Navigation – Plan du site
Dossier : Staging American Memories
Les mémoires de l’entre-deux : constructions mémorielles dans un cadre transnational

Afro-Caribéens et Afro-Américains à New York : interactions et représentations

Afro-caribeños y Afro-americanos en Nueva York, interacciones y representaciones
Afro-Caribbeans and African-Americans in New York : interaction and representations
Léna Loza

Résumés

L’arrivée massive d’immigrants afro-caribéens dans la ville de New York a conduit quelques chercheurs à s’interroger sur les relations de ces nouveaux venus avec la population afro-américaine et sur l’expérience de ces deux groupes sur le plan de la mobilité socio-économique. L’objet de cet article est de proposer une réflexion sur l’évolution et la portée des recherches sur l’immigration afro-caribéenne anglophone à New York, en mettant en lumière les approches méthodologiques privilégiées, les représentations produites et les débats suscités. L’article ne consiste pas en une étude historiographique exhaustive, mais offre plutôt une synthèse critique des travaux-phares consacrés à la problématique de la « race » et de l’ethnicité aux États-Unis, à travers l’analyse de la réussite économique des afro-caribéens et de leur degré d’identification à la population afro-américaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Traduction personnelle de la citation suivante : « We were all strangers. The black American, the b (...)

1« On était tous des métèques. L’Américain noir, l’étranger noir, on ne s’aimait pas, l’étranger blanc nous aimait encore moins et l’Américain blanc nous haïssait tous1. » Ce témoignage d’une Afro-Caribéenne arrivée à New York au début du xxe siècle offre quelques pistes de réflexion intéressantes sur les représentations et les relations complexes auxquelles les immigrants noirs ont pu se trouver confrontés dans le contexte de réception étasunien. La formule englobante du début de la citation suggère une communauté d’expérience et de statut qui mérite d’être explorée. De même qu’il convient de s’interroger sur la différenciation opérée dans la suite du propos, ainsi que sur les sentiments d’hostilité mis en relief. Un petit nombre de chercheurs s’est intéressé aux caractéristiques des immigrants noirs aux États-Unis, à la qualité de leurs interactions avec la minorité noire locale, à leur degré d’identification à cette communauté, ainsi qu’à leur perception par la population américaine blanche. Quelles approches méthodologiques ont été privilégiées ? Quelles représentations des immigrants afro-caribéens ont émergé de ces études et sur quels éléments se fondent-elles ? Quels en sont les enjeux ? Cet ensemble de questions constitue le fil conducteur de cet article qui propose une réflexion sur l’évolution et l’impact des recherches sur l’immigration afro-caribéenne à New York. La première partie de l’analyse sera consacrée à l’émergence du mythe faisant des Afro-Caribéens un modèle de réussite, puis l’étude montrera comment ce mythe a pu être instrumentalisé à des fins politiques. La dernière partie se concentrera sur la remise en cause du mythe et sur les nouvelles orientations de recherche proposées.

  • 2 Nancy Foner, « West Indian Migration to New York : An Overview », dans Nancy Foner, Islands in the (...)
  • 3 Les 601 000 Afro-Caribéens résidant à New York représentent précisément 32 % de la population non h (...)

2L’analyse concernera exclusivement les ressortissants de la Caraïbe anglophone, bien que les immigrants afro-caribéens soient issus d’un espace bien plus large caractérisé par une forte diversité linguistique. Il faut par ailleurs noter que dans les études auxquelles il sera fait référence, la population afro-caribéenne est souvent désignée par le terme « Antillais » (« West Indians »). Quant au cadre géographique de l’analyse, il s’est imposé naturellement. En effet, à la suite de l’afflux massif de ressortissants européens à partir du xixe siècle, la ville de New York s’est incontestablement affirmée comme la principale porte d’entrée de ce pays d’immigration que sont les États-Unis. Mais elle a également accueilli la majorité des immigrants issus de la Caraïbe. Nancy Foner souligne qu’au début du xxe siècle, plus de la moitié des Afro-Caribéens non hispaniques recensés aux États-Unis résidaient dans la ville de New York2. Le lien privilégié entre cette ville et les immigrants caribéens ne s’est pas démenti au fil des décennies. Ainsi, les Afro-Caribéens, qui constituaient moins de 10 % de la population noire non hispanique à New York en 1970, représentent désormais près d’un tiers de cette population3. Cet état de fait explique que l’immense majorité des études consacrées à l’immigration caribéenne aux États-Unis s’appuient sur des enquêtes de terrain réalisées dans la ville de New York.

1. Les immigrants afro-caribéens de la première vague : une intégration réussie

  • 4 Ira de Augustine Reid est né dans le Sud des États-Unis mais a longuement vécu à Harlem.

3Le premier ouvrage ayant mis en lumière la présence des Afro-Caribéens à New York est The Negro Immigrant : his background, characteristics, and social adjustment, 1899-1937. Cette étude pionnière, réalisée par le sociologue afro-américain Ira de Augustine Reid, a été publiée en 19394. Elle concerne donc, en grande partie, la première vague d’immigration afro-caribéenne aux États-Unis. Celle-ci date, en effet, du début du xxe siècle et son déclin s’est accéléré avec le passage de la loi sur l’immigration restrictive Johnson-Reed de 1924. Privilégiant le pluralisme méthodologique caractéristique de l’Ecole de Chicago, l’auteur fonde ses recherches sur le recueil de récits autobiographiques, l’observation directe et l’utilisation de sources documentaires variées. En outre, l’intérêt porté au milieu et à la société d’origine des immigrants, ainsi que le traitement de la problématique de l’assimilation confirme l’influence de l’Ecole de Chicago. En effet, conformément à la théorie de Robert Park, Ira Reid décrit une phase de contact donnant naissance à des relations de rivalité puis de conflits, qu’il explique par la menace économique que représentaient les Afro-Caribéens. Puis il conclut sur une note optimiste en évoquant la perspective de relations intraraciales harmonieuses. Les différentes étapes décelables dans l’analyse de Reid concernent spécifiquement l’évolution des relations entre les immigrants noirs et la minorité noire locale, étant donné la structuration raciale binaire et rigide de la société américaine. La phase de contact a ainsi eu pour cadre Harlem. Ce quartier de New York accueillait alors la plus forte concentration d’immigrants caribéens du pays et constituait également le principal pôle d’attraction des nombreux Afro-Américains de la Grande Migration fuyant le Sud ségrégationniste et ses discriminations socio-économiques.

  • 5 Traduction personnelle de la citation suivante : « Pride in having representatives who have punctur (...)

4L’ouvrage de Reid attire l’attention sur l’invisibilité de ces immigrants noirs indistinctement désignés par l’étiquette « Africans/Blacks » dans les documents administratifs relatifs à l’immigration. Cet effacement apparent contraste avec la surreprésentation des Afro-Caribéens dans les professions intellectuelles supérieures, l’entrepreunariat et le leadership associatif. Reid met en avant les qualités des immigrants noirs dont il admire la curiosité intellectuelle, le haut niveau de qualification, l’ambition et la confiance en soi. Il explique alors leur militantisme, voire leur radicalisme, par le capital culturel dont ils disposent. Aussi déclare-t-il, par exemple : « la fierté que procure le fait d’avoir des représentants qui ont percé l’universel plus vaste se transforme en une force constructive majeure, non seulement parce qu’elle facilite leur participation à la culture générale de leur pays d’accueil, mais aussi parce qu’elle pérennise l’existence distincte du groupe5 ». Il avance ainsi que le positionnement social des immigrants afro-caribéens, leurs stratégies d’ajustement, leur dynamisme s’expliquent notamment par l’héritage intellectuel et politique qu’ils ont reçu. En dépeignant les Afro-Caribéens comme les moteurs du progrès social pour la minorité noire, en évoquant leur supériorité culturelle par rapport à la population locale noire, Ira Reid a ouvert la voie au mythe de la « minorité modèle ».

2. Les fondements du mythe de la « minorité modèle »

  • 6 Roy Bryce-Laporte, « The Experience of Invisibility and Inequality », Journal of Black Studies, 197 (...)
  • 7 « [W]hat may be seen as competition or cooptation on the micro-level may really represent in the la (...)
  • 8 Bryce-Laporte, op. cit., p. 48.

5Poursuivant dans une certaine mesure l’exploration débutée par Reid, le sociologue afro-américain d’origine panaméenne Roy Bryce-Laporte suggère que la mobilité sociale ascendante des immigrants afro-caribéens provient de leur éthique protestante6. Il souligne également l’image favorable qu’en ont les employeurs blancs et affirme que cela se traduit par une préférence marquée pour le recrutement d’employés afro-caribéens, au détriment des Afro-Américains. Mais, bien que cet auteur confirme le traitement spécial réservé aux Afro-Caribéens sur le plan professionnel et l’influence majeure de ces derniers quant à l’amélioration des conditions de vie de la minorité noire en général, l’originalité de l’analyse qu’il propose réside avant tout dans son commentaire nuancé sur la domination socio-économique de ces immigrants. En effet, dans un article intitulé « The Experience of Invisibility and Inequality », il présente la situation sous un angle utilitariste en rejetant l’image d’une population afro-américaine en échec et en lui substituant celle d’une population reprenant les commandes de la minorité noire après avoir bénéficié d’avancées sociales initiées par les Afro-Caribéens. Il affirme, en effet : « si l’on élargit la perspective, ce qui peut paraître de la compétition ou de la cooptation au niveau micro représente peut-être, en réalité, des activités créatrices d’espace et propices à l’exploration des opportunités de progrès, à l’initiative des Noirs étrangers et au profit des Noirs locaux in fine7 ». De plus, l’auteur met l’accent sur les pressions croisées auxquelles sont soumis les Afro-Caribéens dans le processus d’assimilation. D’un côté, ces derniers sont priés de s’intégrer à la culture de la société américaine dominante, et de l’autre ils sont enjoints de privilégier une identification strictement raciale8. Roy Bryce-Laporte indique alors que le rapprochement entre Afro-Caribéens et Afro-Américains a pu s’opérer grâce à l’émergence d’une solidarité fondée à la fois sur le sentiment d’appartenance raciale et sur le sentiment d’appartenance à une classe sociale. L’auteur poursuit son développement en rappelant la puissance unificatrice des mouvements sociaux des années 1960, tout en s’interrogeant sur la persistance de cette solidarité.

  • 9 Thomas Sowell, « Three Black Histories », dans Thomas Sowell et Lynn D. Collins (dirs.), Essays and (...)
  • 10 Sowell, op. cit., 1978, p. 105.

6C’est dans le contexte social et politique de la fin des années 1970, alors que l’immigration caribéenne vers les États-Unis connaissait un regain d’intensité à la suite de l’entrée en vigueur de la loi Hart-Cellar votée en 1965, et tandis que le débat sur le maintien des programmes d’affirmative action faisait rage, que le mythe de la réussite exceptionnelle des Afro-Caribéens a été revisité de manière significative. Auteur de l’essai « Three Black Histories », puis d’un ouvrage intitulé Ethnic America publié à peine trois ans plus tard, l’économiste afro-américain Thomas Sowell s’est attaché à produire une analyse strictement culturaliste de la mobilité économique au sein de la population noire. Il fonde sa démonstration sur l’existence de spécificités historiques remontant à l’esclavage (telles que l’opportunité d’avoir pu ou non disposer d’un jardin de subsistance, par exemple) dont les comportements contemporains seraient le reflet9. Figure emblématique des conservateurs noirs, Thomas Sowell érige les Afro-Caribéens en exemple de réussite sociale afin de promouvoir l’idée que la discrimination raciale ne constitue pas une entrave majeure. Farouchement opposé à l’interventionnisme étatique et aux revendications collectives, attaché au mérite individuel, l’auteur attribue le succès des Afro-Caribéens à leurs efforts personnels, à leur autonomie, à leur sens des responsabilités, qualités essentiellement développées dans le contexte esclavagiste caribéen selon lui. A cet égard, Thomas Sowell défend l’idée de la construction identitaire divergente des Afro-Caribéens et des Afro-Américains, avec l’objectif premier de saper les politiques sociales libérales développées au cours des années 1960 et avec la volonté, sans doute, de fissurer le bloc des électeurs noirs acquis au parti démocrate. La perspective proposée par Sowell met donc l’accent sur la distance séparant Afro-Caribéens et Afro-Américains qu’il résume en évoquant les « différences fondamentales sur le plan des valeurs et des aspirations10 ».

3. La réévaluation du mythe : sélectivité migratoire et transnationalisme

  • 11 Suzanne Model, « West Indian Prosperity : Fact or Fiction ? », Social Problems, 1995, 42, 4, p. 535 (...)
  • 12 Arthur L. Stinchcombe, « Freedom and oppression of slaves in the Caribbean », American Sociological (...)
  • 13 Suzanne Model, « Caribbean Immigrants : A Black Success Story ? », International Migration Review, (...)

7Au cours des années 1980, la thèse de Sowell a été remise en cause par de nombreux détracteurs parmi lesquels la sociologue Suzanne Model. Dans un article intitulé West Indian Prosperity : Fact or Fiction ?, cet auteur déplore les généralisations faites par Sowell concernant l’esclavage dans la mesure où elles ne tiennent pas compte des différences insulaires11. Elle conteste en particulier l’argumentation reposant sur l’établissement d’un lien logique entre les performances économiques des Caribéens et l’indulgence du système esclavagiste auquel leurs ancêtres auraient été soumis. S’appuyant sur les conclusions du sociologue américain Arthur Stinchcombe12, Model souligne, en effet, que les disparités de condition entre esclaves au sein même de la Caraïbe anglophone (entre la Barbade et Trinidad par exemple), et leur évolution au fil du temps, ne permettent pas d’envisager avec pertinence le recours à l’idéal-type culturel auquel Sowell fait référence. De fait, d’après Stinchcombe, plusieurs facteurs, parmi lesquels le poids de l’économie sucrière ainsi que le degré d’organisation et d’influence des planteurs, ont contribué à l’émergence d’expériences de l’esclavage variables. Cet auteur attire également l’attention sur les différences internes à chaque territoire en évoquant notamment des critères déterminants tels que l’origine des esclaves, leur implantation géographique (en milieu urbain ou rural) ou encore la taille de la plantation dont ils dépendaient. De manière plus générale, Suzanne Model conteste la vision homogène de la culture proposée par Sowell et exprime des réserves quant à l’absence de prise en compte des distinctions générationnelles13. L’approche quantitative choisie par cette sociologue la conduite à étudier une variété de données statistiques qui révèlent, selon elle, la réduction de l’écart entre les performances économiques des Afro-Américains et celles des Afro-Caribéens. Model soutient que le facteur déterminant dans la mobilité des Afro-Caribéens réside dans la sélectivité inhérente à tout processus d’immigration et renforcée par la politique migratoire américaine. Ainsi, elle affirme que l’avantage dont jouissent les Afro-Caribéens, l’image de réussite qu’ils projettent, découle de leur statut d’immigrant. C’est également à travers ce prisme que l’auteur interprète le crédit dont ils jouissent auprès des employeurs blancs.

  • 14 Reuel Rogers, Afro-Caribbean Immigrants and the Politics of Incorporation : Ethnicity, Exception, o (...)
  • 15 Winston James, « Explaining Afro-Caribbean Social Mobility in the United States : Beyond the Sowell (...)
  • 16 Nancy Foner, « Race and Color : Jamaican Migrants in London and New York City », International Migr (...)

8Les études réalisées à la fin des années 1990 et au début des 2000 n’ont pas fait l’économie d’une réflexion, fût-elle brève, sur le statut socio-économique des Afro-Caribéens. Cependant, l’intérêt de ces travaux récents réside dans la plus grande diversité des points de vue proposés et dans une meilleure mise en valeur des différentes options identitaires choisies par les Afro-Caribéens. L’expérience migratoire de ces derniers est, par exemple, envisagée sous l’angle des sciences politiques dans l’ouvrage de Reuel Rogers intitulé Afro-Caribbean Immigrants and the Politics of Incorporation14. Ainsi, le cadre théorique choisi permet notamment à l’auteur de comparer l’expérience de ces immigrants noirs à celle des immigrants blancs arrivés au début du xxe siècle. Cette perspective comparative répond, par ailleurs, à la recommandation formulée par l’historien Winston James pour qui l’expérience des immigrants noirs doit être éclairée par des comparaisons systématiques avec celle des autres immigrants, dans le but de nuancer les conclusions sur la réussite des premiers15. L’intérêt de la perspective comparative en vue d’une meilleure appréhension de l’incorporation des Afro-Caribéens a d’ailleurs été démontré dans les publications de Nancy Foner proposant la prise en compte simultanée de deux contextes de réception, à savoir Londres et New York16.

  • 17 Reuel Rogers, « “Black Like Who ?” Afro-Caribbean Immigrants, African Americans and the Politics of (...)

9L’ouvrage de Rogers révèle aussi l’émergence d’un nouveau paradigme, celui du transnationalisme. Dans ce cadre conceptuel, l’accent est mis sur l’ancrage simultané des immigrants dans leur société d’origine et leur société d’accueil. Le maintien de liens forts avec le pays d’origine se traduit par le développement d’une identité ethnique susceptible d’éloigner Afro-Caribéens et Afro-Américains sur le plan politique. Cet éloignement peut ainsi résulter d’une divergence de perceptions des priorités ou de stratégies cognitives différentes pour surmonter les situations de discrimination. C’est ce qu’avance Rogers en déclarant : « en faisant appel à l’option de sortie, les immigrants afro-caribéens se distinguent des Afro-Américains, en particulier de ceux dotés d’une conscience collective raciale très développée, qui comptent sur les mobilisations collectives et l’intervention de l’État pour éliminer les barrières raciales17 ».

10Cette nouvelle donne transnationale n’exclut pas des situations de rapprochement et d’identification à la population afro-américaine, en particulier lorsqu’il s’agit de dénoncer les délits de faciès et les brutalités policières dont les Noirs peuvent être victimes. La fluidité de l’identité est au coeur de l’approche constructiviste qu’adopte le sociologue Milton Vickerman. Aussi confirme-t-il qu’en fonction du contexte dans lequel ils se trouvent, les immigrants afro-caribéens oscillent entre identification et distanciation dans leurs rapports aux Afro-Américains. L’objectif étant, dans ce dernier cas, d’échapper aux stéréotypes négatifs et aux décisions discriminatoires affectant les Afro-Américains.

Conclusion

  • 18 L’exploration des données relatives aux seconde et troisième générations, débutée par la sociologue (...)

11En conclusion, bien que la recherche consacrée à l’immigration afro-caribéenne ait dépassé le stade des balbutiements, elle n’en demeure pas moins très lacunaire18. Le mythe de la minorité modèle semble avoir fait date et cédé la place à de nouvelles problématiques. Cependant, il n’est pas inintéressant de noter qu’il imprègne toujours avec force le discours des Afro-Caribéens, comme le révèlent ces propos recueillis personnellement à New York en juillet 2007 :

[…] au sein de la communauté noire, il y a... il y a en quelque sorte de la ségrégation. Ce n’est pas du 
racisme, mais c’est une sorte de ressentiment, parce qu’ils voient que vous êtes venus ici et que vous réussissez à réaliser certains objectifs, alors qu’ils sont ici, et n’essaient pas de réaliser quoi que ce soit ! Et... ils vous envient d’une certaine façon à cause de ce que vous avez. […]

  • 19 Traduction personnelle de l’auteur.

Nous autres, les... oui, je peux dire nous sans trop m’avancer, les gens qui ont immigré aux États-Unis, nous sommes venus ici avec des valeurs différentes. Euh... pour la plupart, la plupart d’entre nous, nous avons quitté nos propres toits pour venir. Nous sommes venus ici en ayant notre propre toit, et la première chose, quand vous obtenez un travail et que vous pouvez amasser assez d’argent, votre première priorité est de trouver un toit pour votre famille. [...] [P]endant les mois d’hiver, quand nous sommes dehors à enlever la neige à la pelle, et les Afro-Américains, certains d’entre eux, Afro-Américains, ils nous voient en train de pelleter la neige, ils passent en riant et disent « ah, ah, ah ! Moi j’ai un propriétaire qui s’occupe de ça pour moi, je n’ai pas à le faire, c’est comme si j’habitais à l’hôtel, tout ce que j’ai à faire c’est simplement d’ouvrir la porte, de refermer la porte, et de tourner ma clé. » Donc c’est le genre de mentalité que ces gens-là ont. Et... j’ai dit à l’un d’entre eux : « je ne pense pas que vous ayez la moindre ambition, parce que si vous aviez de l’ambition, vous auriez été fier de savoir que c’est sa propre neige que votre frère est en train d’enlever à la pelle, » et il est parti. Je lui ai dit « là d’où je viens, un homme subvient aux besoins de sa famille : un toit, de la nourriture, et tous les équipements qu’il lui faut. Voilà le devoir de l’homme envers sa famille ». Et il était contrarié. Je lui ai dit : « oui, c’est ce que vous dites parce que vous n’avez aucun bon sens ! Votre environnement est différent du mien. Dans le mien, chacun s’occupe de soi, des siens et de soi. Vous attendez que les gens s’occupent de vous, personne ne me doit rien19. »

Haut de page

Notes

1 Traduction personnelle de la citation suivante : « We were all strangers. The black American, the black foreigner, and we did not like one another, and the white foreigner liked us less and the white American hated all of us. » Irma Watkins-Owens, Blood Relations : Caribbean Immigrants and the Harlem Community, 1900-1930, Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press, 1996, p. 29.

2 Nancy Foner, « West Indian Migration to New York : An Overview », dans Nancy Foner, Islands in the City : West Indian Migration to New York, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 2001, p. 4.

3 Les 601 000 Afro-Caribéens résidant à New York représentent précisément 32 % de la population non hispanique noire recensée dans cette ville en 2011. Arun Peter Lobo et Joseph J. Salvo, The Newest New Yorkers : Characteristics of the City’s Foreign-born Population, New York, New York City Department of City Planning, 2013, p. 196.

4 Ira de Augustine Reid est né dans le Sud des États-Unis mais a longuement vécu à Harlem.

5 Traduction personnelle de la citation suivante : « Pride in having representatives who have punctured the larger universal becomes an important constructive force not only in facilitating the participation in the general culture, but also in perpetuating the group in isolation ». Ira de Augustine Reid, « Negro Immigration to the United States », Social Forces, 1938, 16, 3, p. 415.

6 Roy Bryce-Laporte, « The Experience of Invisibility and Inequality », Journal of Black Studies, 1972, 3, 1, p. 44.

7 « [W]hat may be seen as competition or cooptation on the micro-level may really represent in the larger perspective activities of space-creating and advance probing by foreign blacks to the ultimate benefit of native blacks ». Bryce-Laporte, op. cit., p. 47.

8 Bryce-Laporte, op. cit., p. 48.

9 Thomas Sowell, « Three Black Histories », dans Thomas Sowell et Lynn D. Collins (dirs.), Essays and Data on American Ethnic Groups, Washington D.C., Urban Institute, 1978, p. 7-64 ; Thomas Sowell, Ethnic America : A History, New York, Basic Books, 1981.

10 Sowell, op. cit., 1978, p. 105.

11 Suzanne Model, « West Indian Prosperity : Fact or Fiction ? », Social Problems, 1995, 42, 4, p. 535-553.

12 Arthur L. Stinchcombe, « Freedom and oppression of slaves in the Caribbean », American Sociological Review, 1994, 59, p. 911-929.

13 Suzanne Model, « Caribbean Immigrants : A Black Success Story ? », International Migration Review, 1991, 25, 2, p. 253.

14 Reuel Rogers, Afro-Caribbean Immigrants and the Politics of Incorporation : Ethnicity, Exception, or Exit, New York, Cambridge University Press, 2006.

15 Winston James, « Explaining Afro-Caribbean Social Mobility in the United States : Beyond the Sowell Thesis », Comparative Studies in Society and History, 2002, 44, 2, p. 250.

16 Nancy Foner, « Race and Color : Jamaican Migrants in London and New York City », International Migration Review, 1985, 19, p. 708-727 ; Nancy Foner, « Towards a Comparative Perspective on West Indian Migration », dans Mary Chamberlain (dir.), Caribbean Migration : Globalized Identities, Londres, Routledge, 1998, p. 47-60.

17 Reuel Rogers, « “Black Like Who ?” Afro-Caribbean Immigrants, African Americans and the Politics of Group Identity », dans Nancy Foner (dir.), Islands in the City : West Indian Migration to New York, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 2001, p. 185.

18 L’exploration des données relatives aux seconde et troisième générations, débutée par la sociologue Mary Waters, gagnerait à être étendue, par exemple. Mary Waters, Black Identities : West Indian Immigrant Dreams and American Realities, New York, Russell Sage Foundation, 1999.

19 Traduction personnelle de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léna Loza, « Afro-Caribéens et Afro-Américains à New York : interactions et représentations », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 24 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/4237 ; DOI : 10.4000/framespa.4237

Haut de page

Auteur

Léna Loza

Léna Loza est maître de conférences en civilisation américaine à l'Université de Toulouse-Jean Jaurès et membre du laboratoire CAS (Cultures anglo-saxonnes) EA 801.
loza8_fr@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org