Navegación – Mapa del sitio
Dossier: Citoyen, cité, espace et communautés sous l'Ancien Régime

Communauté de prisonniers, prisonniers de la communauté : négocier le pouvoir dans les prisons parisiennes du XVIIIe siècle

A Community of Prisoners, Prisoners of a Community: Negotiating Power in 18th Century Parisian Prisons
Comunidad de prisioneros, prisioneros de la comunidad: negociar el poder en las cárceles parisinas del siglo XVIII
Sophie Abdela

Resúmenes

El artículo explora las dinámicas que regían las relaciones entre los hombres en las cárceles parisinas del siglo xviii, recalcando las estrategias, transacciones y maniobras de que se valían los prisioneros y que les permitían afirmarse como comunidad. Unidos de esta manera, los prisioneros ya no aceptaban ser sometidos al aislamiento: se atrevían a reclamar y desafiar como uno solo. Esta toma de posición común les otorgaba a veces un poder propio para reformar el mundo de la prisión.

Inicio de página

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1Les prisons parisiennes du xviiie siècle sont généralement décrites comme des antres du despotisme. Entre leurs murs, le concierge et ses guichetiers règnent en maîtres et imposent leur volonté aux détenus, faisant toujours planer le spectre des coups, des chaînes et, pire encore, du cachot. Dans un contexte où l’obéissance et la soumission sont les seuls comportements autorisés, l’organisation des prisonniers par et pour eux-mêmes semble impossible. Comment, en effet, imaginer la communauté dans un contexte carcéral dont la nature même semble dictée par la brutalité ? Quelle place reste-t-il pour le collectif, pour la mise en commun, pour l’action politique ? Dans un milieu où la violence est omniprésente et apparemment inévitable, peut-on trouver des interstices assez larges pour observer une véritable « communauté prisonnière » ? Quelles formes pourrait-elle prendre ? Quelles voix pourrait-elle faire entendre si ce n’est celles, cacophoniques, d’une multitude d’individus qui, quoique contraints à être physiquement rassemblés, ne pourraient parler qu’en leur nom propre et selon leurs intérêts juridiques et matériels immédiats ?

2Pourtant, une incursion dans les archives générées par la prison – et non plus dans les discours sur la prison – montre une réalité beaucoup plus complexe que ne le laisse croire la mythologie sur les prisons d’Ancien Régime. Dans ces archives, retrouvées principalement dans les séries documentaires du Parlement et du Châtelet aux Archives nationales, apparaissent les témoignages des hommes et des femmes enfermés qui dépeignent, au fil de leurs mésaventures, l’expérience qu’ils font de la geôle. Ces documents, par leur nature juridique, naissent nécessairement de situations conflictuelles : ils plongent leurs racines dans le trouble carcéral, les évasions, les abus, les violences que l’historien doit prendre en compte puisqu’ils sont autant de facettes de l’enfermement. Mais l’historien doit aussi, et peut-être surtout, lire entre les lignes de ces archives du désordre. Il doit, en somme, regarder dans la direction inverse de celle que lui indique l’archive. Car, en filigrane, c’est tout un monde qui s’active et se dévoile. Là, comme en sourdine des grands événements tapageurs, des relations, des compromis, des formes de négociations et d’organisation se donnent à voir. Les paroles des différents acteurs, prisonniers, guichetiers et concierges, laissent filtrer des épisodes de leur quotidien à travers lesquels se dessinent non plus seulement les souffrances de l’enfermement, mais les stratégies collectives que les détenus ont su mettre en œuvre pour se constituer en tant que communauté.

3Parmi ces stratégies résident les prévôts, doyens des prisonniers. Chaque chambre avait le sien, ce qui instaurait d’emblée une hiérarchie connue et reconnue parmi les détenus. Cette organisation ne se faisait pas par-devers ou à l’encontre de l’institution carcérale, mais était prévue par les règlements officiels des prisons parisiennes qui, depuis l’ordonnance criminelle de 1670 et le règlement général de 1717, allouaient à ces personnages clés des devoirs et des privilèges. Au xviiie siècle, ces individus deviennent donc des acteurs nécessaires et jugés essentiels au maintien de l’ordre des prisons de la capitale. Pourtant, ils ouvraient la brèche à l’autorégulation des détenus et, donc, à une perte de contrôle de la part du personnel. Alors, pourquoi les souffrir ? Pourquoi courir le risque de laisser s’organiser et se rassembler les prisonniers sous l’autorité de ces quelques personnages ? La réponse réside dans le manque d’effectifs du réseau carcéral parisien : il exigeait que les détenus s’organisent et se surveillent entre eux pour que puisse s’installer et se maintenir un certain ordre dans la prison. Des détenus organisés et placés sous l’autorité d’un nombre restreint d’individus clés, eux-mêmes contrôlés par le personnel grâce à un système de privilèges, voilà la matrice de l’organisation sociale des prisons.

4Le statut des prévôts, reconnu par les autorités, leur conférait le rôle de représentants. Par leur intermédiaire, la voie s’ouvrait pour la constitution d’une communauté prisonnière unifiée autour d’un nombre restreint de doyens à même de la représenter auprès des concierges et de mener des négociations en son nom, si nécessaire. Or, dans les archives judiciaires, le prévôt apparaît rapidement comme un facilitateur, une sorte de médiateur entre le monde des détenus et celui des gardes. En cela, il a un pied dans les deux mondes et sait se rendre utile. Mais, en cela aussi, son allégeance paraît souvent fluide et sa position équivoque, oscillant entre l’un et l’autre groupe selon les circonstances. S’il est d’abord et avant tout loyal à la chambrée qu’il représente, son allégeance n’est pas aveugle et paraît étonnamment pragmatique. Il est un meneur dans sa communauté, il doit représenter les siens auprès du concierge, assurer les liens entre les différents groupes, organiser les détenus autour de lui et assurer chez eux un certain code de conduite qui ne mette pas en danger l’intérêt du plus grand nombre. Mais, en même temps, les prévôts sont autant de petits agents doubles qui, à tout moment, peuvent favoriser leurs propres intérêts au détriment de ceux qu’ils représentent.

5En plus de leur rôle de négociateurs et de délégués, les prévôts agissaient comme personnes-ressources pour le personnel des prisons. Règle générale, ces échanges ne se déroulaient pas sous le signe de la résistance et dévoilent plutôt toute l’ampleur de la collaboration qui pouvait s’établir entre le corps prisonnier et ses gardes. Le concierge et ses subalternes étaient même amenés à solliciter leur avis sur diverses affaires (évasions, prisonnier difficile ou aliéné, effractions au bâtiment, etc.) et les doyens intervenaient alors à la fois comme représentants de leur chambrée et comme agents de l’ordre global de la prison. Les prévôts étaient donc des sources d’information grandement valorisées, tant par le personnel que par leurs codétenus, et pouvaient à ce titre participer activement à enrayer le désordre et à éviter la confusion, dans l’intérêt du plus grand nombre.

6Ils organisaient donc les échanges entre le corps prisonnier et le concierge, se faisaient les porte-parole des griefs de leurs compagnons et coopéraient avec les gardes pour maintenir l’ordre dans la prison, prévenir les incidents et écarter les éléments perturbateurs, au bénéfice de l’ensemble des habitants de la geôle. Par le biais de ces intermédiaires précieux, les détenus trouvaient le moyen de négocier avec les autorités et de participer activement aux dynamiques carcérales. L’existence de ces personnages clés illustre toute la place que pouvaient prendre la collaboration, la coopération et même le compromis dans la construction des relations entre les détenus eux-mêmes, d’abord, et entre les détenus et le personnel, ensuite. Cet espace de négociation, permis et même rendu indispensable par le manque de ressources carcérales, ouvrait la brèche nécessaire à l’élaboration et au maintien d’une communauté autorégulée dans le monde des prisons.

7Outre cette collaboration, les détenus pouvaient s’organiser entre eux et assurer, dans la prison, un certain ordre. Ce type d’activités illustre la capacité de la communauté des prisonniers d’agir de façon coordonnée et permet de percevoir toute l’étendue et l’efficacité d’une autorégulation rendue non seulement possible, mais nécessaire dans une prison aux effectifs dérisoires. Ainsi, les archives montrent une communauté qui se prend en mains et qui tente d’améliorer son environnement plutôt que de simplement le subir. Les moyens employés sont multiples : ils passent de la mise par écrit commune de certains griefs à la coopération pour mettre en échec un détenu violent et dérangeant. Ces gestes font apparaître des règles, des codes de conduite et des seuils de tolérance : quiconque ne s’y conformait pas s’attirait la désapprobation générale et pouvait être sanctionné (parfois brutalement) par la communauté prisonnière. Surtout, ces épisodes montrent l’importance de l’autorégulation prisonnière et tous ses avantages dans la gestion quotidienne de la prison. La surveillance déficiente allouait aux prisonniers une part active et dynamique dans le maintien de l’ordre carcéral. L’existence d’une véritable communauté prisonnière, organisée, hiérarchisée et codifiée, rendait cette participation plus efficace et palliait, en quelque sorte, le manque d’effectifs de la garde. Dans ces circonstances, on comprend mieux que cette prison d’Ancien Régime ait permis que s’implante, se développe et se maintienne un espace communautaire entre ses murs. Drôle de situation dans laquelle se trouvait le personnel carcéral, forcé, par manque de ressources, de favoriser l’autorégulation des détenus, celle-là même qui mettrait sa vie en danger lors d’inévitables épisodes explosifs.

8Car lorsqu’un problème ou un désaccord survenaient entre les détenus et le personnel et que les négociations échouaient, les prévôts et la communauté dont ils assuraient la cohésion devenaient un pouvoir contestataire puissant et même dangereux. Le corps prisonnier, disposé à collaborer l’instant d’avant, utilisait alors ses stratégies d’organisation, de concertation et de délégation contre le personnel des prisons et contre l’ordre établi. La puissance du nombre leur permettait de mettre sur pied des actions unifiées à grande échelle. Celles-ci prenaient généralement des formes violentes comme des séditions ou des rébellions et jetaient la prison dans un véritable chaos. À travers ces résistances, la communauté carcérale affichait sa capacité de protester, de revendiquer et de réclamer en bloc : le groupe prenait alors le dessus sur les individus. Or, cette disposition à mettre en œuvre des révoltes concertées, organisées et hiérarchisées n’équivaut pas à une harmonie parfaite parmi les vues et les objectifs des prisonniers. Dans cette communauté, et a fortiori lors d’actions collectives où le nombre fait la force, la sanction ou simplement la peur de la sanction jouaient pour beaucoup. La violence était presque automatique – et potentiellement grave – contre ceux qui osaient rompre les rangs : dans la communauté prisonnière, il n’y avait pas place à la dissidence. En ce sens, la collectivité carcérale pouvait devenir une obligation supplémentaire dans un monde déjà contraignant, comme une prison dans la prison.

9Néanmoins, cette cohésion – même artificielle, même basée sur la peur – rendait la communauté plus efficace : les détenus n’avaient véritablement de poids qu’en agissant ensemble, non pas simplement les uns à côté des autres. Il est de notre avis que cette capacité de se regrouper et d’opérer comme un seul corps conférait aux détenus le pouvoir de changer la prison, ses manières de fonctionner, ses mécanismes. L’action des prisonniers excédait largement le seul moment de son déroulement concret : les initiatives des détenus pouvaient avoir des effets bien au-delà des murs de leur prison et résonner dans les hauts lieux du pouvoir. En cela, elle était un facteur important de transformation du monde carcéral dans son ensemble.

10Envisagé sous l’angle de sa communauté, de ses capacités de négociation et de résistance, le prisonnier n’apparaît donc plus comme le réceptacle passif des réformes qui s’activent, à travers le xviiie siècle, autour des prisons parisiennes. Soudain, il devient lui-même acteur de ces transformations et y participe.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sophie Abdela, « Communauté de prisonniers, prisonniers de la communauté : négocier le pouvoir dans les prisons parisiennes du XVIIIe siècle », Les Cahiers de Framespa [En línea], 23 | 2017, Publicado el 22 noviembre 2016, consultado el 27 abril 2017. URL : http://framespa.revues.org/4101 ; DOI : 10.4000/framespa.4101

Inicio de página

Autor

Sophie Abdela

Sophie Abdela est doctorante en histoire à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université de Caen Basse-Normandie. Elle est rattachée au Centre de recherche d’histoire quantitative (CRHQ) et au Groupe de recherche en histoire des sociabilités (GRHS).
sophieabdela@hotmail.com

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org