Navigation – Plan du site
Universitaires en mobilité

Un exemple de rayonnement universitaire occidental en Europe centrale et orientale : étude de cas sur les enseignants français embauchés à l’université roumaine de Cluj après 1919

Ana-Maria Stan

Résumés

Cet article analyse une part importante de la présence universitaire française à l’étranger dans la première moitié du XXe siècle, voire l’aide apportée au développement scientifique et institutionnel des universités d’Europe centrale après le nouveau tracé des frontières et les changements politiques intervenus dans la région à la fin de la Première Guerre mondiale. Il s’agit d’une étude de cas sur la carrière des universitaires français qui sont venus travailler à l’université roumaine de Cluj, en Transylvanie, institution qui ouvrit ses portes à partir de 1919. On retrace, à l’aide de courts portraits, le parcours professionnel de quatre enseignants français pendant leur séjour en Roumanie, à Cluj, et leurs interactions avec ce pays d’accueil.

Haut de page

Texte intégral

1À l’automne 1919 fut signé l’acte de naissance de la troisième université de l’État roumain, celle de Cluj, ville nichée au cœur de la Transylvanie. Le désir de voir fonctionner une Alma Mater roumaine en Transylvanie était ancien et se précisa avec force après les bouleversements révolutionnaires de 1848.

2Mais c’est à la fin de la Première Guerre mondiale que le nouveau contexte géopolitique, social et culturel de l’Europe permit enfin d’accomplir ce vieux rêve. La victoire de l’Entente envers les Pouvoirs Centraux représenta la dernière phase dans la désintégration des empires multinationaux européens et euro-asiatiques (Autriche-Hongrie, Empire Ottoman, Empire Tsariste) et aboutit à des traités de paix qui changèrent dramatiquement les frontières de l’Europe centrale et Orientale. L’État national roumain, formé en 1859 par l’union de la Moldavie et de la Valachie et transformé en royaume depuis 1881, réussit enfin à englober dans sa structure toutes les provinces habitées majoritairement par des Roumains, en doublant presque sa surface géographique. La nouvelle Roumanie, surnommée la Grande Roumanie, fut crée en plusieurs étapes : le 27 mars/7 avril 1918 les représentants politiques de la Bessarabie votèrent l’union de cette province avec la Roumanie ; le 18/28 novembre 1918 les représentants politiques de la Bucovine décidèrent aussi l’union avec la Roumanie ; enfin, le 1er décembre 1918, les délégués des Roumains votèrent à Alba Iulia l’union de la Transylvanie avec la Roumanie. Après ces décisions historiques, les autorités roumaines prirent graduellement le contrôle de ces territoires et s’installèrent dans tous les rouages de l’administration locale.

  • 1  Détails sur la prise de contrôle sur l’université hongroise de Cluj et le processus de création de (...)

3La ville de Cluj devint alors l’un des centres académiques officiels roumain, poursuivant et développant la tradition de l’ancienne université hongroise François-Joseph, qui y avait fonctionné de 1872 à 1918. Les Roumains placèrent sous leur autorité tous les bâtiments de cette institution (salles de cours, bibliothèque, hôpitaux, foyers estudiantins) et recrutèrent un nouveau corps d’enseignants, capable et disposé d’enseigner dorénavant en langue roumaine1.

  • 2  Décret royal no 4090 de 12 septembre 1919, publié dans le Moniteur Officiel.

4Ce fut donc une « nationalisation » de l’université fondée par les Hongrois à Cluj, processus sanctionné par le décret royal du 12 septembre 1919 (n° 4090), signé par le roi Ferdinand 1er de Roumanie, qui stipula « qu’à partir du 1er octobre 1919, l’université hongroise de Cluj se transformait en université roumaine »2.

5Cette nouvelle institution définit graduellement sa spécificité. L’identité de l’université roumaine de Cluj allait se construire par des rapports d’opposition avec la période hongroise, avec l’objectif de dépasser ses réalisations scientifiques et pédagogiques, et en même temps par des relations comparables – fraternelles et amicales – avec des établissements universitaires occidentaux.

6Si la vieille division hongroise en quatre facultés distinctes – droit, sciences, lettres et médecine – resta néanmoins en place, elle fut constamment enrichie et développée. L’enjeu majeur pour la nouvelle université roumaine consista, bien évidemment, à trouver la meilleure organisation possible en matière d’enseignement et de recherche pour s’imposer sous la scène européenne, tout en valorisant son caractère national (voire de latinité). Il fallait aussi intégrer l’enseignement universitaire de Cluj dans les standards utilisés par les autres universités qui fonctionnaient déjà en Roumanie – celles de Bucarest et d’Iassy –. Ces deux établissements avaient été organisés plutôt sur le modèle académique français, que sur le modèle germanique, qui prévalait dans l’Empire austro-hongrois.

7Un processus semblable à celui de Cluj se déroulait également à l’époque en Bucovine. Dans cette province existait depuis 1875, à Czernowitz, une université de langue allemande. Suite à l’union de la Bucovine avec la Roumanie, l’université allemande de Czernowitz fut elle aussi transformée en université roumaine par le décret royal du 12 septembre 1919 (n° 4091).

8La métamorphose institutionnelle universitaire à Cluj, ou à Czernowitz n’avait rien d’aisé. Le gouvernement roumain comprit rapidement qu’une aide étrangère lui faciliterait la tache et pour la résoudre on fit appel en priorité à la France. Cet article propose une étude de cas sur la manière dont l’hexagone participa, grâce à ses professeurs, au développement de l’enseignement universitaire roumain à Cluj après 1919, en se focalisant sur les activités des professeurs français, employés comme membres permanents et titulaires dans le corps des enseignants de l’université roumaine de Cluj pendant l’entre-deux-guerres. Il convient d’ailleurs de faire une nette distinction entre ceux qui furent recrutés sous contrat de longue durée et à plein temps et ceux qui ont simplement effectué des séjours de moyenne ou de courte durée et assuré des cours ou des conférences à l’université – catégorie qualifiée ici de « professeurs de passage ». Leurs actions et leur influence ont en effet été bien différentes.

9Dans un premier temps, nous analyserons les fondements diplomatiques et législatifs qui ont permis l’arrivée et l’emploi des universitaires français à Cluj. Puis, nous étudierons l’activité que les enseignants français ont déployée à Cluj, leurs rapports avec la communauté académique locale et leur influence sur l’essor de la vie universitaire locale.

  • 3  Mândruţ, Stelian – « Consideraţii privind relaţiile internaţionale interbelice ale Universităţii d (...)

10Ce travail de recherche s’appuie d’abord sur des fonds d’archives françaises et roumaines, ainsi que sur des témoignages et des publications laissés par les protagonistes français de cette aventure ou par leurs proches collaborateurs. L’historiographie du sujet est malheureusement limitée. S’il existe en Roumanie différents ouvrages sur le développement institutionnel des universités ou sur le phénomène de la pérégrination universitaire des Roumains vers l’Occident, il n’y a pas encore de grande synthèse dédiée aux relations universitaires internationales de la Roumanie pendant les xixe et xxe siècles. Jusqu’à présent, les relations internationales de l’université roumaine de Cluj n’ont fait l’objet que de trois articles généraux – deux études écrites par le professeur Petre Sergescu en 1937 et 1944 et une autre signé par Stelian Mândruţ en 19963. Dans son étude de 1937, Sergescu dresse le premier et le seul bilan des contacts universitaires franco-roumains d’après 1919 (enseignement, visites, titres de docteur honoris causa et surtout publications et recherches communes), tandis qu’en 1944 il met l’accent sur la participation roumaine à la vie scientifique internationale (conférences, publications, distinctions, etc.), sans oublier de mentionner la présence des Français à Cluj. Pour sa part, Stelian Mândruţ analyse le développement des relations internationales de l’université, détaillant ensuite les rapports avec la Hongrie

11De notre côté, à partir de 2005, nous avons commencé à étudier en détail les mécanismes utilisés par la France pour développer ses relations scientifiques avec l’université de Cluj et les différents types de contacts qui ont pu être établis. Cet article à pour ambition l’analyse comparée et approfondie des parcours professionnels des enseignants français qui ont vécu et travaillé à l’université roumaine de Cluj pendant l’entre-deux-guerres.

1. Les prémisses de la collaboration franco-roumaine à l’université roumaine de Cluj

  • 4  Sur les négociations universitaires franco-roumaines de 1917 à 1919 et la visite de la mission Luc (...)
  • 5  Universitatea din Bucureşti,Facultatea de Ştiinţe, Memoriul Consiliului profesoral relativ la Inst (...)

12Les discussions sur le futur développement du système éducatif roumain avaient déjà été entamées à partir de 1917, à Paris, par une délégation d’universitaires roumains venus en débattre avec leurs homologues français. Après maintes séances, on décida d’un commun accord que le gouvernement français enverrait dans les universités roumaines des spécialistes, pour y enseigner la langue, la civilisation et la culture françaises, et également certaines disciplines scientifiques pour lesquelles la Roumanie ne disposait pas encore de suffisamment de professeurs qualifiés4. Il s’agissait en fait d’introduire dans l’organisation des universités roumaines, principalement au sein des facultés des sciences, un enseignement des sciences techniques et appliquées – en priorité dans les domaines de la chimie et de la physique –, en imitant le modèle développé en France depuis le début du xxe siècle (création des instituts et des cours de spécialité comme ceux de Jean Villey dans son École Supérieure de Perfectionnent Industriel de Paris ou des physiciens Paul André Marie Janet et Charles Fabry à la Sorbonne)5. Le but était de mettre le système universitaire roumain en phase avec celui de l’Occident. L’autre raison de l’intérêt roumain pour une collaboration universitaire franco-roumaine résidait justement dans la prochaine organisation de nouvelles universités roumaines, dans les territoires récupérés – Transylvanie et Bucovine –, pour lesquelles on devait fournir beaucoup de cadres titulaires, formés de la même manière que ceux de Bucarest et d’Iassy.

13En février 1919, un procès verbal adressé conjointement aux ministres de l’Éducation nationale de Roumanie et de France résuma ainsi la situation des négociations :

  • 6  Bibliothèque de l’Académie Roumaine Bucarest, Manuscrits, Archive dr. Constantin Angelescu, XIV/va (...)

« Par suite de l’organisation des universités de Cluj et de Czernowitz, l’activité d’un certain nombre des professeurs des facultés de Bucarest et de Iassy sera appelée à se déployer provisoirement dans ces centres universitaires des provinces récupérées. Il faudrait donc que la France, qui par ses victoires a rendu possible la réalisation de l’unité roumaine prêtât son appui à l’effort du développement de la culture roumaine, en envoyant un certain nombre de ses docteurs et de ses agrégés qui, étant considérés comme chargés de mission et détachés provisoirement de leurs cadres, conserveraient néanmoins tous leurs droits à l’avancement et aux promotions »6.

14Après seulement quelques mois, en mai 1919, un autre rapport, rédigé cette fois-ci par une mission d’experts français arrivés à Bucarest spécialement pour analyser les besoins du remaniement de l’enseignement universitaire roumain, notait :

  • 7  Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), Fonds Bucarest légation, carton 154, fol. 8. R (...)

« La Mission française a eu la satisfaction de constater le plein accord avec elle des représentants de l’administration et des universités roumaines sur le rôle que doit jouer l’enseignement de la langue française dans l’enseignement roumain réorganisé. Le français y sera considéré, non pas seulement comme une langue d’usage pratique, mais essentiellement comme une langue de culture intellectuelle et de culture morale, jouant dans l’éducation roumaine un rôle analogue à celui des langues mortes dans l’enseignement classique français ; la culture française s’ajoutera ainsi, en Roumanie, dans l’enseignement à forme classique, à la culture latine et remplacera celle-ci dans l’enseignement sans latin »7.

15À partir de ces bases généreuses, les Roumains allaient établir des demandes spécifiques pour leurs institutions respectives, chaque Sénat universitaire ayant la liberté de se prononcer sur les postes à pourvoir par des Français, en fonction des particularités locales. Après une étape de centralisation de ces demandes, la liste finale allait être transmise à Paris. Dès lors, la sélection des candidats et leur embauche pouvaient démarrer.

  • 8  Ibidem, f. 15-16.
  • 9  Ibidem, f. 14.

16Au printemps 1919 à Cluj, le long processus d’organisation de la nouvelle université roumaine ne faisait que commencer, mais on avait déjà identifié une partie des domaines disciplinaires où la présence des spécialistes français s’imposait. Ainsi, à la faculté des lettres, on décida de faire fonctionner (tout comme à Bucarest, à Jassy et à Czernowitz), une chaire de littérature française. Un lecteur « en état d’enseigner l’histoire de la langue française » devait en prendre la responsabilité. Les autorités universitaires de Cluj souhaitaient en particulier l’associer « au travail du dictionnaire de l’Académie roumaine pour la rédaction des définitions françaises. Il serait donc utile qu’il eût une certaine compétence lexicologique. Le travail auquel il serait associé entraînerait d’ailleurs pour lui une rétribution particulière ». En outre, on désirait embaucher un Français pour « un poste de professeur de langues romanes »8. Les facultés de sciences et de médecine, n’avaient pas encore présenté de demandes spécifiques, mais à Cluj, comme dans les autres centres universitaires roumains, on avait reconnu le besoin « d’obtenir l’aide de la France en vue de la réalisation d’établissements commerciaux et industriels pour la vente, la construction et la réparation des instruments de laboratoire, des appareils de précision et l’approvisionnement des produits chimiques et pharmaceutiques »9.

  • 10  Voir André Godin, Une passion roumaine, Histoire de l’Institut Français de Hautes Études en Rouman (...)

17La signature, le 15 juin 1919, de la « Convention relative au recrutement, au statut et au traitement du personnel universitaire mis par le gouvernement français à la disposition du gouvernement roumain », entre Constantin Angelescu, le ministre roumain de l’Éducation, et Lucien Poincaré, recteur de l’université de Paris, avança l’affaire, en établissant le premier cadre légal et institutionnel pour le bon déroulement de la coopération franco-roumaine. Ce document, connu dans les milieux académiques sous le nom de « Convention Angelescu-Poincaré », stipulait que les autorités de Paris accordaient aux Roumains un prêt de 1 450 000 francs, remboursable en 1923, pour embaucher, à partir de l’année scolaire 1919-1920, dans les universités et les écoles roumaines, des spécialistes français. On créa aussi une structure spéciale permanente, nommée Mission Universitaire Française en Roumanie. Dirigée au début par l’inspecteur scolaire Charles le Téo, elle était chargée de la coordination de l’activité des futurs enseignants français ; elle supervisait les rapports des professeurs français et des institutions employeuses et surveillait l’épineuse question des salaires. (Après la création de l’Institut Français de Hautes Études en Roumanie en 1924, la Mission Universitaire Française en Roumanie fut subordonnée à l’Institut et le directeur de l’Institut détint aussi la charge de chef de la Mission Universitaire)10.

18La Convention du 15 Juin 1919 permit à la partie française de se concentrer en priorité sur la Transylvanie. En effet, d’après le Quai d’Orsay, cette province était alors dans une situation historique comparable à celle de l’Alsace et de la Lorraine au moment de leur retour dans le giron de la France. Les observations du représentant diplomatique de la France en Roumanie, le comte de Saint-Aulaire, après son voyage en Transylvanie à l’automne 1919, ne firent que confirmer cette perception, puisqu’il note :

« Mes observations personnelles m’ont confirmé dans l’idée, d’ailleurs générale ici, que la Transylvanie étant l’élément le plus pur, le plus fort et le plus homogène de la Grande Roumanie, est appelée à y jouer bientôt le rôle dirigeant. Le maintien et le développement de notre prépondérance dans la nouvelle Roumanie dépendent donc, en grande partie, de ce que nous ferons pour cultiver les ardentes sympathies de la Transylvanie. […] Nous ne devons donc rien négliger pour consolider et développer notre influence en Transylvanie :

  • 11  Archives du ministère des Affaires étrangères de France, Paris, (AMAEF), Fond Z-Europe 1918-1940, (...)

1. au point de vue universitaire, il y a lieu de choisir avec le plus grand soin et d’envoyer le plus tôt possible les professeurs qui nous ont été demandés pour l’université de Cluj. J’ai visité cet établissement et j’ai été étonné de son importance. Par son installation matérielle, par la richesse de sa bibliothèque, de ses laboratoires, de ses collections scientifiques, etc., cette université l’emporte sur la plupart de nos universités de province et peut être comparée aux mieux organisées d’entre-elles, celles de Nancy ou Grenoble par exemple. Les Hongrois avaient décidé d’en faire une citadelle de la magyarisation et pour y réussir n’avaient épargné aucun sacrifice. Les clefs de cette citadelle nous sont aujourd’hui offertes par les Transylvains qui s’en sont emparés, mais qui ne disposent pas du personnel nécessaire pour en faire un foyer de culture latine. Cette position maîtresse doit donner à nos professeurs le moyen non seulement de s’emparer de la direction intellectuelle de la nouvelle génération, mais encore de faire rayonner, par les sciences appliquées et l’enseignement technique, notre influence dans tous les domaines de la vie économique […] »11.

  • 12  Petre Sergescu « Les relations franco-roumaines à l’université de Cluj », Revue de Transylvanie, t (...)

19Les enjeux étaient donc à la fois scientifiques, sociaux, politiques et économiques. L’université représentait un instrument puissant pour introduire l’influence française, voire occidentale, dans une province anciennement située sous le contrôle des pouvoirs centraux (c’est à dire de l’Empire austro-hongrois). Le modèle culturel et l’organisation sociale de type germanique fonctionnant en Transylvanie devaient être remplacés par les étalons français, déjà bien présents et fonctionnels dans le royaume de Roumanie (surtout à Bucarest). Cela était nécessaire pour intégrer et uniformiser les différentes régions de la Grande Roumanie, en renforçant les valeurs latines des Roumains. En outre, à Cluj, la présence des universitaires français était considérée comme un facteur destiné à « accroître par leur enseignement, le prestige de l’université [roumaine] »12. Les ressources économiques de la Transylvanie devaient également passer sous le contrôle de l’État roumain et des compagnies étrangères occidentales, dans cette zone clé, véritable tampon entre la Russie soviétique, l’Allemagne et les autres États de la région, vaincus lors de la Première Guerre mondiale.

  • 13  Sextil Puşcariu, Memorii, Bucureşti, Editura Minerva, 1978, p. 393.

20La conception du comte de Saint-Aulaire correspondait largement aux idées qu’avaient les universitaires roumains chargés de la sélection des spécialistes étrangers prévus pour se joindre au corps enseignant de l’université de Cluj. Dans un premier temps, la question des professeurs français fut examinée par la Commission universitaire, présidée par le grand professeur roumain Sextil Puşcariu, futur recteur de l’université de Cluj entre 1919-1920. Cette Commission fut l’organisme clé du processus d’organisation de la nouvelle université roumaine de Cluj, décidant tout au long de l’été et de l’automne 1919 des règles de fonctionnement de l’institution et du choix des personnes qui allaient assumer les responsabilités éducatives et administratives. Sextil Puşcariu avait vite compris que trouver « des candidats aptes ou prometteurs en Roumanie », afin de pourvoir toutes les chaires et assurer l’enseignement dans les disciplines scientifiques dispensées à Cluj, s’avèrerait difficile13. Il déclara donc que la Commission qu’il présidait avait décidé de faire appel 

  • 14  Ibidem, p. 405. La traduction de la citation nous appartient.

 « […] à l’aide de nos Alliés, prêts à nous appuyer une nouvelle fois, en nous envoyant leurs spécialistes, au moins pour quelques années, jusqu’au moment où, sous leur direction, de jeunes gens capables de les remplacer, sortiraient de nos rangs. Pour ne pas créer trop de difficultés aux auditeurs, il serait bien que les professeurs étrangers soutiennent leurs cours si possible dans la même langue et que nous fassions appel à leur aide surtout pour des études qui soient le plus possible démonstratives et expérimentales »14.

  • 15  Archives nationales, Direction Départementale Cluj (ANDJC), Fonds Université de Cluj, vol. Procès (...)

21Une fois que les cours eurent débuté en novembre 1919, et que les autorités universitaires furent élues, le rectorat et le sénat universitaire reprirent l’examen de la question des enseignants étrangers. Le 7 décembre 1919, une circulaire signée par le recteur Puşcariu informa la faculté des sciences que « la Commission universitaire s’était prononcée en faveur de l’emploi des professeurs français aux chaires de physique générale, de chimie biologique et de chimie physique » et demanda une estimation sur le nombre d’étudiants capables de suivre l’enseignement en langue française15. Des circulaires similaires furent aussi envoyées aux trois autres facultés de l’université de Cluj – lettres, droit et médecine – et chacune d’entre elles précisa ses doléances et ses observations sur le sujet.

  • 16  Émile Racoviţă (1868-1947) fut un biologiste et spéléologue roumain, père-fondateur de la biospélé (...)
  • 17  Jean Cantacuzène (1863-1934) fut un médecin et un bactériologue roumain, membre de l’Académie (192 (...)
  • 18  Dimitrie Pompeiu (1873-1954), mathématicien roumain, ayant fait ses études universitaires et de do (...)
  • 19  Constantin Levaditi (1874-1953) futun médecin et microbiologiste roumain, naturalisé français. Il (...)
  • 20  Voir dans ce sens la correspondance en français d’Émile Racoviţă, publiée dans Gheorghe Racoviţă, (...)

22Après à la centralisation de toutes les réponses, le sénat universitaire décida par l’arrêté n° 835 du 15 décembre 1919 de créer un comité de quatre personnes pour résoudre tous les détails concernant l’embauche des professeurs français à Cluj. Les membres de ce comité restreint – les professeurs et les chercheurs Émile Racoviţă16, Jean Cantacuzène17, Dimitrie Pompeiu18 et Constantin Levaditi19 étaient des personnalités de premier rang de la science roumaine. Formés tous les quatre dans les universités françaises, surtout celle de Paris, à la fin du xixe siècle, ils avaient également travaillé durant de longues années en France – soit à l’Institut Pasteur dans le laboratoire d’Elie Metchnikoff (Levaditi et Cantacuzène), soit dans le laboratoire Arago à Banyuls-sur-Mer, en fait une station de biologie marine subordonnée à l’époque à la Sorbonne (Émile Racoviţă). Leurs liens étroits avec le monde académique français et leurs contacts personnels auprès des plus hautes autorités universitaires et gouvernementales de Paris et de Bucarest assurèrent le succès de leur mission. Mais il leur fallut plus de deux années (de 1919 à 1921 et même jusqu’en 1922) pour faire aboutir les négociations et faire finalement venir à Cluj le plus grand nombre possible spécialistes français20. Ce long délai s’explique par plusieurs raisons : d’un côté la grande instabilité politique de la Roumanie où, entre novembre 1918 et janvier 1922 cinq gouvernements se succédèrent ; de l’autre la situation économique, sociale et géopolitique de toute l’Europe, qui ne s’était pas encore totalement remise des effets de la Première Guerre mondiale.

  • 21  Lettre d’Émile Racoviţă à Jean Cantacuzène, janvier 1920, dans Gheorghe Racoviţă, Ana-MariaStan, o (...)

23D’après Émile Racoviţă et ses collègues, en 1919 il était question de faire embaucher environ une dizaine de Français : « les 10 professeurs pour [l’université de] Cluj doivent être recrutés parmi les jeunes ayant déjà produit mais en pleine période de production »21. Les difficultés de l’époque, mentionnées ci-dessus, firent brutalement réduire ce nombre et seulement quatre candidats achevèrent les discussions avec la partie roumaine.

2. Portraits des professeurs français à Cluj, entre intégration et/ou rejet. Les enjeux des interactions scientifiques, culturelles et personnelles

24Chacun des professeurs français qui accepta de venir finalement à Cluj et se joindre au corps professoral de l’université roumaine, en tant qu’enseignant à plein temps, illustra à sa façon les capacités de rayonnement de la science et de la culture française à l’étranger. Leurs trajets professionnels et personnels en Roumanie représentent également autant d’exemples d’un cursus académique d’envergure « globalisée » ou bien « européanisée » avant l’heure, où on peut retrouver des enjeux et des problèmes d’une actualité surprenante.

25Nous allons donc ébaucher dans ce qui suit quelques courts portraits de la première génération de ces universitaires français, ceux employés juste après 1919, afin d’analyser leur contribution à la coopération culturelle et scientifique franco-roumaine de l’entre-deux-guerres et d’éclairer aussi des chapitres moins connus de leurs vies. Ces études de cas complèteront donc le grand tableau de l’influence des intellectuels français sur l’Europe du xxe siècle.

2. a. Yves Auger (1893- ?)

  • 22  Lettre d’Emmanuel de Martonne à Émile Racoviţă, 14 novembre 1921, dans Gheorghe Racoviţă, Ana-Mari (...)

26Premier professeur de langue maternelle française à enseigner le français à l’université de Cluj, Yves Auger arriva en Transylvanie, avec tout l’enthousiasme de ses 28 ans. Il avait déjà derrière lui une belle carrière puisqu’après être passé par l’École Normale Supérieure, avoir obtenu la licence ès lettres de la Sorbonne en 1913 et un Diplôme d’Études Supérieures en 1914, il entama un stage de recherche et d’enseignement à l’Institut Français de Florence, auprès du professeur Julien Luchaire. En 1919, Auger obtint son agrégation et ensuite Luchaire fut celui qui, en novembre 1921, réussit à convaincre son ancien disciple de venir à Cluj22.

  • 23  « Limba şi literatura franceză la Universitatea din Cluj. Dl Yves Auger - noul profesor », Patria, (...)

27Auger y arrive en décembre 1921, salué par la presse locale, qui le présente de façon élogieuse et exhorte « les amateurs de littérature française à se hâter pour assister au plus grand nombre à ses cours », ouverts non seulement aux étudiants, mais aussi au grand public et dont l’horaire bi-hebdomadaire serait annoncé publiquement23.

  • 24  Anuarul Universităţii din Cluj, anul 1922-1923, Cluj, Imprimeria dr. Bornemisa, 1924, p. 111, 119.

28Pendant ses premières années d’activité, il donna des cours sur les écoles et les doctrines littéraires du xixe siècle, sur Racine et sur la grammaire historique. Ces cours hebdomadaires d’une heure étaient complétés par deux heures hebdomadaires de travaux dirigés. En sus de son enseignement, Auger participa également à diverses festivités destinées à célébrer les grandes dates de la culture française, comme la fête du tricentenaire de la naissance de Molière, célébrée à l’initiative de la faculté de lettres de Cluj en septembre 192324.

  • 25  Dossier personnel d’Yves Auger, CADN, Fonds Consulat de Cluj, carton 7.

29De caractère jovial, Auger s’habitua rapidement à l’atmosphère universitaire de Cluj et aux coutumes de la vie roumaine et il fut vite promu directeur du séminaire de la langue française. Passionné par la chasse et grand pêcheur, il acquit, à travers ses randonnées, une connaissance profonde de la Roumanie. Il se lia également d’amitié avec plusieurs de ses collègues roumains, dont il traduisit certains ouvrages en français, ainsi qu’avec des membres de la colonie française de Cluj, comme le consul de France, avec lequel il partagea souvent les truites qu’il avait pêchées25.

30Selon son propre témoignage, datant de 1931, au moment de la commémoration du centenaire de l’introduction de la langue française dans l’enseignement public roumain, Auger se sentait chez lui à Cluj et parfaitement à l’aise dans l’environnement culturel roumain :

  • 26  Yves Auger, « Sur quelques aspects des rapports intellectuels franco-roumains », Commémoration du (...)

« Lorsque j’arrivai à Cluj, ignorant de votre pays et de sa langue, j’ai vite senti, à l’accueil qui m’était fait, après avoir fait la connaissance de mes collègues et de mes élèves, que je n’étais pas vraiment sur une terre étrangère, et qu’on peut être à la fois très loin et tout près de sa patrie. Neuf ans ont passé depuis lors et maintenant, lorsque je dis chez moi, je ne sais plus au juste s’il s’agit des bords de l’océan ou des rives du Someş. Tant et de si forts liens m’attachent à vous que je sens que je ne pourrais les briser sans un déchirement […] j’ai eu le loisir de connaître votre pays, que j’ai parcouru en tous sens, et d’apprendre votre langue, et à mesure que je m’initiais à votre littérature, j’étais de plus en plus frappé des caractères communs qu’elle présente avec la notre. […] L’étude des œuvres françaises a été pour beaucoup de vos écrivains ce qu’a été celle de l’Antiquité classique pour les hommes de la Renaissance ; non pas un instrument d’imitation servile, mais un moyen d’enrichir le génie national »26.

  • 27  CADN. Fonds Consulat de Cluj, carton 7, dossier personnel d’Yves Auger, et ANDJC, Fonds Université (...)
  • 28  Conseil National pour l’étude des archives de la Securitate (CNSAS), Bucarest, Roumanie. Dossier p (...)

31Son contrat d’embauche comme enseignant titulaire de la chaire de langue française à l’université de Cluj, signé initialement pour une durée de seulement cinq ans, fut sans surprise renouvelé par les autorités françaises et roumaines en 1926, ensuite en 1931, 1935 et même en 194127. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il partagea donc le sort de l’université roumaine de Cluj. Les frontières de la Transylvanie furent bouleversées par l’arbitrage de Vienne de 30 août 1940, qui redonna la ville de Cluj, ainsi que la partie nord de la Transylvanie, à la Hongrie. Par conséquent, les Roumains ont dû quitter Cluj en grand nombre et l’université roumaine se partagea en deux : les facultés de lettres, médecine et droit se réfugièrent à Sibiu et celle de sciences à Timişoara. Auger arriva donc à Sibiu et c’est là, durant ces années sombres de la guerre, qu’il continua à enseigner, tout en déployant une activité soutenue en faveur de la résistance gaulliste28. Il ne quitta la Roumanie qu’en 1948, au moment où les nouveaux maîtres communistes du pays décidèrent de mettre fin à l’activité de l’Institut Français de Roumanie et, par conséquent, de faire cesser la Mission Universitaire Française.

2. b. Jules Guiart (1870-1965)

  • 29  Valeriu Bologa « Profesorul Jules Guiart – Cu prilejul aniversării a 60-a a naşterii sale » dans C (...)

32Parmi les Français engagés sous contrat dans le corps des enseignants titulaires de l’université de Cluj, on trouve encore le Pr. Guiart, spécialiste de parasitologie, d’histoire naturelle et d’histoire de la médecine à la faculté de médecine et de pharmacie de Lyon. Guiart avait étudié la médecine et les sciences naturelles à Paris, décrochant son doctorat en médecine en 1896 et celui ès sciences naturelles en 1901. En 1894, il commença sa carrière à la faculté de médecine de l’université de Paris, comme préparateur de zoologie, et monta toutes les marches de la carrière universitaire, pour devenir en 1901 professeur agrégé d’histoire naturelle. En 1906, on l’appela à la chaire de parasitologie et histoire naturelle de la faculté de médecine et pharmacie de Lyon, où en 1920 il y devint aussi conservateur du musée d’histoire de la médecine et donna les premiers cours dans cette discipline29.

  • 30  Jules Guiart « Institutul de Istoria medicinei şi farmaciei şi de folclor medical », extrait de Cl (...)
  • 31  Apud Gheorghe Racoviţă, A şti sau a nu şti. Adevărurile vieţii lui Emil Racoviţă, Bucureşti, Editu (...)
  • 32  Valeriu Bologa, op. cit., p. 334.

33Guiart accepta sans aucune hésitation l’invitation faite par Émile Racoviţă et Jean Cantacuzène de venir enseigner à Cluj, même s’il ne connaissait rien des conditions établies pour les professeurs français en mission en Roumanie. Ses motifs étaient simples : « je fus trop heureux de servir certains excellents amis et pouvoir connaître un pays que j’avais envie de voir depuis longtemps »30. En effet, il connaissait Racoviţă depuis 188931 et l’épisode des négociations sur son embauche à l’université roumaine mérite d’être raconté : en 1920 Émile Racoviţă visita Guiart, qui était alors alité, à Lyon. Le professeur roumain informa son vieil ami qu’une université roumaine avait commencé à fonctionner à Cluj, et qu’on voulait lui créer une plus grande réputation que celle obtenue par l’ancienne université hongroise, qui y avait existé précédemment. Guiart était prié d’apporter son aide à cette ambitieuse entreprise, et il se décida sur le champ de venir, oubliant tout de sa maladie32.

  • 33  Voir les numéros du journal local Înfrăţirea, Cluj,de mars à avril 1921.
  • 34  Jules Guiart, op. cit., p. 4.

34Enthousiaste, il arriva donc à Cluj en mars 1921 et se mit à préparer ses cours, tandis que l’inauguration officielle du nouvel Institut d’histoire de la médecine de Cluj eut lieu le 1er avril. Comme pour Auger, la presse locale salua la présence de Jules Guiart, allant jusqu’à publier en feuilleton sa première série de cours, dédiée à la médecine dans l’Antiquité33. Jusqu’en 1930, il revint chaque semestre d’été à Cluj, pour y donner, à raison de deux heures par semaine, un cours magistral d’histoire de la médecine, ouvert au grand public. Employant des méthodes très modernes – c’est à dire avec beaucoup de projections –, Guiart réussit à attirer « un auditoire de choix et nombreux, recruté dans et hors du monde universitaire »34.

  • 35  Ibidem, p. 6.
  • 36  Apud « Institutul de Istoria medicinei şi farmaciei şi de folclor medical », extrait de Clujul med (...)

35Dès son arrivée à Cluj en 1921, Jules Guiart prit comme assistant un jeune médecin roumain diplômé de l’université d’Iéna en Allemagne, Valeriu Bologa, qu’il forma comme son disciple. Ensemble, Guiart et Bologa œuvrèrent pour organiser un musée de l’histoire de la médecine transylvaine et roumaine, pour lequel ils réussirent à rassembler grâce à de nombreux déplacements et à de multiples donations de Roumains ou de Français un matériel considérable. Ils constituèrent ainsi jusqu’en 1925 une collection diversifiée et très précieuse d’objets pharmaceutiques, d’instruments médicaux antiques et modernes, d’estampes et de photographies. Ils y adjoignirent une bibliothèque de plus de 4 000 volumes (qui grossit jusqu’à plus 8 000 volumes jusqu’en 1930), dont les pièces maîtresses sont un manuel de médecine de 1508 écrit par Benedictus Alex Veronensis et une édition de Galien, imprimée à Bâle en 153835. Grâce au prestige de professeur Jules Guiart, l’Institut d’histoire de la médecine de l’université de Cluj devint dès janvier 1923 correspondant de la Société française de l’histoire de la médecine36.

  • 37  Valeriu Bologa,« Profesorul Jules Guiart … »,p. 335-336.

36Guiart se fit aussi remarquer par ses préoccupations en ethnographie et en anthropologie et entreprit pas moins de sept grands voyages à travers la Roumanie, pour y connaître les mœurs roumaines, les présentant ensuite dans quelques livres et plusieurs conférences organisées devant le public lyonnais37.

  • 38  Ibidem, p. 7.
  • 39  Apud Cristian Bârsu « Profile – Valeriu Lucian Bologa 1892-1971 », dans Transylvanian Review, vol. (...)

37Ce grand effort, fondateur, que Guiart déploya pour « faire de l’université roumaine de Cluj l’un des centres intellectuels les plus actifs de la vieille Europe »38 fut récompensé par son élection comme membre correspondant de l’Académie roumaine en 1924 et par sa nomination comme professeur honoraire à Cluj. Après son retour à l’université de Lyon en 1930, Guiart garda des liens étroits et amicaux avec ses anciens collègues et collaborateurs roumains, jusqu’à la fin de sa vie. Il resta d’ailleurs professeur honoraire de l’université de Cluj jusqu’en 194839, date à laquelle les communistes réformèrent en profondeur le système d’enseignement en Roumanie.

2. c. Pierre Thomas (1876- ?)

  • 40  Pierre Thomas, Titres et travaux scientifiques, Cluj, Imprimeria Ardealul, 1932, p. 1.
  • 41  Lettre de Jean Cantacuzène à Émile Racoviţă, 1er juin 1921, et lettres d’Emmanuel de Martonne à Ém (...)

38Un autre grand professeur français coopté pour œuvrer au développement de l’université roumaine de Cluj fut le biochimiste Pierre Thomas. À cette époque, Thomas s’était déjà affirmé comme un professionnel accompli. Docteur ès sciences physiques de la faculté des sciences de Paris en 1919, il travailla comme chef de travaux pour la chaire de chimie biologique de la Sorbonne de 1905 à 1922, et comme assistant à l’Institut Pasteur à partir de 191040. Malgré ce curriculum vitae impressionnant, son embauche à Cluj ne se fit pas sans difficultés à cause d’intrigues et d’oppositions, principalement liées aux origines allemandes de sa femme41. Finalement, Pierre Thomas signa avec les autorités roumaines un contrat de 10 ans, prenant effet le 1er janvier 1922, lui confiant l’organisation et la direction de l’Institut de chimie biologique de l’université de Cluj. Thomas mit deux ans à aménager le bâtiment de cet institut, baptisé « Institut Pasteur », conformément aux standards scientifiques auxquels il était habitué, grâce à l’aide de plusieurs personnes et de diverses institutions, parmi lesquelles le ministère français de l’Instruction publique ou la fondation Rockefeller. C’est donc en 1923 qu’un laboratoire de 40 places destiné aux travaux pratiques des étudiants en médecine de Cluj a pu commencer à fonctionner. Petit à petit, les deux étages de l’Institut Pasteur furent complètement organisés et une véritable structure associant enseignement et recherche fut constituée. Le professeur Pierre Thomas et ses collègues enseignaient la chimie biologique aux étudiants en médecine de la troisième année, (deux cours magistraux annuels, chacun de deux heures par semaine, et quatre heures de travaux pratiques), ainsi que la chimie alimentaire pour les étudiants en pharmacie (un semestre avec deux heures de cours magistral et quatre heures de travaux pratiques.

  • 42  Pierre Thomas, op. cit., p. 44-47.

39Pierre Thomas mena également une vaste activité de recherche, attestée par les nombreux articles publiés en Roumanie et à l’étranger, en collaboration avec ses collègues roumains. Il dirigea jusqu’en 1932, huit thèses de doctorat – une pour le doctorat ès sciences chimiques, six pour le doctorat en médecine et une autre pour le doctorat en pharmacie42. Entre 1929 et 1932 Thomas fut président de la section de Cluj de la Société roumaine de biologie.

  • 43  « Plângeri ale studenţilor universitari. Cazul profesorului Thomas », Patria, Cluj, viie année, n° (...)
  • 44  D’après Onisifor Ghibu « Universitatea din Cluj. Date statistice despre cei dintâi cinci ani de ac (...)

40Malgré cette activité scientifique intense, et contrairement à ses collègues évoqués plus haut, il ne s’intégra jamais complètement dans le milieu universitaire de Cluj ou dans la société roumaine. Déjà en 1925, une partie de ses étudiants publiait dans la presse quelques articles qui lui étaient défavorables, l’accusant de dispenser ses enseignements dans un français difficile à comprendre même par les Français, de ne pas lithographier ses cours, de discriminer aux examens tant les étudiants juifs que ceux appartenant à des minorités (c’est-à-dire hongroises) et de s’en prendre parfois également aux Roumains43. Il y avait alors en 1923-1924, à la faculté de médecine, où Pierre Thomas enseignait, 100 étudiants de confession juive sur un total de 472 étudiants inscrits dans la section médicale, et il y avait également 8 étudiants juifs sur un total de 61 jeunes qui suivaient les cours de la section pharmaceutique44.

  • 45  CADN, Fonds SOFE, carton 330. Lettre de Pierre Thomas au MAE français, 27 aout 1936.

41Thomas réussit néanmoins en 1932 à faire prolonger son contrat pour dix ans de plus, mais le conflit qui couvait reprit en force à partir de 1936. Cette fois, les critiques qui lui étaient faites émanaient des autorités universitaires roumaines, et l’antisémitisme n’était plus en cause, du moins officiellement. On lui reprochait de ne toujours pas enseigner en roumain, malgré les années passées dans le pays, de se tenir à l’écart et de n’avoir pas d’amis roumains45. En réalité, ce qui était véritablement en cause c’était le caractère de Pierre Thomas et non ses capacités scientifiques, comme le prouve un rapport diplomatique signé par le consul de France à Cluj :

  • 46  CADN, Fonds SOFE, carton 330. Rapport du consul de France à Cluj au ministre des Affaires étrangèr (...)

« ses plus grands adversaires reconnaissent qu’il faudra longtemps avant que la Roumanie puisse fournir son égal, mais son caractère l’a rendu haïssable à tout le monde. Depuis quinze ans qu’il est ici il n’a fait que moquer, critiquer, dénigrer tout ce qui était roumain. À dire vrai, ce qui était français ne trouvait pas davantage grâce devant lui […] La ladrerie de M. Thomas est également fortement critiquée et lui a fait énormément de tort »46.

42Sans détailler ici toute l’évolution de cette affaire et ses enjeux, il faut souligner un fait révélateur : la légation de France et Alphonse Dupront, chef de l’Institut Français et de la Mission Universitaire française en Roumanie, appelés en arbitres par les autorités de Paris ne défendirent pas la position du professeur Pierre Thomas (qui réfuta en bloc les accusations et se plaignit à son tour de non paiement de son salaire), mais celle des Roumains.

  • 47  Voir toute la correspondance au sujet de « l’affaire Thomas » dans CADN, Fonds SOFE, carton 330.

43La faculté de médecine de Cluj et le ministère roumain de l’Instruction décidèrent de mettre fin à leur collaboration avec Pierre Thomas à partir de 1937. Le divorce entre Pierre Thomas et l’université de Cluj fut donc brutal et tendu – le professeur trouva refuge à l’université de Lausanne, en Suisse, à partir de 193747.

2. d. René Jeannel (1879-1965)

  • 48  Jacqueline et Jean-Marie Galmiche, « René Jeannel (1879-1965), promotion 1903, professeur d’entomo (...)

44Notre étude ne serait pas complète sans le portrait du professeur René Jeannel, le fameux spéléologue et entomologiste français, qui mériterait à lui seul un article complet. Docteur en médecine en 1907, Jeannel devint l’ami indéfectible d’Émile Racoviţă en 1909, à la station de biologie marine de Banyuls où il a été nommé préparateur, tout en y préparant une thèse en sciences. Racoviţă est alors le co-directeur de la station. Cette rencontre avec le scientifique roumain fut décisive puisqu’il se tourna vers l’étude des insectes cavernicoles. Déjà en 1904 et 1905, il avait réussi à découvrir deux nouvelles espèces, auxquelles il donna son nom : Bathyscia jeanneli et Aphaenops jeanneli. C’est en 1911, que Jeannel obtint son doctorat ès sciences puis une bourse l’année suivante pour l’Institut Pasteur. Après la Première Guerre mondiale, durant laquelle il officia comme chirurgien d’ambulance, il enseigne comme maître de conférences à la faculté des sciences de l’université de Toulouse48.

  • 49  Gheorghe Racoviţă, Ana-MariaStan, op. cit., passim.

45Racoviţă et Jeannel furent les « pères fondateurs » d’une nouvelle science, la spéléologie – qui se préoccupa des formes de vie existant dans les caves et les cavernes. Ce fut donc sans états d’âme que Jeannel rejoignit son ami roumain, dans la grande aventure de l’Institut de Spéléologie de Cluj, le premier à s’ouvrir dans le monde, auprès de la faculté des sciences de l’université locale. Ensemble, Racoviţă et Jeannel explorèrent la plupart des cavernes roumaines, étudièrent en détail les espèces de faune qui y vivaient et publièrent de nombreuses études dans les revues scientifiques roumaines et étrangères, et notamment dans Biospéologica. Ils partagèrent également la direction de l’Institut de Spéléologie de Cluj, où Jeannel occupa la fonction de vice-directeur de 1920 à 1927. Il assura également, avec un succès certain, le cours magistral de biologie pour les étudiants des facultés des sciences et de médecine49.

  • 50  Anuarul Universităţii din Cluj, anul 1935-1936, Cluj, Institutul de Arte Grafice Ardealul, 1937, p (...)

46Appelé à Paris en 1927, pour fonder le vivarium du Muséum national d’Histoire naturelle, Jeannel continua à revenir régulièrement à Cluj jusqu’en 1931 pour y donner ses cours de biologie. Sa collaboration officielle avec l’université de Cluj ne cessa qu’au moment de sa nomination comme professeur d’entomologie au Jardin des Plantes. Naturellement, il resta en correspondance étroite avec son vieil ami Racoviţă et ses collègues de Cluj, qui lui firent l’honneur, en 1935, de lui accorder, tout comme à Jules Guiart avant lui, le titre de professeur honoraire de l’université. En 1928, Jeannel fut aussi récompensé pour son travail d’entomologiste et de biologiste – qui influença de manière décisive l’avancement des connaissances sur la faune cavernicole de la Roumanie – par le titre de membre correspondant de l’Académie roumaine50.

Conclusion

  • 51  Petre Sergescu « L’Université de Cluj et ses relations avec l’étranger», Revue de Transylvanie, to (...)

47L’aventure de la première génération des professeurs français employés comme titulaires à l’université roumaine de Cluj prit fin en 1937, car, à part Yves Auger, les autres avaient déjà quitté la Roumanie. Leur exemple porta néanmoins ses fruits, car ils avaient formé des disciples et incité d’autres collègues français à venir travailler à plein temps et à enseigner à Cluj – ainsi en 1925 Henri Jacquier y fut employé comme deuxième lecteur de français et le géographe Robert Ficheux se joignit en 1935, pour quelques ans, à la faculté des Sciences, plus précisément à l’Institut de Géographie. En outre, de 1919 à 1940, sur environ 144 visites temporaires d’universitaires étrangers (« les professeurs de passage »), on compta 67 hôtes français51. Il ne faut pas oublier les professeurs français qui sont restés à Cluj entre quelques semaines et quelques mois, pour y faire des cours et apporter leur aide à la mise en place des structures universitaires roumaines – tels le géographe Emmanuel de Martonne et le mathématicien Paul Montel.

48La période de 1919 à 1937 représenta donc l’un des points culminants du rayonnement culturel et scientifique français en Europe centrale et orientale. Ce qui se passa à l’université roumaine de Cluj, en Transylvanie, en constitue une illustration éloquente. Malgré des personnalités très différentes et des parcours personnels et professionnels particuliers, les enseignants français employés à Cluj ont eu un rôle décisif pour le développement de l’identité institutionnelle de cette université et ils laissèrent des traces profondes dans la communauté académique locale, qui continua à développer leur héritage scientifique tout au long de l’entre-deux-guerres. Le communisme interrompit brutalement cette tradition, qui ne fut reprise qu’après 1989.

  • 52  Nous remercions notre collègue Gabriel Marian pour la révision linguistique de l’article.

49Cela montre bien que dans le passé, tout comme aujourd’hui, la recherche est restée un travail de collaboration internationale, où le progrès et les découvertes se réalisent au delà des frontières et des difficultés économiques, politiques et sociales de tout ordre.52.

Figure 1

Figure 1

Yves Auger

Ioachim Craciun - Activitatea stiintifica la Universitatea Regele Ferdinand I din Cluj in primul deceniu 1920-1930, Cluj, 1936

Figure 2

Figure 2

Jules Guiart

Clujul medical, annee XI, 1930, n° 7

50Figure 3

Pierre Thomas

Ioachim Craciun - Activitatea stiintifica la Universitatea Regele Ferdinand I din Cluj in primul deceniu 1920-1930, 1936, a Cluj

Figure 4

Figure 4

René Jeannel

Copie numérique du Musée de l'Université de Cluj

Haut de page

Notes

1  Détails sur la prise de contrôle sur l’université hongroise de Cluj et le processus de création de la nouvelle université roumaine chez Vasile Puşcaş, University and society, Cluj-Napoca, Presa Universitară Clujeană, 1999, p. 64-115 et p. 124-129. Stelian Neagoe, Viaţa universitară clujeană interbelică, vol. I, Cluj-Napoca, Editura Dacia, 1980, p. 32-110. Onisifor Ghibu, Universitatea Daciei Superioare; Bucureşti, Atelierele Grafice Cultura Naţională, 1929, p. 27-60.

2  Décret royal no 4090 de 12 septembre 1919, publié dans le Moniteur Officiel.

3  Mândruţ, Stelian – « Consideraţii privind relaţiile internaţionale interbelice ale Universităţii din Cluj », dans Anuarul Institutului de Istorie din Cluj, Cluj, tome xxxv, 1996, p. 382-388. Et Sergescu, Petre - « Les relations franco-roumaines à l’université de Cluj », dans Revue de Transylvanie, tome iii, no 3, Cluj, Centre d’études transylvaines, 1937, p. 310-316 et « L’université de Cluj et ses relations avec l’étranger » dans Revue de Transylvanie, tome x, no 3-4, Sibiu, Centre d’études transylvaines, 1944, p. 33-50.

4  Sur les négociations universitaires franco-roumaines de 1917 à 1919 et la visite de la mission Lucien Poincaré en Roumanie voir Ana-Maria Stan « Vizita MisiuniiUniversitare Franceze în România (iunie 1919) şi semnificaţiile sale », Biserică, societate, identitate. In honorem Nicolae Bocşan, Cluj-Napoca, Presa Universitară Clujeană, 2007, p. 691-699.

5  Universitatea din Bucureşti,Facultatea de Ştiinţe, Memoriul Consiliului profesoral relativ la Institutele de ştiinţe aplicate organizate pe lângă Universităţile din Bucureşti, Iaşi şi Cluj, Bucureşti, Tipografia Jockey-Club, 1921, p. 10-13 et 17-23.

6  Bibliothèque de l’Académie Roumaine Bucarest, Manuscrits, Archive dr. Constantin Angelescu, XIV/varia 1-4, fol. 12-13. Procès verbaux des séances de la commission universitaire franco-roumaine, séance de la réunion plénière de 14 février 1919.

7  Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), Fonds Bucarest légation, carton 154, fol. 8. Rapport sur les travaux de la Mission française à Bucarest pour la réorganisation de l’enseignement roumain (mai 1919).

8  Ibidem, f. 15-16.

9  Ibidem, f. 14.

10  Voir André Godin, Une passion roumaine, Histoire de l’Institut Français de Hautes Études en Roumanie, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 9-10 et p. 25-26.

11  Archives du ministère des Affaires étrangères de France, Paris, (AMAEF), Fond Z-Europe 1918-1940, série Roumanie, vol. 41, fol. 49 v. Rapport n° 175 du 4 octobre 1919, signé par Saint-Aulaire. Document cité par Anne-Marie Cassoly « Un voyage triomphal : Saint- Aulaire en Transylvanie » dans La présence française en Roumanie pendant la grande guerre, Cluj-Napoca, Presa Universitară Clujeană, 1997, p. 177-178.

12  Petre Sergescu « Les relations franco-roumaines à l’université de Cluj », Revue de Transylvanie, tome iii, no 3, Cluj, Centre d’études transylvaines, 1937, p. 311.

13  Sextil Puşcariu, Memorii, Bucureşti, Editura Minerva, 1978, p. 393.

14  Ibidem, p. 405. La traduction de la citation nous appartient.

15  Archives nationales, Direction Départementale Cluj (ANDJC), Fonds Université de Cluj, vol. Procès verbaux de la faculté des sciences 1920-1921, fol. 3 r/v. Procès verbal de la séance extraordinaire du Conseil de la faculté de sciences, 7 décembre 1919.

16  Émile Racoviţă (1868-1947) fut un biologiste et spéléologue roumain, père-fondateur de la biospéléologie. Il fit ses études de droit et de sciences naturelles à Paris, fut président de l’Académie roumaine de 1926 à 1929. Après avoir travaillé longtemps en France à Banyuls-sur-Mer, il accepta en 1920 de venir à l’université roumaine de Cluj, où il enseigna jusqu’à la fin de sa vie.

17  Jean Cantacuzène (1863-1934) fut un médecin et un bactériologue roumain, membre de l’Académie (1925). Il fit ses études universitaires de philosophie, de sciences naturelles et de médecine à Paris. Professeur à l’université de Bucarest, fondateur de l’école roumaine de microbiologie et de médecine expérimentale, il fut l’un dessignataires roumains du traité de Trianon en juin 1920, entre la Hongrie et la Roumanie, qui reconnut l’union de la Transylvanie à la Roumanie.

18  Dimitrie Pompeiu (1873-1954), mathématicien roumain, ayant fait ses études universitaires et de doctorat à Paris. Il fut professeur aux universités de Jassy, Cluj et Bucarest et membre de l’Académie roumaine (1934). Il est le co-auteur de la formule connue dans les mathématiques sous le nom de la formule Cauchy-Pompeiu.

19  Constantin Levaditi (1874-1953) futun médecin et microbiologiste roumain, naturalisé français. Il fit ses études au Collège de France à Paris. Membre de l’Académie de médecine de Paris et membre honoraire de l’Académie roumaine, il fit notamment des recherches sur la syphilis, en la traitant pour la première fois avec du bismuth.

20  Voir dans ce sens la correspondance en français d’Émile Racoviţă, publiée dans Gheorghe Racoviţă, Ana-MariaStan, Memoria documentelor. Cooperarea franco-română la Universitatea din Cluj, oglindităîn arhiva lui Emil Racoviţă, Cluj-Napoca, Presa Universitară Clujeană, 2007.

21  Lettre d’Émile Racoviţă à Jean Cantacuzène, janvier 1920, dans Gheorghe Racoviţă, Ana-MariaStan, op. cit., p. 47.

22  Lettre d’Emmanuel de Martonne à Émile Racoviţă, 14 novembre 1921, dans Gheorghe Racoviţă, Ana-MariaStan, op. cit., p. 93.

23  « Limba şi literatura franceză la Universitatea din Cluj. Dl Yves Auger - noul profesor », Patria, Cluj, iie année, n° 390, 4 décembre 1921, p. 4.

24  Anuarul Universităţii din Cluj, anul 1922-1923, Cluj, Imprimeria dr. Bornemisa, 1924, p. 111, 119.

25  Dossier personnel d’Yves Auger, CADN, Fonds Consulat de Cluj, carton 7.

26  Yves Auger, « Sur quelques aspects des rapports intellectuels franco-roumains », Commémoration du centenaire de l’introduction de la langue française dans l’enseignement public roumain, compte rendu de la séance publique solennelle du 25 mars 1931, Cluj, Editura Societăţii de mâine, 1931, p. 15-16.

27  CADN. Fonds Consulat de Cluj, carton 7, dossier personnel d’Yves Auger, et ANDJC, Fonds Université de Cluj, dossier personnel d’Yves Auger.

28  Conseil National pour l’étude des archives de la Securitate (CNSAS), Bucarest, Roumanie. Dossier personnel d’Yves Auger.

29  Valeriu Bologa « Profesorul Jules Guiart – Cu prilejul aniversării a 60-a a naşterii sale » dans Clujul medical, année XI, n° 7, 1930, p. 327.

30  Jules Guiart « Institutul de Istoria medicinei şi farmaciei şi de folclor medical », extrait de Clujul medical, année VI, n° 11-12, 1925, p. 1. La traduction de la citation nous appartient.

31  Apud Gheorghe Racoviţă, A şti sau a nu şti. Adevărurile vieţii lui Emil Racoviţă, Bucureşti, Editura Academiei Române, 1999, p. 34.

32  Valeriu Bologa, op. cit., p. 334.

33  Voir les numéros du journal local Înfrăţirea, Cluj,de mars à avril 1921.

34  Jules Guiart, op. cit., p. 4.

35  Ibidem, p. 6.

36  Apud « Institutul de Istoria medicinei şi farmaciei şi de folclor medical », extrait de Clujul medical, année vi, n° 10-11, 1925,  p. 4.

37  Valeriu Bologa,« Profesorul Jules Guiart … »,p. 335-336.

38  Ibidem, p. 7.

39  Apud Cristian Bârsu « Profile – Valeriu Lucian Bologa 1892-1971 », dans Transylvanian Review, vol. xviii, no 4, hiver 2009, p. 81.

40  Pierre Thomas, Titres et travaux scientifiques, Cluj, Imprimeria Ardealul, 1932, p. 1.

41  Lettre de Jean Cantacuzène à Émile Racoviţă, 1er juin 1921, et lettres d’Emmanuel de Martonne à Émile Racoviţă, 14 novembre 1921 et 27 novembre 1921, dans Gheorghe Racoviţă, Ana-MariaStan, op. cit., p. 88-89 et 92-97.

42  Pierre Thomas, op. cit., p. 44-47.

43  « Plângeri ale studenţilor universitari. Cazul profesorului Thomas », Patria, Cluj, viie année, n° 390, 4 novembre 1925, p. 4.

44  D’après Onisifor Ghibu « Universitatea din Cluj. Date statistice despre cei dintâi cinci ani de activitatea ai ei », Societatea de mâine, IIe année, n° 45, 8 novembre 1925, p. 794.

45  CADN, Fonds SOFE, carton 330. Lettre de Pierre Thomas au MAE français, 27 aout 1936.

46  CADN, Fonds SOFE, carton 330. Rapport du consul de France à Cluj au ministre des Affaires étrangères à Paris, 1er juillet 1936.

47  Voir toute la correspondance au sujet de « l’affaire Thomas » dans CADN, Fonds SOFE, carton 330.

48  Jacqueline et Jean-Marie Galmiche, « René Jeannel (1879-1965), promotion 1903, professeur d’entomologie au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris », L’internat de Paris , n° 42, consulté en ligne à http://www.aaihp.fr/IllustreAncien-R_JEANNEL.php

49  Gheorghe Racoviţă, Ana-MariaStan, op. cit., passim.

50  Anuarul Universităţii din Cluj, anul 1935-1936, Cluj, Institutul de Arte Grafice Ardealul, 1937, p. 232-233. Jacqueline et Jean-Pierre Galmiche, op. cit.

51  Petre Sergescu « L’Université de Cluj et ses relations avec l’étranger», Revue de Transylvanie, tome X, no. 3-4, Cluj, Centre d’études transylvaines, 1944, p. 49.

52  Nous remercions notre collègue Gabriel Marian pour la révision linguistique de l’article.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Yves Auger
Crédits Ioachim Craciun - Activitatea stiintifica la Universitatea Regele Ferdinand I din Cluj in primul deceniu 1920-1930, Cluj, 1936
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2
Légende Jules Guiart
Crédits Clujul medical, annee XI, 1930, n° 7
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/477/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Pierre Thomas
Crédits Ioachim Craciun - Activitatea stiintifica la Universitatea Regele Ferdinand I din Cluj in primul deceniu 1920-1930, 1936, a Cluj
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/477/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 4
Légende René Jeannel
Crédits Copie numérique du Musée de l'Université de Cluj
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/477/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana-Maria Stan, « Un exemple de rayonnement universitaire occidental en Europe centrale et orientale : étude de cas sur les enseignants français embauchés à l’université roumaine de Cluj après 1919 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/477 ; DOI : 10.4000/framespa.477

Haut de page

Auteur

Ana-Maria Stan

Ana-Maria Stan est historienne, chercheur titulaire au Musée de l'université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca (Roumanie), dont elle assure également la charge. Son doctorat, soutenu en 2005 à l'université Babes-Bolyai de Cluj, en cotutelle avec l'Université Paris IV, porte sur les relations franco-roumaines à l'époque de Vichy, 1940-1944. Ses travaux de recherche concernent l'histoire européenne et les relations internationales entre 1918 et 1945, et notamment les problèmes liés aux rapports culturels et à la collaboration scientifique, et sur l'histoire de l'enseignement supérieur pendant l'entre-deux-guerres.
ana_maria_stan@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org