Navigation – Plan du site

Florence Béziat, El silencio en el teatro de Tirso de Molina, Madrid -Revista Estudios, Pamplona -GRISO (Universidad de Navarra), Publicaciones del Instituto de Estudios Tirsianos, 16

Florence Raynié

Texte intégral

1Dans cet ouvrage -traduction en espagnol de sa thèse de doctorat-  Florence Béziat nous livre le fruit de quatre années de recherche sur un sujet surprenant et original.

2Surprenant car il porte en lui deux oxymores aptes à susciter l'attente du lecteur : parler du silence d'abord, du silence dans le théâtre ensuite. Dire l'absence de bruit, commenter ce vide, peut apparaître comme un programme étonnant, voire comme une gageure quand il s'agit en outre d'analyser le thème du silence dans le théâtre, c'est à dire dans un art qui a priori repose tout entier sur la parole.

3Cependant, comme le souligne l'auteur, depuis une centaine d'années, ce thème occupe une place importante dans la conception même des pièces de théâtre et dans les analyses que la critique leur consacre. Mais il a été peu étudié dans la littérature classique espagnole, ce qui fait l'originalité du sujet de Florence Béziat .

4Le traitement de ce sujet est à la hauteur des attentes suscitées par le titre lui -même et le programme qu'il implique.

5Dans l'introduction, à travers la synthèse de travaux sur le silence dans la littérature espagnole mais aussi française et anglaise, Florence Béziat pose la problématique du silence dans le texte théâtral et met en perspective les différentes voies pour y accéder, en particulier la voie éthique et la voie esthétique. Elle clôt son introduction en explicitant les critères qui l'ont amenée à s'intéresser particulièrement à certaines pièces de Tirso de Molina. Elle se propose d'étudier les diverses manifestations du silence dans une vingtaine d'œuvres. Sélectionnées parmi les cinquante cinq comedias de l'auteur -ce qui représente l'ensemble de sa production théâtrale exception faite du théâtre bref et des œuvres dont l'attribution à Tirso est douteuse-  ces œuvres, tragiques ou comiques, développent de façon tout à fait significative le thème du silence. Florence Béziat les a regroupées selon leur thème dominant : sainteté, pouvoir, honneur et amour. Cela se traduit dans le découpage des quatre premiers chapitres intitulés respectivement : " Silencio y santidad ", " Silencio y poder ", " Silencio y honor ", " Silencio y amor ". On remarquera que cet ordre de présentation n'est pas anodin puisqu'il nous fait passer progressivement du versant tragique au versant comique de la production de l'auteur, le thème de l'honneur se situant à la croisée des deux puisqu'il donne lieu aussi bien à des pièces tragiques qu'à des pièces comiques.

6Dans ces quatre chapitres, Florence Béziat mène une étude détaillée des pièces qui s'appuie sur le texte avec précision et rigueur. Elle y fait apparaître les grands rôles clés du théâtre du Siècle d'Or puisqu'elle analyse le silence chez le héros pieux, chez le prince et chez son favori, chez le traître et chez l'homme d'honneur, chez le prétendant et chez sa dame. Mais l'intérêt de son travail réside surtout dans une analyse fine des conditions dans lesquelles la parole ne s'exerce pas ou ne s'exerce plus dans chacune des pièces étudiées et, plus largement, dans chacune des sphères envisagées (sainteté, pouvoir, honneur et amour). Cette analyse nous permet de comprendre clairement que, dans le théâtre de Tirso, l'utilisation du silence répond à des stratégies et à des propos différents suivant la sphère où il s'exerce.

7Les analyses de détail menées tout au long de ces quatre premiers chapitres nourrissent le cinquième dont le titre est " Silencio y valor ". En s'appuyant sur les conclusions tirées dans les chapitres précédents et en enrichissant sa réflexion d'un regard sur l'histoire des mentalités, Florence Béziat souligne la valeur globalement positive, sur le plan éthique, du silence dans l'œuvre tirsienne.

8Le dernier chapitre du livre intitulé " Silencio y dramaturgía " est centré sur la dimension esthétique du silence dans les pièces de Tirso. Cette dimension, qui apparaissait en filigrane tout au long des commentaires précédents, se trouve au premier plan dans cette ultime étape du travail. Plusieurs procédés créateurs de ce que Florence Béziat appelle les " silences dramaturgiques ", c'est -à -dire les silences instaurés par le dramaturge, sont analysés à partir de trois axes : le silence imposé par le dramaturge à un personnage en situation d'échec dramatique, le silence qui permet au dramaturge de maintenir un personnage ou le public en situation de sous -information et le silence dans lequel le dramaturge plonge irrémédiablement certains de ses personnages. Enfin, en établissant une comparaison entre le traitement du silence dans les œuvres de Calderón et dans celles de Tirso, Florence Béziat fait ressortir les spécificités de l'écriture dramatique tirsienne, spécificités qui se révèlent surtout dans les drames d'honneur.

9Nous noterons la présence, à la fin du livre, d'une bibliographie riche et bien ciblée et d'une annexe dont l'utilité est indéniable puisqu'elle présente, sous forme de tableaux, un découpage en séquences des pièces qui ont été étudiées en détail dans le corps du livre. Pour chaque pièce, la structure de chaque acte est mise en relief et les principales étapes de l'action et de l'évolution des personnages sont rappelées.

10En conclusion, je dirai que ce livre est agréable à lire parce qu'il est écrit avec simplicité et brio. Mais il représente aussi un bel outil de connaissance : grâce à d'inlassables analyses de détail, c'est jusqu'au cœur de l'écriture dramatique tirsienne que nous conduit Florence Béziat. Elle nous fait découvrir des stratégies d'écriture insoupçonnées chez Tirso et nous prouve combien le silence est éloquent chez cet auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Raynié, « Florence Béziat, El silencio en el teatro de Tirso de Molina, Madrid -Revista Estudios, Pamplona -GRISO (Universidad de Navarra), Publicaciones del Instituto de Estudios Tirsianos, 16 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 14 mai 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/401

Haut de page

Auteur

Florence Raynié

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org