Navegación – Mapa del sitio
Dossier: Citoyen, cité, espace et communautés sous l'Ancien Régime

La difficile réintégration d’une communauté religieuse et la création d’une société biconfessionnelle : l’espace de la Fête-Dieu à Montauban au XVIIe siècle

The Difficult Reintegration of a Religious Community and the Formation of a Biconfessional Society: The Celebration of Corpus Christi in Montauban in the Seventeenth Century
La difícil reintegración de una comunidad religiosa y la formación de una sociedad biconfesional: el espacio de la fiesta del Corpus Christi en Montauban en el siglo XVII
Danny Bertrand

Resúmenes

En Montauban, la procesión general anual del Corpus Christi revela los desafíos vinculados a las realidades de la coexistencia religiosa impuesta por el gobierno real con la adopción del Edicto de Nantes en 1598. El restablecimiento de la ceremonia provocó una lucha entre los poderes municipales protestantes y el obispo de Montauban. Su restauración en 1607 permitió que los católicos se apropiaran de un espacio urbano cuyo uso había sido exclusivamente reservado a los protestantes desde hacía casi medio siglo.

Inicio de página

Texto completo

1La promulgation de l’Édit de Nantes par Henri IV en avril 1598 plongea la France dans une situation inédite en Europe à l’époque, soit celle d’une coexistence religieuse légale et réglementée. L’édit royal modifia les rapports entretenus entre les membres des deux dénominations religieuses, catholique et calviniste, qui devaient désormais établir un modus vivendi leur permettant de cohabiter pacifiquement. Chacune des villes du royaume représentant un cas de figure à part entière, les impacts de l’adoption de l’Édit de Nantes se concrétisèrent différemment selon les caractéristiques particulières de leurs communautés.

  • 1 Comme l’indique Gaël Rideau dans son étude qui porte sur Orléans, les processions constituaient une (...)

2La communication analyse l’impact de l’Édit de Nantes sur la communauté urbaine de Montauban à travers l’exemple de la procession générale annuelle de la Fête-Dieu qui fut réinstaurée par le clergé catholique montalbanais au début du xviie siècle. La procession du Sacre constitue un exemple concret qui révèle les défis liés aux réalités de la coexistence religieuse imposée par le gouvernement royal et les conséquences d’un tel changement sur la communauté. Les cérémonies religieuses représentent une voie particulièrement féconde pour analyser les ordres urbains s’exprimant dans ces manifestations publiques qui mobilisaient les corps et les composantes urbaines1. Elles rendaient opératoires des systèmes de représentation grâce auxquels les villes se mettaient elles-mêmes en scène, affirmant une volonté d’expression publique qui répondait à des enjeux d’honneurs, de prestige, de politique et de religion. L’analyse des cérémonies publiques permet ainsi d’entrevoir les dynamiques découlant de l’ordre urbain qui régissait la communauté de Montauban au cours de cette période déterminante pour la ville.

  • 2 Voir « Introduction générale », dans Gaël Rideau et Pierre Serna, op. cit.

3Selon la conceptualisation proposée par Gaël Rideau et Pierre Serna en 2011, l’ordre urbain d’une ville est composé d’une multitude d’aspects : ses expériences historiques, son tissu social émanant des rapports entretenus entre les acteurs sociaux et leur implication dans les corps urbains, qui eux-mêmes traduisent des fonctions de la ville, émanant entre autres de sa configuration géographique à l’échelle nationale, provinciale et régionale. S’y ajoutent l’agencement et l’enchevêtrement des espaces urbains dont les groupes sociaux font usage, révélant une topographie urbaine qui se complexifie et qui évolue dans le temps et dans l’espace2. L’ordre urbain ainsi conçu ne s’assimile pas à la citoyenneté abordée selon des critères juridiques liés à l’habitation. Il définit plutôt les principales caractéristiques liées à l’appartenance et à l’évolution des individus à l’intérieur d’une communauté urbaine en particulier. Cette communauté demeure toutefois fluide et son agencement varie dans le temps selon les modulations des composantes de son ordre urbain. À ces composantes s’ajoutent les éléments de contexte qui pouvaient directement influencer l’équilibre fragile de tous ces aspects qui influaient sur la vie urbaine et communautaire.

  • 3 Catherine Rome, Les bourgeois protestants de Montauban au xviie siècle : une élite urbaine face à u (...)
  • 4 Philip Conner, Huguenot Heartland: Montauban and Southern French Calvinism during the Wars of Relig (...)

4Dès le xvie siècle, l’ordre urbain montalbanais fut profondément marqué par la Réforme protestante. À partir de 1561, les élites urbaines se vouèrent entièrement à la cause protestante et elles radièrent graduellement toutes les manifestations du catholicisme, réquisitionnant des couvents et des églises par la force, tout en détruisant parfois les images, statues, autels et ornementations3. Au terme de la troisième guerre de religion (1568-1570), Montauban fut officiellement désignée comme « place de sûreté » pour les réformés, devenant ainsi l’un des principaux bastions du protestantisme, un statut qui fut par la suite confirmé par l’Édit de Nantes. Le protestantisme y fut persistant et les élites municipales, en collaboration intime avec les élites religieuses et consistoriales, œuvrèrent à l’édification d’une « société pieuse » dont les préceptes du calvinisme formèrent le credo officiel4.

  • 5 Catherine Rome, op. cit., p. 27 et 54.

5À la fin du xvie siècle, l’adoption de l’Édit de Nantes qui mit fin aux guerres de religion eut un impact profond sur les ordres urbains des villes françaises, car il obligea les communautés à réagir et à s’adapter à la nouvelle réalité imposée par le gouvernement royal, celle de la coexistence biconfessionnelle à l’intérieur d’un espace urbain commun. En effet, les dispositions de l’édit imposèrent le retour des populations catholiques au sein des villes protestantes d’où elles avaient été chassées. Dès lors, l’Édit de Nantes fit en sorte que la société montalbanaise se caractérise par l’appartenance de ses citadins à une communauté biconfessionnelle qui s’articula autour des deux dénominations religieuses légales du royaume, même si les protestants demeurèrent démographiquement majoritaires pendant l’ensemble du xviie siècle5.

  • 6 François Bluche, La foi chrétienne. Histoire et doctrines, Monaco, Éditions du Rocher, 1996, p. 103 (...)
  • 7 Arch. mun. Montauban, 1 BB 34, fol. 74v-75.

6L’adoption de l’Édit de Nantes en 1598 annonça donc le retour obligatoire des populations catholiques à l’intérieur d’un espace urbain qui avait été exclusivement protestant depuis près d’un demi-siècle. Ce fut dans ce contexte que l’évêque de Montauban, Anne de Murviel, milita pour restaurer la Fête-Dieu, une cérémonie publique d’envergure qui affirmait les principes fondamentaux de la religion romaine et qui avait été interdite à Montauban depuis 15616. Le rétablissement d’une cérémonie dont l’objet était la vénération et l’exposition publique de l’hostie consacrée, ce que les réformés avaient violemment rejeté autant dans la forme que dans le fond, provoqua un bras de fer qui opposa le corps de ville exclusivement protestant et l’évêque de Montauban en 1606-1607. Initialement, les consuls résistèrent en invoquant plusieurs arguments, dont l’un des principaux fut la menace qu’une telle restauration représentait à l’égard « du repos public du service de sa magesté », d’autant plus qu’il n’y avait selon eux que très peu de catholiques au sein de la ville, ces derniers n’ayant jamais requis que la fête soit remise sur pieds7. L’évêque persista malgré les refus répétés des consuls et le contentieux en vint à mobiliser plusieurs acteurs, dont les représentants des différents échelons du pouvoir monarchique, notamment le premier président du Parlement de Toulouse, le lieutenant du roi dans la province de Guyenne et, enfin, le Conseil privé du roi lui-même.

  • 8 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, 3 J 3, Histoire de Montauban, par Perrin de Grandpré, p. 276-277.

7Henri IV décida finalement d’intervenir personnellement et il chargea deux commissaires de rétablir l’évêque de Montauban et son clergé dans leurs droits absolus, incluant le droit de respecter le calendrier liturgique et d’effectuer les cérémonies appropriées. Les premières processions catholiques sous le régime de l’Édit de Nantes se tinrent donc en 1607 et elles furent, au départ, d’une envergure limitée. Initialement, le parcours devait compter cent pas de marche, mais les consuls furent plus permissifs et la procession parcourut un peu plus de 500 mètres dans la partie Nord-Est de la ville où se trouvait l’église Saint-Louis, le seul lieu où les catholiques pouvaient assurer le service divin8.

  • 9 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, G 69, Ordonnance de 1631, fol. 29v-30. Le retard de deux ans entre 1629 (...)
  • 10 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, 3 J 3, p. 329 et 330-331. Selon le Dictionnaire de l’Académie française (...)

8Après cette campagne menée par l’évêque, la procession de la Fête-Dieu se tint de manière très irrégulière entre 1607 et 1629 à Montauban. Malgré l’intervention des différents paliers de pouvoir, la possibilité pour les catholiques de processionner dépendit directement des circonstances des dernières guerres de religion (1621-1629) et de la montée ponctuelle des tensions qui firent que le clergé dut s’exiler à maintes reprises. La grâce d’Alès de 1629 marqua la fin des hésitations puisqu’elle restaura définitivement le catholicisme à travers l’ensemble du royaume. Suivant cette défaite protestante de 1629, une ordonnance de l’intendant de Guyenne datée du 30 mai 1631 remit le clergé montalbanais dans ses droits absolus et les consuls furent obligés de tolérer la tenue des processions dont ils ne pouvaient plus limiter les parcours, comme ce fut le cas entre 1607 et 16319. À partir de 1631, les processions furent donc restaurées et elles suivirent leur cours normal et leur occurrence annuelle. Cependant, l’analyse de la Fête-Dieu de 1634 révèle que la tenue de cette cérémonie d’envergure faisait toujours l’objet de contentieux entre les deux communautés, tandis qu’elle fut « fort solennelle, mais traversée » et que les réformés « dirent mille blasphèmes contre le saint sacrement, murmurerent de ce qu’on l’honnoroit, même en firent bruit10 ». Malgré cette échauffourée, l’épisode demeure très révélateur des espaces urbains investis par la procession dont le parcours s’était élargi de manière significative, permettant aux catholiques de bien quadriller la ville à l’intérieur de l’enceinte urbaine.

9La restauration de la cérémonie publique en 1607 ouvrit donc une brèche et son déroulement permit aux catholiques de se réengager à l’intérieur des espaces urbains dont l’usage avait été exclusivement réservé aux protestants, même si son parcours fut limité. L’exemple de 1634 démontre quant à lui que la réappropriation des espaces urbains par les catholiques s’intensifia très rapidement, au point où les parcours des processions générales comme celle de la Fête-Dieu leur permettaient de sillonner l’ensemble de la ville, incluant les lieux les plus symboliquement chargés pour les protestants, celui occupé par le Temple neuf, par exemple. Nul doute que la reconquête catholique de cet ordre urbain, qui avait été exclusivement protestant depuis le milieu du xvie siècle, s’accéléra dès le début des années 1630.

10L’exemple de Montauban expose le fait que l’Édit de Nantes eut un impact majeur sur les ordres urbains et les communautés des villes de la France d’Ancien Régime. L’analyse de la remise sur pieds de la Fête-Dieu démontre que la réintégration des populations catholiques au sein des villes qui avaient été profondément marquées par le protestantisme fut parfois difficile. Leur retour obligea les autorités locales à consentir à une reconfiguration des ordres urbains et à une transformation des critères d’appartenance à une même communauté urbaine. La période 1606-1607 constitua ainsi un point de basculement quant à la nature de l’ordre urbain montalbanais. Les modalités de la vie quotidienne au sein d’une communauté désormais biconfessionnelle s’en trouvèrent bouleversées, notamment par la reprise des cérémonies publiques d’envergure qui investissaient les espaces urbains par des usages, des rites et des symboles de nature religieuse et catholique. Ces cérémonies permettaient l’affirmation de préceptes et de croyances qui allaient à l’encontre de celles qui prédominaient et dont l’objectif était de maintenir un monopole des consciences depuis près d’un demi-siècle. La communauté biconfessionnelle montalbanaise fut donc le produit d’un ordre national imposé par le gouvernement monarchique et d’un ordre local établi par la collaboration obligée des élites urbaines. La réintégration des catholiques à la communauté montalbanaise et la réappropriation des espaces qu’elle impliquait se fit grâce à l’action concertée des divers paliers d’autorités, qu’ils fussent ecclésiastiques ou monarchiques.

Inicio de página

Notas

1 Comme l’indique Gaël Rideau dans son étude qui porte sur Orléans, les processions constituaient une concrétisation, une matérialisation de l’ordre urbain en marche, dont elles nous fournissent une image. Voir Gaël Rideau, « La construction d’un ordre en marche : les processions à Orléans (xviie-xviiie siècles) », dans Gaël Rideau et Pierre Serna, Ordonner et partager la ville, Rennes, Presses universitairees de Rennes, 2011, p. 150.

2 Voir « Introduction générale », dans Gaël Rideau et Pierre Serna, op. cit.

3 Catherine Rome, Les bourgeois protestants de Montauban au xviie siècle : une élite urbaine face à une monarchie autoritaire, Paris, Honoré Champion Éditeur, 2002, p. 368-369.

4 Philip Conner, Huguenot Heartland: Montauban and Southern French Calvinism during the Wars of Religion, Aldershot, Ashgate, 2002, p. 5-6 et 62-63. L’expression renvoie à la notion de « godly society » proposée par Conner.

5 Catherine Rome, op. cit., p. 27 et 54.

6 François Bluche, La foi chrétienne. Histoire et doctrines, Monaco, Éditions du Rocher, 1996, p. 103-104, 155-157, 164-165, 170 et Camille Daux, Histoire de l’Église de Montauban, Montauban, Bray et Retaux, 1881, vol. 2, p. 21-22.

7 Arch. mun. Montauban, 1 BB 34, fol. 74v-75.

8 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, 3 J 3, Histoire de Montauban, par Perrin de Grandpré, p. 276-277.

9 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, G 69, Ordonnance de 1631, fol. 29v-30. Le retard de deux ans entre 1629 et 1631 s’explique par le fait que le retour des populations catholiques fut décalé de plusieurs mois à cause de la peste. D’autre part, l’année 1632 constitua un tournant pour le consulat urbain qui fut mi-parti. Une éventuelle intervention portant sur la tenue des cérémonies publiques catholiques s’avérait ainsi plus délicate.

10 Arch. dép. Tarn-et-Garonne, 3 J 3, p. 329 et 330-331. Selon le Dictionnaire de l’Académie française (1694), le terme « traversée » signifie « Empescher de faire quelque chose, en suscitant des obstacles ».

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Danny Bertrand, « La difficile réintégration d’une communauté religieuse et la création d’une société biconfessionnelle : l’espace de la Fête-Dieu à Montauban au XVIIe siècle », Les Cahiers de Framespa [En línea], 23 | 2017, Publicado el 22 noviembre 2016, consultado el 26 marzo 2017. URL : http://framespa.revues.org/4154 ; DOI : 10.4000/framespa.4154

Inicio de página

Autor

Danny Bertrand

Danny Bertrand est doctorant en histoire à l’Université d’Ottawa. Champ d’études : Histoire urbaine et religieuse de la France d’Ancien Régime, particulièrement sous le règne de Louis XIII et de Louis XIV.
dbert008@uottawa.ca

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org