Navigation – Plan du site
Recension

Caroline Barrera (dir.), La cour de récréation, Portet-sur-Garonne, Éditions Midi-Pyrénéennes, 2016, 143 p

Jean-François Condette
Référence(s) :

Caroline Barrera (dir.), La cour de récréation, Portet-sur-Garonne, Éditions Midi-Pyrénéennes, 2016, 143 p.

Texte intégral

Couverture de La Cour de récréation, 2016

Couverture de La Cour de récréation, 2016

En haut, Vue de la cour des rouges de abbaye-école de Sorèze en 1878 et en bas, détail d'une illustration d'un manuel scolaire.

© Archives de l'abbaye-école (haut) et Vocabulaire. Exercices d'observation et de langage, Paris, Hatier, 1962, p. 18, droits réservés

1Cet ouvrage, qui est superbement illustré, propose au lecteur les actes d’un colloque tenu à l’abbaye-École de Sorèze en octobre 2013 et regroupe 18 contributions originales ainsi qu’une brève introduction collective – dirigée par Rémy Cazals co-organisateur du colloque – et la conclusion rédigée par Antoine Prost. Chaque texte est accompagné de nombreuses photographies qui transforment le livre en une sorte de catalogue d’exposition. Le sujet, pour être banal et très quotidien, à savoir la cour de récréation, n’en est pas moins original, les historiens comme les sociologues ou les spécialistes des autres champs des sciences humaines et sociales ayant peu étudié cet espace incontournable des établissements scolaires mais qui apparaît aussi comme un « non-lieu », l’essentiel se jouant ailleurs, dans la salle de classe, à l’internat, au réfectoire ou sur le chemin de la maison. Espace transitoire et futile dans la tête des adultes, espace-temps de défoulement temporaire et de jeux pour les élèves annoncé et interrompu par le retentissement de la cloche (puis de la sonnerie), la cour de récréation, en dehors des travaux de Julie Delalande (sa thèse condensée dans le live La cour de récréation. Contribution à une anthropologie de l’enfance, Rennes, PUR, 2001), a peu retenu l’attention des chercheurs. C’est dire si cet ouvrage ouvre avec profit une thématique nouvelle. Chaque texte se termine par une orientation bibliographique bienvenue qui permet au lecteur intéressé d’aller plus loin.

2La première partie, intitulée « Penser et représenter la cour de récréation » (p. 6-29), autour de trois communications tente de mieux cerner la dimension spatiale et architecturale de la cour de récréation et son histoire. Anne-Marie Châtelet revient sur l’architecture des cours de récréation (p. 8-15) pour montrer que la cour, souvent centrale, est un élément très important, organisationnel presque, des collèges d’Ancien Régime qui sont entièrement clos sur l’extérieur, pour éviter les « bruits » de la ville, mais qui s’ouvrent de l’intérieur, par les cours justement, permettant à la fois les mouvements circulatoires des élèves, l’entrée de la lumière et de l’air. Lorsque l’État s’engage pour l’École, le même schéma est repris pour les lycées napoléoniens et les collèges municipaux, puis tout au long du xixe siècle. Il en va tout autrement pour les écoles primaires qui ne « peuvent prétendre à une telle monumentalité » et qui disposent souvent de locaux de fortune quand ce n’est pas une pièce de la maison du maître. Le préau et la cour apparaissent plus tardivement, même si la monarchie de Juillet tente déjà de normaliser les constructions par la diffusion de plans précis dus à l’architecte Auguste Bouillon publiés sous le titre De la construction des maisons d’école primaire. C’est surtout sous la Troisième République que s’imposent partout, même à la campagne, les deux écoles (garçons et filles), les préaux et les cours séparées. Á la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, dans le secondaire, en réaction aux bâtiments classiques, souvent sombres et froids, l’idée du lycée ouvert sur un parc se développe, ce type de construction devant favoriser la bonne hygiène des élèves, lutter contre le surmenage et l’enfermement. Les écoles de plein air (la première en Allemagne en 1904 à Charlottenburg) vont plus loin encore et transforme la nature environnante en cour de récréation naturelle.

3Solenn Huitric, dans sa contribution, étudie «  La cour de récréation des lycées du xixe siècle ; entre vitrine d’établissements d’excellence et contraintes urbaines » (p. 16-23) montre que la cour n’est pas un espace neutre ou réservé uniquement au délassement des élèves ; elle est aussi un lieu d’instruction (gymnastique, etc.) et de représentation qui peut s’ouvrir sur l’extérieur pour les cérémonies où sont reçues les familles et les autorités locales ou nationales, « un espace à la jonction avec l’extérieur » (p. 20). Á ce titre, le ministère se fait rapidement « régulateur » (p. 17), à la fois dans les modalités de construction mais aussi dans la division des élèves des collèges et des lycées entre les différentes cours. Il faut cependant tenir compte des contraintes spatiales et foncières dans les villes qui réduisent les projets envisagés ou font que l’on grignote peu à peu l’espace disponible par de nouvelles constructions. L’examen attentif d’un grand nombre de cartes postales, entre 1900 et 1930, représentant la cour de récréation, opéré par Jean-Claude Lescure (p. 24-29), montre les mêmes réalités mais aussi la diversité des « tableaux » proposés, entre cour vide, cour comme lieu où posent les élèves devant le photographe et instantané photographique qui dévoile les usages quotidiens de la cour par les élèves. Ces clichés sont très stéréotypés et genrés, l’école servant à discipliner les corps et les âmes et à apprendre les futurs rôles sociaux des uns et des autres.

4La seconde partie de l’ouvrage, intitulée « Pédagogies », regroupe sept contributions (p. 30-85) assez hétérogènes dans leurs approches mais qui s’intéressent aux usages de la cour et à ses représentations. Côme Simien évoque « la cour de récréation révolutionnée de la fin de l’Ancien Régime à l’Empire » (p. 32-39). Dans les petites écoles d’Ancien Régime, la récréation apparaît comme un espace et un temps perdus de la pédagogie élémentaire où les élèves sont souvent laissés à eux-mêmes en dehors de la salle de classe, sans espace spécifique. Dans les écoles chrétiennes de la contre-réforme, une attention particulière est portée désormais sur les temps collectifs, par peur des perversions et des contacts entre élèves. La clôture et la surveillance s’imposent autour d’espaces clairement délimités où il s’agit aussi d’adopter l’habitus chrétien. Si les philosophes des Lumières insistent sur l’importance du jeu et de la nécessaire liberté, la cour de récréation demeure un lieu de surveillance, même si la période révolutionnaire, dans sa volonté de faire de l’école une petite république et de former l’apprenti-citoyen, peut transformer les usages de la cour. Patrick Cabanel s’intéresse, quant à lui, à « l’éloge de la recréation dans le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (1882-1887) » dirigé par Ferdinand Buisson (p. 40-45), montrant que les textes normatifs sur les bâtiments scolaires et sur la cour de récréation se multiplient de 1878 à 1882, en même temps qu’est modifiée la législation scolaire. On perçoit la volonté de respecter les normes hygiéniques recommandées par les médecins mais aussi la volonté de promouvoir des temps de respiration dans la vie des élèves où le jeu doit avoir toute sa place. Divers articles du Dictionnaire, rédigés par le docteur Elie Pécaut, fils aîné de Félix Pécaut, s’intéressent à tout ce qui touche à la vie des élèves, à leur santé. L’article  récréation » (1887) relève ainsi : « ah ! que la récréation est une chose plus précieuse à cet âge, plus féconde, plus indispensable ! Le jeu, c’est la moitié au moins de la vie de l’enfant. C’est là seulement qu’il trouve l’emploi de quelques-unes de ses facultés les plus charmantes et les plus naturelles, la satisfaction de certains de ses besoins les plus impérieux ».

5Hervé Terral, dans sa communication intitulée, « Dans la cour, hors la cour, entre contraintes et libertés éducatives » (p. 46-53), montre à la fois l’importance du jeu et d’un espace de jeu qui est souvent la cour dans l’affirmation de l’école maternelle (les combats de Pauline Kergomard en particulier), mais aussi l’influence de la nébuleuse « éducation nouvelle » (p. 49). La cour n’est cependant pas sans tensions et les affrontements peuvent y être violents, l’auteur insistant sur les conflits linguistiques, la cour étant souvent le lieu de résurgence des dialectes locaux. Pierre Boutan analyse la place de « la cour de récréation dans les manuels d’apprentissage de la lecture » entre 1880 et 1980 (p. 55-61), travaillant sur un échantillon de la collection de manuels scolaires conservés au Centre d’étude, de documentation et de recherche en histoire de l’éducation (CEDRHE) de Montpellier. Dans les manuels de lecture, la cour de récréation est un objet qui apparaît rarement, autour d’une image représentant des enfants en train de jouer ou autour de quelques exercices de grammaire ou de lecture. « La cour de récréation dans les pratiques Freinet » (p. 62-67), étudiée par Ségolène Le Mouillour, a toute son importance comme espace collectif où l’enfant expérimente, prend des risques, ou au contraire, hésite à se lancer. Il « expérimente le libre choix des activités, des outils » (p. 63). La cour est aussi un lieu d’apprentissage social et coopératif qui facilite l’approche « constructiviste des connaissances » (p. 64). Céline Piot ensuite, dans sa communication sur « La cour de récréation, lieu d’expression politique » (p. 68-73) montre que cet espace n’est pas neutre et contient des objets et des signes qui ont un sens fort. On pense ici longtemps aux statues de saints, aux croix, puis, sous la République laïque à quelques statues de grands hommes, pères du régime. Lieu de possibles rassemblements, la cour peut également se transformer en territoire de commémoration. Deux contributions viennent clore cette partie en déplaçant le regard vers l’étranger. La première porte sur « la cour de récréation au Québec et les politiques publiques » (Jean Bernatchez, p. 75-79), montrant l’importance de l’influence religieuse sur l’histoire de l’école au Québec mais aussi le retard scolaire accumulé jusqu’au vote en 1943 de l’obligation scolaire ainsi que l’état longtemps très dégradé des conditions matérielles, même si une grande partie du retard est rattrapée à partir de 1960, la cour de récréation s’équipant progressivement en matériels pour le jeu. La seconde, due à Émilie Ponceaud-Goreau, s’intéresse aux « cours d’écoles pré-primaires en Inde du Sud » (p. 80-85), expliquant les installations matérielles souvent précaires dont disposent les écoles mais aussi les enjeux pédagogiques de cet espace.

6La troisième partie de l’ouvrage s’intéresse à la cour de récréation comme « espace social » (p. 86-109) où les enfants accueillis se rencontrent, collaborent ou s’opposent, autour de trois contributions. Guy Astoul revient sur « l’apprentissage de la civilité dans la cour des collèges et des pensionnats du xvie au xviiie siècle » (p. 88-95). Dans ces établissements, le plan est souvent assez similaire avec des salles de classes qui s’ouvrent de l’intérieur sur une cour (modèle des cloîtres) où les élèves disposent de temps de récréation, d’un espace de détente nécessaire mais que les Frères doivent également surveiller étroitement pour qu’y règne l’habitus chrétien et la discipline. La cour peut aussi se transformer en « un lieu de désordre, de tumulte et de violence », souvent entre élèves et entre groupes d’élèves où certains jeunes vivent le martyr pour avoir été désignés comme souffre-douleur » de leurs camarades, où les règlements de compte, les moqueries mais aussi la camaraderie trouvent leur expression. Anne Verdet montre ensuite comment se met en place « La mixité dans la cour de récréation : un long cheminement » (p. 96-103), la séparation des sexes et le chacun chez soi à la récréation étant longtemps dominants, même si, dans les très petites communes dotées d’une seule école, des regroupements mixtes ont dû exister depuis longtemps. Les projets et les premières décisions de mixité, au cœur des années de l’entre-deux-guerres, soulèvent souvent l’opposition d’une partie des familles et des notables qui dénoncent les risques de promiscuité. Cette mixité se généralise ensuite dans le primaire après 1950. L’espace de la cour de récréation est aussi très genré, en particulier dans les représentations et Fabien Knittel présente une contribution sur « la cour de récréation et le genre dans la littérature de la Belle Epoque » (p. 104-109), s’appuyant sur quatre romans qui sont La Maternelle de Léon Frapié (1904), Claudine à l’école de Colette (1900), Le Grand Meaulnes d’Alain Fournier (1913) et La Guerre des boutons de Louis Pergaud (1912). Ces quatre ouvrages font une place aux représentations littéraires de la cour de récréation à la fois chez les filles et chez les garçons, même si la cour n’est pas le lieu central de l’action décrite dans ces livres, sauf peut-être dans Claudine à l’école où la cour occupe une place plus importante pour les jeunes adolescentes. On y retrouve la cour comme « espace de jeux, de disputes, de luttes et de discussion » (p. 108) ; c’est là aussi que se trament souvent les projets entre copains comme dans La Guerre des Boutons, les plans de tricheries ou de chahut, les toilettes ayant également un statut à part.

7La quatrième partie, avec deux textes, présente la cour comme un espace culturel, même si, au final, on se demande si nous ne sommes pas dans la continuité directe de la partie antérieure, cet espace étant inséparablement social et culturel, créant donc une partie assez artificielle. Les enfants y développent une « société » en miniature mais aussi des pratiques culturelles spécifiques. Julie Delalande se pose la question de savoir « Par quoi la récréation est-elle menacée ? Représentations d’adultes, pratiques enfantines » (p. 112-117). Si les pédagogues et les médecins insistent depuis bien longtemps sur la nécessité d’un lieu pour que les enfants « puissent se recréer entre deux moments de classe » (p. 113), la cour n’est cependant sur le devant de la scène que lorsque des incidents se produisent. Dans une société de plus en plus « sécuritaire » mais aussi judiciarisée, l’enjeu du risque zéro s’impose malheureusement qui fait que l’on ne supporte plus les incivilités, les incidents et les violences. La peur des procédures judiciaires amènent « les directeurs d’écoles maternelles à réduire les risques en ôtant les bacs à sable qui sont hors normes d’hygiène, les toboggans hors norme de sécurité et trop chers à remplacer, les zones herbeuses qui deviennent boueuses en hiver, les obstacles à une bonne surveillance » (p. 114). La cour de récréation se dénude ainsi peu à peu de ses activités à la grande tristesse des enfants qui inventent alors d’autres jeux, plus clandestins et non moins dangereux. Il est pourtant fondamental que les enfants jouent et qu’ils se socialisent entre pairs. Yan Bour décrit ensuite « les jeux dangereux, une crise de confiance dans la cour » expliquant le développement des pratiques à risques et des jeux dangereux comme « le jeu du foulard » arrivé sur le devant de la scène médiatique à la fin de l’année 2000, ou celui du « petit-pont massacreur ». La littérature et l’histoire de l’éducation apportent de nombreux exemples de ces violences, de ces bagarres et attitudes transgressives, qui ne sont donc pas un phénomène nouveau, mais le « vide ludique » des cours de récréation actuelles (application intransigeante du principe de précaution) privées de leurs jeux traditionnels, les restrictions nombreuses à la liberté de circulation dans la cour, font que les « adolescents(e)s du collège s’adaptent, s’opposent, résistent en détournant du mobilier, en bricolant des objets composites (balles en papier, fouets avec les branches épineuses » (p. 119-120).

8La cinquième et dernière partie intitulée « cinéma » (p. 124-137) rejoint, elle aussi, le volet histoire sociale et culturelle précité. Michel Cadé analyse « La cour de récréation dans le cinéma français : de l’espace partagé au lieu de pouvoir » (p. 136-131) utilisant les films qui construisent leur intrigue autour de l’école ou qui voient une part importante de leur action se dérouler à l’école tel Zéro de conduite de Jean Vigo (1933), Topaze de Marcel Pagnol (1951), La Guerre des boutons d’Yves Robert (1961), Le maître d’école de Claude Berri (1981) où le directeur s’acharne contre les ballons de football et conseille à Coluche, jeune remplaçant de leur faire faire « le musée Grévin » (rester immobile sur un pied), Profs de Patrick Schulmann (1985), Les Beaux gosses de Riad Sattouf (2008) ou L’Élève Ducobu de Philippe de Chauveron (2011). Son corpus regroupe au final 46 films en 84 ans, ce qui, note l’auteur, est assez peu. On retrouve dans ces films les idées avancées auparavant dans l’ouvrage avec la cour de récréation comme « espace de transition » (p. 128) entre la vie personnelle, familiale et la vie du « bahut », comme « espace partagé » également entre élèves entre deux cours pour un moment de « vacuité disciplinaire » qui les laisse parler, se confier, chahuter. C’est aussi le lieu des conversations secrètes. Yohann Chanoir poursuit le travail sur le cinéma dans la dernière contribution du livre (« La cour de récréation à l’écran. Une école de liberté » ? (p. 132-137), montrant la cour de récréation comme « une antichambre de la liberté » (p. 133) et de l’évasion, mais aussi comme un lieu visible de la punition et de l’autorité des adultes. On relèvera la présence, en fin d’article, d’un index intéressant de 49 films classés par ordre chronologique de 1933 à 2013.

9Au final, comme le relève Antoine Prost, qui se charge de la conclusion de l’ouvrage (p. 138-142), la cour de récréation n’est pas « un objet d’étude marginal ou insignifiant au contraire : il est central » (p. 138), même si son histoire est longtemps différente entre l’école primaire et l’enseignement secondaire, la cour caractérisant d’abord et pendant longtemps la vie des collèges d’Ancien Régime puis des lycées et collèges communaux, peuplés surtout d’internes. Lieu de détente et de méditation, un peu sur le modèle des cloîtres, la cour est également le lieu du jeu. La présence d’une cour d’honneur, ouverte sur l’extérieur, la présence de cours spécifiques selon les élèves (les grands, les moyens, les petits, etc.) fait que bien souvent le bâtiment est construit autour de la cour. Dans le primaire par contre, la cour est longtemps inexistante, le lieu central étant la salle de classe et souvent le logement du maître. Ce n’est que très progressivement au cours du xixe siècle que l’État éducateur et instructeur va imposer la cour de récréation et le préau, même si en ville, la pression urbaine réduit souvent à peu de choses les projets envisagés. Lieu important de la « vie scolaire », la cour de récréation est un outil de socialisation entre pairs en même temps qu’un temps de défoulement et de jeu, mais dans le respect de normes imposées par les adultes qui surveillent cet espace jugé « dangereux », ces dernières années voyant une réduction problématique des possibilités offertes aux élèves, enserrés dans des règlements de plus en plus tatillons.

10On l’aura compris, ce beau livre ouvre des pistes nombreuses de recherche et se révèle être très stimulant à la lecture par la diversité des thématiques abordées et la richesse de ses choix documentaires. Les choix de la longue durée volontairement assumée (xvie siècle à nos jours) et des approches disciplinaires et méthodologiques plurielles mêlant historiens, sociologues, spécialistes de la littérature ou des sciences de l’éducation, portent ici leurs fruits. Comme tout ouvrage pionnier, il défriche des territoires, ouvre des pistes sans pouvoir, bien évidemment, les mener à leur terme pour proposer aux lecteurs des mises au point scientifiques définitives et très détaillées. Le format retenu fait que les textes sont fortement réduits en nombres de signes (7 pages maximum) avec de plus de nombreuses illustrations intégrées dans le propos. Nous sommes donc face à des synthèses brèves qui appelleront assurément des travaux complémentaires pour des analyses plus détaillées. Si l’on peut parfois discuter les divisions thématiques qui structurent l’ouvrage en grandes parties (sur la fin), si l’on peut aussi regretter l’absence de contributions plus politiques, scrutant l’usage de la cour par les élèves à des fins de contestations politiques ou de textes plus spécifiquement explicatifs des révoltes lycéennes et collégiennes qui font de la cour un lieu important de l’action, si l’on peut aussi se dire qu’il pouvait être intéressant de décrire davantage, si c’est possible, les jeux des élèves, il faut ici remercier les auteurs et la directrice de l’ouvrage – Caroline Barrera – pour ce beau et précieux livre qui vient combler un vide historiographique réel et montrer tout l’intérêt, au-delà de l’étude des lois scolaires, des programmes et des savoirs scolaires ou du monde enseignant, de l’analyse historienne des élèves et des lieux qu’ils fréquentent. Comme l’indique Antoine Prost, dans sa conclusion, ce colloque de Sorèze «  a ouvert un chantier auquel il faut maintenant appeler à travailler de nombreux chercheurs de toutes les disciplines » (p. 142).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de La Cour de récréation, 2016
Légende En haut, Vue de la cour des rouges de abbaye-école de Sorèze en 1878 et en bas, détail d'une illustration d'un manuel scolaire.
Crédits © Archives de l'abbaye-école (haut) et Vocabulaire. Exercices d'observation et de langage, Paris, Hatier, 1962, p. 18, droits réservés
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/4054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 658k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Condette, « Caroline Barrera (dir.), La cour de récréation, Portet-sur-Garonne, Éditions Midi-Pyrénéennes, 2016, 143 p », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 22 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/4054

Haut de page

Auteur

Jean-François Condette

Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’ESPE-Lille-Nord-de-France (Comue-lnf) et membre du laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois. jeanfrancois.condette@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org