Navigation – Plan du site
Universités à l'international

L’université de Strasbourg de 1919 à 1939 : s’ouvrir à l’international mais ignorer l’Allemagne

Françoise Olivier-Utard

Résumés

Au lendemain de la victoire de 1918, le rayonnement international fut d’emblée un objectif majeur de la réouverture de l’université française de Strasbourg. Toutes les facultés y participèrent, avec des modalités diverses. Tous les pays furent visés, sauf l’Allemagne, qui fut maintenue au ban durant toute l’entre-deux-guerres. Les étudiants étrangers vinrent nombreux d’Europe centrale et du Moyen-Orient. Les professeurs organisèrent des échanges bien au-delà des pays francophones, participèrent à des colloques et publièrent des articles dans des revues étrangères jusqu’à l’évacuation de l’université de Strasbourg à Clermont-Ferrand, en septembre 1939, qui précéda l’annexion de fait de l’Alsace-Lorraine par le Troisième Reich en juin 1940.

Haut de page

Texte intégral

1L’université de Strasbourg a une longue tradition de cosmopolitisme, car elle appartient au réseau des universités nées à la Renaissance. Toutefois, le poids de l’histoire régionale et les changements successifs de nationalité de cette zone frontalière de langue et culture germaniques pèsent sur l’institution universitaire d’une façon très différente de ce qui se passe dans les autres universités, qu’elles soient françaises ou allemandes. La première question qui se pose est de savoir qui est l’étranger et comment se font les échanges et s’opèrent les exclusions de certains pays ? Le phénomène est particulièrement marquant au lendemain de la Première Guerre mondiale, lorsque les missions de l’université strasbourgeoise conservent du modèle allemand le lien entre l’enseignement et la recherche et que la notion de rayonnement universitaire international, relativement absente dans le système allemand précédent, entraîne l’attraction d’étudiants étrangers et le développement des contacts entre universitaires. L’université de Strasbourg s’internationalise au niveau de la diffusion des savoirs aussi bien qu’au niveau de leur production.

2Les sources dont nous disposons aujourd’hui sont constituées des rapports annuels des doyens, très complets sur les événements qui ponctuent la vie universitaire, sur l’évolution des postes et les publications. Ils sont un peu moins exhaustifs sur les effectifs d’étudiants et les résultats d’examen. Les archives de l’université, qu’on croyait disparues lors de l’évacuation de l’université et du rectorat en 1939, ont été retrouvées et déposées aux archives départementales du Bas-Rhin. Ce sont de très riches documents, récemment mis à la disposition des chercheurs. Le fonds du Commissariat général d’Alsace et de Lorraine est aujourd’hui ouvert à toutes les consultations relatives aux questions universitaires. Quelques récits autobiographiques permettent de reconstituer l’atmosphère quotidienne du campus universitaire dans l’entre-deux-guerres.

1. Les étudiants étrangers

1a Attirer des étudiants étrangers à Strasbourg

  • 1  John Eldon Craig, Scholarship and Nation Building: the Universities of Strasbourg and Alsatian Soc (...)

3Les Allemands avaient construit en dix ans, de 1872 à 1882, une université très moderne à Strasbourg, essentiellement destinée aux étudiants allemands des différentes régions de l’Empire. Les autorités de Berlin tenaient des tableaux précis du nombre d’Alsaciens, de Vieux-Allemands, de Prussiens et de Badois présents à la Kaiser Universität de Strasbourg. Elles veillaient donc davantage à la mobilité universitaire allemande plutôt qu’à la présence d’étrangers si bien que l’université de Strasbourg n’était pas très impliquée dans les relations internationales1.

4Les Français arrivèrent avec une autre image de l’université. L’appel aux étrangers fut délibérément entrepris, dès la réouverture de janvier 1919 pour plusieurs raisons. Le 17 juin 1920, Alexandre Millerand, alors Commissaire général de la République (chargé des questions d’Alsace et de Lorraine auprès du Président du Conseil), dressa le tableau de la situation alsacienne à l’intention du Ministre des Affaires étrangères :

  • 2  Arch. départ. du Bas-Rhin, 1045 W 42.

« L’université de Strasbourg est organisée pour recevoir beaucoup plus d’étudiants que ne peuvent lui en fournir l’Alsace et la Lorraine. Elle se propose d’attirer à elle une partie de la clientèle qui fréquentait avant la guerre les universités allemandes, ou autrichiennes, en particulier les Sarrois et les Rhénans, qui allaient et vont encore à Bonn ; les Yougoslaves qui allaient à Insbrück et en reprendront le chemin si on ne leur donne au plus tôt de nouvelles habitudes ; les Tchécoslovaques, les Roumains et les Transylvains, enfin les Polonais, toutes nations qui ont pour la France une amitié de vieille date ; peut-être même les Ukrainiens qui cherchent depuis quelque temps notre appui. Mais dès à présent le taux de change pousse les étudiants de l’Europe orientale vers les universités allemandes et les détourne des universités françaises. Quelques avantages qu’il puisse en espérer pour le développement de son influence, le gouvernement allemand n’a pas hésité, peut-être pour modérer l’importance de cet apport, à élever dans ses universités, en particulier à Berlin, les droits d’inscription pour les étrangers. La France, qui n’a pas à redouter un semblable afflux, aurait un incontestable intérêt à faire venir à elle une élite d’étudiants slaves »2.

5Cette lettre contient la plupart des traits marquants du cosmopolitisme à venir de l’université française de Strasbourg : les contraintes d’une bonne gestion, les amitiés politiques et le rayonnement intellectuel.

6La sollicitude envers les étudiants étrangers releva d’abord de la rationalité économique. Très prosaïquement, il fallait « remplir l’université » qui était vaste, et même démesurée pour le système français de recrutement des étudiants par académie : les trois petits départements d’Alsace et de Lorraine (Haut-Rhin, Bas-Rhin et Moselle) ne pouvaient fournir à eux seuls des effectifs satisfaisants. On compta que les étrangers seraient plus faciles à attirer que les Français des autres académies, peu enclins à la mobilité. Les étudiants étrangers allaient remplir les amphithéâtres et ne furent donc pas recherchés dans le cadre d’une politique d’échanges universitaires. L’invitation était à sens unique. Les frais d’études et les droits universitaires demandés aux étrangers étaient les mêmes que ceux qui étaient demandés aux étudiants français, à ceci près que l’inscription en doctorat d’université coûtait le double de l’inscription en doctorat d’État (360 francs contre 145 à la faculté des lettres en 1924).

7La seconde raison, tout aussi clairement annoncée, fut politique. On décida de capter le public étudiant d’Europe centrale pour y contrecarrer l’influence allemande. Le projet suggéré par Millerand fut effectivement mis sur pied. Les nouveaux États nés des traités de paix ne bénéficiaient pas tous d’universités nationales constituées et Strasbourg se proposait de former les premières générations d’étudiants de ces nouveaux États. Toutefois, l’image de Strasbourg dans divers pays d’Europe centrale visés par les politiques de recrutement était quelque peu ambiguë. Vue de loin, l’Alsace n’apparaissait ni tout à fait française, ni tout à fait allemande, et provoquait des réticences. Les commentaires de certains diplomates français à l’étranger sont révélateurs. Ainsi ceux du Général Petin, attaché militaire à Bucarest, à son cousin le doyen de la faculté de droit, Beudant, le 6 juin 1920 :

  • 3  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 40.

« Pour beaucoup de gens ici, et des plus francophiles, l'Alsacien demeure un être hybride, autant allemand que français, et qui, réduit à vivre dans l'un des deux camps, préfère en définitive celui de la France où on lui fait la vie plus douce. J'ai senti qu’il [mon interlocuteur local] craint que ses jeunes gens ne retrouvent là-bas la culture germanique qu'ils veulent fuir, et qu'on ne respire pas à Strasbourg un "air de France absolument pur", pour employer son expression, qui m'a beaucoup frappé. Vous reconnaissez là bien certainement, Monsieur le Doyen, les effets de la propagande boche sur l'esprit de ces braves Transylvains »3.

8La Suisse fut un objet de méfiance, car elle risquait de détourner de Strasbourg un public potentiel anglo-saxon. Le 16 juillet 1919, Lobstein, doyen de théologie protestante, écrivit au recteur :

« Monsieur le Recteur,

  • 4  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 40.

Vous savez que l’Allemagne déploie une propagande intense pour attirer dans les universités de la Suisse allemande les étudiants anglais et américains. Les universités de Bâle, de Berne, de Zurich étant organisées d’après le système germanique, on espère qu’elles exerceront un attrait sur ceux qui allaient visiter les universités allemandes, et surtout qu’elles ramèneront peu à peu à l’Allemagne les étudiants qui en ce moment, ne sont pas disposés à prendre le chemin du pays avec lequel ils ont été en guerre. Il est de la plus haute importance d’arrêter cette émigration anglo-saxonne vers la Suisse où, sous le couvert de la neutralité, la jeunesse académique risque de tomber dans la sphère d’influence allemande »4.

9Le cas des étudiants luxembourgeois doit être mentionné à part. De nombreux liens unissaient depuis plusieurs générations l’Alsace et le Luxembourg. Le chef du gouvernement luxembourgeois, M. Reuter, avait fait ses études à Strasbourg, à Nancy et à Paris, et venait de dénoncer l’Union douanière qui liait son pays à l’Allemagne. La possibilité s’ouvrait donc de négocier des conventions particulières.

  • 5  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 27, 14 décembre 1920, et Bulletin de la Société des Amis de l’Unive (...)

« Il est un État qui touche à nos frontières et qui n’a pas d’université propre, c’est le Grand-Duché de Luxembourg. Depuis le début un contingent assez important de jeunes Luxembourgeois vient s’inscrire à Strasbourg. Ce sont surtout des étudiants en médecine et en sciences. […] Le jour où les diplômes d’une ou plusieurs universités françaises seraient, par les autorités luxembourgeoises, déclarés équivalents aux diplômes délivrés par le Grand-duché (car le Luxembourg, s’il n’a pas d’université, a des jurys d’examen universitaires), ce jour-là, la question serait résolue le mieux du monde. [...] C’est pourquoi nous avons accepté avec empressement la proposition que nous a faite M. le doyen Beudant, de collaborer avec lui à la création, à Strasbourg, d’un « Comité de patronage des étudiants luxembourgeois »5.

10Et le doyen de reprendre la proposition du président de la Société des Amis de l’Université, de faire une campagne de presse dans les pays anglo-saxons pour faire connaître, comme le faisaient d’ailleurs les Allemands concernant les leurs, les programmes de l’université de Strasbourg. Enfin, des arguments pédagogiques militaient aussi en faveur de l’ouverture à l’étranger. Lucien Febvre, après avoir vanté les mérites de la nouvelle université, dit bien son inquiétude à Henri Berr en août 1920 :

  • 6  Lucien Febvre, Lettres à Henri Berr, présentées et annotées par Jacqueline Pluet et Gilles Candar, (...)

11« Le malheur, c’est que...nous n’avons pas d’étudiants disposés à nous suivre, je veux dire d’étudiants français. Ils n’ont qu’un souci : se procurer des peaux d’âne au meilleur compte possible. C’est pour cela que nous nous retournons vers la clientèle étrangère « sérieuse ». Si elle ne vient pas, la partie sera perdue »6.

12L’angoisse de Febvre était que le manque de motivation des étudiants français ne fasse capoter l’expérience lancée à Strasbourg. La recherche d’une élite d’étudiants poussait à l’international.

1b L’impossible relation avec l’Allemagne

13Toutefois la situation politique locale lui imposa une attitude de refus de contact avec l’Allemagne qui se révéla nuisible à l’institution et qui la différencie de toutes les autres universités françaises. Cette politique fut imposée en réaction au fort courant autonomiste né en Alsace dès le milieu des années 1920. Contre le centralisme républicain français, les autonomistes les plus modérés revendiquaient la reconnaissance de particularismes locaux, les plus extrémistes la sécession et le retour à la nation allemande. Toutes les classes sociales furent touchées. À l’université, le mouvement fut assez fort chez les étudiants. Les enseignants par contre se tinrent complètement à l’écart. Recrutés sur des critères patriotiques en 1919, ils soutenaient tous la politique nationale. Mais le Conseil d’université et les recteurs successifs imposèrent de maintenir à Strasbourg la mise au ban de l’Allemagne quand les autres universités françaises et la plupart des universités alliées renouèrent avec leurs homologues allemandes après 1928, à la suite du pacte Briand-Kellog. La question allemande resta donc centrale et taboue.

1c Un outil de propagande en direction de l’étranger : le Comité alsacien d’études et d’informations

  • 7  Françoise Olivier-Utard, « Information et propagande : le cas des universitaires de Strasbourg dan (...)

14Un outil original de propagande fut mis sur pied assez rapidement7. En 1922, fut créé le Comité alsacien d'études et d'informations dont l’objectif était « de servir par l'intermédiaire de l'Alsace les intérêts français à l'étranger, notamment dans les pays circonvoisins et d'y faire toujours mieux connaître et comprendre la France ». Son financement était assuré par des apports privés, en particulier, à ses débuts, par un don généreux d'Albert Blum, citoyen américain mais fils d'un Alsacien qui s’était exilé vers le milieu du siècle précédent. Le Comité fut placé dès sa création sous le patronage du président de la République. Il bénéficiait ainsi de l'appui des pouvoirs publics. Son président était François De Witt-Guizot, vice-président de la Croix-Rouge française. Les vice-présidents furent le recteur de l’académie de Strasbourg et le Premier président de la Cour d'appel de Colmar. Le bureau était composé d'universitaires (Edmond Vermeil de la faculté des lettres, Pierre Weiss de la faculté des sciences, Eugène Vaucher de la faculté de médecine), d'industriels et de banquiers (Robert Schlumberger, industriel à Guebwiller, René Debrix, directeur de la banque Sogénal), d'élus du Bloc national (Frédéric Eccard, sénateur ; Alfred Schisselé, conseiller général de Saverne ; Jules Wallart, président du conseil général du Haut-Rhin). Le secrétaire général du comité était un journaliste. L'université en tant qu'institution se trouvait donc directement impliquée dans une entreprise de propagande nationale plus ou moins habilement déguisée sous un nom qui n'effrayait personne et qui même donnait des garanties de scientificité et d'objectivité. Le Comité compta jusqu'à 500 membres. Il subventionna la publication d'une brochure spécialement destinée aux étudiants étrangers, vantant les avantages de l'université strasbourgeoise et de la ville, mise à jour tous les ans et distribuée à tous les inscrits. Il organisa des réceptions, des manifestations folkloriques et commémoratives, des échanges : par exemple en 1922 un séjour d'inspecteurs de l'enseignement étrangers, qui constatèrent les bons résultats scolaires de l'école française. Mais surtout, le comité organisa plusieurs missions à travers l'Europe, en 1923, 1924 et 1925. Elles étaient composées d'universitaires, d'entrepreneurs, d'élus et de journalistes. La composition du groupe qui partit en 1923 était large : François de Witt-Guizot, Jean de Leusse (député du Bas-Rhin), Jacques Peirotes (maire SFIO de Strasbourg), Alfred Schisselé (conseiller général), Marc Lucius (secrétaire général de la Chambre de Commerce de Strasbourg), Seegmuller (armateur), René Debrix (trésorier du comité et banquier) ; Robert Beudant (doyen de la faculté de droit), Louis Hackspill (chimiste de la faculté des sciences), Jacques de Lapparent (minéralogiste de la faculté des sciences), Samuel Rocheblave (historien de l'art, de la faculté des lettres) ; Ferdinand Dollinger (président de la Société des Amis de l'université) et Jules-Albert Jaeger (journaliste et secrétaire général du Comité). L'itinéraire de la première mission comprenait deux branches, la première vers l’Est, par la Suisse (Bâle, Zurich, Winterthur), puis l’Autriche (Vienne) et la Tchécoslovaquie (Bratislava, Brno, Prague), la seconde vers le nord, par Amsterdam, La Haye, Rotterdam, Utrecht, Anvers, Bruxelles, Gand, Charleroi, Liège et Luxembourg. L’année suivante, en 1924, une deuxième mission fut organisée en Europe centrale. Elle traversa l'Italie, la Yougoslavie, la Grèce, la Bulgarie, la Turquie, la Roumanie, la Hongrie, l'Autriche et la Tchécoslovaquie. Une fois encore, universitaires et représentants du monde économique se retrouvèrent côte à côte dans les réceptions et les négociations. Le lien entre science et industrie était donc clairement revendiqué et opérationnel.

15L'activité de propagande nationale en direction de l’étranger se doublait d’un objectif concernant l’Alsace : faire connaître la France aux Alsaciens. À cet effet, des ouvrages furent publiés et des séjours dans les provinces françaises furent organisés pour les étudiants. Le comité jouait ainsi un rôle international et national dans le contexte complexe et spécifique de l’Alsace.

16Une rupture se produisit ensuite. Le comité devint un outil de propagande professionnalisé. On se mit à recruter des agents de renseignement par l’intermédiaire d’une nouvelle commission : la Section de l’étranger. Les courants politiques, sociaux, économiques et culturels allemands étaient ainsi analysés à l'usage de la France. En 1932, la Section passa sous le contrôle des ministères des Affaires étrangères et de la Guerre. Les notes, désormais financées par le quai d'Orsay, n'étaient plus rendues publiques et l’université ne fut plus sollicitée.

17Les limites du système mis en place se firent sentir au bout de quelques années. En 1937, la Section de l'étranger fut remaniée de fond en comble. Une troisième période s'ouvrait pour l'université.

  • 8  Arch. dép. du Bas-Rhin, 98 AL 642.

« Après 5 années d'activité, la section de l'étranger du CAEI a été libérée de sa tutelle et constituée en une association indépendante sous le nom d'Institut d'études européennes de Strasbourg. En même temps, l'Office d'informations allemandes, dont l'origine des travaux remontait à 1923, est intégré dans l'Institut d'études européennes, dont il constitue désormais une section »8.

18L'assemblée constitutive se réunit le 14 janvier à Paris, au Musée social. Le siège social de l'Institut fut placé à Paris et son secrétariat permanent à Strasbourg. La création de l'Institut restait bien, quoique de façon différente, liée au projet initial de 1918 visant la propagande nationale des deux côtés de la frontière. Les disciplines concernées étaient cependant réduites au droit, à la littérature et la sociologie. L'Institut tarda cependant à démarrer, faute de crédits. De 1920 à 1939, l’institution universitaire avait ainsi adapté à des besoins changeants une série de dispositifs de propagande nationale.

1d La concurrence redoutée de l’Institut de Francfort

  • 9  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 144.
  • 10  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 27 (3 juillet 1926).

19L’université de Strasbourg eut à conquérir une légitimité scientifique que l’Allemagne lui contestait. En effet, en 1921 il s’était fondé à Francfort un Institut scientifique d’Alsace-Lorraine, avec sa bibliothèque et ses archives, le Wissenschlaftliches Institut der Elsass-Lothringen im Reich. Cet institut s’était constitué comme le foyer universitaire de la reconquête allemande9. Il avait pour cela recruté les deux Alsaciens qui avaient choisi de quitter une Alsace redevenue française, le théologien catholique Albert Ehrhard et le théologien protestant Gustav Adolph Anrich. Il bénéficiait aussi de la collaboration de Martin Spahn, professeur d’histoire du temps allemand, qui avait signé la Lettre des 93. Son projet était de continuer, mais en Allemagne, les travaux entrepris sur l’Alsace à la Kaiser Wilhelms Universität. Il publiait une revue annuelle. Ses travaux portaient sur des disciplines de sciences humaines comme l’histoire, la géographie ou encore la philologie. Cela irritait véritablement les collègues français, qui y voyaient une menace persistante pour le prestige de l’université française et pour qui l’Alsace-Lorraine ne devait plus constituer un objet d’étude pour les Allemands. Les tensions étaient vives, comme en témoigne le refus très ferme que Pfister opposa pour la deuxième fois en 1926 à l’historien allemand Anrich, qui avait précédemment enseigné à Strasbourg et qui demandait à avoir un accès direct à certains documents dans l’intention de faire une histoire de l’université allemande de Strasbourg : » Qu’il nous dise ce qu’il veut et nous verrons si nous pouvons lui recopier les documents »10.

20Le rayonnement de l’institut de Francfort ne représentait sans doute pas, quoiqu’on en ait dit, une grande menace pour l’université de Strasbourg, mais il était relayé par d’autres commentateurs. Ainsi Wilhelm Kapp, qui avait été professeur à Strasbourg écrivait-il au lendemain de la réouverture de l’université française :

  • 11  Henri Berr, « L’université de Strasbourg vue d’Allemagne », Revue de synthèse historique, Janvier- (...)

« L’université de Strasbourg n’est plus. Il y a en moins dans le monde un foyer de culture allemande de grand style. C’est, en tout cas, abstraction faite des autres préjudices nationaux, une perte pour le monde de la civilisation, de la culture spirituelle. Il y a bien encore aujourd’hui une Université de Strasbourg ; mais ce sont des maîtres français qui enseignent en français et qui préparent avec des méthodes françaises les élèves aux examens français. Ce genre d’activité n’a rien à voir avec une Université allemande, avec l’esprit qui y règne, – d'universalité et de liberté scientifiques. C’est, en réalité, une institution d’esprit français, qui ne peut servir que le génie français. Mais plus cette nouvelle création se développe dans son caractère français, plus les regards se tournent vers ce qui a été... »11.

21Kapp opposait donc les deux caractères des universités allemande et française, selon le point de vue habituel : l’université allemande pratiquant la Lehrfreiheit, (liberté laissée à l’enseignant de définir un intitulé de cours) et la Lernefreiheit (liberté laissée à l’étudiant de choisir un enseignement) alors que l’université française fonctionnait sur des programmes nationaux. Du point de vue intellectuel, l’avantage allait à l’Allemagne qui poussait les enseignants à faire des cours en liaison directe avec leur recherche et qui encourageait les étudiants à choisir des cours originaux et à passer d’une université à l’autre.

1e Des formations adaptées aux étrangers

22L’université se lança dans plusieurs initiatives destinées à satisfaire une clientèle étrangère. Elle institua dès 1919 des doctorats d’université, plus facilement accessibles aux étrangers que les doctorats d’État et surtout susceptibles d’être rédigés dans une autre langue que le français. Toutes les facultés, y compris celles de théologie, entreprirent cette démarche.

23L’université eut à cœur de fournir aux étrangers la possibilité de suivre non seulement les cursus normaux mais aussi d’accéder à des diplômes spécifiquement conçus pour répondre à leurs demandes. Les facultés firent des offres diverses : celle de pharmacie par exemple proposa un diplôme spécial de pharmacien en deux ans, réservé aux étrangers, calqué sur l’ancien diplôme allemand et adapté aux exigences des pays étrangers concernés. Ce dispositif lui permit de doubler ses effectifs. La faculté des lettres mit en place des certificats pour les étrangers et des cours de vacances en langue française et langue allemande. Cela draina des étudiants anglo-saxons, qui furent plus de 4 000 entre 1920 et 1939 à venir chercher ce type de diplôme. L’existence d’un institut de littérature comparée à Strasbourg fut aussi l’occasion pour certains étudiants étrangers de travailler sur leur littérature nationale. La faculté des sciences ouvrit aux étrangers les filières d’ingénieurs créées en son sein en chimie, en géologie et en physique du globe. Ces écoles, originales dans le système universitaire français avaient l’avantage de fournir une formation professionnelle de haut niveau en liaison avec la recherche et l’industrie. Elles étaient très recherchées par les étudiants alsaciens et français. Les étudiants, français ou étrangers qui se portaient candidats à ces écoles étaient sélectionnés sur dossiers, non sur concours. Ils devaient avoir validé précédemment deux années d’université. L’École Nationale Supérieure du Pétrole et des Combustibles Liquides (la seule en France) attira de nombreux étudiants roumains, car la Roumanie possédait des gisements de pétrole et n’avait pas d’université pour former ses ingénieurs. L’institut de Physique du globe et l’institut de Géologie formèrent des ingénieurs géologues et ingénieurs sismologues. La faculté de droit créa en 1922 un institut de droit comparé avec trois sections, germanique, luxembourgeoise, slave et balkanique, dans lesquelles pouvaient s’inscrire les étudiants étrangers. La faculté de médecine proposa des certificats spécialisés que les étudiants étrangers pouvaient passer sans rechercher la totalité du diplôme de médecin.

1f Les effectifs

24Les étudiants étrangers représentèrent assez rapidement près du tiers de l’effectif total des inscrits. Parmi eux les filles représentaient autour de 10 % (sauf en médecine, où elles étaient un peu plus nombreuses, comme le montre le graphique ci-dessous).

  • 12  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 27.

25Les facultés des sciences, de médecine et de pharmacie rivalisèrent dans l’attraction des étrangers. Les étrangers étaient nombreux dans les filières de formation d’ingénieurs, en particulier les Roumains à l’École du pétrole. Ils représentaient aussi près de la moitié des effectifs étudiants en pharmacie et en théologie catholique. Les théologiens de rite orthodoxe venaient en effet se former à Strasbourg depuis que les écoles russes dans lesquelles ils allaient autrefois avaient été fermées après la révolution bolchevique12.

26Si l’on veut analyser sur une année particulière la répartition des origines, voici le groupe des 73 étrangers présents à la faculté des sciences en 1936 qui se répartissent ainsi : 65,7 % viennent d’Europe centrale, des pays slaves et balkaniques (et notamment de Roumanie et de Pologne), 16,4 % sont originaires d’Europe occidentale, 11 % du Proche-Orient (particulièrement d’Égypte), 5,4 % d’Europe du Sud, 1,3 % d’Amérique latine.

27On constate une forte majorité d’étudiants d’Europe centrale et l’absence totale d’Anglo-Saxons. Les Allemands sont très marginaux. Il s’agit vraisemblablement de réfugiés ou de Sarrois. Si l’on considère la répartition par sexe, on s’aperçoit que la présence des femmes est non négligeable. En effet, sur les 73 étrangers, il y a 16 femmes, c’est-à-dire presque un tiers. Il est vraisemblable que les filles ont profité d’une situation plus favorable pour elles en France que chez elles, soit que les universités n’existaient pas, soit qu’un numerus clausus ait visé les juifs.

Figure 1

Figure 1

Effectifs des étudiants français et étrangers de 1918 à 1939

Figure 2

Figure 2

Effectifs d’après les chiffres des rapports des doyens

Figure 3

Figure 3

Les étudiants étrangers de la faculté des sciences de Strasbourg (1918-1939)

Figure 4

Figure 4

Les étudiants étrangers de la faculté de médecine de Strasbourg (1918-1939)

Figure 5

Figure 5

Les étudiants étrangers de la faculté des lettres de Strasbourg (1918-1938)

Figure 6

Figure 6

Les étudiants étrangers de la faculté de droit de Strasbourg (1918-1939)

Figure 7

Figure 7

Les étudiants étrangers de la faculté de théologie protestante de Strasbourg (1918-1939)

Figure 8

Figure 8

Les étudiants étrangers de la faculté de théologie catholique de Strasbourg(1918-1939)

1g De l’enthousiasme à la xénophobie

28Fernand Baldensperger, professeur de littérature comparée à la faculté des lettres, qui avait lui-même beaucoup voyagé dans sa carrière, dirigea dès 1920 un Bureau d’accueil des étudiants étrangers. Il se préoccupa de faire connaître l’université de Strasbourg aux nouveaux arrivants par un bulletin d’une centaine de pages destiné à aider les étudiants dans leurs démarches, leurs cursus et leurs loisirs. À côté de l’éventail des diplômes accessibles, on y trouve la liste des monuments à ne pas manquer, celle des théâtres, des salles de concert et des salles de sport à fréquenter. Les relations publiques et la « communication » furent donc un souci précoce des instances universitaires strasbourgeoises en direction des étudiants étrangers accueillis.

  • 13  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 27.

29Les facilités de logement et de restauration faisaient aussi partie des points forts de l’université strasbourgeoise. Le Foyer Gallia (plus d’une centaine de chambres) et le restaurant universitaire étaient ouverts aux étrangers depuis leur création, en 1920. Des foyers confessionnels existaient aussi (catholique, protestant, orthodoxe). La faculté de théologie catholique s’arrangea pour que soient mis à la disposition des clercs étrangers plusieurs foyers d’une vingtaine de chambres. Les étudiants russes émigrés furent particulièrement choyés, pour des raisons politiques, y compris par la société civile. En mars 1925, par exemple, l’entreprise de combustibles Chatel et Dollfus fit savoir à la Société des Amis de l’Université qu’elle offrait un lot de charbon pour les étudiants russes blancs qui avaient fui leur pays depuis l’arrivée des bolcheviks au pouvoir13.

30Toutefois, au fil des ans, la vie quotidienne des étudiants étrangers se dégrada. À partir de 1932, la hausse des prix réduisit leur pouvoir d’achat et beaucoup d’entre eux renoncèrent à faire des études à Strasbourg. Certains pays instaurèrent un contrôle des changes qui rendait quasiment impossible le financement des études à l’étranger. Les effectifs chutèrent dans toutes les facultés. Les filles furent les premières touchées.

31Le contexte politique international pesa lourdement sur l’université. On assista à la montée marquée de la xénophobie, surtout de l’antisémitisme. Le mouvement fut national mais eut quelques caractères particuliers à Strasbourg en raison du contexte linguistique. En 1935, les étudiants français de la faculté de médecine manifestèrent pour exiger que les étrangers ne soient pas admis à faire leurs études à Strasbourg. Il s’agissait de défenses corporatives : la concurrence des étudiants juifs allemands, qui fuyaient le régime nazi et demandaient leur admission à l’université de Strasbourg, était vue comme une menace pour les Alsaciens, de même que celle des juifs d’Europe centrale qui subissaient les effets du numerus clausus dans leur pays. Ces étudiants se trouvèrent à Strasbourg en butte à des réactions hostiles de leurs camarades étudiants et parfois d’une partie du corps enseignant. La hantise du « chômage intellectuel » planait sur les étrangers comme sur les Français :

  • 14  Henri Tronchon, « L’université de Strasbourg et l’étranger », L’Alsace depuis son retour à la Fran (...)

« L’inquiétude qu’en tous les pays du monde l’avenir direct des professions libérales inspire aux familles et ceux qui peuvent conseiller la jeunesse et la mettre en garde : on sait à quels déboires l’expose dès maintenant, notamment dans certains États de l’Europe septentrionale ou balkanique, le trop grand nombre des diplômés universitaires, à qui leur patrie n’est pas en mesure d’assurer une situation »14.

  • 15  Arch. dép. du Bas-Rhin 98 AL /0415, et 98 AL 687.
  • 16 Arch. dép. du Bas-Rhin  98 AL 687.

32L’atmosphère générale de la ville se dégrada. Les étudiants de droit et de médecine lancèrent des mots d’ordre de grève pour protester contre la présence des étrangers. Leur campagne fut très violente dans son ton15. On se mit à dire aussi que les étudiants étrangers étaient une menace contre l’ordre public. Une douzaine d’expulsions d’étudiants étrangers furent prononcées par le tribunal de Strasbourg. Les procédures administratives entamées dès 1935 mais dont les dossiers avaient traîné furent accélérées en 1938. Étaient visés les « agitateurs » étrangers, tous juifs d’Europe centrale. Les archives fournissent un dossier détaillé du cas de l’étudiant de médecine roumain Haimovici16. Une lettre du doyen Forster datée du 30 août 1935, le qualifie de « très bon sujet », affecté à la clinique infantile en 1933 et à la clinique médicale A en 1935, tête de liste des deux concours de l'internat et de l'externat. Comme cet étudiant devait quitter la France pour faire son service militaire en Roumanie, le doyen suggéra que le mieux serait que « son retour [en France] ne devrait plus lui être facilité ». Haimovici se défendit le 21 septembre 1935 en avançant qu’il ne cherchait pas à s'immiscer dans les affaires françaises. Il était président de l'Union générale des étudiants roumains, vice-président de l'union générale des étudiants roumains à l'étranger et avait l’intention de rentrer s’installer dans son pays, une fois sa formation achevée. Sa démarche fut vaine. Il ne fut pas renouvelé dans son poste pour 1935-1936 et fut même refoulé à la frontière.

33La présence d’étudiants étrangers à Strasbourg ne fut pas un phénomène marginal, mais au contraire un objectif important et recherché jusqu’au milieu des années 1930. Mais la vie quotidienne de ces étudiants subit de plein fouet la dégradation de la conjoncture économique et les progrès du fascisme en Europe. Les étudiants juifs d’Europe centrale eurent à subir doublement des discriminations, dans leur pays d’origine et dans leur pays d’accueil. C’est un fait qui n’a jamais été souligné à Strasbourg. L’administration universitaire participa à la propagation de la xénophobie antisémite en Alsace.

2. Les universitaires et l’international

34La production et la diffusion de connaissances fut le deuxième axe de la politique de relations internationales de l’université de Strasbourg redevenue française.

2a Les postes français à l’étranger

35Plusieurs professeurs obtinrent des détachements dans des institutions françaises à l’étranger. Ce furent surtout des archéologues. En 1925, Pierre Roussel fut nommé directeur de l’École française d’Athènes et Gabriel devint directeur de l’Institut français d’Istanbul. Des fouilles furent entreprises à Byblos par Pierre Montet, à Séleucie par Paul Perdrizet, à Palmyre par Albert Gabriel. La grande fouille de Tanis fut lancée par Pierre Montet à partir de 1928. Le juriste Guillaume Camerlynck fut nommé directeur de l’École de droit de Hanoi de 1934 à 1939.

2b Les missions d’enseignement à l’étranger

  • 17  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 1.

36L’activité internationale des professeurs de l’université de Strasbourg fut très régulière et variée. Les pays francophones proches, tels que la Belgique et la Suisse, figurèrent très tôt au tableau des destinations, mais les pays non francophones ne furent pas négligés. La maîtrise des langues étrangères avait en effet constitué un critère de sélection des nouveaux professeurs. Dans un pays germanophone comme l’Alsace, on s’était posé la question des compétences linguistiques en allemand. Une note du rectorat signalait que sur les 143 nouveaux nommés en 1919, « tous comprennent l’allemand, la plupart le parlent 17 ». L’anglais semble avoir été bien maîtrisé aussi puisque dès la première année des professeurs se rendirent dans des pays anglo-saxons pour y donner des conférences. Selon les facultés, les centres d’intérêt variaient. La médecine se tourna plus rapidement que les autres vers les États-Unis, à l’exemple du chirurgien René Leriche qui renforça les contacts avec ses collègues américains, du nord comme du sud. Ce fut un tournant dans les manières de pratiquer la chirurgie. Le professeur de médecine Masson fut délégué en 1927 pour une mission d’enseignement de dix ans au Canada.

  • 18  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 39.

37L’Europe centrale fut l’objet de nombreuses missions, notamment en Tchécoslovaquie fréquentée par des professeurs venant de toutes les facultés. La coopération fut étroite : en 1922, Marcel Nast (droit) fit des conférences à Prague, Brno et Bratislava, puis en 1923 Christian Ehrhardt et Robert Will (théologie protestante). En 1924 Christian Pfister (histoire), Charles Brouilhet (droit) et Louis Hackspill (chimie) firent partie de la mission. En 1924 Émile Terroine (physiologie) donna 17 conférences à Prague et Brno. Il fut suivi en 1925 par Maurice Gignoux (géologie). En 1926 Pierre Weiss (physique) se rendit à Prague. En 1927/28 Maurice Fréchet (mathématiques) ainsi que des théologiens protestants. En 1930 ce fut le tour de Lucien-Marie Pautrier (dermatologie). La même année Roux (droit) participa au colloque international de droit pénal de Prague. En 1932 Henri Weiss (École du pétrole) se rendit au Congrès de Prague. En 1935, le juriste Robert Redslob fit un cycle de conférences en Lituanie, en Lettonie, en Estonie et en Finlande18.

38Les professeurs s’orientent également vers des destinations plus lointaines. Plusieurs juristes (Albert Chéron et Jean Radouant de 1929 à 1935, Gaston Caby et Gaston Stéfani de 1936 à 1952) participèrent ainsi à la fondation de l’école de droit du Caire et y furent détachés pendant plusieurs années.

39Les grands congrès internationaux furent très fréquentés par les Strasbourgeois, en particulier celui d’Oslo, en 1927, où se rendirent des historiens, des philosophes, des théologiens et des juristes. On peut dire qu’à peu près toutes les universités du monde (sauf les universités allemandes, encore une fois) accueillirent des enseignants de Strasbourg, y compris celle de Shanghai qui accueillit Christian Ehrhardt (théologie protestante).

Figure 9

Suisse

16

Belgique

16

Italie

13

Espagne

9

Grande-Bretagne, Pays-Bas

6 chacun

Tchécoslovaquie

5

Indochine, Suède

3 chacun

Luxembourg, Pologne, USA, Liban

2 chacun

Allemagne, Canada, Danemark, Égypte, Finlande, Grèce, Groenland, Roumanie, URSS, Yougoslavie

1 chacun

Missions de professeurs français à l’étranger ou dans l’Empire de 1919 à 1939

2c Les invitations de professeurs étrangers

40L’université développa également une politique d’invitations, dont bénéficièrent surtout des Américains, dès la réouverture de 1919. Il faut rappeler qu’il existait à Paris un comité universitaire américain, l’American University Union in Europe, qui organisait systématiquement des séries de conférences dans les universités françaises à l’occasion du séjour en France de leurs ressortissants. Il y eut environ 35 Américains de passage à Strasbourg, toutes disciplines confondues, entre 1920 et 1935. Le doyen de la faculté des sciences Paul-Thiébaud Muller écrivit dans son rapport annuel de 1922 :

  • 19  Rapport annuel des doyens, op. cit., 1922/1923, p. 81.

« M. Frazer nous a montré en trois conférences illustrées par de nombreuses projections, les efforts accomplis aux États-Unis pendant la guerre et depuis, dans les usines chimiques dont il nous a dépeint quelques traits caractéristiques. Une quatrième conférence fut consacrée à la chimie technique aux États-Unis. Une cinquième conférence sur le service chimique de guerre aux États-Unis avait attiré un public nombreux, formé de personnalités militaires et de chimistes »19.

41Puis viennent les Belges avec 25 conférenciers, et les Suisses avec 12 invités. La Grande-Bretagne envoya 8 professeurs, la Roumanie 6, les Pays-Bas 5. Les autres pays furent à peu près tous représentés par une ou deux unités. Les invitations se faisaient ainsi sur une base de réciprocité.

  • 20  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 4.

42Les étrangers firent également des dons pour la création de prix et pour les bibliothèques : James Hyde, de New-York, fonda un prix annuel de 1 000 francs pour le meilleur mémoire concernant les rapports entre les États-Unis et la France. Mme Vesta Channon fonda en 1923 une American Library à la faculté des lettres de Strasbourg, qui compta bientôt plus de 3 000 ouvrages. Albert Blum, citoyen américain descendant d’Alsaciens, fit en 1926 un don de 10 000 francs pour un centre de documentation20. Il fonda aussi pour cinq ans, quatre bourses de 400 dollars destinées à aider les chercheurs scientifiques. Les sociétés savantes des pays slaves se préoccupèrent de fournir des ouvrages. Le gouvernement polonais fonda et rétribua à partir de 1928 un lecteur de polonais, de même que la République tchécoslovaque à partir de 1929 un lecteur de tchèque.

2d Les Docteurs Honoris Causa

43La remise de distinctions honorifiques fut un autre moyen de rayonnement international. Le titre de Docteur Honoris causa fut attribué à des personnalités de Grande Bretagne (19), de Belgique (13) et des États-Unis (11). On peut souligner que les relations de l’université avec l’étranger ne se faisaient pas seulement sur la base de la francophonie, puisque deux pays anglophones se classent dans le trio de tête. Par ailleurs, quatre Américains figurent dans les nommés en 1919, ce qui montre l’attirance nette que représentait le courant universitaire du nouveau monde, un peu aux dépens de l’Europe. Les pays alliés furent honorés, mais aussi l’URSS et le Japon. Une fois encore, l’Allemagne fut exclue. Les noms proposés n’étaient pas toujours ceux d’enseignants. Plusieurs personnalités politiques figurèrent au palmarès, comme Mazaryk, président de la République tchécoslovaque en 1920, ainsi que son successeur Bénès en 1922, la reine Marie de Roumanie en 1924 et le roi Fouad Ier d’Égypte, en 1932. Il y eut au total 80 personnes décorées, provenant de 19 États.

44Liste des docteurs Honoris causa de l’université de Strasbourg de 1920 à 1939

Grande-Bretagne: 19 (Lord Reay, Archibald Geikie, Edmund Gosse, Wiliam Osler, Rudyard Kipling, James Frazer, W. Maddock Bayliss, Ernest Henry Starling, John Newport Langley, H. Turner, Sherrington, G. H. Nutalli, Wickham Steed, William Young, Henri Head, Burnham, Th. Morrisson, Archibald Young, Neville Chamberlain)

Belgique : 13 (le cardinal Mercier, Henri Pirenne, P. Frederick, Brachet, Léon Frédéricq, Dupriez, Carton de Wiart, J.-B. Bordet, Leclère, Lavallée-Poussin, Auguste Piccard, le roi Albert 1er, Bessemans)

États-Unis: 11 (Butler, A. L. Lowell, Charles Haskins, Barret Wendell, Flexner, M. J. Loeb, W. H. Welch, W. H. Cushing, W. Cannon, Albert Blum, Elliott Cuttler)

Italie : 6 (Guglielmo Ferrero, Pio Rajna, Sciajola, Volterra, Edoardo Perrangito, Bertoni)

Suisse : 5 (Mercier, Mariaud, Lugeon, Fleiner, Gonin)

Portugal : 4 (Affonso Costa, Eugenio de Castro, Da Costa Lobo, Amzalak)

Roumanie : 3 (la reine Marie, Mrazec, Jorga)

Suède : 3 (Morwinckel, le comte Ehrensvärd, Andrae Tor)

Pologne : 2 (Siedlecki, Ignace Moscicki)

Danemark : 2 (Christopher Nyrop, Edvard Ehlers)

Espagne : 2 (Santiago Ramon y Cajal, Cabrera)

Pays-Bas : 2 (Salverda de Grave, Pieter Zeeman)

Tchécoslovaquie : 2 (Masaryk, Bénès)

Égypte : 1 (le roi Fouad)

Grèce : 1 (Politis)

Japon : 1 (Anesaki)

Luxembourg : 1 (Reuter)

URSS : 1 (Vladimir Ipatieff)

Yougoslavie : 1 (Novacovic)

2e La participation à des cérémonies officielles

  • 21  Cette plaque se trouve aujourd’hui dans la galerie du Palais universitaire, sur le mur de la salle (...)

45L’université eut aussi des activités plus traditionnelles. Au lendemain de la guerre, dans le monde entier, les manifestations qui célébraient tantôt la réouverture, tantôt l’anniversaire de certaines universités furent organisées avec beaucoup de solennité. Souvent, l’invitation se faisait en latin, la réponse de même. Les drapeaux et les bannières étaient déployés. L’université de Strasbourg envoya ainsi des délégués à l’inauguration de l’université de Cluj en Roumanie en 1920, aux États-Unis, en Belgique en 1929 pour le centenaire de l’université de Bruxelles. En 1922, 12 étudiants tchécoslovaques, conduits par le professeur Drtina, vinrent à Strasbourg rappeler le souvenir de la protestation tchèque de 1872 contre les professeurs de l’université allemande de Prague qui avaient envoyé des délégués à l’inauguration de l’université impériale de Strasbourg. Ils déposèrent même une plaque commémorative dans la salle de lecture des périodiques du Palais universitaire21.

2f Les missions de recherche à l’étranger : le rôle de la Fondation Rockefeller

46La Fondation Rockefeller apporta un soutien financier important pour le développement des recherches à un niveau international. Non seulement elle permettait des cumuls de salaire, mais elle pouvait donner l’occasion de partir pour une destination que l’université de Strasbourg n’aurait pas financée pour les raisons que nous avons dites : l’Allemagne.

47Bourses Rockefeller délivrées à des universitaires strasbourgeois de 1922 à 1937

1922 : Maurice Nicloux (médecine) 3 mois aux USA,

1924 : René Wurmser (médecine), 12 mois, Suisse

1926 : Camille Van Caulaert (médecine)

1927 : René Fontaine (médecine), USA

1927-1928 : André Koszul (anglais) à Harvard comme exchange-professor

1929 : Charles Killian (botanique), Suède

1929 : Alfred Weiss (médecine), 3 mois, USA

1930 : Edouard Chatton (botanique), 6 mois, USA

1932 : Pierre Grabar (médecine), GB

1932 : Edmond Vermeil (allemand), 6 mois, Allemagne

1933 : Georges Sadron (physique), 14 mois, USA

1933-1934 : René Capitant (droit), fellow envoyé en Allemagne pour un an,

1934 : Charles Oberling (médecine), 6 mois, USA

1934-1935 : Henry Laufenburger (économie) en mission d’enquête sur les instituts de conjoncture en GB et Italie, en partie avec fonds Rockefeller

1935 : Henry Laufenburger (économie), 6 mois, Allemagne

1936 : Jacques Benoit (médecine), 12 mois, USA

1937 : Pierre Grabar (médecine), USA

1935 : Henry Laufenburger (économie), 6 mois, Allemagne

1936 : Jacques Benoit (médecine), 12 mois, USA

1937 : Pierre Grabar (médecine), USA

Sur 19 boursiers, on constate une bonne répartition entre les disciplines scientifiques (9 en médecine, 5 en sciences) et celles des sciences humaines et sociales (5).

48On pourrait ajouter à cette liste les noms de quatre professeurs de l’université de Strasbourg ayant bénéficié d’une bourse pendant leurs études parisiennes :

1926 : André Weil (mathématiques), 12 mois, Allemagne

1928 : Albert Kirrmann (chimie), 12 mois, Allemagne

1929 : Georges Gurvitch (sociologie), 24 mois, Allemagne et Italie

1930 : Henri Maresquelle (botanique), 12 mois, Allemagne

1930-1931 : Jean Cavaillès (philosophie), 12 mois, Allemagne

49On constate à la lecture de ces tableaux que, d’une certaine façon, les contacts entre les savants alsaciens et allemands n’avaient pas été totalement coupés.

2g Les associations internationales

50Les chercheurs avaient intérêt à adhérer à des associations internationales qui leur permettaient d’entrer dans des réseaux disciplinaires élargis, ce que la plupart fit, d’autant plus que Strasbourg fut le siège de quelques unes, comme le bureau central de l’association internationale de séismologie qui fut maintenu à Strasbourg quand celle-ci redevint française. Son nouveau secrétaire général en 1922 fut Edmond Rothé, directeur strasbourgeois de l’institut de physique du globe. Son appartenance à l’Association l’amena à participer aux conférences de Madrid en 1924, de Prague en 1927, de Stockholm en 1930 et de Lisbonne en 1933. En 1931, il fut invité à la première réunion internationale du conseil de l’Institut séismologique de l’Académie des sciences de Léningrad. Le physicien Henri Weiss participa, quant à lui, à la Commission électrotechnique internationale, qui se réunit dans diverses villes européennes : Bellagio, Stockholm, La Haye. Plusieurs autres collaborateurs, chimistes et physiciens de l’École nationale supérieure du pétrole, eurent l’occasion de participer aux conférences concernant les huiles isolantes, à la World Power Conference de Berlin en 1930, au World Petroleum Congress de Londres en 1931 et 1933. Toutes ces commissions débordaient le cadre des universités et avaient des retombées économiques directes importantes.

2h Les publications

51La diffusion des connaissances produites se faisait essentiellement par les publications, la course aux brevets n’ayant pas encore cours. La première grande publication était en général la thèse. Rappelons que la législation française concernant des doctorats d’État imposait depuis la loi de 1923, l’envoi de la thèse imprimée à de nombreuses universités étrangères, ce qui était un moyen d’assurer le rayonnement de la science française à l’étranger.

52Ainsi en 1924, l’université avait-elle envoyé 44 exemplaires de thèses dans vingt pays différents, presqu’exclusivement européens, dont l’Allemagne, si l’on excepte quatre envois aux États-Unis et un en Argentine. Rien n’est envoyé en Asie qui disposait pourtant de grandes universités.

53En dehors des thèses, les chercheurs strasbourgeois publient certes essentiellement en français dans des revues françaises, mais ils sont quand même très nombreux à produire des articles en anglais dans les grandes revues scientifiques de leur discipline. C’est vrai pour les scientifiques, mais aussi pour les littéraires, mais dans une moindre mesure.

2i La politique d’achat des bibliothèques

  • 22  Rapport des doyens, 1923/1924, p. 107.

54La question des bibliothèques se posa en termes de constitution de fonds et d’organisation du prêt international. Des dons de doubles furent régulièrement faits à l’université de Louvain, dont la bibliothèque avait été incendiée pendant la guerre. La faculté des lettres, qui avait mis sur pied une véritable maison d’édition, envoya ses ouvrages à plusieurs universités, dont celle de Coïmbra, de Jérusalem, ou à l’Institut français de Vienne etc. Certaines bibliothèques d’institut reçurent des dons importants de citoyens américains comme ceux de Mme Vesta Channon, qui fit parvenir en 1923, 3 000 ouvrages pour constituer une bibliothèque américaine à la faculté des lettres afin « de faire aimer l’Amérique »22.

55Le prêt international fonctionna assez rapidement. Un rapport spécialement consacré à cette question fut demandé en 1934. Il en ressort que cette année-là, 121 colis d’imprimés furent envoyés à l’étranger, principalement en Europe de l’Ouest et notamment en Allemagne, en Belgique et en Suisse.

56En sens inverse, 43 colis furent reçus de l’étranger, là encore d’Europe de l’Ouest et principalement d’Allemagne. Le fait que des colis allemands aient été si nombreux peut surprendre. Privés de contacts officiels, les chercheurs échangeaient entre eux de très nombreux tirés à part et faisaient parvenir leurs ouvrages à la bibliothèque. On soulignera que la question linguistique ne se posait pas pour la plupart des Alsaciens.

57La bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg envoya aussi des documents en 1933 pour le Congrès international des historiens de Varsovie. Elle organisa une Exposition d’art guarani en 1934, sous le patronage de l’ambassade du Brésil en France. Le directeur de la bibliothèque de Strasbourg, Ernest Wickersheimer, médecin de formation et historien de la médecine, participa à des colloques et visita des bibliothèques aux États-Unis, en particulier celles de New-York, Boston, Chicago, Washington et Baltimore en 1933. Il fut autorisé à se rendre dans celles de Munich et d’Iéna : il y avait plus de souplesse dans les liens avec l’Allemagne au niveau des institutions satellites de l’université. Il visita aussi la bibliothèque de Vienne.

Conclusion

58L’université de Strasbourg redevenue française se reconstitua en partie grâce à son ouverture sur l’étranger. Administration, étudiants et professeurs furent appelés à participer à l’effort de rayonnement de la France au-delà des frontières. Toutefois, les relations internationales de l’université de Strasbourg furent commandées par des considérations de politique locale. On observe un décalage entre deux lignes politiques : celle de la France, marquée par la reprise des relations entre les universitaires français et allemands à partir de la deuxième moitié des années 1920 et celle de la région alsacienne, marquée par une forte méfiance vis-à-vis de l’Allemagne dans un contexte régional de crise politique et de revendications autonomistes. Les contacts, pourtant nécessaires entre chercheurs français et allemands, furent clandestins. L’université de Strasbourg y perdit beaucoup. Les étudiants strasbourgeois, quant à eux, n’eurent pas les facilités qu’avaient leurs homologues parisiens et provinciaux pour se rendre dans les prestigieuses universités allemandes. Toutes les disciplines furent touchées et pénalisées. S’il avait été étudiant à Strasbourg, Jean Cavaillès, philosophe et mathématicien, n’aurait jamais pu aller se former à Göttingen et n’aurait jamais édité la correspondance de Dedekind. L’institut d’études germaniques de Strasbourg assista à son dépassement par celui de Paris parce qu’il avait peu de contact avec l’Allemagne : les lecteurs d’allemand n’étaient pas des Allemands mais des Français, les chercheurs allemands n’étaient pas « invitables » à Strasbourg. La situation géographique de Strasbourg la plaçait dans une vitrine qui par bien des aspects se trouva être aussi une cage.

59Ces réserves faites, l’activité internationale de l’université de Strasbourg se manifesta tôt, en direction des Amériques, de l’Europe centrale et du Proche-Orient. Une géographie universitaire nouvelle se dessinait.

Haut de page

Notes

1  John Eldon Craig, Scholarship and Nation Building: the Universities of Strasbourg and Alsatian Society, 1870-1939, The University of Chicago Press, 1984, appendix B, p. 357.

2  Arch. départ. du Bas-Rhin, 1045 W 42.

3  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 40.

4  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 40.

5  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 27, 14 décembre 1920, et Bulletin de la Société des Amis de l’Université, n° 5, janvier 1922, p. 13, n° 6, décembre 1922, p. 108.

6  Lucien Febvre, Lettres à Henri Berr, présentées et annotées par Jacqueline Pluet et Gilles Candar, Paris, Fayard, 1997, p. 80.

7  Françoise Olivier-Utard, « Information et propagande : le cas des universitaires de Strasbourg dans l'entre-deux-guerres », in J.-M. Utard et D. Georgakakis (dir.) : Sciences et médias, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 61-75.

8  Arch. dép. du Bas-Rhin, 98 AL 642.

9  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 144.

10  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 27 (3 juillet 1926).

11  Henri Berr, « L’université de Strasbourg vue d’Allemagne », Revue de synthèse historique, Janvier-juillet 1922, p. 2-6.

12  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 27.

13  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 27.

14  Henri Tronchon, « L’université de Strasbourg et l’étranger », L’Alsace depuis son retour à la France, Strasbourg, supplément, édité par le Comité alsacien d’études et d’informations, 1937, p. 77.

15  Arch. dép. du Bas-Rhin 98 AL /0415, et 98 AL 687.

16 Arch. dép. du Bas-Rhin  98 AL 687.

17  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 1.

18  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 39.

19  Rapport annuel des doyens, op. cit., 1922/1923, p. 81.

20  Arch. dép. du Bas-Rhin, 1045 W 4.

21  Cette plaque se trouve aujourd’hui dans la galerie du Palais universitaire, sur le mur de la salle Fustel de Coulanges.

22  Rapport des doyens, 1923/1924, p. 107.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Effectifs des étudiants français et étrangers de 1918 à 1939
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 2
Légende Effectifs d’après les chiffres des rapports des doyens
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3
Légende Les étudiants étrangers de la faculté des sciences de Strasbourg (1918-1939)
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/515/img-3.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 4
Légende Les étudiants étrangers de la faculté de médecine de Strasbourg (1918-1939)
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/515/img-4.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure 5
Légende Les étudiants étrangers de la faculté des lettres de Strasbourg (1918-1938)
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/515/img-5.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 6
Légende Les étudiants étrangers de la faculté de droit de Strasbourg (1918-1939)
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/515/img-6.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 7
Légende Les étudiants étrangers de la faculté de théologie protestante de Strasbourg (1918-1939)
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/515/img-7.png
Fichier image/png, 54k
Titre Figure 8
Légende Les étudiants étrangers de la faculté de théologie catholique de Strasbourg(1918-1939)
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/515/img-8.png
Fichier image/png, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Olivier-Utard, « L’université de Strasbourg de 1919 à 1939 : s’ouvrir à l’international mais ignorer l’Allemagne », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/515 ; DOI : 10.4000/framespa.515

Haut de page

Auteur

Françoise Olivier-Utard

Françoise Olivier-Utard est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Strasbourg. Elle travaille au sein du Bureau d’Économie théorique et appliquée (UMR 7522). Ses recherches portent sur l’histoire des institutions scientifiques, la science et l’innovation, l’histoire sociale. Elle a notamment publié Politique et Archéologie ; Histoire de la Délégation archéologique française en Afghanistan, 1922–1982, ERC, Paris, 2003, 450 p ; » L 'université de Strasbourg dans l'entre-deux-guerres : un cosmopolitisme nécessaire », dans Y. Bettahar et Fr. Birck (dir), Étudiants étrangers en France, L'émergence de nouveaux pôles d’attraction au début du XXe siècle, PUN, 2010, p. 57-71 ; » Les facultés de théologie de Strasbourg », Raison présente, n° 149/50, 2005, Une laïcité pour l’avenir, p. 79-94., « La dynamique d'un double héritage », Entreprises académiques, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 148, juin 2003, p. 20-33, « Les conventions entre le CNRS et l’université de Strasbourg : une expérience pionnière », La revue pour l’histoire du CNRS, n° 11, 2004, p. 52-65. Elle est collaboratrice du Dictionnaire biographique du mouvement social. Elle a édité Instits, profs et syndicats en Alsace, Contribution à l’histoire du syndicalisme de l’enseignement public dans l’académie de Strasbourg, Almémos, BF Éditions, 2008.
folivier@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org