Navigation – Plan du site

Urbain des bois, l’apprenti charbonnier

Philippe Hanus

Résumé

Un peu partout en Europe vont se multipliant les fêtes de pays ayant pour thème les anciens métiers de la forêt. L’auteur ayant été directement impliqué dans quelques unes de ces manifestations organisées dans le massif préalpin du Vercors, se propose, à partir d’une relecture critique du film des événements, d’essayer de mieux comprendre l’intrigue de ce nouveau « théâtre de verdure » mettant en scène la mémoire des charbonniers italiens de Bergame. On montrera que ce type de fête joue un rôle symbolique et politique en qualifiant un lieu : la clairière en forêt, devenue pour la circonstance une sorte d’Agora. La fête des charbonniers favorise ainsi la mise en récit d’une histoire des « gens du lieu » qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs.

Haut de page

Texte intégral

Raviver la flamme du souvenir

1Derrière le taillis de hêtres on entend comme un cognement lourd et régulier, des craquements et crépitements, des paroles, onomatopées, quelques éclats de rire aussi qui les accompagnent et puis il y a cette odeur âcre de fumée omniprésente. Quelle est donc cette activité spectaculaire qui aiguise la curiosité du visiteur égaré dans la sylve profonde ? Une charbonnière vomissant des gaz épais, autour de laquelle s’agite une population bigarrée de femmes et d’hommes des bois.

  • 1  Danielle Musset, De mémoire de charbonniers, Les Alpes de lumière, 119, Mane, 1996 ; Daniel Loddo, (...)

2Depuis 1993, la Carbonera est allumée chaque automne sur les hauteurs boisées de Forellac en Espagne ; à Reverolle, canton de Vaud en Suisse romande on aime également cuire le charbon selon les procédés traditionnels, mais aussi à La Vieille Loye en forêt de Chaux dans le Jura et dans bien d’autres régions. Un peu partout en effet vont se multipliant les fêtes ayant l’univers de la forêt comme cadre et ses travailleurs itinérants comme héros. Leur multiplication témoignerait de l’engouement d’un public chaque année plus nombreux pour les manifestations à caractère patrimonial. Dans l’apparente sauvagerie des grands bois, des équipes de néo-charbonniers – la plupart du temps des bénévoles dirigés par d’anciens professionnels – prennent plaisir à édifier une charbonnière et font ainsi revivre, par la magie de leurs gestes, un peu de la vie des hommes de la forêt. Ces réalisations accompagnent parfois un programme de recherches en ethno-histoire (recueil d’histoires de vie, de techniques, d’outils) comme celles initiées par le mouvement Alpes de Lumière en Haute Provence, CORDAE/La Talvera dans le Tarn ou encore le Centro Studi Valle Imagna en Lombardie1. Les habitants et visiteurs du massif du Vercors n’échappent pas à cette passion pour le monde de la forêt. De nos jours, diverses fêtes secrètes (séances de « jeux de rôle » au grand air, rave parties) ou publiques, comme celle de « Madame la charbonnière » – qui mobilise six mois durant, les forces vives des villages riverains – y sont organisées.

  • 2  « L’identité d’un groupe n’est rien d’autre qu’un inventaire signalétique d’un certain nombre de p (...)
  • 3  Dionigi Albera, « Migrance marges et métiers », Le monde alpin et rhodanien, 1-3/2000, pp. 7-21.
  • 4  Pour les habitants de Corrençon (village du nord du Vercors), « la forêt représente leur richesse (...)

3L’auteur de ces lignes ayant été directement impliqué dans quelques-unes de ces manifestations se propose ici, à partir d’une relecture critique du film des événements, d’essayer de mieux comprendre l’intrigue de ce nouveau « théâtre de verdure ». La fête de la charbonnière, à mi-chemin entre tradition et invention, ne va pas sans susciter bien des questions concernant la mise en scène de la ruralité et des identités culturelle et sociale2, des travailleurs saisonniers de la forêt. Dans notre monde bi-pôlaire, partagé entre rural et urbain, la ville serait le territoire de la culture en mouvement, tandis que les campagnes constitueraient un univers homogène, isolé et statique3. Ces dernières sont en effet fréquemment considérées comme des espaces conservatoires de « valeurs refuges » garantes de l’Authenticité. Les fêtes qui s’y déroulent célèbrent donc nécessairement ce qui perdure, ce qui rassemble et révèlent ainsi un sentiment d’appartenance régionale ou locale4. Elles ne sont évidemment pas exemptes d’ambiguïtés dans le rapport qu’elles entretiennent avec un passé, parfois un peu idéalisé et déréalisé : d’anciennes activités devenues de nos jours objets de contemplation, sont en effet, de manière un peu candide, parées de toutes sortes de vertus. Une fois émises ces quelques réserves, nous allons montrer que ce type de fête qui se déroule aux confins du terroir villageois joue un rôle symbolique et politique en qualifiant un lieu : la clairière en forêt, devenue pour la circonstance une sorte d’Agora.

Le spectacle de l’homme en noir

  • 5  Danielle Musset, « Charbonniers, le métier du diable ? », in « Migrance marges et métiers », Le mo (...)
  • 6  Jean Delmas, « Dans les Alpes autour de Villard de Lans », Les Alpes Illustrées, 29 juin 1893. Pou (...)
  • 7  Ada Acovitsioti-Hameau, Philippe Hameau, « Conversion artisanale et volonté identitaire. L’exemple (...)

4Les charbonniers symbolisent depuis la plus haute Antiquité, les relations ambivalentes que les hommes entretiennent avec la nature. Est sauvage ce qui procède de la Silva – cette vaste forêt matricielle que notre élan civilisateur a progressivement grignoté – : espace inculte à défricher, les bêtes et les plantes qui s’y trouvent, les individus à l’écart des lois de la cité. Les charbonniers concentrent sur leur personne un mélange d’éléments fortement connotés dans l’imaginaire, tels que le feu, le noir et le sauvage5. Ces êtres au visage noirci – qui veillent leur charbonnière la nuit tandis que l’honnête homme se repose – représentent toujours un peu les forces des ténèbres. En même temps et paradoxalement, on en fait des gardiens du chant du monde proches des puissances chtoniennes, fiers et indépendants. On aime en effet se les représenter en apôtres de la liberté défiant les normes sociales. À l’instar de Georges Sand dans Les maîtres sonneurs, nombre de lettrés ont été et demeurent encore de nos jours inspirés par cette figure de la migrance, homme sans feu ni lieu « qui n’aime pas travailler deux ans de suite au même pays ». À la fin du XIXe siècle les travailleurs saisonniers de la forêt font spectacle pour les touristes qui vont les voir à l’ouvrage et immortalisent, grâce à la photographie, ces personnages pittoresques : « Nous allons ensuite visiter une charbonnière exploitée chaque été par quatre Italiens ; en face de leur cabane fume depuis neuf ou dix jours un cône très méthodiquement arrondi... »6. De nos jours, le goût manifeste du public pour « l’exotisme de proximité », ne contribue-t-il pas à faire renaître une représentation du charbonnier empreinte de mythe et de légende ? On l’imagine en effet en maître de la danse nocturne évoluant dans un décor terrifiant : fumée dense, odeur âcre, craquement des braises. Le citoyen de la « société globalisée » en quête d’authenticité se prend à rêver d’ensauvagement au côté d’un de ces maîtres de la forêt. Gardons-nous cependant d’empoétiser cette vie du charbonnier, car derrière la vision idyllique de la liberté de l’homme des bois se cache une réalité toute autre, celle d’un métier harassant ne rapportant pas nécessairement de quoi gagner correctement sa vie à celui qui l’exerce. Il conviendrait donc d’éviter « ces considérations qui prétendent transcender les acteurs d’activités révolues : amplification et déformation de gestes, connotations ésotériques, idéalisation de modes de vie harmonieux7 ».

  • 8  Nicolas Abry, « De la rise à la ruse… Les bûcherons bergamasques et leurs représentations dans les (...)
  • 9  Notamment pour les usines de pâte à papier. Cf. Nicolas Abry, Philippe Hanus, « Bûcherons transalp (...)
  • 10  Philippe Hanus, Je suis né charbonnier dans le Vercors. Petite histoire des hommes dans la forêt, (...)

5Au-delà des images d’Epinal le maître charbonnier est d’abord et avant tout un technicien dépositaire d’un savoir reconnu qui le rend indispensable à l’exploitation raisonnée et sécurisée de la forêt, un spécialiste de la transformation du bois en un combustible de qualité. Cinq années sont en effet nécessaires pour former un bon charbonnier apte à dresser et cuire sa meule. Quant à l’abattage à la hache des arbres et leur transport dans les fortes pentes des versants alpins, c’est un exercice délicat qui réclame certes de l’endurance mais surtout une extrême précision dans les gestes8. Aucune de ces tâches ne s’improvise, c’est pourquoi, dans le dernier quart du XIXe siècle, dans un contexte de crise de la filière-bois, les exploitants forestiers français ont fait appel à de forts contingents spécialistes issus des hautes vallées bergamasques9 en Lombardie, puis du Veneto des montagnes après la Première Guerre mondiale. Les Italiens du nord ont en effet joué un rôle essentiel dans l’exploitation des forêts des Alpes occidentales de 1860 à 1960. Dans le Vercors on se souvient de la présence discrète de ces bûcherons, câblistes et charbonniers habitants saisonniers de la forêt, à l’œuvre sur les coupes de bois durant la belle saison10.

  • 11  Sébastien Jahan, Le peuple de la forêt. Nomadisme ouvrier et identités dans la France du Centre-Ou (...)

6Partir à la recherche des « nomades de la forêt »11, c’est donc explorer l’histoire d’une société rurale en mouvement ; angle d’approche qui remet en question le paradigme français de la sédentarité.

Une charbonnière comme autrefois

  • 12  Drôme Info Hebdo, 16 septembre 2005.

7Dresser une meule charbonnière est une entreprise au long cours, nécessitant de croiser diverses compétences : celles des charbonniers professionnels, qui font part de leur expérience aux plus jeunes, et celles des techniciens de l’ONF, des débardeurs et des affouagistes qui savent manier la tronçonneuse et la serpette. Sur le lieu d’abattage et sur l’aire à charbonner – autour de laquelle on empile en arc de cercle les pièces de fayard – l’effort se partage dans un joyeux brouhaha. Le correspondant de la presse locale est évidemment de la partie. C’est lui qui donne à l’événement sa véritable lisibilité et surtout l’inscrit officiellement dans l’espace public du canton, lorsqu’il rend hommage à tous ceux qui font « revivre ces grands moments de rencontres, d’échanges et de transmission de savoir... ». Dans son papier il invite en effet les badauds à « venir sur le site pendant toute la durée de la construction et de la cuisson pour découvrir cet art ancestral »12. De nombreux curieux se pressent alors autour du chantier : groupes scolaires, ramasseurs de chanterelles, mais également d’anciens charbonniers un peu dubitatifs qui font un commentaire critique ou donnent un conseil pratique. Une fois la charbonnière édifiée, recouverte de son manteau végétal et d’une épaisse couche de terre tamisée, il est temps de procéder à l’allumage.

Figure 1

Figure 1

« Faut nourrir la charbonnière ! Appel tribal ! »

Cliché de Philippe Hanus

L’allumage de la charbonnière est un des temps forts de la fête. Au moment où le doyen introduit la première pelletée de braise dans la cheminée, il règne un silence absolu sur le site. Dans l’assistance on retient sa respiration, puis une fois l’acte de mise à feu accompli, c’est un tonnerre d’applaudissements et des cris de joie qui jaillissent de la foule : « Charbonnier, fais fumer ! ». Pendant les deux semaines que dure ensuite la cuisson de la meule, sa surveillance se poursuit jour et nuit. Une équipe est présente en permanence sur le site, veillant à ce que la combustion s’effectue correctement. Le soir venu, chacun de prendre son tour de garde devant la charbonnière qui se consume lentement derrière son écran de fumée. Certains se livrent à d’incessants palabres, d’autres sirotent un verre de vin, fument une cigarette en silence ou méditent à l’écart. Le ronronnement du moteur a cédé la place à d’autres sonorités, le souffle du vent dans les arbres ou le crépitement du foyer. Les plus acharnés au travail élisent domicile sur le chantier, dans l’intimité de la baraque en rondins d’épicéa. Cette cabane constitue une retraite sûre où il est permis de vivre un temps de rupture, oublier les tensions de la vie moderne, et se frotter ainsi à la culture clanique des hors-la-loi. En témoigne cette photographie accrochée au mur – immortalisant des néo-charbonniers à l’action – qui porte la légende suivante : « Faut nourrir la charbonnière ! Appel tribal ! » (fig. 1). Quelle joie de se lever avec ses compagnons de jeu à quatre heures du matin, pour alimenter la charbonnière avec du petit bois, creuser une rigole ou colmater une brèche. La place charbonnière est un formidable creuset qui voit se mêler plus ou moins harmonieusement rituels pseudo-chamanistiques de type new age, postures de « coureurs des bois » québécois et aspirations à la dissidence politique empruntées à l’imaginaire des maquisards du Vercors.

Causeries festives et danseries forestières

8Le jour du défournage arrive enfin. La charbonnière est désormais toute ratatinée et ne diffuse plus qu’un mince filet de fumée. Le point d’orgue de la fête est désormais atteint. Sur l’heure du midi, sous la responsabilité des Anciens, on éventre la meule et l’on procède à la mise en sac du précieux combustible devant une foule médusée. Dans l’après midi des plasticiens initient le public à « l’art dans la nature », tandis que les éducateurs à l’environnement expliquent l’écosystème forestier. L’association du patrimoine n’est pas en reste, qui propose une petite exposition avec maquettes, outils et photos sépia. Qui dit fête, dit également repas à l’italienne (saucisse et polenta) puis veillée animée par des conteurs re-visitant les « récits de croyance » du patrimoine narratif alpin, à laquelle succède le bal et sa buvette qui électrisent la foule jusqu’au petit matin. Une population bigarrée installe alors son campement sur le site.

  • 13  Marianne Palisse, Les Bauges entre projets institutionnels et dynamiques locales : patrimoines, te (...)
  • 14  Marie-Thérèse Tetu, « Les passagers de l’Ancolie. La vie d’un bar à Saint-Martin en Vercors », Reg (...)
  • 15  Josette Debroux, « Les nouveaux venus du canton de Châtillon-en-Diois. Rencontre entre un territoi (...)

9Certes cette manifestation s’appuie sur un thème identitaire local, mais ses protagonistes se gardent bien de célébrer la mythologie du terroir. A travers cette œuvre collective éphémère, n’assiste-t-on pas plutôt à l’émergence d’un nouvel espace public ?13 La charbonnière semble en effet devenir, pour quelque temps, la place du village en pleine nature, c’est-à-dire le lieu où bat le pouls de la cité. Elle ménage des rencontres insolites entre générations, rapproche les représentants de classes sociales ou d’horizons géographiques différents. Au plus fort du chantier, un ouvrier tunnelier nord-africain de la Seine-Saint-Denis travaillant sur un chantier voisin, manie durant son temps de repos la pelle, de concert avec un sympathisant local du Front National. Le Conseiller général déambule sur le chantier sans tambour ni trompette et se fait prendre à partie par les parents d’élèves au sujet de la fermeture d’une classe dans l’école du village. Chacun, de ceux qui prennent part à l’action ou à la discussion, de se rendre compte qu’on n’est pas simplement gouverné par ses affects, ni par ses affinités électives : on se croise, on entre en négociation entre chasseurs, gardes forestiers, conseillers municipaux et militants écologistes ; entre éleveurs, « rmistes » et randonneurs hollandais, c’est-à-dire entre « déjà-là », « nouveaux arrivants », « partis-revenus » et « hôtes de passage »14. Tous ces contacts, même s’ils sont éphémères favorisent nécessairement l’innovation sociale. La fête de la charbonnière qui se construit sur un temps long est donc un formidable outil intégrateur, ce qui n’exclue cependant pas des conflits de légitimité d’ancrage dans le lieu, entre par exemple les représentants officiels du comité des fêtes et les néo-charbonniers (majoritairement issus des professions du plein-air : moniteurs de spéléologie, accompagnateurs en montagne) lesquels ne s’inscrivent pas dans les traditionnels lieux de pouvoir15.

  • 16  Dans le milieu rural français, on assiste depuis plusieurs décennies à la transformation des manif (...)

10Tout finit cependant par s’arranger et, emportés dans le tourbillon de la fête, ces différents protagonistes parviennent finalement à construire un véritable espace commun. Cette fête qui fédère plus de 400 personnes est auto-régulée (il n’est fait appel à aucun service d’ordre et les gendarmes se contentent d’opérer une visite de routine à proximité des lieux de stationnement des automobiles) mais également totalement auto-financée, au moyen d’un pot commun. On compte seulement sur la vente des sacs de charbon pour se rembourser des frais occasionnés par une telle opération. On ne trouve donc sur le site aucune banderole marquée du logo de la banque du monde rural, du supermarché de secteur ou de l’administration territoriale. En outre, afin de garder la maîtrise de « leur fête », les responsables de la charbonnière ont fait le choix de ne l’inscrire dans aucun calendrier d’animation touristique et surtout de ne pas la programmer à nouveau l’année suivante. Ils préfèrent se laisser le temps d’avoir à nouveau envie de faire la fête, afin de garder à cet événement son caractère exceptionnel. Cette posture leur permet de ne pas sombrer dans la routine, ni dans les dérives mercantiles qui conduiraient les protagonistes de l’opération à n’offrir à une clientèle ciblée – un public extérieur à la société locale – qu’ un spectacle de pur divertissement16.

  • 17  Par exemple dans le document d’orientation de la future charte du Parc Naturel Régional du Vercors (...)
  • 18  « Le sens géographique des fêtes », Annales de Géographie, 622, 2001, pp. 624-646.

11Notons au passage que les responsables des grandes institutions territoriales qui ont vocation à régenter l’espace public ont bien pris la mesure des enjeux sous jacents à une telle manifestation17. La fête contribue en effet à la construction permanente des territoires. Ainsi que l’a montré Gui Di Méo18, elle les qualifie et leur confère une certaine lisibilité, pour l’extérieur certes, mais pour eux-mêmes également : « voici ce que nous sommes, ou ce que nous voulons être ».

Figure 2

Figure 2

Cliché de Philippe Hanus

Mémoire et histoire des charbonniers italiens

  • 19  Alban Bensa, Une histoire à soi, Mission du Patrimoine ethnologique, Cahier 18, Éditions de la Mai (...)

12Le temps de la fête promeut de nouvelles catégories d’acteurs sur la scène locale, héros d’un jour qui en la circonstance ne sont pas les dépositaires du pouvoir institutionnalisé. Le charbonnier bergamasque ou vénète connaît en effet son heure de gloire, ce qui a pour vertu de le réhabiliter en qualité d’authentique acteur de l’Histoire. On dévoile ainsi une partie du corps social oubliée dans les méandres de la mémoire collective, comme le signifient ces propos d’un des promoteurs de la fête qui ambitionne à cette occasion de « rendre un petit hommage à tous ces gens venus de fort loin qui, par leur travail et leur sacrifice, appartiennent à notre histoire collective ». La fête des charbonniers favorise ainsi la mise en récit d’une histoire des « gens du lieu » qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs19. Notons au passage que le travail de collecte de la mémoire des ouvriers forestiers d’origine italienne, initié lors de la fête, est restitué à la population dans le cadre de l’opération « Traces » – forum consacré aux mémoires de l’immigration en Rhône-Alpes. Cet événement permet d’approfondir la réflexion, de prendre en considération l’existence concrète des personnes en migration et de l’envisager comme dimension constituante de la société locale et non comme s’il s’agissait d’éléments isolés dans ses marges. Certaines de ces « mémoires migrantes » ainsi mises à contribution révèlent les articulations complexes qui unissent parcours individuel, projet familial ou villageois et politiques étatiques. L’attention est centrée sur le contexte du départ, le voyage, les déplacements d’un chantier à l’autre dans la forêt, le travail, les allers-retours au pays, puis l’installation dans les villages d’accueil. C’est précisément dans une de ces communes, Autrans, où se trouvent rassemblés bien des membres de la « diaspora bergamasque » que se déroule une soirée festive dédiée aux Italiens du Vercors. Pour la circonstance des chercheurs franco-italiens sont invités à présenter les résultats de leurs travaux sur l’histoire de cette immigration. Le public nombreux peut également écouter une lecture de Bergame de l’écrivain Robert Piccamiglio, récit dans lequel le narrateur ramène le corps de son père défunt à la terre natale. Leurs interventions successives font jaillir les souvenirs. Les langues se délient et la soirée se termine en un joyeux désordre, mêlant bavardages et chansons a capella.

Pendant le couvre-feu, on couve le feu

  • 20  Fêtes et civilisations, Arles, Actes Sud, 1991.

13La fête de la charbonnière – qui est aussi comme on vient de le voir celle des charbonniers italiens – espace temps particulier voué à la rupture avec le quotidien, à la rencontre et à la connivence, signifie « un vouloir être ensemble ». Ainsi que le rappelle Jean Duvignaud, de la fête jaillit toujours « une imprévisible invention » et l’innovation sociale à l’état pur20. En ces temps troublés où d’habiles manipulateurs d’opinion exploitent les peurs ordinaires de nos concitoyens et décrètent le couvre feu, les charbonniers du Vercors demeurent en état de veille critique lorsqu’ils couvent le feu dans l’intimité de la nuit.

Figure 3

Figure 3

Cliché de Philippe Hanus

Haut de page

Notes

1  Danielle Musset, De mémoire de charbonniers, Les Alpes de lumière, 119, Mane, 1996 ; Daniel Loddo, Aimé Mucci, Il canto della carbonara, Charbonniers italiens du département du Tarn, Cordes, CORDAE/La Talvera, 1999 ; Aimé Mucci, Les forçats de la forêt. L’épopée des charbonnniers, Toulouse, Editions Universitaires du Sud, 2002 ; Antonio Carminatti (dir.), Carbonai e boscaioli. L’emigrazione bergamasca sulle alpi occidentali dal diciannovesimo al ventesimo secolo, Bergamo, Centro Studi Valle Imagna, 2005.

2  « L’identité d’un groupe n’est rien d’autre qu’un inventaire signalétique d’un certain nombre de particularités définies à partir de catégories géographiques, ethniques, professionnelles, statutaires, familiales ou relationnelles ». Laurence Fontaine, « Présentations de soi et portrait de groupe : les identités sociales des marchands et colporteurs », Cahiers de la Méditerranée, 66.

3  Dionigi Albera, « Migrance marges et métiers », Le monde alpin et rhodanien, 1-3/2000, pp. 7-21.

4  Pour les habitants de Corrençon (village du nord du Vercors), « la forêt représente leur richesse passée et leur appartenance à la communauté... (elle) est un des éléments fondateurs de l’identité locale ». Anne Sgard, « Paysage du Vercors : entre mémoire et identité », Revue de Géographie Alpine, hors série, Grenoble, 1998. Cf. « Identité culturelle et appartenance régionale », Terrain, 5, octobre 1985.

5  Danielle Musset, « Charbonniers, le métier du diable ? », in « Migrance marges et métiers », Le monde alpin et rhodanien, 1-3/2000, pp. 143-150.

6  Jean Delmas, « Dans les Alpes autour de Villard de Lans », Les Alpes Illustrées, 29 juin 1893. Pour l’observateur la tenue de fête compte autant que le geste dans le travail « vaguement endimanchés, pantalon de velours, veste de drap ou de cuir, les hommes se rendent à l’église ou font leurs achats dans les villages voisins. L’après-midi les retrouve rassemblés au café pour d’interminables beuveries de vin et d’inquiétantes parties de mora qui se terminent rarement sans dispute ». Abel Desrois, Les étrangers dans l’Ain, Thèse de doctorat en lettre, Université de Paris, Belgarde, 1939, p. 138.

7  Ada Acovitsioti-Hameau, Philippe Hameau, « Conversion artisanale et volonté identitaire. L’exemple des charbonniers de Moyenne Provence », Technique et Culture, 28, 1996, p. 108.

8  Nicolas Abry, « De la rise à la ruse… Les bûcherons bergamasques et leurs représentations dans les Alpes du Nord », in « Migrance, marges et métiers », Le monde alpin et rhodanien, 1-3/2000, pp. 119-132.

9  Notamment pour les usines de pâte à papier. Cf. Nicolas Abry, Philippe Hanus, « Bûcherons transalpins et papetiers, une exploitation forestière à grande échelle », Papetiers des Alpes. Six siècles d’histoire, Grenoble, Musée Dauphinois, 2005, pp. 122-123.

10  Philippe Hanus, Je suis né charbonnier dans le Vercors. Petite histoire des hommes dans la forêt, Parc Naturel Régional du Vercors, 2000.

11  Sébastien Jahan, Le peuple de la forêt. Nomadisme ouvrier et identités dans la France du Centre-Ouest aux Temps Modernes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p. 161.

12  Drôme Info Hebdo, 16 septembre 2005.

13  Marianne Palisse, Les Bauges entre projets institutionnels et dynamiques locales : patrimoines, territoires et nouveaux lieux du politique, Thèse de doctorat en anthropologie, Université Lumière- Lyon II, 2006.

14  Marie-Thérèse Tetu, « Les passagers de l’Ancolie. La vie d’un bar à Saint-Martin en Vercors », Regards croisés sur l’agriculture en Vercors. Hier, aujourd’hui, demain, Parc Naturel Régional du Vercors, 2003, pp. 254-261.

15  Josette Debroux, « Les nouveaux venus du canton de Châtillon-en-Diois. Rencontre entre un territoire et des individus », Regards Croisés sur l’agriculture en Vercors, Parc Naturel Régional du Vercors, 2003, pp. 240-253 ; Yannick Sencébé, « Être ici, être d’ici. Formes d’appartenances dans le Diois (Drôme) », Ethnologie française, 34-2004, 1, pp. 23-29.

16  Dans le milieu rural français, on assiste depuis plusieurs décennies à la transformation des manifestations festives communautaires en un spectacle de pur divertissement, destiné essentiellement à un public extérieur. Cf. Champagne Patrick, « La fête au village », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 17-18, 1977, pp. 73-84.

17  Par exemple dans le document d’orientation de la future charte du Parc Naturel Régional du Vercors, la charbonnière sert d’illustration au chapitre intitulé « faire participer les acteurs, les partenaires et les habitants, impulser les démarches participatives ».

18  « Le sens géographique des fêtes », Annales de Géographie, 622, 2001, pp. 624-646.

19  Alban Bensa, Une histoire à soi, Mission du Patrimoine ethnologique, Cahier 18, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 2001, p. 6.

20  Fêtes et civilisations, Arles, Actes Sud, 1991.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende « Faut nourrir la charbonnière ! Appel tribal ! »
Crédits Cliché de Philippe Hanus
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/440/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Figure 2
Crédits Cliché de Philippe Hanus
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/440/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Figure 3
Crédits Cliché de Philippe Hanus
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/440/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Hanus, « Urbain des bois, l’apprenti charbonnier », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 25 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/440 ; DOI : 10.4000/framespa.440

Haut de page

Auteur

Philippe Hanus

Parc naturel régional du Vercors, Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org