Skip to navigation – Site map
Dossier: Citoyen, cité, espace et communautés sous l'Ancien Régime

Inscrire son pouvoir dans l'espace urbain : multiplicité des autorités locales et compétition urbanistique à Toulouse dans le dernier siècle de l'Ancien Régime

Town Planning and Struggle for Power in Toulouse during the Last Century of the Old Regime
Planificación urbana y lucha por el poder en Toulouse durante el último siglo del Antiguo Régimen
Nicolas Marqué

Abstracts

The city of Toulouse changed during the last century of the Old Regime, not really because of its population growth but because of political decisions. There were many local authorities in town which all wished to use urban planning to show their power to the community of the inhabitants. On the one hand, these rivalries may have fueled the transformations of the town, since each power wished to transform the urban space, but, on the other hand, this competition was also a threat to urban planning because almost each power wished to fight against its competitors' projects.

Top of page

Full text

1Les héritages de l’urbanisme de l’époque moderne marquent les centres de nombreuses villes françaises. La place du Capitole de Toulouse en est un exemple, mais alors que la décision de la créer fut prise en 1676, les travaux ne commencèrent qu’en 1730. Certes, l’état des finances de la ville gérées par les magistrats municipaux (ou capitouls) n’était guère brillant sous l’Ancien Régime, mais il n’explique pas à lui seul ce retard de cinquante-quatre ans. Celui-ci était lié à l’opposition des membres du parlement qui ne souhaitaient pas que les magistrats municipaux avec lesquels ils étaient en conflit bénéficient du prestige d’une telle réalisation. Ils parvinrent à retarder les travaux pendant des décennies en insistant sur le fait que les magistrats municipaux devaient se soucier de l’intérêt de la communauté des Toulousains et ne pouvaient faire détruire des immeubles qui abritaient le peuple pour dégager une place à leur gloire.

2Cet exemple illustre à la fois que les réalisations urbanistiques sont des enjeux majeurs qui permettent à leurs auteurs d’inscrire leur pouvoir dans l’espace urbain, mais aussi que la communauté des habitants de la ville n’en est pas uniquement bénéficiaire, elle est aussi un argument mobilisé lors des débats politiques qui conduisent à la mise en place ou à l’échec d’un projet.

3Cette dimension est particulièrement visible dans le cas des capitales provinciales comme Toulouse, car les autorités y étaient nombreuses : les magistrats municipaux subissaient notamment la rivalité des parlementaires, mais aussi du seigneur du canal royal de Languedoc, qui traversait les faubourgs de la ville, lequel seigneur multipliait les projets pour transformer les quartiers alentour. Par ailleurs, des autorités dont le siège n’était pas établi en ville avaient d’importantes prérogatives en matière d’urbanisme : l’intendant et les États de Languedoc qui siégeaient tous deux à Montpellier.

  • 1 Pierre Lavedan, Histoire de l’urbanisme, Paris, Henri Laurens, 1959, t. 2, p. 417 et 419.
  • 2 Emmanuel Le Roy Ladurie, « Baroque et Lumières », dans Emmanuel Le Roy Ladurie (dir.), La ville des (...)
  • 3 Citons, parmi les plus connus qui soient datés du milieu du xviiie siècle, le « Dialogue […] » (Bib (...)
  • 4 http://www.urban-hist.toulouse.fr/urbanhistdiffusion/

4Le fait que l’intendant n’était pas présent en ville laissait une marge de manœuvre plus importante aux autorités locales et empêche d’appliquer à la capitale du Languedoc le schéma traditionnel élaboré par l’historiographie qui affirmait que l’intendant avait un rôle moteur en matière d’urbanisme et s’opposait à des pouvoirs locaux immobilistes1 à de rares exceptions près2. Au contraire, les projets d’urbanisme locaux datés du dernier siècle de l’Ancien Régime sont nombreux et bien conservés dans le cas toulousain3, tout comme les cadastres de 1680 et du début de la Révolution. Le système d’information géographique de la ville, Urban-Hist4, permet de confronter ces sources et de superposer les cartes de la ville et celles des projets pour constater les écarts.

(Fig. 1) Réalisations et projets d'urbanisme à Toulouse (1680-1790)

(Fig. 1) Réalisations et projets d'urbanisme à Toulouse (1680-1790)

Les losanges correspondent aux sièges des autorités locales étudiées (en vert les magistrats municipaux, en bleu le seigneur du canal, en rouge le parlement). Les plages de couleurs correspondent aux aménagements d'urbanisme réalisés (en vert à l'initiative des capitouls, en bleu à l'initiative du seigneur du canal, en violet à l'initiative des États de Languedoc). Les hachures correspondent aux projets d'urbanisme non réalisés (en vert ceux des magistrats municipaux, en bleu ceux du seigneur du canal, en marron ceux qui furent proposés par des intellectuels mais ne furent soutenus par aucune autorité).

© : Nicolas Marqué.

5Dès lors, le fait que les rivalités entre autorités aient été fortes à Toulouse engendra-t-il une multiplication des réalisations d’urbanisme dont bénéficia la communauté des habitants, ou cette communauté fut-elle mobilisée comme un argument par des autorités en lutte pour empêcher la mise en place des projets de leurs concurrentes ?

  • 5 Georges Costa, Les plans d’urbanisme pour Toulouse au milieu du xviiie siècle, Toulouse, Mémoire de (...)

6Au premier abord, les réalisations urbanistiques furent nombreuses dans la capitale du Languedoc entre 1680 et 1790, et la rivalité apparaît donc comme un stimulant en matière d’urbanisme. Toutefois, de nombreuses sources insistent sur les « dérisoires rivalités de notables5 » qui causèrent l’abandon de plus d’un projet. Cela mène à tenter de comprendre pourquoi certains aménagements comme la place du Capitole furent au cœur d’intenses controverses politiques, alors que d’autres furent abandonnés très rapidement ou réalisés sans réelle opposition. Leur localisation est-elle un facteur explicatif ? Peut-on affirmer que la rivalité entre de nombreuses autorités conduit davantage à un zonage des réalisations urbanistiques qu’à une augmentation ou une diminution de leur ampleur ?

1. La multiplicité des centres de pouvoir stimule l’urbanisme à Toulouse (1680-1790)

  • 6 Jean-Luc Laffont, Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, Toulouse (...)

7En tant que magistrats municipaux, les capitouls possédaient, en matière d’urbanisme, d’importantes prérogatives dont ils se servaient pour inscrire leur pouvoir dans l’espace urbain face aux autres autorités. Cette dimension était très présente dans la réalisation de la place et de la façade de la maison commune qui eut lieu entre 1730 et 1760. Celles-ci affirmaient symboliquement que les capitouls étaient au centre de la ville, et constituaient un trait d’union entre le Bourg et la Cité, mais aussi entre la ville de Toulouse et les autorités royales dont les symboles ornaient le fronton de la façade, soutenu par huit colonnes qui rappelaient les huit magistrats municipaux. Cette dimension symbolique semblait passer au second plan derrière la volonté d’améliorer le quotidien des Toulousains dans les autres réalisations majeures défendues par les magistrats municipaux : les quais de Garonne et les promenades. Les premiers furent mis en place au milieu du xviiie siècle pour protéger des inondations l’île de Tounis et le Pont-Neuf ; les secondes le furent en 1752 et 1774. Toutefois, la sécurité et l’agrément de la communauté des Toulousains n’excluaient pas la dimension symbolique et les magistrats municipaux firent usage de leur « droit d’image » pour orner ces réalisations de leurs blasons6.

  • 7 Arch. Canal du Midi, 504, pièce no 12.

8Le seigneur du canal royal de Languedoc était-il un rival des magistrats municipaux en matière d’urbanisme ? L’édit d’octobre 1666 qui conférait à Riquet cette seigneurie lui permettait, ainsi qu’à ses héritiers, d’y rendre justice et de réaliser les infrastructures nécessaires pour le bon fonctionnement de la voie d’eau. Les capitouls n’avaient que très mal accepté cette décision qui leur ôtait une partie de leur juridiction pour la transférer à un individu qui n’était même pas Toulousain, et ils avaient tenté d’empiéter sur son territoire. Les seigneurs successifs du canal utilisèrent donc l’urbanisme pour permettre le bon fonctionnement de la voie d’eau, mais aussi pour imposer symboliquement leur pouvoir. Ainsi, Riquet fit ériger le château du canal à l’extrémité d’un faubourg toulousain et le dota de deux tours qui incarnaient ses principales prérogatives en servant respectivement de locaux au juge châtelain du canal et au directeur administratif de la section toulousaine7.

  • 8 Isabelle Caubet, Approches démographiques et sociales des ménages toulousains entre 1695 et 1790, T (...)

9Les États de Languedoc furent également à l’origine de nombreuses réalisations urbanistiques, principalement à partir de 1756. Cependant, ils n’étaient pas perçus comme des rivaux par les magistrats toulousains, en partie parce que leurs réalisations se situaient aux limites de la ville, surtout aux alentours du fleuve afin de renforcer la lutte contre les inondations et de développer la navigation commerciale. Par ailleurs, les États suivirent une politique de coopération avec les capitouls8.

10La communauté des Toulousains bénéficia donc de nombreux travaux d’urbanisme dont les buts conciliaient à la fois la sécurité et l’agrément, mais aussi le développement du pouvoir symbolique de leurs auteurs. Néanmoins, cette communauté fut aussi utilisée comme un argument pour empêcher la réalisation de nombreux projets.

2. La rivalité entre les autorités limite les réalisations urbanistiques à Toulouse (1680-1790)

11Les parlementaires toulousains, soucieux de leur influence en ville, s’étaient montrés hostiles à la création de la place du Capitole au point que les magistrats municipaux avaient été contraints de plaider leur cause auprès du Conseil d’État pour pouvoir concrétiser leur projet. Le parti du parlement continua à lutter contre le développement de la puissance symbolique de ses rivaux, surtout en 1752. Les plus grandes promenades furent alors mises en place par ces derniers au sud-est de la ville, mais le projet qu’ils avaient retenu impliquait qu’elles seraient entourées d’un nouveau quartier qui serait érigé hors les murs. Sa construction serait financée par une loterie, dont les lots seraient les appartements, ce qui avait permis d’obtenir l’accord de l’intendant, mais aussi de trouver un entrepreneur disposé à réaliser les travaux. Malgré cela, cette partie du projet ne fut jamais mise en œuvre, car les parlementaires exposèrent qu’elle ne serait d’aucune utilité à la communauté des Toulousains et que la ville restait définie par son rempart. Les réactions ne se firent guère attendre, notamment par le biais d’un mémoire anonyme qui affirmait :

  • 9 Arch. dép. Haute-Garonne, C 331, Mémoire contre le parti du Parlement, s.d.

ceux qui sont attachés au Parlement sont opposés en général à toutes sortes d’embellissements publics [sans] qu’on puisse en présumer d’autres motifs que le plaisir de s’opposer à des ouvrages qui se font par autorité différente de celle du Parlement9.

  • 10 Arch. Canal du Midi, 575, pièce no 20, 1770.

12Les projets du seigneur du canal furent eux aussi contrariés, non par l’opposition ouverte, mais par le refus de coopérer des magistrats municipaux. Ceux-ci refusèrent de contribuer à financer un port sur la voie d’eau qui, selon les tenants du projet, aurait un effet bénéfique sur le faubourg le plus proche, ce qui eut comme conséquence qu’il ne fut mis en place qu’en 1712. Les capitouls ne s’opposèrent pas non plus à son agrandissement dans le courant du xviiie siècle, mais ils étaient probablement conscients que les héritiers de Riquet ne pourraient le financer seuls et que donner un accord sans contribuer au financement revenait à faire avorter tout projet. C’était le cas, en particulier, pour celui de Gilles Pin, directeur de la subdivision de Toulouse, en 1770, et qui comportait deux variantes : détruire la quasi-totalité d’un faubourg pour créer un port immense ou détourner le canal pour le faire passer dans la plus grande promenade de la ville au centre de laquelle le port serait implanté10.

13Les rivalités ou l’absence de coopération entre autorités locales pouvaient constituer un frein en matière d’urbanisme. Toutefois, comparer la carte des projets réalisés et celle de ceux qui échouèrent permet d’observer que les premiers étaient presque toujours situés aux marges de la ville, et les seconds dans les quartiers les plus fréquentés. Dès lors, peut-on affirmer que la multiplicité des autorités rivales contribue à un zonage des réalisations urbanistiques ?

3. La multiplicité des centres de pouvoir contribue-t-elle à un zonage des réalisations urbanistiques à Toulouse (1680-1790) ?

14L’historiographie a amplement développé l’importance du critère économique dans le succès des projets d’urbanisme, mais l’a parfois considéré comme déterminant au point de passer sous silence d’autres éléments explicatifs majeurs.

15Il est vrai que les projets qui concernaient le Sud de la ville intra-muros, donc la partie la plus urbanisée de Toulouse avaient un coût important, mais cela n’explique qu’en partie le fait qu’aucun d’entre eux ne fut mis en place entre 1680 et 1790. Si les projets d’urbanisme n’étaient réalisés que dans les espaces où les frais étaient les moins importants, comment expliquer leur absence du Nord de la ville intra-muros où le coût du foncier était très faible ?

  • 11 Jean-Luc Laffont, op. cit., p. 1328 et 1721.

16Cette situation s’explique par la présence d’autorités religieuses dans cet espace : y faire des aménagements aurait impliqué de détruire des édifices voués à Dieu, ce qui pouvait causer bien des problèmes de conscience. Par ailleurs, les couvents qui étaient établis sur place disposaient d’appuis politiques importants, notamment auprès du parlement. Il fallut ainsi quatre-vingt-sept ans aux capitouls pour forcer les Bénédictins de la Daurade à détruire un simple jardin sur pilotis qui détournait le courant du fleuve et menaçait la stabilité du Pont-Neuf11.

17La présence des capitouls et des parlementaires dans un quartier y diminuait également les chances de réalisation de tout projet urbanistique. Ils résidaient principalement dans le sud de la ville intra-muros où ils avaient établi des hôtels particuliers coûteux. Par ailleurs, ces hommes devraient décider de supprimer leurs propres biens s’ils voulaient transformer leur quartier, ce qui explique en partie pourquoi aucun des projets qui leur furent proposés pour transformer le Sud de la ville intra-muros ne reçut leur soutien.

Conclusion

18Il n’est guère possible d’établir un lien direct entre multiplicité d’autorités rivales et multiplicité des réalisations urbanistiques à Toulouse lors du dernier siècle de l’Ancien Régime. Si leur concurrence pour inscrire leur pouvoir dans l’espace urbain a pu stimuler des projets dont bénéficia la communauté des Toulousains, elle contribua à en faire échouer d’autres, officiellement jugés nuisibles aux intérêts locaux.

19En revanche, la prise en compte de ce facteur politique, souvent mis au second plan par l’historiographie pour expliquer le succès ou l’échec de projets d’urbanisme, permet de constater que certaines communautés profitèrent particulièrement des aménagements mis en place : les faubouriens et ceux qui vivaient en bord de fleuve, donc des communautés pauvres. Les communautés religieuses, les capitouls et les parlementaires qui avaient le pouvoir de décider des réalisations ne virent en revanche aucune réalisation transformer leurs quartiers entre 1680 et 1790. Au début de la Révolution, la carte des aménagements d’urbanisme toulousains était un véritable négatif de la carte des biens nationaux, ce qui s’explique en partie par des causes économiques, mais aussi parce que la simple présence des deux premiers ordres dans un quartier compromettait les chances pour qu’un projet devienne réalité. L’urbanisme du début du xixe siècle renversera cette situation grâce à la mise à disposition des autorités locales d’une partie des biens nationaux qui dégagea de nombreuses opportunités en matière d’urbanisme au sein des quartiers les plus riches et les plus denses.

Top of page

Notes

1 Pierre Lavedan, Histoire de l’urbanisme, Paris, Henri Laurens, 1959, t. 2, p. 417 et 419.

2 Emmanuel Le Roy Ladurie, « Baroque et Lumières », dans Emmanuel Le Roy Ladurie (dir.), La ville des temps modernes, de la Renaissance aux Révolutions, Paris, Seuil, rééd. 1998, p. 472 et 474.

3 Citons, parmi les plus connus qui soient datés du milieu du xviiie siècle, le « Dialogue […] » (Bibl. mun.Toulouse, Res. C. XVIII – 93), le Projet des embellissements à faire à la ville de Toulouse de Garipuy (Arch. dép. Haute-Garonne, C 331) ou le Projet pour le commerce et pour les embellissements de Toulouse de Louis de Mondran (Arch. dép. Haute-Garonne, 2Mi 620).

4 http://www.urban-hist.toulouse.fr/urbanhistdiffusion/

5 Georges Costa, Les plans d’urbanisme pour Toulouse au milieu du xviiie siècle, Toulouse, Mémoire de maîtrise, 1953, p. 104.

6 Jean-Luc Laffont, Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, Toulouse, Thèse, 1997, p. 360.

7 Arch. Canal du Midi, 504, pièce no 12.

8 Isabelle Caubet, Approches démographiques et sociales des ménages toulousains entre 1695 et 1790, Toulouse, Thèse, 1999, p. 93.

9 Arch. dép. Haute-Garonne, C 331, Mémoire contre le parti du Parlement, s.d.

10 Arch. Canal du Midi, 575, pièce no 20, 1770.

11 Jean-Luc Laffont, op. cit., p. 1328 et 1721.

Top of page

List of illustrations

Title (Fig. 1) Réalisations et projets d'urbanisme à Toulouse (1680-1790)
Caption Les losanges correspondent aux sièges des autorités locales étudiées (en vert les magistrats municipaux, en bleu le seigneur du canal, en rouge le parlement). Les plages de couleurs correspondent aux aménagements d'urbanisme réalisés (en vert à l'initiative des capitouls, en bleu à l'initiative du seigneur du canal, en violet à l'initiative des États de Languedoc). Les hachures correspondent aux projets d'urbanisme non réalisés (en vert ceux des magistrats municipaux, en bleu ceux du seigneur du canal, en marron ceux qui furent proposés par des intellectuels mais ne furent soutenus par aucune autorité).
Credits © : Nicolas Marqué.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/4179/img-1.jpg
File image/jpeg, 278k
Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Marqué, « Inscrire son pouvoir dans l'espace urbain : multiplicité des autorités locales et compétition urbanistique à Toulouse dans le dernier siècle de l'Ancien Régime », Les Cahiers de Framespa [Online], 23 | 2017, Online since 22 November 2016, connection on 17 August 2017. URL : http://framespa.revues.org/4179 ; DOI : 10.4000/framespa.4179

Top of page

About the author

Nicolas Marqué

Nicolas Marqué est agrégé et docteur en histoire (université Toulouse Jean Jaurès), chercheur associé au laboratoire FRAMESPA, et spécialiste d'histoire urbaine numérique, particulièrement de l'utilisation des systèmes d'information géo-historiques et des villes de parlement françaises.
nmarque@univ-tlse2.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org