Navigation – Plan du site
Universitaires en mobilité

De Paris à Padoue, le grand tour d’un universitaire proscrit par Louis XIV : Charles Patin, médecin, numismate (1633-1693)

Patrick Ferté

Résumés

Fils du célèbre Guy Patin, Charles Patin est un médecin et numismate précurseur dont la carrière à la Faculté de médecine de Paris fut tôt brisée par Louis XIV pour libertinage érudit et trafic de livres interdits. Enfui avant arrestation (1667), son destin rebondit de façon singulière au terme d’un Grand Tour à travers la République des Lettres dont il a tenu le précieux journal. Cette peregrinatio mena le proscrit à l’université de Padoue où la Sérénissime  se fit un malin plaisir de le recruter, comme une provocation face à l’hégémonie militaire et culturelle de la France. Patin y fit souche et devint un acteur majeur de la sociabilité intellectuelle padouane et vénitienne qu’il redynamisa, tant par son œuvre médicale, numismatique et historiographique, que par des initiatives académiques remarquables, notamment féministes.

Haut de page

Texte intégral

1Charles Patin est sans doute moins célèbre que son père, le très caustique Guy Patin, médecin aristotolâtre, professeur de la faculté parisienne et pourfendeur des Modernes. Il n’est pas sûr que ce soit avec raison. Patin fils s’est en effet acquis en son temps une réputation internationale méritée, tant par ses nombreux traités de numismatique qui font encore autorité, que par ses ouvrages médicaux sur les fièvres et le scorbut, diverses relations historiques et une prosopographie du corps universitaire de Padoue qui lui offrit une de ses prestigieuses chaires de chirurgie, lorsque Louis xiv le condamna à l’exil pour libertinage érudit.

  • 1  Voir C. Dekesel, Charles Patin. A Man without Country (Paris-France 23 February 1633 – Padova-Ital (...)
  • 2  Celebrazioni Patiniane (4 maggio 1994). Atti,  Giovanni Gorini dir., Centro per la Storia dell’Uni (...)
  • 3  Patavii, MDCLXXXII. Publice documentium. Pars prior, Theologos, Philosophos & Medicos complectens. (...)
  • 4  Charles Patin, Il liceo di Padova. A cura di Piero Del Negro. Traduzione di Adriano Ciccotosto, Tr (...)
  • 5  Voir la description plus détaillée dans P. Ferté : « Charles Patin, antiquaire, professeur de chir (...)
  • 6  Voir infra ma conjecture sur l’origine de cette idée dans sa visite auprès du recteur de l’univers (...)

2Les historiens italiens ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et, après lui avoir consacré maints ouvrages1, ainsi qu’un Congrès historique (Padoue, mai 1994)2, ils ont réédité sa précieuse galerie de portraits biographiques de l’université padouane, unique en son genre pour la période moderne (Il liceo di Padova, Padova, 1682). Cette parution n’est pas anecdotique, puisqu’elle constitue les tout premiers volumes d’une nouvelle collection académique, I classici della storia dell’Università di Padova : réunis en un coffret sous la direction du professeur P. Del Negro, il offre d’une part la réédition anastatique de l’ouvrage latin de notre Français exilé, parue à Padoue, chez P. M. Frambotti, intitulé : Lycevm Patavinum sive Icones et vitae professorum3 ; un second volume en offre la traduction italienne par Adriano Ciccotosto4. Il s’agit d’une œuvre totalement originale, ornée de luxueuses vignettes, d’opulents portraits gravés des 33 universitaires et de leur curriculum vitae5 : son exemple, peut-être emprunté à l’université impériale de Vienne, ne fut hélas pas suivi6.

  • 7  J’ai donné une première réflexion sur C. Patin dans le Bull. du Centre  d’étude d’histoire de la m (...)

3Je m’attacherai avant tout, à rappeler le destin remarquable et mouvementé de cet universitaire parisien qui, malgré ses hautes distinctions médicales franco-italiennes, mérite pourtant moins d’être célébré comme homme de l’art que comme antiquaire, numismate précurseur et polygraphe, bref comme un acteur éminent de la vie culturelle française puis vénitienne, et un maillon actif de la République des lettres européennes.7

  • 8  Voir la préface à l’Éloge de la folie (trad. P. de Nolhac), par Maurice Rat, Paris, Garnier Flamma (...)

4Ses titres de gloire sont en effet nombreux, divers et souvent inattendus. Sait-on par exemple que c’est à lui qu’on doit la découverte des 83 dessins à la plume d’Holbein qui magnifiaient les marges de l’Éloge de la folie d’Érasme dans une édition de 1514 ? Voyageant alors à travers l’Angleterre, la Belgique, l’Allemagne, la Suisse et l’Italie afin de comparer les méthodes médicales, Charles Patin fit cette trouvaille inestimable dans le fonds de la bibliothèque de l’université de Bâle et décida sur le champs de donner ces illustrations au public (Bâle, 1676) : il joignit aux copies de Settler, de Berne, gravées par Mérian, si souvent reproduites depuis, l’édition de l’Encomium Moriae Erasmi, complétée d’une biographie latine d’Holbein, d’un répertoire des œuvres du maître et des deux portraits d’Érasme et de son illustrateur8.

5C’est d’ailleurs l’amour-passion des livres, qu’il collectionna sans tabou, qui faillit causer sa perte, et cela peut compter au nombre de ses divers titres de gloire annoncés, dans la même lignée de l’humanisme et/ou du libertinage érudit qui l’animait non moins que son père : il fut en effet condamné aux galères sur ordre de Louis XIV et de Colbert pour rétention et trafic de livres interdits. Charles Patin qui était alors au faîte de la carrière universitaire comme professeur de médecine de l’université de Paris et membre adulé de l’Académie du premier président Lamoignon, connut, d’une lettre de cachet, la roche tarpéïenne : sa carrière française en fut ipso facto brisée, sa vie même aurait dû l’être si des protecteurs ne l’avaient averti de l’imminence de son arrestation et ne lui avaient permis de fuir à l’étranger : il « rebondit » toutefois de belle façon puisque sa carrière à l’université de Padoue en découle, au terme d’une fructueuse peregrinatio academica germanique.

6Penchons-nous d’abord sur la première partie de sa vie et son brillant parcours français si inconsidérément compromis.

1. L’éducation soignée d’un fils de « mandarin »

  • 9  P. Del Negro, dans Quaderni cités, p. 15.
  • 10  Voir notamment Françoise Waquet, «  Charles Patin (1633-1693) et la République des lettres. Étude (...)
  • 11  Amsterdam, 1734, t. I, p. 202-229. Voir également Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critiqu (...)

7On peut lire dans Lyceum Patavinum la notice autobiographique qu’il s’octroya parmi la galerie de portraits des universitaires padouans. Au-delà des détails biographiques et d’une certaine autosatisfaction, voire autocélébration9, celle-ci présente un intérêt certain pour l’histoire de l’éducation privée comme pour celle des carrières médicales et, plus généralement, pour l’histoire de la République des lettres10 et des relations interuniversitaires européennes au Grand Siècle. Cette notice a d’ailleurs retenu l’attention du Siècle des Lumières après celle de Pierre Bayle, autre grand exilé, puisque D. F. Camusat l’a traduite en 1734 dans son Histoire critique des journaux11.

8Les premières années de Charles Patin se déroulèrent sous les meilleurs auspices dans un milieu social particulièrement favorisé où on lui transmit précocement le goût pour la médecine, pour l’érudition, les livres et les lettres.

  • 12  Guy Patin, Correspondance,Cologne, 1682 ; Paris, 1846.
  • 13  Francis R. Packard, Guy Patin and the medical profession in Paris in the xviith Century, New-York, (...)

9Né le 23 février 1633, Charles Patin est le troisième fils du médecin Guy Patin, professeur à l’université de Paris et au Collège Royal, et doyen de la faculté de Médecine, aussi célèbre par son esprit satirique qui acidule sa nombreuse correspondance12, que pour son attachement aux doctrines traditionnelles et ses combats d’arrière-garde contre les Modernes, contre la chimie et contre l’antimoine13. Charles se démarqua quelque peu des impasses médicales paternelles, mais pas tout à fait : se ralliant contrairement à son père à la théorie circulatoire de Harvey, il n’en éprouva pas moins le besoin de démontrer que Aristote et Platon, à bien y regarder, en étaient finalement partisans ! Du moins reçut-il de son père une éducation soignée et une formation d’homme de l’art solide, stimulée et passionnée sinon toujours éclairée : il en tira parti non moins que son frère aîné, Robert Patin, médecin lui aussi, qui succéda à son père au Collège Royal (1667) mais mourut prématurément (1670).

  • 14  Je me permets de signaler ici une erreur du traducteur italien qui dit Gontier natif  « de Rouen » (...)

10Dès le berceau, son père ne lui parlait qu’en latin, un latin si alambiqué d’ailleurs qu’on ne se pressait souvent aux soutenances de thèses médicales que pour s’amuser de son inimitable élocution scolastique, fort étrangère à Cicéron… Il n’empêche, l’enfant sut lire à trois ans et écrire à quatre, excellant par suite en plusieurs langues, mortes ou vivantes, Latin, Grec, Anglais, Espagnol, Italien (déjà !) et Français. La mère, Jeanne Jeanson, « une femme de caractère si affectueuse », reconnaît-il, joua un rôle non moins déterminant dans le développement intellectuel et affectif de cet enfant précoce. Issue d’un milieu de la grande bourgeoisie fournie en juristes et en philosophes, elle tint à l’allaiter elle-même, contrairement à l’usage du nourrissage mercenaire qu’elle réprouvait. On lira avec intérêt le plaidoyer médical de Patin fils pour l’allaitement maternel que sa propre mère tint à prolonger vingt mois, sans nulle arrière-pensée contraceptive. D’elle aussi, il tira la conviction de la parité intellectuelle des hommes et des femmes et chercha plus tard à faire de sa fille la première thésarde de l’université. De bons précepteurs cultivèrent également son excellente nature ; l’helléniste Gontier notamment14.

11Charles fut placé à l’âge de onze ans au collège jésuite parisien de Beauvais sous la responsabilité des professeurs distingués, Alberti et Roger Omoley, un Irlandais. L’enfant manifestement brillant soutint ses thèses de philosophie le 4 juillet 1647, devant un public huppé où l’on ne comptait pas moins d’un nonce apostolique, 35 prélats et nombre de courtisans et magistrats : il avait alors 14 ans. La maîtrise ès arts en poche, il fallait choisir un cursus : un riche oncle maternel, titulaire d’un office de justice et sans enfant, lui offrit alors sa succession, à charge d’aller faire son droit à l’université de Poitiers : deux ans plus tard (1649), Charles revenait avec la licence en l’un et l’autre droit (in utroque jure, soit droit canonique et civil).

12Précisons ici que la maîtrise ès arts n’était aucunement indispensable pour entamer des études de droit (elle n’est nécessaire que pour les cursus de théologie et de médecine) et que le droit civil n’était pas enseigné à l’université de Paris (il ne le sera qu’à partir de la réforme de 1679). Mais il allait finalement « rentabiliser » après coup cette graduation superfétatoire puisque, après six ans de magistrature au Parlement de Paris, il décida alors, de concert avec son médecin de père, de s’initier à la science d’Hippocrate et de changer d’activité.

  • 15  Voir par exemple Patrick Ferté, « La réorganisation des études de droit par Louis xiv (1679) : une (...)
  • 16  F. R. Packard, op. cit.
  • 17  Voir C. Dekesel, op. cit.

13D’après ses dires, un apprentissage soutenu et nocturne lui permit de brûler les étapes à la faculté de Médecine de Paris, sans compter que son illustre père régentait l’institution... Inscrit pour la première fois le 28 avril 1654, Charles put, dès la fin de l’année, soutenir sa première thèse, le 10 décembre 1654, puis les suivantes, les 18 février et 9 décembre 1655, enfin son doctorat le 19 décembre 1656, moyennant 2 000 écus : les cursus éclair, à l’époque étaient courants dans les universités françaises et ne doivent pas faire illusion : ils révèlent moins le génie de l’impétrant que le laxisme et la vénalité universitaires15. Pourtant, il semble bien que Charles Patin fît preuve d’un réel talent en sa nouvelle discipline et, même si son père, doyen de la faculté, avait accéléré son entrée dans la carrière médicale, le public ne s’y trompa pas et se pressa ensuite en foule à ses cours d’anatomie (1658) et de pathologie (1659)16. Il remplaça ainsi à la faculté de médecine le professeur Lopez, parti pour l’université de Bordeaux, et fit florès dans l’Académie du président Lamoignon (1667), tout en publiant des devises et emblèmes de la maison Royale (In Stirpen Regiam Epigrammata, 1660), un Itinerarium du Comte de Brienne (Paris, 1662), un Traité des tourbes combustibles (Paris, 1663), mais aussi et surtout de savants ouvrages de numismatique qui lui valurent à la fois gloire et déboires17.

2. Flagrants délits de libertinage érudit

  • 18  Voir sur cette affaire, l’Histoire générale de la presse, Cl. Bellanger, J. Godechot, P. Guiral et (...)
  • 19  Le Journal des Scavans de l’an MDCLXV, 23 février 1665, p. 148-149 et 2 mars 1666, p. 200-204.

14C’est alors, en effet, que le destin vint brutalement briser ce si faste début de carrière : l’hostilité de Denis de Sallo, sieur de La Couldraye, directeur du Journal des Sçavans entra en jeu dans l’affaire18. Ce dernier, que Ménage, une de ses premières victimes, surnomme le « nouvel Aristarque », était un protégé de Colbert : non seulement Sallo avait ignoré l’ouvrage numismatique majeur de Charles Patin, Familiae romanae (1662-1665), mais surtout il vint l’éreinter publiquement et par deux fois, en accusant injustement et perfidement son nouvel ouvrage, Introduction à l’histoire par la connoissance des médailles (Paris, i. Du Bray, 1665 ; puis Amsterdam, 1667) de n’être qu’un plagiat du Discours sur les médailles antiques de Louis Savot (1627)19 ! Charles Patin eut l’audace de s’octroyer un vigoureux droit de réponse dans un pamphlet anonyme, Lettre d’un amy de mr Patin (1665).

  • 20  Guy Patin, Correspondance, Paris, 1846, t. iv, p. 217-218.

15Le père, Guy Patin, avait bien vu qu’il y avait en cette mauvaise affaire anguille – ou plutôt « couleuvre » (le symbole héraldique de Colbert) sous roche, et lui conseilla de n‘en plus rajouter, sous peine de Bastille. On peut lire dans la Correspondance de Patin père, au 20 mars 1665 : « La vérité est que M. Colbert prend en sa protection les auteurs de ce journal…La République des lettres est pour nous, mais M. Colbert est pour eux 20 ». Il oppose sagacement l’intelligentsia européenne, universitaire comme nous verrons, au pouvoir politique ; Colbert sur le même constat en renforcera la police du livre : de là viendront d’ailleurs les malheurs de Patin fils.

16Une telle inimitié aurait dû mettre les Patin en garde. Bien au contraire, esprits très indépendants, Guy Patin et son fils Charles, bibliophiles, adeptes de la libre circulation des idées, aggravèrent leur cas en faisant un trafic de « mauvais livres » qu’ils importaient et réexportaient clandestinement dans toute l’Europe savante. Ainsi, le 15 septembre 1666, la police saisit, dans le carrosse qui les promenait au Bourget, des livres interdits ou contrefaits. Une perquisition révéla qu’ils avaient caché quantité d’autres imprimés compromettants, comme 50 feuilles de l’Histoire amoureuse des Gaules, dans un tonneau et jusque dans leurs latrines. Les Lettres provinciales – on était en pleine affaire janséniste –, Rabelais, le Roman comique figuraient dans cette bibliothèque sulfureuse.

  • 21  BnF, ms. Fr. 22087, pièce 175 ; citée par H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xvii(...)
  • 22  BnF, ms. Fr. 21855, f° 128 v° et Ravaisson-Mollien, Archives de la Bastille. Documents inédits rec (...)
  • 23  Françoise Wacquet, « Guy and Charles Patin, père et fils, et la contrebande du livre à Paris au xv (...)
  • 24  H.-J. Martin, op. cit., t. ii.
  • 25  R. Pintard, La Mothe Le Vayer, Gassendi, Guy Patin, Études de bibliographie et de critique, Paris, (...)

17On peut lire à la BnF le Procès-verbal de saisie de livres de contrebande sur les sieurs Guy et Charles Patin, Docteurs en médecine de la faculté de Paris21, ou encore celui d’une tentative de saisie d’«  un tonneau de livres adressés à Guy Patin 22 », ainsi qu’un article fort documenté de Françoise Waquet dans l’actuel Journal des Savants (1979) : « Guy et Charles Patin, père et fils, et la contrebande du livre à Paris au xviie siècle »23. L’amour du livre leur faisait donc jouer un jeu interlope et d’autant plus dangereux qu’il mettait en cause le roi et sa famille, Madame particulièrement, outre le fait qu’il contrecarrait la politique de censure et de maîtrise du monde de l’imprimerie-librairie, alors vigoureusement initiée par Colbert24. Cela faisait effectivement beaucoup, surtout pour un père qui conseillait à son fils « la prudence, la sagesse et le silence […] Audi, vide, tace, si vis vivere in pace25 » !

Mais Charles Patin récidiva contre toute raison ; pis, en défiant le roi lors d’une mission de confiance !

  • 26  Selon la Correspondance de son père, Guy Patin, Cologne, 1691, t. III, p. 370-373.

18Le roi utilisa sa connaissance des réseaux interlopes du livre, mais il joua double jeu. Après avoir promis à Madame, belle-sœur du roi, fort malmenée dans des pamphlets égrillards, de s’acquitter loyalement de sa tâche, il fut dépêché en Flandres, en 166726, pour confisquer et détruire une série de livres subversifs ou blasphématoires que les Pays-Bas s’apprêtaient à produire et à écouler en France, et d’autant plus volontiers que certains écorchaient la politique hégémonique de Louis xiv : parmi ces maquettes promises à l’auto da fe, 20 volumes de Recueils des défenses de Mr. Fouquet et leur Suite (Amsterdam, 1665-1668), L’anatomie de la messe de P. Desmoulins, l’Histoire amoureuse des Gaules de Bussy-Rabutin (Liège, 1666) ; il y avait encore un très fâcheux Bouclier d’Estat et de justice contre le dessein manifestement découvert de la monarchie universelle, sous le vain prétexte des prétentions de la Reyne de France, par l’austrophile Lisola (1667). Au lieu de se racheter, Charles Patin, bibliophile invétéré, ne put s’empêcher de soustraire à la destruction et de conserver par-devers lui quelques volumes dangereux avec les plaques de cuivre gravées en taille-douce qui devaient illustrer les brûlots. C’en était trop ! Son manquement coupable à sa mission flamande de destruction de livres hostiles à Louis xiv, à Colbert (les plaidoyers en faveur de Fouquet) et à la Religion précipita sa disgrâce et sa fuite opportune.

  • 27  Arch. Nat., Y 12128 ; et F. Waquet, « Guy and Charles Patin, père et fils, et la contrebande du li (...)
  • 28  Bibl. de l’Arsenal (Paris), Fonds Bastille, Prisonniers (Dossiers individuels, n° 10334, 1667) ; C (...)
  • 29 Ibid.

19Françoise Waquet a retrouvé aux Archives nationales le rapport de police de la saisie à son domicile de plus de 1 700 volumes, les 11 et 12 novembre 166727 ; C. Dekesel, de son côté, a exhumé de la Bibliothèque de l’Arsenal (Paris), Fonds Bastille,28 la lettre de cachet contre Charles, adressée à La Reynie le 24 novembre 1667. L’affaire était gravissime, même si Patin fils joua sans doute en l’occurrence le rôle de « bouc-émissaire29 », ou de martyr de la libre expression immolé sur l’autel de l’absolutisme triomphant.

  • 30 Ibid. pl. V.

20Notre médecin fit bien de s’enfuir la veille ; pour toujours : le 14 août 1667 en effet, le Tribunal du Châtelet le condamnait par contumace aux galères à perpétuité30 ! Pour toujours ? Pas exactement, car son déguerpissement en Angleterre par Le Havre fut détourné par des pirates d’Ostende qui le contraignirent à reprendre pied en France : il dut donc traverser le royaume clandestinement pour se rendre à la cour d’Heidelberg où le duc Frédéric-Auguste lui offrait un refuge doré. Passée la frontière, la Ceinture de fer, commença alors pour lui une peregrinatio academica digne de la Renaissance, pour se livrer ardemment à son amour des sciences.

3. L’album prosopographique interuniversitaire d’un proscrit de luxe

21Interdit en France, Charles Patin, dont le nom semblait déjà célèbre dans les cours, académies et universités européennes, accomplit alors son grand Tour : il fut d’autant mieux accueilli par le Gotha universitaire germanique que lui et son père avaient naguère servi de relais dans la circulation des livres clandestins, et que lui-même s’était déjà fait un nom dans le domaine de la numismatique dont se piquaient alors bien des Grands en mal de collections. Durant cinq ans donc, il visita l’Europe centrale, de la Hollande à l’Italie du Nord en passant par les cours germaniques et la Suisse, en quête de livres, de médailles et de monnaies antiques, de même que d’informations sur les pratiques médicales. C’est dans la notice biographique étendue qu’il se consacre dans son Lyceum patavinum qu’il énumère tous les personnages qu’il a rencontrés. Bien entendu, Charles Patin se vante avant tout de sa « tournée des grands-ducs », et clame bien haut que son exil a été honoré des hautes protections, parfois des amitiés, de l’Électeur Palatin à la cour d’Heidelberg, de celle des ducs de Bavière, de Saxe, de Brandebourg, de Wurtemberg, des princes de Bade, de Durlach, de l’archevêque de Salzburg qui avait, dit-il, dans sa bibliothèque le portrait de Charles Patin avant même de l’accueillir ( !) ; Patin cite encore, non sans vanité, le roi d’Angleterre qui avait naguère écouté à Paris une de ses leçons sur les éclipses et comètes, ainsi que la reine Christine, le cardinal Barberini, le grand-duc de Toscane, les cardinaux de Médicis, Alphonse, duc de Modène, les princes de Savoie et le duc de Parme… Il étale tous les noms des princes de l’Empire avec d’autant plus de complaisance qu’il souffrait de sa proscription et semble avoir été en mal de reconnaissance princière.

  • 31 Lycevm Patavinvm, per Carolvm Patinvm, op. cit., p. 91-104.

22Mais pour l’historien des universités et de la sociabilité intellectuelle, le plus intéressant de l’Album amicorum de Charles Patin réside surtout dans le réseau d’universitaires germaniques et italiens qu’il visita tour à tour, et qu’il égrène à la suite dans son propre curriculum vitae31. À part quelques célébrités, ces silhouettes sont aujourd’hui tombées dans l’oubli. Mais j’ai cru bon de les identifier et de reconstituer cette galerie de portraits prosopographiques : elle peut en effet servir à illustrer précisément l’intense réseau de la République des lettres – et des sciences – qui s’entrelace très étroitement avec le monde universitaire, contrairement à la France où les docteurs régents restent alors, sauf exception, à l’écart de l’effervescence intellectuelle et de la production imprimée.

  • 32  Charles Patin, Relations historiques et curieuses de voyages en Allemagne, Angleterre, Hollande, B (...)

23Je me propose prochainement de croiser cet album avec les Relations historiques et curieuses de voyages32, que Charles Patin a fait éditer à Bâle (1673) et à Lyon (1676) puis, en Italien, à Venise (1685) où il évoque également ses hôtes et leurs collections particulières, et offre la carte et l’itinéraire suivi. Son intérêt vaut autant pour l’histoire de la médecine que pour l’histoire de la sociabilité érudite européenne qui, hors de France, se croise à une très dense amicale universitaire internationale, par-delà les frontières géostratégiques et/ou confessionnelles.

  • 33  Nous nous contentons de signaler ici quelques-uns des outils qui abondent, comme J.-E. Dezeimeris, (...)

24Le voici donc33 dans l’ordre, ou plutôt désordre « patinien » du Lyceum patavinum.

  • Johann Caspar Fausius, archiâtre, professeur de médecine à l’université d’Heidelberg (1601-1671).

  • Le « célébrissime Gasp. Bauhin », de l’université de Bâle : il ne peut s’agir du célèbre Gaspard/Caspar (1560-1624), grand anatomiste et botaniste, d’une famille huguenote de Picardie (comme Patin père). Il s’agit de son fils, Johann-Caspar (1606-1685), qui avait étudié à Paris et avait prolongé la gloire médicale de la famille en étant nommé médecin ordinaire du roi par Louis xiv (1659), par le duc de Wurtemberg et par le margrave de Bade et en publiant un Théâtre botanique digne de sa dynastie.

  • Bernhard Verzascha, « illustre pour sa méthode de bien soigner » (1628-1680), médecin bâlois également adepte du Grand tour, diplômé à Montpellier (1642-1650), qui donna plusieurs traités estimés sur l’apoplexie, la paralysie et la botanique (Bâle, 1678). Son père était médecin à la Faculté de Bâle.

  • Johann Jacob Harder (1656-1711), déjà professeur renommé de l’université de Bâle malgré sa jeunesse, se fit remarquer notamment comme obstétricien.

    • 34  Pour plus de renseignements sur les liens entre Patin et Nüremberg, voir J. Pirson, « Die Beziehun (...)

    Johann Georg Volckamer, « patricien de Nuremberg, médecin très fameux », botaniste averti (1616-1693), avait, lui aussi, effectué un Grand Tour et était un ami de son père, Guy Patin34.

    • 35  Voir Alberto Jori, Hermann Conring (1606-1691). Der Begründer der deutschen Rechtsgeschichte, Tübi (...)

    Hermann Conring de Helmstedt, « appelé communément le phénix de la Germanie », professeur de droit et de médecine à Helmstedt (1606-1681), connu surtout pour ses livres d’histoire germanique, rassemblés en 7 vol. (Brunswick, 1730)35.

  • Le Danois Bartholin : l’absence de précision du prénom oblige à des conjectures, car la famille Bartholin, de Copenhague, donna plusieurs frères, tous médecins de grand mérite et fils de Gaspard, médecin renommé et professeur de rhétorique à l’université de Copenhague (1611) : l’interlocuteur de Charles Patin peut être Thomas Bartholin (1616-1680), littérateur et médecin qui fit des découvertes de grand intérêt sur les veines lactées et sur les vaisseaux lymphatiques et publia des Lettres remplies d’observations anatomiques, ainsi qu’un Journal (Acta Hafniensia). Mais il peut tout autant s’agir du frère de Thomas, Érasme Bartholin, reçu docteur à Padoue après un Grand Tour en Angleterre et en France, également professeur de médecine et de géométrie à l’université de Copenhague, qui fit des découvertes non moins importantes. Les deux autres frères, médecins et universitaires danois, étaient déjà morts au moment où Patin s’exila.

  • Lukas Schröck (Schroeck), médecin réputé d’Augsbourg (1646-1730), membre puis président de l’Académie impériale des Curieux de la Nature, « un de mes meilleurs amis » avec le suivant, affirme Charles Patin.

  • Johann Georg Velsch (Welsch) : médecin d’Augsbourg (1624-1677), fils d’un anatomiste réputé de l’université de Leipzig, savant en langues anciennes et orientales, féru de littérature, de musique et d’arts libéraux, lui aussi grand voyageur qui visita les principales universités allemandes et italiennes, et donna plusieurs traités de médecine.

  • Melchior Sebitz, ou Sebizius : médecin de Strasbourg (1578-1674), que l’empereur fit comte palatin : « un temps de grande renommée et alors presque centenaire, il me parla aussi bien en Latin, en Grec qu’en Français, Italien et Allemand ». On lui doit de nombreux ouvrages de médecine, notamment un Speculum medicinae practicum (1661).

  • Charles Patin cite aussi le fils du précédent, Johann Albert Sebitz (1615-1685), titulaire d’une chaire d’anatomie, médecin de Strasbourg qui sera 21 fois doyen de la faculté.

  • Johann Kupper, « médecin réputé de Strasbourg, archiatre de tous les princes du voisinage ».

  • Marcus Mapp : autre médecin de qualité cité par Patin fils.

  • Georg Franck von Franckenau (1644-1704) : professeur de médecine à l’université de Heidelberg (successeur, en 1671, de Fausius, cité plus haut), puis à celle de Wittenberg, avant de devenir médecin du roi de Danemark. Il avait étudié la médecine à Strasbourg. Auteur savant et prolifique, il fut agrégé à l’Académie léopoldine, à celle des Ricovrati de Padoue, grâce sans doute à Charles Patin et à la Royal Society de Londres.

  • Johann Daniel Horst : d’une dynastie médicale particulièrement abondante, il était le fils de l’illustre Grégoire Horstius qu’on surnomma l’Esculape d’Allemagne, et fut lui-même professeur de médecine à l’université de Marburg et médecin du landgrave de Hesse-Darmstadt (1616-1685). Il édita des Zacchia quæstiones medico-legales et les Riverii opera omnia, cependant que son frère, autre médecin qui enseignait à Ulm, éditait l’œuvre paternelle.

  • Sébastien Scheffer : né en 1631 à Francfort, il reçut le bonnet de docteur de médecine à Heidelberg et professa l’art médical dans sa ville natale, tout en publiant des traités de médecine pratique.

  • « Le très célèbre Werner Rolfinck (1600-1674), professeur à l’université d’Iéna, aujourd’hui décédé qui connaissait la médecine à la perfection, en divulguait les secrets avec grand générosité, mais que toutefois j’aurais préféré moins adepte de la chimie. Que son esprit me pardonne cette opinion personnelle ». Une telle réflexion ajoute de la crédibilité à cet éblouissant carnet d’adresses et prouve d’authentiques discussions professionnelles avec ses hôtes. D’ailleurs c’était en partie l’objet de ses visites. Neveu de Schelhammer, il publia parmi beaucoup de traités de valeur inégale des Dissertationes anatomicae remarquées en son temps.

    • 36  Commentaires sur les Aphorismes d’Hippocrate, Vienne, 1681 (en latin) ; Médecine universelle, théo (...)

    « Le très renommé archiâtre Paul de Sorbait » (1624-1691) : professeur de médecine (1654), doyen et recteur (1668) de l’université de Vienne. Membre de l’Académie impériale des Curieux de la nature et auteur de volumineux ouvrages médicaux, notamment un ouvrage sur le terrible peste de Vienne en 167936 ; mort en 1691. Je conjecture que c’est auprès de lui que Charles Patin a conçu l’idée de rédiger son Lyceum Patavinum, cette galerie de portraits avec curriculum vitæ du corps universitaire de Padoue. En effet, le recteur de l’université impériale de Vienne, Georg Eder, avait créé une sorte de précédent en 1557 : Catalogus rectorum et illustrorum virorum archigymnasii Viennensis (Vienne, 1557, in 4°), ou Calendarium Ederianum ; ce mémorial avait été mis à jour en 1644 par Litten et Paul de Sorbait, hôte de Charles Patin, l’avait actualisé en 1670. Six ans plus tard, Patin montait en chaire à Padoue, était intégré aux Curieux de la nature (comme Sorbait) et six ans après, donnait aux presses son corpus universitaire padouan...

  • « Hofmann d’Aldorf », sans doute Maurice Hoffmann (1622-1698), botaniste suisse réputé de l’université d’Altdorf qui laissa plusieurs catalogues de plantes.

  • « Ammann de Lipse » : en fait, Paul Amman, de Breslau, membre de l’Académie des Curieux de la nature et professeur de médecine à Leipzig (1634-1691) ; auteur de plusieurs traités de botanique.

    • 37  Non identifié, comme les deux suivant.

    Sigalino, de Come37,

  • Sébastiano Giovi, de Lugano,

  • Pierre d’Apples, de Lausanne.

    • 38  R. Pintard, La Mothe Le Vayer, Gassendi, Guy Patin,…op. cit., p. 168.

    Nicolas Tulp : ce Hollandais (1593-1674), tout d’abord chirurgien, obtint le bonnet de docteur en médecine à l’université de Leyde et fut maintes fois échevin et bourgmestre d’Amsterdam. Patin ne le vit qu’à la fin de sa vie, mais l’exilé qu’il était eut sans doute plaisir à rencontrer dans le vénérable Tulp, non seulement le médecin, mais surtout un artisan de la liberté et l’âme de la résistance d’Amsterdam face à l’invasion de Louis XIV. Son propre père lui avait enjoint de « s’attacher aux plus sages, où vous apprendrez davantage…Ils vous diront hardiment et librement la vérité sans crainte du Tyran ny de la Tyrannie38 ».

  • Jean Antonides Van der Linden (1609-1664) : Patin n’a pu le rencontrer lors de son exil, mais peut-être l’avait-il visité auparavant à Leyde où il professait et enseignait la médecine avec succès, tout en publiant de savants traités. Le piquant de l’histoire est que Patin père avait écorché ce partisan de la chimie, de Paracelse et de Van Helmont, bref, dit le satirique Guy Patin, un adepte « de la pierre philosophale » : pis encore, « il ne faisait jamais saigner ! » se scandalise notre Diafoirus, et « faisoit profession d’un métier qu’il n’entendoit guère…Sans l’antimoine [la hantise de Patin père], son Hippocrate eût été encore meilleur. J’en suis pourtant fâché, le connaissant plus honnête homme qu’i n’a été éclairé ». Il va sans dire que le vénérable hôte ainsi étrillé ignora toujours les propos fielleux du père de son visiteur …

  • « Theodor Kerkring » : Il s’agit plutôt de Thomas Kerckring, célèbre médecin d’Amsterdam, mort en 1693 à Hambourg où il passa la plus grande partie de sa vie avec le titre de résident du duc de toscane. Il se rendit célèbre par plusieurs découvertes comme le secret d’amollir l’ambre jaune sans lui ôter sa transparence, et par plusieurs traités d’anatomie, de tendance ovairiste (Spicilegium anatomicum, Amsterdam, 1670 ; Anatomia, 1671 ; réunis dans Opera omnia anatomica, Lugduni Batavorum, 1717).

  • Regnerus de Graaf (1641-1673) : savant médecin néerlandais, ami de l’autodidacte de génie, Leeuwenhoeck qu’hélas, Patin ne rencontra point : il est vrai que ce pionnier de la dimension microscopique n’en était alors qu’à ses débuts. Après un traité sur le suc pancréatique (Leyde, 1664 ; 1671), De Graaf s’acquit une grande réputation en disputant à Stenon et à Swammerdam la gloire d’avoir découvert le rôle des ovules dans la génération et « prouvé » la théorie « ovariste ». Ses traités, De organis generationi inservientibus (Rotterdam, 1668, puis Leyde, 1672) furent recueillis à Leyde en 1677, puis en 1705, et furent traduits en Français sous le titre d’Histoire anatomique des parties génitales de l’homme et de la femme qui servent à la génération (Bale, 1699).

  • Franz Sylvius Böe, non moins « célèbre par ses écrits et par la multitude de ses disciples » (1614-1672). Ici, c’est un peu le « meurtre du Père » pour Charles Patin ; car Sylvius n’est autre que ce professeur de médecine de l’université de Leyde qui démontra le bien-fondé de la théorie circulatoire de Harvey et, qui plus est, promouvait la chimiatrie, autant de chimères pour Guy Patin. Charles n’eut sans doute pas à s’expliquer sur cette compromission avec les novateurs puisque son père rendait vers ce moment-là son dernier soupir.

  • Le grand anatomiste Swammerdam (1637-1680), qui « obtint par la suite, en Belgique, une renommée extraordinaire pour (sa) capacité médicale », n’était alors, lui aussi, qu’en début de carrière. Il avait reçu le bonnet de docteur de médecine à Leyde en 1667, l’année de la disgrâce de Charles Patin. Et ce n’est pas le moindre des mérites de l’exilé d’avoir visité un jeune collègue aussi prometteur qui, il est vrai, s’était déjà signalé par une Histoire générale des insectes (en Allemand, Utrecht, 1669).

  • Drelincourt : il s’agit de Charles Drelincourt (1633-1697), fils du célèbre théologien protestant. Natif de Paris comme Charles Patin, après des études médicales à Montpellier (1651-1655), il exerça à Paris où Charles dut le fréquenter. Il avait été premier médecin du roi Louis xiv durant dix ans, avant d’aller enseigner à l’université de Leyde, de 1668 à sa mort en 1697. C’est sans doute à Leyde que Patin l’a visité, car, comme son père, sceptique et anticlérical, le lui avait enseigné, il semble avoir été indifférent aux querelles théologiques et a eu quantité d’amis intimes calvinistes, juifs ou athées.

  • Le très savant Tommaso Poellez, archiâtre de la reine Marie-Thérèse qui enseigna à l’université de Salamanque.

  • Patin cite de façon très ambiguë le fameux Thomas Willis, mort à Londres en 1675, mais l’a-t-il vraiment rencontré ? Il déplore en tout cas de n’avoir pu rencontrer en voyage Walter Charleton (1619-1707) ; mais celui-ci devint ensuite, durant deux ans, son collègue à Padoue (chaire de médecine pratique, 1678-1680).

  • Patin en vient alors dans son Album amicorum aux « famosissimi » médecins lyonnais, Falconet et Charles Spon.

    • 39  Il Licei di Padova, op. cit., ii, p. 104.

    Falconet : Les éditeurs italiens du Liceo di Padova pensent39 qu’il s’agit du Lyonnais Camille Falconnet (né en 1671) : il s’agit sans aucun doute d’une confusion avec Noël Falconnet (1644-1734) qui étudia la médecine à Paris sous Guy Patin et sera le premier en France à utiliser le quinquina.

    • 40  Jacob Spon, un humaniste lyonnais du XVIIe s., R. Estienne et J.-Cl. Mossière dir., Lyon, 1993 (Pu (...)
    • 41  Bibl. mun. Lyon, ms. 1720. J. Guillemain, « Les recherches numismatiques de C. Patin d’après ses l (...)
    • 42  Ibid., p. 48.

    Charles Spon (1609-1684). Cet autre Lyonnais avait étudié la médecine à Ulm et fut l’ami de Patin père et un admirateur de Gassendi. Spon fils, Jacob, devint l’indéfectible ami de Patin fils : tous deux se rencontrèrent à maintes reprises en Allemagne, en Italie et partageaient leur commune passion pour la médecine, la numismatique, les voyages culturels et l’archéologie. Tous deux connurent l’exil en Suisse puisque Spon, calviniste, dut s’expatrier à la veille de la Révocation de l’Édit de Nantes40. Il reste une cinquantaine de lettres entre les deux amis de 1670 à 1674, que Jean Guillemain suggère à bon droit de publier41. Elle révèle « l’impressionnant réseau de correspondants » de Charles Patin, qui « ne contribua pas peu à l’accroissement de ses collections, qui ne se limitent d’ailleurs pas aux monnaies42 » et prouve que, bien loi de constituer ici un étalage vaniteux, cette liste était bien entretenue par de réels contacts amicaux, des relations épistolaires et une ardente libido sciendi : un tel réseau érudit et cosmopolite animait la République des lettres, plus précisément une de ses sections, qu’on appelle la République Médallique.

25Patin en vient alors à citer les médecins italiens qu’il a rencontrés en dehors de ses collègues de l’université de Padoue.

    • 43  Une traduction italienne rédigée par P. F. Scarabelli a paru deux ans après (Museo  e Galeria dal (...)

    Le chevalier Terzago (Paolo Maria) : docteur en médecine de l’université de Pavie, il devint le doyen de cette Faculté et mourut en 1695. Savant collectionneur, il a publié le catalogue du musée minéralogique du patricien milanais, Manfredo Settala (1664)43.

  • Francesco Redi (1626-1697). Il fut le premier médecin des ducs de Toscane, membre de l’Académie de la Cursa, de celle des Arcades de Rome et des Gelati de Bologne, et surtout l’auteur fameux de traités de physique et d’histoire naturelle, plusieurs fois réunis et réédités (Œuvres, Venise, 1712 ; Naples, 1741, 6 vol. ). Il combattait le système de la génération spontanée des insectes par la pourriture (Expériences sur la génération des animaux, Florence, 1668 ; en latin, Amsterdam, 1688, 3 vol. ; Observations sur les vipères, 1664 ; 1678).

    • 44  E. Guyénot, Les sciences de la vie aux xviie et xviiie siècles, Paris, Albin Michel, 1941 ; M. Dau (...)

    Malpighi : C’est sans doute la sommité médicale la plus immortelle que Charles Patin peut se vanter d’avoir fréquentée, et il a le mérite d’en être conscient. Marcello Malpighi (1628-1694), « réputé dans le monde entier par ses écrits », natif de Crémone, enseigna aux universités de Bologne, Pise et Messine, mais paradoxalement n’y obtint jamais la chaire d’anatomie, du fait de la résistance des galénistes. Ce « découvreur », vrai fils de Galilée, impulsa un essor incontestable à la science anatomique grâce à ses observations microscopiques : il fit plusieurs découvertes essentielles comme le corps muqueux qui entre dans la composition de la peau et qu’on a « baptisé » de son nom, décrivit l’organisation des tissus pulmonaires (De pulmonibus epistolae duae ad Borellium, Bologne, 1661) et révéla chez la grenouille l’existence d’un système capillaire reliant réseaux artériel et veineux. Il a laissé maints autres traités novateurs sur les reins, la rate, le foie, l’écorce cérébrale (cf. les corpuscules de Malpighi), la langue (1661-1665), ou encore sur l’incubation de l’embryon du poulet dans l’œuf (1666-1673), le ver à soie et la physiologie végétale. Ses œuvres ont été réunies dans une édition londonienne en 1686, complétée en 1697, car c’est à la Royal Society qu’il réservait ses découvertes44.

  • Silvestro Bonfiglioli, savant ami du précédent qui le chargera, à sa mort, de traduire en latin partie de ses archives scientifiques.

    • 45  Lyceum Patavinum, op. cit., p. 97 et t. ii, p. 104. Non identifié, pas plus que les médecins padou (...)

    Forio Bernardo, « un temps ami de (son) père (Guy Patin), un thérapeute particulièrement avisé qui prenait soin de la santé de maints nobles vénitiens »45.

  • Marco Bruni, Antonio Scarelli, Giacomo Grandi, « médecins vénitiens de grand renom qu’(il) connut intimement ».

  • Charles Patin déclare également avoir tenu quelques conférences médicales avec ses voisins les excellents médecins de Vicence, Luigi Antoni, Giorgio Fontana, Girolamo Copelazzi, Giacomo Gonzato, qui « méritèrent à bon droit la réputation du défunt Bernardino Malacreda […] que j’ai aussi très bien connus ».

  • Patin, homme de l’art et de lettres, n’a pas rencontré que des mécènes ou des médecins : il fait également défiler les souvenirs d’amis très chers, spécialisés dans les arts libéraux. Son Bottin intellectuel en est d’autant étoffé.

  • Johann Heinrich Vecler, célèbre professeur d’histoire à Strasbourg, auteur d’ouvrages érudits dans la lignée de Grotius qu’il vénérait (1611-1692) ; il fut conseiller de l’empereur et de l’électeur de Mayence, historiographe de Suède à l’invitation de la reine Christine, et même pensionné par Louis XIV.

  • Johannes Peter Lambeck (Lambecius), professeur d’histoire à Hambourg après un Grand Tour fructueux, passé ensuite à Rome avant de rejoindre Vienne comme historiographe et bibliothécaire de l’empereur Léopold Ier (1628-1680).

  • Johannes Peter Lotich (Lotichius) (1598-1669), dont l’aïeul fut au 16e siècle le prince des poètes allemands et un docteur de médecine de Padoue, se partagea, plus exactement se dispersa, entre la médecine, la poésie néo-latine (1629) et l’histoire impériale, germanique (1646) et romaine (Roma augusta imperatorum romanorum, Amsterdam, 1707).

  • Bies, professeur d’histoire à Iéna,

  • Johann Christian Keck, du Gymnasium de Durlach (1631-1687), qui écrit d’ailleurs dans le préambule de l’ouvrage de Charles Patin, Imperatorum Romanorum numismata (Argentinae, 1671).

    • 46  Collection aujourd’hui partagée entre le Musée de la ville et l’université de Bâle (depuis 1823).
    • 47  Lyon, 1674 ; 2e éd., Lyon, Claude Muguet, 1676. Sébastien Faesch y a d’ailleurs écrit un « Quatrai (...)

    Sebastien Fesch /Foesch, « professeur in utroque jure à Bâle, connaisseur de l’Antiquité et des belles-lettres, qui me fut lié d’une extraordinaire amitié » (1647-1712). Cet érudit n’était sans doute pas encore recteur de l’université de Bâle, mais son père Christophe, encore vivant (1611-1683), professeur d’histoire et de logique, était un numismate renommé qui enrichissait et administrait la belle collection familiale devenue le Musée Faesch de Bâle46. Il est singulier que le grand numismate Patin n’évoque pas ici le « médalliste » réputé et le Musée, mais il n’est pas omis des Relations historiques et curieuses de voyages en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse, etc. parues à Lyon47.

  • Les très illustres Hans Rudolph Wetstein, père et fils. Le premier (1614-1684) fut professeur de grec (1636) et de théologie à Bâle, et entretint une correspondance fournie avec les savants de son temps ; son fils, de mêmes prénoms, lui succéda dans ses deux chaires (1647-1711), cependant que son cadet, Jean-Henri, allait fonder à Amsterdam une immense librairie qui fournit pendant plus d’un siècle les meilleures éditions des ouvrages les plus curieux. Il participe également au préambule de l’ouvrage de Charles Patin, Imperatorum Romanorum numismata (1671).

26Toujours à Bâle « séjour où, dit-il, je goûtai la plus douce hospitalité », il fréquenta encore les universitaires et/ou érudits suivants :

  • Le professeur de rhétorique Jacques Rudin.

  • L’helléniste Hoffman : il s’agit de Jean-Jacques Hofmann (1635-1706) qui avait publié un très savant, sinon irréprochable, Lexicon universale, historicum, chronologicum (1668 ; réimprimé à Leyde, 1698, 4 vol. ).

  • Johann Jakob Buxtorf. Il avait succédé à son père Johannes (1599-1664) et à son grand-père dans la chaire d’hébreu de Bâle (1664) et publia plusieurs traductions et florilèges rabbiniques.

  • À Zurich, Patin familiarisa avec des « hommes d’une grande culture éclectique ».

  • Schweitze, non identifié.

  • Ott. Il s’agit d’Henri Hott, savant en langues orientales (1617-1682), qui fut professeur à l’université de Zürich, d’hébreu (1655) puis d’histoire ecclésiastique (1668). Il entretint une active correspondance avec toute la République des lettres d’Europe, et l’on ne s’étonne pas qu’il figurât sur le carnet d’adresses des Patin.

  • Hottinger : il doit s’agir de Jean-Jacques (1652-1735), infatigable théologien zürichois, plutôt que de son père Jean-Henri (1620-1667). En effet, ce dernier, savant orientaliste, un temps professeur de théologie à l’université d’Heidelberg puis à Zürich avant d’être nommé à Leyde, s’était noyé le 5 juin 1667, avant même l’expatriation de Charles Patin. Mais il ne fait aucun doute que l’exilé visitât le fils à défaut du père : la théologie n’étant pas son inclination, Patin fils devait y quêter la bibliothèque et les collections orientales dont le fils Hottinger venait d’hériter.

  • Julius Reichelt, professeur de mathématiques à l’Académie de Strasbourg, astronome mais aussi numismate, d’où sans doute son entretien avec Patin fils (1637-719).

  • Johann Christoph Wagensteil, professeur de droits et de langues orientales d’Altdorf et bibliothécaire de la ville (1635-1705). Il avait voyagé dans toute l’Europe et, comme Patin, avait un liber amicorum des plus éblouissants : une grosse différence pourtant, Wagensteil avait su se faire estimer par Louis XIV qui le combla de présents.

  • Johann Gronow, professeur d’histoire à Leyde, « digne successeur de son père » ; on aurait plutôt cru qu’il s’agissait de Jean-Frédéric Gronovius, professeur de belles-lettres à Deventer, puis à Leyde (1611-1672), qui a publié un traité sur les monnaies grecques et romaines (De sesterciis, seu subsecivorum pecuniae veteris Graecae et Romanae, lib. 4, Amsterdam, 1656 et 1691). Le fils se prénomme en effet Jacques (1645-1716) et ne fut nommé à Leyde qu’à la mort de son père en 1675, époque où Patin n’est plus en hollande. Sans doute l’a-t-il connu alors qu’il était professeur à l’université de Pise (avant 1672) mais actualise son adresse professionnelle au moment où il rédige son Liceum patavinum. Quoi qu’il en soit, Gronovius fils est un grand antiquisant, à l’œuvre abondante, qui ne put qu’intéresser le numismate en exil.

  • Johann Jacob Kerscher,

  • Et Johann Ludwig Prosch, du Sénat de Ratisbonne.

  • Tobia Hollander, bourmestre et proconsul de la République helvétique de Schaffhouse, était un savant astronome, auteur d’Amaltheum Astronomicum (Bâle, 1699), mais aussi un antiquisant et numismate expert avec qui Patin « médaillisa » (1636-1711).

  • Antonio Magliabecchi (1633-1714), Florentin, conseiller et bibliothécaire du Grand-Duc de Toscane Côme iii, muséographe de l’Europe savante, ne pouvait que fasciner Charles Patin.

  • L’abbé Francesco Braccesi, l’«  antiquaire du pape », rencontré à Rome,

  • Pietro Bellori (1616-1696). Bellori fut en charge de la bibliothèque et du cabinet de la reine Christine de Suède, de certains cardinaux et du pape. Ses nombreuses publications érudites portent sur la peinture, qui intéressait vivement Patin et ses filles (n’avait-il pas quelques Holbein chez lui ?), sur l’archéologie romaine et sur la numismatique (Selecti nummi dui Antoniani quorum primum anni novi auspicia, Roma, 1676).

  • Patin retrouva à Cologne le savant numismate Ézéchiel Spanheim (1629-1710), déjà rencontré à Paris et à Heidelberg, qui multiplia les missions diplomatiques en tant que gouverneur de l’Électeur palatin, Charles-Louis. Ses collections, son savoir, comme ses travaux pouvaient faire pâlir Patin qui, pourtant, n’était pas néophyte.

  • Johann Friedrich Spanheim, frère du précédent, devenu professeur de théologie à Leyde (1632-1701), mais que Charles Patin rencontra à Heidelberg.

  • Pietro Paolo Busca, archevêque de Monza, un temps conservateur de la Biblioteca Ambrosiana, et auteur d’un livre sur le Serpent d’airain.

  • 48  Il Liceo di Padeova, op. cit., p. 106-107 ((trad. P. Ferté).

27C’est alors que la guerre entre Louis XIV et l’Empereur contraignit Patin à passer en Italie qu’il avoue « avoir préférée à toute autre région comme un jardin du monde, fourmillant de biens, persuadé de la fertilité du terroir, de son antiquité renommée, de sa culture glorieuse et de la sagesse de sa population »48.

4. Un français professeur de médecine à l’université de Padoue et acteur de la vie culturelle vénitienne

  • 49  Didier Foucault, Un philosophe libertin dans l’Europe baroque : Giulio Cesare Vanini (Taurisano, 1 (...)

28 La lettre du chevalier Grimaldi et l’invitation des Grands de Venise le déterminèrent d’autant mieux à franchir les Alpes qu’on lui offrait rien moins qu’une chaire de médecine dans la prestigieuse université de Padoue, ressortissante de la Sérénissime. Même si la fin du xviie siècle marque un déclin sévère de cette Alma mater après l’apogée du début du siècle, une telle nomination n’était pas d’un mince prestige. D. Foucault, dans sa thèse sur Vanini, a décrit le studio de Padoue comme un « centre dynamique et ouvert aux innovations dans tous les domaines du savoir » et « cet esprit padouan qui […] ne cessa de s’imposer jusqu’au xviie siècle comme un des ferments les plus subversifs que nourrissait en son sein la culture occidentale49 ». Fécond, indépendant, ce studio effrontément averroïste a vu passer en chaire ou sur ses bancs Nicolas de Cuse, Pietro d’Abano, John Colet, Pic de la Mirandole, le Tasse, Érasme, Cardan, Fracastor, Vésale, Pomponazzi, Copernic, Galilée dont on montre encore aujourd’hui la chaire en bois, Cremonini, D’Acquapendente, Harvey, Vanini, Peiresc ou Michel de l’Hospital ; et j’en oublie, notamment Gabriel Naudé qui, ironie de l’histoire, dépeint dans une lettre cet état d’esprit savant, « déniaisé », voire même athée, qui animait l’École de Padoue. À qui Naudé écrivait-il cela ? Son correspondant en l’occurrence n’était autre que son ami Guy Patin, le père de Charles, que nul ne savait encore destiné à briller dans l’Archigymnasio. En tout cas, son indépendance intellectuelle trouvait refuge dans l’écrin libéral qu’il lui fallait.

29Il est vrai que ses relations aussi illustres qu’abondantes, comme ses talents éprouvés, aidèrent sa nomination insolite, mais celle-ci fut surtout favorisée par le contexte de contentieux diplomatique franco-vénitien qu’il convient de scruter.

  • 50  Voir Paolo Preto, I servizi segreti di Venezia. Spionaggio e controspionaggio : cifrari, intercett (...)

30L’écrivain français Amelot de la Houssaye, auteur du best-seller L’Homme de cour, avait aussi publié, pendant qu’il était attaché à l’ambassade de France à Venise, une Histoire du gouvernement de Venise : ce livre était doté d’un privilège du roi de France et d’une dédicace au secrétaire d’État à la Guerre, Louvois. Or, l’ouvrage démontrait que la Sérénissime était « dans son déclin ». La peinture sans indulgence de la décadence vénitienne, pour la première foi, proclamée au monde et cautionnée par le Roi Soleil, outragea à tel point les Doges que l’ambassadeur Zuanne Morsini fut missionné pour contre-attaquer : il réussit bien à faire embastiller l’auteur pour quelques semaines ; mais il ne parvint pas à faire interdire le livre qui poursuivit sa diffusion. Un nouvel ambassadeur, Contarini, obtint ensuite que le livre désobligeant fût mis sous séquestre et réussit à empêcher Genève d’en éditer une traduction italienne ; mais le mal était fait, et le livre continua de circuler50.

  • 51  Piero Del Negro, « C. Patin animatore e promotore delle istituzioni culturali padovane del tardo s (...)

31C’est ainsi que Venise et Padoue, en réplique, se firent un malin plaisir à attribuer, en septembre 1676, une chaire médicale à un Français proscrit par le Tellier – comble d’ironie vénitienne, le père de Louvois ! – pour trafic de « libelles diffamatoires » à l’égard du Grand Roi. Comme le souligne P. Del Negro, la nomination padouane de Charles Patin peut être « dans une certaine mesure une affaire Amelot à l’envers 51 », une réponse du berger à la bergère.

  • 52  Ibid., p. 4-6.
  • 53  J.-Fr Dubosc, La France italienne XVIe-XVIIesiècle, Paris, Aubier, 1997, p. 110.

32C’était aussi une façon de redorer le blason culturel de la Sérénissime, supposé pâlissant, en attirant un français renommé52. On allait ainsi à contre-courant de la politique colbertiste de la France qui provoquait alors à son avantage la « fuite des cerveaux », important des techniciens européens réputés, favorisant l’immigration notamment des miroitiers vénitiens. Jean-François Dubost a bien analysé « l’histoire des transferts culturels et technologiques (qui) est au cœur de l’histoire migratoire » franco-italienne. La France a attiré en abondance des banquiers, des hommes d’affaires, des techniciens, des foules de comédiens (la Commedia dell’arte), des musiciens (qu’il suffise de citer Lulli), des maîtres d’armes (Padoue était naguère la capitale de l’escrime, alors transférée à Paris), des maîtres d’équitation, des médecins, des apothicaires, mais aussi des opérateurs et des parfumeurs. Selon lui, « il n’y a jamais eu autant de naturalisations de médecins italiens que durant la première moitié du xviie siècle », même s’il n’y eut pas, parmi eux, de carabins issus de l’université de Padoue, « absence de taille, dit-il, ce qui confirme la dégradation au xviie siècle, du niveau de compétence des médecins 53 ».

  • 54  P. Hazard, La crise de la conscience européenne (1680-1715), Paris, Boivin, 1935, p. 58.
  • 55  B. Brugi, « Un parere di Scipione Maffei intorno allo Studio di Padova sui principi del Settecento (...)

33Certes, l’université de Padoue n’était plus ce qu’elle avait été jadis et même naguère ; mais on peut déceler plutôt, à travers cette absence de Padouans émigrés en France, un signe de cette résistance vénitienne au « renversement du rapport intellectuel entre la France et l’Italie qui joue une si grand rôle pendant toute la première moitié du xviie siècle ». Comme le souligne P. Hazard – d’accord en cela avec Amelot de la Houssaye ! –, on assiste alors au « déclassement politique, moral, intellectuel, d’une Italie qui devient […] la terre des orangers et des ruines, la terre des morts […] On était arrivé à une époque où l’on demandait de la pensée : et elle n’en fournissait plus. Elle déclinait […] C’était l’heure de la France 54 ». Soit. Mais l’appel à Patin peut constituer un autre de ces signes de la résistance culturelle vénitienne. À la génération suivante, Scipion Maffei a justement décrit le déclin de l’université de Padoue et a plaidé pour un sursaut ; de même, un peu plus tard, le Sénat de Venise chercha remède à la décadence en appelant des célébrités comme Vallisneri, Guglielmi, Fardella, Ramazzini ou Morgagni. Patin aurait donc été appelé en éclaireur de la voie du redressement, à un moment où le renversement intellectuel défavorable se doublait, sur le plan géostratégique, d’une pression louis-quatorzienne sur la Sérénissime. Dans l’affaire de la Révolte de Messine contre l’Espagne, appuyée par un débarquement français (1675), le Roi Soleil n’avait-il pas menacé d’envoyer sa flotte bloquer le Golfe si les Vénitiens laissaient passer des renforts habsbourgeois par l’Adriatique55 ?

  • 56  C’est le titre de l’article de P. Del Negro dans Celebrazioni patiniane, op. cit., p. 4.

34Quoi qu’il en soit, une fois nommé (19 septembre 1676), Charles Patin joua à Padoue un rôle culturel fort dynamique qui tranche avec le caractère plutôt falot de la plupart des universitaires français à même époque. Si ma suggestion est bonne, les Vénitiens en général, et les Padouans en particulier, ont à travers sa nomination, réussi leur pari de revivifier sensiblement la vie culturelle, tout en faisant « la nique » au Roi Soleil. P. Del Negro voit clairement en « Charles Patin, un animateur et promoteur des institutions culturelles padouanes de la fin du xviie siècle 56 ».

  • 57  Ibid. p. 7.

35De fait, nommé en septembre 1676 à la chaire de médecine de la faculté de Padoue, Patin y fit d’abord un cours sur le troisième livre d’Avicenne, puis se multiplia comme « médecin, numismate, antiquaire, poète, biographe, voyageur, chroniqueur de fêtes…etc. » Il fut un « animateur efficace » des deux principales institutions culturelles padouanes, l’Université au passé prestigieux, et l’Académie dei Ricovrati où il fut élu le 30 juin 1678. Il dirigea bientôt cette dernière avec tant de fruits que ses historiens reconnaissent que cette période fut comme son âge d’or retrouvé, grâce à son « activité fervente », par « son dynamisme impressionnant qui se traduisait dans des cérémonies fastueuses et des publications de circonstances d d’un indéniable impact, par le recrutement de 70 nouveaux membres et par une formalisation de sa vie sociale qui en accrut le prestige57 ».

  • 58  Voir F. L. Maschietto, Elena Lucrezia Cornaro Piscopia (1646-1684) prima donna laureata nel mondo, (...)

36La première séance académique du « principat » de Patin fut d’ailleurs donnée en l’honneur de la fameuse Elena Lucrezia Cornaro Piscopia qu’avec des collègues de la faculté des Arts, il venait de diplômer en philosophie58 : non seulement celle-ci fut la première femme diplômée au monde, mais encore elle fut la première à être agrégée à l’Académie padouane des Ricovrati, et notre Français y fut pour beaucoup ; à tel point d’ailleurs qu’il souhaita étendre cet honneur aux siens, plus précisément aux …siennes !

  • 59  L. Prudhomme père, Biographie universelle et historique des femmes célèbres, mortes ou vivantes…, (...)

37Sa femme, Magdeleine Hommets (1640-1682) qui publia un recueil de Réfexions morales et chrétiennes (1680) fut ainsi agrégée, de même que ses deux filles, Gabrielle-Charlotte et Charlotte-Catherine, douées de plusieurs talents59.

  • 60  Charlotte donna une Harangue (latine) sur la levée du siège de Vienne et des Tabellae selectae et (...)
  • 61  Voir Piero Del Negro, dans Celebrazioni, op. cit., p. 13-14 ; F.-L. Maschietto, op. cit., p. 133-1 (...)

38Dans un temps phallocratique où l’éducation féminine se limitait au mieux au programme biblique « La femme forte prie, coud et se tait » – que Fénelon mit d’ailleurs en exergue de son fameux Traité d’éducation des filles, réputé progressiste ! –, Charles Patin avait eu l’intelligence de soigner l’éducation et l’instruction de ses demoiselles « bien douées ». Toutes deux se feront d’ailleurs remarquer par des publications érudites60. Mieux encore, lorsque Gabrielle-Charlotte fit imprimer ses Conclusiones philosophica, Charles Patin voulut alors les lui faire soutenir publiquement à l’Université, sous sa présidence, « comme un prélude au doctorat » ! C’en était trop pour l’Alma Mater qui y vit une « singerie » (una simioteria del signor Patino)61 ! À sa grande déception, le précédent de la Piscopia resta un hapax, et la faculté des Arts de Padoue resta fermée aux « dames de lettres » pour encore longtemps.

39Je ne m’appesantirai pas sur son oeuvre médicale : sans faire de découvertes majeures, il eut du moins le mérite de publier un livre au titre précurseur, que peu de confrères étaient alors prêts à envisager, reléguant pour longtemps encore les chirurgiens au rang des barbiers : « Quod optimus medicus debeat esse chirurgus », Qu’on ne saurait être un grand médecin si l’on n’est chirurgien (Padoue, 1681).

  • 62  Son Introductio ad historiam numismatum, véritable manuel de référence en numismatique, a été plus (...)
  • 63  Voir, outre C. Dekesel, op. cit., J. Guillemain, « Les recherches numismatiques de C. Patin d’aprè (...)

40Délaissons également ici son riche apport épistémologique dans le monde de la numismatique, où ses livres font encore autorité62, n’en déplût au Journal des Scavans de Denis de Sallo, à la fois parce que les articles sur cet aspect de son oeuvre abondent63 et qu’on s’écarterait trop du thème de ce numéro spécial. Observons simplement que Patin avouait avoir la médecine pour « femme » et la numismatique pour « maîtresse » et que, s’il choya autant l’une que l’autre, il fit à cette dernière des enfants bien plus remarquables, confirmant le dicton qui assure que les enfants de l’amour sont les plus beaux.

Conclusion

41Finissons plutôt ce travail en restant dans l’axe international du statut universitaire.

Charles Patin anima si efficacement la sociabilité intellectuelle padouane que le doge de Venise, Alvise Contarini, conféra solennellement le titre de chevalier de San Marco au proscrit de Louis XIV ; clin d’œil rancunier : c’était un Contarini qui n’avait pu neutraliser tout à fait la diffusion du livre d’Amelot, dédié à Louis xiv, sur la prétendue décadence vénitienne…

  • 64  P. Del Negro, art. cité, p. 12.

42Dans le même esprit vengeur, Patin multiplia à l’Académie des solennités philohabsbourgeoises, célébrant la naissance de l’archiduc d’Autriche héritier de l’Empire, ce qui lui valut d’être agrégé, en mai 1679, à l’académie césaro-léopoldine Naturae Curiosorum (des Curieux de la nature). Il élargit également le cercle du recrutement de l’Académie padouane dei Ricovrati, jusque-là bien casanier, non seulement en intégrant quatre femmes, mais aussi sur le plan géographique, agrégeant des médecins de Lyon, de Nüremberg, de Brunswick, des astronomes de Lipse, des mathématiciens de Strasbourg, des Suisses, des Danois, des Anglais… « En somme, conclut P. Del Negro, Patin […] transforma une institution culturelle municipale en un pôle bien inscrit dans le circuit européen de la République des lettres64 » ; finalement le circuit qu’il avait parcouru avec fruit dans sa peregrinatio forcée.

  • 65  BnF, ms. Fr. 22074, pièces 24-25 et 22087, pièce 175 ; d’après H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et so (...)

43Ultimes représailles feutrées contre le Roi Soleil : Charles Patin avait d’abord obtenu la chaire de médecine pratique extraordinaire en 1676 ; lorsque, en 1681, Louis XIV tenta, en le graciant65, de le faire rentrer en France, Patin eut cette réaction libertine qui en disait long sur son caractère bien trempé : « De quelle grâce veut-on parler ? Je ne connais point mon crime » ; pis, l’université de Padoue renforça la provocation en lui octroyant sur le champs la première chaire de chirurgie puis (9 octobre1683) celle de médecine pratique extraordinaire : sur l’échiquier politique international où le prestige culturel supplée parfois le potentiel militaire, la carrière universitaire de Charles Patin illustre donc un subtil bras de fer diplomatique, où l’université de Padoue et Venise firent ainsi, une nouvelle, fois échec au roi, au Grand Roi.

Figure 2

Figure 2

Portrait  de Charles Patin, et page de garde de son ouvrage Lyceum Patavinum sive icones et vitae professorum.

Lyceum Patavinum sive icones et vitae professorum Patavii 1682 publice docentium, Patavii, P. M. Frambotti, 1682, p. 77.

Figure 3

Figure 3

Portrait de Charles Patin illustrant son traité Thesaurus numismaticum e musaeo Caroli Patini, Thesaurus numismaticum e musaeo Caroli Patini, Amsterdam, 1672 (gravé par Roos).

Figure 4

Figure 4

Les trois femmes de lettres de Charles Patin, son épouse Madeleine, à gauche, et ses deux filles à droite.

Ouvrage publié par sa fille Charlotte Catherine Patin, Tabellae selectae ac explicatae, Patavii, 1691 (gravure probablement de Noël-Robert fils).

Figure 5

Figure 5

Le Palazzo del Bo, siège de l’université de Padoue où enseignait Charles Patin : vue actuelle.

Cliché de P. Ferté.

Figure 6

Figure 6

L’entrée de l’aula magna, amphithéâtre de l’Université de Padoue aujourd’hui.

Cliché de P. Ferté.

Figure 7

Figure 7

Vue de l'université de Padoue (Palazzo del Bo), par Francesco Bertelli, mi-XVIIe siècle.

Figure 8

Figure 8

Plaque à la mémoire de Charles Patin dans la cathédrale de Padoue.

Cliché de P. Ferté.

Haut de page

Notes

1  Voir C. Dekesel, Charles Patin. A Man without Country (Paris-France 23 February 1633 – Padova-Italy, 10 October 1693. An annotated and illustrated Bibliography, Gand, Biblioteca Nulmismatica Siciliana, 1990 ; voir aussi les articles du même auteur, notamment dans les Atti cités à la note suiv.

2  Celebrazioni Patiniane (4 maggio 1994). Atti,  Giovanni Gorini dir., Centro per la Storia dell’Università di Padova, dans Quaderni per la Storia dell’Università di Padova, 29, 1996, Padoue, Ed. Antenore, p. 3-109.

3  Patavii, MDCLXXXII. Publice documentium. Pars prior, Theologos, Philosophos & Medicos complectens. Per Carolum Patinum, Eq. D. M. [soit chevalier de Saint-Marc], Doctor medicus Parisiensem, Primarium Chirurgiæ professorem.

4  Charles Patin, Il liceo di Padova. A cura di Piero Del Negro. Traduzione di Adriano Ciccotosto, Trevise, Edizioni Antilia, 2000, 2 vol.

5  Voir la description plus détaillée dans P. Ferté : « Charles Patin, antiquaire, professeur de chirurgie et historiographe de l’université de Padoue (1682) », Bull. du Centre  d’étude d’histoire de la médecine, n° 34, oct. 2000, p. 19-23.

6  Voir infra ma conjecture sur l’origine de cette idée dans sa visite auprès du recteur de l’université de Vienne, Paul de Sorbais.

7  J’ai donné une première réflexion sur C. Patin dans le Bull. du Centre  d’étude d’histoire de la médecine, n° 35, janv. 2001, p. 44-63. 

8  Voir la préface à l’Éloge de la folie (trad. P. de Nolhac), par Maurice Rat, Paris, Garnier Flammarion, 1964.

9  P. Del Negro, dans Quaderni cités, p. 15.

10  Voir notamment Françoise Waquet, «  Charles Patin (1633-1693) et la République des lettres. Étude d’un réseau intellectuel dans l’Europe du XVIie siècle », Lias 12 (1985), p. 115-136.

11  Amsterdam, 1734, t. I, p. 202-229. Voir également Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, et Nouvelles de la république des Lettres, avril 1687 ; voir encore la Biographie médicale d’après Daniel Leclerc, Éloy, etc. par Bayle et Thillaye,Paris, 1855, p. 504-505 ; L. J. Renauldin, Études historiques et critiques sur les médecins numismates, Paris, Baillière, 1851.

12  Guy Patin, Correspondance,Cologne, 1682 ; Paris, 1846.

13  Francis R. Packard, Guy Patin and the medical profession in Paris in the xviith Century, New-York, Paul B. Hoeber, 1925 (rééd., New York, 1970).

14  Je me permets de signaler ici une erreur du traducteur italien qui dit Gontier natif  « de Rouen », alors qu’il s’agit de « Roanne sur la Loire » : Roanna eius patria, urbs ad Ligerim satis celebris (C. Patin, Patini Lyceum Patavinum, op. cit., p. 80)

15  Voir par exemple Patrick Ferté, « La réorganisation des études de droit par Louis xiv (1679) : une réforme  universitaire dénaturée et ses effets pervers », dans Histoire de l’enseignement du droit à Toulouse, O. Devaux dir., (coll. « Études d’histoire du droit et des idées politiques », n° 11), Toulouse, Presses de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse, 2007, p. 55-93, ou dans le n° spécial des Annales du Midi : Les universités méridionales sous l’Ancien Régime (oct.-déc. 2009, t. 121, n° 268), P. Ferté, « L’autonomie des universités sous l’Ancien régime : un bilan peu édifiant », p. 545-568.

16  F. R. Packard, op. cit.

17  Voir C. Dekesel, op. cit.

18  Voir sur cette affaire, l’Histoire générale de la presse, Cl. Bellanger, J. Godechot, P. Guiral et F. Terrou dir., Paris, PUF, 1969, t. I, p. 129 sq. ; également R. Birn, Le troisième centenaire du Journal des Savants, Paris, Klincksieck, 1965.

19  Le Journal des Scavans de l’an MDCLXV, 23 février 1665, p. 148-149 et 2 mars 1666, p. 200-204.

20  Guy Patin, Correspondance, Paris, 1846, t. iv, p. 217-218.

21  BnF, ms. Fr. 22087, pièce 175 ; citée par H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), Genève, Droz, t. ii, p. 665 et n. 21.

22  BnF, ms. Fr. 21855, f° 128 v° et Ravaisson-Mollien, Archives de la Bastille. Documents inédits recueillis et p. p. F. Ravaisson, Paris, 1866, t. viiI, p. 202-203.

23  Françoise Wacquet, « Guy and Charles Patin, père et fils, et la contrebande du livre à Paris au xviie siècle », Journal des Savants, 1979, p. 125-158, et dans Lias 12 (1985), art. cité, p. 115-136 ; C. Dekesel, op. cit. et « C. Patin from fame to misfortune », dans Celebrazioni patiniane.

24  H.-J. Martin, op. cit., t. ii.

25  R. Pintard, La Mothe Le Vayer, Gassendi, Guy Patin, Études de bibliographie et de critique, Paris, A. Cherel, 1943, p. 68.

26  Selon la Correspondance de son père, Guy Patin, Cologne, 1691, t. III, p. 370-373.

27  Arch. Nat., Y 12128 ; et F. Waquet, « Guy and Charles Patin, père et fils, et la contrebande du livre… », art. cité.

28  Bibl. de l’Arsenal (Paris), Fonds Bastille, Prisonniers (Dossiers individuels, n° 10334, 1667) ; C. Dekesel, « C. Patin from fame to misfortune », dans Celebrazioni patiniane, op. cit., p. 25.

29 Ibid.

30 Ibid. pl. V.

31 Lycevm Patavinvm, per Carolvm Patinvm, op. cit., p. 91-104.

32  Charles Patin, Relations historiques et curieuses de voyages en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse, etc., Lyon, Claude Muguet, 1674 ; 2e éd., Lyon, Muguet, 1676 (10-273 p.) ; Amsterdam, Mortier, 1695. Une édition bâloise intitulée Quatre relations historiques, avait paru en 1673 et se trouve à la Bibl. de Chambéry.

33  Nous nous contentons de signaler ici quelques-uns des outils qui abondent, comme J.-E. Dezeimeris, Dictionnaire historique de la médecine  ancienne et moderne, 1839, et les divers Dictionnaires de biographie français (Michaud, Hoefer, Roman d’Amat, etc.), allemands, suisses et italiens, notamment  Allgemeine Deutsche Biographie, Leipzig, 1896 ; Neue Deutsche Biographie, Berlin, 2005 ; August Hirsch, Biographisches Lexikon der hervorragenden Aerzte aller Zeiten und Völker, Wien-Leipzig, 1887, etc.

34  Pour plus de renseignements sur les liens entre Patin et Nüremberg, voir J. Pirson, « Die Beziehungen des Pariser Arztes Charles Patin zu Nürnberger Freunden und Gönnern », dans Mitteilungen des Vereins d. Geschichte Nürnberg 49 (1959), p. 274-338..

35  Voir Alberto Jori, Hermann Conring (1606-1691). Der Begründer der deutschen Rechtsgeschichte, Tübingen, MVK, 2006.

36  Commentaires sur les Aphorismes d’Hippocrate, Vienne, 1681 (en latin) ; Médecine universelle, théorique et pratique, 1701 (latin) ; Consilium medicum, sive dialogus de peste Viennensi, Vienne, 1679.

37  Non identifié, comme les deux suivant.

38  R. Pintard, La Mothe Le Vayer, Gassendi, Guy Patin,…op. cit., p. 168.

39  Il Licei di Padova, op. cit., ii, p. 104.

40  Jacob Spon, un humaniste lyonnais du XVIIe s., R. Estienne et J.-Cl. Mossière dir., Lyon, 1993 (Publ. de la Bibl. Salomon-Reinach), Université Lumière-Lyon 2, VI ; voir notamment Fr. Bayard, « La vie de Jacob Spon (1647-1685) », p. 31-37.

41  Bibl. mun. Lyon, ms. 1720. J. Guillemain, « Les recherches numismatiques de C. Patin d’après ses lettres à Jacob Spon », dans Celebrazioni Patiniane, op. cit., p. 45 sq.

42  Ibid., p. 48.

43  Une traduction italienne rédigée par P. F. Scarabelli a paru deux ans après (Museo  e Galeria dal supere…, Tortone, 1666).

44  E. Guyénot, Les sciences de la vie aux xviie et xviiie siècles, Paris, Albin Michel, 1941 ; M. Daumas, Les instruments scientifiques aux xviie et xviiie siècles, Paris, PUF, 1953.

45  Lyceum Patavinum, op. cit., p. 97 et t. ii, p. 104. Non identifié, pas plus que les médecins padouans et vicentins suivants.

46  Collection aujourd’hui partagée entre le Musée de la ville et l’université de Bâle (depuis 1823).

47  Lyon, 1674 ; 2e éd., Lyon, Claude Muguet, 1676. Sébastien Faesch y a d’ailleurs écrit un « Quatrain pour le portrait de Patin » qui orne les susdites Relations historiques et curieuses.

48  Il Liceo di Padeova, op. cit., p. 106-107 ((trad. P. Ferté).

49  Didier Foucault, Un philosophe libertin dans l’Europe baroque : Giulio Cesare Vanini (Taurisano, 1585 – Toulouse, 1619), Paris, H. Champion, 2003.

50  Voir Paolo Preto, I servizi segreti di Venezia. Spionaggio e controspionaggio : cifrari, intercettazioni, delazioni, tra mito e realtà, Milan, Il Saggiatore Tascabili, 1994, p. 436 sq. ; P. Del Negro, « Forme e istituzioni dei discorso politico veneziano », et G. Gaeta, « Venezia da « stato misto » ad aristocrazia « esemplare », dans Storia della cultura veneta, G. Arnaldi, M. Pastore Stocchi, 4/II, Il Seicento, Vicenza, Neri Pozza, 1984, p. 420-421 et 491-493.

51  Piero Del Negro, « C. Patin animatore e promotore delle istituzioni culturali padovane del tardo seicento », dans Celebrazioni patiniane, op. cit., p. 4.

52  Ibid., p. 4-6.

53  J.-Fr Dubosc, La France italienne XVIe-XVIIesiècle, Paris, Aubier, 1997, p. 110.

54  P. Hazard, La crise de la conscience européenne (1680-1715), Paris, Boivin, 1935, p. 58.

55  B. Brugi, « Un parere di Scipione Maffei intorno allo Studio di Padova sui principi del Settecento », Atti del reale Istituto Veneto di scienze, letere ed arti, 69 (1909-1910), II, p. 575-581 et M. Ripa Bonati, A. Gamba dans Quaderni, cité, p. 59-60.

56  C’est le titre de l’article de P. Del Negro dans Celebrazioni patiniane, op. cit., p. 4.

57  Ibid. p. 7.

58  Voir F. L. Maschietto, Elena Lucrezia Cornaro Piscopia (1646-1684) prima donna laureata nel mondo, Padova, 1978 ; M. L. Nichetti Spanio, « Academie padovane nel Sei e nel Settecento », dans Accademia e cultura. Aspetti storici tra Sei e Settecento, Firenze, Olschki, 1979, p. 211-221 ; L. Lazzarini, « La vita accademica dei « Ricovrati di Padova dal 1668 al 1684 e Elena Lucrezia Cornaro Piscopia », Atti e memorie dell’ccademua Patavina di scienze, lettere ed arti, 94 (1981-1982), p. 50-109.

59  L. Prudhomme père, Biographie universelle et historique des femmes célèbres, mortes ou vivantes…, Paris, 1830.

60  Charlotte donna une Harangue (latine) sur la levée du siège de Vienne et des Tabellae selectae et explicatae, Padoue, 1691 (explication de 41 tableaux de maîtres ; le 42e représentant Charles et sa famille (voir illustration annexe). Gabrielle publia une Dissertation sur le phénix d’une médaille de Caracalla, Venise, 1683, et même un panégyrique de Louis XIV !

61  Voir Piero Del Negro, dans Celebrazioni, op. cit., p. 13-14 ; F.-L. Maschietto, op. cit., p. 133-138 ; L. Lazzarini, Vita accademica, art. cité, p. 80-83.

62  Son Introductio ad historiam numismatum, véritable manuel de référence en numismatique, a été plusieurs fois édité, en français, en latin (Paris, 1665 ; Amsterdam, 1683), de même que son Introduction à la connoissance des médailles, édité pour la troisième fois en 1691, et même après sa mort, sous le titre remanié de : Histoire des Médailles ou introduction à la connoissance de cette science, (Paris, Amsterdam, 1695 ; Espagne, 1771). Voir également  P. Ferté, dans Bull. du Centre  d’étude d’histoire de la médecine, n° 35, janv. 2001 : p. 60 à 62, j’essaie de démontrer, à la suite de G. Gorini, que son rôle novateur dans la science numismatique provient de sa formation médicale et chirurgicale, et de son état d’esprit positiviste en phase avec le microcosme intellectuel padouan.

63  Voir, outre C. Dekesel, op. cit., J. Guillemain, « Les recherches numismatiques de C. Patin d’après ses lettres à Jacob Spon », Celebrazioni patiniane, op. cit., p. 55 sq. ; F. Waquet, « Collections et érudition au XVIIe siècle : l’exemple de Charles Patin », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa (Classe di lettere e filosofia), s. III, vol. 19 (1989), p. 979-1000 ; G. Gorini, Moneta antiche a Padova, 1972  et du même « Der Artz und Numismatiker Charles in Padua », Wolfenbütteler Forschungen, 64 (1995), p. 39-46 ; N. Ivanoff, « La collezzione Rosa-Patin ed alcuni artisti stranieri a Padova nel XVII secolo », Arte veneta, 23 (1969), p. 236-238 ; I. Favaretto, Arte antica e cultura antiquaria nelle collezioni venete al tempo delle Serenissima, Roma, 1990 et du même, « Gli interessi antiquari di C. Patin », Celebrazioni patiniane, op. cit., p. 67-77 ; A. Castiglioni, « Carlo Patin (1633-1693). Un medico e umanista parigino, professore nello Studio di Padova », Rassegna clinico-scientifica dell’Istituto biochimico italiano, II, (1933), n° 7, p. 1-26 et G. Biasuz, « Carlo Patin medico e numismatico », Bolletino del Museo Civico di Padova, 46-47 (1957-1958), p. 67-116 ; sans oublier les travaux consacrés à ses correspondants numismates et « antiquaires », notamment Spon ou Galland ; notamment M. Veillon, « Antoine Galland, ou la vie d’un antiquaire dans la « République Médallique », Médailles & antiques, I (1989).

64  P. Del Negro, art. cité, p. 12.

65  BnF, ms. Fr. 22074, pièces 24-25 et 22087, pièce 175 ; d’après H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., t. ii, p. 665, n. 21.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2
Légende Portrait  de Charles Patin, et page de garde de son ouvrage Lyceum Patavinum sive icones et vitae professorum.
Crédits Lyceum Patavinum sive icones et vitae professorum Patavii 1682 publice docentium, Patavii, P. M. Frambotti, 1682, p. 77.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3
Légende Portrait de Charles Patin illustrant son traité Thesaurus numismaticum e musaeo Caroli Patini, Thesaurus numismaticum e musaeo Caroli Patini, Amsterdam, 1672 (gravé par Roos).
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/475/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4
Légende Les trois femmes de lettres de Charles Patin, son épouse Madeleine, à gauche, et ses deux filles à droite.
Crédits Ouvrage publié par sa fille Charlotte Catherine Patin, Tabellae selectae ac explicatae, Patavii, 1691 (gravure probablement de Noël-Robert fils).
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/475/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 5
Légende Le Palazzo del Bo, siège de l’université de Padoue où enseignait Charles Patin : vue actuelle.
Crédits Cliché de P. Ferté.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/475/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 6
Légende L’entrée de l’aula magna, amphithéâtre de l’Université de Padoue aujourd’hui.
Crédits Cliché de P. Ferté.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/475/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 7
Légende Vue de l'université de Padoue (Palazzo del Bo), par Francesco Bertelli, mi-XVIIe siècle.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/475/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 8
Légende Plaque à la mémoire de Charles Patin dans la cathédrale de Padoue.
Crédits Cliché de P. Ferté.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/475/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Ferté, « De Paris à Padoue, le grand tour d’un universitaire proscrit par Louis XIV : Charles Patin, médecin, numismate (1633-1693) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 22 février 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/475 ; DOI : 10.4000/framespa.475

Haut de page

Auteur

Patrick Ferté

Patrick Ferté, maître de conférences d’histoire moderne à l’université de Toulouse-Le Mirail, est l’auteur de nombreux livres et articles spécialisés sur le monde universitaire d’Ancien Régime, professeurs mais surtout étudiants méridionaux dont il a entrepris le recensement systématique dans une perspective d’histoire sociale (déjà 5 volumes parus). Derniers ouvrages parus : P. Ferté, Répertoire des Étudiants du Midi de la France (1561-1793). Pour une prosopographie des élites, Toulouse, Presses de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse/Albi, Presses du Centre universitaire Champollion : t. 1, Diocèses d’Albi, Castres, Lavaur, Montauban, 2002 ; t. 2 : Diocèse de Cahors, 2004 ; t. 3 : Rouergue, 2006 ; t. 4 : Diocèses pyrénéens, 2008 ; t. 5 : Languedoc-Roussillon, 2010.P. Ferté, C. Barrera dir., Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (16e s.- 20e s.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Tempus », 2010. P. Ferté dir., n° spécial des Annales du Midi : Les universités méridionales sous l’Ancien Régime (t. 121, n° 268, oct.-déc. 2009).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org