Navigation – Plan du site
Dossier: Citoyen, cité, espace et communautés sous l'Ancien Régime

Appartenance corporative et apprentissage politique : l’exemple des bourgeois parisiens de l’Ancien Régime à la Révolution

Corporative Membership and Political Training: The Parisian Bourgeoisie from the Old Regime to the French Revolution
Pertenencia corporativa y aprendizaje político: los burgueses parisinos del Antiguo Régimen y la Revolución Francesa
Laurence Croq

Résumés

Cet article porte sur les députés bourgeois parisiens des assemblées nationales et les électeurs engagés dans les instances représentatives locales, les districts et les sections parisiens sous la Révolution. Comment les bourgeois parisiens sont-ils devenus révolutionnaires ? Quelles expériences communautaires ont-ils partagées avant de s’engager sous la Révolution dans un contexte très différent de l’Ancien régime ?

Haut de page

Texte intégral

1Ma communication porte sur les députés bourgeois parisiens des assemblées nationales et les électeurs engagés dans les instances représentatives locales, les sections et les districts parisiens sous la Révolution. Comment les bourgeois parisiens sont-ils devenus révolutionnaires ?

  • 1 David D. Bien, «Old Regime Origins of Democratic Liberty», dans Dale Van Kley (dir.), The French Id (...)

2Ma démarche s’inscrit dans la continuité de l’historiographie anglo-saxonne qui a pris au sérieux les cadres structurants de la société d’Ancien Régime, en particulier des réflexions de David Bien sur les continuités entre la démocratie corporative d’Ancien Régime et les formes démocratiques promues par la Révolution1. Ainsi Timothy Tackett a montré qu’

  • 2 Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaire (...)

un nombre important de députés du tiers avait déjà une certaine pratique des mécanismes de la politique collective grâce à leur participation aux conseils municipaux et aux organisations locales, [que] les activités des forces anti-Maupeou des années 1770, et les luttes entre jansénistes et jésuites, entre le parlement et le roi, les avaient familiarisés avec la notion d’opposition politique nationale2.

  • 3 David Garrioch, La fabrique du Paris révolutionnaire, Paris, La Découverte, coll. « Poche SHS », 20 (...)

3Son approche est affinée par David Garrioch qui ajoute aux engagements à l’échelle de la ville la participation aux structures de quartier qui fonctionnent, de façon plus ou moins autonome, avec des instances délibératives, telles les fonctions de marguilliers de paroisse ou d’administrateurs de la Bièvre3. Le thème proposé par Claire Dolan « Communauté et citoyenneté », pour notre colloque, a une forte valeur heuristique puisqu’il donne à penser les présupposés du travail de nos collègues. Tackett et Garrioch utilisent en effet de façon plus ou moins explicite les notions de communauté et de citoyenneté. Dans leurs travaux, la communauté est statutaire quand elle est communauté de métiers, ordre (pour les avocats), ou compagnie, etc., mais elle est aussi communauté d’expérience construite par des mobilisations collectives pour ou contre tel ou tel enjeu politique. Leurs recherches donnent aussi à penser la proto-citoyenneté sous l’Ancien Régime comme des formes multiples de participation à la vie publique, avant que la Révolution ne donne à la citoyenneté un sens juridique précis. Ces conceptions multiples des notions de communauté et de citoyenneté seront les nôtres dans ce papier. Mais peut-on aller plus loin que Tackett et Garrioch dans le questionnaire utilisé pour comprendre le terreau des expériences révolutionnaires ?

  • 4 Laurence Croq, « Essai pour la construction de la notabilité comme paradigme socio-politique », dan (...)
  • 5 Nicolas Lyon-Caen, La Boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au xviiie siècle, Paris, Albin Miche (...)

4Dans une première partie, je reviens sur l’idée selon laquelle les appartenances professionnelles (six-corps, ordre des avocats, communauté des procureurs au parlement), mais aussi administratives et politiques (échevinage, fabriques paroissiales, consulat...) et les engagements en faveur du jansénisme ont nourri les expériences politiques de quelques députés parisiens et d’une bonne partie des citoyens actifs qui participent à la vie démocratique locale à partir de 1789. Les appartenances corporatives des députés élus aux états généraux respectent les usages sociaux des lieux de pouvoir parisiens, puisqu’aucun artisan n’est élu, et que seize députés ont les qualités requises pour exercer au moins une charge de notable4. Celles des électeurs des districts sont rarement tues, même quand il s’agit d’une identité révolue, parce que la communauté a été dissoute ou bien parce que la personne n’en fait plus partie. Une partie des anciennes élites corporatives se mobilisent, mais elles sont rares. La vie politique révolutionnaire, dans la continuité des loges franc-maçonnes, a ouvert durablement la citoyenneté à nombre d’hommes sans appartenance corporative, employés pour la plupart, exclus des assemblées de la ville et de leur paroisse et donc de la notabilité sous l’Ancien Régime. L’identité communautaire n’est pas, sous la Révolution, une condition nécessaire ni a fortiori suffisante de l’engagement. Quant aux jansénistes, ils sont capables de se mobiliser, mais sur un sujet très marginal, les cérémonies qui accompagnent le transfert des restes de Voltaire au Panthéon en 17915. Et leur demande est soutenue par quelques hommes qui se rattachent à une sphère politico-religieuse bien différente, des hommes qui ont soutenu en 1771-1774 la réforme Maupeou et donc la suppression du parlement de Paris.

  • 6 Parmi les études sur les magistrats des parlements Maupeou à Paris et en province : Joël Félix, Les (...)
  • 7 René Grevet, « D'actifs relais administratifs du pouvoir exécutif, Les 32 bureaux d'intendance à la (...)
  • 8 Philippe Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, F (...)

5De fait, l’engagement révolutionnaire des bourgeois qui étaient hostiles aux parlements sinon favorables au despotisme éclairé dans la seconde moitié du xviiie siècle n’est pas négligeable au moment de la Révolution, même s’il n’a guère été étudié6. Ces hommes se sont signalés en particulier au moment de la réforme Maupeou en 1771-1774, avocats qui non seulement sont rentrés, mais ont prêté serment au nouveau parlement que nous appellerons désormais « avocats rentrants », mais aussi procureurs au parlement et au grand conseil qui ont acquis un des cent offices d’avocats du parlement, enfin tous ceux qui ont acheté une charge dans un tribunal ou une cour parisienne à cette période. Après la restauration des cours souveraines qui suit l’avènement de Louis XVI, il est vrai que les officiers des cours Maupeou ont subi de nombreuses avanies de la part des officiers revenus d’exil. Mais une partie des bourgeois résiste, tel André Jean Boucher d’Argis, fils du jurisconsulte et échevin, devenu conseiller au Châtelet en 1772 et qui reste en fonction jusqu’à la Révolution. Ils ne sont pas isolés puisque leurs idées sont bien souvent partagées par les acteurs de la monarchie administrative soumis aux intendants de justice, police et finances (subdélégués des intendants7, inspecteurs des manufactures depuis les années 17508). Or plusieurs acteurs majeurs de la Révolution, députés à l’Assemblée et hommes politiques parisiens, se rattachent à cette mouvance.

  • Martineau, le rapporteur de la constitution civile du clergé, est un des avocats rentrants en 1771, son beau-père Chayer, qui était procureur au parlement a acheté une charge d’avocat du parlement Maupeou ; un des oncles de madame Martineau, qui est prêtre, est le fondateur d’une confrérie de laïcs qui sera bientôt dévouée au Sacré-Cœur de Jésus, dévotion « cordicole » honnie des jansénistes. Si Martineau est le grand ami de Blondel lui aussi un avocat rentrant, il n’a aucun ami janséniste.

  • Jean-Marie Roland était inspecteur des manufactures avant la Révolution, Henriette Cannet, une des deux grandes amies de son épouse, s’est mariée en 1783 avec Muyart de Vouglans, ancien conseiller au parlement Maupeou.

  • Condorcet est le neveu, le filleul et, en quelque sorte, le fils adoptif de son oncle maternel, Claude-Nicolas Gaudry, trésorier de France dans la généralité de Soissons et surtout subdélégué de l'intendant de Soissons à Ribemont, au moins de 1761 à 1765 ; dans sa correspondance avec madame Suard, il ne cache pas sa haine des parlements.

  • Le père de Camille Desmoulins est le cousin germain de Jean-Louis de Viefville des Essarts, qui est subdélégué de l’intendance à Soissons à Guise (1773-81) et sera député du Vermandois aux états de 1789 ; le père de Desmoulins assiste au mariage de ce dernier en 1773 avec la fille d’un des subdélégués de l’intendant d’Amiens.

  • Le père de Robespierre est le cousin germain maternel de Charles-Antoine de Gouve (1718-1788), procureur du roi et syndic de la ville d’Arras, subdélégué de l’intendant de Flandre (1754-1762). De Gouve est parrain en 1760 d’une des sœurs de l’Incorruptible. D’après Marie-Laure Legay, en butte aux pressions des états de Flandre, il est « recasé » à Paris comme procureur général de la cour des Monnaies de 1762 à 1784 ; le fils de Gouve devient conseiller au Châtelet en 1772, il est un des premiers membres de l’Association de bienfaisance judiciaire fondée par son collègue Boucher d’Argis fils en 1787 avec l’aval du gouvernement.

  • Brissot est arrivé à Paris au début des années 1770, il a fait son stage chez un avocat du parlement, Noleau qui est un des quatre anciens procureurs les plus engagés en faveur de la réforme Maupeou (le fils et le gendre de Noleau sont aussi avocats du parlement).

  • 9 Jacques De Cock, Action politique de Marat pendant la Révolution (1789-1793), Lyon, Fantasques édit (...)

6À Paris, les anciens opposants aux parlements apparaissent ici et là dans les districts puis les sections, ils sont particulièrement nombreux dans la section du Théâtre français. Jean-François Jolly qui est élu premier notable contre Danton en août 1790 est un ancien jésuite, professeur de rhétorique, devenu avocat en 1764, avocat rentrant en 1771 et frère d’un procureur au parlement devenu sous Maupeou avocat du parlement. Cinq des vingt-six électeurs fin 1790-début 1791 ont des idées proches des siennes : Simon Artaud, procureur au parlement, était avocat du parlement de 1771 à 1774 ; Marin Carouge est un ancien avocat rentrant et Jacques Mathurin Colombeau est un des quatre avocats rentrants qui s’est le plus engagé en faveur de la réforme Maupeou ; enfin le commissaire au Châtelet Nicolas François Boin et le payeur des rentes Jean Joseph Hurel sont tous deux membres de l’Association de bienfaisance judiciaire. Les anciens opposants au parlement sont aussi capables de se mobiliser collectivement de façon plus informelle. À la fin de l’année 1789 et au début de 1790, Marat est en butte à un groupe d’hommes qui ont en commun d’avoir adhéré à l’Association de bienfaisance judiciaire dont deux hommes de Maupeou : Joly, Boucher d’Argis, Bachois de Villefort, de Flandre de Brunville et le commissaire au Châtelet Grandin9.

7Interroger les continuités entre l’Ancien Régime et la Révolution en reconstituant les milieux politico-religieux dont les acteurs politiques de la Révolution sont issus est aussi indispensable pour comprendre la Révolution que la Ligue. Mais les questionnaires ont jusque là survalorisé l’importance du jansénisme et sous-évalué l’importance des engagements en faveur de la monarchie administrative. Cela tient à plusieurs phénomènes. Ce milieu partage un même engagement en faveur d’une monarchie forte, mais 1) il ne forme pas un réseau (au contraire du milieu janséniste) ; 2) il est divisé sur la question du système seigneurial (une partie le défend, une autre le critique) ; 3) sur le plan religieux, il est divisé entre les (rares) défenseurs des jésuites, les dévots non jésuites, et probablement quelques agnostiques (clivages qui rejouent au moment du serment à la constitution civile du clergé) ; 4) les acteurs se mobilisent souvent de façon isolée, plus rarement de façon collective.

Haut de page

Notes

1 David D. Bien, «Old Regime Origins of Democratic Liberty», dans Dale Van Kley (dir.), The French Idea of Freedom. The Old Regime and the Declaration of Rights of 1789, Stanford, Stanford University Press, 1994, p. 23-71.

2 Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997, p. 281.

3 David Garrioch, La fabrique du Paris révolutionnaire, Paris, La Découverte, coll. « Poche SHS », 2015.

4 Laurence Croq, « Essai pour la construction de la notabilité comme paradigme socio-politique », dans Laurence Jean-Marie (éd.), La notabilité urbaine xe-xviiie siècles, Caen, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative (CRHQ), Histoire urbaine, 2007, no 1, p. 23-38.

5 Nicolas Lyon-Caen, La Boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 2010.

6 Parmi les études sur les magistrats des parlements Maupeou à Paris et en province : Joël Félix, Les magistrats du parlement de Paris, 1771-1790. Dictionnaire biographique et généalogique, Paris, Éditions Sedopols, 1990 ; Hervé Leuwers, « Magistrats et avocats du Parlement de Flandres face à la réforme Maupeou (1771-1774) », Histoire de la justice, 1996, t. 8-9, p. 191-213 ; Clarisse Coulomb, « L’échec d’un serviteur du roi, Vidaud de la Tour, premier président du parlement de Grenoble », Histoire, économie et société, 2006, t. 25, p. 371-383 ; et Stéphane Baudens, « Les vicissitudes de la carrière d’un magistrat au service de la monarchie absolue au xviiie siècle : le cas de Louis Basset de La Marelle », dans Caroline Le Mao (dir.), Hommes et gens du roi dans les parlements de France à l’époque moderne, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA), 2011, p. 111-123.

7 René Grevet, « D'actifs relais administratifs du pouvoir exécutif, Les 32 bureaux d'intendance à la fin du xviiie siècle », Annales Historiques de la Révolution Française, 2003, t. 332, p. 7-24.

8 Philippe Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998, p. 58-64 et 134-35.

9 Jacques De Cock, Action politique de Marat pendant la Révolution (1789-1793), Lyon, Fantasques éditions, 2013, p. 62 et suivantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Croq, « Appartenance corporative et apprentissage politique : l’exemple des bourgeois parisiens de l’Ancien Régime à la Révolution », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 23 | 2017, mis en ligne le 22 novembre 2016, consulté le 21 février 2017. URL : http://framespa.revues.org/4128 ; DOI : 10.4000/framespa.4128

Haut de page

Auteur

Laurence Croq

Laurence Croq est maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris Nanterre et membre du CHISCO. Elle mène ses recherches sur l’histoire sociale du politique et du religieux à Paris de la Fronde à la Révolution.
laurence.croq@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org