Navigation – Plan du site
Universités à l'international

L’université internationale d’été de Santander : la fin d’un projet républicain et le début de l’épuration des personnels universitaires par les insurgés

Élodie Quillier

Résumés

« L’université internationale d’été de Santander : la fin d’un projet républicain et le début de l’épuration des personnels universitaires par les insurgés. » La Seconde République espagnole crée, par décret du 23 août 1932, l’université internationale d’été de Santander (UIV). Le but est d’offrir une formation complémentaire dispensée par des enseignants espagnols et étrangers à des étudiants de toutes nationalités mais aussi de créer un lieu d’échange international pour les enseignants-chercheurs. Nous nous attachons à étudier les programmes, les enseignants qui ont participé à cette entreprise et sa portée internationale. Cependant, cette initiative républicaine va rapidement être brisée par le soulèvement franquiste du 18 juillet 1936. Les cours universitaires de l’été 1936 sont alors perturbés par la division des enseignants et des étudiants qui y participent entre les deux camps de la guerre civile. Parallèlement, dès 1936, les insurgés mettent en place une épuration de la communauté universitaire. À travers l’étude des dossiers d’épuration des personnels de l’université de Madrid, conservés aux Archives Générales de l’Administration (Alcalá de Henares), je me propose d’étudier les événements qui se sont déroulés lors de ce dernier été de l’UIV de Santander. Nous verrons comment la participation à l’université internationale d’été de Santander constitue un des prétextes utilisés par les insurgés pour accuser les enseignants « d’ennemis de la Patrie », les destituer de leurs fonctions et les condamner, dans bien des cas, à l’exil.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Antonio Molero Pintado et alii, Historia de la Educación en España. IV- La Educación durante la Se (...)
  • 2  La JAE naît par décret royal le 11 janvier 1907. Voir Luis Enrique Otero Carvajal, « La destrucció (...)
  • 3  XYZ « La Institución y la guerra » in Una poderosa fuerza secreta, la Institución Libre de Enseñan (...)
  • 4  Enrique Suñer, Los intelectuales y la tragedia española, San Sebastián, Biblioteca España Nueva, 1 (...)
  • 5  Carlos Riba, « La Residencia de Estudiantes » in op. cit., Una poderosa fuerza secreta…, p. 172.

1L’Espagne du XIXe siècle doit faire face à de nombreux retards notamment au sein de son système éducatif. En effet, une grande partie de la population est analphabète, le nombre des étudiants est très réduit et l’Université est sous le contrôle strict de l’État. Dans le grand mouvement scolaire réformateur qui traverse l’Europe dans le dernier tiers du XIXe siècle et sous la houlette de groupes d’enseignants libéraux, des initiatives voient le jour et cherchent à moderniser le système espagnol en s’inspirant des modèles étrangers. Citons quelques dates importantes. En 1876, naît l’Institución Libre de Enseñanza (ILE) qui croit fermement au « pouvoir de l’Éducation comme instrument de changement social1 ». En 19072 apparaît la Junta para Ampliación de Estudios (JAE) qui met en place un système de bourses permettant aux étudiants et aux enseignants de se rendre à l’étranger pour approfondir leurs connaissances et développer la coopération internationale dans la recherche. Dès 1910, de nombreux laboratoires et centres de recherche naissent comme le Centro de estudios históricos, l’Instituto Nacional de Ciencias Físico-naturales ou la Residencia de Estudiantes. L’Espagne rattrape peu à peu son retard, l’Université et la recherche du premier tiers du xxe siècle se voient ainsi nommées Edad de plata. La iie République, instituée le 14 avril 1931, s’inscrit dans cette dynamique et continue à impulser la modernisation de l’Université et l’ouverture de l’enseignement et de la recherche à l’international. L’un de ses grands projets est l’Universidad Internacional de Verano (UIV) de Santander dont la première édition se tient en 1933. De nombreux enseignants qui ont auparavant étudié à l’étranger grâce aux bourses de la JAE participent au projet. Malheureusement, la vie de cette institution est de courte durée: le coup d’État du 18 juillet 1936 plonge l’Espagne dans une guerre civile qui débouche sur la mise en place, le 1er avril 1939 de la dictature du Général Francisco Franco Bahamonde (01/04/1939-20/11/1975). Le régime franquiste réforme entièrement le système éducatif espagnol de l’École primaire à l’Université. Les intellectuels et le professorat sont accusés de « corrompre la jeunesse » avec des idées venues de l’étranger. La propagande franquiste reproche à l’Université et aux organismes créés depuis la fin du xixe siècle d’être à l’origine « des idées dissidentes » qui ont conduit à la guerre civile. L’ILE est ainsi accusée d’être « une œuvre de la Franc-maçonnerie universelle pour infiltrer la société espagnole3 », la JAE d’avoir « savamment placé des agents pour débuter l’ère révolutionnaire4 », la Residencia de Estudiantes d’avoir favorisé « l’empoisonnement marxiste et la soviétisation de l’intelligentsia espagnole5 ». Le régime franquiste met alors en place une épuration à grande échelle des enseignants afin que le système éducatif corresponde au nouvel ordre établi. Cette épuration touche durement l’Université notamment les enseignants associés aux organismes cités plus haut parmi lesquels l’UIV.

2Le propos de cet article est de voir comment s’est opérée la naissance puis la destruction de ce projet universitaire républicain et quelles ont été les conséquences pour les enseignants qui y ont participé. Pour ce faire, nous nous appuierons, d’une part, sur la législation qui a donné naissance à l’UIV et, d’autre part, sur les dossiers d’épuration des professeurs de l’université Centrale de Madrid, aujourd’hui Complutense, conservés aux Archives générales de l’Administration (AGA) à Alcalá de Henares. En effet, dès le début de la guerre civile, les enseignants devaient faire parvenir une demande aux autorités républicaines ou franquistes pour être réhabilités dans leurs fonctions. Les personnels jugés « fidèles » retrouvaient leur poste, les autres faisaient l’objet d’un procès afin d’évaluer ce que le nouveau régime pouvait leur reprocher et de décider quelles sanctions devaient leur être imposées. Ces documents inédits renferment des informations sur le dernier été de l’UIV et les accusations postérieures dont sont victimes les enseignants ayant collaboré à cette entreprise.

3Nous reviendrons, en premier lieu, sur la naissance de l’UIV en 1932 et son fonctionnement jusqu’en 1936. Ensuite, nous nous pencherons sur le dernier été de l’UIV, l’été 1936, qui renferme à petite échelle les divisions qui font rage au niveau national. Enfin, nous nous attarderons sur les trajectoires de quelques-uns des intervenants de l’UIV.

1- L’université internationale d’été de Santander (1932-1936)

1.a- Le projet de l’UIV

  • 6  Gaceta de Madrid, Madrid, 22 avril 1928, nº 113.
  • 7  Gaceta de Madrid, Madrid, 24 août 1932, nº 237.

4Nous retrouvons les origines de l’UIV dans un décret du 19 avril 19286, signé de Sa Majesté Alphonse XIII, qui octroie à l’université de Valladolid la possibilité d’organiser un cours d’été à Santander pour des étudiants espagnols et étrangers. Déjà, dans cet embryon de ce que sera l’UIV, l’ouverture à l’international est l’une des priorités. Mais le véritable texte fondateur de l’UIV est le décret du 23 août 19327 signé par le président de la République, Niceto Alcalá-Zamora y Torres, et le ministre de l’Instruction publique, Fernando de los Ríos Urruti. Ce long texte revient sur l’augmentation des étudiants et la nécessité de se doter de centres universitaires de qualité ouverts à la modernité dans la lignée des différentes initiatives nées depuis le début du siècle:

  • 8 Ibid.

« Je soussigné, M. le Ministre, ai cru que l’Espagne, en ce moment de profonde renaissance, en plus de développer, comme elle le fait avec détermination, ses centres de recherche, peut et doit créer une institution qui satisfasse des exigences non seulement nationales, mais aussi d’un plus vaste horizon; c’est pour toutes ces raisons que j’ai pensé à l’université internationale d’été à Santander. Quels sont les besoins de ce centre et comment les mettre en place? L’université ainsi imaginée se propose de réunir, pendant une période de deux ou trois mois, des professeurs et des étudiants espagnols et étrangers pour les buts suivants: échanges sur les éléments marquants de la culture actuelle; réunion des jeunes étudiants de notre pays avec ceux d’autres peuples dans une ambiance commune de travail et de relations assidues, et, enfin, réalisation d’un programme d’études tourné essentiellement vers deux objectifs. L’un, les lignes normatives de la culture moderne qui, par son propre rayonnement intéresse au-delà des différences professionnelles tout travailleur intellectuel; et l’autre, la spécialisation dans chaque domaine grâce aux méthodes les plus modernes de la recherche8 ».

5Le projet est ambitieux : divulgation scientifique et spécialisation, cours de langue, découverte des cultures étrangères, développement de la recherche entre chercheurs étrangers et leurs homologues espagnols. Les cours durent de deux à trois mois et se déroulent dans les locaux du Palais de la Magdalena, ancienne résidence de la famille royale. Aucun diplôme universitaire n’est délivré car c’est la formation qui prime. Les cours s’adressent à des étudiants de toute l’Espagne mais aussi étrangers. Les enseignants peuvent être issus de tous les niveaux scolaires: primaire, secondaire, universitaire, professionnel et technique. L’UIV se place donc sous le signe de l’échange et du partage:

  • 9 Ibid.

« L’université d’été ainsi conçue sera un organisme de culture internationale et interrégionale qui aspire à rompre les barrières entre les professeurs et les étudiants des différentes régions et des différents niveaux d’enseignement et à offrir à nos étudiants un contact fertile avec les intellectuels étrangers qui se rendront à l’université9 ».

  • 10 Gaceta de Madrid, Madrid, 25 août 1932, nº 238.

6La circulaire du 24 août 193210, nomme le Conseil qui dirigera l’UIV: il sera composé d’un président, investi pour quatre ans, et de quinze membres issus du système éducatif. Ce Conseil se dote chaque année d’un Comité d’études chargé de proposer un programme et des intervenants. La diffusion du programme doit être la plus rapide et la plus large possible dans différentes langues afin d’attirer un maximum d’étudiants. Le premier président de l’UIV est Ramón Ménendez Pidal. Ce professeur de philologie romane de Madrid a été président du Comité directeur de la Residencia de Estudiantes, directeur du Centro de Estudios históricos et vice-président de la JAE. Il a en outre étudié à l’étranger, notamment à Toulouse en 1898, et a été nommé docteur honoris causa de cette université en 1921, de celle d’Oxford en 1922 et de la Sorbonne en 1924. Il s’agit donc d’un choix qui inscrit profondément l’UIV dans la lignée des organismes de l’Edad de plata et assoit pleinement son caractère international.

1.b- L’organisation et les cours de l’UIV

7Dès la première édition de l’UIV, les participants espagnols forment une tête d’affiche de qualité, et certains membres du Comité, alors jeunes, deviendront, par la suite, de prestigieux enseignants-chercheurs : les philosophes José Ortega y Gasset et José Gaos Pola, l’historien Américo Castro Quesada, le physicien Enrique Moles Ormella, etc. Les professeurs étrangers invités jouissent également d’une renommée internationale comme l’hispaniste français Marcel Bataillon, professeur à l’université d’Alger, ou encore les physiciens Auguste Piccard, professeur à l’université de Bruxelles et auteur du premier vol stratosphérique en 1931, et Erwin Schrödinger, professeur à l’université d’Oxford où il reçoit le prix Nobel de physique en 1933.

  • 11  Voir Revista de los Estudiantes de la Universidad Internacional de Verano de Santander 1933, nº 1, (...)
  • 12  Soit 40 Français, 22 Anglais, 21 Nord-américains, 12 Allemands, 7 Hollandais, 3 Suédois, 2 Suisses (...)

8L’UIV attire un public important. En effet, les cours de l’été 193311 rassemblent 84 enseignants dont 35 étrangers et environ 400 étudiants parmi lesquels 113 étrangers de 11 nationalités différentes12. Les cours s’organisent en 13 thématiques et chacune comporte entre 3 et 9 interventions. En outre, des activités culturelles et artistiques se déroulent en parallèle afin de promouvoir la culture espagnole. Le programme comporte 7 excursions sur des sites archéologiques ou culturels aux alentours, 4 représentations du théâtre universitaire La Barraca dirigé par le poète Federico García Lorca, des concerts de musique espagnole, des représentations de danses folkloriques, un bal chaque samedi, du sport: tennis, ping-pong, hockey et des tournois d’échecs. La presse locale, comme El Diario Montañés, se fait l’écho de l’activité de l’UIV, soulignant son dynamisme et consacrant régulièrement une colonne à celle-ci.

  • 13  Gaceta de Madrid, Madrid, 07 avril 1933, nº  97.
  • 14  Gaceta de Madrid, Madrid, 21 avril 1934, nº 111.

9Un système de bourses pour les étudiants permet de financer les frais de voyage, d’inscription et de logement dans l’une des résidences du Palais de la Magdalena. Le 29 mars 193313, le premier concours d’attribution des 40 bourses pour l’été 1933 est convoqué. Malheureusement, dès l’été 1934, les changements politiques conduisent à une réduction de 42,5% du nombre de bourses14. En effet, l’arrivée au pouvoir de la droite républicaine entraîne des coupes budgétaires importantes pour l’UIV qui inquiètent les organisateurs. Le secrétaire général Pedro Salinas, gagné par le pessimisme, écrivait à son épouse :

  • 15  Benito Madariaga, Santander y la Universidad Internacional de Verano, Santander, Universidad Inter (...)

« Ce qu’ils nous ont fait en juillet, en nous diminuant de 40% le budget, nous a laissé dans une situation si critique que le diminuer davantage serait nous tuer. Et je crains qu’ils ne fassent la chose suivante: laisser le nom, laisser l’organisme subsistant, mais avec une dotation économique restreinte qui ne nous permette pas de faire un labeur utile15 ».

  • 16  Gaceta de Madrid, Madrid, 6 mai 1935, nº 126.

10Malgré tout, l’UIV continue à se situer pleinement dans son époque puisque « Le XXe siècle » est le thème choisi pour l’été 1934 par le nouveau président, Blas Cabrera Felipe. Il s’agit de réfléchir sur les progrès qui ont vu le jour dans différents domaines comme la physique, la médecine, la philosophie, l’art, la vie politique, sociale, économique, juridique, etc. Les thématiques de l’été 1935 renvoient également aux récentes découvertes scientifiques et traitent des inquiétudes européennes face à la montée des nationalismes: » L’évolution de l’Univers », « La radioactivité », « État, Nation et Économie », « Qu’est-ce qu’être Espagnol? »16. Plus que des cours d’été, il s’agit de mettre en place un lieu d’échange sur les « grands sujets de la culture moderne ». L’enseignement et la recherche espagnols se placent ainsi au cœur des préoccupations scientifiques européennes et cherchent à devenir un des fers de lance de la recherche internationale.

1.c- Le dernier été de l’UIV, l’été 1936

11Dans un premier temps, les cours débutent normalement le 6 juillet 1936. Après le coup d’État manqué des insurgés du 18 juillet 1936, l’organisation de l’UIV est légèrement modifiée. Par exemple, les cours pour les étudiants étrangers, qui se tenaient habituellement à la fin du mois d’août, sont suspendus. Dès la fin juillet, des navires étrangers mouillent dans le port. Certains étudiants et enseignants en profitent pour regagner leur pays. Les professeurs qui restent remplacent leurs collègues, afin d’assurer la continuité des cours. La ville demeure sous autorité républicaine, ce qui permet à l’UIV de parvenir à son terme le 29 août, malgré la guerre, comme en témoigne Augusto Pérez-Vitoria:

  • 17  Augusto Pérez-Vitoria, El fin de una gran esperanza. 1936 : El útimo curso en la Universidad Inter (...)

« Dans un recoin d’Espagne, dans le cadre d’une université, sans autres armes que la science et la culture, un petit groupe de professeurs et d’étudiants avait obtenu une victoire, morale et infime mais certaine, sur la barbarie de la guerre17 ».

  • 18  Le groupe est composé de José María Corbín Ferrer, Guillermo García Leal de Ibarra, Emilio García (...)

12Cependant, un tragique épisode va entacher la fin de l’UIV. Six étudiants de l’école d’ingénieur des Ponts et Chaussées18, sympathisants franquistes, sont arrêtés et emprisonnés sur le bateau prison Alfonso Pérez. Le 26 décembre 1936, la foule l’attaque pour se venger d’un bombardement franquiste. Les six étudiants périssent. Cet épisode fournira un chef d’accusation supplémentaire à l’encontre des dirigeants et des participants de l’UIV. Pourtant, son président, Blas Cabrera Felipe, avait entrepris des démarches pour faire libérer les étudiants, mais ses efforts étaient restés vains. Compte tenu des combats qui s’intensifient à la fin de l’été, il organise la sortie du territoire du reste des étudiants et des professeurs. Ils doivent rejoindre la zone républicaine par la frontière catalane via la France. La voie terrestre par Irun étant coupée, ils embarquent à bord d’un navire en partance pour Saint-Jean-de-Luz. Ils y logent, à « la Roseraie d’Ilbarritz », où des dissensions commencent à se faire sentir. Un groupe pro franquiste tente de convaincre une partie des étudiants de ne pas rallier la zone républicaine. Néanmoins, la majorité regagne l’Espagne par Port-Bou et arrive à Barcelone, le 11 septembre 1936, avant de rejoindre Madrid.

2- Témoignages sur la dissolution de l’UIV et conséquences pour les participants

2.a- Les témoignages sur la dissolution de l’UIV lors de l’été 1936

13Dans les dossiers d’épuration conservés à l’AGA, nous voyons que les enseignants devaient remplir, entre autres, un questionnaire sur leurs occupations professionnelles, politiques, syndicales, depuis le 18 juillet 1936. Ces écrits sont des témoignages précieux qui apportent un éclairage sur les conditions du départ de l’UIV de Santander et les divers désaccords qui ont émergé.

  • 19  Archivos Generales de la Administración [désormais AGA], Alcalá de Henares, dossier d’Eduardo Hern (...)
  • 20  AGA, Alcalá de Henares, dossier de Francisco Hernández Pacheco de la Cuesta, (5)1.21/20423-56.
  • 21  AGA, Alcalá de Henares, déclarations personnelles du 11 novembre 1936, dossier d’Eduardo Hernández (...)

14Eduardo Hernández Pacheco y Esteván19, professeur de géologie de l’université de Madrid, et son fils, Francisco Hernández Pacheco de la Cuesta20, arrivent à Santander au début du mois de juillet 1936, le premier pour donner quatre conférences, et le second comme répétiteur de cours de sciences. Eduardo indique qu’« une grande partie du professorat de l’université manifestait un comportement fidèle au Gouvernement de Madrid21 », c’est-à-dire au gouvernement républicain. Mais il précise également que cette position n’est pas partagée par tous:

  • 22 Ibid.

« Vers la fin du mois d’août et la fin du cours universitaire, un projet insensé vint à l’esprit des dirigeants universitaires fidèles au Front populaire. Il s’agissait de conduire tous les professeurs et les élèves, comme si nous étions un troupeau, à travers le sud de la France jusqu’à Madrid pour que nous nous présentions au ministère de l’Instruction publique et des Beaux Arts, qui était à ce moment-là dirigé par Francisco Barnés, et que nous mettions fin là-bas à l’université. Un grand nombre d’étudiants, les uns à cause de leurs idées politiques contraires au marxisme, les autres en raison de considérations sur la situation géographique de leur famille, ainsi qu’un certain nombre de professeurs, nous protestâmes face à un projet aussi saugrenu22 ».

15Pour l’épuration franquiste, regagner la zone républicaine est considéré comme un indice supplémentaire de « trahison », dès lors, on comprend mieux l’insistance de cet enseignant à souligner la coercition exercée par les dirigeants de l’UIV.

  • 23  AGA, Alcalá de Henares, dossier de Daniel García Hughes, (5)1.32/16198-14.

16Daniel García Hughes23, professeur auxiliaire de grec à l’université de Madrid et chanoine de la cathédrale de l’Almudena de Madrid, arrive à Santander le 14 juillet 1936 pour donner un cycle de conférences sur le Nouveau Testament à l’université catholique qui se tient parallèlement à l’UIV. Il raconte, dans un courrier daté du 28 janvier 1937, son expérience à Santander. À la suite du soulèvement du 18 juillet, il demande à intégrer l’UIV, protégée par son caractère international, par peur des représailles dont les catholiques pourraient faire l’objet. C’est grâce au passeport collectif obtenu au nom de l’UIV qu’il parvient à quitter l’Espagne. Dès le départ, il souhaite rejoindre la zone nationale et raconte comment il profite de l’arrêt à Biarritz pour se rendre à la paroisse de Saint-Martin et demander l’aide des religieux:

  • 24  AGA, Alcalá de Henares, déclarations personnelles du 28 janvier 1937, dossier de Daniel García Hug (...)

« Le lendemain, je me rendis avec M. le vicaire de Saint-Martin à la police de Biarritz qui nous renvoya au sous-préfet de Bayonne. Je lui exposai ma situation ainsi que celle des nombreux élèves et professeurs qui, en aucun cas, ne voulaient rentrer en Espagne par Barcelone, mais qui étaient effrayés par l’absence de passeport individuel et par une éventuelle attaque des nombreux marxistes de l’expédition. Après avoir longuement discuté, M. le Vicaire et moi-même avons obtenu l’autorisation orale pour pouvoir traverser la frontière par Dantxarinea, munis seulement d’une déclaration écrite où était indiqué notre refus d’entrer en Espagne par Barcelone et notre souhait de passer par Pampelune. […] Je me rendis immédiatement à l’hôtel pour prendre congé en personne et en toute courtoisie des chefs de l’expédition. […] Ce fut M. Gaos, le secrétaire de l’expédition et le seul qui était présent, qui me reçut. Nous échangeâmes des paroles polies mais très acerbes. Je le mis en garde contre l’absurde folie de rejoindre les rouges de Madrid, et, devant les arguments que j’avançai, il dut s’émouvoir, du moins intérieurement sans n’en rien laisser transparaître, et il me pria de courir jusqu’à Saint-Jean-de-Luz dire la même chose au chef de l’expédition, M. Blas Cabrera; car ce monsieur allait entreprendre les démarches nécessaires afin d’obtenir un train direct et sans escales jusqu’à la frontière catalane. Je me rendis là-bas et je trouvai M. Cabrera entouré des autres chefs de l’expédition. Je lui dis que je l’implorerai, à genoux si c’était nécessaire, pour qu’il n’emmenât pas l’expédition par Barcelone mais par Pampelune ou bien pour qu’il y mît fin afin que chacun pût agir en toute liberté. Je lui fis également savoir, qu’à partir de ce moment, je me séparai de l’expédition et que j’entrerai en Espagne par Pampelune. La scène fut d’une violence extrême au milieu de la froideur caractéristique de ces hommes-là. Voyant que je n’obtenais rien, je pris congé. Mais il me restait à accomplir mon principal devoir envers mes compagnons de l’expédition: leur annoncer leur liberté et les convier à s’échapper avec moi. M. le vicaire et moi-même nous nous rendîmes une nouvelle fois à l’hôtel. Dans le hall où était réunie la majorité des compagnons, je convoquai tous ceux qui se trouvaient hébergés là et leur fis savoir de quelle manière ils étaient libres, bien que sans passeport, pour entrer en Espagne par la frontière de leur choix selon ce que j’avais obtenu du sous-préfet de Bayonne. Je leur dis également que jusqu’au lendemain 12 h., je les attendais au presbytère de Saint-Martin pour rédiger le document nécessaire au départ. À l’heure prévue, certains vinrent me trouver, envoyés comme représentants de la grande majorité. Je leur donnai les instructions nécessaires et comme les autres prenaient du retard, je partis avec certains d’entre eux à la frontière de Dantxarinea et j’arrivai ainsi le 8 septembre à Pampelune. Un quart d’heure après mon départ, un groupe d’environ 60 étudiants et professeurs se présenta à Saint-Martin et ils passèrent la frontière le lendemain24 ».

  • 25  Il fait allusion à 20-30 étudiants et trois professeurs. Voir Augusto Pérez-Vitoria, op. cit., p. (...)

17Il est intéressant de noter que l’UIV a servi de refuge à des enseignants de l’université catholique pour quitter la zone en guerre. D’après García Hughes, ce sont 60 étudiants qui rejoignent la zone franquiste; d’après Eduardo Hernández Pacheco y Esteván, ils ne sont qu’une trentaine. Ce qui est certainement plus proche de la réalité puisque la version d’Augusto Pérez-Vitoria fait allusion aux mêmes chiffres25.

18Francisco Hernández Pacheco de la Cuesta ne quitte pas immédiatement Santander car il souhaite être aux côtés de sa famille, il revient sur l’arrestation des six étudiants. Il dit rester auprès d’eux jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’espoir et part sur un bateau anglais, le Fame, le 1er décembre 1936. Un écrit anonyme souligne que ce fut l’un des seuls enseignants qui demeura aux côtés des étudiants prisonniers:

  • 26  AGA, Alcalá de Henares, lettre anonyme au Juge instructeur du 27 mars 1940, dossier d’Eduardo Gil (...)

« Face au comportement général du professorat, il y eut une exception remarquable: M. Francisco Hernández Pacheco. Sa conduite n’aurait pu être plus louable avant et après le départ de l’université. Ce fut le seul toujours disposé à faire tout ce qu’il pouvait pour obtenir la libération de nos infortunés compagnons; le seul à protester contre leur détention et à leur rendre visite plusieurs fois après cette dernière; le seul à leur fournir tout ce dont ils avaient besoin; le seul, enfin, à collaborer avec nous qui, depuis la ville, leur envoyions des aliments, des habits et des nouvelles, lorsque l’université internationale n’était plus à Santander26 ».

19Grâce à ce témoignage, il sera réhabilité provisoirement dans ses fonctions en 1937 et définitivement le 30 septembre 1941 par le régime franquiste.

2.b- Les conséquences de la participation à l’UIV, quelques exemples

20Tout d’abord, il faut rappeler qu’une dénonciation, même anonyme, avait un poids non négligeable dans un dossier d’épuration. Ainsi, nous avons retrouvé un témoignage qui liste une partie des participants à l’UIV:

  • 27  Ibid.

« L’université internationale d’été était dirigée par le professeur des universités de littérature de la faculté de philosophie et de lettres de Madrid, M. Salinas; le président était M. Blas Cabrera, professeur des universités de sciences de l’université centrale; un de ses fils, Blas, était, avec Ramón Urtubi, professeur d’éducation physique de l’université internationale. Le professorat était aussi composé de M. Gil y Santiago, Cerezo, Hernández Pacheco (père et fils), Pérez-Vitoria, M. Isidoro de la Villa (président de l’université de Valladolid qui, dès son arrivée en France, rejoignit la zone nationale) Rubio Sacristán, Emilio Gómez Orbaneja, José Camón Aznar et José Gaos27 ».

  • 28  AGA, Alcalá de Henares, déclarations personnelles du 14 avril 1939 et du 21 août 1939, dossier de (...)
  • 29  AGA, Alcalá de Henares, déclarations personnelles du 8 et 12 avril 1939 et du 18 août 1939, dossie (...)
  • 30  AGA, Alcalá de Henares, lettre anonyme au Juge instructeur du 27 mars 1940, dossier d’Eduardo Gil (...)
  • 31  Boletín Oficial del Estado, Burgos, 22 avril 1937, nº 184.
  • 32  Boletín Oficial del Estado, Madrid, 12 juin 1939, nº 163.

21Le régime franquiste se sert de cette liste pour inculper les professeurs. Aux accusations déjà réunies vient s’ajouter la participation à l’UIV comme un signe de plus de « désaffection envers le régime ». L’UIV est en effet considérée comme héritière des diverses institutions libérales comme l’ILE, la JAE, etc. Ainsi, la majorité des professeurs cités ci-dessus sont renvoyés définitivement en 1939. La mort des six étudiants, évoquée plus haut, est également utilisée par plusieurs enseignants pour accuser le président de l’UIV, Blas Cabrera Felipe, de ne pas leur avoir porté secours. L’instrumentalisation de cet événement tragique ne fait pas de doute si on considère que certaines accusations sont portées par des professeurs qui ne se sont jamais rendus à l’UIV en 1936, comme María Teresa Salazar y Bermúdez28, professeur de chimie, ou Enrique Lines Escardó29, professeur auxiliaire d’analyses mathématiques. Dans le même registre, José Camón Aznar, professeur d’art et de littérature de Madrid, est accusé d’avoir vilipendés les six étudiants30. Il est tout d’abord renvoyé par le régime franquiste le 20 avril 193731; puis le 27 mai 193932, soit après deux années sans emploi, il est finalement muté dans une autre université, sans pouvoir exercer de fonctions de direction ni demander de mutations pendant cinq ans. L’université de la capitale étant la plus prestigieuse, c’était un moyen de répression efficace pour briser les carrières que d’empêcher les enseignants d’y postuler.

  • 33  Selon la liste des participants de 1935 : ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes, La Uni (...)

22En nous appuyant sur la liste des professeurs de l’université de Madrid ayant participé à l’UIV entre 1933 et 193633 et sur les sanctions dictées par le régime, nous pouvons affirmer que la grande majorité des professeurs de l’UIV a été sanctionnée ou est partie en exil:

Enseignants de l’université de Madrid qui ont participé à l’UIV et qui ont été sanctionnés par le régime franquiste

Élodie Quillier

  • 34 Pour connaître les organisateurs et les boursiers de la JAE, voir la base de données mise en ligne (...)

23Ce sont donc plus des deux tiers des professeurs de la liste ci-dessus qui se retrouvent sanctionnés. Au-delà de la participation à l’UIV c’est aussi, comme nous l’avons dit, une filiation qui est sanctionnée. En effet, de la liste des enseignants citée dans le tableau 78 % ont été boursiers de la JAE, 39 % y ont été directeurs d’équipe de recherche ou de laboratoire et 24,5 % ont fait partie de l’équipe de direction et d’organisation34.

24Parmi les enseignants de l’UIV sanctionnés, plus de la moitié part en exil. Ils maintiennent par la suite le contact à travers l’Unión de Profesores Universitarios Españoles en el Extranjero (UPUEE). 65% des exilés cités dans le tableau font partie de cette association d’universitaires espagnols exilés, créée à Paris le 21 décembre 1939. Son but est de dénoncer, à une échelle internationale, la dictature et la politique universitaire franquiste, d’échanger entre enseignants exilés et de tisser des liens avec des universités et des professeurs étrangers pour, éventuellement, trouver un emploi. Il serait intéressant de voir si les contacts nés au sein de l’UIV trouvent, à travers l’UPUEE, un prolongement fertile.

  • 35  Dossiers de Gregorio Marañón Posadillo, transférés au Centre Documentaire de la Mémoire Historique (...)

25Parmi les exilés, seul un professeur revient en Espagne en mai 1943 : Gregorio Marañón Posadillo qui est réhabilité par le régime le 08 novembre 194435. Mais l’exil n’est pas forcément extérieur, il peut prendre des formes plus intimes. Deux professeurs ont connu cet exil intérieur: Eduardo Gil y Santiago et Bernardino Landete Aragó. Le premier, professeur auxiliaire d’acoustique et d’optique, nous renseigne tout particulièrement sur les conséquences pour un enseignant d’avoir participé à l’UIV. Il quitte Santander avec le convoi officiel et arrive à Madrid le 4 septembre 1936. Parmi les chefs d’accusation portés contre lui le 6 mars 1940, ce retour en zone républicaine est directement attaqué:

« 2º Attendu que vous vous trouviez à Santander lorsque le Mouvement national s’est soulevé et que, via la France, vous vous êtes rendu en zone rouge au lieu d’entrer en zone nationale comme il était de votre devoir de le faire ;

  • 36  AGA, Alcalá de Henares, notification des chefs d’accusation du 6 mars 1940, dossier d’Eduardo Gil (...)

3º Attendu que pendant le temps où vous étiez à Santander vous vous êtes rendu complice, avec d’autres compagnons, par votre passivité, de l’assassinat des six élèves de l’université d’été36 ».

26Également accusé de complicité d’assassinat, Eduardo Gil y Santiago sait que les charges qui pèsent contre lui peuvent le mener en prison ou au peloton d’exécution. Il se défend, le 14 mars 1940, de la manière suivante:

  • 37  AGA, Alcalá de Henares, réponse à la notification des chefs d’accusation du 14 mars 1940, dossier (...)

« 3º Ce chef d’accusation est totalement inexact non seulement en ce qui me concerne mais également en ce qui concerne les autres MM. les professeurs de l’université et, bien entendu, son président, dont nous savions tous qu’il n’avait lésiné sur aucun moyen pour obtenir leur liberté. En ce qui me concerne, je peux dire que je leur rendis visite deux fois et que je tentai de rendre plus agréable la détention des élèves cités plus haut en leur apportant du tabac, des biscuits et tout ce qu’ils me demandèrent, accompagné de MM. Rubio Sacristán et Camón. J’affirme que je ne pouvais absolument pas imaginer le sort qui allait être le leur après notre départ de Santander. Mais, même si je l’avais su, il n’y aurait eu aucun moyen que je n’eusse mis en œuvre afin d’obtenir leur libération. Pour moi, la vie humaine est sacrée comme œuvre du Créateur et c’est pourquoi je censure et je condamne d’une façon catégorique celui qui en prive l’un de ses semblables. Avec cette façon de voir les choses, il est donc impossible que je sois complice d’un quelconque assassinat et avancer une telle accusation révèle une méconnaissance totale de ma personne. Néanmoins, je vais apporter une preuve écrite pour démontrer ce que j’avance. Il s’agit d’un document relatif à l’un des élèves détenus, dont je connaissais le père depuis l’été 1934. Anticipant l’action de M. le professeur des universités et juge instructeur, je lui avais écris sitôt après avoir pris connaissance du crime en me mettant à son entière disposition ainsi qu’à celle des autorités qu’il estimerait compétentes. Sa réponse à mon courrier correspond au document joint nº 137 ».

  • 38  AGA, Alcalá de Henares, lettre de José Martín Prat du 15 mai 1939 présentée comme élément à déchar (...)
  • 39  AGA, Alcalá de Henares, conclusion de l’enquête par le Juge instructeur du 29 mars 1940, dossier d (...)

27La lettre qu’il présente, rédigée par le père de l’un des étudiants décédés38, est assez ambiguë puisque ce dernier expose seulement son souhait de ne pas rechercher les responsables de la mort de son fils. Le juge instructeur des dossiers, dans sa conclusion d’enquête39 retourne le document contre Eduardo Gil y Santiago et souligne que s’il a écrit au père de l’un des garçons c’est qu’il n’a pas la conscience tranquille; voilà pourquoi « on lit entre les lignes la vérité », c’est-à-dire la confirmation des charges qui pèsent contre l’inculpé. Celui-ci échappe à une peine d’incarcération, néanmoins la sanction est lourde. Il est condamné, le 27 avril 1940, à l’incapacité à exercer des fonctions de direction, l’impossibilité de se présenter à des concours de la fonction publique, d’exercer dans le système éducatif pour une période de six ans, de bénéficier de bourses, de pensions d’études et de se voir confier des charges d’enseignements pour une période de quatre années. En un mot, la sanction l’empêche tout simplement de vivre de son métier pendant six ans. D’ailleurs, sa carrière semble être définitivement brisée, puisque nous n’avons rien trouvé dans les archives qui indique qu’il ait récupéré son poste. Il semblerait qu’il devienne ingénieur de deuxième classe des Postes et Télécommunications en octobre 1948 et perde tout contact avec le monde universitaire.

  • 40  AGA, Alcalá de Henares, dossier de Bernardino Landete Aragó, (5)1.31/03997-44.

28Quant à Bernardino Landete Aragó40, la procédure engagée contre lui est encore plus radicale. Il est renvoyé définitivement de ses fonctions de professeur d’odontologie de l’université de Madrid, le 23 janvier 1940. Le 4 janvier 1941, il fait appel de la sanction et apporte vingt-cinq nouvelles pièces à son dossier. Malgré tout, aucune modification de la sanction antérieure n’est prononcée avant le 1er août 1949. Or, il faut savoir que pendant la procédure, un professeur ne pouvait enseigner, ni, de fait, toucher son salaire. Certes, le 1er août 1949, Bernardino Landete Aragó est réhabilité dans ses fonctions mais sans toutefois pouvoir récupérer les salaires non perçus. Or, depuis l’ouverture de son procès, le 29 septembre 1939, il n’a pas pu vivre de son métier : soit dix longues années d’une sanction dissimulée. Il retrouve son poste à la rentrée 1949. Comme il est alors atteint par la limite d’âge, il est mis à la retraite le 14 octobre 1949. Sur dix années, sa carrière se résume donc à un mois d’enseignement. La trajectoire de ces deux professeurs est représentative de bien d’autres. Elle démontre l’une des facettes de l’exil intérieur, si difficile à étudier par sa nature secrète, dont ont souffert beaucoup d’Espagnols sous le régime franquiste.

Conclusion

29Comme nous avons pu le voir en prenant l’exemple des professeurs de l’université de Madrid, la participation à l’UIV, ajoutée à un engagement aux côtés des idées républicaines, a conduit les enseignants, avec l’avènement du régime franquiste, à un triste destin. Le régime n’a eu de cesse de poursuivre et d’annihiler une par une les carrières des professeurs républicains. Il a, en outre, réécrit l’histoire et effacé des mémoires l’existence de l’UIV. En effet, un décret du 10 novembre 1945, signé par Francisco Franco et le ministre de l’Éducation nationale José Ibañez Martín, donne naissance à l’université internationale Menéndez Pelayo. Ce texte de loi ne fait aucune mention de l’UIV, comme si le projet républicain n’avait jamais existé, alors que la nouvelle université occupe les mêmes locaux que l’UIV. L’université internationale Menéndez Pelayo existe encore de nos jours. Depuis plusieurs années, elle attache un soin particulier à mettre en lumière les apports de l’UIV à la science espagnole.

Haut de page

Notes

1  Antonio Molero Pintado et alii, Historia de la Educación en España. IV- La Educación durante la Segunda República y la Guerra Civil (1931-1939), Madrid, Ministerio de Educación y Ciencia, 1991, p. 29.

2  La JAE naît par décret royal le 11 janvier 1907. Voir Luis Enrique Otero Carvajal, « La destrucción de la Ciencia en España » dans Luis Enrique Otero Carvajal (dir.), La destrucción de la Ciencia en España. Depuración universitaria en el franquismo, Madrid, Editorial Complutense, 2006, p. 15-73.

3  XYZ « La Institución y la guerra » in Una poderosa fuerza secreta, la Institución Libre de Enseñanza, San Sebastián, Edición Española de San Sebastián, 1940, p. 263.

4  Enrique Suñer, Los intelectuales y la tragedia española, San Sebastián, Biblioteca España Nueva, 1938, p. 37.

5  Carlos Riba, « La Residencia de Estudiantes » in op. cit., Una poderosa fuerza secreta…, p. 172.

6  Gaceta de Madrid, Madrid, 22 avril 1928, nº 113.

7  Gaceta de Madrid, Madrid, 24 août 1932, nº 237.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Gaceta de Madrid, Madrid, 25 août 1932, nº 238.

11  Voir Revista de los Estudiantes de la Universidad Internacional de Verano de Santander 1933, nº 1, 1933.

12  Soit 40 Français, 22 Anglais, 21 Nord-américains, 12 Allemands, 7 Hollandais, 3 Suédois, 2 Suisses, 2 Tchécoslovaques, 2 Algériens, 1 Norvégien et 1 Lituanien.

13  Gaceta de Madrid, Madrid, 07 avril 1933, nº  97.

14  Gaceta de Madrid, Madrid, 21 avril 1934, nº 111.

15  Benito Madariaga, Santander y la Universidad Internacional de Verano, Santander, Universidad Internacional « Meléndez Pelayo » y Ayuntamiento de Santander, 1983, p. 136.

16  Gaceta de Madrid, Madrid, 6 mai 1935, nº 126.

17  Augusto Pérez-Vitoria, El fin de una gran esperanza. 1936 : El útimo curso en la Universidad Internacional de Verano de Santander, Madrid, CIERE y Amigos de la cultura científica, 1989, p. 15.

18  Le groupe est composé de José María Corbín Ferrer, Guillermo García Leal de Ibarra, Emilio García Pérez, César González Tejerina, José Luis Martín García de Castro et Vicente Vallejo Ángulo.

19  Archivos Generales de la Administración [désormais AGA], Alcalá de Henares, dossier d’Eduardo Hernández Pacheco y Esteván, (5)1.31/01467-6.

20  AGA, Alcalá de Henares, dossier de Francisco Hernández Pacheco de la Cuesta, (5)1.21/20423-56.

21  AGA, Alcalá de Henares, déclarations personnelles du 11 novembre 1936, dossier d’Eduardo Hernández Pacheco y Esteván, (5)1.31/01467-6.

22 Ibid.

23  AGA, Alcalá de Henares, dossier de Daniel García Hughes, (5)1.32/16198-14.

24  AGA, Alcalá de Henares, déclarations personnelles du 28 janvier 1937, dossier de Daniel García Hughes,  (5)1.32/16198-14.

25  Il fait allusion à 20-30 étudiants et trois professeurs. Voir Augusto Pérez-Vitoria, op. cit., p. 30.

26  AGA, Alcalá de Henares, lettre anonyme au Juge instructeur du 27 mars 1940, dossier d’Eduardo Gil y Santiago, (5)1.32/16200-12.

27  Ibid.

28  AGA, Alcalá de Henares, déclarations personnelles du 14 avril 1939 et du 21 août 1939, dossier de María Teresa Salazar y Bermúdez, (5)1.32/16200-24.

29  AGA, Alcalá de Henares, déclarations personnelles du 8 et 12 avril 1939 et du 18 août 1939, dossier d’Enrique Lines Escardó, (5)1.32/16200-18.

30  AGA, Alcalá de Henares, lettre anonyme au Juge instructeur du 27 mars 1940, dossier d’Eduardo Gil y Santiago, (5)1.32/16200-12.

31  Boletín Oficial del Estado, Burgos, 22 avril 1937, nº 184.

32  Boletín Oficial del Estado, Madrid, 12 juin 1939, nº 163.

33  Selon la liste des participants de 1935 : ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes, La Universidad Internacional de Verano de Santander, 2e édition, Universidad Internacional « Meléndez Pelayo », 1993. Et selon Benito Madariaga et Celia Valbuena, La Universidad Internacional de Verano en Santander (1933-1936), Guadalajara, Ministerio de Universidades e Investigación et Universidad Internacional Menéndez Pelayo, 1981, p.176-192.

34 Pour connaître les organisateurs et les boursiers de la JAE, voir la base de données mise en ligne depuis 2007 par la Residencia de estudiantes : Archivo de la Junta para Ampliación de Estudios e investigaciones científicas (1907-1939) http://archivojae.edaddeplata.org/jae_app/JaeMain.html.

35  Dossiers de Gregorio Marañón Posadillo, transférés au Centre Documentaire de la Mémoire Historique de Salamanque, anciennes côtes AGA, Alcalá de Henares : (7)7.75/01190-0 et (7)7.75/00449/0. Et Boletín Oficial del Estado, Madrid, 17 décembre 1945, nº 351.

36  AGA, Alcalá de Henares, notification des chefs d’accusation du 6 mars 1940, dossier d’Eduardo Gil y Santiago, (5)1.32/16200-12.

37  AGA, Alcalá de Henares, réponse à la notification des chefs d’accusation du 14 mars 1940, dossier d’Eduardo Gil y Santiago, (5)1.32/16200-12. Les éléments sont soulignés en rouge, très certainement par le juge instructeur, dans le texte d’origine.

38  AGA, Alcalá de Henares, lettre de José Martín Prat du 15 mai 1939 présentée comme élément à décharge, dossier d’Eduardo Gil y Santiago, (5)1.32/16200-12.

39  AGA, Alcalá de Henares, conclusion de l’enquête par le Juge instructeur du 29 mars 1940, dossier d’Eduardo Gil y Santiago, (5)1.32/16200-12.

40  AGA, Alcalá de Henares, dossier de Bernardino Landete Aragó, (5)1.31/03997-44.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Enseignants de l’université de Madrid qui ont participé à l’UIV et qui ont été sanctionnés par le régime franquiste
Crédits Élodie Quillier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/530/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Quillier, « L’université internationale d’été de Santander : la fin d’un projet républicain et le début de l’épuration des personnels universitaires par les insurgés », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/530 ; DOI : 10.4000/framespa.530

Haut de page

Auteur

Élodie Quillier

Élodie Quillier est professeur agrégée d’espagnol. Elle prépare un doctorat à l’université de Toulouse Le-Mirail, au sein du laboratoire Framespa (UMR 5136). Ses recherches portent sur la répression au cours de la guerre civile et du régime franquiste à l'encontre des personnels universitaires de l'Université Central de Madrid. Elles se centrent sur l’étude des mécanismes, de l’ampleur et des conséquences de l’épuration et de la mise en place d'une nouvelle élite universitaire. Ce travail est basé sur des sources de première main, essentiellement des textes de loi et des documents d’archives exploités grâce à la création d'une base de données. quillier.
elodie@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org