Navigation – Plan du site
La domination incarnée - Corps et colonisation (XIXe-XXe siècles)

Le corps au cœur de la prison coloniale au Dahomey (1894-1945)

The Body in the Heart of the Colonial Jail in Dahomey (1894-1945)
El cuerpo en el corazón de la cárcel colonial en Dahomey (1894-1945)
Bénédicte Brunet-La Ruche

Résumés

Avec la conquête de l’Afrique occidentale à la fin du XIXe siècle, la prison devient la principale sanction tout autant qu’un outil de gestion coloniale, bien loin des principes pénitentiaires métropolitains. Pour les autorités françaises, l’objectif de « réforme morale » est inaccessible aux Africains. L’emprisonnement vise avant tout le corps, à punir et à employer.
Saisir la double expérience des corps emprisonnés au Dahomey, tel est l’objet du présent article. La première expérience corporelle en prison est celle de l’abandon dans ce qui appelé la « boîte » : une boîte asphyxiante, où les détenus manquent du minimum vital et où un certain niveau de violence est accepté. Mais l’usage quotidien de la main d’œuvre pénale pour les travaux extérieurs et la faiblesse des moyens font aussi de la prison une « boîte » ouverte sur l’extérieur, avec des allers-retours constants entre le dedans et le dehors qui s’organisent entre les gardes, les détenus et la population dahoméenne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Bernard B. Dadié, Carnet de prison, Abidjan, CEDA, 1981, p. 13.

Ce livre est né en prison, c’est-à-dire dans une enceinte hérissée de tessons de bouteilles, dans la chaleur torride des jours et des nuits, dans la pestilence quotidienne, parmi des hommes loqueteux et affamés1.

1L’écrivain ivoirien Bernard B. Dadié ouvre en 1949 son Carnet de prison par ces mots qui traduisent l’expérience première des corps en prison.

  • 2 Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dirs.), Histoire du corps, 3 vol. , Paris, (...)
  • 3 Françoise Guillemot, Agathe Larcher-Goscha (dirs.), La colonisation des corps. De l’Indochine au Vi (...)

2L’histoire du corps, qui a donné lieu à de nombreux travaux depuis les années 1970 en Europe2, s’oriente depuis quelques années vers d’autres continents. Plusieurs recherches saisissent ainsi l’évolution des manières de concevoir son corps et celui de « l’Autre » dans les sociétés coloniales, que ce soit à travers la mutation des normes en matière de beauté, de pratiques médicales, vestimentaires ou culinaires, de construction d’identités féminines et masculines ou encore à l’occasion de souffrances physiques liées aux guerres3.

  • 4 Florence Bernault (dir.), Enfermement, prison et châtiments en Afrique du 19e siècle à nos jours, P (...)
  • 5 Taylor C. Sherman, « Tensions of Colonial Punishment : Perspectives on Recent Developments in the S (...)

3La sanction pénale marque elle-même un rapport spécifique au corps du condamné, selon la manière dont elle est conçue, mise en pratique et vécue. Cet article souligne combien le corps se trouve au cœur de la peine coloniale et en détermine les contours. L’emprisonnement devient, lors de la conquête, le principal mode de sanction. Il se substitue au large éventail de peines qu’appliquaient les sociétés africaines4, sans pour autant supprimer l’application de punitions officieuses telles que les violences corporelles5.

4Si la peine carcérale fait toujours intervenir un supplément de douleur physique qui touche le corps, à travers par exemple le cachot, la prison vise depuis la fin du xviiie siècle en Europe à « redresser » l’individu qualifié de déviant ou d’inadapté aux normes sociales par le tribunal et ses experts. Or tel n’est pas le cas en situation coloniale. Le carcéral s’impose en Afrique comme un outil de gestion sans être pensé comme une peine. Les juridictions de l’Afrique occidentale française (AOF) ne cherchent pas à définir ce que sont, seront ou peuvent être les prévenus africains. Ces derniers sont jugés dans des tribunaux dits « indigènes » qui ne qualifient pas les individus poursuivis de déviants dans la mesure où la criminalité « indigène » reste extérieure à la société européenne. Les anthropologues, les psychiatres et les criminologues véhiculent la conception d’une criminalité propre à des « sociétés primitives » homogènes et reflétant un état social et psychologique archaïque dont les membres ne pourraient s’extraire. Les prévenus africains sont davantage considérés comme les représentants d’une entité collective distincte que comme des individus dont le comportement devrait être redressé. Dans ces conditions, c’est le corps indifférencié des condamnés qu’il revient de punir et d’employer. Le corps, considéré comme réceptacle majeur de la sanction, conduit à imposer une contrainte physique indifférente à l’individu. Cette situation se traduit par un abandon des prisons, et l’expérience carcérale est celle de corps abandonnés dans ce qui est appelé « la boîte » par les Dahoméens, un trou noir dans lequel les détenus manquent souvent du nécessaire vital.

5Mais le cadre carcéral n’enferme jamais résolument les corps. Le défaut d’organisation carcérale et l’usage massif de la main d’œuvre pénale à l’extérieur de la prison créent des allers-retours constants entre le dedans et le dehors. La prison coloniale use de la force physique sans « prendre » réellement les corps qui circulent entre des espaces carcéraux et extra-carcéraux peu séparés, dans le cadre d’une colonisation qui intègre l’emprisonnement dans son schéma général de production.

1. Le carcéral colonial, miroir d’une criminalité « proprement indigène »

  • 6 Arthur Girault, Principes de colonisation et de législation coloniale, Paris, Recueil général des l (...)
  • 7 Alexandre Mérignhac, Précis de législation et d’économie coloniales, Paris, Sirey, 1912, p. 934.

6Les spécialistes du droit colonial qui étudient le système pénal à mettre en place en Afrique au tournant du xxe siècle se penchent sur l’organisation judiciaire mais bien peu sur le régime des pénalités. Dans les quelques mentions des ouvrages de législation coloniale consacrées aux sanctions, la peine est uniquement envisagée pour son effet d’« intimidation », et non dans une perspective de compensation ou d’amendement. Les analystes du régime des pénalités considèrent qu’« un régime différent [de] celui appliqué aux Européens s’impose » pour tenir compte de « la manière de vivre habituelle et des idées des indigènes6 ». Mais le professeur Girault n’en estime pas moins qu’il est inutile de disposer d’un large éventail de peines, comme cela était le cas dans les sociétés précoloniales. Le professeur Mérignhac ne développe pour sa part aucune réflexion sur le régime pénitentiaire qui est une affaire « d’intérêt purement local […] laissé[e] à l’initiative des pouvoirs locaux7 ». La sanction est peu pensée mais la prison se généralise comme mode de punition.

  • 8 Arch. nat. d’outre-mer (ANOM), FM, Affaires politiques, carton 1645, mission d’étude sur la justice (...)

7Au fur et à mesure de la conquête, le pouvoir colonial érige en effet des postes militaires avec des geôles. L’implantation des prisons est ensuite laissée à l’initiative des administrateurs mais les crédits alloués sont faibles. Lors de sa mission d’étude en AOF en 1914, le chef de bureau du ministère des Colonies Beurdeley estime qu’« il est permis de dire qu’on fait tout avec rien8 ».

  • 9 Un double système judiciaire est institué en AOF. D’un côté, les tribunaux indigènes, présidés par (...)
  • 10 L’emprisonnement représente aussi 92 % des sanctions prononcées par les tribunaux indigènes des aut (...)
  • 11 Le régime de l’indigénat est un ensemble de sanctions disciplinaires (emprisonnement d’une durée ma (...)

8La prison devient cependant la principale sanction prononcée par les tribunaux indigènes qui jugent les litiges relatifs aux « indigènes » qui ne sont pas citoyens français, c’est-à-dire la quasi-totalité des Africains9. L’emprisonnement passe de 84 % des peines principales prononcées dans la décennie 1900 à 97 % dans les années 1930 au sein d’un échantillon de 3 620 prévenus jugés par les tribunaux indigènes du Dahomey10. Ce développement s’accompagne par ailleurs d’une croissance de l’enfermement au titre de l’indigénat11. L’espace carcéral s’étend ainsi dans les colonies, avec une prédominance de peines de courte durée largement distribuées.

  • 12 Les réalités réformatrices doivent être relativisées au regard des pratiques carcérales mais la dif (...)
  • 13 L’attention des autorités est principalement portée aux crimes commis par des intermédiaires africa (...)
  • 14 Marc Reneville, Crime et folie, Paris, Fayard, 2003, p. 292-297.

9Mais l’emprisonnement s’impose en AOF en dehors de la théorie pénale qui a prévalu en Europe à la fin du xviiie siècle, en vertu de laquelle l’enfermement doit mettre hors d’état de nuire mais aussi amener le délinquant à s’amender et à se réintégrer grâce à l’isolement cellulaire et au travail12. En effet, les actes délictuels et criminels commis par des Dahoméens suscitent peu l’intérêt du gouvernement local dans la mesure où ils ne touchent pas le milieu européen ni l’ordre public colonial13. La criminalité « indigène », jugée par des tribunaux distincts des juridictions françaises, est par ailleurs analysée selon les théories psychiatriques, criminologiques et anthropologiques du début du xxe siècle, notamment le primitivisme, comme le résultat d’un « ensemble de dispositions d’esprit retrouvées parmi les peuples les moins évolués » (crédulité, absence d’émotions, etc.)14. Considérée à la seule lumière de ces « dispositions d’esprit », la criminalité se trouve réduite en AOF à une « impulsivité atavique » et à un état social dont les individus ne peuvent s’extraire. Il semble dès lors inutile de chercher à réformer un comportement déterminé par un milieu social et une psychologie étrangers au milieu européen. La sanction porte davantage sur le corps collectif des condamnés africains, à punir et à employer, que sur la réforme morale des détenus.

2. Punir et employer indistinctement le corps en prison

  • 15 Mamadou Dian Chérif Diallo, Répression et enfermement en Guinée. Le pénitencier de Fotoba et la pri (...)
  • 16 ANOM, FM, Affaires politiques, carton 1645, rapport Beurdeley du 25 juin 1914.
  • 17 Ibrahima Thioub, « Marginalité juvénile et enfermement à l’époque coloniale : les premières écoles (...)
  • 18 Dior Konaté, « Sénégal : l’emprisonnement des femmes, de l’époque coloniale à nos jours », Revue fr (...)

10Les corps condamnés sont ainsi enfermés en masse, sans distinguer les individus en fonction de la gravité de l’acte commis ni prendre en compte les caractéristiques de sexe, d’âge ou d’état de santé des détenus. Une hiérarchie pénitentiaire est certes prévue par le code colonial d’instruction criminelle. Un pénitencier de force doit regrouper en AOF les condamnations supérieures à cinq ans dans un établissement implanté dans les années 1910 en Guinée15. Des maisons centrales sont aussi prévues dans les chefs-lieux de territoire de l’AOF pour les condamnés à des peines de 6 mois à 5 ans de prison et des maisons d’arrêt et de correction pour les prévenus et les courtes peines doivent être installées dans les cercles et les subdivisions. Mais les établissements regroupent pêle-mêle prévenus, condamnés et détenus disciplinaires. Les prisons du Dahomey comprennent ainsi en 1923 près de 10 % de détenus condamnés à des peines supérieures à cinq ans de prison qui devraient se trouver au pénitencier de Fotoba. L’affectation pénitentiaire dépend surtout des besoins locaux en main d’œuvre pénale de chaque cercle16. Parallèlement, les enfants ne sont pas séparés des adultes en prison. Quelques établissements pour détenus mineurs voient le jour au Sénégal et en Guinée, mais leur capacité d’accueil reste limitée à l’échelle de l’AOF17. Un bâtiment spécial pour les mineurs doit être installé en 1912 à la prison de Porto-Novo mais il n’est toujours pas effectif dans les années 1930. Les tribunaux décident le plus souvent de confier les jeunes condamnés aux chefs de village pour subir leur peine, mais des mineurs se trouvent encore en prison jusqu’en 1945. La séparation entre les femmes et les hommes incarcérés n’est pas plus respectée. Un quartier spécial est réservé aux femmes à Porto-Novo et à Cotonou dans les années 1930, mais cela est loin d’être le cas dans les autres prisons du Dahomey et d’AOF18. La seule différence est celle qui est établie entre les détenus européens et africains. La prison de Cotonou accueille les quelques détenus européens qui ne sont pas transférés vers la métropole. Ces derniers sont dans des cellules distinctes des Africains ; ils bénéficient d’un régime de faveur et se trouvent exemptés du travail pénal. La discrimination raciale reproduit la hiérarchie coloniale et vise à conserver le « prestige » de l’Européen en maintenant un strict cloisonnement, jusque dans les prisons, entre les sujets colonisés considérés comme une masse indistincte et les « individus » blancs, seuls sujets de droit. Cette façon de considérer les détenus africains se traduit par un encellulement collectif : on compte entre 15 et 30 individus par cellule par exemple à Porto-Novo en 1914.

11Le corps des condamnés est donc saisi indistinctement dans le cadre carcéral mais sans y être jamais strictement enfermé. En effet, le système pénitentiaire ne s’appuie pas sur un souci de surveillance absolue en AOF. La prison de Porto-Novo comprend ainsi trois bâtiments disposés en L autour du camp des gardes et à proximité du logement du commissaire et régisseur de la prison. La surveillance ne peut être réalisée à partir d’un centre, comme dans l’idéal du panoptisme européen, dans la mesure où le logement des gardes est situé à l’extrémité de deux blocs (fig. 1). Un mur d’enceinte est financé en 1914, mais l’existence d’une clôture est loin d’être effective dans la plupart des autres établissements.

Figure 1. Plan de la prison de Porto-Novo en 1912

Figure 1. Plan de la prison de Porto-Novo en 1912

Archives Nationales du Bénin, 2F32, fonds du Dahomey colonial, compte-rendu n° 61 du 5 mars 1912 du chef du bureau militaire au sujet de la prison de Porto-Novo

© Cliché auteur

12La prison constitue avant tout un outil de gestion coloniale qui doit fonctionner au moindre coût. Il s’agit d’employer la main d’œuvre pénale pour la valorisation économique du territoire mais aussi pour toutes les activités des postes administratifs. L’emploi des prisonniers permet à l’administration et aux entreprises de disposer d’un réservoir de main d’œuvre quasi-gratuit et de renflouer les caisses de la colonie, par le biais de cessions de travailleurs à titre onéreux à des particuliers ou des entreprises, par exemple pour le chargement des navires. Le travail s’impose en pratique à tous les détenus, à l’exception des exemptés médicaux et des Européens. Alors qu’en métropole le travail est réalisé dans les ateliers des prisons, les prisonniers sont massivement employés à l’extérieur en AOF pour le service de la commune ou du poste (enlèvement des ordures, entretien de la voirie, etc.), sur des chantiers ou pour le service personnel des administrateurs, des gardiens et des colons, bien que cela soit réglementairement interdit.

  • 19 ANOM, FM, Affaires politiques, carton 2098, lettre n° 236 du 19 janvier 1943.

13La prison aofienne cherche à punir mais plus encore à employer le corps du détenu, sans envisager sa réhabilitation, ni même l’acquisition d’une discipline du travail. L’objectif de réforme morale est en effet considéré comme inaccessible aux colonisés. Le gouverneur général de l’AOF estime encore en 1943, que le sursis, destiné à » éviter la récidive et à permettre l’amendement des délinquants primaires » est rarement appliqué par les tribunaux car » les autochtones, il ne faut point se le dissimuler, n’en ont pas encore compris aussi bien que les Européens la véritable portée19 ».

  • 20 Édouard Chaudouin, Trois mois de captivité au Dahomey, Paris, Hachette, 1891, p. 114.

14Aux yeux de nombreux administrateurs, la prison est une peine trop douce, qui semble « agréable au noir, plutôt fainéant », tandis que les châtiments corporels qui étaient prononcés avant la colonisation sont considérés comme « cruels » mais « souvent nécessaires20 ». Selon cette vision, en substituant l’emprisonnement aux anciens châtiments, les autorités auraient fait œuvre de mission civilisatrice, mais cette conception resterait incomprise de la population. Ce constat justifie pour les administrateurs l’application parallèle de châtiments corporels en prison qui relèveraient ainsi d’une sorte de « conservatoire » pénal précolonial.

  • 21 Dominique Kalifa, « Magistrature et “crise de la répression” à la veille de la Grande Guerre », Vin (...)

15Le sentiment d’une peine carcérale trop légère et favorisant le développement de la délinquance est aussi partagé en métropole21. Mais l’emprisonnement paraît toujours inadapté en contexte colonial, où il est vain selon l’administration de vouloir atteindre l’âme des colonisés. Le corps, qui tend à disparaître en tant que cible pénale en France, constitue l’élément central de la répression coloniale, que ce soit dans la conception d’une prison punitive ou dans l’emploi de la main d’œuvre pénale. Le quotidien pénitentiaire apparaît dès lors comme une expérience corporelle.

3. L’expérience carcérale : des corps en « boîte »

  • 22 Laurent Fourchard, « La prison entre conservatisme et transgression. Le quotidien carcéral en Haute (...)
  • 23 ANB, 2F32, lettre du 12 novembre 1908 de la commission de surveillance au gouverneur.
  • 24 ANB, 2F6, lettre du gouverneur du 29 juillet 1934 et registre d’écrou du 3e trimestre 1934.

16Les prisons d’AOF22 sont marquées par un relatif abandon de la part des autorités. Elles sont pour la plupart construites en terre, ce qui nécessite de fréquentes rénovations. Les toitures des bâtiments sont souvent précaires, comme à la prison de Cotonou où le toit en feuilles de zinc est troué, provoquant des infiltrations dans les chambres. Le défaut d’aération est récurrent et entraîne, avec la chaleur et la surpopulation, l’asphyxie des détenus la nuit. La commission de surveillance de Cotonou dénonce en 1908 « l’exiguïté des bâtiments pour un si grand nombre de prisonniers : ils sont réellement trop serrés. Quand ils sont couchés, ils ont à peine la place pour se remuer »23. Et le problème se renforce avec l’accroissement de l’activité répressive pendant l’entre-deux-guerres. La prison de Porto-Novo passe ainsi d’environ 200 détenus en 1923 à des effectifs compris entre 320 et 400 en 193424.

  • 25 ANB, 2F12, P.-V. de la visite du 28 novembre 1931 de la commission de surveillance.

17Les installations d’eau et l’assainissement sont souvent ignorés dans l’architecture carcérale. La prison d’Allada ne dispose pas de puits et des corvées d’eau sont nécessaires pour aller à la source située à deux kilomètres. Les sanitaires fonctionnent partout grâce à l’emploi de tinettes, des cuvettes mobiles qui sont désinfectées avec de l’eau crésylée et vidées lors des corvées. Dans ce contexte, l’hygiène corporelle des prisonniers est dérisoire : la douche et le nettoyage des habits ne sont prévus qu’une fois par semaine. En 1931, les prisonniers de Porto-Novo se plaignent ainsi de n’avoir reçu qu’un seul morceau de savon depuis trois mois25.

18Les règlements intérieurs introduisent l’obligation de la tenue pénale dans les années 1920, mais les commandes de vêtements ne suivent pas les besoins. En 1943, l’administrateur de Porto-Novo alerte en ces termes le gouverneur :

  • 26 ANB, 2F28, télégramme du 22 avril 1943.

Honneur rendre compte de ce que majorité des détenus de la prison n’ont plus aucun effet d’habillement, notamment les détenus aux longues peines dont les loques pourries ne dissimulent plus leurs parties26.

19Contrairement aux détenus européens qui disposent d’une literie, les Africains dorment sur des nattes et cette discrimination se retrouve sur le plan alimentaire. La ration alimentaire est en effet composée de 500 g. d’akassa (pâte de maïs fermentée) avec du poisson fumé, et parfois du riz et de la viande pour les Africains, tandis que les Européens bénéficient de produits plus variés.

  • 27 ANB, 1M8, lettre du 31 octobre 1926 du gouverneur aux commandants de cercle.
  • 28 ANB, 2F32, op. cit.

20La question alimentaire constitue un problème majeur. Les autorités fixent une ration quotidienne par détenu dès le début du siècle, mais celle-ci se révèle souvent insuffisante car les prévisions sont réalisées sans prendre en compte le nombre moyen de rationnaires27. Les principales plaintes des prisonniers concernent d’ailleurs la nourriture insuffisante, mais aussi d’une qualité douteuse. La commission de surveillance de Cotonou relève ainsi que « presque tous [les détenus] se plaignent de la mauvaise qualité du poisson, que paraît-il, on leur sert dans un état voisin de la putréfaction28 ».

  • 29 ANB, 2F12, circulaire du 11 octobre 1934.

21Face aux insuffisances de la ration, des orientations sont données en 1932 pour que les prisonniers créent des jardins potagers mais le gouverneur demande dès 1934 d’en tenir compte pour réduire en conséquence les allocations alimentaires29. Les cultures vivrières absorbent par ailleurs la main d’œuvre que l’administration emploie pour les travaux de la colonie. La mise en place d’un jardin par les détenus est donc périodiquement remise en cause car elle s’oppose à la rentabilisation du travail pénal.

  • 30 ANB, 2F9, journée du 11 juillet 1940.
  • 31 ANB, 1M83, jugement du 11 juillet 1906 du tribunal de province de Bopa.

22Ces conditions de vie marquent les corps. La feuille de service de la prison de Porto-Novo indique par exemple pour une journée de juillet 1940 que 10 % de la population carcérale présente une pathologie30. La prison est par ailleurs un lieu idéal de propagation des épidémies. Les tribunaux en viennent à ne pas prononcer l’emprisonnement lorsque la personne jugée présente une maladie contagieuse. Un homme poursuivi pour menaces à main armée est ainsi condamné en 1906 à l’amende « pour éviter toute contamination » car il est atteint de lèpre31. Les certificats de décès mettent surtout en évidence les difficultés de survie en prison. Le prisonnier Ayanou meurt ainsi de « misère physiologique » en 1912 à Grand-Popo et les certificats indiquant comme cause de décès la « cachexie » ne sont pas rares.

  • 32 ANB, 1M8, lettre du 26 juin 1903 du responsable de l’ambulance d’Allada.

23La prise en charge sanitaire des détenus est elle-même peu développée. Il n’existe pas d’infirmerie dans les prisons, à l’exception de Porto-Novo et de Cotonou, où les malades peuvent être isolés mais où les soins demeurent limités. Les détenus sont donc transférés, en cas de besoin, à l’ambulance ou à l’hôpital. Mais le souci d’économie constaté sur le plan alimentaire concerne tout autant les médicaments. Lorsque Danssou, recherché pour tentatives de viol et de meurtre, est blessé par balle au moment de son arrestation en 1903, il est envoyé à la prison d’Allada et n’est transféré que quinze jours plus tard à l’ambulance en « état complet de putréfaction ». Le responsable du service de santé estime qu’il faudrait lui couper la jambe, mais il refuse de réaliser cette « opération dispendieuse », tout autant que de donner des médicaments à une personne « condamnée par avance à la mort du fait de ses méfaits32 ».

  • 33 ANB, 2F14, lettre du 31 octobre 1906 au gouverneur.

24Un des objectifs essentiels de la prison reste de fournir la main d’œuvre indispensable aux chantiers du territoire. Aussi certains administrateurs cherchent-ils à se débarrasser des prisonniers inaptes au travail. Le commandant de cercle du Mono demande ainsi en 1906 la libération conditionnelle d’un « détenu épileptique et impotent », car « non seulement il ne peut rendre aucun service, mais il nécessite encore sans cesse des soins et la présence d’un garde constamment auprès de lui33 ».

  • 34 René Collignon, « Le traitement de la question de la folie au Sénégal à l’époque coloniale », dans (...)
  • 35 ANB, 2F12, lettre du 14 juin 1923 au gouverneur du Dahomey.

25La pathologie mentale est peu reconnue comme une cause d’irresponsabilité par les tribunaux et aucune prise en charge n’est par ailleurs prévue en prison34. Les délinquants atteints de problèmes mentaux et condamnés se trouvent donc emprisonnés, sans soins. La plupart d’entre eux ne présentent pas de danger mais les autorités se révèlent démunies face à des prisonniers violents. Lorsque l’ancien garde-cercle Etchissé poignarde un codétenu, le commandant de cercle d’Abomey est désemparé. Il retrouve finalement le père adoptif d’Etchissé, qui est médecin et accepte de s’en charger35. Cette solution d’espèce s’inscrit dans la politique d’assistance communautaire aux aliénés qui émerge dans les années 1910. Mais elle permet surtout, de manière pragmatique, de renvoyer les aliénés dans leur village, en l’absence de prise en charge adaptée à l’hôpital et plus encore en prison.

4. S’opposer par la plume et son corps à la déshumanisation de la prison

  • 36 ANOM, FM, Affaires politiques, carton 530, lettre du 8 mai 1923.
  • 37 ANOM, La Voix du Dahomey, n° 116, 1er mars 1937.

26Face à ces conditions de vie, les détenus témoignent et écrivent pour dénoncer les atteintes faites à leur corps et à leur vie en prison. Mais ces plaintes sont peu relayées par l’élite dahoméenne lettrée. La condition carcérale n’est souvent dénoncée par ces élites que lorsqu’elles en font elles-mêmes l’expérience. Comme d’autres détenus, les notables Oni Bello, Étienne Tété ou Adandé, incarcérés en 1923 après avoir manifesté contre l’impôt alertent ainsi le ministre des Colonies sur leur condition d’enfermement collectif dans « une cellule privée d’air, de lumière, de liberté de sortir, de [s’]occuper de [leur] défense et de [se] faire soigner36 ». Mais ils ne contestent pas la prison en elle-même, en dehors du fait que les mêmes conditions sont imposées aux notables ou détenus politiques et aux autres Dahoméens condamnés. Les élites lettrées estiment qu’elles ont un rôle d’intermédiaires à jouer mais elles n’émettent pas de réelle critique sur la prison ou l’usage de la main d’œuvre pénale. En 1937, le principal journal local, La Voix du Dahomey, s’oppose même à la décision de l’administration de confier le service des vidanges à Cotonou à des salariés plutôt qu’aux prisonniers37. C’est que le cœur des revendications de l’élite dahoméenne concerne les statuts de citoyens et de sujets et leurs corollaires, la justice indigène et l’indigénat.

  • 38 Babacar Bâ, op. cit., p. 182.
  • 39 ANB, 1M8, lettre du 19 janvier 1920 au gouverneur.

27Les perceptions que laissent filtrer les lettres des familles ou les réactions des détenus sont cependant largement négatives à l’égard d’une sanction dépourvue de toute autre finalité que la punition et l’utilisation des corps au service de la colonie. Lors de l’installation des prisons, les récits des détenus assimilent la prison à un tombeau où l’Homme perd sa dignité et se trouve coupé de ses protections38. Certaines plaintes confortent cette vision au Dahomey. La prison y est décrite comme un enfer brûlant. La lettre des notables et habitants d’Adjohon en 1920 dénonce ainsi l’enfermement dans la « boîte » de femmes avec leurs bébés, en ajoutant qu’ « il y a encore des femmes enceintes, qui sont enfermées pendant la nuit, […] comme rôties dans le four39 ».

  • 40 Ibid., rapport du 30 novembre 1920 de l’administrateur de Djougou.

28Les rébellions témoignent également d’un refus radical de l’enfermement, qui ne cherche pas à aménager l’intérieur mais qui pousse les corps vers l’extérieur. La révolte acharnée de deux Sombas en 1920 illustre ce rejet qui s’exprime physiquement et conduit les individus à fuir la prison par tous moyens40. La prison est certes un lieu de meurtrissure des corps, dont l’intensité varie en fonction des relations avec les gardiens auxquels est abandonné le fonctionnement quotidien. Mais elle est aussi une « boîte » relativement ouverte sur l’extérieur, un espace où s’aménagent entre les détenus et les gardes la circulation des corps entre le dedans et le dehors.

5. Souffrances des corps et aménagements des circulations dans la « boîte » ouverte

  • 41 ANB, 1F27, registre des correspondances des commissaires, 1906-1908.
  • 42 ANB, 2F4, feuilles de présence des gardes, 1936.

29Le seul personnel européen présent en prison est le régisseur (le commissaire de police ou l’administrateur), qui est chargé de la gestion de la prison. Mais il délègue largement au gardien chef le fonctionnement quotidien de la prison, en lien avec les gardes. Or ces gardes sont peu nombreux pour encadrer les détenus. Les commissaires de police qui se succèdent à Porto-Novo entre 1906 et 1908 relèvent tous que les effectifs sont insuffisants pour assurer la surveillance des corvées41 et la situation perdure jusqu’en 1945. On compte ainsi entre 24 et 31 prisonniers sous la direction de chaque garde à Porto-Novo en 193642.

  • 43 Bénédicte Brunet-La Ruche, « Les frères Béraud. Des parcours classiques pour des policiers dahoméen (...)
  • 44 ANB, 2F4, lettre du 4 mars 1944 du commandant de cercle d’Athiémé au gouverneur.

30Ces gardiens sont par ailleurs des gardes cercle ou des policiers affectés à ces fonctions, qui souffrent de la même déconsidération de la part de leur hiérarchie43. Les gardes sont souvent sanctionnés disciplinairement, pour des abandons de poste ou à la suite d’évasions. Cette situation témoigne de la responsabilité incombant à des gardes qui ne disposent pas des moyens suffisants pour assurer la surveillance, ainsi que de leur proximité avec les détenus. Un garde de la prison de Grand-Popo est ainsi sanctionné de quinze jours de prison pour complicité d’évasion du détenu Tigre de Souza en 1944, après avoir bu avec lui et s’être endormi44. Les gardes se trouvent fréquemment condamnés à de courtes peines de prison et partagent ainsi le sort des détenus.

  • 45 La commission de surveillance rapporte en 1936 que les prisonniers d’Allada sont soumis au despotis (...)
  • 46 ANB, 2F6, lettre anonyme du 4 mai 1934 d’un détenu.
  • 47 ANB, 2F24, sanctions disciplinaires prononcées en 1937 à la prison de Kandi.

31Dans ces conditions de vie communes et peu encadrées, les gardiens disposent d’un pouvoir exorbitant à l’égard des détenus. Des cas de torture sont révélés45 mais ce sont plus généralement la corruption et les brutalités des gardes qui sont dénoncées par les détenus. En 1934, un gardien de Porto-Novo est ainsi accusé de frapper les détenus à la corvée et de les obliger à lui acheter des bouteilles d’alcool46. De même, bien que les sanctions disciplinaires infligées aux prisonniers soient réglementées, leur mise en œuvre est arbitraire et les peines de cellule sont largement distribuées dans les prisons dahoméennes. Dans la prison de Kandi qui compte une soixantaine de détenus, ce sont 5 à 8 % des effectifs qui sont punis pendant deux mois en 193747. Ces peines sont notamment infligées à la suite d’une évasion mais tout acte d’indiscipline, comme le fait de refuser sa ration alimentaire, peut donner lieu à la mise en cellule.

  • 48 ANB, 2F6, lettre du 4 mai 1934 du détenu Koumagnon.

32Les plaintes révèlent par ailleurs la création de hiérarchies carcérales. En effet, des prisonniers dits de confiance acquièrent une place privilégiée auprès du gardien-chef, qui les emploie pour remplir certaines fonctions. Un détenu de Porto-Novo écrit ainsi en 1934 au commissaire pour dénoncer un prisonnier de confiance qui « prend l’argent auprès des prisonniers en cachette avant de le remettre aux mains des gardes » et « fout les prisonniers dans la cellule sans autorisation du gardien-chef48 ».

  • 49 ANB, 2F28, lettre du 20 mars 1941 du commandant de cercle de Porto-Novo au gouverneur.

33La faiblesse numérique des gardes conduit ces derniers à accorder aux détenus certains accommodements avec le règlement. Lors des corvées, les gardes peu nombreux et armés d’un fusil sans cartouches ou d’un bâton se montrent bienveillants pour limiter les évasions. Ils autorisent les détenus à échapper à leur surveillance pour voir leur famille et chercher de la nourriture. En 1941, les gardes de Porto-Novo chargés de surveiller les corvées de bois ont ainsi l’habitude d’escorter les détenus jusqu’au boulevard extérieur, puis de les laisser « libres d’aller où bon leur semble », en leur fixant simplement rendez-vous au même lieu à 17 heures, avec chacun un fagot de bois. Les prisonniers se rendent donc « chez eux à peu près chaque jour » et se font apporter par un parent ou un ami des vêtements civils, « voire même une bicyclette pour gagner du temps49 ».

34Un « rapport d’usage » au carcéral s’instaure, qui permet des allers et retours entre la prison et l’extérieur. Dans ces conditions, l’emprisonnement ne garantit pas l’exclusion temporaire de la société ni d’éviter la récidive, y compris pendant le temps de la détention. En effet, 3 % des prévenus de l’échantillon se trouvaient en prison lorsqu’ils ont accompli la nouvelle infraction poursuivie. Les brutalités, tout autant que les arrangements des gardes avec les prisonniers, traduisent un rapport d’autorité à la fois discrétionnaire et faible.

  • 50 Patricia O’Brien, Correction ou châtiment. Histoire des prisons en France au xixe siècle, Paris, PU (...)
  • 51 ANB, 2F4, P.-V. d’interrogatoire d’octobre 1927.

35Alors qu’en métropole, les évasions restent limitées et ne menacent pas, tout comme les révoltes, l’organisation de la vie carcérale50, l’ampleur des évasions met en évidence la faiblesse de l’autorité au Dahomey ainsi que la négociation des circulations entre l’intérieur et l’extérieur de la prison. Non seulement la conception sommaire des bâtiments et la faiblesse de la surveillance facilitent les fuites, mais les prisonniers sont aussi quotidiennement amenés à travailler à l’extérieur. Les révoltes collectives tendent à se développer à la fin des années 1920, avec parfois le soutien des gardes et de la population. Tel est le cas du mouvement des détenus de Ouidah qui manifestent en 1927 contre l’obligation qui leur est faite de travailler le dimanche après-midi. Les gardes réclament dès la veille de la mutinerie une modification des horaires de travail. Le dimanche, les détenus refusent d’aller au travail et plus d’une quinzaine d’entre eux s’enfuient pour se plaindre auprès du gouverneur. Les gardes ne les poursuivent pas réellement et les prisonniers sont soutenus par des piroguiers qui les conduisent jusqu’à Porto-Novo51.

  • 52 ANB, 1M83, jugement du 5 décembre 1930 du tribunal du 2e degré d’Allada.

36Mais la principale forme de rejet de la prison au Dahomey se manifeste par le mouvement important et continu d’évasions. Ces fuites apparaissent en effet de façon régulière dès le début du siècle : on compte en moyenne 4 évasions par mois de la prison de Porto-Novo en 1906. Ce mouvement se poursuit et ce sont en moyenne 10 % des détenus qui s’évadent au moins une fois dans un échantillon de 4 929 écroués entre 1900 et 1940. La fuite touche par ailleurs toutes les catégories carcérales. Les prisonniers condamnés ne s’évadent pas plus souvent que les personnes qui se trouvent en préventive. Certains détenus sont même des rois de l’évasion, comme un prisonnier qui en est à sa septième évasion en 1927 et qui renouvelle continuellement ses échappées entre 1912 et 1927. Les motivations des évasions mettent en évidence à la fois des actes de fuite, de révolte et un certain usage du carcéral par les détenus. Le détenu Hounkonou explique ainsi en 1930 qu’il s’est évadé de la corvée « pour aller voir sa femme qui venait d’accoucher de jumeaux52 ».

  • 53 ANB, 2F14, lettre du 29 mars 1919 du chef subdivision de Porto-Novo-Banlieue.

37Ces évasions permanentes soulignent aussi l’importance des complicités extérieures. Parmi les prisonniers qui se sont évadés au moins une fois dans l’échantillon des écroués, 29 % n’étaient pas repris et la moitié des évadés est restée près de trois mois en liberté avant d’être arrêtée. Plusieurs affaires de complicité d’évasion révèlent l’existence de soutiens actifs des familles et des chefs locaux. Le chef Sénou est ainsi condamné disciplinairement à 15 jours de prison en 1919, pour avoir laissé habiter dans son village le prisonnier Akpaka qui s’était évadé depuis 191253. La récurrence et le soutien de la population aux fugitifs manifestent une opposition généralisée à l’enfermement des corps, tout autant que l’incapacité des autorités à dominer leur propre processus répressif.

Conclusion

  • 54 ANOM, FM, SJ2, rapport sur la situation de la justice en Afrique.
  • 55 Babacar Bâ, op cit., p. 272 et s.
  • 56 Ibrahima Thioub, Babacar Bâ, Ibra Sène, « Sénégal : un système pénitentiaire en crise. Acteurs et e (...)

38À la lecture de B. Dadié, les réalités carcérales semblent peu évoluer après 1945. Le magistrat Sédille estime encore, en 1952, que « l’organisation pénitentiaire africaine, à de rares exceptions près, est inexistante54 ». Malgré quelques tentatives de réforme, la prison reste relativement immobile en AOF jusqu’en 196055 et les États africains semblent conserver, voire renforcer, le « moule autoritaire » de l’appareillage carcéral56. Organisations de défense des droits de l’homme et chercheurs relèvent encore les conditions de détention catastrophiques et l’abandon des prisons contemporaines.

  • 57 Frederick Cooper, Français et Africains ? Être citoyen au temps de la décolonisation, Paris, Payot, (...)

39Mais la sanction pénale est-elle restée à l’écart de l’imagination des acteurs autour des multiples possibilités d’évolution politique après 194557 ? Portée notamment par La défense sociale nouvelle de Marc Ancel, l’économie de la peine qui émerge après guerre aspire à replacer les droits humains et la resocialisation au cœur de la politique criminelle. Parallèlement, l’ossature de l’ordre colonial s’effondre, avec l’accès à la citoyenneté des populations de l’AOF et la suppression des institutions fondées sur la distinction entre « sujets » et « citoyens », au premier rang desquelles la justice indigène. Quels débats et réformes pénales sont ouverts par les leaders politiques africains à partir de 1945, puis dans les États indépendants ? Comment les mutations socio-économiques et le bouillonnement politique impactent-ils la manière dont les gouvernements et les populations appréhendent le champ pénal ?

40L’évolution du processus pénal, depuis ses réformes jusqu’à ses usages sociaux, mérite d’être davantage historicisée entre 1945 et nos jours, en prenant en considération les mutations du rapport au corps que traduisent les conceptions et les expériences de la sanction pénale.

Haut de page

Notes

1 Bernard B. Dadié, Carnet de prison, Abidjan, CEDA, 1981, p. 13.

2 Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dirs.), Histoire du corps, 3 vol. , Paris, Seuil, 2005.

3 Françoise Guillemot, Agathe Larcher-Goscha (dirs.), La colonisation des corps. De l’Indochine au Viet Nam, Paris, Vendémiaire, 2014 ; Elisabeth M. Collingham, Imperial Bodies. The Physical Experience of the Raj, Oxford, Polity Press, 2001 ; Anne Hugon, « La redéfinition de la maternité en Gold Coast, des années 1920 aux années 1950 : projet colonial et réalités locales », dans Anne Hugon (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique-Asie, xxe siècle, Paris, Karthala, 2004, p. 145-171 ; Ann Laura Stoler, La chair de l’empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, 2013 ; Christelle Taraud, « La virilité en situation coloniale, de la fin du xviiie siècle à la Grande Guerre », dans Alain Corbin (dir.), Histoire de la virilité, vol. 2, Paris, Seuil, 2011, p. 337-356.

4 Florence Bernault (dir.), Enfermement, prison et châtiments en Afrique du 19e siècle à nos jours, Paris, Karthala, 1999 ; Frank Dikköter, Ian Brown (eds.), Cultures of Confinement. A History of the Prison in Africa, Asia and Latin America, London, Hurst & Company, 2007.

5 Taylor C. Sherman, « Tensions of Colonial Punishment : Perspectives on Recent Developments in the Study of Coercitive Networks in Asia, Africa and the Caribbean », History Compass, 7/3, 2009, p. 659-677.

6 Arthur Girault, Principes de colonisation et de législation coloniale, Paris, Recueil général des lois & des arrêtés, 1904, p. 556.

7 Alexandre Mérignhac, Précis de législation et d’économie coloniales, Paris, Sirey, 1912, p. 934.

8 Arch. nat. d’outre-mer (ANOM), FM, Affaires politiques, carton 1645, mission d’étude sur la justice en AOF du 25 juin 1914.

9 Un double système judiciaire est institué en AOF. D’un côté, les tribunaux indigènes, présidés par un administrateur assisté de deux notables locaux, appliquent les coutumes locales qui ne sont pas contraires aux « principes de la civilisation française ». De l’autre, les tribunaux français, composés de magistrats professionnels, sont compétents pour les affaires qui impliquent un citoyen européen.

10 L’emprisonnement représente aussi 92 % des sanctions prononcées par les tribunaux indigènes des autres territoires de l’AOF en 1937. ANOM, FM, Affaires politiques, carton 3 478, rapport dans le ressort de la cour d’appel de l’AOF pour 1937.

11 Le régime de l’indigénat est un ensemble de sanctions disciplinaires (emprisonnement d’une durée maximale de 15 jours, amende) prononcées en dehors des tribunaux par les administrateurs à l’égard des seuls « indigènes » qui ont commis une infraction « spéciale », c’est-à-dire un acte ou une omission portant atteinte à l’ordre public colonial (refus de répondre à une convocation, négligence dans le paiement de l’impôt, etc.). Bénédicte Brunet-La Ruche, Laurent Manière, « De l’“exception” et du “droit commun” en situation coloniale : l’impossible transition du code de l’indigénat vers la justice indigène en AOF », dans Bérengère Piret, Charlotte Braillon, Laurence Montel, Pierre-Luc Plasman (dirs.), Droit et justice en Afrique coloniale. Traditions, productions et réformes, Bruxelles, Publications de l’Université Saint-Louis, 2014, p. 117-141.

12 Les réalités réformatrices doivent être relativisées au regard des pratiques carcérales mais la difficile mise en œuvre des réformes pénitentiaires ne signifie pas la déconnexion entre discours utopiste et « État » concret. Gilles Chantraine, « Les savoirs des prisons. Rationalité punitive et savoirs critiques », Traces. Revue de Sciences humaines, 3/2009, n° 9, p. 99-110.

13 L’attention des autorités est principalement portée aux crimes commis par des intermédiaires africains qui ont pénétré le milieu européen et interviennent aux frontières de la division coloniale, à l’instar de l’affaire Gastel, un cuisinier condamné à mort en 1913 pour avoir commandité l’assassinat de commerçants. Bénédicte Brunet-La Ruche, « Crime et Châtiment » aux colonies : poursuivre, juger et sanctionner au Dahomey de 1894 à 1945, Thèse d’histoire, Université de Toulouse-Jean Jaurès, 2013, p. 379-380.

14 Marc Reneville, Crime et folie, Paris, Fayard, 2003, p. 292-297.

15 Mamadou Dian Chérif Diallo, Répression et enfermement en Guinée. Le pénitencier de Fotoba et la prison centrale de Conakry de 1900 à 1958, Paris, L’Harmattan, 2005.

16 ANOM, FM, Affaires politiques, carton 1645, rapport Beurdeley du 25 juin 1914.

17 Ibrahima Thioub, « Marginalité juvénile et enfermement à l’époque coloniale : les premières écoles pénitentiaires du Sénégal, 1888-1927 », dans Florence Bernault, op. cit., p. 205-226.

18 Dior Konaté, « Sénégal : l’emprisonnement des femmes, de l’époque coloniale à nos jours », Revue française d’histoire d’outre-mer, n° 324-325, 2e semestre 1999, p. 79-98.

19 ANOM, FM, Affaires politiques, carton 2098, lettre n° 236 du 19 janvier 1943.

20 Édouard Chaudouin, Trois mois de captivité au Dahomey, Paris, Hachette, 1891, p. 114.

21 Dominique Kalifa, « Magistrature et “crise de la répression” à la veille de la Grande Guerre », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, n° 67, juil.-sept. 2000, p. 43-59.

22 Laurent Fourchard, « La prison entre conservatisme et transgression. Le quotidien carcéral en Haute-Volta, 1920-1960 », dans Florence Bernault, op. cit., p. 270. Babacar Bâ, L’enfermement pénal au Sénégal : 1790-1960. Histoire de la punition pénitentiaire coloniale, Thèse d’histoire, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, 2005.

23 ANB, 2F32, lettre du 12 novembre 1908 de la commission de surveillance au gouverneur.

24 ANB, 2F6, lettre du gouverneur du 29 juillet 1934 et registre d’écrou du 3e trimestre 1934.

25 ANB, 2F12, P.-V. de la visite du 28 novembre 1931 de la commission de surveillance.

26 ANB, 2F28, télégramme du 22 avril 1943.

27 ANB, 1M8, lettre du 31 octobre 1926 du gouverneur aux commandants de cercle.

28 ANB, 2F32, op. cit.

29 ANB, 2F12, circulaire du 11 octobre 1934.

30 ANB, 2F9, journée du 11 juillet 1940.

31 ANB, 1M83, jugement du 11 juillet 1906 du tribunal de province de Bopa.

32 ANB, 1M8, lettre du 26 juin 1903 du responsable de l’ambulance d’Allada.

33 ANB, 2F14, lettre du 31 octobre 1906 au gouverneur.

34 René Collignon, « Le traitement de la question de la folie au Sénégal à l’époque coloniale », dans Florence Bernault, op. cit., p. 227-257.

35 ANB, 2F12, lettre du 14 juin 1923 au gouverneur du Dahomey.

36 ANOM, FM, Affaires politiques, carton 530, lettre du 8 mai 1923.

37 ANOM, La Voix du Dahomey, n° 116, 1er mars 1937.

38 Babacar Bâ, op. cit., p. 182.

39 ANB, 1M8, lettre du 19 janvier 1920 au gouverneur.

40 Ibid., rapport du 30 novembre 1920 de l’administrateur de Djougou.

41 ANB, 1F27, registre des correspondances des commissaires, 1906-1908.

42 ANB, 2F4, feuilles de présence des gardes, 1936.

43 Bénédicte Brunet-La Ruche, « Les frères Béraud. Des parcours classiques pour des policiers dahoméens d’exception (1889-années 1930) », dans Jean-Pierre Bat, Nicolas Courtin (dirs.), Maintenir l’ordre colonial. Afrique et Madagascar, xixe-xxe siècles, Rennes, PUR, 2012, p. 149-166.

44 ANB, 2F4, lettre du 4 mars 1944 du commandant de cercle d’Athiémé au gouverneur.

45 La commission de surveillance rapporte en 1936 que les prisonniers d’Allada sont soumis au despotisme des gardes et de l’adjudant Boni, qui est jugé pour avoir coupé deux doigts à un détenu qui tentait de s’évader.

46 ANB, 2F6, lettre anonyme du 4 mai 1934 d’un détenu.

47 ANB, 2F24, sanctions disciplinaires prononcées en 1937 à la prison de Kandi.

48 ANB, 2F6, lettre du 4 mai 1934 du détenu Koumagnon.

49 ANB, 2F28, lettre du 20 mars 1941 du commandant de cercle de Porto-Novo au gouverneur.

50 Patricia O’Brien, Correction ou châtiment. Histoire des prisons en France au xixe siècle, Paris, PUF, 1988, p. 88.

51 ANB, 2F4, P.-V. d’interrogatoire d’octobre 1927.

52 ANB, 1M83, jugement du 5 décembre 1930 du tribunal du 2e degré d’Allada.

53 ANB, 2F14, lettre du 29 mars 1919 du chef subdivision de Porto-Novo-Banlieue.

54 ANOM, FM, SJ2, rapport sur la situation de la justice en Afrique.

55 Babacar Bâ, op cit., p. 272 et s.

56 Ibrahima Thioub, Babacar Bâ, Ibra Sène, « Sénégal : un système pénitentiaire en crise. Acteurs et enjeux des débats en cours », Revue française d'histoire d'outre-mer, n° 324-325, 2e semestre 1999, p. 128. Florence Bernault, op. cit., p. 51 et s.

57 Frederick Cooper, Français et Africains ? Être citoyen au temps de la décolonisation, Paris, Payot, 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Plan de la prison de Porto-Novo en 1912
Légende Archives Nationales du Bénin, 2F32, fonds du Dahomey colonial, compte-rendu n° 61 du 5 mars 1912 du chef du bureau militaire au sujet de la prison de Porto-Novo
Crédits © Cliché auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/4004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Brunet-La Ruche, « Le corps au cœur de la prison coloniale au Dahomey (1894-1945) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 22 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/4004 ; DOI : 10.4000/framespa.4004

Haut de page

Auteur

Bénédicte Brunet-La Ruche

Bénédicte Brunet-La Ruche est docteure en histoire de l’Université Toulouse-Jean Jaurès depuis 2013, associée au laboratoire FRAMESPA (UMR 5136) de Toulouse et au CESDIP (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales, UMR 8183) de Saint-Quentin-en-Yvelines.
benebrunet@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org