Navigation – Plan du site
La domination incarnée - Corps et colonisation (XIXe-XXe siècles)

Quand le sexe incarne la race : le corps noir dans l'imaginaire médical français (1800-1950)

When Sex Embody Race : Black Bodies in the French Medical Imagination (1800-1950)
Cuando el sexo encarna la raza: el cuerpo negro en el imaginario médico francés
Delphine Peiretti-Courtis

Résumés

À partir de la fin du xviiie siècle et tout au long du xixe siècle, le corps des Africain·e·s devient un objet d’étude prisé des médecins français dans un contexte où la taxinomie raciale et la colonisation se développent. Les femmes d’Afrique, et plus particulièrement les Hottentotes et les Boschimanes du sud du continent, semblent incarner leur race avec leurs caractères sexuels décrits comme exubérants. Les hommes noirs apparaissent également, aux yeux des médecins, comme des êtres dotés d’organes sexuels démesurés. Les attributs sexuels des Africain·e·s ne constituent pas uniquement un marqueur racial intéressant pour les scientifiques, leur analyse leur permet aussi d’émettre des hypothèses sur l’hypersexualité africaine.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Race, Sexe, Genre, Médecine, Afrique

Keywords :

Race, sex, gender, medicine, Africa

Palabras claves :

Raza, sexo, genero, medicina, Africa
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le Grand Dictionnaire universel du xixsiècle de Pierre Larousse, il est écrit à l’article « Femme » :

  • 1 Pierre Larousse, « Femme », Grand dictionnaire universel du xixe siècle, T. VIII, Paris, Administra (...)

Les femmes, comme les hommes, de la race nègre sont portées (sic) à la lasciveté beaucoup plus que les femmes blanches. La nature semble avoir accordé aux fonctions physiques ce qu’elle a refusé aux fonctions intellectuelles de cette race […] Leurs organes sexuels offrent, en outre, une disposition particulière qu’on ne rencontre qu’exceptionnellement ailleurs. Les petites lèvres et le clitoris présentent un tel développement que dans certaines contrées, on en pratique l’excision1.

  • 2 Julien Joseph Virey, « Femme », Dictionnaire des sciences médicales, T. 14, Paris, Panckoucke édite (...)
  • 3 La raciologie est un terme désignant l'étude des races humaines dans les sciences médicales et anth (...)
  • 4 George Montandon, La race, les races. Mise au point d'ethnologie somatique, Paris, Payot, 1933, p.  (...)

2Les représentations du corps des Africain·e·s diffusées dans des œuvres généralistes comme le dictionnaire Larousse sont façonnées dans des encyclopédies médicales, des traités de médecine ou encore des articles de revues scientifiques2. Les populations africaines y sont dépeintes comme instinctives, soumises à leurs passions et à leurs instincts sexuels. L’hypersexualité caractérise les êtres appartenant à la race noire selon les raciologues du xixe siècle3. Le concept de race que nous utiliserons dans cet article reprend l’acception donnée par les savants au cours de la période étudiée. Georges Montandon le définit ainsi en 1933 : « le mot race désigne un groupe d'hommes qui s'apparentent uniquement par leurs caractères physiques, c'est-à-dire anatomiques et physiologiques, en d'autres termes par leurs caractères somatiques4. »

  • 5 Colette Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes édition (...)

3Cette étude permet de réfléchir à la façon dont la race noire semble façonnée par les caractères sexuels et la sexualité. Ce travail de recherche est à la croisée de plusieurs courants historiographiques autour de l’histoire de la race, de l’histoire coloniale, de l’histoire de la médecine, du corps et du genre mais aussi du concept d’intersectionnalité5 apparu depuis les années 1990 dans le champ des sciences humaines et sociales. Ces travaux sur l’imbrication des catégories de race, de sexe et de classe dans les rapports de domination ont été menés par des philosophes, des sociologues, des anthropologues ou des historiennes comme Colette Guillaumin, Elsa Dorlin, ou encore Ann Laura Stoler. Cette étude s’inscrit dans ce champ historiographique dans la mesure où elle met en lumière l’articulation des questions sexuelles et raciales au sein de l’Empire français, depuis la fin du xviiie siècle et jusqu’à la fin de la colonisation en Afrique. Elle a pour spécificité de mettre en avant les regards médicaux sur les corps noirs, c’est-à-dire de réfléchir à la place de la médecine dans la construction des préjugés raciaux et sexuels sur les Africain·e·s, des populations autour desquelles les préjugés demeurent les plus nombreux et les plus vivaces au xixsiècle. Les hommes et les femmes noirs d’Afrique représentent une altérité extrême pour les raciologues.

  • 6 Cf. Claude Blanckaert (dir.), Des sciences contre l’homme, vol. I : Classer, hiérarchiser, exclure, (...)

4L’essor des explorations, l’engouement pour les sciences naturelles ou encore l’expansion coloniale expliquent le développement des recherches sur les races humaines et notamment sur les peuples africains dès la fin du xviiie siècle et tout au long du xixe siècle. Les études raciologiques se font plus rares à partir du milieu du xxe siècle. Le dévoiement des sciences médicales sous le régime nazi et la chute des Empires coloniaux dans les années 1960 entraînent un désaveu de la raciologie et de ses pratiques6. L'influence croissante de la médecine au cours de cette période et jusqu’au milieu du xxe siècle donne à cette littérature sur les corps noirs un gage d'authenticité et de scientificité pouvant expliquer la pérennité de certains préjugés.

5Le sexe et la race semblent se confondre dans le corps noir. Intrinsèquement lié, le sexe semble même « faire » la race en Afrique dans la pensée des médecins français. Il s'agit donc de s'intéresser à la genèse des préjugés sur le sexe et la sexualité des Africain·e·s en réfléchissant aux procédés de sexuation, de sexualisation et de racialisation des corps noirs et à leur évolution au cours du temps, en prenant l'exemple du regard médical porté sur quelques populations d'Afrique du Sud et d'Afrique de l'Ouest, deux territoires largement étudiés par les savants français.

1. La race noire incarnée par le sexe féminin

1.a. La stéatopygie des Boshimanes et des Hottentotes

  • 7 Les Khoï-Khoï sont une population d'éleveurs d'Afrique du Sud surnommés Hottentots par les colons e (...)
  • 8 Ces populations n’ont jamais été colonisées par les Français. La région du Cap de Bonne-Espérance e (...)

6Les femmes hottentotes, ou Khoï-Khoï, et les Boshimanes, ou San, appartiennent au peuple Khoïsan actuel présent en Afrique du Sud, en Namibie et au Bostwana7. Connues par le biais des récits de voyage, des gravures, de quelques dissections pratiquées en Europe ou encore par des expositions au Jardin zoologique d'acclimatation, ces populations entretiennent l’imaginaire exotique et colonial français. Malgré la connaissance lacunaire de ces peuples8, les références à leurs caractéristiques physiques, la stéatopygie – hypertrophie fessière – et le tablier – élongation des lèvres génitales – parsèment les ouvrages sur les races humaines et sur l'Afrique jusqu'au milieu du xxe siècle. Les femmes de ces peuples, parmi lesquelles la célèbre Vénus Hottentote disséquée par Georges Cuvier en 1815, deviennent même un étalon à partir duquel les savants appréhendent les autres femmes noires.

7Aussi, des médecins, anatomistes et anthropologues célèbres, tels Paul Broca ou Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, incitent-ils les praticiens de terrain comme le chirurgien Barthélémy Benoit à rechercher la stéatopygie et le tablier chez des femmes d’Afrique de l’Ouest. Dans leurs « Instructions pour le Sénégal » parues en 1860, leur requête est explicite :

  • 9 Paul Broca, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, Instructions pour le Sénégal, Paris, Typographie Hennuy (...)

Trouve-t-on chez certaines femmes, comme dispositions plus ou moins exceptionnelles, ce développement considérable des nymphes et ces tumeurs graisseuses des fesses qui constituent un caractère ethnologique pour certaines races de l'Afrique australe, mais qu'on a récemment observés à l'état sporadique chez un grand nombre de négresses dans l'Afrique orientale, notamment en Abyssinie9 ?

  • 10 Armand Trémeau De Rochebrune, Étude morphologique, physiologique et ethnographique sur la femme et (...)
  • 11 Georges Cuvier, Extrait d'observations faites sur le cadavre d'une femme connue à Paris et à Londre (...)

8Le corps des femmes de Sénégambie, des Ouoloves notamment10, est étudié à la l’aune de l’un des seuls « spécimens » féminins d’Afrique du Sud connus, Saartjie Baartman surnommée la Vénus Hottentote, que les scientifiques français ont pu appréhender grâce à Cuvier et aux multiples iconographies la représentant et mettant en exergue ses attributs sexuels11.

La Vénus hottentote de Georges Cuvier

La Vénus hottentote de Georges Cuvier

Lithographie de C. de Last, « Femme de race Bôchimanne (sic) de profil », in Geoffroy Saint-Hilaire et Frédéric Cuvier, Histoire naturelle des mammifères, avec des figures originales colorées, dessinées d’après des animaux vivans (sic), Paris, 1824.

© W.B. Cohen, Français et Africains, les Noirs dans le regard des Blancs, Paris, Gallimard, 1980, p. 331.

9La stéatopygie, un caractère considéré comme racial et inné chez les Hottentotes et les Boshimanes, est recherchée chez toutes les femmes rencontrées par les médecins coloniaux, au Tchad, en Éthiopie, au Gabon, au Congo ou encore au Soudan. La médecine de cabinet des débuts du xixe siècle et ses descriptions de quelques individus africains considérés comme représentatifs de la race noire influencent donc la médecine de terrain jusqu’aux débuts du xxe siècle. Par la recherche de la stéatopygie, il s’agit d’analyser les liens phylogéniques entre les peuples d’Afrique mais aussi de mettre en évidence les éventuelles distinctions anatomiques entre ces populations. Les attributs sexuels étant perçus comme constitutifs de l’être africain, leur étude permet donc d’identifier l’appartenance raciale et les divergences ethniques.

1.b. Le tablier hottentot : une origine raciale, climatique ou culturelle ?

  • 12 Cette élongation des petites lèvres génitales donna lieu à de multiples théories, polémiques, fanta (...)
  • 13 François Le Vaillant, Voyage de F. Le Vaillant dans l'intérieur de l'Afrique par le Cap de Bonne Es (...)
  • 14 Murat, « Nymphes », Dictionnaire des sciences médicales, une société de médecins et de chirurgiens, (...)
  • 15 Georges Cuvier, op. cit, 1817 ; William Flower et James Murrie, deux scientifiques britanniques qui (...)

10Les femmes du sud de l’Afrique seraient aussi dotées d’une autre particularité raciale, le tablier hottentot12. En 1790, François Le Vaillant (1753-1824) est le premier explorateur français à fournir une description précise de cette particularité physique et à la considérer comme le résultat d'une coutume13. Son récit devient une référence pour les médecins et anthropologues du xixe siècle mais ces derniers ne reconnaissent pas sa théorie sur l'origine culturelle et acquise du tablier. De nombreux savants prétendent que le climat agit sur le relâchement des organes génitaux des hommes et des femmes en Afrique14. Toutefois, ce sont les analyses de Georges Cuvier (1769-1832) qui s’imposent dans la pensée savante française et européenne jusque dans les premières décennies du xxsiècle15. Selon ce médecin, anatomiste et paléontologue célèbre, l’hypertrophie des lèvres génitales observée chez Saartjie Baartman est un caractère inné que possèdent toutes les autres femmes de sa race. Ses conclusions connaissent un écho majeur au sein des cercles scientifiques. À cette époque, la race devient le facteur explicatif de toutes les divergences physiques et mentales entre les peuples. En effet, le développement de l’anatomie comparée, de la taxinomie du monde vivant ou encore de l’anthropologie au milieu du siècle placent la race au centre des recherches sur l’Homme. Ainsi, la théorie climatique, prédominante durant l’Antiquité et revivifiée sous les Lumières, se voit concurrencée et même supplantée par le facteur inné et le déterminisme naturel. Elle demeure néanmoins toujours présente dans l’explication de la diversité humaine mais plus comme un facteur principal. L’importance du climat comme cause principale des divergences humaines retrouve toutefois sa place, conjointement aux causes culturelles, dans les premières décennies du xxe siècle comme nous le verrons ultérieurement.

  • 16 Raphaël Blanchard, « Sur le tablier et la stéatopygie des femmes boschimanes », Bulletin de la soci (...)
  • 17 Nicolas Chambon, « Clitoris », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 4, Paris, Panckoucke, 1792,  (...)

11Au-delà de sa spécificité raciale, le tablier est également souvent comparé à un attribut masculin dans les représentations. Le docteur Raphaël Blanchard assimile le tablier à un pénis en évoquant le : « développement exagéré des nymphes ou petites lèvres, qui peuvent atteindre jusqu'à 15 et 18 centimètres de longueur et qui pendent entre les cuisses de la femme, à la façon d'un pénis flasque et inerte16 ». Cette analogie vise à mettre en exergue l'absence de féminité des Khoïsanes17. L'apparence phallique de ce caractère intrinsèquement féminin brouille les différences sexuelles et la frontière entre féminité et masculinité d'un point de vue biologique et social. Le genre transparaît souvent dans les études médicales sur les corps noirs. Les identités sexuelles semblent confondues en Afrique du fait d’une faible différenciation des sexes biologiques mais aussi des rôles sociaux. L’un des lieux communs les plus régulièrement énoncés par les savants au cours de la période étudiée repose sur l’idée d’un dimorphisme sexuel peu accusé en Afrique. Ce fait s’explique différemment selon les périodes. Il est un effet de l’inné au début du siècle, lorsque le facteur racial devient prédominant, puis une conséquence culturelle dans les premières décennies du siècle suivant. Grâce à leurs études nombreuses sur les peuples africains, les médecins de terrain ont en effet pu relativiser le poids du déterminisme naturel. Ce préjugé demeure toutefois évoqué par les médecins tout au long de la période même s’il s’affaiblit au milieu du xxe siècle. Le dimorphisme sexuel, considéré comme accompli dans la société française, représente un des critères fondamentaux de la civilisation pour les savants. Ainsi la proximité physique ou intellectuelle entre les sexes en Afrique est-elle un signe de l’état sauvage de ces peuples, de leur infériorité et de la nécessité de les mettre « sous tutelle ». Les peuples boshimans et hottentots apparaissent d’ailleurs dans la littérature médicale comme les êtres les plus inférieurs d’Afrique, physiquement et intellectuellement.

  • 18 Julien Joseph Virey, « Femme », Dictionnaire des sciences médicales, vol. 14, Paris, Panckoucke, 18 (...)
  • 19 Georges Michiels, De l'obésité partielle (la stéatopygie), Paris, Marcel Vigné, 1926, p. 16.

12En outre, l’organe génital de ces femmes est également souvent comparé à la morphologie animale, que ce soit à la caroncule de la dinde chez Julien-Joseph Virey au début du siècle ou au sexe de la guenon chez Raphaël Blanchard dans le dernier quart du siècle18. La stéatopygie féminine est elle aussi régulièrement assimilée à la croupe du cheval. En 1926, le docteur Michiels déclare dans sa thèse que cette caractéristique physique détient la même fonction que la bosse du chameau ou que la queue du mouton en temps de famine, elle est selon lui une « réserve nutritive19 ». Ces comparaisons contribuent à déshumaniser les Hottentotes et les Boshimanes et à entériner le hiatus existant entre elles et les Européennes. Cela permet ainsi à certains savants, comme Virey ou Broca, de soutenir la théorie polygéniste – la croyance en l’existence de plusieurs espèces humaines – qui s'impose dans la deuxième moitié du xixe siècle. Si pour les monogénistes – tenants de la théorie de l’unicité de l’espèce humaine – comme Cuvier ou de Quatrefages, ces constatations confirment l’infériorité naturelle de ces peuples, ils ne remettent pas en question leur appartenance à un genre humain unique. La thèse monogéniste, issue des conceptions bibliques, se voit contestée par les idées polygénistes dès le milieu du siècle. Toutefois, les théories monogénistes dominent à nouveau la pensée savante dès les débuts du xxe siècle en France lorsque les principes évolutionnistes et les lois de l’hérédité ont été mis au jour et reconnus par les savants français. Cette période est aussi celle de la prise en compte croissante des facteurs culturels dans l’explication de la diversité humaine, affaiblissant ainsi la conception polygéniste du monde. Le développement de l’anthropologie culturelle, de la sociologie, de l’ethnologie mais aussi de la psychologie dans les débuts du xxe siècle explique ce nouvel intérêt porté aux structures sociales et à la culture. La médecine coloniale, dont les études de terrain se multiplient dès la fin du xixe siècle, joue aussi un rôle dans cette nouvelle perception de l’Autre et de l’origine des divergences entre les races.

13À la fin du xixe et au début du xxe siècle, les conceptions culturalistes se développent donc. L'élongation des lèvres ou du clitoris est peu à peu considérée comme la conséquence d'une manipulation pratiquée dès le plus jeune âge chez les filles et destinée à accroître le plaisir charnel. Son origine raciale est donc remise en question. Le docteur Gaillard, médecin colonial, l’affirme au sujet des femmes du Dahomey en 1907 : 

  • 20 Raoul-Clair-Joseph Gaillard, » Étude sur les lacustres du Bas-Dahomey », L’Antropologie, T. 18, Par (...)

Les fillettes ne sont pas excisées, il faut rapporter que les mères pratiquent sur le clitoris de leurs fillettes, et dès le très jeune âge, des tractions fréquentes ayant pour but d’allonger et de développer cet organe dans l’intention avouée d’augmenter dans la suite les jouissances voluptueuses au moment des rapports sexuels20.

  • 21 Paul Baroux, Louis Sergeant, Les races flamandes bovine, chevaline et humaine dans leurs rapports a (...)

14Ces descriptions renforcent toutefois les stéréotypes sur l'hypersexualité des Africaines. Leur corps, et plus particulièrement leur sexe, est « déformé » pour répondre aux besoins sexuels des femmes mais aussi des hommes noirs. Les formes corporelles deviennent alors le résultat de la culture et de ses déviances. D’autres analyses du début du xxe siècle permettent également de nuancer la part de la race dans l’hypertrophie des attributs sexuels féminins en Afrique. La démonstration de l'existence d’un organe génital distendu chez des Européennes, du fait de leur mode de vie, contribue à prouver que cette particularité n’est pas seulement exceptionnelle ou pathologique dans la race blanche. Elle peut être le résultat d’un processus acquis, ce qui est alors progressivement envisagé pour les femmes noires également21. Dans une logique de similarité des corps et des attributs sexuels dans une même race, l’anatomie sexuelle des Africaines n’est pas la seule à avoir fait l’objet de nombreux préjugés, le sexe des hommes noirs a également été soumis au regard et la critique des explorateurs et des scientifiques.

2. Le sexe de l’homme noir : entre difformité et démesure

2.a. Le pénis « étrange » des Khoïsans 

  • 22 Georges-Louis Buffon, Histoire naturelle générale et particulière avec description du cabinet du ro (...)
  • 23 François Xavier Fauvelle, op. cit, p. 145.
  • 24 Georges Buffon, op cit, p. 474.

15À l’instar des théories et des anecdotes énoncées sur le corps des femmes du Cap de Bonne-Espérance à la fin du xviiie siècle et au cours du xixe siècle, quelques récits, moins connus, circulent aussi sur l’organe génital des hommes hottentots et boschimans. Selon le naturaliste Buffon, l’explorateur Kolbe ou le docteur Hallé dans la deuxième moitié du xviiie siècle, les Khoïsans ne détiendraient qu'un seul testicule22. Cette particularité proviendrait d'une ablation d'origine culturelle. Selon l'ethnologue contemporain Alan Barnard, cette résection serait effectuée afin d'éviter la naissance de jumeaux, une hypothèse que développait déjà le docteur Hallé dans ses écrits23. Ainsi, chez les Khoïsans, les femmes seraient dotées d'un organe hypersexualisé tandis que les hommes se verraient amputés d'une partie de leur virilité. Buffon les considérait d'ailleurs comme des « demi eunuques24 ». Le fait de mettre en lumière l’inversion sexuelle chez ces populations contribue à véhiculer l’image d’un peuple inférieur, renforçant ainsi la virilité du Blanc et valorisant la civilisation européenne jugée « réglée ».

  • 25 François Le Vaillant, op. cit, 1790, p. 82.
  • 26 Paul Lester, Jacques Millot, Les races humaines, Paris, A. Colin, 1936, p. 25.
  • 27 Claude Chippaux, Éléments d'anthropologie, Marseille, Bibliothèque Paul Rivet, 1948 ; Ruben Khérumi (...)

16Dès la fin du xviiie siècle cependant, des voix s'élèvent face à ces discours. Levaillant conteste les propos des voyageurs Kolbe et Sparmann au sujet de l’amputation du testicule chez les Hottentots mais déploie un autre stéréotype, celui de la grandeur démesurée de leur prépuce25. La mouvance taxinomique de l’époque amène les médecins-anthropologues à fournir des analyses précises sur la taille, la position et la forme du sexe dans les races. Le pénis dit rectus ou droit des Hottentots et des Boshimans s'opposerait au pénis pendulus ou pendant des autres hommes. À l'état de flaccidité le sexe de l'homme khoïsan conserverait donc sa position horizontale26. La difformité du sexe féminin semble ainsi connaître son pendant dans le sexe masculin. Ces stéréotypes sur les caractères sexuels des hommes et femmes d’Afrique du Sud, tout comme les préjugés sur le sexe démesuré des Africains, se diffusent dans les écrits médicaux mais aussi dans les ouvrages de vulgarisation scientifique jusqu’au milieu du xxe siècle27. Ils s’imprègnent ainsi dans les représentations populaires pour une longue durée du fait de leur validation par la science.

2.b. Le surdimensionnement du sexe masculin en Afrique

  • 28 Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, L’Homme, essai zoologique sur le genre humain, T. I, Paris, Re (...)
  • 29 Jacobus X., L'amour aux colonies. Singularités physiologiques et passionnelles observées durant tre (...)

17Les organes génitaux des hommes noirs d’Afrique subsaharienne alimentent l'imaginaire des savants. Le pénis des Africains est décrit comme surdimensionné dans la littérature médicale et anthropologique. La démesure du sexe de l’homme noir est un lieu commun datant de l’époque antique dans le but de conférer aux Éthiopiens une caractéristique bestiale. Les scientifiques contribuent à valider et à diffuser ces stéréotypes au xixe siècle. Dans un ouvrage publié en 1827, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846) affirme au sujet de l' « espèce éthiopienne » : « Elles ont aussi le vagin en tout temps large et proportionné au membre viril du mâle, souvent énorme, mais à peu près incapable d’une érection complète28 ». Cette idée d'adaptation parfaite des organes génitaux masculins et féminins au sein d'une même race est réitérée dans de nombreux discours jusque dans les premières décennies du xxe siècle29. Ces assertions permettent aux polygénistes de prouver l'existence de plusieurs espèces humaines et révèlent implicitement les défiances face aux relations interraciales et au métissage. Ces défiances s’accentuent lorsque la colonisation française est installée et que les relations entre colons et indigènes se développent comme en témoignent la littérature coloniale mais aussi les textes d’administrateurs ou les rapports médicaux. L'idée qui prédomine à cette époque est que le Noir, au pénis démesuré, ne peut copuler avec la Blanche au vagin étroit. Il s'agit de préserver l'intégrité de la femme blanche et de sa race.

  • 30 Paul Topinard, L'anthropologie, Paris, C. Reinwald et Cie, 3e édition, 1879, p. 373. Les multiples (...)
  • 31 Christelle Taraud, « La virilité en situation coloniale », Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Geo (...)

18Si le sexe de l’Africain est considéré comme plus développé que celui de l’Européen, les hommes noirs ont, en revanche, une capacité d’érection moindre que celle des Blancs : « le pénis du nègre est plus long et plus volumineux dans l'état de flaccidité que celui du blanc ; dans l'état d'érection c'est l'inverse30 ». Les savants européens redorent ainsi leur virilité menacée. Le sexe et la capacité sexuelle incarnent la puissance masculine. Ainsi, émettre des hypothèses sur la capacité d’érection amoindrie de l’homme noir permet à la fois de l’inférioriser mais aussi de conférer à l’homme blanc une puissance supérieure. Ce pouvoir peut ainsi s’affirmer envers les femmes blanches, les femmes indigènes mais aussi les hommes qui demeurent inférieurs. Le pouvoir de l’homme blanc en Afrique se trouve ainsi légitimé. L’histoire des masculinités en contexte colonial, apparue depuis moins d’une dizaine d’années, demeure encore une piste de recherche à explorer. Elle s’est développée au sein d’une histoire de la virilité florissante31. Elle vise à éclairer les relations entre le colonisateur et les indigènes notamment à travers le prisme des rapports de genre. Le pouvoir colonial paraît en outre indissociable de la puissance virile du colonisateur blanc. À travers les discours sur le sexe de l’Autre transparaissent donc des finalités politiques. Les dictionnaires médicaux et les ouvrages savants véhiculent ces présupposés sur le sexe et la sexualité des hommes noirs tout au long du xixe siècle.

  • 32 Gustave Lefrou, Le Noir d'Afrique. Antropo-biologie et raciologie, Paris, Payot, 1943, p. 234.

19Si la représentation du sexe surdimensionné des Noirs perdure dans les mentalités, certains commencent à la réfuter au milieu du xxe siècle. En 1943, Gustave Lefrou (1892-1969), médecin en chef de 1re classe des troupes coloniales, remet en question l'argument racial pour insister sur le caractère individuel de cette particularité : « Les anciens auteurs ont toujours parlé d'une grandeur démesurée du pénis chez les Nègres. Cette opinion a été considérée ensuite comme erronée [...] Il y a comme le Blanc des variations individuelles32 ». Au cours du xxe siècle, les études scientifiques s'affranchissent progressivement des explications purement naturalistes et racialistes, pour prendre en compte les facteurs environnementaux, individuels et culturels comme nous l’avons expliqué précédemment. En revanche, durant la majeure partie du xixe siècle, l’anatomie sexuelle et la sexualité des Africain·e·s s’expliquent, pour les savants, par des influences raciales et climatiques.

3. L’hypersexualité africaine

3.a. Victimes du climat

  • 33 Jacques-Louis Moreau de la Sarthe, Histoire naturelle de la femme, suivie d'un traité d'hygiène, To (...)

20Le docteur J.-L. Moreau de La Sarthe a ces mots en 1803 : « Les négresses, en général, sont vives, amoureuses, brûlantes comme leur climat33 ». À l'instar de ses confrères à la même époque et jusqu'au début du siècle suivant, ce médecin et anatomiste français définit la femme noire par la sexualité. Ses passions paraissent indissociables de la chaleur de son climat.

  • 34 Nicolas Chambon, « Fureur utérine », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 6, Paris, Panckoucke,  (...)

21Entre la fin du xviiie siècle et les années 1830, plusieurs médecins tels que Chambon, Macquart, Louyer-Villermay et Pinel établissent, dans des dictionnaires médicaux renommés, la part conjointe du tempérament et du climat dans le déclenchement de la nymphomanie34. Selon un postulat acquis depuis l'Antiquité, les climats chauds ne permettraient pas de conserver la chasteté féminine. Les milieux tempérés paraîtraient plus propices à la civilisation et à la tempérance que les pays chauds car la chaleur entraînerait des comportements sauvages, impulsifs et bestiaux. En outre, dans les écrits médicaux et dans la littérature généraliste, la femme est présentée comme soumise à ses organes sexuels et aux influences extérieures. Elle semble par conséquent être particulièrement victime de son climat :

  • 35 Pierre Larousse, » Femme », op. cit., p. 203.

Dans les pays chauds, non seulement la femme est plus ardente en amour, mais elle est encore plus précoce, et les jouissances prématurées altèrent sa constitution physique. Ses organes génitaux sont plus développés [...] On peut dire d'une manière générale que les femmes sont d'autant plus passionnées, plus lascives qu'elles vivent dans des pays plus chauds35.

  • 36 Louis-Charles-Henri Macquart, « Homme », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 7, Paris, Chez H.  (...)

22L'influence des tempéraments et du climat semble jouer un rôle majeur dans la complexion humaine et dans la fonction sexuelle36 avant que la race ne devienne un facteur primordial. L’hypersexualité devient alors un fait inné et presque irrépressible pour certaines populations.

3.b. La sexualité : un caractère inné ?

23Dès les premières décennies du xixe siècle, la race devient un prisme pour étudier les êtres vivants, leur anatomie mais aussi leur mode de vie. Selon le médecin et naturaliste Julien-Joseph Virey, qui s’appuie sur les théories de F. J. Gall, les zones du cerveau dédiées à l'émotion, aux sensations et au plaisir charnel sont hypertrophiées chez les Africains tandis que celles vouées à la réflexion et aux activités rationnelles sont surdéveloppées dans les crânes européens :

  • 37 Julien-Joseph Virey, Histoire naturelle du genre humain, T. 1, Paris, Crochard libraire-éditeur, 18 (...)

Le déploiement des organes sexuels et des passions qui en résultent contribue sans doute encore à diminuer les facultés morales et intellectuelles des peuples de ces régions, il peut conduire à l'explication de l'infériorité naturelle de la race nègre à l'égard de celle des blancs […] Comme cette espèce d'homme est moins propre au développement des facultés intellectuelles elle est aussi plus disposée aux fonctions purement physiques37.

  • 38 A. E. Foley, « Considérations sur les races humaines », Bulletins de la Société d'Anthropologie de (...)
  • 39 Travaux académiques, académie des sciences, Gazette médicale de Paris : journal de médecine et des (...)
  • 40 Dr Clavel, Les races humaines et leur part dans la civilisation, Paris, Poulet-Malassis et De Brois (...)

24La prédominance de l'émotion sur la raison et des sens sur la réflexion est corrélée, dans cette race, avec le surdéveloppement des organes sexuels au détriment du cerveau38. « C'est encore ainsi que, chez le nègre, les organes intellectuels étant moins développés, les génitaux acquièrent plus de prépondérance et d'extension39 » peut-on lire dans un journal de médecine paru en 1841. L’hypertrophie des attributs sexuels chez les individus noirs africains serait à la fois une cause et une conséquence de la sexualité immodérée de ces peuples40.

  • 41 Jean-Baptiste Louyer-Villermay, « Nymphomanie », Dictionnaire des sciences médicales, une société d (...)
  • 42 Dr Bouchereau, « Satyriasis », Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, T. 7, Paris, A.  (...)

25De la description anatomique des organes génitaux des hommes et des femmes noirs, perçus comme démesurés, les savants en déduisent donc une sexualité ardente. Les femmes blanches atteintes de nymphomanie sont d'ailleurs souvent considérées elles aussi comme prédisposées, par leur anatomie sexuelle, à cette pathologie41. Si la femme est menacée par l’hystérie et les fureurs utérines, l'homme risque de s'affaiblir par l'abus du sexe, le satyriasis, une pathologie masculine équivalente à la nymphomanie féminine. La femme, soumise à son appareil génital, paraît plus vulnérable aux dérèglements sexuels que son homologue masculin. Pourtant, nombreux sont les médecins comme le docteur Bouchereau en 1879 qui nuancent ce présupposé en signalant que les hommes noirs sont naturellement prédisposés au satyriasis : « On le rencontre surtout parmi les êtres et les races inférieurs, le nègre obéit à ses sensations, et n'est occupé que de satisfaire sa faim, on le voit s'abandonner sans réserve aux plaisirs sexuels42 ». Ces assertions tendent à féminiser la race noire dans son ensemble en conférant aux hommes comme aux femmes des caractéristiques et des penchants similaires. Cela donne l’image de peuples où les genres seraient confondus et où l’hypersexualité serait la règle.

26La sexualité excessive, perçue comme une pathologie pour les individus de race blanche, est élevée au rang de caractère racial pour l'ensemble des Africain·e·s. La civilisation, en tant que modèle de toute société supérieure, doit se traduire par des comportements sexuels appropriés. Ainsi, l’une des missions de la colonisation est de policer les mœurs africaines et parmi elles, la sexualité jugée déréglée et dangereuse en Afrique. Par cette mise à distance corporelle et culturelle des Autres – hommes et femmes noirs africains – les populations blanches, françaises et de catégorie bourgeoise, celle d’où sont issus les auteurs de ces discours, semblent se caractériser par une forme de normalité physique et une sexualité saine et reproductive. Elles représentent alors un modèle à véhiculer par le biais de la mission civilisatrice.

Conclusion

  • 43 « Races humaines », Grande Encyclopédie Larousse, Paris, Librairie Larousse, édition 1971-1976, p.  (...)

27Les descriptions médicales et anthropologiques soulignant les ardeurs sexuelles des Africain·e·s et l'exubérance de leur anatomie sexuelle ont diffusé l'image d'une race soumise à son corps, à ses passions et à ses instincts. L’apparence physique et plus particulièrement la taille et la forme des attributs sexuels ainsi que les pratiques culturelles qui y sont associées ont permis aux médecins d’évaluer les populations africaines, de les classer sur l’échelle humaine et de dresser un portrait général de la race noire puis de ses ethnies. Les médecins ont établi des interdépendances entre le physique et le moral, entre l’anatomie sexuelle et la sexualité et ont ainsi souligné l’impossibilité des peuples africains de s'affranchir du déterminisme naturel et de prendre le pouvoir sur leur propre corps et leurs pulsions. La colonisation, porteuse de civilisation, de tempérance et de contrôle moral, se présentait comme une nécessité. L’étude sur le temps long – plus d’un siècle et demi – permet de mettre en lumière la permanence des lieux communs sur les corps africains comme le surdimensionnement des attributs sexuels ou l’hypersexualité. S’il y a souvent une continuité dans les propos des médecins, ce sont les causes des différences physiques entre les races qui changent. Le discours des médecins de cabinet et celui des praticiens de terrain tendent d’ailleurs à diverger progressivement dès la fin du xixe siècle. La médecine coloniale apporte en effet une contribution importante à la raciologie française car elle est parée de l’expérience de terrain et de l’observation. En outre, la proximité des praticiens coloniaux avec les peuples africains a permis de mettre en exergue le poids du facteur culturel face à celui de la race. Si l’acquis a peu à peu regagné du terrain face à l’inné, les préjugés sont néanmoins parfois restés identiques. Le racisme biologique a souvent cédé la place à un racisme culturel. Malgré la déconstruction de certaines idées reçues par des médecins de terrain dans la première moitié du xxe siècle, de nombreux stéréotypes sur le sexe et la sexualité des Africain·e·s ont perduré après les indépendances43 et influencent encore les représentations populaires.

Haut de page

Notes

1 Pierre Larousse, « Femme », Grand dictionnaire universel du xixe siècle, T. VIII, Paris, Administration du Grand Dictionnaire Universel, 1872, p. 203.

2 Julien Joseph Virey, « Femme », Dictionnaire des sciences médicales, T. 14, Paris, Panckoucke éditeur, 1815, p. 513.

3 La raciologie est un terme désignant l'étude des races humaines dans les sciences médicales et anthropologiques aux XIXe et XXe siècles. Ce terme est employé par plusieurs médecins tels que Gustave Lefrou, Le Noir d'Afrique. Anthropo-biologie et raciologie, Paris, Payot, 1943 ; Léon Pales, Raciologie comparative des populations de l'A.O.F, Les Diamate d'Effoc et les Floup d'Oussouye (Casamance-Sénégal), 1949.

4 George Montandon, La race, les races. Mise au point d'ethnologie somatique, Paris, Payot, 1933, p. 13.

5 Colette Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes éditions, 1992 ; Elsa Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, Éditions La Découverte, 2006 ; Ann Laura Stoler, La chair de l'empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, 2013.

6 Cf. Claude Blanckaert (dir.), Des sciences contre l’homme, vol. I : Classer, hiérarchiser, exclure, Paris, Éd. Autrement, 1993 ; William B. Cohen, Français et Africains, les Noirs dans le regard des Blancs 1530-1880, Paris, Gallimard, 1981 ; Elsa Dorlin, La matrice de la race, Paris, La Découverte, 2006 ; Sander L. Gilman, L’Autre et le Moi, stéréotypes occidentaux de la race, de la sexualité et de la maladie, Paris, PUF, 1996 ; Stephen J. Gould, Le sourire du flamand rose, réflexions sur l’histoire naturelle, Paris, éditions du Seuil, 1988 ; Colette Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes éditions, 1992 ; Carole Reynaud-Paligot, La République raciale 1860-1930, Paris, PUF, 2006 ; Ann Laura Stoler, La chair de l'empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, 2013 ; Deborah Willis, Carla Williams, The Black female body, a photographic history, Philadelphia, Temple University Press, 2002.

7 Les Khoï-Khoï sont une population d'éleveurs d'Afrique du Sud surnommés Hottentots par les colons européens et les San sont des chasseurs-cueilleurs de la même région rebaptisés Boshimans ou Bushmen. Ils appartiennent au groupe Khoïsan.

8 Ces populations n’ont jamais été colonisées par les Français. La région du Cap de Bonne-Espérance est conquise par les Hollandais au xviie siècle avant de passer sous la coupe des Anglais au xixe siècle.

9 Paul Broca, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, Instructions pour le Sénégal, Paris, Typographie Hennuyer, 1860, p. 12.

10 Armand Trémeau De Rochebrune, Étude morphologique, physiologique et ethnographique sur la femme et l'enfant dans la race ouolove, Paris, 1877, p. 8.

11 Georges Cuvier, Extrait d'observations faites sur le cadavre d'une femme connue à Paris et à Londres sous le nom de Vénus Hottentote, Mémoires du Muséum, T. III, 1817.

12 Cette élongation des petites lèvres génitales donna lieu à de multiples théories, polémiques, fantasmes et élucubrations. Cf. François-Xavier Fauvelle-Aymar, L'invention du Hottentot, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002. C'est au xviie siècle que le tablier a été décrit pour la première fois par deux Néerlandais, Dapper, en 1676, puis Ten Rhyne en 1686. Au cours du xixe siècle, dans un contexte d'analyse et de taxinomie raciale, le tablier hottentot passionne les scientifiques européens.

13 François Le Vaillant, Voyage de F. Le Vaillant dans l'intérieur de l'Afrique par le Cap de Bonne Espérance dans les années 1780, 81, 82, 83, 84 et 85, Tome 2, Lausanne, Chez Mourer, 1790, p. 255.

14 Murat, « Nymphes », Dictionnaire des sciences médicales, une société de médecins et de chirurgiens, volume 36, Paris, Panckoucke, 1819, p. 552 ; Julien Joseph Virey, « Nègre », Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke éditeur, 1819.

15 Georges Cuvier, op. cit, 1817 ; William Flower et James Murrie, deux scientifiques britanniques qui dissèquent une femme boschimane en 1867, réitèrent les conclusions de cet illustre médecin. Dans sa synthèse sur le tablier hottentot, parue en 1883, le docteur Blanchard, médecin et parasitologue de cabinet, fondateur de l'Institut colonial de la Faculté de médecine de Paris, présente les spécificités raciales et sexuelles des Hottentotes et Boshimanes en s'appuyant à nouveau sur les écrits de Cuvier. William Flower, James Murrie, « Account of the dissection of a bushwoman », Journal of Anatomy and Physiology, 1867, p. 189-208 ; Raphaël Blanchard, » Sur le tablier et la stéatopygie des femmes boschimanes », Bulletin de la société zoologique de France, vol. VIII, Paris, Au siège de la société, 1883, p. 35.

16 Raphaël Blanchard, « Sur le tablier et la stéatopygie des femmes boschimanes », Bulletin de la société zoologique de France, vol. VIII, Paris, Au siège de la société, 1883, p. 35.

17 Nicolas Chambon, « Clitoris », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 4, Paris, Panckoucke, 1792, p. 885. Nicolas Chambon de Montaux (1748-1826) est médecin en chef à la Salpêtrière, premier médecin des armées et inspecteur des hôpitaux militaires, membre de la Société royale de médecine et engagé en politique à partir de 1789.

18 Julien Joseph Virey, « Femme », Dictionnaire des sciences médicales, vol. 14, Paris, Panckoucke, 1815, p. 513-514 ; Raphaël Blanchard, op. cit, p. 35.

19 Georges Michiels, De l'obésité partielle (la stéatopygie), Paris, Marcel Vigné, 1926, p. 16.

20 Raoul-Clair-Joseph Gaillard, » Étude sur les lacustres du Bas-Dahomey », L’Antropologie, T. 18, Paris, Masson et Cie, 1907, p. 115.

21 Paul Baroux, Louis Sergeant, Les races flamandes bovine, chevaline et humaine dans leurs rapports avec la marche en terrain plat, Paris, Tallandier éditeur, 1906.

22 Georges-Louis Buffon, Histoire naturelle générale et particulière avec description du cabinet du roi, T. III, Paris, De l'imprimerie royale, 1749, p. 474 ; Kolbe cité dans Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, Tome I, Genève, Chez Jean-Léonard Pellet, 1780, p. 396 ; Jean-Noël Hallé, » Afrique », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome I, Paris, Panckoucke, 1787, p. 330.

23 François Xavier Fauvelle, op. cit, p. 145.

24 Georges Buffon, op cit, p. 474.

25 François Le Vaillant, op. cit, 1790, p. 82.

26 Paul Lester, Jacques Millot, Les races humaines, Paris, A. Colin, 1936, p. 25.

27 Claude Chippaux, Éléments d'anthropologie, Marseille, Bibliothèque Paul Rivet, 1948 ; Ruben Khérumian, » Note sur la longueur du pénis des habitants de l'Europe centrale », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, IXe série. Tome 9, 1948 ; Paulette Marquer, Morphologie des races humaines, Paris, A. Colin, 1967, p. 191 ; « Races humaines », dans Grande Encyclopédie Larousse, Paris, Librairie Larousse, édition 1971-1976, p. 11 397.

28 Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, L’Homme, essai zoologique sur le genre humain, T. I, Paris, Rey et Gravier, 1827, p. 31.

29 Jacobus X., L'amour aux colonies. Singularités physiologiques et passionnelles observées durant trente années de séjour dans les colonies françaises. Cochinchine, Tonkin et Cambodge-Guyane et Martinique, Sénégal et Rivières du Sud, Nouvelle-Calédonie, Nouvelles-Hébrides et Tahiti, Paris, Isidore Liseux, 1893 ; Jacobus X., L'Acte Sexuel dans l'espèce humaine. Étude physiologique complète de l'amour normal et des abus, perversions, folies et crimes relatifs à l'instinct génital à travers les peuples et les âges, Paris, Éditions Prima, 1931.

30 Paul Topinard, L'anthropologie, Paris, C. Reinwald et Cie, 3e édition, 1879, p. 373. Les multiples rééditions de ce livre et la médaille d’or attribuée par l’Académie de médecine en 1877 témoignent de son succès et de son impact.

31 Christelle Taraud, « La virilité en situation coloniale », Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello, Histoire de la virilité, T. 2, Paris, Seuil, 2011, p. 331-347 ; Vincent Joly, « Races guerrières » et masculinité en contexte colonial. Approche historiographique », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 33 | 2011, 139-156.

32 Gustave Lefrou, Le Noir d'Afrique. Antropo-biologie et raciologie, Paris, Payot, 1943, p. 234.

33 Jacques-Louis Moreau de la Sarthe, Histoire naturelle de la femme, suivie d'un traité d'hygiène, Tome 1, Section 1, Paris, Chez L. Duprat, Letellier et comp., 1803, p. 515 ; Julien-Joseph Virey « Nègre », Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke, 1819, p. 398.

34 Nicolas Chambon, « Fureur utérine », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 6, Paris, Panckoucke, 1793, p. 537 ; Louyer-Villermay, « Nymphomanie », Dictionnaire des sciences médicales, une société de médecins et de chirurgiens, volume 36, Paris, Panckoucke, 1819, p. 568, p. 574. ; Louis-Charles-Henri Macquart, « Amour », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 2, Paris, Panckoucke, 1790, p. 160-173 ; Philippe Pinel, « Nymphomanie », Encyclopédie méthodique, médecine, par une société de médecins, Tome 11, Paris, Chez Mme veuve Agasse, 1824, p. 47.

35 Pierre Larousse, » Femme », op. cit., p. 203.

36 Louis-Charles-Henri Macquart, « Homme », Encyclopédie méthodique, médecine, Tome 7, Paris, Chez H. Agasse, 1798, p. 257 ; Pierre-Jean-Georges Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, Tome 1, Paris, Crapart, 1802, p. 27.

37 Julien-Joseph Virey, Histoire naturelle du genre humain, T. 1, Paris, Crochard libraire-éditeur, 1824, p. 249.

38 A. E. Foley, « Considérations sur les races humaines », Bulletins de la Société d'Anthropologie de Paris, T. 3, 1880, p. 369.

39 Travaux académiques, académie des sciences, Gazette médicale de Paris : journal de médecine et des sciences accessoires, série 2, 1841, n° 09, p. 687, p. 701.

40 Dr Clavel, Les races humaines et leur part dans la civilisation, Paris, Poulet-Malassis et De Broise éditeurs, 1860, p. 89.

41 Jean-Baptiste Louyer-Villermay, « Nymphomanie », Dictionnaire des sciences médicales, une société de médecins et de chirurgiens, volume 36, Paris, Panckoucke, p. 568.

42 Dr Bouchereau, « Satyriasis », Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, T. 7, Paris, A. Dechambre, 1879, p. 67.

43 « Races humaines », Grande Encyclopédie Larousse, Paris, Librairie Larousse, édition 1971-1976, p. 11 397.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Vénus hottentote de Georges Cuvier
Légende Lithographie de C. de Last, « Femme de race Bôchimanne (sic) de profil », in Geoffroy Saint-Hilaire et Frédéric Cuvier, Histoire naturelle des mammifères, avec des figures originales colorées, dessinées d’après des animaux vivans (sic), Paris, 1824.
Crédits © W.B. Cohen, Français et Africains, les Noirs dans le regard des Blancs, Paris, Gallimard, 1980, p. 331.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/4021/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Peiretti-Courtis, « Quand le sexe incarne la race : le corps noir dans l'imaginaire médical français (1800-1950) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 22 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/4021 ; DOI : 10.4000/framespa.4021

Haut de page

Auteur

Delphine Peiretti-Courtis

Delphine Peiretti-Courtis, docteure en histoire contemporaine, PRAG, Université d’Aix-Marseille, Laboratoire Telemme. delphine.peiretticourtis@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org