Navigation – Plan du site
Documents

« Ombres et lumières de l’exil »

Exposer le témoignage d’un républicain espagnol
Nathalie Bousquet

Texte intégral

  • 1  Nathalie Bousquet, Les Espagnols dans le Lot de l’entre deux guerres aux années cinquante, Mémoire (...)

1Du 17 au 26 novembre 2006, la ville de Figeac a présenté, au palais Balène, l’exposition réalisée par la Région Midi Pyrénées : « Il était une fois la République espagnole… ». À l’occasion de cette installation, le service du patrimoine de la mairie de Figeac a enrichi l’exposition d’un volet figeacois. Il s’agissait de mettre en valeur certains aspects de l’exil républicain espagnol à Figeac, petite ville du département rural qu’est le Lot. Ce travail a pu être mis en œuvre à partir de recherches effectuées pour un mémoire de maîtrise1, de nouvelles prospections aux Archives départementales du Lot et du témoignage exceptionnel d’Antonio Molina qui avait 14 ans à Madrid en 1936 et qui est arrivé à Figeac en août 1941 où il vit encore aujourd’hui.

Approche historique, travail scénographique

  • 2  Trois personnes ont travaillé à la réalisation de l’exposition : Nathalie Poux et Pricilla Malagut (...)

2En même temps qu’émergeaient les problématiques propres à la recherche historique, il fallait répondre aux questions de mise en forme, aux exigences de l’espace et de la présentation. Nous étions contraintes par le mobilier qui ne permettait d’exposer ni objets ni documents originaux2. D’autre part, peu de photos étaient disponibles et le montage sonore du témoignage impossible. Le texte devenait donc l’objet principal, le presque seul passeur d’informations. La concision, sans qu’elle devienne simplification hâtive ou traître raccourci, a dû être pensée et repensée ; elle est une difficulté pour l’historien habitué à exiger les rappels contextuels et à mettre les données en perspective.

3Le premier thème présenté – « La résonance de la Retirada à Figeac » –, fait l’état des lieux : combien de réfugiés sont arrivés à Figeac au début de l’année 1939 ? Dans quelles conditions ont-ils été accueillis ? Les chiffres du recensement des réfugiés espagnols du 3 mars 1939 dans les communes de l’arrondissement sont présentés sur une carte qui permet la visualisation des lieux. Pour rendre compte de l’état d’esprit des populations, nous avons choisi de juxtaposer des extraits d’articles de la presse locale (Le journal du Lot, L’essor de Figeac), des transcriptions écrites de témoignages oraux de Figeacois et de réfugiés et le rapport du préfet daté du 11 février 1939 sur l’état sanitaire des réfugiés (fig. 1).

Figure 1

Figure 1

Espagnols à Figeac

Cliché : Mairie de Figeac

La diversité des sources et le texte qui présente ce choix de documents oriente le visiteur selon quatre axes :

  1. Les données factuelles : nombre par sexe et âge et localisation des réfugiés.

  2. Le dénuement dans lequel sont arrivés les réfugiés.

  3. La mobilisation charitable d’une minorité de la population.

  4. Le climat méfiant et hostile qui prévaut au début de cette année 1939.

4Le deuxième thème présenté sur le second meuble – « Travailleurs encadrés »– permet de rappeler que, très rapidement, les réfugiés ont constitué un véritable réservoir de main-d’œuvre enrôlée dans les Groupements de travailleurs étrangers et surveillée par la police. Le texte rappelle, pour le Lot, l’existence du camp de Catus duquel dépendent 900 réfugiés espagnols disséminés dans le département et embauchés selon les besoins, essentiellement agricoles, forestiers ou sur des chantiers. Deux photos illustrent cette partie. L’une d’un très grand format est suspendue au-dessus du meuble et sa facture rappelle la muséographie de l’exposition régionale. Elle représente un groupe de réfugiés espagnols sur le foirail de Figeac employés par les établissements de matériel militaire de Bourges repliés dans la ville en zone sud. Une autre photo montre des réfugiés construisant le barrage de Cajarc sur le Lot. Les autres documents – un plan d’urbanisme mentionnant les baraquements servant de logements et des cartes de contrôle et d’ordre de service – rappellent les conditions d’encadrement et le manque de liberté rencontrés dans le pays d’accueil.

5Afin de comprendre et de replacer la situation figeacoise dans le contexte régional et international, le visiteur s’appuie sur les panneaux, généraux, de l’exposition de Midi- Pyrénées.

Du témoignage individuel à la mémoire collective

6« La résonance de la Retirada à Figeac » n’est pas une illustration locale de l’Histoire mais bien un pan de cet exil. L’itinéraire singulier d’Antonio Molina, né en 1922 à Madrid, est présenté selon cette même logique. La singularité n’illustre pas l’Histoire mais elle en est le fondement, et dans ce témoignage pétri d’émotions apparaissent les thèmes de l’identité et du passé communs à l’exil républicain. Avec ce récit de vie à épaisseur humaine, nourri de souffrance et de joie, taillé d’oublis et de non-dits, il ne s’agissait pas de reconstituer la biographie suivant une chronologie linéaire. Cette mémoire, avec ses creux et ses cristallisations, permettait par contre de faire partager des éléments constitutifs d’un imaginaire collectif et de la construction identitaire de l’exil républicain.

7Nous disposions de trois pylônes verticaux à trois faces chacun et pivotant sur eux-mêmes : ce matériel dictait neuf thèmes à sélectionner. Chaque panneau comprend un titre thématique, des documents ou photos personnels, la transcription écrite d’extraits choisis dans le récit d’Antonio Molina, présentée dans une calligraphie qui la différencie du texte mettant ces paroles en perspective (fig. 2).

Figure 2

Figure 2

Antonio Molina

Cliché : Mairie de Figeac

Voici les neuf thèmes exposés :

Ombres et lumières de l’exil

I.1. Antonio Molina : paroles de mémoire de l’exil - Texte rappelant le lien étroit et indissociable qui existe entre la mémoire, vivante et ayant valeur sacrée pour le témoin, et le travail d’histoire, rigoureux et construit sur une exigence de vérité.- Portrait noir et blanc d’Antonio par Nelly Blaya.

Les deux autres faces de ce pylône sont consacrées aux représentations de l’Espagne.

I.2. Images de l’Espagne, images de l’enfance à Madrid - Texte et transcription du récit évoquant la fin violente de l’enfance et le déchirement des familles à cause de la guerre civile.- Photo d’Antonio et de son frère en Espagne posant chez un photographe.- Sauf-conduit permettant à la famille d’évacuer Madrid en 1937 vers Tarragone.

I.3. L’Espagne vue depuis l’exil - Texte et transcription du récit évoquant le retour impossible à cause de la dictature et le rejet de cette Espagne de la défaite et de l’humiliation.- Photo : Carte du Comité France-Espagne « Depuis la France, les Espagnols ont aidé à la lutte contre le Franquisme et ont espéré le retour en Espagne. »

Le deuxième pylône rassemble les trois thèmes suivants :

II.1. La guerre porteuse d’une violence inouïe et de désillusions - Texte et transcription du récit évoquant l’enchaînement odieux : guerre civile, camps, Seconde Guerre mondiale et déportation dans les camps du nazisme, porteur d’un traumatisme qui conduit au refus d’utiliser les armes.- Carte de déportation.

II.2. La frontière douloureuse - Texte et transcription du récit évoquant le passage de la frontière qui marque la fin du temps espagnol et le début de l’exil en France, puis le long parcours dans les » camps du mépris ».- Document : certificat de bonne conduite du camp de St Cyprien, sauf conduit pour le regroupement familial.

II.3. Une vie de travail - Texte et transcription du récit évoquant le travail encadré dans les Groupements de travailleurs étrangers, puis le travail après la guerre qui peut donner la reconnaissance sociale par l’effort et le mérite.- Document : carte de contrôle d’ouvrier agricole.

Le dernier pylône regroupe trois sujets sur la France.

III.1. Les représentations ambivalentes de la France - Texte et transcription du récit évoquant les ambivalences : France, pays d’accueil et pourtant pays de l’humiliation, France de l’exploitation et pourtant société offrant la possibilité de s’extraire de la misère, France du régime de Vichy et pourtant nation de la Révolution et de la République.- Document : carte de travailleur étranger.

III.2. La France de l’intégration - Texte et transcription du récit évoquant ce pays comme la terre d’un nouvel enracinement, autant par l’enterrement de proches que par le mariage, les naissances, l’éducation des enfants, la construction de la maison, puis la naturalisation qui finit par s’imposer.- Document : certificat de naturalisation.

III.3. La langue française - Texte et transcription du récit évoquant l’appropriation de la langue française au quotidien, preuve d’effort, de mérite et objet de respectabilité et de reconnaissance sociale (fig. 3).

Figure 3

Figure 3

L’exposition à Figeac

Cliché : Mairie de Figeac

Les débats autour de l’exposition

8Outre le passionnant travail d’équipe pour élaborer l’exposition, les réactions du public se sont révélées d’un grand intérêt, en particulier celles des enfants et petits enfants de républicains. De ces rencontres, toutes touchantes, émerge une forte demande et la nécessité de savoir davantage ce qu’ont été les conditions de cet exil, le besoin de traces comme des lieux retrouvés, des listes de noms, des papiers. Une nouvelle conscience de cette mémoire s’éveille du fait du saut générationnel et aussi au contact des évènements d’Espagne. L’élection de Zapatero, petit fils de républicain, permet d’envisager que la chape de plomb jamais levée depuis la défaite des républicains soit aujourd’hui ébranlée.

9Le regard des petits enfants sur l’exil républicain en France embrasse la situation des familles entre la France et l’Espagne. Si la reconnaissance, en France, des détentions en camps, du combat dans la Résistance et de l’intégration dans la société des Trente Glorieuses semble consommée, la nécessité demeure d’une reconnaissance du gouvernement et du peuple espagnols à l’égard des vaincus : les républicains ayant subi l’exil ou la dictature. Ce désir s’exprime avec force lorsque les enfants de républicains exilés en France entament des démarches auprès du gouvernement espagnol pour obtenir la nationalité espagnole.

  • 3  Auteur d’Histoires intimes de la guerre d’Espagne, 1936-2006. La mémoire des vaincus, Paris,Editio (...)

10Comment ce difficile travail de mémoire se conduit-il en Espagne ? La conférence de Patrick Pépin3 à Figeac le 21 novembre 2006 a permis d’appréhender les nombreux obstacles qui gênent la sérénité du travail de mémoire républicain. Les vestiges du franquisme dans les institutions (armée et église) et dans les mentalités pèsent encore lourdement. Patrick Pépin a fait part de son parti pris radical et de son profond engagement. Il condamne la répression franquiste systématique comme un génocide préfigurant ceux commis par le nazisme et lutte également pour que soit enfin réhabilitée et honorée la mémoire des vaincus, envisageant le camp républicain autour d’une figure idéale, celle de Manuel Azaña dernier président de la Seconde République. Ce fut un temps fort suscitant la prise de conscience de ce travail de mémoire en Espagne et révélant aussi le débat sur les enjeux identitaires. Les anarchistes revendiquent l’épopée révolutionnaire dans la guerre civile. Cette geste doit-elle être bannie ? Doit-on totalement vider la guerre civile de sa mythologie romantique et héroïque pour lui donner sa pleine dimension de guerre horrible où le quotidien des hommes n’a plus de repères, où les gens de peu périssent massacrés ? Le travail de mémoire en Espagne peut-il faire l’économie des dissensions du camp républicain et des enjeux qui l’ont divisé ?

11Devant le besoin urgent de réhabilitation face à la durable négation de la mémoire républicaine, humiliée et tue dans un silence injuste et asphyxiant, le long et rigoureux travail d’histoire trouve sa pleine justification en apportant davantage de vérités, en déliant les nœuds d’une complexité qui puise ses origines dans l’histoire de la Seconde République et de la guerre civile. Tous les républicains, dans leur grande diversité, doivent pouvoir compter sur cette reconnaissance qui leur rend leur identité propre en la substituant à celle de vaincu. Les mémoires et l’histoire de l’exil en France doivent pouvoir nourrir cette quête, de même l’évolution du travail de mémoire et de la reconnaissance en Espagne des républicains éclairent d’une manière nouvelle les rapports entre les générations nées de l’exil et la transmission de cet héritage. La confrontation des mémoires des familles désunies peut s’envisager sous un jour nouveau car l’Espagne le permet enfin.

12La recherche pour cette exposition, les rencontres et les débats suscités montrent comment les problématiques et les champs de recherches peuvent être renouvelés. De nombreuses associations et des groupes enracinés dans l’histoire et la mémoire de cet exil militent en recueillant des témoignages, des archives personnelles, ressources inouïes pour les historiens.

13Le temps de l’exposition et des manifestations qui l’ont accompagné fut marqué par l’émergence de la nécessité de reconnaissance et par des prises de conscience. Ce fut l’occasion de partager dans l’espace social les enjeux identitaires et mémoriels. L’évènement a eu la capacité de provoquer de nombreuses réactions, sans doute prêtes à ressurgir, mais son écho s’amenuise déjà, révélant la difficulté à traiter de la mémoire comme enjeu social essentiel.

Haut de page

Notes

1  Nathalie Bousquet, Les Espagnols dans le Lot de l’entre deux guerres aux années cinquante, Mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction de Pierre Laborie, Université Toulouse-Le Mirail, 1992.

2  Trois personnes ont travaillé à la réalisation de l’exposition : Nathalie Poux et Pricilla Malagutti, du service du Patrimoine de la Ville de Figeac et, moi-même, missionnée à cette occasion.

3  Auteur d’Histoires intimes de la guerre d’Espagne, 1936-2006. La mémoire des vaincus, Paris,Editions Nouveau Monde, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Espagnols à Figeac
Crédits Cliché : Mairie de Figeac
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 2
Légende Antonio Molina
Crédits Cliché : Mairie de Figeac
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 3
Légende L’exposition à Figeac
Crédits Cliché : Mairie de Figeac
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Bousquet, « « Ombres et lumières de l’exil » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/445 ; DOI : 10.4000/framespa.445

Haut de page

Auteur

Nathalie Bousquet

Professeur d’histoire (collège Gambetta, Cahors)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org