Navigation – Plan du site

« Il était une fois la République espagnole… »

Un projet d’hommage officiel développé par la Région Midi-Pyrénées
José Jornet

Texte intégral

1Dans une entreprise d’envergure, quelle qu’elle soit, il n’y a pas de génération spontanée. L’ambitieux projet de la Région Midi-Pyrénées de rendre un hommage officiel aux Espagnols issus de l’exil Républicain de 1939 n’échappe pas à la règle. Le vent de l’histoire ayant tourné de chaque côté des Pyrénées, les responsables politiques se sont sentis investis d’un devoir de mémoire. On peut se demander si ce sentiment n’est pas d’autant plus présent, que depuis la mort, en 1939, de la République espagnole, inspirée de la République française, la culpabilité hante nos démocraties. Beaucoup considèrent en effet comme une double trahison leur non-intervention pendant la guerre civile et la reconnaissance, de fait par les Alliés, du régime franquiste à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

2Le premier acte, ou la première pierre, si l’on peut dire, de cet « édifice mémoriel », fut posé avec la réalisation du monument consacré à la mémoire républicaine espagnole au jardin Nougaro, dans le quartier des Minimes. Il s’agit d’une œuvre de Joan Jordà, financée par la Ville de Toulouse, inaugurée en janvier 2002 avec la participation de tous les organismes issus de l’exil républicain et de personnalités toulousaines (fig. 1).

Figure 1

Figure 1

Œuvre de Joan Jordà, « La Retirada de 1939 », bronze et marbre de Saint-Béat, 2002

José Jornet

  • 1  José Jornet (dir.), Artistes de l’exil : République espagnole - Retirada 1939 en région toulousain (...)

Le deuxième acte s’est tenu la même année dans les communes voisines de Blagnac et de Colomiers qui ont accueilli une exposition sur les artistes de l’exil républicain, de la première et deuxième génération, qui avaient choisi la région toulousaine pour y vivre. L’exposition a été réalisée dans la « tradition » de celles organisées après guerre par les associations culturelles et les mouvements politiques espagnols. Dans un catalogue publié avec le soutien de la Région Midi-Pyrénées1, les biographies des artistes sont accompagnées de témoignages de personnalités culturelles issues de la troisième génération (les enfants) et de textes évoquant le contexte historique.

L’expérience inédite d’un hommage d’envergure

3Les bases étaient ainsi jetées d’une idée force qui a fait son chemin : il y avait urgence à rendre hommage aux survivants d’une guerre qui avait amené sur le territoire de Midi-Pyrénées des centaines de milliers d’Espagnols républicains. Non seulement ils avaient fait souche dans la région, mais ils étaient l’avant-garde de la démocratie espagnole aujourd’hui installée dans le concert des nations libres. Plus de soixante ans après les évènements, la rencontre, inéluctable, entre les élus politiques français détenteurs du pouvoir décisionnel et ces Espagnols en attente de reconnaissance, s’est donc faite par l’intermédiaire de l’intermittent du spectacle que je suis. C’était en effet mon statut lorsque j’ai présenté aux élus de la Région un projet d’hommage officiel suivit d’un contenu pédagogique.

4Ainsi donc, le Conseil régional de Midi-Pyrénées a été le maître d’œuvre, à partir d’avril 2003, d’une série de manifestations et d’hommages qui furent dès le départ, négociés, adaptés et organisés à l’issue de rencontres répétées et de débats nourris entre les élus et les représentants de la société civile concernée. Il s’agissait d’abord de réunir, sous une même houlette commémorative, des hommes et des femmes de sensibilités politiques distinctes, qui étaient soit des acteurs de cette geste républicaine, soit des « héritiers » directs. Il fallait associer les témoignages personnels et les récits historiques dans le rappel d’événements tragiques qui ont traumatisé plusieurs générations.

5À ce jour, semblable expérience n’avait jamais été tenté sur une telle échelle et pour tout dire les exemples venus de ci de là avaient plutôt découragé les bonnes volontés. La guerre d’Espagne est trop vive dans les mémoires pour être traitée sans passion. La proximité géographique se double dans le Sud-Ouest d’une proximité sentimentale. Il fallait donc garder l’émotion intacte tout en respectant la rigueur des faits historiques. Ce fut la dimension la plus délicate de la mission. Lors de l’hommage du 19 novembre 2004, Martin Malvy, Président de la Région Midi-Pyrénées, accueillait à l’Hôtel de Région, Pasqual Maragall, Président de la Generalitat de Catalunya, le maire de Barcelone et quelques 1 200 personnes, en une marquante cérémonie d’hommage, pleine d’émotion, où tous les Espagnols issus de l’exil étaient représentés.

6Notre travail, car il s’agit on le devine d’un travail d’équipe, était mené sur plusieurs fronts à la fois. L’exil républicain, fut frappé d’ostracisme pendant les quarante longues années du franquisme. Il n’a trouvé de véritable réhabilitation politique qu’après la mort de Franco (1975), la réhabilitation morale lui étant acquise depuis longtemps. La pratique de l’alternance aux affaires du pays par les socialistes de la génération de Felipe Gonzalez puis de celle de Jose Luis Zapatero aura prouvé qu’ils étaient les fils spirituels de la génération qui avait subi à son corps défendant le soulèvement militaire.

  • 2  Républicains espagnols en Midi-Pyrénées : exil, histoire et mémoire, Toulouse, Conseil Régional de (...)

7La complicité avec les représentants de cette émigration, intimement mêlée depuis l’exil à la restauration démocratique à l’intérieur du pays, a trouvé son expression dans le livre Républicains espagnols en Midi-Pyrénées : exil, histoire et mémoire, un ouvrage de plus de 360 pages abondamment illustré, avec des articles de fonds, des témoignages, des portraits… Son succès à été tel qu’une deuxième édition, revue et augmentée, est devenue très vite nécessaire2. Nous pouvions lire, pour la première fois côte à côte, des historiens de renom, des témoignages de vétérans espagnols, les points de vue de représentants d’associations et de groupes politiques, des portraits de femmes et d’hommes qui ont écrit cette histoire. Cette diversité d’approche a été voulue pour rendre le plus compréhensible possible une histoire qui reste complexe et peu connue malgré le nombre considérable d’ouvrages publiés sur ce thème. Les historiens, par leur connaissance et le recul nécessaire, permettent de situer ces évènements dans le contexte de l’époque et d’en saisir les conséquences. Les portraits ont pour objet de présenter, quelques un(e)s de ceux qui y ont participé aux évènements décrits. À priori, ce melting-pot de points de vue pourrait apparaître comme un élément perturbateur, mais c’est l’inverse qui s’est produit. Les différents angles d’approche sur un même événement – l’analyse de l’historien à partir de documents et l’expérience de celles et ceux qui l’ont vécu – donnent toute sa dimension humaine à cette histoire. Selon le cahier de charges, que j’avais élaboré à l’attention de tous ceux qui ont accepté de participer à l’ouvrage, il s’agissait de faire court, de faire simple et sans esprit de polémique. Tous les articles ont été l’objet de lectures croisées. Je partais du préalable que nous nous adressions à des lecteurs qui ont, certes, entendu parlé de cette histoire – ce serait difficile autrement quand on habite dans le Sud-Ouest – mais qui ne connaissent pas son déroulement exact. En fin d’ouvrage, une bibliographie très fournie, classée par année, permet l’accès à des ouvrages spécialisés. Pour la première fois, tous les départements de Midi-Pyrénées étaient abordés dans leur spécificité face à l’arrivée des réfugiés espagnols : comment ces derniers ont été accueillis dans les camps, leur rôle dans la résistance contre les nazis, leur intégration, etc. Des journalistes et des historiens ont prêté bénévolement leur concours, non seulement dans la rédaction et la relecture des articles, mais aussi lorsqu’il a fallu accompagner ensuite ce livre et l’exposition itinérante dans le cadre de débats ou de conférences. Je leur adresse ici mes remerciements pour leur disponibilité qui ne s’est jamais démentie (fig. 2).

Figure 2

Figure 2

Exposition « Il était une fois la République espagnole... », rue du Taur à Toulouse, février 2005

José Jornet

De la commémoration à la pédagogie

8La partie pédagogique a été bien sûr l’un des axes principal de la mission, puisqu’il fallait sensibiliser les jeunes générations à une odyssée qui, en dehors des trois années de guerre proprement dite, est mal connue. L’histoire est écrite par les vainqueurs. En l’occurrence les républicains espagnols étaient des vaincus et le restaient même lorsqu’ils participèrent activement à la Résistance en France, même lorsque les half-tracks, pilotés par des Espagnols, du bataillon « La Nueve » – portant les noms de « Guadalajara », « Teruel », « Guernica », etc. – seront les premiers à entrer dans Paris occupé à la tête de la Deuxième DB du Général Leclerc. Il faut souligner que c’est en 2004 que la ville de Paris – comme la Région Midi-Pyrénées – a rendu (enfin) officiellement un hommage aux Espagnols de « La Nueve ».

9Il fallait rattraper un déficit d’image en allant à l’essentiel pour augmenter les chances de lecture. L’exposition « Il était une fois la République espagnole… », conçue à partir du livre, était destinée aux lycées et collèges. Il s’agissait à chaque fois de réinventer la mise en place des panneaux pour créer les meilleures conditions d’approche et d’accompagner les accrochages d’évènements, en accord avec le corps enseignant. Ces manifestations associaient à la tribune témoins et historiens face au public de lycéens et collégiens qui, visiblement, découvraient le sujet avec étonnement et intérêt.

10Depuis sa mise en circulation, l’exposition n’a cessé de « tourner », d’être sollicité et de susciter la curiosité du milieu scolaire et associatif. Des milliers de personnes l’ont visitée, surtout des élèves, sur la base d’un travail pédagogique avec leurs enseignants. Outre les 31 panneaux, l’exposition est composée d’une série de 58 dessins d’enfants espagnols réfugiés dans des « colonies » scolaires pendant la guerre civile. Ces dessins ont été retrouvés aux États-unis par Joseph Parello. Dès 1937, des quakers américains les exposaient pour collecter des fonds afin de venir en aide à ces enfants. Ces dessins se passent de tout commentaire car, hélas, ces petits Espagnols ont été les premiers en Europe à connaître l’épreuve des bombardements sur des civils (fig. 3).

Figure 3

Figure 3

Un dessin d’enfant espagnol réfugié durant la guerre civile

José Jornet

  • 3  « La Seconde République espagnole en exil en France, 1939-1977 », Colloque international, Centre u (...)

11Dans la foulée de la Région Midi-Pyrénées, le Conseil Général du Tarn, par la volonté de son Président Thierry Carcenac, a acquis un double de l’exposition. Aux panneaux d’origine sont venus s’y ajouter sept autres : sur le bassin houiller de Carmaux, les filatures de la vallée du Thoré, la présence des guérilleros, etc. Sur une année, l’exposition a été présentée à Castres, au collège Jean Jaurès, puis à Albi, aux Archives départementales. A chaque fois, elle était accompagnée de rencontres, de débats publics avec des historiens, des anciens combattants espagnols, de projections de films, de théâtre… mais surtout de visites pédagogiques de collégiens et lycéens. À Albi, où l’exposition est restée pratiquement six mois d’affilés, nous avons présenté, en parallèle, les œuvres des artistes espagnols issus de l’exil résidant dans le Tarn. L’Instituto de Cultura Alicantino Juan Gil-Albert à Alicante, nous a permis de présenter également, et pour la première fois en France, leur exposition sur l’ancien ministre de la République Rodolfo Llopis. C’est aussi dans le cadre de toutes les manifestations initiées par le Conseil Général que l’antenne universitaire d’Albi a organisé, sous la direction de Bruno Vargas, un colloque international de trois jours sur la Seconde République espagnole (fig. 4)3.

Figure 4

Figure 4

Exposition « Artistes espagnols de l’exil » au Moulins albigeois (Tarn), décembre 2006

José Jornet

  • 4  José Jornet, Joan Jordà, Barcelone, Département Culture de la Generalitat de Catalogne, 2000.

C’est sans aucun doute la partie pédagogique de ce travail qui a été la plus satisfaisante pour moi. Je suis né et j’ai vécu toute ma prime enfance en Catalogne, dans la région de Lleida (Lérida). Je dois à mon père catalan et à ma mère aragonaise qui furent des émigrés économiques des années 60, mon attachement à l’histoire de l’exode républicain, annonciateur de leur propre exil. Cinéaste de formation, j’ai le goût du « pris sur le vif ». Il faut ajouter qu’un homme a compté beaucoup dans mon engagement : l’artiste Joan Jordà. Il avait dix ans quand il passa la frontière avec sa mère, sous la mitraille, en février 1939. Il n’est retourné dans sa Catalogne natale qu’après 61 ans d’exil à Toulouse, à l’invitation de la Generalitat de Catalunya pour présenter son œuvre de peintre4. Son histoire m’a inspiré un film documentaire : Le voyage de Jean Jordà.

12Dans le droit fil de l’action menée avec la Région Midi-Pyrénées, j’ai retrouvé l’esprit qui avait guidé un de mes premiers films, réalisé avec mon ami Alain de Bock intitulé La Harka. Ce film traite également d’une page de notre histoire contemporaine passée sous silence et des plus douloureuse, celle des Harkis. À l’époque, en 1986, La Harka était la première fiction réalisée sur ce sujet. Présentée dans de nombreux festivals comme celui de Cannes, elle a été entièrement tourné à Narbonne avec la complicité active de la communauté Harkie et la participation amicale de Philippe Noiret et de Marie Dubois.

Une dynamique patrimoniale incomplète ?

13Il va sans dire que toutes les manifestations initiées par la Région Midi-Pyrénées ont engendré une certaine dynamique, une prise de conscience de l’importance de cette histoire. Parallèlement au livre et à l’exposition itinérante, ont été monté deux projets européens avec les services compétents du Conseil Régional. Le premier, en partenariat avec la Generalitat de Catalunya et le Gobierno de Aragón, consistait à traduire et éditer le livre en catalan et en castillan.

14Le second projet mobilisait, aux cotés de la Région, le Conseil Général de l’Ariège, l’Université de Toulouse-Le Mirail, la Bibliothèque de Documentation Contemporaine Internationale, le Museu d’historia de Catalunya, la Fundación Pablo Iglesias, l’Amicale du Camp du Vernet d’Ariège et l’Association des Juifs Libéraux de Toulouse. Il s’agit d’abord de sauvegarder, par numérisation, les 2 500 photos sur plaques de verre représentant une partie des internés (Espagnols, Juifs, Allemands, Italiens, Yougoslaves, Lettons, etc.) qui ont transité par le camp du Vernet-d’Ariège. Ainsi mises à disposition des universitaires et chercheurs, ces photos pourront être utilisées sans risques pour les originaux sur des supports fonctionnels. L’autre volet de ce projet européen consiste à « mettre en en boîte » quinze interviews que j’ai réalisé auprès de quelques-uns des derniers survivants, ex-internés et témoins de ce camp (fig. 5).

Figure 5

Figure 5

Une des photos sur plaque de verre du fichier des détenus du camp du Vernet d’Ariège

José Jornet

Par rapport aux objectifs initiaux, un seul projet reste à ce jour en instance : la création d’un centre international de ressources sur la République espagnole en exil. Il s’agit d’un grand chantier qui exige d’affirmer une certaine volonté politico-culturelle. Je reste cependant persuadé que ce projet est réaliste et réalisable et serait d’une grande utilité publique. En s’appuyant naturellement sur l’Université de Toulouse-Le Mirail, il faudrait y impliquer d’autres universités françaises, mais également catalanes et espagnoles. L’histoire de la République espagnole nous est commune. Il est indispensable également d’avoir la complicité de la communauté espagnole de l’exil et d’élargir progressivement le cercle des partenariats : le Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de la Haute-Garonne, des universités américaines, allemandes et italiennes, l’International Institut of Social History de Hollande, etc.

15Dans la concurrence mémorielle qui agite aujourd’hui la société civile et le monde universitaire, il serait regrettable que, par manque de vision sur le long terme et par défaut de coordination, Toulouse perde ses atouts et soit spoliée de sa légitimité historique dans la création d’un tel centre patrimonial de recherche qui pourrait constituer le chaînon manquant entre l’histoire des huit années d’existence de la Seconde République espagnole et le retour de la démocratie au pays du Quichotte.

Haut de page

Notes

1  José Jornet (dir.), Artistes de l’exil : République espagnole - Retirada 1939 en région toulousaine, Exposition, Blagnac, Colomier, 26 mars-1er juin 2002.

2  Républicains espagnols en Midi-Pyrénées : exil, histoire et mémoire, Toulouse, Conseil Régional de Midi-Pyrénées / Presses Universitaires du Mirail, 2004.

3  « La Seconde République espagnole en exil en France, 1939-1977 », Colloque international, Centre universitaire Jean-François Champollion d’Albi, 7-9 décembre 2006.

4  José Jornet, Joan Jordà, Barcelone, Département Culture de la Generalitat de Catalogne, 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Œuvre de Joan Jordà, « La Retirada de 1939 », bronze et marbre de Saint-Béat, 2002
Crédits José Jornet
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/442/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 2
Légende Exposition « Il était une fois la République espagnole... », rue du Taur à Toulouse, février 2005
Crédits José Jornet
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/442/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 3
Légende Un dessin d’enfant espagnol réfugié durant la guerre civile
Crédits José Jornet
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/442/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 4
Légende Exposition « Artistes espagnols de l’exil » au Moulins albigeois (Tarn), décembre 2006
Crédits José Jornet
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/442/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 5
Légende Une des photos sur plaque de verre du fichier des détenus du camp du Vernet d’Ariège
Crédits José Jornet
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/442/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

José Jornet, « « Il était une fois la République espagnole… » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/442 ; DOI : 10.4000/framespa.442

Haut de page

Auteur

José Jornet

Cinéaste, initiateur et coordonnateur du projet d’hommage aux Républicains espagnols en Midi-Pyrénées

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org