Navigation – Plan du site

Edición crítica, estudios y notas de Lara Escudero Baztán, Tirso de Molina, El mayor desengaño y Quien no cae no se levanta (dos comedias hagiográficas), Madrid, GRISO (Universidad de Navarra) -revista Estudios, ISBN 84 -95494 -15 -, 2004, 513 p.

Françoise Cazal

Texte intégral

1Cette double édition critique s'inscrit dans le cadre d'un programme très vaste, qui est celle de l’édition de l'ensemble du théâtre du dramaturge mercédaire Tirso de Molina, programme mené à bien par l'Institut d’Études Tirsiennes (Université de Navarre et Ordre de la Merci) que dirigent Ignacio Arellano et Luis Vázquez.

2L’étude de ces deux importantes comedias hagiographiques qui ont en commun le thème du désabusement et dont la première relate la vie de saint Bruno et la deuxième la conversion de Marguerite, est menée parallèlement, dans une introduction érudite très complète qui ne fait pas moins de 136 pages, où sont traitées tout d'abord, dans un premier chapitre, les circonstances extérieures qui accompagnent ces deux œuvres, à savoir la question des sources, élément très complexe dans la genèse des comedias hagiographiques, celle de la datation, et celle de la transmission textuelle.

3Un deuxième chapitre est consacré à l’étude dramatique proprement dite et comporte, en particulier, un très utile et très documenté état de la question sur la recherche concernant le domaine des comedias de santos. Il est suivi, fort classiquement, d'une analyse de la métrique et de l'organisation scénique. La tripartition des pièces en trois blocs, l'exposition, le nœud de l'action et le dénouement, selon le schéma bien connu, souligne la méthode de Lope qui, dans El mayor desengaño, donne libre cours à l'invention littéraire dans les deux premiers actes, pour pallier l'absence de détails concernant la jeunesse de saint Bruno dans les sources hagiographiques. Le dramaturge dépeint, dans chacun des trois actes, les trois désabusements successifs vécus par le personnage sur le terrain de l'amour, du pouvoir et du savoir, et qui le conduisent à se retirer du monde et à fonder l'ordre des Chartreux. Le thème du pouvoir politique et, en particulier, des favoris royaux n'apparaît pas par hasard dans cette pièce, écrite à une époque où l'actualité rappelait la condition hasardeuse du favori :

Efímera es la privanza,

mudable el más firme rey,

oy derriban disfavores

al que ensalzaron ayer.(vv. 1668 -71)

4Désormais sans illusions sur l'amour et le pouvoir temporel, Bruno, dans le troisième acte, se consacre à l’étude, ce qui donne au lecteur le plaisir de lire une scène dans laquelle Tirso fait un reportage très exact et visiblement nourri de souvenirs personnels sur ce qu’était une soutenance de thèse à son époque (selon les sources, saint Bruno postule la chaire de Théologie de la Sorbonne, en présence des rois de France). La précision dans le déroulement de l'exercice universitaire est telle que l'on émet l'hypothèse que cette version de la pièce aurait été destinée au public d'un Collège. Une vision de son Maître Dion, condamné à l'enfer pour avoir succombé au péché d'orgueil dans le domaine du savoir, fait alors vivre à saint Bruno son plus grand désabusement'. Lara Escudero Baztán souligne les éléments internes de cohérence dramatique qui donnent toute sa force à la structure de cette pièce.

5Dans le récit de Quien no cae no se levanta (conversion de Marguerite) la tripartition de l'argument en exposition, nœud et dénouement suit les trois actes bien que la biographie du personnage soit plutôt bipartite. À la différence de ce qui se passe dans la pièce sur saint Bruno, c'est bien dans les sources médiévales que Lope trouve de quoi nourrir son inspiration pour dépeindre les incartades amoureuses de la protagoniste dont il s'agit de montrer l'immoralité pour mieux faire apprécier sa conversion. Conversion dont Lope a su mettre en valeur les étapes, puisqu'il a fallu à Marguerite trois appels de la divinité pour sauver son âme, les rechutes qui avaient suivi les deux premières interventions divines offrant un intéressant ressort dramatique à l'action de cette pièce. À propos du thème de la chute et de son corollaire, celui du libre arbitre, il a été longtemps soutenu par la critique que cette pièce de Tirso avait été un des éléments actifs de la polémique de auxiliis, opinion de laquelle se désolidarise Lara Escudero Baztán qui pense que les thèmes de la grâce et de la liberté développés dans la pièce ne vont pas plus loin que les théories les plus générales de l’Église sur le Salut.

6Lara Escudero Baztán expose ensuite une excellente synthèse sur les conventions et traits généraux des comedias de santos de Tirso, sur la conception de la vraisemblance qui y règne et sur l'emploi particulier des unités dramatiques de temps et d'espace dans ce type de pièces. Le traitement du miracle sur scène, les convenances et le type de comique utilisé en matière de théâtre hagiographique sont autant de questions traitées avec une grande précision dans cette édition critique qui est, également en ce qui concerne son appareil de notes, un modèle du genre. Signalons, pour finir, une bibliographie, de consultation indispensable pour toute personne s'intéressant au théâtre hagiographique ou à Tirso, qui vient compléter un ouvrage très complet puisqu'il comporte aussi, en appendice, les textes sources de la légende.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Cazal, « Edición crítica, estudios y notas de Lara Escudero Baztán, Tirso de Molina, El mayor desengaño y Quien no cae no se levanta (dos comedias hagiográficas), Madrid, GRISO (Universidad de Navarra) -revista Estudios, ISBN 84 -95494 -15 -, 2004, 513 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 14 mai 2010, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/403

Haut de page

Auteur

Françoise Cazal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org