Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Voir par exemple, Jean-Philippe Leresche, Philippe Larédo et Karl Weber, Recherche et enseignement (...)

1Il n’est guère possible aujourd’hui d’échapper aux débats sur l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche, tant ce qui relève de l’international fait désormais partie des modes de fonctionnement quotidiens et surtout des critères d’évaluation des universités. Colloques et publications se multiplient donc sur le sujet1. Si le processus connaît actuellement un développement considérable, il n’est pas pour autant inédit puisque les universités sont ouvertes aux relations internationales depuis le Moyen Âge, époque où étudiants et professeurs allaient et venaient d’une université à une autre, dans une Europe savante unie par une langue d’étude commune (le latin), des organisations universitaires proches et par une législation sur les étudiants et les professeurs étrangers, favorable à leur mobilité.

  • 2  Pierre Bourdieux et Jean-Claude Passeron, Les héritiers, les étudiants et la culture, Paris, 1964  (...)
  • 3  Mary-Jo Nye, Sciences in the Provinces, scientific communities and provincial leadership in France(...)
  • 4  Robert Fox, et G. Weisz éd., The organization of Science and Technology in France (1808-1914), Par (...)
  • 5  Jacques Léonard, Les médecins de l’Ouest au XIXe siècle, Lille, atelier de reproduction des thèses (...)
  • 6  Mario Carelli, Cultures croisées. Histoire des échanges culturels entre la France et le Brésil, de (...)
  • 7  Gilles Matthieu, Une ambition sud-américaine, politique culturelle de la France, Paris, L’Harmatta (...)
  • 8  François Roche (dir.), Mélanges de l’École française de Rome. La culture dans les relations intern (...)
  • 9  Christine Okret-Manville, La politique de promotion culturelle britannique en France (1920-1953). (...)
  • 10  Ce paragraphe reprend très largement et de façon très synthétique les pages consacrées au bilan de (...)

2Pendant longtemps cependant, cette « mémoire de l’histoire » a été occultée dans les travaux historiographiques sur l’université. Les nombreux ouvrages commémoratifs mentionnent bien les échanges internationaux, mais assez rapidement, souvent pour illustrer l’idée d’une « ouverture sur l’extérieur », sans s’appuyer sur des études systématiques et approfondies. Les recherches sociologiques qui se sont multipliées sur la France à partir des années 1960 poursuivaient pour leur part, des objectifs hexagonaux, liés à la compréhension du rôle de l’enseignement supérieur dans une société française en voie de transformation rapide et surtout de la crise universitaire2. Les historiens anglo-saxons se sont passionnés pour le bicéphalisme français (universités-grandes écoles), les réformes de la Troisième République, le rôle de la province au sein d’un système très centralisé3 ou pour la question du déclin de la science française au XIXe siècle, remettant en cause une vision parfois trop caricaturale4. Par la suite, des travaux non spécifiquement consacrés à l’enseignement supérieur ont intégré les questions liées à l’université5. On retiendra surtout, pour la période très récente, que l’histoire culturelle internationale en plein développement, fait désormais place à l’université, comme en témoignent les ouvrages de Mario Carelli sur les échanges culturels franco-brésiliens6, de Gilles Matthieu7, de François Roche8, ou encore la thèse de Christine Okret-Manville sur la politique de promotion culturelle britannique en France (1920-1953)9. Le renouvellement de la recherche sur les universités est essentiellement venu des prosopographies enseignantes et de l’histoire des disciplines. Les professeurs, notamment ceux de la capitale, peuvent désormais être situés socialement et intellectuellement ; leurs rôles multiples, professionnels, politiques, idéologiques sont traçables ; les enjeux des luttes internes aux disciplines peuvent être analysés ; la place faite à l’ouverture et à l’innovation perçue, etc. Ces travaux permettent finalement d’aborder, à nouveau, les questions initiales des années 1960 sur la gravité des crises universitaires françaises10.

  • 11  Christophe Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Le Seuil, 1994, 506 p. ; I (...)
  • 12  Victor Karady, « La migration internationale d’étudiants en Europe », Actes de la Recherche en Sci (...)

3 Enfin et c’est ce qui nous intéresse ici, à l’instigation principale de Christophe Charle, l’université a été réintégrée dans son « environnement naturel », c’est-à-dire, européen et par suite, international. Ses travaux, consacrés à l’université (au premier rang desquels La République des universitaires), ou à l’histoire intellectuelle, témoignent de la mise en œuvre d’une problématique comparative à l’échelle européenne11. Cette nécessité de la prise en compte de la perspective internationale a été particulièrement entendue par les historiens ou les sociologues des migrations étudiantes internationales, modernistes, ou contemporanéistes, aux premiers rangs desquels, Victor Karady dans ses travaux sur les étudiants étrangers12. Sur les migrations étudiantes internationales, le travail réalisé par les différents réseaux de chercheurs, est considérable, nous y reviendrons.

4Sans que la dimension européenne ou internationale soit forcément encore pleinement intégrée dans les ouvrages ou les recherches consacrés à l’enseignement supérieur ou à ses enseignants, les travaux abordant tel ou tel aspect de cette dimension se multiplient et sont valorisés par une rubrique spécifique de la bibliographie annuelle de la revue de référence Histoire de l’éducation. Nous en ferons ici rapidement, et sans prétention d’exhaustivité, un tour d’horizon bibliographique afin de mettre en valeur, ce champ d’études constitutif de l’histoire des universités et extrêmement riche et prometteur, avant de laisser la place aux différents auteurs qui ont participé à ce numéro dédié aux relations internationales des universités.

Des hommes et des femmes sur la scène universitaire internationale

Les universitaires, biographies collectives ou individuelles

  • 13  Christophe Charle, La république des universitaires…, op. cit., p. 343 et suiv. Voir aussi « Ambas (...)
  • 14  Christophe Charle, « L’élite universitaire française et le modèle universitaire allemand (1880-190 (...)
  • 15  Eva Telkes, « Présentation de la faculté des sciences et de son personnel, à Paris, 1901-1939 », R (...)
  • 16  Caroline Barrera, « Les recteurs et les relations internationales de l’université toulousaine, xix (...)

5Les relations internationales des universités ont d’abord été abordées par le biais de leurs animateurs, les universitaires, replacés dans le contexte général de la croissance des universités sous la Troisième République. Christophe Charle, on l’a dit, a été pionnier en la matière, en intégrant les questions relatives au rapport à l’étranger dans toutes ses dimensions ou en s’interrogeant sur le rôle de l’universitaire en mobilité internationale, analysant précisément ce qu’il y fait, avec qui et dans quelles conditions. Est-il selon son expression, désormais classique, un ambassadeur ou un chercheur ?13 Ses travaux concernent surtout les professeurs parisiens et sont particulièrement pointus concernant les relations avec l’Allemagne14. D’autres chercheurs, comme Eva Telkes qui a travaillé sur le personnel de la faculté des Sciences de Paris, intègre donc, elle aussi, la dimension internationale avec des statistiques sur les universitaires ayant suivi une formation à l’étranger par exemple15. À l’occasion du bicentenaire des rectorats et des colloques qui ont été organisés à cette occasion, ces interrogations ont pu s’étendre à d’autres personnages de l’université, souvent universitaires eux aussi, les recteurs16.

  • 17  Chantal Morelle et Pierre Jacob, Henri Laugier. Un esprit sans frontières, Paris-Bruxelles, LGD/Br (...)
  • 18  Corine Bonnet, Le grand atelier de la science. Franz Cumont et l’Altertumswissenschaft. Héritages (...)
  • 19  M. i Pereira De Queiroz, « Les années brésiliennes de Roger Bastide », dans Archives des sciences (...)
  • 20  Peter Schöttler, « Marc Bloch et l’Allemagne » / trad. De l’allemand par Corinne Defrance, dans Re (...)
  • 21  Voir par exemple, Jean-Pierre Laurent, « Une opposition structurante pour l’anthropologie structur (...)

6Cette approche collective, destinée à déterminer la norme s’enrichit des biographies individuelles. Il ne peut s’agir ici que de citer quelques exemples de travaux qui mettent en valeur les trajectoires internationales de quelques universitaires, à l’exemple du livre de Chantal Morelle et de Pierre Jacob sur Henri Laugier, un esprit sans frontières17, de l’ouvrage collectif dirigé par Corinne Bonnet sur Franz Cumont18, des travaux de M. i Pereira De Queiroz sur les années brésiliennes de Roger Bastide, d’Annie Cohen-Solal sur Claude Levi-Strauss19 ou encore de l’article de Peter Schöttler sur Marc Bloch et l’Allemagne, qui aborde notamment son séjour d’étude à Berlin et à Leipzig en 1908-190920. Il semble important de signaler que cette approche individuelle est essentielle pour appréhender les conséquences des voyages sur la vie intellectuelle et scientifique et pour façonner les études plus collectives21.

Les universitaires, engagements & débats sur les affaires internationales

  • 22  Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerr (...)
  • 23  Laurent Jalabert, Le Grand débat. Les universitaires français – historiens et géographes – et les (...)

7On sait combien les intellectuels, et parmi eux nombre d’universitaires, se sont engagés dans les affaires intérieures22. Qu’en est-il de cette prise de position quand il s’agit des affaires d’un autre pays ou des affaires internationales ? Fonctionnaires d’État, la question de l’engagement des universitaires pose immédiatement celle de leur indépendance politique par rapport à leur tutelle. Ainsi, pour la deuxième moitié du XXe siècle, deux grands débats ont divisé les intellectuels français, et parmi eux les universitaires, le communisme et les guerres coloniales. Sur la question du rapport des universitaires français, historiens et géographes, avec les pays communistes, on se référera au travail extrêmement précieux de Laurent Jalabert qui étudie les débats qui animèrent la communauté des historiens et des géographes de 1945 à 199123.

La mobilité étudiante

  • 24  Patrick Ferté & Caroline Barrera (directeurs scientifiques), Les étudiants de l’exil. Migrations i (...)

8Nous ne nous attarderons pas ici sur l’historiographie et la bibliographie des étudiants étrangers et coloniaux, maintes fois présentée ces dernières années. Le lecteur pourra se référer à la très complète bibliographie dressée par Patrick Ferté dans l’ouvrage collectif Étudiants de l’exil, présenté plus bas dans la rubrique des comptes rendus24.

  • 25  Catherine Valenti, « Les Membres de l’École française d’Athènes : étude d’une élite universitaire (...)
  • 26  Emmanuelle Karagiannis, « Les Membres de l’École française d’Athènes et le domaine néo-hellénique  (...)
  • 27  Didier Ozanam, « Les Chartistes en Espagne », dans L’École nationale des chartes. Histoire de l’Éc (...)
  • 28  Mireille Corbier, « Les Sévriennes à l’École de Rome », dans Bulletin de la Société des amis de l’ (...)

9Il convient en revanche de mettre en valeur les travaux, moins connus sur les étudiants français qui partent à l’étranger, et notamment ceux de Catherine Valenti sur les membres de l’École française d’Athènes25 ou d’Emmanuelle Karagiannis26. Le rôle des Chartistes à l’étranger a lui fait l’objet de différents articles dans un ouvrage consacré à l’histoire de l’École, coordonnée par Yves-Marie Bercé, Olivier Guyotjeannin et Marc Smith27. D’autres articles abordent le sujet mais de façon très succincte, ainsi ceux sur les Sévriennes dans les différentes écoles françaises à l’étranger28. L’étude des voyages à l’étranger des étudiants français issus des universités de l’hexagone reste à faire.

L’approche institutionnelle

Les établissements

  • 29  Frédéric Abécassis, L’Enseignement étranger en Égypte et les élites locales (1920-1960), francopho (...)
  • 30  Catherine Valenti, L’école française d’Athènes depuis 1846, Paris, Belin, 2006, 221 p. Voir aussi, (...)
  • 31  Didier Vivier, « Un Enjeu de politique scientifique : la Section étrangère de l’École française d’ (...)
  • 32  Catherine Clémentin-Ojha, « Les ethnologies de l’École française d’Extrême-Orient », dans Académie (...)
  • 33  L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, 366 p. ; L’École française de Rom (...)
  • 34  Ernest Will, « Cinquante ans d’histoire : de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth à l’Ins (...)
  • 35  Voir par exemple, Isabelle Renard, « À l’origine des instituts culturels français à l’étranger. L’ (...)
  • 36  Voir par exemple, Annie Guénard, « Les Instituts français en Europe centrale et orientale dans les (...)

10Les relations internationales peuvent également être abordées par le biais institutionnel. Les développements sont multiples. Il peut s’agir de l’enseignement étranger dans un pays, à l’exemple de ce que traite la thèse de Frédéric Abécassis sur l’Égypte29, ou de monographies sur tel ou tel établissement étranger, aux premiers rangs desquels on trouve des écoles françaises à l’étranger destinées principalement aux Français, déjà évoquées au sujet des étudiants. Elles ont fait l’objet de nombreux travaux, comme ceux de Catherine Valenti sur l’École française d’Athènes30, de Didier Vivier31, de Marie-Christine Cavigneaux ou de Catherine Clémentin-Ojha, sur l’École française d’Extrême-Orient, fondée à Hanoi en 1900 (et dont le siège est à présent à Paris)32, de différents auteurs sur l’École française de Rome33, d’Ernest Will ou de Mathilde Gélin sur l’Institut français d’archéologie de Beyrouth34. Il peut s’agir ensuite d’établissements liés à des universités mères d’un pays européen mais destinés au public étranger au sens large, comme c’est le cas pour les Instituts français à l’étranger, qui ont fait l’objet de différents articles, souvent monographiques35 ou couvrant une aire géographique large, comme l’article d’Annie Guénard, sur ceux d’Europe centrale et orientale dans les années 193036.

  • 37  Dmitri A. Gutnov, « L’École russe des hautes études sociales de Paris, (1901-1906) », Cahiers de M (...)

11Des établissements d’enseignement supérieur destinés aux autochtones ou aux nationaux expatriés peuvent également s’être installés à l’étranger, comme l’a montré Dmitri A. Gutnov, pour l’École russe des hautes études sociales fondée à Paris en 190137.

  • 38  Anne-marie Quint, « Le portugais dans les universités françaises », dans Recherches en anthropolog (...)

12Il peut s’agir aussi de tous les établissements créés au sein des États nationaux avec la spécificité d’étudier telle ou telle partie du monde ou des chaires liées à l’étranger. Ainsi pour le portugais, on peut se référer, pour la période récente, au travail d’Anne-Marie Quint sur le portugais dans les universités françaises38.

Les institutions du rayonnement international

  • 39  Johann Chapoutot, « La discipline et la force massive, contre l’intelligence française : Office na (...)
  • 40  Gilles Ferragu, « L’École française de Rome, une annexe de l’ambassade ? », dans Mélanges de l’Éco (...)

13Il convient bien sûr de citer les organismes qui ne sont pas des établissements d’enseignement universitaire, ni liés directement à telle ou telle université-mère mais qui contribuent au rayonnement de l’université française. À cet égard, l’ONUEF (Office national des universités et des écoles françaises) est un maillon essentiel du dispositif. On se référera à l’article de Johann Chapoutot39. Le questionnement diplomatique que Christophe Charle a appliqué aux universitaires peut d’ailleurs l’être également aux institutions d’enseignement, comme l’a fait Gilles Ferragu au sujet de l’École française de Rome40.

La perspective supranationale et le mécénat

  • 41  Brigitte Mazon, Aux Origines de L’École Des Hautes Études En Sciences Sociales. Le Rôle Du Mécénat (...)
  • 42  Jean-François Picard, La Fondation Rockefeller et la recherche médicale, Paris, PUF, 1999, 237 p.
  • 43  Giuliana Gemelli (ed.), The Ford Foundation and Europe. Cross-fertilization of learning in Managem (...)
  • 44  Elysabeth Crawford, La fondation des prix Nobel scientifiques (1910-1915), Paris, Belin, 1988.
  • 45  Josepha Laroche, « Le Nobel comme enjeu symbolique dans les relations internationales », dans Revu (...)

14Le volet institutionnel n’est pas forcément du ressort exclusif des États nationaux, il peut aussi être le fait de structures relevant du mécénat ou d’organisations supranationales. Concernant le mécénat américain en France et son impact dans le développement des sciences sociales, il convient de se référer aux travaux de Brigitte Mazon41 et pour la recherche médicale à ceux de Jean-François Picard42. À l’échelle européenne, on consultera ceux de Giuliana Gemelli43. On peut intégrer dans cette rubrique les prix internationaux, de plus en plus importants. Ces prix sont initialement décernés par les Académies nationales pour leurs propres savants. Ils peuvent être soit honorifiques et symboliques, comme en Angleterre, ou associés au versement d’une somme d’argent permettant à des personnes privées de mener leurs recherches et, ce faisant, de travailler au rayonnement international de leur pays, comme dans la tradition française. De plus en plus au XIXe siècle, des fondations privées s’associent à ces prix avec, derrière elles, des industriels ou des financiers souhaitant adopter une démarche de mécénat. Alfred Nobel en est le représentant type. Son Prix Nobel réconcilie les deux conceptions, comme le montrent Elizabeth Crawford44 ou Josepha Laroche45, dispensant prestige international et indépendance financière.

  • 46  Chloé Belloc, « la création du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines : (...)
  • 47  Jean-Pierre Asselin de Beauville, « L’Agence Universitaire de la Francophonie », dans La revue int (...)

15Enfin, les relations universitaires internationales passent par des structures internationales, à l’échelle d’un champ disciplinaire, comme on le voit avec le Conseil international de la philosophie et des sciences humaines, étudié par Chloé Belloc46 ou d’une aire linguistique, comme en témoigne la création de l’Agence Universitaire de la Francophonie47.

L’enseignement des langues, littérature et civilisations étrangères

  • 48  Osman Senemoglu, « De Leo Spitzer à A.-J. Greimas. La création du département de langue et littéra (...)
  • 49  Monique Mombert (dir.), L’enseignement de l’allemand aux XIXe-XXe siècles, numéro spécial de la re (...)

16La question de la présence linguistique de tel ou tel pays dans un autre est bien sûr essentielle. Concernant les universités, il convient de s’intéresser aux départements de langue et de littérature française dans les universités étrangères, à l’exemple d’Osman Senemoglu, au sujet de celui de la faculté des lettres d’Istambul des années 1930 aux années 196048. Pour la langue allemande, on se référera au travail dirigé par Monique Mombert sur l’enseignement de l’allemand49.

Temps, espaces et modes des connexions universitaires internationales

  • 50  Michael Werner, « Lettres d’universitaires. A propos de la correspondance de Gaston Paris », Mil n (...)

17Nous entendons par « espaces de connexion internationale », tous ces espaces physiques et/ou temporels qui donnent l’occasion aux universitaires de jouer sur ce que l’on appelle ordinairement la « scène internationale ». Le premier type de ces espaces de connexion, concerne toutes les manifestations scientifiques internationales, congrès, colloques, symposiums, etc. La correspondance des universitaires constitue également le moyen le plus ancien et le plus traditionnel de se « connecter » avec l’étranger et fait naturellement l’objet de travaux, à l’exemple de celle du médiéviste et philologue français, Gaston Paris, professeur au Collège de France, dont la correspondance conservée à la Bibliothèque nationale, a été étudiée par Michael Werner qui a compté que sur les 11 000 pièces conservées, 10 % ont été rédigées par des étrangers, presque exclusivement des Allemands et des Autrichiens50.

  • 51  Jean-Christophe Bourquin, L’État et les voyageurs savants. Légitimités individuelles et volontés p (...)
  • 52  Christiane Demeulenaere-Douyère, Explorations et voyages scientifiques de l’Antiquité à nos jours, (...)

18Les missions à l’étranger constituent un temps fort de la mise en relation avec l’international, d’autant plus qu’à partir de 1842, il existe au ministère français de l’Instruction publique, un « service des missions » qui finance des expéditions scientifiques en France ou dans le monde. À partir de 1937, le poste budgétaire du ministère consacré aux Missions est absorbé par la nouvelle caisse nationale de la recherche scientifique. On se référera prioritairement sur ce sujet à la thèse de Jean-Christophe Bourquin sur L’État et les voyageurs savants51 ou encore à l’article de Jérôme Lamy sur les astronomes toulousains dans lequel il étudie le passage du nomadisme à une organisation minutieuse des expéditions, tant au niveau financier qu’humain, qui en fait de plus en plus des aventures collégiales, dans lesquelles les universitaires occupent une place grandissante52.

  • 53  Michel Parisse (ed.), « Les échanges universitaires franco-allemands du Moyen Age au XXe siècle ». (...)

19Il faut aussi prendre en compte les échanges universitaires dans toute leur diversité et plus ou moins organisés entre un pays et un autre. On consultera à cet égard l’ouvrage coordonné par Michel Parisse, sur les échanges universitaires franco-allemands du Moyen Age au XXe siècle53.

Guerre, après-guerre, exil et les relations culturelles internationales

Les relations internationales des universités et la guerre

  • 54  René Boudard, « Expériences françaises dans l’Europe napoléonienne : l’Université impériale dans l (...)
  • 55  Corinne Defrance, Les Alliés occidentaux et les universités allemandes, 1945-1949, Paris, CNRS, 20 (...)
  • 56  Béatrice Bonniot, « Occupation et représentation culturelle française en Allemagne. La réouverture (...)
  • 57  Caroline Barrera, « Les étudiants-soldats américains en France au sortir de la Première Guerre mon (...)

20Les relations internationales des universités en temps de guerre ou en temps d’après-guerre immédiat ont été peu étudiées. Elles illustrent pourtant, pendant ces périodes tendues, le lien très fort entre la culture et les rapports de force internationaux. Pour la Belgique, on peut néanmoins se référer à l’article de René Boudard sur l’université impériale dans les départements belges54. Concernant l’Allemagne, les travaux de Corinne Defrance sur les alliés occidentaux et les universités allemandes entre 1945 et 194955 sont essentiels, de même que l’article de Béatrice Bonniot sur l’Institut français de Berlin qui rouvre ses portes en 194556. Sur les étudiants étrangers dans l’immédiat après Première Guerre mondiale, on peut consulter l’article de Caroline Barrera sur l’épisode de l’accueil massif des soldats américains dans les universités françaises57.

L’exil universitaire

  • 58  Jean-Michel Palmier, Weimar en exil, le destin de l’émigration intellectuelle allemande anti-nazie (...)
  • 59  Emmanuelle Loyer, De Paris à New York. Intellectuels et artistes français en exil, 1940-1947, Pari (...)
  • 60  Emmanuelle Loyer, « La débâcle, les universitaires et la Fondation Rockefeller : France/Etats-Unis (...)
  • 61  Dosso Diane, Louis Rapkine (1904-1948) et la mobilisation scientifique de la France libre, thèse d (...)
  • 62  Yves Durand, « Universitaires et universités dans les camps de prisonniers de guerre », dans Les f (...)

21La question de l’exil universitaire peut être abordée du côté des acteurs universitaires eux-mêmes, ainsi que du côté institutionnel. Sur les étudiants, on se référera bien sûr à l’ouvrage collectif, Les étudiants de l’exil, présenté ci-dessous, qui possède, on l’a dit plus haut, une bibliographie très complète sur le sujet, dressée à l’échelle européenne par Patrick Ferté. Pour les universitaires, l’historiographie s’est surtout concentrée sur la période de la Deuxième Guerre mondiale. L’exil des intellectuels allemands a été traité par Jean-Michel Palmier58 et celui des Français par différents chercheurs, et notamment, par Emmanuelle Loyer59, dans son ouvrage De Paris à New York. Intellectuels et artistes français en exil, 1940-1947, paru en 2005 ou dans des articles, comme celui consacré à la Fondation Rockefeller, qui rejoint la thématique du mécénat évoquée plus haut et qui s’interroge sur les motivations de cette action de sauvetage, action humanitaire ou vulgaire opération politique de récupération des cerveaux ?60 On pourra aussi consulter les travaux de Diane Dosso sur le même sujet61. L’article d’Yves Durand sur les universités et les universitaires dans les camps de prisonniers de guerre, à la marge des relations internationales, mais qui relèvent bien, dans des conditions extrêmes, d’un enseignement à l’étranger62 est également intéressant.

La perspective coloniale

  • 63  Yamina Bettahar sur les « Sources de l’enseignement supérieur colonial au Centre des archives d’ou (...)
  • 64  Pascale Bezançon, Un Enseignement colonial : l’expérience française en Indochine (1860-1945), thès (...)
  • 65  Pierre Singaravelou, L’École française d’Extrême-Orient ou l’institution des marges (1898-1956). E (...)
  • 66  Jacques Gonzalès, « Histoire de la naissance et du développement de l’École de médecine de Hanoï » (...)
  • 67  Philippe Delvit, « Faire son droit sous Protectorat, le Centre d’études juridiques de Rabat », dan (...)
  • 68  Philippe Bourmaud, « Entre confessionnalisme et nationalité : la faculté française de médecine de (...)
  • 69  Chantal Verdeil, « Un Établissement catholique dans la société pluriconfessionnelle de la fin de l (...)

22Les relations universitaires liées à l’aire coloniale entrent dans des problématiques spécifiques. Le chercheur qui s’y intéresse pourra se référer au travail de Yamina Bettahar sur les sources de l’enseignement supérieur colonial au Centre des archives d’outre-mer et au Centre des archives nationales d’Algérie63. Les axes de recherche évoqués plus haut se retrouvent. C’est le cas des établissements d’enseignement supérieur créés dans des zones sous domination coloniale, qui a fait l’objet de la thèse de Pascale Bezançon sur l’enseignement colonial en Indochine64 ou de travaux monographiques, comme ceux de Pierre Singaravélou sur l’École française d’Extrême-orient65, ou de Jacques Gonzalès sur l’École de Médecine de Hanoi, fondée en 190266. Les universités de l’hexagone ont également créé leurs antennes universitaires dans les colonies, comme celle de Rabat dépendant des facultés de droit de Toulouse, de Bordeaux et d’Alger, étudiée par Philippe Delvit67. Philippe Bourmaud s’est lui intéressé lui aux étudiants de la faculté française de Médecine de Beyrouth68. On n’oubliera pas les établissements confessionnels, ainsi le travail de Chantal Verdeil sur l’université Saint-Joseph de Beyrouth69.

  • 70  Trinh Van Thao, « L’Enseignement du français dans le secondaire et le supérieur au Vietnam de 1918 (...)

23Concernant la diffusion de la langue française, les travaux se sont surtout focalisés sur l’enseignement primaire ou secondaire, mais certains chercheurs se sont aussi intéressés à l’enseignement supérieur, comme Trinh Van Thao pour le Vietnam70.

  • 71  Sophie Dulucq, Écrire l’histoire de l’Afrique à l’époque coloniale (XIXe-XXe siècles), Paris, Kart (...)
  • 72  Florence Deprest, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitaires en situation coloniale(...)

24Enfin, l’approche par les disciplines (qui donc ne concerne pas uniquement les universitaires) est extrêmement intéressante, comme l’a démontré Sophie Dulucq dans son ouvrage Écrire l’histoire de l’Afrique à l’époque coloniale71 ou Florence Deprest, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitaires en situation coloniale72.

L’histoire des disciplines

  • 73  João Rui Pita et Ana Leonor Pereira, « Projections et représentation de la France scientifique dan (...)
  • 74  Numa Broc, « Les grandes missions scientifiques françaises au XIXe siècle (Morée, Algérie, Mexique (...)
  • 75  Charles-Olivier Carbonnel, « La réception de l’historiographie allemande en France (1866-1885) : l (...)

25La question dont les disciplines d’un pays sont perçues à l’étranger relève de l’histoire de sciences. Sans être exhaustif sur le sujet, on relèvera ici les travaux de João Rui Pita et Ana Leonor Pereira73, de Numa Broc sur les travaux géographiques des grandes missions scientifiques françaises74, de Charles-Olivier Carbonnel sur la réception de l’historiographie allemande75.

26Les articles regroupés dans ce numéro spécial s’inscrivent pleinement dans ces différentes approches. Fred Derwin (University of Eastern Finland & Université de Turku, Finlande) et Patrick Ferté (université de Toulouse) ont choisi le prisme des hommes. Il en va de même pour Ana-Maria Stan (université de Cluj) qui fait aussi une large place à l’approche institutionnelle et diplomatique. Ce prisme institutionnel a également été retenu par Olivier Sibre (université de Paris-iv), Françoise Olivier-Utard (université de Strasbourg) et Elodie Quillier. Ces articles seront suivis par une rubrique recherche qui présentera des pistes de travail sur la thématique de l’exil les étudiants polonais et le portrait d’un jeune chercheur dont la thèse, très attendue, porte sur les relations universitaires internationales. Ce numéro 6 des Cahiers livre enfin quelques comptes rendus de lecture et de colloques.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple, Jean-Philippe Leresche, Philippe Larédo et Karl Weber, Recherche et enseignement supérieur face à l’internationalisation. France, Suisse et Union européenne, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009, 393 p.

2  Pierre Bourdieux et Jean-Claude Passeron, Les héritiers, les étudiants et la culture, Paris, 1964 ; Idem, La reproduction. Eléments pour la une théorie du système d’enseignement, Paris, Editions de Minuit, 1971 ; Pierre Bourdieux, Homo academicus, Paris, Minuit, 1984 ; Id., La Noblesse d’Etat, grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989 ; J.-Claude Passeron, dans J. Verger, Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986, p. 367-419.

3  Mary-Jo Nye, Sciences in the Provinces, scientific communities and provincial leadership in France, 1860-1930, Berckeley, University of California Press, 1986, 326 p.

4  Robert Fox, et G. Weisz éd., The organization of Science and Technology in France (1808-1914), Paris, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, 355 p.

5  Jacques Léonard, Les médecins de l’Ouest au XIXe siècle, Lille, atelier de reproduction des thèses, 1978, 3 vol. ou Lucette Levan-Lemesle, L’enseignement de l’économie politique en France au XIXe siècle, thèse d’État, université Paris I, 1994.

6  Mario Carelli, Cultures croisées. Histoire des échanges culturels entre la France et le Brésil, de la Découverte aux Temps modernes, Paris, Nathan, 1993, 250 p.

7  Gilles Matthieu, Une ambition sud-américaine, politique culturelle de la France, Paris, L’Harmattan, 1991, 254 p.

8  François Roche (dir.), Mélanges de l’École française de Rome. La culture dans les relations internationales, 2002, vol. 114, no 1, 222 p.

9  Christine Okret-Manville, La politique de promotion culturelle britannique en France (1920-1953). De la publicité aux relations culturelles, thèse pour le doctorat d’histoire, sous la direction de Pierre Milza, soutenue à L’Institut d’Études Politiques de Paris, 2002, 603 p.

10  Ce paragraphe reprend très largement et de façon très synthétique les pages consacrées au bilan de l’histoire de l’enseignement supérieur par Christophe Charle, « Essai de bilan de l’histoire de l’enseignement supérieur à l’époque contemporaine », dans Les universités en Europe du XIIIe siècle à nos jours. Espaces, modèles et fonctions, sous la direction de Frédéric Attal, Jean Garrigues, Thierry Kouamé et Jean-Pierre Vittu, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 283-291.

11  Christophe Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Le Seuil, 1994, 506 p. ; Id. Les intellectuels en Europe au XIXe siècle, essai d’histoire comparée, Paris, Points Seuil, 2001 ; Id. éd. (avec Edwin Keiner et Jürgen Schriewer), Sozialer Raum und akademische Kulturen, Studien zur europäischen Hochschullandschaft im 19. und 20. Jahrhundert/ A la recherche de l’espace universitaire européen. Etudes sur l’enseignement supérieur aux XIXe et XXe siècles, Francfort, 1993 ; Christophe Charles, J. Schriewer, P. Wagner éd., Transnational Intellectuals Networks and The cultural logics of Nations, European Universities and Academic Knowlegde in the Nineteenth and Twentieth Centuries, Francfort, 2004.

12  Victor Karady, « La migration internationale d’étudiants en Europe », Actes de la Recherche en Sciences sociales, n° 145, déc. 20002, p. 47-60.

13  Christophe Charle, La république des universitaires…, op. cit., p. 343 et suiv. Voir aussi « Ambassadeurs ou chercheurs ? Les relations internationales des professeurs de la Sorbonne sous la IIIe République », dans Genèses, 14, 1994. France-Allemagne. Transferts, voyages, transactions, p. 42-62.

14  Christophe Charle, « L’élite universitaire française et le modèle universitaire allemand (1880-1900), dans Michel Espagne et Michaël Werner (éds), Transferts. Les relations intellectuelles dans l’espace franco-allemand, Paris, Éditions de la Recherche sur les civilisations, 1988, p. 346-358 ; « Les références étrangères des universitaires. Essai de comparaison entre la France et l’Allemagne, 1870-1970 », dans Actes de la recherche en Sciences Sociales, 2003/3 – 148, p. 8-19.

15  Eva Telkes, « Présentation de la faculté des sciences et de son personnel, à Paris, 1901-1939 », Revue d’histoire des sciences, 1990, t. 43, n° 4. L’enseignement scientifique au tournant des XIXe et XXe siècles, p. 451-476.

16  Caroline Barrera, « Les recteurs et les relations internationales de l’université toulousaine, xixe-1944 », dans Didier Foucault (éd.), Les recteurs et le rectorat de l’Académie de Toulouse (1808-2008), Toulouse, Méridiennes, 2010, p. 168-180.

17  Chantal Morelle et Pierre Jacob, Henri Laugier. Un esprit sans frontières, Paris-Bruxelles, LGD/Bruylant, 1997.

18  Corine Bonnet, Le grand atelier de la science. Franz Cumont et l’Altertumswissenschaft. Héritages et émancipations. Des études universitaires à la fin de la Première Guerre mondiale (1888-1923), Matériaux pour une biographie intellectuelle de Franz Cumont, Bruxelles-Rome, 2005, 2 vol.

19  M. i Pereira De Queiroz, « Les années brésiliennes de Roger Bastide », dans Archives des sciences sociales des religions, n° 40, juillet-décembre 1975, p. 79-87 ; Annie Cohen-Solal, « Claude L. Strauss aux États-Unis : Des portes donnant accès à d’autres mondes et à tous les temps », dans Critique, Paris, t. 55, n° 620/621, janv.-fév. 1999, p. 13-25.

20  Peter Schöttler, « Marc Bloch et l’Allemagne » / trad. De l’allemand par Corinne Defrance, dans Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande (Strasbourg), t. 33, n° 4, oct.-déc. 2002, p. 413-430.

21  Voir par exemple, Jean-Pierre Laurent, « Une opposition structurante pour l’anthropologie structurale : Lévi-Strauss contre Gurvitch, la guerre de deux exilés français aux États-Unis », dans Revue d’histoire des sciences humaines, 2004/2, n° 11, p. 13 à 44.

22  Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 1988, 722 p.

23  Laurent Jalabert, Le Grand débat. Les universitaires français – historiens et géographes – et les pays communistes de 1945 à 1991, Toulouse, GHRI, 2001.

24  Patrick Ferté & Caroline Barrera (directeurs scientifiques), Les étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (XVIe -XXe siècles), Toulouse, PUM, 2010. Bibliographie, p. 274-237.

25  Catherine Valenti, « Les Membres de l’École française d’Athènes : étude d’une élite universitaire (1846-1993) », dans Cent cinquantenaire, 1846-1996 de l’École française d’Athènes, Bulletin de correspondance hellénique, t. 120, fasc. 1, 1996, pp. 157-172. Et « Les Membres de l’École française d’Athènes : spécificités d’une élite universitaire (XIXe-XXe siècles) », dans Histoire et sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, n° 7, juillet 2003, p. 107-119.

26  Emmanuelle Karagiannis, « Les Membres de l’École française d’Athènes et le domaine néo-hellénique », dans Cent cinquantenaire, 1846-1996 de l’École française d’Athènes, Bulletin de correspondance hellénique, t. 120, fasc. 1, 1996, p. 465-477.

27  Didier Ozanam, « Les Chartistes en Espagne », dans L’École nationale des chartes. Histoire de l’École depuis 1821, sous la direction de Yves-Marie Bercé, Olivier Guyotjeannin et Marc Smith, Thionville, Gérard Klopp, 1997, p. 285-293 et Bernard Barbiche, « Les Chartistes et l’École française de Rome », idem, p. 276-278.

28  Mireille Corbier, « Les Sévriennes à l’École de Rome », dans Bulletin de la Société des amis de l’École normale supérieure, n° 203, jan. 1997, p. 8-10 ; Monique Trédé, « Les Sévriennes à l’École d’Athènes », dans Bulletin de la Société des amis de l’École normale supérieure, n° 203, jan. 1997, p. 5-7.

29  Frédéric Abécassis, L’Enseignement étranger en Égypte et les élites locales (1920-1960), francophonie et identités nationales, thèse d’histoire sous la direction de Robert Ilbert, Université de Provence, 2000, 4 vol. 

30  Catherine Valenti, L’école française d’Athènes depuis 1846, Paris, Belin, 2006, 221 p. Voir aussi, « L’École française d’Athènes au coeur des relations franco-helléniques, 1846-1946 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, Paris, vol. 50, n° 4, oct-dec, 2003, p. 92-107 ; « L’École française d’Athènes pendant la Grande Guerre : une institution universitaire au service de l’Entente », Guerres mondiales et conflits contemporains, Paris, n° 204, 2001, p. 5-15.

31  Didier Vivier, « Un Enjeu de politique scientifique : la Section étrangère de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique, t. 120, fasc. 1, 1996, p. 173-190.

32  Catherine Clémentin-Ojha, « Les ethnologies de l’École française d’Extrême-Orient », dans Académie des Inscriptions & Belles-Lettres. Comptes rendus, Paris, fasc. IV, nov-déc. 2000, p. 1507-1513. Marie-Christine Cavigneaux, « Le Centenaire de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), dans Bulletin de la Société des amis de l’École normale supérieure, Paris, n° 220, 2001, p. 57-60. Voir aussi, « L’École française d’Extrême-orient, depuis son origine jusqu’en 1920 », dans Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 21, 1921, p. 1-165.

33  L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, 366 p. ; L’École française de Rome, 1875-1975. exposition organisée à l’occasion de son centenaire, Paris, Hôtel de Rohan Rome, Piazza Navona, 1975, 133 p. ; Gilles Ferragu, « L’École française de Rome, une annexe de l’ambassade ? », dans La culture dans les relations internationales, sous la dir. de Fr. Roche, Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, Rome, t. 114, n° 1, 2002, p. 75-87. Voir aussi, André Vauchez, « L’École française de Rome, dans Bulletin de la Société des amis de l’École normale supérieure, Paris, n° 212, avril-mai 1999, p. 27-34.

34  Ernest Will, « Cinquante ans d’histoire : de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth à l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient », dans Académie des Inscriptions & Belles-Lettres. Comptes rendus, fasc. 3, 1996, p. 993-1001 ; Mathilde Gelin, « L’Institut français d’archéologie de Beyrouth (1946-1977) », Syria, 2005, vol. 82, p. 279-329,

35  Voir par exemple, Isabelle Renard, « À l’origine des instituts culturels français à l’étranger. L’institut français de Florence au début du XXe siècle », La Culture dans les relations internationales, sous la direction de François Roche, Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, Rome, t. 114, n° 1, 2002, p. 89-101 ; Olga Medvedkova, « "Scientifique" ou "intellectuel" ? Louis Réau et la création de l’Institut français de Saint-Pétersbourg », dans Cahiers du Monde Russe, vol. 43, n° 2-3, avril-sept. 2002, p. 411-422 ; Christophe Charle, « Enseignement supérieur et expansion internationale (1870-1930). Des instituts pour un nouvel empire ? », dans Scuola e nazione in Italia e in Francia nell’ottocento. Modelli, pratiche, eredità. Nuovi percorsi di ricerca comparata, Sous la dir. de Pier Luigi Ballini et Gilles Pécout, Venise, Isituto veneto di scienze, lettere ed arti, 2007, XIV, p. 279-288.

36  Voir par exemple, Annie Guénard, « Les Instituts français en Europe centrale et orientale dans les années 30 », dans Paris, "capitale culturelle" de l’Europe centrale ? Les échanges intellectuels entre la France et les pays de l’Europe médiane (1918-1939), Paris, Institut d’études slaves, 1997, p. 45-58. Alan Steele, Institut français d’Écosse, cinquante ans d’histoire, 1946-1996, Edinbourg, Institut français d’Ecosse, 1996, 85 p.

37  Dmitri A. Gutnov, « L’École russe des hautes études sociales de Paris, (1901-1906) », Cahiers de Monde russe, 4/2002, Contacts intellectuels, réseaux, relations internationales.

38  Anne-marie Quint, « Le portugais dans les universités françaises », dans Recherches en anthropologie au Portugal, n° 8, 2002. Regards pluridisciplinaires, p. 207-214.

39  Johann Chapoutot, « La discipline et la force massive, contre l’intelligence française : Office national des universités et des écoles françaises face à l’Allemagne (1910-1939) », dans Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte (Stuggart), t. 28, n° 3, 2001, p. 15-34.

40  Gilles Ferragu, « L’École française de Rome, une annexe de l’ambassade ? », dans Mélanges de l’École française de Rome. La culture dans les relations internationales, dirigé par François Roche, 2002, vol. 114, no 1, p. 75-87.

41  Brigitte Mazon, Aux Origines de L’École Des Hautes Études En Sciences Sociales. Le Rôle Du Mécénat Américain, Paris, Cerf, 1988. Voir aussi, « La fondation Rockefeller et les sciences sociales en France, 1925-1940 », dans Revue française de sociologie, 1985, 26-2. La sociologie dans l’entre-deux-guerres. Études et documents réunis par Philippe Besnard, p. 311-342.

42  Jean-François Picard, La Fondation Rockefeller et la recherche médicale, Paris, PUF, 1999, 237 p.

43  Giuliana Gemelli (ed.), The Ford Foundation and Europe. Cross-fertilization of learning in Management and Social Sciences, Bruxelles, Presses universitaires européennes, 1998, 357 p.

44  Elysabeth Crawford, La fondation des prix Nobel scientifiques (1910-1915), Paris, Belin, 1988.

45  Josepha Laroche, « Le Nobel comme enjeu symbolique dans les relations internationales », dans Revue française de science politique, 44e année, n° 4, 1994, p. 599-628.

46  Chloé Belloc, « la création du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines : idéal et réalité d’un engagement scientifique et intellectuel, dans Relations internationales, 2007/2, n° 130, PUF, p. 47-63.

47  Jean-Pierre Asselin de Beauville, « L’Agence Universitaire de la Francophonie », dans La revue internationale et stratégique, n° 71, automne 2008, p. 139-144.

48  Osman Senemoglu, « De Leo Spitzer à A.-J. Greimas. La création du département de langue et littérature françaises de la Faculté des lettres d’Istanbul », dans Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, n° 27, déc. 2001, p. 127-135.

49  Monique Mombert (dir.), L’enseignement de l’allemand aux XIXe-XXe siècles, numéro spécial de la revue Histoire de l’éducation, 2005/2, n° 106, Paris, INRP, notamment les p. 153-215 sur les concours de recrutement des germanistes de Sylvie Lorrain.

50  Michael Werner, « Lettres d’universitaires. A propos de la correspondance de Gaston Paris », Mil neuf cent, n° 8, 1990. Les correspondances dans la vie intellectuelle, p. 33-47.

51  Jean-Christophe Bourquin, L’État et les voyageurs savants. Légitimités individuelles et volontés politiques. Les missions du ministère de l’Instruction publique (1840-1914), thèse de doctorat d’État de l’université de Paris I, sous la direction d’Antoine Prost, Paris, 1993.

52  Christiane Demeulenaere-Douyère, Explorations et voyages scientifiques de l’Antiquité à nos jours, Paris, CTHS, 2008, 622 p. On sera attentif pour l’époque contemporaine et pour les universitaires, aux articles de Jérôme Lamy, « Du nomadisme à l’expédition : la circulation des astronomes toulousains aux xviiie et xixe siècles », dans Explorations et voyages scientifiques de l’Antiquité à nos jours, dirigé par Christiane Demeulenaere-Douyère, Paris, CTHS, 2008, p. 219-235.

53  Michel Parisse (ed.), « Les échanges universitaires franco-allemands du Moyen Age au XXe siècle ». Actes du colloque de Göttingen. Mission historique française en Allemagne, 3-5 novembre 1988, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1991, 239 p.

54  René Boudard, « Expériences françaises dans l’Europe napoléonienne : l’Université impériale dans les départements belges entre 1801 et 1814 », dans Francia. Forschungen zur westeuropaïschen Geschichte, Sigmaringen, t. 22, n° 2, 1996, p. 133-151.

55  Corinne Defrance, Les Alliés occidentaux et les universités allemandes, 1945-1949, Paris, CNRS, 2000, 406 p.

56  Béatrice Bonniot, « Occupation et représentation culturelle française en Allemagne. La réouverture de l’Institut français de Berlin après la Seconde Guerre mondiale (1945-1955) », dans Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, vol. 36, n° ¾, 2004, p. 407-426.

57  Caroline Barrera, « Les étudiants-soldats américains en France au sortir de la Première Guerre mondiale », Histoire de l’éducation, 125, janvier-mars 2010, INRP, p. 27-48.

58  Jean-Michel Palmier, Weimar en exil, le destin de l’émigration intellectuelle allemande anti-nazie en Europe et aux États-Unis, Paris, Payot, 1988.

59  Emmanuelle Loyer, De Paris à New York. Intellectuels et artistes français en exil, 1940-1947, Paris, Grasset, 2005, rééd. Paris, Pluriel, Hachette Littérature, 2007. Voir aussi, Catherine Collomp et Bruno Groppo, « Les États-Unis et les réfugiés politiques européens. Des années 1930 aux années 1950 », dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 60, oct-déc. 2000, 75 p.

60  Emmanuelle Loyer, « La débâcle, les universitaires et la Fondation Rockefeller : France/Etats-Unis, 1940-1941 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2001/1, n° 48-1, p. 138-159. Voir aussi, François Chaubet Emmanuelle Loyer, « L’École libre des hautes études de New York : exil et résistance intellectuelle (1942-1946) », dans Revue historique, n° 616, 2000, p. 939-972.

61  Dosso Diane, Louis Rapkine (1904-1948) et la mobilisation scientifique de la France libre, thèse de doctorat en épistémologie et histoire des sciences et des institutions scientifiques, Université Paris VII - Denis Diderot, décembre 1998, 675 p. ; Id., Le plan de sauvetage des scientifiques français. New York, 1940-1942 », dans Revue de synthèse, 2006 n° 2 ; Id., « La France libre et la politique de recherche — New York, 1941-1944 », dans « Le gouvernement de la Recherche (1953-1969) », par Alain Chatriot et Vincent Duclert, 2006, p. 115-131.

62  Yves Durand, « Universitaires et universités dans les camps de prisonniers de guerre », dans Les facs sous Vichy, textes rassemblés et présentés par André Gueslin, Moulins, Publications de l’Institut d’Etudes du massif Central, 1994, p. 169-204.

63  Yamina Bettahar sur les « Sources de l’enseignement supérieur colonial au Centre des archives d’outre-mer et au Centre des archives nationales d’Algérie », dans Mémoire et culture matérielle de l’université. Sauvegarde, valorisation et recherche, Sous la dir. de Marie-Jeanne Choffel-Mailfert et Laurent Rollet, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2008, p. 63-77.

64  Pascale Bezançon, Un Enseignement colonial : l’expérience française en Indochine (1860-1945), thèse pour le doctorat d’histoire, sous la direction de Pierre Brocheux, université de Paris VII, 1997, 800 p.

65  Pierre Singaravelou, L’École française d’Extrême-Orient ou l’institution des marges (1898-1956). Essai d’histoire sociale et politique de la science coloniale, Paris, L’Harmattan, 1999, 382 p. ; Catherine Clémentin-Ojah, Pierre-Yves Manguin, Un Siècle pour l’Asie. L’École française d’Extrême-Orient, 1898-2000, Paris, Les Éditions du Pacifique École française d’Extrême-Orient, 2001, 237 p.

66  Jacques Gonzalès, « Histoire de la naissance et du développement de l’École de médecine de Hanoï », dans Histoire des sciences médicales, Paris, t. 30, n° 1, 1996, p. 61-70.

67  Philippe Delvit, « Faire son droit sous Protectorat, le Centre d’études juridiques de Rabat », dans Étudiants de l’exil, op. cit, p. 145-160.

68  Philippe Bourmaud, « Entre confessionnalisme et nationalité : la faculté française de médecine de Beyrouth et ses étudiants (1883-1914) », dans Une France en Méditerranée. Écoles, langue et culture françaises, XIXe- XXe siècles, sous la dir. de Patrick Cabanel, Paris, Créaphis, 2006, p. 253-264.

69  Chantal Verdeil, « Un Établissement catholique dans la société pluriconfessionnelle de la fin de l’Empire ottoman. L’université Saint-Joseph de Beyrouth », Cahiers de la Méditerranée, n° 75, 2007, p. 28-38 ; Id. « L’Université Saint-Joseph de Beyrouth et la Troisième République (1875-1914) », dans Une France en Méditerranée. Écoles, langue et culture françaises, XIXe-XXe siècles, sous la direction de Patrick Cabanel, Paris, Créaphis, 2006, p. 235-252.

70  Trinh Van Thao, « L’Enseignement du français dans le secondaire et le supérieur au Vietnam de 1918 à 1945 : un état des lieux », dans L’Enseignement et la diffusion du français dans l’empire colonial français. 1815-1962. Actes de la journée d’étude organisée par la Sihfles à Saint-Cloud le 11 décembre 1998, Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, sous la dir. de Gérard Vigner, n° 25, 2000, p. 46-53.

71  Sophie Dulucq, Écrire l’histoire de l’Afrique à l’époque coloniale (XIXe-XXe siècles), Paris, Karthala, 2009, 330 p.

72  Florence Deprest, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitaires en situation coloniale, Paris, Belin, 2009, 346 p.

73  João Rui Pita et Ana Leonor Pereira, « Projections et représentation de la France scientifique dans l’Empire portugais de l’Orient. Correspondance entre le Bulletin générale de médecine et pharmacie de Nova Goa et la faculté de médecine de Lille », dans Revue d’histoire de la pharmacie (Paris), n° 332, 2001, p. 523-532.

74  Numa Broc, « Les grandes missions scientifiques françaises au XIXe siècle (Morée, Algérie, Mexique) et leurs travaux géographiques », dans Revue d’histoire des sciences, 34, 1981, p. 319-358.

75  Charles-Olivier Carbonnel, « La réception de l’historiographie allemande en France (1866-1885) : le mythe du modèle importé », dans Michael Werner (dir), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Éditions Recherches sur les civilisations, 1988, p. 359-370.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Barrera, « Edito », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/460

Haut de page

Auteur

Caroline Barrera

Caroline Barrera est maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université de Toulouse-Centre universitaire Champollion (Albi) et membre permanente du laboratoire Framespa (UMR 5136, Université de Toulouse II-CNRS). Spécialisée dans l’histoire culturelle, elle travaille actuellement sur les relations culturelles internationales dans le monde universitaire aux XIXe et XXe siècles. Elle a publié plusieurs travaux sur les étudiants étrangers, notamment Étudiants d’ailleurs. Les étudiants étrangers, coloniaux et français de l’étrangers de la faculté de droit de Toulouse (XIXe-1945), Albi, Presses du Centre universitaire Champollion, 2007, 240 p. et a assuré, avec Patrick Ferté, la direction scientifique de l’ouvrage collectif Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (XVIe-XXe siècles), Toulouse, PUM, 2010, 341 p. caroline.barrera@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org