Navigation – Plan du site
Dossier : Staging American Memories

Introduction au dossier "Staging American Memories"

Staging American Memories
Escenificar la memoria en las Américas
Soizic Croguennec et Emeline Jouve

Texte intégral

  • 1 Henri Bergson, Mémoire et matière, Paris, Félix Acan, 1896.
  • 2 Patrick Henry Bass, Like a Mighty Stream : the March on Washington, August 28, 1963, Philadelphia, (...)
  • 3 Christopher Matthias, « Civil Rights Leaders Call For March On Washington For Eric Garner, Michael (...)
  • 4 Emilio Crenzel, La Historia Política del Nunca Más. La memoria de las desapariciones en la Argentin (...)
  • 5 Robert Chase, « The Charleston Massacre and the Confederate Flag » dans Counterpunch, [En ligne], m (...)

1Le passé est notre contemporain. La mémoire, selon Henri Bergson, est vive : elle ravive, dans le présent, le passé et avec lui les doux souvenirs ou les blessures d’antan1. Vivant, le passé anime le présent pour le meilleur et pour le pire. L’actualité internationale en général et celle des Amériques, en particulier, nous rappellent au quotidien l’inscription du passé dans le présent. Les violences aux États-Unis à la suite de l’Affaire Michael Brown ont réveillé les problématiques raciales : la marche à Washington de 2014 rappela celle sur la capitale un demi-siècle plus tôt2 comme si l’Histoire se répétait3. De fait, les manifestations des mères de la Place de Mai en Argentine4 tout comme les fantômes ségrégationnistes réveillés par la tuerie de Charleston5 révèlent la pertinence de l’exploration du rapport du continent américain à son passé immédiat ou lointain.

  • 6 Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 ; La mémoire collect (...)
  • 7 Javier Pérez Siller (dir.), Entre memoria e identidad. Testimonios de descendientes de inmigrantes (...)

2L’actualité a donc amené les coordinatrices du dossier à s’interroger sur l’importance de la mémoire dans les Amériques. Qu’il s’agisse de démarches individuelles voire intimistes ou collectives, identitaires, personnelles ou officielles, historiques ou artistiques, les quêtes mémorielles sont révélatrices tout autant du passé exploré, revisité, reconstitué que des enjeux contemporains qui les accompagnent ou les déclenchent6. Voyage à travers le temps, « Mémoire(s) des Amériques » est une exploration du rapport des Américains avec une mémoire retrouvée, refoulée, appropriée par des individus et des groupes différents, dans divers lieux, à différentes périodes. Elle permet de comprendre les enjeux et les problèmes de sociétés composites, appuyées sur le souvenir d’une geste des Indépendances, l’empilement des mémoires ajoutées (immigration7) ou affrontées.

  • 8 Le concept de « mémoire brûlante » est plus particulièrement associé aux événements douloureux du x (...)
  • 9 Luc Capdevila, « Les travaux de la Commission Vérité et Justice, un tournant historiographique au P (...)
  • 10 Hugo Vezzetti, Sobre la violencia revolucionaria. Memorias y olvidos, Buenos Aires, Siglo XXI, 2009

3Cette mémoire s’exprime de manière éclatée, empruntant une multitude de canaux, aidée en cela par des individus ou des groupes qui se veulent réinventeurs ou simples transmetteurs, explorateurs ou protecteurs de la mémoire américaine. Elle se retrouve dans les musées, les mises en scène mémorielles ou les ouvrages historiques, dans les œuvres d’art ou la littérature, dans les paysages sonores, visuels ou gustatifs. Reconstitution fidèle, résurgence du passé ou construction folklorique, elle invite le passé dans le quotidien américain de manière parfaitement consciente, revendiquée ou, au contraire, inconsciente, subliminale. Il faut dire que la mémoire est bel et bien un enjeu de construction identitaire, et, pour cette raison, elle constitue un objet très problématique. Froide, la mémoire est un appui solide sur lequel se construisent sereinement les identités individuelles et collectives. Brûlante8, la mémoire est au contraire une source de conflits, d’affrontements qui bousculent les certitudes identitaires bien souvent, qui poussent à un nouveau, et douloureux, examen. Dans le sens inverse, l’évolution du monde contemporain peut contribuer à apaiser la mémoire brûlante9, ou, au contraire, réveiller le passé refoulé, oublié, enterré10.

  • 11 Les journées d’étude « Mise en scène de la mobilité en Amérique » furent organisées les 24 et 25 ma (...)
  • 12 Les journées d’étude « Mise en scène du paysage américain » furent organisées les 22 et 23 mars 201 (...)
  • 13 Les journées d’étude « Mise en scène des sons en Amérique » furent organisées les 9 et 10 mai 2013 (...)

4Ces questionnements sur le statut de la mémoire, sa place, sa nature, ses représentations donnèrent lieu à la 4e édition du cycle de journées d’étude itinérantes sur le thème « Mise en scène des Amériques ». Le projet « Mise en scène des Amériques » est né du désir de rassembler des chercheurs des universités européennes partenaires de l’université américaine de Georgia State afin d’entamer des échanges constructifs et pérennes autour d’une thématique américaniste fédératrice. Afin d’inscrire dans le temps ces échanges entre les chercheurs de l’Université Toulouse - Jean Jaurès, l’Université de Montpellier III, l’Université de Nice-Sophia-Antipolis, l’Institut National Universitaire Champollion, l’Universidad Complutense de Madrid, et la Georgia State University, des chercheurs ont organisé chaque année depuis 2011 des rencontres scientifiques dans l’un des établissements participants. La journée d’étude « Mise en scène de l’identité américaine » organisée par Nathalie Dessens en 2010, professeur de Civilisation Etasunienne (Toulouse - Jean Jaurès), Wendy Harding, professeur de Littérature Etasunienne (Toulouse – Jean Jaurès) et Matthew Roudané, professeur de Théâtre Étasunien (Georgia State University) inspira ce projet de cycle de journées d’étude itinérantes qui fut inauguré à Toulouse – Jean Jaurès en mars 201111. Cette première édition avait pour thème « Mise en scène de la mobilité en Amérique ». En mars 2012, les chercheurs se sont retrouvés à Georgia State University pour échanger sur le thème « Mise en scène du paysage américain12 ». Enfin, en mai 2013, l’Universidad Complutense de Madrid a organisé un évènement intitulé « Mise en scène des sons en Amérique13 ».

  • 14 La liste des disciplines n’est bien sûr pas exhaustive. La notion de « mise en scène de l’Amérique  (...)
  • 15 Nous renvoyons à ce titre au numéro spécial de Caravelle qui retrace au fil des articles les évolut (...)

5La notion de « mise en scène » s’est toujours voulue plurielle. Elle inclut mais n’est pas strictement limitée au champ théâtral : nous nous intéressons à tout mode de représentation utilisant les ressorts de la dramatisation dans son acception la plus large. La « mise en scène » est également perçue en tant que mise en œuvre, orchestration ou réalisation d’un projet et nous nous intéresserons alors aux différents acteurs sociaux et politiques ayant une influence sur les facteurs des différentes thématiques considérées. Ces rencontres annuelles consistent donc en des journées d’étude qui abordent tour à tour les aspects spécifiques de la problématique générale de « Mise en scène de l’Amérique ». Le choix d’un thème générique décliné d’année en année vise à consolider une logique d’échanges scientifiques et culturels afin de renforcer les liens entre les différentes universités. Nous avons œuvré à la mise en place des passerelles entre des chercheurs issus de laboratoires d’horizons divers afin d’initier des dialogues entre universités, au-delà des cloisonnements entre les différentes disciplines. Des chercheurs littéraires, historiens, philosophes, sociologues, musicologues, géographes interviennent chaque année pour apporter leur contribution sur la représentation de l’Amérique dans leur champ14. Le 4e volet « Mise en scène de la mémoire en Amérique » co-organisé par Soizic Croguennec (FRAMESPA, Toulouse – Jean Jaurès), Nathalie Dessens (CAS, Toulouse – Jean Jaurès), Wendy Harding (CAS, Toulouse – Jean Jaurès), Emeline Jouve (TFC, INU Champollion/CAS, Toulouse – Jean Jaurès) et Anne Stefani (CAS, Toulouse – Jean Jaurès) se proposa d’élargir la réflexion autour de l’identité nord-américaine initialement retenue à l’identité des Amériques, nord et sud. En cela, nous nous situons dans le prolongement des efforts de l’Institut des Amériques, groupement d’intérêt scientifique fondé en 2007, pour établir des passerelles entre deux aires culturelles qui tendaient à trop s’ignorer mutuellement. À l’échelle locale, un mouvement similaire a vu une institution héritière d’une tradition ancienne, l’IPEALT — Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur l’Amérique Latine à Toulouse fondé en 1985 — se réinventer pour devenir dorénavant l’IPEAT et participer à l’élargissement des perspectives américanistes15. De fait, ce dossier entend refléter une telle tendance encore naissante à travers les différents articles proposés. Si la majorité d’entre eux sont encore tributaires des racines nord-américanistes de la dynamique Staging America, une réflexion sur les espaces de frontière, de confins, les migrations et plus largement les pratiques transculturelles constitue une première avancée vers une ouverture des perspectives américanistes.

  • 16 Voir à ce sujet le débat entre François Furet et Albert Soboul. Julien Louvrier, « Penser la contro (...)
  • 17 Steven Kaplan, Adieu 1789, Paris, 1993.
  • 18 Robert Enrico, La Révolution française, 1989.
  • 19 Henry Rousso et Éric Conan, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Gallimard, 1996, Collection Fo (...)
  • 20 Voir le site 14-18 Mission Centenaire URL : http://centenaire.org/fr
  • 21 La notion de devoir de mémoire est entrée au Larousse en 2003 avec la définition suivante : « L'obl (...)
  • 22 Sébastien Ledoux se penche ainsi sur un concept dont la naissance et l’évolution sont étroitement l (...)
  • 23 L’année 2010 a été ainsi marquée par des entreprises officielles et universitaires pour célébrer l’ (...)
  • 24 Marta Terán et Víctor Gayol (éds.), La Corona rota. Identidades y representaciones en las Independe (...)
  • 25 Didier Aubert et Hélène Quanquin (dir.), Refaire l'Amérique. Imaginaire et histoire des États-Unis, (...)

6Le thème choisi pour l’édition 2014 de Staging America, celui de la mémoire ou, plus précisément, des mémoires, trouve donc un écho dans bien des disciplines, de la littérature à l’ethnologie en passant évidemment par l’histoire. De fait, la mémoire et le rapport individuel ou collectif à la mémoire constituent aujourd’hui des questions omniprésentes, obsédantes même. C’est ainsi que le choix d’un tel thème a placé de facto cette édition 2014 dans un contexte français particulièrement sensible à la notion de mémoire dans le cadre de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale. Déjà en 1989, l’année du bicentenaire de la Révolution française avait été marquée non seulement par un renouvellement historiographique considérable et hautement conflictuel16 mais aussi par une série de cérémonies organisées par les pouvoirs publics17, traduisant une véritable obsession de la mémoire et de son importance dans la construction d’une identité nationale, jusque dans la fiction18. C’est un fait, les sociétés présentes sont littéralement obsédées par un passé qui bien souvent « ne passe pas19 » selon l’expression utilisée par Henry Rousso et Éric Conan pour évoquer le rapport de la société française à la période de Vichy. Plus récemment, les cérémonies du centenaire du début de la Première Guerre mondiale, et la mise en scène des cérémonies du 11 novembre20, ont mis en lumière une véritable fièvre de commémoration organisée sur quatre années, de 2014 à 2018. De ce point de vue, les élèves du primaire et du secondaire ont été mobilisés pour donner plus de chair à une mémoire qu’il convient d’entretenir, de conserver contre les dégâts du temps21 au nom du « devoir de mémoire22 ». C’est ainsi que les enjeux de mémoire et d’histoire peuvent aussi bien se rejoindre que rentrer en contradiction. On peut par exemple opposer à la fièvre commémorative et identitaire suscitée par le bicentenaire de 1810 en Amérique latine23 une réflexion plus approfondie sur les mécanismes des indépendances et l’instrumentalisation par le discours politique d’une véritable « geste héroïque24 ». À travers la mémoire, c’est tout un imaginaire national, collectif ou individuel qui se dévoile25.

  • 26 Luc Capdevila et Frédérique Langue (dirs.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L’hist (...)
  • 27 Carnet de l’Institut du Temps Présent, Mémoires et histoires du temps présent en Amérique. URL : ht (...)
  • 28 À nouveau, nous pouvons renvoyer aux débats suscités par le drapeau confédéré à la suite de la tuer (...)
  • 29 Voir le site du MESCLAM. URL : http://memocris.hypotheses.org/memoire-de-lesclavage-aux-ameriques-m (...)
  • 30 Christine Chivallon, Rendre visible l’eslavage. Muséogrqphie et hiatus de la mémoire aux Antilles f (...)
  • 31 Michael Rothberg, Multidirectional Memory. Remembering the Holocaust in the Age of Decolonization, (...)

7Cette difficile dialectique entre présent et passé douloureux, conflictuel est tout particulièrement présente en Amérique Latine comme le montre l’ouvrage collectif dirigé par Frédérique Langue et Luc Capdevila en 2009, Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine26. Dans cet ouvrage, ce sont non seulement les « mémoires à vif » ou les « mémoires blessées » qui sont examinées mais aussi la capacité des « sans voix » à s’exprimer de manière détournée sur les murs des villes, dans le paysage urbain ou sur les planches des théâtres alternatifs. La mémoire s’entretient, et s’inscrit dans les paysages. Les liens problématiques entre « histoire officielle » et « mémoire » sont enfin mis en lumière à travers la contradiction croissante entre une mémoire nationale construite tel un mythe à partir du xixe siècle et des sociétés contemporaines dont le processus de démocratisation entre en conflit avec les discours passés. Ces problématiques structurent dorénavant des dynamiques de recherche particulièrement stimulantes, notamment dans le cadre du séminaire Mémoires et Histoires du Temps Présent organisé par l’Institut du Temps Présent27. De la même manière, les enjeux de l’histoire et de la mémoire de l’esclavage sont sans cesse remis sur le devant de la scène non seulement par le renouvellement historiographique mais aussi par la pression d’une société civile étatsunienne en constante évolution ou encore le poids des événements présents28. La question de l’esclavage et de la marque qu’il a laissée dans les anciennes sociétés esclavagistes constitue ainsi un champ d’étude dynamique, autorisant en outre une approche comparatiste des plus stimulantes, comme en témoignent les activités du programme MESCLAM de l’université de Toulouse - Jean Jaurès29. Les travaux de Christine Chivallon sur le poids de la mémoire de l’esclavage comme matrice du monde Caraïbes sont ainsi une réflexion sur les dynamiques d’une mémoire douloureuse et conflictuelle30. Enfin, travailler sur les mémoires en Amérique rend possible des démarches combinées pour mettre en lumière les interactions entre les différentes mémoires qui peuvent entrer en concurrence ou se nourrir les unes les autres comme le montre Michael Rothberg dans Multidirectional Memory en soulignant combien la mémoire de l’Holocauste en Amérique a été littéralement galvanisée par le contexte du débat sur les droits civiques aux États-Unis et dans la Caraïbe31.

8Passé colonial, guerres civiles, tendances pigmentocratiques, poids de l’esclavage, durable mépris pour les populations indigènes, mais aussi circulations, apports migratoires du xixe siècle, multiculturalisme, influences croisées sont tout autant de caractéristiques américaines qui conduisent à l’élaboration d’une mémoire multiforme, changeante, contradictoire qu’il convient d’analyser. Ainsi, le présent dossier a pour modeste ambition d’apporter une pierre supplémentaire à l’entreprise de l’étude des mémoires américaines en réunissant une série d’articles issus de présentations entendues les 13 et 14 mars 2014. Au nombre de dix, présentant des approches historiques, historiographiques, littéraires, patrimoniales, ces articles mettent en lumière trois dynamiques fortes, à savoir les mémoires de l’entre-deux associées aux contacts culturels, migrations et espaces de frontière, le lien brûlant entre le monde politique et la mémoire, et enfin les traces douloureuses qui marquent profondément les mémoires collectives.

9Le premier temps de ce dossier sera en effet consacré aux « Mémoires de l’entre-deux ». Dans cette section, un ensemble de quatre articles évoque une mémoire ambivalente et mouvante en mettant l’accent sur les notions de transculturel et d’historiographie. La mémoire en elle-même tout comme les conditions de son élaboration et de sa transmission dans le cadre des migrations, des sociétés de frontières ou des voyages sont au cœur de ces contributions. L’article de Soizic Croguennec, « Spanish historiography and the Interregnum (1763-1800) in Louisiana : a case of (voluntary) amnesia ? », ouvre cette exploration en s’interrogeant sur les rapports complexes entre l’historiographie espagnole et un territoire étatsunien qui a brièvement appartenu à l’empire colonial espagnol. Dans ce cas précis, les mémoires collectives espagnoles semblent rétives à intégrer totalement une entreprise conclue par un échec et entachant la geste coloniale, ce qui conduit à se pencher sur l’influence de la mémoire, et de la construction identitaire qu’elle sous-tend dans l’écriture de l’histoire. On retrouve également une approche historiographique dans le travail de Léna Loza, « Afro-caribéens et Afro-américains à New York, interactions et représentations. » L’objet de cet article est de proposer une réflexion sur l’évolution et la portée des recherches sur l’immigration afro-caribéenne anglophone à New York, en mettant en lumière les approches méthodologiques privilégiées, les représentations produites et les débats suscités. De fait, l’article offre une synthèse critique des travaux-phares consacrés à la problématique de la « race » et de l’ethnicité aux États-Unis. Dans ces deux cas, une approche de nature historiographique permet d’approcher des processus de construction identitaire « en miroir », par rapport à un territoire (la Louisiane de la dernière moitié du xviiie siècle pour l’Espagne) ou une population (les Afro-caribéens à New York pour les États-Unis) de l’entre-deux. L’entre-deux peut être également examiné par l’intermédiaire du voyage qui ouvre la voie à des pratiques de transmission entre Amérique latine et États-Unis. Dans « Inter-American Memories : Frances Toor, Alma Reed and the Mexican Cultural Renaissance » Michael Schuessler reconstitue ainsi les itinéraires de femmes étatsuniennes dans le Mexique postrévolutionnaire. Alma Reed et Frances Toor émergent comme des figures majeures d’un élan culturel transcendant la frontière, agissant comme des précoces ponts biculturels qui relièrent deux pays aux relations politiques historiquement épineuses. La trajectoire d’Alma Reed, dont l’auteur a retrouvé le journal dans un appartement de Mexico, est particulièrement fascinante. Fiancée malheureuse du martyr Felipe Carrillo Puerto, elle s’est illustrée comme promoteur de l’artiste José Clemente Orozco et spécialiste du Mexique pré-colonial, laissant une trace durable dans les mémoires du Yucatan, au point d’être le sujet d’une chanson populaire, Peregrina. Enfin, Aurélie Delevallée nous invite à explorer l’entre-deux entre mémoire et histoire mais aussi entre britannicité et américanité tel qu’il est mis en scène par l’auteur étasunien, Donald Barthelme dans son roman The King (1990). « Donal Barthelme’s The King : The Manifold Guises of (an) American(‘s) Memory » démontre en quoi la réécriture post-moderne du mythe du Roi Arthur pendant la Seconde Guerre mondiale peut-être lue comme une uchronie transculturelle.

10La deuxième section se penche quant à elle sur une mémoire plus réflexive, dont la fonction est de considérer un passé douloureux, voire embarrassant. Cette série de trois articles examine ainsi le rapport du présent à un passé douloureux, tant sur le plan de l’histoire collective que de l’individu. Différents canaux sont ici mobilisés, la mise en scène dans le cadre des musées, le cinéma ou la littérature. La muséographie est ainsi au cœur de l’article co-écrit par Wendy Harding et Jacky Martin qui s’intéressent à la scénarisation du Lava Beds National Monument par le National Park Service. Les auteurs de « The Guidebook and the Medicine Pole : Staging Memory at Captain Jack » étudient tout particulièrement la mise en scène de la confrontation entre l’armée des États-Unis et une bande d’Indiens Modocs au fortin du Capitaine Jack entre 1872 et 1873. L’autoguide propose aux visiteurs une immersion dans le passé par le truchement de l’ici et du maintenant, de l’espace et du présent théâtralisés à des fins de commémoration nationale. Il en est de même pour l’article de Lucie Genay, « Remembering the Atomic Bomb in its Birthplace, New Mexico » qui se penche sur la constitution d’une mémoire emboîtée, différenciée laissée par le souvenir de la première explosion d’une bombe atomique le 16 juillet 1945. Ainsi, cet article s’intéresse à la signification de la bombe dans la mémoire nationale et locale, mettant l’accent sur les voix qui contribuent à exprimer son héritage et sur la façon dont cet héritage est mis en scène. Zoomer d’une perspective collective à une perspective individuelle permet de souligner l’importance du lieu dans la construction de la mémoire et démontre comment l’histoire nucléaire du Nouveau-Mexique illustre l’interaction entre histoire du monde et histoire locale. Dans les nouvelles de F. Scott Fitzgerald, le passé est avant tout un lieu : le Sud des États-Unis. Dans « ‘Can’t repeat the past? Well maybe not…’ A doomed trip down memory lane in F. Scott Fitzgerald’s Southern Stories », Pascal Bardet étudie la paradoxale présence-absence de ce Sud figé dans un passé à jamais évanoui pour les personnages.

11Nous terminons ce dossier avec une dimension polémique de la mémoire à travers ses liens avec la politique présente et passée. Dans le dernier temps du dossier, une série de trois articles se penche sur une mémoire conflictuelle, instrumentalisée, réinventée dans le cadre de débats politiques toujours féroces. John Ford s’attache ainsi à déconstruire les mécanismes d’une construction mémorielle apparemment contradictoire dans « The Same Old New South : Pride or Prejudice ? » Dans cet article, l’auteur montre comment la ville d’Atlanta parvient à concilier héritage du Vieux Sud, de la période confédérée et mémoire de la lutte pour les droits civiques incarnée par Martin Luther King grâce à une gymnastique intellectuelle et identitaire évoluant au gré des enjeux politiques et sociaux du présent. Frank Conesa nous plonge dans une Amérique fictionnalisée fasciste. Dans « Myth-making and uchronia : the Advent of a Fascist America in Nathanael West’s A Cool Million (1934) » il nous propose de lire le roman de Nathanael West comme une uchronie mettant en scène la montée d’un dictateur après le crash de 1929 : cette histoire alternative fictive rend compte des tensions politiques qui traversaient la nation américaine durant la Grande Dépression. Enfin, dans « Breaking Down the Borders of Memory, The Transatlantic Politics of Metatheatre in Sarah Ruhl’s Passion Play », Noelia Hernando-Real étudie la mise en scène de l’identité individuelle et le rôle des dirigeants politiques qui façonnent l’individu à ses dépens. Son analyse repose sur les théories de Michel Foucault et de Mikhael Bakhtin croisant temps et espace pour rendre compte des mécanismes mémoriels dans la construction identitaire.

Haut de page

Notes

1 Henri Bergson, Mémoire et matière, Paris, Félix Acan, 1896.

2 Patrick Henry Bass, Like a Mighty Stream : the March on Washington, August 28, 1963, Philadelphia, Running Press, 2002 ; Leonard Freed, This Is the Day : The March on Washington, Los Angeles, Getty Publications, 2013 ; Charles Euchner. Nobody Turn Me Around : A People's History of the March on Washington, Boston, Beacon Press, 2010.

3 Christopher Matthias, « Civil Rights Leaders Call For March On Washington For Eric Garner, Michael Brown », Huffington Post, [En ligne], mis en ligne le 4 décembre 2014, consulté le 3 janvier 2017. URL : http://www.huffingtonpost.com/2014/12/04/sharpton-garner-march_n_6270158.html

4 Emilio Crenzel, La Historia Política del Nunca Más. La memoria de las desapariciones en la Argentina, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2008.

5 Robert Chase, « The Charleston Massacre and the Confederate Flag » dans Counterpunch, [En ligne], mis en ligne le 22 juin 2015, consulté le 3 janvier 2017. URL : http://www.counterpunch.org/2015/06/22/the-charleston-massacre-and-the-confederate-flag/ ; Jeff Wilkinson, « Charleston massacre reignites Confederate flag debate (+ video) », The State, [En ligne], mis en ligne le 22 juin 2015, consulté le 3 janvier 2017. URL : http://www.thestate.com/news/local/article25075162.html

6 Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 ; La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997 ; Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 tomes, 1984-1992 ; Yosef Hayim Yerushalmi, Nicole Loraux, Hans Mommsen, Jean-Claude Milner (et al.), Usages de l'oubli, Paris, Seuil, 1988 ; Philippe Joutard, Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, 2013 ; Johann Michel, Gouverner les mémoires. Les politiques mémorielles en France, Paris, PUF, 2010 ; Michael Pollak, « Mémoire, oubli, silence », in Une identité blessée. Etudes de sociologie et d’histoire, Paris, Métailié, p. 15-39.

7 Javier Pérez Siller (dir.), Entre memoria e identidad. Testimonios de descendientes de inmigrantes franceses en México, BUAP / El Colegio de San Luis/ Instituto de Ciencias Sociales y Humanidades Alfonso Vélez Pliego / Proyecto “México-Francia. Presencia, influencia, sensibilidad”, DVD vídeo, México 2009.

8 Le concept de « mémoire brûlante » est plus particulièrement associé aux événements douloureux du xxe siècle : Première et Deuxième Guerres Mondiales, période de Vichy, dictatures en Amérique Latine...

9 Luc Capdevila, « Les travaux de la Commission Vérité et Justice, un tournant historiographique au Paraguay », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 03 avril 2014, consulté le 22 février 2016. URL : http://nuevomundo.revues.org/66572;

10 Hugo Vezzetti, Sobre la violencia revolucionaria. Memorias y olvidos, Buenos Aires, Siglo XXI, 2009.

11 Les journées d’étude « Mise en scène de la mobilité en Amérique » furent organisées les 24 et 25 mars 2011 par Nathalie Dessens, Wendy Harding et Emeline Jouve.

12 Les journées d’étude « Mise en scène du paysage américain » furent organisées les 22 et 23 mars 2012 par Audrey Goodman et Matthew Roudané.

13 Les journées d’étude « Mise en scène des sons en Amérique » furent organisées les 9 et 10 mai 2013 par Ana Fernández-Caparrós, Noelia Hernando Real et Fabio L. Vericat.

14 La liste des disciplines n’est bien sûr pas exhaustive. La notion de « mise en scène de l’Amérique » peut être abordée de différents points de vue et ainsi fédérer plusieurs disciplines.

15 Nous renvoyons à ce titre au numéro spécial de Caravelle qui retrace au fil des articles les évolutions de l'américanisme – au sens latino-américaniste – depuis le début du XXe siècle : Caravelle, numéro 100, Presses Universitaires du Mirail, juin 2013.

16 Voir à ce sujet le débat entre François Furet et Albert Soboul. Julien Louvrier, « Penser la controverse : la réception du livre de François Furet et Denis Richet, La Révolution française » dans Annales historiques de la Révolution française, 351 – janvier-mars 2008, p. 151-176.

17 Steven Kaplan, Adieu 1789, Paris, 1993.

18 Robert Enrico, La Révolution française, 1989.

19 Henry Rousso et Éric Conan, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Gallimard, 1996, Collection Folio Histoire.

20 Voir le site 14-18 Mission Centenaire URL : http://centenaire.org/fr

21 La notion de devoir de mémoire est entrée au Larousse en 2003 avec la définition suivante : « L'obligation morale de témoigner, individuellement ou collectivement, d'événements dont la connaissance et la transmission sont jugées nécessaires pour tirer les leçons du passé ». C'est la logique que l'on retrouve au centre de l'effort de commémoration de la Première Guerre mondiale dans l'enseignement primaire et secondaire. Voir le site 14-18 Mission Centenaire : http://centenaire.org/fr/espace-pedagogique

Il est également possible d'évoquer la récente place prise par la notion de mémoire dans les programmes des classes de terminales. Voir les ressources EDUSCOL. URL : http://cache.media.eduscol.education.fr/file/H-G_2015/96/4/Ress_Hist_TermES-L_Theme1_memoires_503964.pdf

22 Sébastien Ledoux se penche ainsi sur un concept dont la naissance et l’évolution sont étroitement liées à l’histoire des quarante dernières années. Sébastien Ledoux, « Pour une généalogie du ‘devoir de mémoire’ en France », Centre Alberto Benveniste,‎ février 2009, 9 p. [En ligne] Consulté le 3 janvier 2017. URL : http://centrealbertobenveniste.org/formail-cab/uploads/Pour-une-genealogie-du%20devoir-de-memoire-Ledoux.pdf

23 L’année 2010 a été ainsi marquée par des entreprises officielles et universitaires pour célébrer l’année 1810 qui mit en marche le processus des indépendances. Cette posture paraît d’ailleurs bien téléologique, la mémoire prenant pour ainsi dire le pas sur l’histoire : ces célébrations du bicentenaire de 1810 sous-entendent un processus inéluctable, bien loin de la difficile, et longue, gestation des Indépendances, au début des années 1820. Un tel mouvement ne s’est pas limité au continent américain dans la mesure où la recherche des lieux de mémoire associés aux indépendances latino-américaines a également concerné l’Europe comme en témoigne l’effort mené par le CEISAL – Conseil européen d’investigations sociales sur l’Amérique latine. URL : http://www.red-redial.net/bicentenario-mapa.html

24 Marta Terán et Víctor Gayol (éds.), La Corona rota. Identidades y representaciones en las Independencias Iberoamericanas, Castelló de la Plana, Universitat Jaume I, 2010.

25 Didier Aubert et Hélène Quanquin (dir.), Refaire l'Amérique. Imaginaire et histoire des États-Unis, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011.

26 Luc Capdevila et Frédérique Langue (dirs.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009. Les thèmes de cet ouvrage se retrouvent dans de nombreux travaux, notamment en histoire contemporaine de l’histoire de l’Amérique latine. Voir : Salvador Bernabéu, Frédérique Langue (dirs.), Fronteras y sensibilidades en las Américas, Madrid, Ediciones Doce Calles/MASCIPO-UMR 8168, 2011.

27 Carnet de l’Institut du Temps Présent, Mémoires et histoires du temps présent en Amérique. URL : http://ihtp.hypotheses.org/category/seminaires/memoires-et-histoires-du-temps-present-en-amerique-latine

28 À nouveau, nous pouvons renvoyer aux débats suscités par le drapeau confédéré à la suite de la tuerie de Charleston et aux manifestations qui ont opposé partisans du mouvement Black Lives Matter aux défenseurs de Save Southern Heritage and History à Washington en septembre 2015. Angelo Young, « ‘Save Southern Heritage’ March Clashes With Black Lives Matter In Washington, DC », International Business Time, [En ligne] mis en ligne le 5 septembre 2015, consulté le 3 janvier 2017. URL : http://www.ibtimes.com/save-southern-heritage-march-clashes-black-lives-matter-washington-dc-2084608

29 Voir le site du MESCLAM. URL : http://memocris.hypotheses.org/memoire-de-lesclavage-aux-ameriques-mesclam

30 Christine Chivallon, Rendre visible l’eslavage. Muséogrqphie et hiatus de la mémoire aux Antilles française, Bordeaux, Centre d’Etudes Africaines, 2006 ; L'esclavage, du souvenir à la mémoire : Contribution à une anthropologie de la Caraïbe, Paris, Karthala, coll. « Esclavages »,‎ 2012.

31 Michael Rothberg, Multidirectional Memory. Remembering the Holocaust in the Age of Decolonization, Stanford, Stanford University Press, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soizic Croguennec et Emeline Jouve, « Introduction au dossier "Staging American Memories" », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 24 | 2017, mis en ligne le 23 mars 2017, consulté le 23 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/4255

Haut de page

Auteurs

Soizic Croguennec

Soizic Croguennec est docteure en histoire, post-doctorante EHEHI - Casa de Velázquez (2016-2017), membre du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136), Université de Toulouse-Jean Jaurès. Sa thèse porte sur les Sociétés minières dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au xviiie siècle (2011, publiée en 2015). Recherches actuelles : « À la croisée des empires : bouleversements géopolitiques et construction d’une société composite en Louisiane espagnole (1763-1803) ».
croguennec.soizic@yahoo.fr

Articles du même auteur

Emeline Jouve

Emeline Jouve est maître de conférences à l’Institut National Universitaire J.F. Champollion et à l’Université Toulouse - Jean Jaurès. Ses recherches portent sur le théâtre moderne et contemporain et la mise en scène de la révolte. Vice-Présidente de la International Susan Glaspell Society, elle est l’auteur d’articles sur, notamment, Susan Glaspell, Eugene O’Neill, Gertrude Stein, The Living Theatre, The Wooster Group, Andrew Schneider et de l’ouvrage Susan Glaspell’s Poetics and Politics of Rebellion (University of Iowa Press, 2017). Elle a co-dirigé le numéro "Staging American Mobility" pour la revue Miranda (5 | 2011) ainsi que les volumes On Susan Glaspell’s Trifles and « A Jury of Peers » (McFarland, 2015) et L’Acte inqualifiable ou le meurtre au féminin (Peter Lang, 2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org