Navigation – Plan du site
Dossier: Citoyen, cité, espace et communautés sous l'Ancien Régime

Les fêtes civiques toulousaines, lieu d’affirmation républicaine face au danger royaliste de l’an V

Civic Celebrations in Toulouse: A Republican Instrument Against the Royalist Danger of Year V
Las fiestas cívicas en Toulouse: un instrumento republicano contra el peligro monárquico
Marie-Hélène Guilbault

Résumés

Face à la menace des royalistes et de certains républicains modérés en l’an V, l’administration municipale de Toulouse, « forteresse jacobine », et son maire Desbarreaux se servirent des discours à l’occasion des fêtes civiques ordonnées par le Directoire afin d’encourager la cohésion et l’unité de la communauté républicaine. Le coup d’État du 18 Fructidor leur donna raison et Toulouse put s’afficher fièrement comme « rempart » du républicanisme et comme modèle pour l’ensemble des républicains français.

Haut de page

Texte intégral

1Période sous-exploitée de la Révolution française, le Directoire a pourtant été le théâtre d’une recomposition des forces républicaines à travers la France autour de communautés politiques locales, et tout spécialement à l’échelle urbaine. Tandis que la majorité de la France avait opté en 1797 pour des élus aux tendances modérées ou royalistes, la ville de Toulouse se présenta comme un rempart du républicanisme. En effet, en l’an V, les Toulousains élisent des édiles municipaux à tendance jacobine dans une région pourtant fortement influencée par le royalisme. On peut voir là une véritable communauté politique républicaine, définie comme la partie de la population toulousaine qui partageait le but commun de défendre l’idéal républicain, autant contre les royalistes que contre les compromis jugés inacceptables des modérés, et qui se manifesta par un exercice du droit de vote exceptionnel au regard du reste de la France.

2Si la fête républicaine devait être le lieu de rassemblement de tous les citoyens de la République, elle fut surtout un outil de cohésion pour la communauté républicaine de Toulouse. La structure des fêtes qui était imposée par le Directoire était plutôt rigide et l’administration municipale de la ville, qui se chargeait de leur organisation, sut se conformer à ce cadre tout en se servant du peu de flexibilité qu’il lui restait pour promouvoir les idéaux partagés par une partie de ses citoyens. La question principale est ici de comprendre comment des fêtes mandatées par le pouvoir central ont pu servir des programmes politiques différents selon les localités et favoriser la cohésion d’un électorat majoritairement républicain sous la gouverne de leaders politiques de tendance jacobine. Cette étude s’intéresse donc à la façon dont l’administration municipale toulousaine, malgré les pressions locales et nationales qu’elle subissait, tenta en l’an V de maintenir la cohésion de la communauté républicaine de la ville grâce aux discours prononcés par le maire Hyacinthe Pellet-Desbarreaux, lors des fêtes de 1797.

3Bien que les contours de la communauté républicaine toulousaine demeurent flous, elle forme le groupe cible auquel s’adressent les festivités municipales et les discours du maire. C’est à partir du parcours et de l’implication personnelle du maire qu’il est possible de saisir comment se forma cette communauté républicaine toulousaine et surtout comment les autorités municipales jacobines œuvrèrent pour maintenir sa cohésion dans une période trouble. Desbarreaux fut, tout au long de la période révolutionnaire, un personnage central des fêtes toulousaines. Il est aussi représentatif de ces hommes nouveaux à qui la Révolution française permit de jouer un rôle politique actif. Acteur, il s’investit politiquement dès 1790 grâce à la publication de pièces de théâtre, mais surtout par son implication auprès du futur club des Jacobins. Ses talents d’orateur firent de lui un membre central du club et, à partir de l’an IV, il passa d’une participation politique citoyenne à une participation politique active en se présentant aux élections comme membre de l’administration municipale. Il fut ensuite élu président de l’administration municipale en l’an V avant de devenir membre de l’administration du département de la Haute-Garonne l’année suivante. Il est ainsi juste de parler du projet de Desbarreaux en ce qui concerne les fêtes toulousaines, puisqu’il en représente la continuité en plus d’en être le chef d’orchestre et l’orateur principal. Le fait qu’il ait été maire de la ville en l’an V, tandis que la communauté républicaine était sous pression en raison des attaques répétées des modérés et des royalistes, a donné plus de poids et plus d’intensité à ses discours.

  • 1 Arch. mun. Toulouse, 1I 11, Fêtes de la Révolution à Toulouse, 1796-1797.

4Cette étude repose sur l’analyse des procès-verbaux des fêtes révolutionnaires. Plusieurs d’entre eux furent imprimés, mais la majeure partie des rapports des fêtes de l’an IV et de l’an V ont été compilés par l’administration municipale de Toulouse dans un recueil datant de la période révolutionnaire. Toujours conservé aux Archives municipales de Toulouse, le cahier contient le procès-verbal de la fête de la Jeunesse du 10 prairial an IV (30 mars 1796) jusqu’à la cérémonie funèbre en l’honneur du général Hoche qui eut lieu le 30 vendémiaire an VI (21 octobre 1797)1. Ce ne fut toutefois pas la fin de la mise par écrit des procès-verbaux. Le Directoire réclamait que toutes les villes de France lui fassent parvenir le détail du déroulement de chacune des fêtes, ce que Toulouse s’empressa de faire de manière systématique. Il est donc très intéressant que ce soient les fêtes qui eurent lieu durant la période où les élus jacobins toulousains subirent d’énormes pressions de la part de leurs opposants qui furent consignées dans un cahier spécifique de l’administration municipale. Chacune de ces fêtes comporte par ailleurs le discours qui fut livré par Desbarreaux lui-même alors qu’il fut successivement membre de l’administration municipale, puis son président. La volonté de conserver les procès-verbaux et le choix conscient de les consigner dans un ensemble uni nous renseigne sur l’importance que l’administration municipale accordait aux fêtes et à leur rôle auprès de la communauté. Outre ces procès-verbaux, l’analyse du journal L’Anti-Terroriste est essentielle à cette étude pour bien saisir l’opposition à laquelle la communauté républicaine de la ville fit face. Les écrits de son rédacteur Martial Meilhac laissent apparaître à la fois les attaques des modérés et des royalistes à son égard, mais aussi des critiques ciblées contre les actions mobilisatrices des élus municipaux jacobins, qu’il dénonça à plusieurs reprises. C’est à travers ce journal que s’organisa la lutte contre l’administration municipale jacobine de Toulouse alors que certains royalistes et modérés en appelèrent au Directoire par des pétitions pour la faire destituer. C’est dans ce contexte de lutte qu’eurent lieu les fêtes révolutionnaires de l’an V. Les représentants municipaux cherchèrent à mobiliser leurs concitoyens tout en tentant de démontrer leur attachement à la portion républicaine du gouvernement national.

  • 2 Jacques Godechot, La Révolution française dans le Midi toulousain, Toulouse, Éditions Privat, 1986, (...)
  • 3 Georges Fournier, « Entre vallée de l’Hérault et vallée de la Garonne : les bastions fermement répu (...)
  • 4 Ibid., p. 196.
  • 5 Ibid.

5Dès les débuts du Directoire, Toulouse apparaît « comme une “forteresse jacobine” et comme une “ville rouge2” », ce qui en fait un cas exceptionnel dans la région du Midi, mais aussi parmi l’ensemble des villes de la République. Bien que le camp royaliste et modéré soit sorti largement gagnant des élections de l’an V, les élus de Toulouse et du département de la Haute-Garonne consolidèrent leur autorité3. Il importe de souligner que la participation aux élections à Toulouse fut très élevée, ce qui la distingue encore une fois du reste de la France : 71 % des électeurs potentiels se présentèrent aux urnes, un pourcentage que Georges Fournier considère comme « remarquable pour une ville de cette importance4 ». Les jacobins recueillirent 4 400 voix sur 6 6045. En raison de cette pleine maîtrise du pouvoir par les jacobins toulousains, les nouveaux élus se saisirent avec enthousiasme de l’organisation des fêtes que leur ordonnait le Directoire et s’en servirent pour consolider la communauté républicaine de la ville.

6Les discours prononcés lors des fêtes de l’an V sont particulièrement révélateurs de la sensibilité jacobine de la ville et des nombreuses attaques auxquelles la communauté républicaine toulousaine devait faire face de la part des royalistes de la région, spécialement celles des rédacteurs de l’Anti-Terroriste, mais aussi celles émanant de Paris qui menaçaient de renverser le gouvernement municipal. Quel meilleur moment pour afficher ouvertement l’attachement républicain de la ville et d’une part importante de ses habitants que ces fêtes où les participants s’affichaient eux-mêmes comme républicains ? Les discours de Desbarreaux nous renseignent ainsi sur la mentalité toulousaine à ce moment charnière de l’histoire de la République. Ils nous permettent de mieux saisir les craintes et les aspirations des républicains toulousains et surtout, de saisir le combat mené par la ville contre le royalisme.

  • 6 Arch. mun. Toulouse, 1I 11, p. 92.

7Desbarreaux fit la promotion des thèmes essentiels de l’an V. Il positionna sa ville comme rempart du républicanisme, « terre promise » des « amis de la Liberté », face à une menace royaliste de plus en plus alarmante qu’il percevait partout ailleurs en France. Il appelait ses concitoyens à s’en remettre à leurs magistrats municipaux qui veillaient au maintien de l’ordre et de la paix sociale grâce aux lois et à la constitution6. Il prétendait que les royalistes cherchaient à détruire cet équilibre en tentant de pousser les républicains dans la violence et le désordre, pour pouvoir justifier leurs pétitions auprès du Directoire. La communauté républicaine toulousaine s’offrait comme exemple à suivre pour tous les républicains français de par son attachement aux lois, à la constitution et aux autorités gouvernementales. Puisque les autorités municipales toulousaines étaient sous la loupe des autorités parisiennes en raison de leurs allégeances jacobines, l’irréprochabilité de la communauté était primordiale pour ces édiles qui risquaient une éventuelle destitution. Les fêtes et les discours qui y étaient déclamés visaient à renforcer la communauté républicaine de la ville et à la maintenir hors d’atteinte de tout reproche.

  • 7 Arch. mun. Toulouse, 1I 11, p. 110.

8À la suite du coup d’État du 18 fructidor, Desbarreaux s’empressa de féliciter ses concitoyens. Toulouse seule avait été fidèle et cette ferveur républicaine avait empêché la conspiration royaliste de s’y installer. Selon lui, si Toulouse et la République triomphaient, c’était parce que les républicains toulousains avaient respecté les conseils que l’administration municipale lui avait transmis à travers ses discours7. Elle avait, ni plus ni moins, permis au républicanisme de survivre assez longtemps pour que les vrais républicains qui se trouvaient ailleurs en France, plus spécifiquement à Paris, aient le temps d’agir. L’ampleur de la crise de l’an V et le danger auquel faisait face la communauté républicaine de Toulouse dictèrent l’intensité des discours de Desbarreaux. La seule façon de sauvegarder cette communauté attaquée de toute part était d’en maintenir la cohésion et l’unité et c’est exactement ce que le président de l’administration municipale s’était donné pour mission.

  • 8 Alphonse Aulard, Le culte de la raison et le culte de l’Être suprême (1793-1794). Essai historique, (...)
  • 9 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976, p. 204.

9Les fêtes de la Révolution française ont beaucoup intéressé les historiens depuis un siècle. Si pour Aulard, elles ne furent qu’un outil politique que s’appropria chacune des factions qui se succédèrent au pouvoir8, pour Mona Ozouf, elles étaient au contraire l’expression d’une continuité révolutionnaire9. Ainsi, le cadre de la fête révolutionnaire de l’époque directoriale s’inspirait directement des propositions de Robespierre et il évacuait toute possibilité de spontanéité de la part des organisateurs. L’étude des fêtes organisées par les autorités jacobines toulousaines démontre que la première interprétation n’élimine pas nécessairement l’autre. En effet, l’administration municipale se conforma au cadre établi par le gouvernement parisien, mais elle se servit des discours prononcés durant ces fêtes afin de s’assurer que cette communauté républicaine demeure unie envers et contre tous. En outre, l’autre objectif était de sauvegarder le pouvoir des élus municipaux jacobins en obtenant le soutien de la communauté républicaine dans un moment de crise.

  • 10 Georges Fournier, loc. cit., p. 187.
  • 11 Ibid., p. 196.

10Ce projet de cohésion de Desbarreaux réussit-il ? Les élections des deux années suivantes permettent de constater la vitalité de la communauté républicaine toulousaine et son soutien continu aux élus jacobins. Les élections de l’an VI maintinrent les jacobins au pouvoir. Le rapport de force s’était transformé avec la disparition de L’Anti-Terroriste et l’expulsion des royalistes du pouvoir à Paris10. Le taux de participation fut toutefois moins élevé, laissant supposer que les jacobins toulousains furent seuls à se présenter aux urnes. Malgré certaines destitutions ordonnées par Paris au niveau départemental, l’an VII confirma leur maintien au pouvoir, cette fois avec une plus faible mobilisation, mais toujours sans opposition concrète aux urnes11. Ainsi, la présence jacobine à Toulouse fut constante et affirmée tout au long de la période révolutionnaire. Le projet de Desbarreaux de maintenir la cohésion de la communauté républicaine toulousaine pour soutenir son propre projet politique fut donc une réussite puisqu’il lui permit de survivre à la crise de l’an V et même au sursaut royaliste de l’an VII.

Haut de page

Notes

1 Arch. mun. Toulouse, 1I 11, Fêtes de la Révolution à Toulouse, 1796-1797.

2 Jacques Godechot, La Révolution française dans le Midi toulousain, Toulouse, Éditions Privat, 1986, p. 225.

3 Georges Fournier, « Entre vallée de l’Hérault et vallée de la Garonne : les bastions fermement républicains sous le Directoire », dans Jean Sentou (dir.), Révolution et contre-Révolution dans la France du Midi, 1789-1799, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1991, p. 185.

4 Ibid., p. 196.

5 Ibid.

6 Arch. mun. Toulouse, 1I 11, p. 92.

7 Arch. mun. Toulouse, 1I 11, p. 110.

8 Alphonse Aulard, Le culte de la raison et le culte de l’Être suprême (1793-1794). Essai historique, Paris, Félix Alcan Éditeur, 1892, p. 9.

9 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976, p. 204.

10 Georges Fournier, loc. cit., p. 187.

11 Ibid., p. 196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène Guilbault, « Les fêtes civiques toulousaines, lieu d’affirmation républicaine face au danger royaliste de l’an V », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 23 | 2017, mis en ligne le 22 novembre 2016, consulté le 22 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/4139 ; DOI : 10.4000/framespa.4139

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Guilbault

Marie-Hélène Guilbault est doctorante en histoire, Université d’Ottawa .
mguil082@uottawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org