Navigation – Plan du site
Documents

« CAFI 1956-2006 - De Saïgon à Sainte-Livrade-sur-Lot »

La valorisation d’un « patrimoine vivant » : le Centre d’Accueil aux Français d’Indochine
Magali Ceroni

Texte intégral

1L’année 2006 a été marquée par les commémorations du cinquantième anniversaire célébrant l’arrivée des Français rapatriés d’Indochine. A cette occasion la municipalité de Sainte-Livrade-sur-Lot (Lot-et-Garonne) s’appuyant sur les compétences culturelles départementales (Service Patrimoine du Conseil général, Archives et Bibliothèques départementales) a conçu une exposition accompagnée d’un parcours découverte afin de valoriser le CAFI (Centre d’Accueil des Français d’Indochine) et les populations qui y vivent encore.

Il y a 50 ans… Du Mékong au Lot.

2La Guerre d’Indochine conclue par la bataille de Diên Biên Phu et les Accords de Genève en 1954, de nombreux civils du Nord Viêt-Nam, fidèles à la France, refluent vers le Sud. Pendant deux ans, les familles issues de mariages franco-asiatiques sont accueillies dans des camps de survie autour de Saigon, attendant de quitter leur terre pour découvrir à douze mille kilomètres de là leur patrie. Ainsi, jusqu’en septembre 1956, date du retrait définitif du corps expéditionnaire et de l’administration française, plusieurs milliers de rapatriés arrivent sur le sol métropolitain par avions et par bateaux. Dans le port de Saigon, les familles déchirées embarquent pour une traversée de près de 30 jours. Certains ont pu organiser leur départ mais beaucoup fuient précipitamment, abandonnant tout. L’administration prend en charge ceux qui n’ont plus de famille en métropole et les affecte dans des centres sous tutelle du ministère des Affaires étrangères, en attendant qu’ils s’adaptent à la vie française, qu’ils s’insèrent professionnellement et acquièrent leur autonomie.

3A Sainte-Livrade-sur-Lot, le cantonnement militaire du « Moulin du Lot », désaffecté depuis 1948, est réquisitionné. Il comprend 36 baraquements en brique mesurant chacun 50 mètres de long (fig. 1).

Figure 1

Figure 1

Vue aérienne du Centre d’Accueil des Français d’Indochine à Sainte-Livrade-sur-Lot, dans son état actuel

Cliché : Jean-Paul Allard

L’état de ces baraquements étant très médiocre, des travaux de réfection sont nécessaires, notamment leur cloisonnement pour constituer de petits appartements de trois ou quatre pièces. Au printemps 1956, 1 160 rapatriés dont de nombreuses veuves et 740 enfants prennent le train de nuit en gare Saint-Charles de Marseille à destination d’Agen. De là, ils sont conduits en autocars au Centre d’Accueil des Rapatriés d’Indochine, le CARI devenu, dix ans plus tard, le CAFI.

4A son arrivée, chaque famille se voit attribuer un logement équipé avec un mobilier sommaire : un poêle, un seau à charbon, des lits en fer de l’Armée, quelque meubles, de la vaisselle, des bassines, un balai… à restituer au départ du camp. Mais au fil des années, le provisoire devient définitif et le CAFI se transforme en véritable village avec la construction d’une école, d’une infirmerie, de commerces.

5Depuis cinquante ans, le Centre d’Accueil n’a que peu évolué. Ce camp est aujourd’hui l’unique site à être habité par les derniers témoins de cette histoire (environ 35 « ayant-droits ») dont la plupart sont des personnes âgées.

Une exposition et un parcours-découverte du camp pour se remémorer le chemin de ces familles déracinées

6L’exposition qui s’est tenue du 29 avril au 17 septembre 2006 à Sainte-Livrade-sur-Lot a permis de revivre les conditions de départ et d’accueil de cette communauté asiatique au travers d’archives publiques, d’enquêtes et études ethnographiques, de collections iconographiques et d’objets appartenant aux familles du camp.

7Elle s’est organisée autour de cinq thématiques : La vie en Indochine comparée à celle de Sainte-Livrade dans les années cinquante, le départ du port de Saïgon (fig. 2), l’arrivée et l’installation au camp du « Moulin du Lot ». Le dernier thème nommé « Ma culture dans mes bagages » traite des traditions culturelles qu’ont importées les familles vietnamiennes qui ont participé à la reconstruction de la vie sociale et culturelle à Sainte-Livrade. Ces familles ont gracieusement prêté des objets qui attestent de la survivance de ces coutumes (fig. 3 et fig. 4).

Figure 2

Figure 2

Le départ de Saïgon. Au premier plan, les malles des familles retrouvées dans des bâtiments désaffectés du CAFI, 1956.

Cliché : ECPAD, 1956

Figure 3

Figure 3

Vitrine « souvenir d’Indochine ». Collections privées

Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot

Figure 4

Figure 4

Détail vitrine « souvenirs d’Indochine ». Collections privées

Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot

Au moment du départ, les familles qui le pouvaient ont glissé dans les malles de l’exode les produits alimentaires et les ustensiles de cuisine permettant de maintenir les habitudes culinaires. Toutes les femmes se remémorent les bonbonnes de nuoc-mâm, les paniers de vannerie pour laver le riz et les meules pour fabriquer les galettes (fig. 5). Les rapatriés continuent à célébrer la fête du Têt : à l’occasion du Nouvel An vietnamien, on peut voir passer dans les rues du CAFI le Dragon dans un cortège dansant. Il est guidé par un personnage joyeux représentant le Génie de la terre, animal bénéfique chargé de chasser les mauvais esprits des maisons et d’apporter chance aux habitants. Le cortège déambule ensuite dans les rues de Sainte-Livrade (fig. 6).

Figure 5

Figure 5

« Ma cuisine dans mes bagages » : ensemble de pièces ramenées de l’Indochine par les rapatriés. Collections privées.

Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot

Figure 6

Figure 6

La fête du Tet : « Le dragon et le génie de la terre »

Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot

8Les pratiques des différents cultes se sont rapidement mises en place dans le centre : le bouddhisme avec l’aménagement de la pagode réalisé par les femmes (fig. 7), le catholicisme avec l’ouverture d’une chapelle (fig. 8), et le Culte des Ancêtres pour honorer les membres disparus de la famille. Les costumes traditionnels du Viêt-Nam ont été présentés et on peut toujours voir dans le camp la silhouette des « mémés » portant une longue tunique sur un pantalon noir avec le chapeau conique (fig. 9). L’exposition s’est enrichie de courts témoignages audio des habitants du CAFI réalisés par l’ethnologue Martine Wadbled racontant leur vie en Indochine jusqu’à l’arrivée au CAFI.

Figure 7

Figure 7

Intérieur de la pagode du camp

Cliché : Magali Ceroni

Figure 8

Figure 8

Chapelle du camp

Cliché : Magali Ceroni

Figure 9

Figure 9

Habitantes du CAFI

Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot

En complément de l’exposition, un petit guide de visite du CAFI a permis d’accompagner les visiteurs dans un parcours découverte de la mémoire des lieux et de l’âme du « camp » racontée par ceux qui l’ont vécu ou le vivent encore. L’objectif était de faire un document attractif impliquant les gens vivant encore dans le camp ; des « retours en arrière » sur les cinquante années passées saisissaient l’évolution entre la vie d’hier et celle d’aujourd’hui. Ce travail repose sur des témoignages oraux et les abondants documents iconographiques confiés par les familles (fig. 10).

Figure 10

Figure 10

Échantillon du dépliant permettant le parcours découverte du CAFI, conçu et rédigé par Magali Ceroni, 2006

Cliché : Magali Ceroni

9Ce dépliant insiste sur la manière dont les habitants ont recréé leur cadre matériel et socioculturel à l’intérieur des logements (fig. 11). Derrière ces alignements de baraquements en béton marqués par une lettrine, se cache toute une vie que les femmes ont généralement réorganisée : les petits miroirs accrochés au-dessus des portes d’entrée qui chassent les mauvais esprits, les parfums des produits exotiques des deux épiceries dont l’arrière boutique accueille, chaque jour à midi, le visiteur qui peut se joindre à un petit groupe de fidèles et déguster un bol de soupe vietnamienne, le jardin de Mémé Seusses qui, sous son chapeau chinois, cultive encore les légumes asiatiques dont elle a ramené les graines il y a 50 ans, la pagode où les grands-mères ont fabriqué de nombreux objets rituels afin de célébrer leur culte.

10Pour cet événement culturel, la mairie a reconstitué deux logements témoins dans l’enceinte du camp : un logement d’habitation tel que l’Etat l’avait fourni aux rapatriés en 1956 et l’infirmerie du camp. Cette visite d’un lieu de mémoire et ce contact avec les habitants du camp permettent à chacun de mieux comprendre les enjeux culturels qui se jouent en ce site et de s’inquiéter du devenir de cette communauté asiatique.

Figure 11

Figure 11

Autel bouddhique familial de prières

Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot

Le CAFI, un patrimoine « vivant » voué à disparaître

11Ce site est un patrimoine vivant à découvrir rapidement. Le travail de recueil de cette mémoire passée et présente se fait dans l’urgence car les traces matérielles s’effacent progressivement du paysage de Sainte-Livrade. En mars 2006, les bulldozers ont détruit les bâtiments désaffectés. Malgré la vétusté du cadre de vie et les difficultés quotidiennes, les grands-mères du CAFI refusent d’abandonner un lieu qu’elles se sont approprié et qui représente leur petit Viêt Nam (fig. 12). Dans ce contexte, l’exposition et le parcours in situ soulèvent la question de la préservation de la culture des Français d’Indochine. La pagode, la chapelle, les deux épiceries et les autels privés risque être démolis. Améliorer le cadre de vie implique-t-il la disparition des éléments socioculturels qui font l’âme du camp ? Le projet de requalification des logements qui donnera prochainement aux habitants un cadre de vie plus digne se devra donc de respecter ce lieu de mémoire témoin de notre histoire contemporaine.

Figure 12

Figure 12

Le « petit Viêt Nam » des mémés du CAFI

Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Vue aérienne du Centre d’Accueil des Français d’Indochine à Sainte-Livrade-sur-Lot, dans son état actuel
Crédits Cliché : Jean-Paul Allard
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 2
Légende Le départ de Saïgon. Au premier plan, les malles des familles retrouvées dans des bâtiments désaffectés du CAFI, 1956.
Crédits Cliché : ECPAD, 1956
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 3
Légende Vitrine « souvenir d’Indochine ». Collections privées
Crédits Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Figure 4
Légende Détail vitrine « souvenirs d’Indochine ». Collections privées
Crédits Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Figure 5
Légende « Ma cuisine dans mes bagages » : ensemble de pièces ramenées de l’Indochine par les rapatriés. Collections privées.
Crédits Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Figure 6
Légende La fête du Tet : « Le dragon et le génie de la terre »
Crédits Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Figure 7
Légende Intérieur de la pagode du camp
Crédits Cliché : Magali Ceroni
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Figure 8
Légende Chapelle du camp
Crédits Cliché : Magali Ceroni
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Figure 9
Légende Habitantes du CAFI
Crédits Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Figure 10
Légende Échantillon du dépliant permettant le parcours découverte du CAFI, conçu et rédigé par Magali Ceroni, 2006
Crédits Cliché : Magali Ceroni
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 11
Légende Autel bouddhique familial de prières
Crédits Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Figure 12
Légende Le « petit Viêt Nam » des mémés du CAFI
Crédits Cliché : Mairie de Sainte-Livrade-sur-Lot
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/447/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Ceroni, « « CAFI 1956-2006 - De Saïgon à Sainte-Livrade-sur-Lot » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 25 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/447 ; DOI : 10.4000/framespa.447

Haut de page

Auteur

Magali Ceroni

Chargée de projets culturels, Valorisation et médiation des patrimoines vivants, bâtis et paysagers. Auteur du dépliant de découverte du CAFI et co-auteur des panneaux d’exposition, magceroni@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org