Navigation – Plan du site
Position de recherche

Entre sentiment et raison : l’éducation morale et civique à l’école laïque dans la République en France (1870-1914)

Between sentiment and reason: moral and civic education in the secular school in the Republic in France (1870-1914)
Entre el sentimiento y la razón: la educación moral y cívica en las escuelas seculares de la República en Francia (1870-1914)
Yali Meng

Résumés

L’école laïque instituée par les « lois Ferry » a pour vocation de former les citoyens de la République, futurs agents du suffrage universel masculin. La construction de la vie démocratique est en fait étroitement liée à l’ « instruction morale et civique ». L’enseignement de la religion est exclu de l’école publique, qui est désormais caractérisée par l’alliance entre science et démocratie. La morale, si longtemps liée à la religion, se veut donc laïque, sur le plan théorique aussi bien que dans la pratique. Son enseignement est confié aux instituteurs, qui utilisent comme support de nouveaux manuels spécialisés, mais aussi le célèbre Tour de la France par deux enfants. À terme, on peut se demander si les « hussards noirs » de Péguy n’ont pas contribué à diffuser des « religions séculières », qui seraient celles de la Patrie, mais aussi du certificat d’études, bréviaire d’une terre promise de l’instruction universelle.

Haut de page

Texte intégral

1La République s’enracine dans les mœurs en France sous la Troisième République, notamment avec la mise en application des « lois Ferry », qui instituent la gratuité et l’obligation de l’instruction primaire et l’école laïque. L’ « instruction morale et civique » remplace l’ « instruction morale et religieuse », jusque-là inscrite dans la loi. Placée à la tête des matières obligatoires de l’enseignement primaire, elle devient en effet une discipline à part, destinée à la formation des citoyens à la démocratie républicaine. Le questionnement de la thèse, qui englobe les années 1870 à 1914, est axé sur la morale, désormais séparée de la religion : l’évolution de son contenu au cours de cette période et le « corps » même de son enseignement, à savoir les instituteurs, les méthodes pédagogiques, les manuels scolaires.

2 L’étude a reposé pour l’essentiel sur trois types de sources. Ce sont d’abord les Discours et opinions de Jules Ferry, la belle collection publiée par Paul Robiquet de 1893 à 1898, à laquelle on a joint évidemment les débats parlementaires, à la Chambre des députés comme au Sénat, au cours des années cruciales, de 1880 à 1882, lorsqu’ont été discutés les projets de lois relatifs à l’enseignement primaire. En second lieu, ont été dépouillées sur toute la période les grandes revues pédagogiques mais aussi philosophiques et généralistes (car une place importante y est souvent accordée aux questions de l’enseignement) : la Revue pédagogique, le Manuel général de l’instruction primaire, la Revue internationale de l’enseignement, la Critique philosophique, la Revue politique et littéraire (ou Revue Bleue), la Revue de l’histoire des religions… Enfin, nous avons lu et analysé un grand nombre de manuels d’instruction morale et civique, de manuels d’histoire ou encore de livres de lecture en usage dans les écoles laïques : le Petit Lavisse et plus encore Le Tour de la France par deux enfants ont été des compagnons au long du cheminement de la thèse.

  • 1 Paul Robiquet, Discours et opinons de Jules Ferry, Paris, Armand Colin & Cie, 1896, vol. 4, p. 150.

3Dans la première partie de la thèse, nous avons resitué l’œuvre scolaire menée à bien par la génération de Jules Ferry dans son contexte historique : la sécularisation de la société française, en cours depuis la Révolution française, et le choc lié à la défaite de 1870 face à la Prusse. On sait qu’un livre déjà ancien a évoqué à cet égard « la crise allemande de la pensée française » (Claude Digeon). La génération de Jules Ferry a entendu expliquer l’« étrange défaite » par le retard des réformes et de l’équipement scolaires de la France face à une Prusse dans laquelle, par exemple, l’obligation scolaire était d’institution ancienne. Elle recentre ses efforts sur la réorganisation de l’enseignement primaire. Jules Ferry estime que cette entreprise n’a rien de révolutionnaire, et qu’elle constitue un aboutissement logique et nécessaire de la sécularisation issue de la Révolution française. Il s’agit d’une lutte anticléricale, non antireligieuse. Le gouvernement doit garantir la liberté de conscience. Ce ne sont pas des « questions de quantité », mais « des questions de principe » : « la liberté de conscience ne fût-elle violée que chez un seul citoyen, un législateur français se fera toujours honneur de légiférer, ne fût-ce que pour ce cas unique1 ».

4Les analyses de la morale laïque, auxquelles est consacrée la deuxième partie, sont développées en deux volets principaux. Ce sont tout d’abord les sources théoriques d’une morale qui se dégage progressivement de la religion, et s’adresse à la science (au risque du scientisme) puis au solidarisme, cette troisième voie entre libéralisme et socialisme, telle que le ministre Léon Bourgeois, après d’autres, a tenté de la définir. C’est ensuite une morale pratique qui, s’intéressant aux devoirs à inculquer, contribue puissamment à la construction d’une communauté civique imaginée, en recourant aux idées de patrie, de République, de panthéon vertueux laïque.

  • 2 Ibid., p. 175.
  • 3 Journal officiel, Sénat, 5 juillet 1881, p. 1027.

5Les débats parlementaires ont vu s’opposer principalement la morale « sans épithète » de Jules Ferry et la « morale religieuse » de ses adversaires. Le ministre estime que « la morale […] après tant de siècles de civilisation, n’a pas besoin d’être définie » et qu’elle est plus grande quand elle est « sans épithète2 ». Cette morale englobe toutes les autres, dont la morale individuelle, la morale domestique, la morale sociale et la morale religieuse. C’est ce qu’il appelle « la petite morale usuelle » ou la « morale concrète ». Elle se distingue de la morale abstraite des philosophes, et tire des exemples de la vie quotidienne et de l’histoire de France3.

  • 4 Paul Robiquet, op. cit., vol. 4, p. 203.

6À l’inverse, la « morale religieuse » préconisée par ses adversaires ne peut pas être dépourvue des dogmes, qui sont l’existence de Dieu, l’immortalité de l’âme, ainsi que les peines et les récompenses dans l’autre vie. Dieu n’est pas inscrit dans la loi pour des raisons politiques : la formule de « devoirs envers Dieu » est à l’origine une expression de la religion positive, alors que les assemblées ne sont pas faites « pour promulguer des credo théologiques4 », insiste Jules Ferry. Mais l’absence de Dieu dans la loi pose des problèmes en pratique, car la majorité des instituteurs et institutrices sont chrétiens ou au moins spiritualistes.

  • 5 « Morale et civique », dans Ferdinand Buisson (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instru (...)

7Les « devoirs envers Dieu » figurent donc dans les programmes officiels de 1882. Les instituteurs n’ont pourtant pas pour mission de « faire un cours ex professo sur la nature et les attributs de Dieu ». Il suffit d’apprendre à l’élève à « ne pas prononcer légèrement le nom de Dieu » et à « faire comprendre et sentir […] que le premier hommage qu’il doit à la divinité, c’est l’obéissance aux lois de Dieu telles que les lui révèlent sa conscience et sa raison ». L’idée de Dieu est considérée comme « la cause première » et « l’être parfait ». Les enfants pourraient prendre l’habitude d’éprouver un sentiment de respect pour la notion de Dieu, malgré les divergences des dogmes confessionnels auxquels ils sont rattachés5.

  • 6 Yves Déloye, École et citoyenneté. L’individualisme républicain de Jules Ferry à Vichy : controvers (...)

8La morale se trouve ainsi au cœur du dualisme entre religion et science. Parmi les 25 manuels, édités entre 1879 et 1885 et utilisés dans l’école publique, qui font l’objet de l’étude d’Yves Déloye, seulement six excluent la religion, qui constitue chez d’autres auteurs soit le « couronnement », soit le « fondement » de la morale6. C’est notamment le cas chez les spiritualistes et les néo-criticistes, ces derniers étant les disciples du philosophe républicain Charles Renouvier, directeur de la revue La Critique philosophique et lui-même inlassable passeur et commentateur de l’œuvre de Kant qu’il met à la disposition de l’école laïque et de sa morale.

  • 7 Ferdinand Buisson, « Morale », dans Ferdinand Buisson (dir.), op. cit.

9Au début du XXe siècle, Ferdinand Buisson, ce protestant libéral passé à la libre pensée, cherche, pour sa part, à rapprocher morale laïque et religion, en les distinguant toutefois : la morale laïque est religieuse dans la mesure où elle amène l’homme à poursuivre l’idéal et lui donne la règle de son comportement, sauf qu’il s’agit d’ « une sorte de force intérieure », régissant « non seulement les actes, mais les pensées, les sentiments, les intentions, toute la conduite, toute la direction de la vie7 ».

  • 8 Émile Boutroux, « Science et culture », Revue politique et littéraire, 13 décembre 1913, p. 746.
  • 9 Paul Janet, « L’esprit scientifique », Revue pédagogique, 15 octobre 1910, p. 365.

10Pendant la même période, d’autres philosophes, un Alfred Fouillée, un Émile Boutroux, un Paul Janet, estiment pour leur part que la science peut devenir le fondement de l’éducation morale, à condition qu’elle vise à développer un véritable esprit scientifique, c’est-à-dire enseigne à interpréter, à partir de l’observation et de l’expérience, les phénomènes dans toute leur complexité, sans se borner aux aspects superficiels. Il s’agit là de ce qu’Émile Boutroux appelle la « science vivante », qui cherche à développer « la faculté d’observation externe et de déduction logique », et à affiner « le jugement, qui discerne la convenance des méthodes avec les problèmes, la signification et la valeur des résultats8 ». Ce philosophe préconise d’ailleurs une morale fondée sur la raison, qui est une faculté capable d’assimiler ce qui vient des traditions religieuse aussi bien que laïque, et qui constitue donc un fondement plus solide que la science. Pourtant, Paul Janet estime que l’âme humaine, si elle est asservie à la raison seule, sera incomplète. La vraie science peut valoriser notre personnalité dans différentes dimensions, et « démêler l’origine de nos croyances et de nos actes, des croyances et des actes de nos semblables9 ». Ni l’un ni l’autre ne négligent néanmoins le sentiment, qui peut être régi par la science pour l’un, et peut être, pour l’autre, une croyance variable selon chaque individu.

  • 10 Marie-Claude Blais, La Solidarité. Histoire d’une idée, Paris, Gallimard, 2007, p. 291.
  • 11 Marc Réville, « La criminalité et l’instruction à propos d’un livre récent », Revue politique et li (...)
  • 12 « Les délégations cantonales et les mauvais écoliers », Revue pédagogique, 15 avril 1892, p. 333-33 (...)

11À partir du milieu des années 1890, la morale laïque s’inspire de l’idée de solidarité. Nous avons choisi de l’aborder à propos de deux thèmes majeurs : l’éducation familiale, et la lutte contre l’alcoolisme qui devient un fléau social au tournant des xixe et xxe siècles. La famille est conçue, dans le programme du 26 juillet 1909 des écoles primaires supérieures, comme une « société particulière mais non exclusive dans la société10 ». Ainsi, dans Le Tour de la France par deux enfants, l’idée de la famille est à l’origine du vrai bonheur, en mettant les personnages à l’abri de la solitude, du danger, de l’inquiétude et de la tristesse. Le patrimoine familial, partant d’une petite cellule familiale et s’étendant à un groupe humain plus large mais uni par des liens d’affection, renforce la France qui se veut une grande nation. La pitié filiale est exaltée par les auteurs de manuels : elle concerne d’une part les relations entre les parents et les enfants, et d’autre part celles qui unissent les enfants à leurs premiers compagnons dans la famille, à savoir leurs frères et sœurs. La vie de famille est étroitement liée à la question morale, si nous suivons les études menées à Paris, au début des années 1890, par Guillot, sur la criminalité dans la ville11, ou par Émile Clairin, un adjoint au maire du dix-septième arrondissement, sur les enfants vicieux : selon lui, leurs mauvaises actions sont imputables dans la plupart des cas à la famille12.

  • 13 Raimbert, « Notions d’hygiène », Revue pédagogique, premier semestre 1878, p. 400.

12L’alcoolisme, qui méprise les lois de l’hygiène et la dignité de l’humanité, fait l’objet d’attaques répétées, presque obsessionnelles, chez les auteurs de manuels. La lutte antialcoolique, enjeu individuel, familial et social, réunit les efforts de l’État à ceux des enseignants. Dès les années 1890, les maîtres luttent pour la propreté matérielle et même intellectuelle, si l’on ose dire, de leurs élèves. Ils sont appelés à donner des enseignements destinés « à dissiper l’ignorance et les préjugés, à fortifier les âmes et à s’opposer à leur déchéance en y faisant pénétrer les préceptes de la morale, qui rend l’homme plus fort, meilleur et plus heureux13 », selon l’un d’eux. Au même moment, la question antialcoolique est intégrée dans les décrets et programmes officiels, sous forme de conférences, de cours d’adultes et d’œuvres postscolaires.

  • 14 Ernest Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? », Revue politique et littéraire, 18 mars 1882, p. 325.
  • 15 Charles Bigot, « L’idée de patrie, à propos de la conférence de M. Renan », Revue politique et litt (...)
  • 16 Charles Schuwer, Simples notions de morale civique, Paris, Charavay Frères, 1882, p. 37.
  • 17 Préface, Ernest Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 28e é (...)

13Nous avons enfin envisagé la morale laïque d’un point de vue plus national : elle sert à construire une communauté civique imaginée (Benedict Anderson) pour redresser moralement la nation traumatisée par la défaite face à la Prusse. Les auteurs exaltent l’idée de la patrie et de la nation, mais aussi le régime républicain, qu’ils lient étroitement à la première. La patrie est aux yeux d’Ernest Lavisse le « lieu de l’humanité » ; elle est le « lien » qui noue les hommes du passé, du présent et de demain, continue Paul Bourde. Une nation, selon Ernest Renan, est une âme dont les composants sont « la possession en commun d’un riche legs de souvenirs, le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis14 ». Il faut y ajouter le consensus politique pour Charles Bigot, car « la patrie, c’est un ensemble d’institutions, d’habitudes, de mœurs, c’est une association d’homme qui […] revendique sa part de dignité, d’influence politique, de puissance légitime15 ». Pour Gustave Lanson, l’amour pour la patrie peut être un sentiment ; et même « un sentiment inné dans le cœur de tous les hommes16 » pour Charles Schuwer. Sentiment et devoir peuvent être mêlés, selon Ernest Lavisse, pour qui le vrai patriotisme doit consister à « connaître l’œuvre de nos ancêtres et l’aimer, être fier de leurs succès, et triste dans leurs revers, se sentir victorieux à Bouvines, à Jemmapes et à Iéna, vaincu à Crécy et à Waterloo, honorer pieusement les mémoires illustres, méditer sur les bons exemples pour les suivre, et sur les fautes pour les éviter17 ». Pour Alphonse Aulard, il peut également être considéré comme le sentiment de la solidarité fraternelle, qui poursuit l’œuvre de la Révolution française.

14La République est décrite comme régime du progrès, issu de la Révolution française et ayant pour vocation de défendre les bienfaits apportés par celle-ci, dont la liberté, l’égalité, la justice et l’humanité. L’école laïque doit développer l’esprit critique des enfants des milieux populaires, pour qu’ils puissent acquérir la liberté de juger (la République, pour Payot, est le régime de la « défiance » à l’égard des croyances et des opinions héritées). Le régime permet à chacun d’accéder à l’instruction et de bénéficier d’une ascension sociale : pour ce faire, il attribue des bourses, construit de nouvelles écoles et bibliothèques, organise des cours d’adultes pour continuer l’instruction de tous ceux qui ont été contraints de quitter l’école pour travailler, spécialement dans les mondes rural et ouvrier.

15Pour parvenir à imprégner de républicanisme la conscience des enfants, les auteurs s’efforcent de créer un panthéon laïque. Les grands hommes (patriotes, écrivains, savants) y sont intégrés, dont Vercingétorix, Descartes, la Fontaine, Pasteur…, exploits et vertus étant valorisés. Cela ne va pas sans tension avec le monde catholique, comme le révèlent les deux « guerres des manuels » intervenues à deux reprises, dans les années 1880 puis 1900, d’abord autour de la laïcisation même des contenus d’enseignement, ensuite autour du pacifisme affiché par une minorité grandissante d’instituteurs.

16Nous nous sommes intéressée dans la troisième partie aux agents et aux supports d’enseignement de la morale laïque : les instituteurs en premier lieu, puis les méthodes pédagogiques et les manuels scolaires.

  • 18 Jules Ferry, « Circulaire adressée par M. le ministre de l’instruction publique aux instituteurs, c (...)

17Les instituteurs, désormais déchargés de l’enseignement religieux, ne sont pas pour autant dispensés de l’enseignement moral. Ils deviennent avant tout des éducateurs. Comme Jules Ferry lui-même le dit, c’est une tâche « très limitée et pourtant d’une très grande importance, extrêmement simple, mais extrêmement difficile18 ». Il ne suffit pas aux instituteurs d’enseigner aux enfants ce qui leur paraît familier et les préceptes moraux qu’ils ont reçus de leurs parents ; ils doivent, se donnant en exemple, initier les enfants à mettre en pratique les connaissances acquises, et vite et bien à l’occasion. Félix Cadet, délégué à l’inspection générale de l’enseignement primaire, confirme dans sa lettre à Jean Macé :

La seule et vraie manière, soit d’enseigner, soit d’apprendre la morale, c’est de la pratiquer. Que l’instituteur s’applique à toujours donner à ses élèves l’exemple de la plus scrupuleuse exactitude dans l’accomplissement de ses fonctions, de la justice et de l’impartialité dans les punitions et les récompenses, du respect de la vérité, de la loyauté dans les concours et les examens, de la déférence envers ses supérieurs, de l’affection et du dévouement. Voilà la prédication la plus éloquente et la plus efficace. Celle-là ne s’arrête pas à l’intelligence et à la mémoire ; elle pénètre insensiblement jusqu’au plus profond de nous-mêmes ; elle exerce sur notre pensée, notre caractère, notre conscience, notre conduite un effet tout aussi salutaire qu’un air pur habituellement respiré sur nos poumons, sur notre sang, sur nos organes, sur toute notre santé.

  • 19 Félix Cadet, « Lettres sur la pédagogie », Revue pédagogique, novembre 1881, p. 497-498.

Qu’à ces bons exemples l’instituteur ajoute une fermeté pleine de douceur pour obtenir des enfants l’assiduité, l’ordre, l’obéissance, la propreté, la bonne tenue, l’attention, l’application, la complaisance pour leurs camarades, l’amour de la vérité et l’horreur du mensonge, de la délation, l’épargne, le sentiment des beautés de la nature et de l’art, le goût de la lecture et des plaisirs de l’esprit ; il pourra se rendre le témoignage d’avoir plus sérieusement fondé leur moralité en les aidant à contracter presque à leur insu ces bonnes habitudes qu’en leur imposant des sermons le plus souvent ennuyeux et pour le moins peu utiles19

18La méthode intuitive, développée notamment par le Suisse Pestalozzi, séduit les pédagogues des années 1880. Ferdinand Buisson, pour sa part, la préconise et explique comment procéder lors d’une conférence en 1878 à la Sorbonne, restée célèbre ; il s’y adresse à une délégation d’instituteurs à l’Exposition universelle :

Menez quelques-uns de vos élèves les plus âgés et les plus sérieux, menez-les à quelques pas de la dernière maison du village, à l’heure où s’éteignent les bruits du travail et de la vie, et faites-leur lever les yeux vers ce ciel étoilé. Ils ne l’ont jamais vu. Ils n’ont jamais été saisis de cette pensée des mondes innombrables, et de l’ordre éternel, et de l’éternel mouvement de l’Univers. Éveillez-les à ces idées nouvelles, faites-leur apparaître ce spectacle de l’infini devant lequel se prosternaient les premiers pâtres de l’Asie et devant lequel tremblait comme eux le génie de Pascal.

  • 20 Ferdinand Buisson, « L’enseignement intuitif », Revue pédagogique, second semestre 1878, p. 465.

Ouvrez-leur les yeux à ce ciel plein de mondes, qui revient tous les soirs nous rappeler ce que c’est que de nous, en nous mettant face à face avec le véritable univers. Cela aussi, Messieurs, c’est une leçon de choses. – Vous ne savez pas l’astronomie ?  – Qu’importe ! Il ne s’agit pas de science, il s’agit de faire passer dans l’âme de ces enfants quelque chose de ce que vous sentez. Je ne sais quelles choses vous leur direz, mais je sais de quel ton vous leur parlerez, et c’est l’important ; je sais comment ils vous écouteront ; je sais que longtemps encore après que vous leur aurez parlé ils penseront à ce que vous leur aurez dit, et je sais aussi qu’à partir de ce jour-là, vous serez pour eux autre chose que le maître d’orthographe et de calcul20.

  • 21 Jules Ferry, op. cit., p. 538

19Ces lignes trouveront une confirmation dans l’esprit des programmes officiels de 1882 (Buisson est entre temps devenu directeur de l’enseignement primaire), qui précisent que l’éducation morale ne cherche pas à « orner la mémoire » de l’enfant, mais à « toucher son cœur » et à « lui faire sentir, par une expérience directe, la majesté de la loi morale21 ». Pour atteindre cet objectif, les hommes politiques, les philosophes et les pédagogues rédigent de nouveaux manuels, dont une des originalités réside dans la profusion des gravures, support important de la leçon des choses, qui est la forme la plus simple de la méthode intuitive. Ces gravures illustrent tantôt des costumes, des habitations, des objets ; tantôt les grands exploits des patriotes.

  • 22 « Programmes annexés au règlement d’organisation pédagogique des écoles primaires publiques », Revu (...)
  • 23 Gustave Lanson, « L’antirationalisme, l’antiintellectualisme et l’école », Revue politique et litté (...)
  • 24 André Lalande, « En quel sens l’enseignement moral peut être raisonné », Revue pédagogique, 15 avri (...)
  • 25 Ibid., p. 328.
  • 26 Arthur Bauer, « La culture morale dans l’enseignement primaire », Revue politique et littéraire, 13 (...)

20Cependant, le but de l’éducation morale a une visée plus ambitieuse : développer « dans l’homme l’homme lui-même », comme étant « un cœur, une intelligence, une conscience22 ». L’enseignement moral doit donc confronter le sentiment et la raison, ce qui fait l’objet d’articles publiés notamment dans la Revue pédagogique et la Revue politique et littéraire dans les années 1900. Selon Gustave Lanson, l’intelligence et la raison, si elles éclairent l’énergie active, peuvent agir sur la conscience de nos sentiments. La raison, comme le sentiment, régit nos actions, la première faisant « l’action bonne », le second, « l’action forte ». Force est donc de trouver le moyen de les développer « simultanément et harmonieusement23 ». Louis Boisse préconise la méthode du sentiment en dénonçant les vices de la méthode catéchétique, tandis qu’André Lalande préfère un enseignement plutôt « réel et direct », rempli « de vie, de chaleur, de sentiment », sans oublier de recourir en partie à la réflexion. Ce dernier auteur se tient en fait à distance de la « logique du sentiment24 », qui risque de produire des jugements moraux instinctifs faussés par la négligence des circonstances et des faits. Les enfants pourront à ce titre comprendre que « leurs jugements et leurs sentiments moraux sont raisonnables, et non pas incohérents et accidentels, contradictoires dans une même tête et d’une tête à l’autre, comme seraient des goûts ou des intérêts individuels25 ». Arthur Bauer, pour sa part, estime qu’il faut cultiver chez l’enfant une « conscience réfléchie26 », qui l’habitue à s’adapter à différentes circonstances de la vie, pour qu’il puisse ne cesser de poursuivre le bien ; ses qualités de valeur intellectuelle et morale progresseront : la plus importante d’entre elles est l’exactitude dans l’observation.

  • 27 « Politique », dans Ferdinand Buisson (dir.), op. cit.

21Les instituteurs sont également chargés de l’instruction civique, qui est notamment rattachée à l’enseignement de l’histoire. Ils ne sont pas pour autant invités à faire de la politique ou à peser sur les élections, mais du moins à former des « électeurs », ce qui est bien différent, en transmettant à leurs élèves des notions générales, fondamentales et incontestées de ce que le Dictionnaire de pédagogie appelle « la politique impersonnelle, nationale, théorique27 ».

  • 28 Eugen Weber, La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Arthème Fa (...)
  • 29 Jules Steeg, « La chasse à la routine », Revue pédagogique, 15 janvier 1892, p. 39.

22Dans les années 1890, les instituteurs sont chargés de fonctions administratives (le secrétariat de mairie) dans beaucoup de communes rurales ; certains servent dans certains cas de correspondants aux journaux locaux28. Et cela, souvent pour des raisons matérielles, car les salaires sont modestes. Ils attachent, comme les familles, une importance particulière à la préparation à l’examen du certificat d’études, qui constitue d’une certaine manière le seul critère d’évaluation de la qualité de l’enseignement qu’ils dispensent. Et bien qu’ils ne négligent pas l’enseignement moral, le résultat est loin d’être satisfaisant. Certains ne font que répéter des formules. Une institutrice donne la leçon de propreté de la manière suivante : « Mes enfants, vous savez ce que c’est que la propreté ? Être propre, c’est avoir les mains et la figure bien débarbouillées, les vêtements propres et pas déchirés. Il faut toujours être propre, mes enfants29. » Certains abusent des textes tirés de manuels, qui ne touchent pas le cœur des enfants, et finissent par saturer leur mémoire, au détriment du développement de leur intelligence et de la fortification de leur jugement.

23Pour conclure, les fondateurs de l’école laïque se sont proposé de former les futurs agents du suffrage universel (masculin), émancipés de l’autorité surnaturelle et extérieure, et susceptibles de se comporter selon les lois de la raison, éveillée par la science. Les élèves sont appelés à devenir des électeurs, dont le choix devra se porter sur des représentants capables de mieux diriger la nation. Élévation du niveau moral et approfondissement de la vie démocratique sont liés. La morale s’est dégagée de la religion, et s’inspire de la solidarité et de la science. Mais on pourrait insinuer que l’école laïque a servi en vérité deux sortes de religions « séculières » nouvelles : le certificat d’études et surtout la Patrie.

Haut de page

Notes

1 Paul Robiquet, Discours et opinons de Jules Ferry, Paris, Armand Colin & Cie, 1896, vol. 4, p. 150.

2 Ibid., p. 175.

3 Journal officiel, Sénat, 5 juillet 1881, p. 1027.

4 Paul Robiquet, op. cit., vol. 4, p. 203.

5 « Morale et civique », dans Ferdinand Buisson (dir.), Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1911.

6 Yves Déloye, École et citoyenneté. L’individualisme républicain de Jules Ferry à Vichy : controverses, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1994, p. 65-75.

7 Ferdinand Buisson, « Morale », dans Ferdinand Buisson (dir.), op. cit.

8 Émile Boutroux, « Science et culture », Revue politique et littéraire, 13 décembre 1913, p. 746.

9 Paul Janet, « L’esprit scientifique », Revue pédagogique, 15 octobre 1910, p. 365.

10 Marie-Claude Blais, La Solidarité. Histoire d’une idée, Paris, Gallimard, 2007, p. 291.

11 Marc Réville, « La criminalité et l’instruction à propos d’un livre récent », Revue politique et littéraire, 26 avril 1890, p. 521.

12 « Les délégations cantonales et les mauvais écoliers », Revue pédagogique, 15 avril 1892, p. 333-339.

13 Raimbert, « Notions d’hygiène », Revue pédagogique, premier semestre 1878, p. 400.

14 Ernest Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? », Revue politique et littéraire, 18 mars 1882, p. 325.

15 Charles Bigot, « L’idée de patrie, à propos de la conférence de M. Renan », Revue politique et littéraire, 25 mars 1882, p. 363.

16 Charles Schuwer, Simples notions de morale civique, Paris, Charavay Frères, 1882, p. 37.

17 Préface, Ernest Lavisse, La deuxième année d’histoire de France avec récits et dissertations, 28e éd., Paris, Armand Colin et Cie, 1885.

18 Jules Ferry, « Circulaire adressée par M. le ministre de l’instruction publique aux instituteurs, concernant l’enseignement moral et civique », Revue pédagogique, 15 décembre 1883, p. 537.

19 Félix Cadet, « Lettres sur la pédagogie », Revue pédagogique, novembre 1881, p. 497-498.

20 Ferdinand Buisson, « L’enseignement intuitif », Revue pédagogique, second semestre 1878, p. 465.

21 Jules Ferry, op. cit., p. 538

22 « Programmes annexés au règlement d’organisation pédagogique des écoles primaires publiques », Revue pédagogique, 15 août 1882, p. 155.

23 Gustave Lanson, « L’antirationalisme, l’antiintellectualisme et l’école », Revue politique et littéraire, 25 avril 1908, p. 519.

24 André Lalande, « En quel sens l’enseignement moral peut être raisonné », Revue pédagogique, 15 avril 1908, p. 327.

25 Ibid., p. 328.

26 Arthur Bauer, « La culture morale dans l’enseignement primaire », Revue politique et littéraire, 13 juillet 1912, p. 51.

27 « Politique », dans Ferdinand Buisson (dir.), op. cit.

28 Eugen Weber, La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Arthème Fayard, 2011, p. 382.

29 Jules Steeg, « La chasse à la routine », Revue pédagogique, 15 janvier 1892, p. 39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yali Meng, « Entre sentiment et raison : l’éducation morale et civique à l’école laïque dans la République en France (1870-1914) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 24 | 2017, mis en ligne le 25 mars 2017, consulté le 24 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/4305 ; DOI : 10.4000/framespa.4305

Haut de page

Auteur

Yali Meng

Yali Meng est docteure de l’Université des Études internationales de Shanghai et de l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Sa thèse, soutenue en décembre 2016, porte sur l’éducation morale et civique à l’école laïque dans la République en France (1870-1914)
Mail. : yalimengcn@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org