Navigation – Plan du site
Dossier: Citoyen, cité, espace et communautés sous l'Ancien Régime

Introduction au dossier « Citoyen, cité, espace et communautés sous l'Ancien Régime »

Introduction to the issue «Citizen, city, space, and communities under the Old Regime»
Introducción al dossier «Ciudadano, ciudad, espacio y comunidad, bajo el Antiguo Régimen»
Claire Dolan

Résumés

L’école et la citoyenneté comme les rapports entre les citoyens et le pouvoir aujourd’hui en France et au Québec ont été abordés dans ce colloque qui a néanmoins porté surtout sur la France d’Ancien Régime. Le citoyen, la cité, l’espace et les communautés ont fait l’objet des communications dont les résumés sont présentés ici.

Haut de page

Texte intégral

1Le colloque, que résument en partie les contributions de ce numéro des Cahiers de Framespa, avait pour titre « Communauté et citoyenneté, du Moyen Âge à nos jours ». Il s’est tenu à Québec, les 27 et 28 octobre 2016, et a réuni des chercheurs français et canadiens.

  • 1 Voir le numéro spécial des Annales. Économies Sociétés Civilisations sur « Corps et communautés d’A (...)
  • 2 Voir François Saint-Bonnet, « Présentation », « Corps, communautés minorités », Droit et Philosophi (...)

2Mettre en relations des notions aussi chargées que « communauté » et « citoyenneté » sans les inscrire dans une temporalité précise ne pouvait qu’hypothéquer la clarté du propos. Pour contourner la difficulté posée par le terme et éviter de s’en tenir à une définition normative, on avait proposé de comprendre la notion de citoyenneté comme la participation à la vie politique. Du coup, c’était vider la notion de tout sens spécifique et condamner la citoyenneté à n’être nulle part, à force d’être partout. Quant aux communautés, tous les modernistes ayant travaillé sur l’absolutisme, sur les rapports au pouvoir, sur les rapports entre la province et le pouvoir central, ou sur la fiscalité, connaissent bien le sens que prend le mot sous l’Ancien Régime, alors que son association aux corps constitués dans l’expression « corps et communautés » met en évidence la personnalité juridique de ces groupes dont les droits et les obligations constituent l’une des clés du gouvernement absolu1. Le terme de communauté, hors de cet usage précis qui exclut la liberté des individus en imposant le groupe et symbolise ce que combat la Révolution2, a sans doute porté en lui une réprobation qu’il convient aujourd’hui de revisiter. Pour cerner plus précisément le propos, nous avons choisi de nous en tenir à la ville, même si les communications discutant des concepts et des définitions embrassaient les choses beaucoup plus largement.

  • 3 Il est l’auteur du remarquable Parlementer. Assemblées représentatives et échanges politiques en Eu (...)

3Malgré l’amplitude chronologique que revendiquait le titre du colloque, les communications scientifiques n’ont porté que sur la période moderne. Pourtant le Moyen Âge a été constamment présent dans les discussions de ce colloque, grâce à Michel Hébert dont le regard de médiéviste3 a éclairé chacune des communications. Des interventions sur les initiatives communautaires actuelles au Québec, sur le rôle de l’école dans la formation à la citoyenneté, en France et au Québec, et sur les rapports entre citoyenneté et communautés aujourd’hui, ont par ailleurs donné la parole à des participants de la « société civile » (élus locaux, militants, formateurs et historiens). Parce qu’elles ont aidé à définir la spécificité de l’Ancien Régime par rapport aux façons de gouverner qui l’ont précédé ou qui l’ont suivi, j’insisterai d’abord sur l’apport des contributions qui ne trouvent pas place ici. Je présenterai ensuite les textes qui composent ce numéro et en justifient le titre, pour finalement conclure sur les nouvelles perspectives que ces échanges ont mises au jour.

1. Communauté et citoyenneté aujourd’hui

  • 4 Voir l’évaluation assez dure de Roberto Esposito, « Vie biologique et vie politique », Rue Descarte (...)

4Dans les démocraties contemporaines, le citoyen jouit de droits et de devoirs qui s’expriment par la capacité à voter, à élire un gouvernement à qui le peuple, détenteur de la souveraineté populaire, délègue le pouvoir. Ce gouvernement tire sa légitimité de la volonté du plus grand nombre, qui lui confie, pour une période donnée, le destin de l’État ou de la cité. Une fois élus, ces représentants du peuple œuvrent pour le bien commun, gèrent les besoins, et les ressources qui permettent de les combler, passent des lois et les font appliquer. La vie politique peut se résumer à cette intervention périodique du citoyen qui se rend aux urnes pour transmettre le pouvoir. Elle peut tenir dans le droit de vote qu’on exerce ou qu’on refuse d’exercer4. Selon les cultures, selon l’histoire qui a façonné tel ou tel État, selon le contexte qui l’éclaire ou le tient dans l’ombre, le vote peut n’être qu’un aspect de la participation à la vie politique, alors que les actes de citoyenneté sont chaque jour réitérés. C’est de cette citoyenneté active qu’on a traité durant ce colloque quand il s’est agi de la citoyenneté aujourd’hui, plutôt que de la citoyenneté légale qui ne s’exprime qu’au moment du vote.

1 a. L’école et la citoyenneté

  • 5 Les intervenants étaient Jean-François Cardin, Christian Laville, Daniel Deschênes et Benjamin Deru (...)

5L’école comme lieu de formation à la citoyenneté a donné lieu à une discussion animée5, nourrie par des présentations qui, pour la France, comme pour le Québec, ont fait le point sur la situation actuelle tout en s’appuyant sur l’évolution de l’histoire à l’école. Christian Laville a d’abord rappelé qu’en France, aux États-Unis et au Canada, l’histoire s’est vue confier, à la fin du xixe siècle, une mission d’instruction civique, alors qu’il s’agissait de former les identités nationales et d’y inscrire les citoyens. S’appuyant sur les principales transformations du monde au xxe siècle, Christian Laville explique la mutation de l’instruction civique en éducation à la citoyenneté par le fait qu’il ne s’agit plus de s’en tenir aux rapports entre le citoyen, l’État et ses institutions, mais plutôt de préparer le citoyen à la variété des rôles qu’il est appelé à jouer dans une société plurielle qui ne se contente plus du récit identitaire. Jean-François Cardin a lui aussi insisté sur le contexte qui a permis de passer d’une histoire qui a servi le patriotisme à une histoire dont la méthode a fourni les outils pour penser la société. Il a insisté sur le fait que le renforcement des liens entre l’enseignement de l’histoire et l’éducation citoyenne a caractérisé plusieurs États à la fin du xxe siècle, ce qu’on a interprété comme un signe de l’inquiétude face à la jeunesse à qui on reprochait son manque d’engagement politique et son scepticisme face aux institutions sociopolitiques. Alors que la formation à la citoyenneté avait été sous-jacente au Québec, depuis au moins les années 1960 dans les écoles, il a fallu, dans les années 2000, la développer explicitement, et les enseignants ont dû évaluer chez leurs élèves une citoyenneté devenue « compétence ». Dans leurs classes, comme l’a souligné Daniel Deschênes, ils ont évalué non sans mal la conscience citoyenne de jeunes de quinze ans, jusqu’à ce qu’on retire finalement l’éducation à la citoyenneté des cours d’histoire. Or, malgré la résistance qu’entraînait « l’évaluation de la compétence citoyenne », ce retrait n’a pas été reçu comme une bonne nouvelle par les enseignants en histoire, qui ont de ce fait perdu ce qu’ils considéraient comme la finalité des programmes d’histoire.

6En France, comme l’a bien montré Benjamin Deruelle, le contexte des attentats a provoqué un renversement des priorités dans les programmes scolaires depuis 2015. Les « valeurs, la morale et les règles du vivre ensemble » ont pris place au cœur d’un « enseignement moral et civique », relayant l’« instruction civique et morale » qu’on avait jusque-là privilégiée. « La Sorbonne à l’école », collectif dont il est l’un des fondateurs, est un bon exemple de la mobilisation des jeunes historiens pour faire sortir l’histoire de l’université et la mettre au service des écoles. En plus de promouvoir l’histoire et son enseignement dans les écoles primaires et secondaires, les universitaires de cette association, main dans la main avec les enseignants, interviennent dans les classes, organisent des sorties, tout en proposant une application raisonnée et critique des programmes scolaires.

7Cette mutation de l’instruction civique en éducation à la citoyenneté que les programmes scolaires ont tenté d’effectuer reflète l’élargissement de la notion de citoyenneté. Loin d’être réduite à un statut juridique, la citoyenneté se veut englobante, sans pour autant réprimer les exclusions. Car il ne suffit plus d’être citoyen, il faut être un bon citoyen. Qu’est-ce qu’un bon citoyen ? La réponse est loin d’être consensuelle. Dans le débat sur l’enseignement de l’histoire qui fait rage non seulement au Québec, mais dans plusieurs pays occidentaux, la nation, la société, les connaissances, les compétences, tout est bon pour ne pas s’écouter. En France, le bon citoyen se confond avec les valeurs de la République dont la liste se retrouve dans les programmes scolaires et auxquelles il faut adhérer. Au Québec, on est plus réticent à formaliser une telle liste, qui est néanmoins implicite. N’a-t-on pas hésité, quand il s’est agi de proposer un cours sur l’éducation à la citoyenneté au Québec entre deux jumelages possibles : celui avec l’histoire et celui qui l’aurait associée à l’éthique et à la morale ? La nouvelle acception du terme de citoyenneté comporte donc aussi ses pièges. Il faudra se le rappeler.

1 b. Communauté et citoyenneté : confrontations ou aménagements ?

  • 6 Au Québec, ce terme est réservé à une femme qui a été élue à la fonction de maire. Il ne qualifie j (...)

8C’est aussi cette acception large de la citoyenneté qui a été retenue pour la discussion autour de la question « Communauté et citoyenneté : confrontations ou aménagements ? ». Des femmes, pour qui la citoyenneté est un engagement, y ont répondu, alors qu’un historien échangeait avec elles sur les comparaisons possibles avec le Moyen Âge. Dans leur discours, l’éducation a pris un tout autre sens, loin de la morale ou de l’éthique, mais pas si loin de l’histoire. L’historien Michel Hébert a d’abord rappelé qu’au Moyen Âge, alors qu’il n’est pas question de démocratie, l’État, comme on l’entend aujourd’hui, n’existe pas. La plupart des décisions se prennent au niveau local. Or, la civitas ne se résume pas aux édifices qui font la ville. C’est d’abord un lien social, une manière de vivre ensemble, et la multitude de communautés qui forment la société médiévale fait qu’on appartient à plusieurs d’entre elles en même temps. Quant à la représentation politique, elle se situe au niveau du feu (la famille, le foyer) et repose entre les mains du chef de famille. Anne Archambault, jusqu’à tout récemment Grand Chef de la Première Nation malécite de Viger, a insisté quant à elle sur la situation de sa communauté dont la citoyenneté des membres a été bafouée par les pouvoirs, jusqu’à ce qu’en 1989, la communauté se dote d’un code de citoyenneté, pour corriger les injustices produites par la loi fédérale canadienne sur le statut d’Indien (1876). La politologue Katie Gagnon, formatrice associée au groupe « Femmes, Politique et Démocratie », a montré comment les organismes communautaires étaient un lieu d’éducation à la citoyenneté, à la fois par les procédures démocratiques de leur fonctionnement, et par la mission que ces organismes se donnent. Quant à Marielle Lemieux, ancienne mairesse6 du village de Saint-Magloire et actuellement conseillère municipale, elle a expliqué comment son engagement en politique était venu naturellement, après une vie de participations diverses dans son milieu : pour influencer les décisions, il fallait être parmi ceux qui les prenaient.

9De ces multiples expériences, il ressort que les gouvernements, en général, adoptent une attitude d’écoute. Que ce soit au Moyen Âge avec les suppliques, ou à l’Assemblée nationale du Québec où la phrase « Qu’est-ce que je peux faire pour vous ? », prononcée par le chef du gouvernement, réveille l’espoir des groupes qui ont des revendications, le pouvoir, pour se maintenir, use des mêmes stratagèmes. Mais entre l’attitude d’écoute et l’action qui devrait en découler, il y a un monde. C’est moins la voix de la communauté qui compte ici que ce que cette dernière peut donner en échange lors de la négociation. Si au Moyen Âge, le consentement à l’impôt était l’occasion de poser « bien humblement » ses conditions, la Première Nation malécite n’obtient rien si elle ne brandit pas le traité de 1760 que la Cour Suprême du Canada a confirmé en 1999. La municipalité de Saint-Magloire, pour s’assurer de l’acceptabilité sociale d’un projet d’implantation d’éoliennes, met dans la balance les importantes redevances qui ont été négociées pour la municipalité et dont les organismes communautaires profiteront. Comme le souligne Katie Gagnon, il y a dans le rapport entre les élus et les organismes communautaires un équilibre à trouver entre le participatif recherché par les organismes et le consultatif dont les élus ne peuvent se passer, tellement la consultation est désormais au Québec une justification politique obligée. En équilibre entre démocratie représentative et démocratie participative, la citoyenneté vue du point de vue des organismes communautaires s’exerce au sein d’un rapport de force.

10Dans ces discussions, qu’elles concernent l’école ou les associations, la citoyenneté n’est apparue sous son acception légale que dans le cas des Premières Nations dont la lutte pour la faire reconnaître aux membres de leurs communautés est encore toute récente. Pour les autres, c’est la citoyenneté que promeut ce qu’on appelle aujourd’hui la « société civile » qui a concentré l’attention. Comme si la citoyenneté se situait désormais en marge des gouvernements, dans un ailleurs politique qu’il n’est pas facile de définir si ce n’est par sa proximité. C’est sans doute cette notion de proximité qu’il faudra garder à l’esprit en abordant les rapports entre la citoyenneté et les communautés en France du xvie au xviiie siècle.

2. Citoyen, cité, espace et communautés sous l’Ancien Régime

2 a. Le citoyen et la communauté : le pouvoir des mots

11L’une des grandes difficultés posées pour l’Ancien Régime par la thématique de ce colloque est celle des définitions et du vocabulaire. Les communications de Pierre Bonin et de Fanny Cosandey clarifient ces définitions chacune à leur façon, grâce aux textes de l’époque qu’ils décortiquent pour nous permettre de nous y retrouver. Le citoyen est abordé par Pierre Bonin à partir de Jean Bodin, alors que Fanny Cosandey nous donne des clés pour réconcilier les diverses acceptions de la communauté.

12Pierre Bonin fait d’abord un sort au terme de citoyenneté qui n’apparaît qu’en 1783, mais il précise surtout que la citoyenneté antique a été pensée à l’époque médiévale et moderne à travers les termes de bourgeoisie, jusqu’à ce que Rousseau provoque le basculement de sens dont la pensée de Bodin a fourni l’assise conceptuelle, en distinguant contre l’acception de son temps le bourgeois de la cité et le citoyen de la république et en différenciant clairement l’échelon local et l’échelon supérieur. Quant à Fanny Cosandey, le chemin qu’elle prend pour relier le bien commun au domaine royal en montrant comment la famille, fût-elle royale, structure la façon de penser la communauté, ouvre des perspectives qui méritent d’être creusées. La communauté comme objet du bien commun qui s’oppose aux intérêts particuliers pourrait servir à asseoir les bases d’une conceptualisation nécessaire pour revisiter le terme et le dépouiller des connotations négatives qui l’affublent encore trop souvent quand on parle des communautés d’Ancien Régime. Universelle, la communauté que les textes font apparaître sans la nommer englobe l’ensemble des sujets tout en préservant leur individualité. C’est cette tension qui trace ce que Fanny Cosandey appelle « les périmètres de l’autorité ». En ce sens, les deux communications finissent par résoudre, à l’aide des textes, les rapports entre citoyenneté et communauté et justifient l’utilisation conjuguée de deux approches que l’on n’a pu nommer qu’en toute fin de colloque.

  • 7 Pour l’histoire de ces perspectives et les différents noms qu’on leur a donnés, voir Michael W. Mor (...)
  • 8 Jean-Pierre Olivier de Sardan, « Émique », L’Homme, 1998, t. 38, no 147, p. 151-166.

13Les sociologues et les anthropologues notamment anglophones7 ont intégré à leur réflexion méthodologique les mérites de la perspective « émique » par rapport à la perspective « étique ». Peu employé en français si ce n’est dans des articles très spécialisés8, le terme « émique » réfère à une approche qui s’appuie sur les concepts et la façon de penser des personnes qu’on étudie, alors que l’approche « étique », utilisée notamment pour favoriser les comparaisons, donne la priorité à la grille du chercheur, au regard de l’observateur plutôt qu’à celui de l’observé. Comme le terme n’existe pas sous l’Ancien Régime, parler de la citoyenneté pour cette période correspond à une approche étique. Dans la mesure où la définition qu’en donne le chercheur est claire, le problème n’est pas très grave, car la perspective étique est alors explicite. Le problème se pose de façon plus aiguë quand il s’agit d’un terme qui existe bien dans la culture étudiée, qu’il y recouvre des réalités variées, tout en ayant cours également dans la culture du chercheur avec une acception courante qui n’est plus du tout celle de la société étudiée. C’est exactement ce qui se passe avec le terme de « communauté » sous l’Ancien Régime. Les deux approches, étique et émique, se nourrissent mutuellement, mais elles doivent être explicites si l’on veut tirer les conclusions qui s’imposent. Réussir à nommer ce qu’on étudie est alors le premier défi.

2 b. Les communautés sous l’Ancien Régime

  • 9 Jacques Revel, opcit.
  • 10 Ibid., p. 225, citant le discours de Séguier lors du lit de justice du 12 mars 1776 préparé par Tur (...)

14Comme l’a bien montré Jacques Revel9 que je résume ici, les corps et communautés sont, dans la société traditionnelle, une forme d’organisation sociale. Les sujets « sont divisés en autant de corps différents qu’il y a d’États différents dans le royaume10 ». Innombrables, ces corps donnent l’impression que les « comportements et les relations sociales sont médiatisés par des structures organiques », dans cette société qui ne se pense qu’en fonction de l’incorporation. Dans une telle société, encore parfaitement inégalitaire, le bien commun l’emporte sur les intérêts particuliers, mais il s’entend à travers les libertés ou privilèges que chaque collectivité a négociés et consignés dans des contrats que reconnaît le pouvoir. La sanction royale confirme à ces multiples corps leur statut de personne morale et leur autonomie de fonctionnement, tout en leur permettant de s’autodiscipliner. Même si la société traditionnelle, par la multitude des communautés qui la composent, peut être considérée comme une société corporative, on est loin d’être devant une organisation figée.

15Le contexte dans lequel s’inscrivent les corps et communautés au xvie siècle est bien différent de celui qui présidera à la formalisation de leur rapport à l’État à partir de Colbert. Théoriquement, parce que le roi est à la tête du corps que constitue le royaume, lequel est composé de l’ensemble des corps et communautés, c’est lui qui accorde ou retire les privilèges. Après les avoir retirés, il peut donc les accorder de nouveau moyennant finance, ce qu’il ne se prive pas de faire dans la dernière partie du xviie siècle et au début du xviiie siècle alors que les corps et communautés fournissent à l’État une bonne partie de ses revenus.

  • 11 Antoine Follain, Le village sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2008.
  • 12 Marie-Laure Legay, Les États provinciaux dans la construction de l’État moderne aux xviie et xviiie(...)

16La notion de communauté sous l’Ancien Régime, alors que l’État s’organise et se donne les moyens d’administrer le royaume, s’applique alors non seulement aux communautés politiques (les communautés d’habitants par exemple11, ou les États provinciaux12), aux communautés d’arts et métiers (les métiers jurés ou les métiers réglés), mais également à d’autres corps auxquels les individus n’ont pas le choix d’appartenir et qui ont été constitués en fonction d’intérêts et de privilèges qui leur étaient communs (le corps de la noblesse d’une province donnée, le corps parlementaire, le corps du clergé, le corps universitaire, la paroisse, pour n’en nommer que quelques-uns). Ces communautés n’ont rien de spontané et constituent des institutions qui ont pour fonction de policer la société et de maintenir l’ordre social, notamment par les règlements qu’elles se donnent et les statuts qui définissent autant leur fonctionnement que les règles d’incorporation. Il est donc fascinant de retrouver, dans l’univers des prisonniers qu’étudie Sophie Abdela, presque tous les traits d’une communauté statutaire, sans oublier les raisons qui ont servi à les justifier. La matrice de l’organisation sociale des prisons calque en effet celle de l’ensemble du royaume. Jusqu’au manque de personnel carcéral pour assurer l’ordre et le bon fonctionnement des prisons, qui rappelle ce qu’on a dit d’un absolutisme sans moyens pour lequel les corps et communautés remédiaient au manque de ressources ! Et pourtant, au-delà de la structure mentale qui appelle les collectivités à se donner un représentant qui négocie pour le groupe moyennant quelques privilèges, la comparaison entre la communauté des prisonniers et les autres corps statutaires interroge la capacité de sédition que permet ou ne permet pas une telle structure. Alors que les prisonniers n’ont pas le choix de mettre en œuvre leurs révoltes dans les cadres de la prison, les dissidents des autres communautés ont d’autres options.

17À côté de ces communautés constituées, d’autres regroupements peuvent aussi s’effectuer. Les confréries, par exemple, sont un cas intéressant, dans la mesure où certaines servent de pendant religieux à une communauté de métier, ou bien, au xvie siècle, remplacent cette dernière dans les régions où les métiers jurés ne sont pas implantés (en Provence par exemple). D’autres confréries, auxquelles adhèrent volontairement les individus qui partagent une même dévotion, tout en ayant des statuts et des règles, n’ont pas le caractère contraignant des confréries réservées à un métier, elles fonctionnent néanmoins selon le même modèle.

  • 13 J’ai tenté, en utilisant la bibliothèque numérique du Groupe de recherches sur « Les écrits du for (...)

18Sous l’Ancien Régime, il n’est pas rare que le terme de communauté soit associé aux corps dont l’existence est conditionnée par une dépendance envers le pouvoir et une certaine contrainte d’appartenance. Le substantif « communauté » est-il employé, au xviie et au xviiie siècle, uniquement dans cette acception ? Bien sûr que non, comme le prouvent les nombreux documents qui parlent de la communauté de biens, ou de la communauté d’intérêts. Il n’en reste pas moins qu’en dehors de ces emplois précis, le terme paraît réservé à une collectivité structurée et organisée. Les moyens informatiques d’analyse de texte disponibles aujourd’hui mériteraient sans doute d’être mis à profit pour élucider le champ sémantique du terme non seulement dans les ouvrages théoriques de l’époque, mais dans les écrits du quotidien13. Il est fort à parier que cette approche émique restreindrait considérablement le sens du mot au xviie et au xviiie siècle. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’une autre réalité collective ne peut pas être observée sous l’Ancien Régime, en dehors des corps et communautés, ou même à la marge de ceux-ci. Ce qui ne veut pas dire non plus que ces communautés n’avaient de comptes à rendre qu’à l’autorité centrale, bien au contraire. Les conflits entre elles comme les revendications qu’elles portaient montrent qu’elles étaient un rouage essentiel de la société tout en servant de relais à l’adhésion des populations.

2 c. La cité et l’espace

  • 14 David Giband et Corinne Siino, « La citoyenneté urbaine pour penser les transformations de la ville (...)
  • 15 Ibid., p. 644.
  • 16 Ibid., p. 645.

19Pour observer les rapports entre ces communautés et la vie politique, le cadre local a été privilégié. La cité s’est imposée et elle occupe, dans les textes qui suivent, la première place. L’histoire qui s’inspire des grands problèmes actuels pour poser ses questions au passé utilise des concepts que les sciences sociales ont valorisés : la citoyenneté urbaine est l’un d’eux14. Alors que les chercheurs analysent son utilisation en sciences sociales en relation avec « la désaffiliation politique, [l]’abstentionnisme électoral, [la] chute du militantisme15 » et qu’ils voient la citoyenneté urbaine comme une « forme alternative d’engagement et d’appartenance à la ville16 », les historiens y trouvent un arsenal de questions pour interroger la participation locale à une vie politique comprise largement, et qui s’exerce même dans une société qui n’a pas encore choisi la démocratie. Les interrogations sont actuelles, elles viennent d’une critique de la citoyenneté politique issue de l’État-nation, mais elles ont néanmoins leur pertinence pour une histoire qui s’interroge moins sur la citoyenneté comme statut que sur la citoyenneté en action, du point de vue du gouverné, avant l’État-nation.

20Alors que le sens du mot citoyen a évolué de Bodin à Rousseau, comme l’a montré Pierre Bonin, la recherche historique permet de mettre au jour des communautés politiques qui ne revendiquent ni la citoyenneté telle qu’on la considère aujourd’hui, ni l’appartenance à ce qu’on appelait, sous l’Ancien Régime, un corps. En analysant la composition sociale de la députation des quartiers aux assemblées de la ville de Paris sur près d’un siècle et demi, Robert Descimon et Michel Demonet ont pu établir comment le système a produit une oligarchie de notables qui a accaparé la représentation des quartiers d’abord tiraillée entre deux pôles, les marchands et les magistrats. Ils ont ainsi montré que la bourgeoisie à Paris, qu’on ne peut que tardivement assimiler à une catégorie roturière, est devenue, au xviie siècle, indissociable de la notabilité, et que, grâce à sa grande plasticité, elle a réussi à constituer l’une de ces communautés politiques.

21Laurence Croq cherche, quant à elle, comment les acteurs de la Révolution ont mis à profit cette démocratie corporative d’Ancien Régime, au moment de participer à la vie démocratique locale à partir de 1789. En observant de façon microscopique, la « citoyenneté d’expérience », à Paris, elle met en évidence l’engagement révolutionnaire d’hommes qui s’étaient signalés au moment de la réforme Maupeou (1771-1774). Elle constate alors qu’on a jusqu’à maintenant sous-évalué la participation des milieux issus de la monarchie administrative, entre autres parce qu’ils se sont mobilisés de façon isolée et rarement de façon collective.

22Ce qui pose la question du sens qu’on peut donner à la communauté politique, qui ne se reconnaît pas comme une collectivité. C’est un peu ce qui nous interpelle dans la communication de Marie-Hélène Guilbault qui voit, dans la partie de la population toulousaine qui défend l’idéal républicain, une communauté politique à laquelle la fête républicaine a servi d’instrument de cohésion, alors qu’elle avait pourtant été conçue comme le rassemblement de tous les citoyens de la République. Qui sont les républicains de Toulouse que visent les discours mobilisateurs de Desbarreaux ? Peut-on, comme le fait Laurence Croq pour les bourgeois révolutionnaires parisiens, appréhender le terreau prérévolutionnaire sur lequel leur groupe s’est construit ? Le parcours de Desbarreaux, acteur devenu maire, est tout à fait particulier et l’on se demande ce qu’il révèle sur les individus dont il veut, par le verbe, assurer la cohésion. Mais l’étude microscopique, si elle permet de sortir des interprétations classiques, n’est pas indispensable pour mettre au jour les rapports entre citoyenneté et communauté.

23La citoyenneté active qui nomme autrement les rapports entre gouvernants et gouvernés dans le cadre urbain nous est apparue indissociable d’une autre notion : celle de territoire. Plusieurs communications de ce colloque ont en effet mis en avant l’espace, dans la construction comme dans la définition du lien communautaire. Parce qu’il « produit » les collectivités qui se définissent par le territoire qu’elles occupent, parce qu’il est un enjeu quand il s’agit d’asseoir son pouvoir ou son assise fiscale, l’espace est apparu, en toute fin de colloque, comme une variable historique qu’il ne fallait plus négliger, dans les rapports entre citoyenneté active et communautés.

24L’espace est un enjeu, comme le montre Danny Bertrand qui étudie le retour de la procession de la Fête-Dieu dans la ville de Montauban après l’Édit de Nantes. L’histoire de cette réintégration obligée par l’Édit de Nantes s’inscrit dans la lutte des catholiques minoritaires à Montauban contre les autorités municipales protestantes, pour qui la procession évoque ce que refusent les protestants dans le catholicisme. Les succès des uns et des autres semblent cependant se mesurer à travers le parcours de la procession que les protestants veulent limiter à quelques rues de la ville. Les catholiques, finalement victorieux, réussissent à quadriller la ville, et à investir, grâce à la procession de la Fête-Dieu, les lieux les plus chargés pour la communauté protestante.

25Si l’on peut référer à la sacralisation de l’espace urbain quand on interprète le tracé des processions, il s’agit de tout autre chose quand les paroissiens de Toulouse mettent en avant les privilèges des habitants de certaines rues dans la nomination des marguilliers, comme l’expose Claire Dolan. La communauté statutaire à Toulouse (les paroisses, les capitoulats) continue de prétendre que le territoire sert toujours d’assise à la représentation, alors que d’autres critères (la notabilité par exemple) tendent à prendre la relève, notamment au xviiie siècle. Les paroissiens résistent encore au xviie siècle, car la rue incarne toujours au quotidien la communauté, comme l’attestent les élections des ouvriers des chapelles, ou les « corps de rue » qui reproduisent les modalités de représentation des communautés statutaires, tout en revendiquant leur autonomie des paroisses et de la municipalité. La citoyenneté d’expérience dont parlait Laurence Croq paraît produire ses propres communautés.

26Dans une ville comme Toulouse, ce ne sont pas les querelles entre catholiques et protestants qui prennent pour enjeu l’espace urbain, mais plutôt les divers pouvoirs qui s’affrontent quand il s’agit d’intervenir dans l’aménagement urbain. Nicolas Marqué a analysé le sort fait aux projets d’urbanisme qu’ont proposés les uns et les autres dans le dernier siècle de l’Ancien Régime. Il conclut que la communauté des habitants n’est pas seulement bénéficiaire de ces projets, mais qu’elle est aussi un argument que mobilisent les pouvoirs pour justifier leur adhésion ou leur opposition au projet. En ajoutant au critère économique ce facteur politique, il montre que les communautés qui ont réussi à profiter de cette lutte de pouvoir furent les faubouriens et les quartiers pauvres situés en bord de fleuve. La seule présence des magistrats municipaux ou des parlementaires dans un quartier compromettait ses chances qu’un projet y devienne réalité.

27Le texte de Julien Puget s’inscrit dans la foulée de ceux de Claire Dolan et de Nicolas Marqué, traçant, grâce à Marseille qu’il étudie, une citoyenneté urbaine d’Ancien Régime dont on peut croire qu’elle n’est pas propre au Midi. Contrairement à Nicolas Marqué qui analyse les actions des pouvoirs, Julien Puget se place du point de vue des habitants pour examiner les mobilisations qu’entraînent les projets urbains au xviie et au xviiie siècle. La population qui participe à la transformation de l’espace de la ville, et qui appuie son action sur différents niveaux de possession du sol, cherche à faire reconnaître cette participation comme un critère de légitimité à une action politique qui s’exerce en dehors de tout cadre institutionnel. Julien Puget voit alors l’enracinement spatial dans la ville comme l’assise d’une communauté d’habitants renouvelée. On peut dès lors se demander si toute « citoyenneté » qui se développe à l’échelon local ne trouve pas dans le territoire sa première justification. Les intérêts communs qui président alors à l’articulation de la communauté y apparaissent concrètement. Ce qui peut sembler une forme alternative d’action politique est probablement au cœur du principe même de la régénération des institutions urbaines. Les « citoyens » d’Ancien Régime ne s’y sont pas trompés qui, au xviiie siècle, ne réfèrent aux règles statutaires de citoyenneté que pour mieux les aménager au gré des circonstances. Il n’empêche que le texte de Julien Puget, en liant citoyenneté, communauté et occupation spatiale, pose les jalons d’une réflexion que tous les participants à ce colloque sont désormais prêts à entamer.

Conclusion

28L’espace urbain, dont les territoires emboîtés calquent les multiples citoyennetés qu’appréhendent aujourd’hui les sciences sociales, offre aux rapports entre gouvernants et gouvernés sous l’Ancien Régime un terrain riche en expériences concrètes. Le lien social qui définit la cité ne les épuise pas cependant, et il faut désormais lui ajouter le lien politique dont il serait naïf de croire qu’il épouse exactement les mêmes contours. Si l’on ne peut se passer des textes des contemporains pour saisir comment ils comprenaient l’intérêt général, le public et le privé, on ne peut mettre de côté les expériences concrètes qui les inspiraient. Ces expériences nous conduisent loin de la citoyenneté morale incarnée par le bon citoyen d’aujourd’hui, qui respecte les valeurs de la République ou les « valeurs de la société québécoise ». Ce que l’histoire nous dit du citoyen, c’est qu’il se fabrique dans un espace de proximité. Il fallait justifier cette posture dans cette introduction, mais il reste à tirer de cette combinaison citoyenneté-communauté ce qu’elle apporte à la réflexion sur la participation à la vie politique sous l’Ancien Régime. C’est ce que nous comptons faire dans le livre où les articles ici résumés se déploieront dans toute leur argumentation et avec leur appareil scientifique complet, et dont le présent numéro n’est qu’un avant-goût.

Haut de page

Notes

1 Voir le numéro spécial des Annales. Économies Sociétés Civilisations sur « Corps et communautés d’Ancien Régime », 1988, no 2, notamment l’article de David D. Bien, « Les offices, les corps et le crédit d’État : l’utilisation des privilèges sous l’Ancien Régime », p. 379-404 ; Jacques Revel, « Les corps et communautés », dans Keith Michael Baker (ed.), The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, vol. 1, The Political Culture of the Old Regime, Oxford, Pergamon Press, 1987, p. 225-242.

2 Voir François Saint-Bonnet, « Présentation », « Corps, communautés minorités », Droit et Philosophie. Annuaire de l’Institut Michel Villey, 2013, vol. 5, p. 7-9.

3 Il est l’auteur du remarquable Parlementer. Assemblées représentatives et échanges politiques en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge, Paris, De Boccard, 2014.

4 Voir l’évaluation assez dure de Roberto Esposito, « Vie biologique et vie politique », Rue Descartes, 2015, no 87, p. 44-57, notamment p. 53 : « Et comment peut-on concilier la sphère de l’État, dans laquelle la démocratie moderne est née et s’est imposée, avec l’horizon sans frontières de la globalisation qui rompt, d’en bas et d’en haut, de l’intérieur et de l’extérieur, les frontières de l’État nation, dans un entrelacement inédit de global et de local ? ». Consulté le 6 novembre 2016. URL : http://www.ruedescartes.org/articles/2015-4-vie-biologique-et-vie-politique/1/

5 Les intervenants étaient Jean-François Cardin, Christian Laville, Daniel Deschênes et Benjamin Deruelle.

6 Au Québec, ce terme est réservé à une femme qui a été élue à la fonction de maire. Il ne qualifie jamais l’épouse d’un maire comme c’est le cas en France.

7 Pour l’histoire de ces perspectives et les différents noms qu’on leur a donnés, voir Michael W. Morris, Kwok Leung, Daniel Ames, et Brian Lickel, «Views from Inside and Outside: Integrating Emic and Etic Insights about Culture and Justice Judgment», Academy of Management Review, 1999, vol. 24, no 4, p. 781-796, consulté le 6 novembre 2016, URL : http://www.columbia.edu/~da358/publications/etic_emic.pdf ; James L. Olive, «Reflecting on the Tensions Between Emic and Etic Perspectives in Life History Research: Lessons Learned», Forum Qualitative Sozialforschung/Forum: Qualitative Social Research, 2014, vol. 15, no 2, art. 6, consulté le 6 novembre 2016, URL : http://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:0114-fqs140268.

8 Jean-Pierre Olivier de Sardan, « Émique », L’Homme, 1998, t. 38, no 147, p. 151-166.

9 Jacques Revel, opcit.

10 Ibid., p. 225, citant le discours de Séguier lors du lit de justice du 12 mars 1776 préparé par Turgot et imposant la suppression des jurandes.

11 Antoine Follain, Le village sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2008.

12 Marie-Laure Legay, Les États provinciaux dans la construction de l’État moderne aux xviie et xviiie siècles, Genève, Libraire Droz, 2001.

13 J’ai tenté, en utilisant la bibliothèque numérique du Groupe de recherches sur « Les écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914 », de chercher les occurrences du mot « communauté » dans ces textes. Même s’ils portent sur peu de textes et n’offrent aucune base statistique, les résultats confirment que le terme « communauté » y est réservé à deux contextes : celui de la communauté religieuse, et celui de la communauté d’habitants. http://ecritsduforprive.huma-num.fr/.

14 David Giband et Corinne Siino, « La citoyenneté urbaine pour penser les transformations de la ville ? », Annales de géographie, 2013, no 694, p. 644-661. Cet article fait le point sur les aléas du concept et son utilisation, ce que je ne reprends pas ici.

15 Ibid., p. 644.

16 Ibid., p. 645.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Dolan, « Introduction au dossier « Citoyen, cité, espace et communautés sous l'Ancien Régime » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 23 | 2017, mis en ligne le 26 novembre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://framespa.revues.org/4065

Haut de page

Auteur

Claire Dolan

Claire Dolan, professeure associée, Département des sciences historiques, Université Laval, Québec, Canada, Histoire moderne
claire.dolan@hst.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org