipales

34Les Archives municipales ne doivent pas être négligées. Elles conservent généralement les archives des établissements qui dépendant des municipalités, comme les écoles des beaux-arts, les conservatoires, ou les écoles vétérinaires ou techniques. Elles disposent parfois de dossiers qui concernent spécifiquement les étudiants étrangers [Cf. AM d’Aix-en-Provence : R35, étudiants étrangers (1914-19)].

35Les AM peuvent également posséder des dossiers spécifiques sur les Polonais dans la série I. Il faut alors extraire les informations concernant les étudiants [Cf. AM Bordeaux, 3629I1, réfugiés polonais (1836-1901) ou 3629I2, état des réfugiés polonais subventionnés à Bordeaux, (1868-1895) – AM de Grenoble, I2/4, demandes de secours des réfugiés polonais (1836-54) - AM de Nantes, I2 Police générale, cartons n° 37, n° 9 (réfugiés polonais et leurs descendants, 1908), carton n° 49 et 50 – AM d’Aix-en-Provence, I4 47, recensement des Polonais (1939) – AM de Marseille, I2 243, réfugiés polonais (1832-34)].

36Elles peuvent également conserver les registres d’immatriculation des étrangers (également consultables dans les AD), c’est le cas à Bordeaux (Série I1). Ces registres ne sont pas spécifiques aux Polonais, ni aux étudiants. Il faut en extraire par une consultation systématique mais rapide, les étudiants polonais. Ils sont tardifs dans le siècle et posent le problème de ne généralement pas préciser dans quel établissement les étudiants sont inscrits.

37Elles conservent aussi une partie des documents de naturalisation qui permettent de suivre les étudiants polonais qui souhaitent rester en France. [Cf. AM de Besançon, Nat E 239, E240, E245 E246, (1863-1921) – AM de Bordeaux, Série I1et 25H19 à 22 (1851) – AM de Montpellier, E11 (1837-1934) et I4/2 - AM de Marseille, 5E 61 à 66 : lettres de déclaration de naturalité (1814-64), actes d’admission à domicile et de naturalisation (1848-1878)]. On peut trouver également des états numériques par nationalité et par professions des étrangers (Cf. Bordeaux, série I1).

3.g Les Archives universitaires

38Dans les universités ou les établissements d’enseignements supérieurs, l’état des archives est extrêmement variable. Quelques universités disposent d’un service constitué d’archives qui facilite les recherches. C’est le cas par exemple à l’Université de Toulouse I dont l’inventaire est disponible sur le site de l’Université (http://www.univ-tlse1.fr/​63962816/​0/​fiche___pagelibre/​). Les informations sur les étudiants polonais doivent être recherchées en particulier dans les registres des délibérations, dans la correspondance du doyen ou du secrétaire de la faculté, dans les fiches étudiants ou les dossiers étudiants, les éventuels rapports spécifiques. Leur parcours universitaire peut être également suivi dans les registres d’inscription et ceux des diplômés. On trouve également des documents dans les services du livre ancien des bibliothèques universitaires. Celle de l’Université de Toulouse I par exemple comprend des registres de copies de lettres (côte 98, années 1843-1847) ou la liste des diplômes délivrés (Côte : 99, 1825-1843).

3.h Les archives orales

39Pour la période de la Deuxième Guerre mondiale, il est encore possible de rencontrer des acteurs de la période en vie ou de leurs descendants directs. La difficulté consiste à les localiser. On peut bien sûr s’aider des sites généalogiques qui fleurissent sur Internet, à condition de posséder les noms des personnes recherchées pour les retrouver. On peut également passer par les Musées de la résistance, par les associations de résistants, de déportés, d’anciens combattants, de Polonais…qui sont d’un grand secours pour rencontrer les bons interlocuteurs. Là encore, il ne faut pas rechercher immédiatement les anciens étudiants mais passer par d’autres entrées et ensuite vérifier si ces personnes ne sont pas d’anciens étudiants. Á Toulouse par exemple, Léonard Rudowski déjà cité, inscrit à la faculté de droit était d’abord aux yeux de tous, y compris de lui-même, le responsable local du Bureau d’aide aux Polonais, anciennement Croix-Rouge polonaise, d’abord résistant, d’abord catholique. Peu de personnes connaissaient d’ailleurs son inscription à la faculté. C’était le cas de Georges Hollubowicz, beaucoup plus jeune. Lui-même officier de l’armée polonaise stationnée dans le sud-ouest était d’abord un officier polonais, d’abord un résistant mais qui s’est inscrit rapidement à l’institut agricole de la faculté des sciences de Toulouse avant de rejoindre la faculté des lettres. Une fois ces personnes localisées, la principale difficulté de l’entretien est d’orienter la discussion dans une direction qui n’est pas forcément celle envisagée par la personne interrogée qui n’accorde pas forcément d’importance à son expérience étudiante. Il convient, comme dans tout entretien oral, de vérifier toutes les informations.

Conclusion

40On l’aura compris, la démarche prosopographique est essentielle dans ces recherches qui nécessitent un travail patient de collecte et de recoupement d’informations à partir d’archives très diverses. C’est à ce prix que l’on pourra avancer la réflexion sur les problématiques posées par l’émigration universitaire polonaise réfugiée en France. Nous avons arrêté notre propos à la fin de la deuxième Guerre mondiale, mais l’ère communiste qui s’ouvre à la fin du conflit inaugure une nouvelle page de ces migrations particulières, à la fois politique, mais également religieuse.

Haut de page

Notes

1  Henri-Jean Sinicki, Le problème de l’émigration polonaise en France, thèse, Nancy, Société d’impression typographique, 1938, 207 p., C. Dabrowski, L’émigration polonaise en France ; sa vie, son organisation sociale. Thèse de sciences sociales, Institut catholique de Paris, 1939. Voir aussi  le compte rendu sténographique du 1er congrès de l’ancienne émigration polonaise en France, Paris, 1939, conservé à la BDIC à Nanterre et à la Bibliothèque des Langues orientales. On se référera pour l’étude de la presse par exemple à Ludwik Gocel, « Les débuts de la presse de la grande émigration polonaise en France et son caractère clandestin, 1832-33 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 15, avril-juin 1968, p. 304-320.

2  Barbara Konarska, Polskie drogi emigracyjne : emigranci polscy na studiach we Francji w latach 1832-1848, Państwowe Wydawn Nauk, Warszawa, 1986, 487 p.

3  Caroline Barrera, « La première vague d’étudiants étrangers de la faculté de droit de Toulouse : les réfugiés polonais (1830-1868) », Revue des Sciences politiques, n° 54, 2e semestre 2005, p. 45-55.

4  C. Gervais-Francelle, « La grève scolaire dans le royaume de Pologne, », 1905, la première révolution russe, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 268.

5  H. Kiepurska, « L’intelligentsia du royaume de Pologne », 1905, la première révolution russe, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 257.

6  Idem, p. 283.

7  C. Gervais-Francelle, op.cit.,  p. 276.

8  Idem, p. 287.

9  Cf., Ludwik Krzywicki, « Burdystudenckie » (bagarres étudiantes) in Wspomnienia (Mémoires), Warszawa, Czytelnik, 1959, t. III, p. 285-384.

10  Cf.,  Stefan Czarnowski, « Zajscia antysemickie w szkolach wyzszyck (incidents antisémites dans les écoles supérieures) », Dziela (Œuvres), P.W.N., 1956, t. V, p. 55-62.

11  Voir par exemple le compte rendu sténographique du Premier congrès de l’ancienne émigration polonaise en France, Paris, 1939, conservé à la BDIC à Nanterre et à la Bibliothèque des Langues orientales.

12  On se référera à l’article de Cécile Mondonico-Torri, « Les réfugiés en France sous la Monarchie de Juillet : l’impossible statut », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°47-4, 2000/4.

13  ADGH, 4M31, lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de Haute-Garonne du 30 avril 1833.

14  ADGH, 4M31.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Source : Arch. Dép. de Haute-Garonne, 4M31
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Barrera, « Les étudiants polonais réfugiés en France (1830-1945), sources et pistes de recherche », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://framespa.revues.org/549 ; DOI : 10.4000/framespa.549

Haut de page

Auteur

Caroline Barrera

Caroline Barrera est maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université de Toulouse-Centre universitaire Champollion (Albi) et membre permanente du laboratoire Framespa (UMR 5136, Université de Toulouse II-CNRS). Spécialisée dans l’histoire culturelle, elle travaille actuellement sur les relations culturelles internationales dans le monde universitaire aux XIXe et XXe siècles. Elle a publié plusieurs travaux sur les étudiants étrangers, notamment Étudiants d’ailleurs. Les étudiants étrangers, coloniaux et français de l’étrangers de la faculté de droit de Toulouse (XIXe-1945), Albi, Presses du Centre universitaire Champollion, 2007, 240 p. et a assuré, avec Patrick Ferté, la direction scientifique de l’ouvrage collectif Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (XVIe-XXe siècles), Toulouse, PUM, 2010, 341 p.
caroline.barrera@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org