Navigation – Plan du site
La domination incarnée - Corps et colonisation (XIXe-XXe siècles)

Le corps, enjeu de la guerre d’indépendance algérienne. La question sanitaire dans les camps de regroupement (1954-1962)

The body in the Algerian War of Independence. The health issue in regroupment camps (1954-1962)
El cuerpo, reto de la guerra de independencia argelina. La cuestión sanitaria en los campos de reagrupamiento (1954-1962)
Fabien Sacriste

Résumés

Le corps des Algérien·ne·s est un enjeu majeur dans les camps de regroupement créés en masse par l’armée française pendant la guerre d’indépendance. Les regroupements sont alors présentés comme le climax de la « pacification », tant ils sont censés concentrer les actions favorables à l’encadrement des Algériens, ainsi qu’à la transformation de la société et des individus. Mais la situation sanitaire et sociale qui y domine offre un cinglant contraste avec les discours officiels : précarité et promiscuité, carences alimentaires et misère physiologique, crise sanitaire et surmortalité infantile caractérisent majoritairement la vie des camps. Le regroupement apparaît dès lors comme le révélateur des paradoxes de la « pacification », qui relève d’un ensemble d’actions censé favoriser l’adhésion de la population à la cause de l’armée française, mais agit comme une violence coloniale qui complique sa tâche et lui aliène in fine les Algérien·ne·s.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notamment à travers ses représentations photographiques : Christelle Taraud, Mauresques. Femmes ori (...)
  • 2 Christelle Taraud, La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot, 2 (...)
  • 3 Voir les travaux de Claire Fredj sur le système de santé en Algérie coloniale, Femme médecin en Alg (...)
  • 4 Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Gallimard, (...)

1Brutale et massive, la politique de regroupement menée par l’armée française pendant la guerre d’indépendance algérienne a conduit au déplacement forcé et à l’enfermement dans des camps de plus de deux millions d’Algérien·ne·s. Individus reclus, les regroupés sont aussi marqués dans leur corps par la misère physiologique, qui les expose aux crises sanitaires et à la surmortalité. Les études sur l’Algérie coloniale ont évoqué le corps à travers des thèmes variés, que ce soit la représentation photographique des femmes colonisées1, la réglementation de la prostitution (militaire notamment2), la constitution du corps des Algériens, et plus particulièrement des Algériennes, en enjeu médical3, ou encore la manière dont la torture, pendant la guerre d’indépendance, fait des corps algériens le terrain d’un affrontement dont les enjeux, individuels et collectifs, sont indissociables des rapports de domination en situation coloniale4. Étudier le camp de regroupement incite toutefois à percevoir le corps sous un angle qui n’est pas spécifique à cette dernière : celui d’une souffrance qui marque la condition des réfugiés, dont le nombre n’a cessé de croître au cours des guerres du dernier siècle. Mais perçue au prisme de ce contexte particulier et de ses enjeux, la confrontation entre la question des corps et la logique des camps laisse entrevoir certains paradoxes de ce conflit – et, partant, du fait colonial. Si le corps est un enjeu politique majeur pour une armée française qui prétend rallier les Algérien·ne·s à sa cause, la création des camps démultiplie certains besoins économiques, sociaux et médicaux auxquels elle doit faire face. Dès lors, l’étude des effets que la mise en camp produit sur les corps, et celle des discours officiels qui préfèrent pointer l'idée que les mœurs algériennes seraient avant tout la cause de ces effets, font apparaître les contradictions de la « pacification », cette politique publique menée par l’armée pour s’imposer à la société algérienne de 1954 à 1962.

1. Encadrer la société algérienne

  • 5 Sur l’histoire et l’historiographie du conflit : Guy Pervillé, Pour une histoire de la guerre d’Alg (...)
  • 6 Sur l’histoire du FLN-ALN, voir : Gilbert Meynier, Histoire intérieure du FLN, Paris, Fayard, 2002.
  • 7 Sur ces actions, voir : Sylvie Thénault, Histoire de la guerre…, op. cit., p. 90-110.

2L’insurrection du 1er novembre 1954 ébranle une situation coloniale relativement figée, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans l’immobilisme5. Limitées dans leur ampleur et leurs conséquences, les actions armées menées par les militants du Front de Libération Nationale (FLN) amorcent une phase de développement rapide : en quelques mois, le mouvement s’impose comme leader du combat pour l’indépendance algérienne. Cette phase est sensible de 1955 à 1957 : tandis que la population algérienne lui apporte un soutien de plus en plus massif, le FLN recrute cadres et combattants, multiplie ses maquis qui s’enracinent parfois durablement dans les régions les plus isolées, et accroît sa visibilité internationale6. Le Congrès de la Soummam, en août 1956, est le symbole de cette expansion. Outre qu’il dote le FLN de nouvelles structures représentatives, il découpe le territoire en subdivisions et organise ses troupes en une hiérarchie d’unités militaires, l’Armée de Libération Nationale (ALN). Il institutionnalise également l’administration de la société algérienne par les cadres politiques locaux, chargés de gérer les affaires administratives ou judiciaires locales, pour mieux encadrer la population. Toutes ces mesures montrent in fine la volonté du FLN de se poser en contre-État, un fait qui permet de mieux cerner la nature du conflit et les réponses que lui oppose l’autorité coloniale : elles oscillent entre une répression policière et militaire du mouvement national, confiée à la police et à la justice, mais surtout et de plus en plus à l’armée, et une tentative de réforme structurelle de la situation coloniale. Entre ces deux pôles extrêmes mais complémentaires, le gouvernement s’attache à une entreprise d’encadrement total de la société algérienne, urbaine et rurale. Faute d’effectifs administratifs suffisants, cet effort est confié aux militaires. Grâce à l’appui logistique et humain des troupes du contingent, par l’intermédiaire aussi d’officiers affectés dans les Sections administratives spécialisées (SAS), l’armée prend en charge la population colonisée par une « politique » aux ramifications multiples : quadrillage militaire et administratif du territoire, engagement des Algériens dans les troupes supplétives, contrôle de la vie politique par la désignation de responsables, scolarisation et encadrement de la jeunesse, action médicale et sociale, action psychologique visant à inciter le soutien populaire et à terroriser l’adversaire7.

  • 8 Sur l’histoire des regroupements, voir : Michel Cornaton, Les regroupements de la décolonisation en (...)
  • 9 La DGR désigne un arsenal informel de théories et de pratiques contre-insurrectionnelles rationalis (...)
  • 10 Après la fuite dans la presse d’un rapport officieux de Michel Rocard, qui a fait, depuis, l’objet (...)
  • 11 Le « plan Challe » désigne la nouvelle stratégie adoptée par le commandement français à partir de 1 (...)
  • 12 Le regroupement a concerné plus de deux millions d’individus sur une population rurale qui, en 1954 (...)

3Le camp de « regroupement » devient rapidement l’un des lieux où se cristallisent tous ces enjeux et ces moyens d’action8. Le terme désigne le déplacement forcé imposé par l’armée et/ou l’administration à une communauté rurale, selon un objectif autant militaire (créer des « zones interdites » à leurs populations favorise une répression arbitraire, voire une politique de la terre brûlée, et permet ainsi d’asphyxier les maquis) qu’administratif (rapprocher de l’autorité des populations qui échappent à son contrôle direct, parce qu’elles vivent dans une zone d’accès difficile, insuffisamment contrôlée ou bien trop acquise au mouvement national). La pratique se diffuse massivement de 1957 à 1959, fruit d’une dynamique portée par le renforcement de l’armée française en Algérie, la montée en puissance de la Doctrine de la guerre révolutionnaire9 (DGR), et surtout la séduction qu’éprouvent les autorités locales, tant militaires que civiles, devant ce procédé qui leur semble pouvoir facilement et efficacement répondre aux enjeux de la lutte présente. Mais, d’abord motivées par l’impératif opérationnel, les autorités coloniales subordonnent le plus souvent les besoins économiques des populations à l’intérêt militaire et sécuritaire immédiat du regroupement, aggravant la misère des ruraux. Privés de leurs ressources traditionnelles, dépendants de celles de l’administration, logeant dans un habitat sommaire et dans des conditions déplorables, les regroupés connaissent une précarité durable et sont exposés à des risques sanitaires majeurs. Cette situation, révélée à l’opinion publique en avril 195910, suscite un relatif scandale en métropole, qui incite le Délégué général du Gouvernement en Algérie, Paul Delouvrier, à interdire tout nouveau regroupement et à lancer un programme d’amélioration des camps : Mille villages. Rétrospectivement, ce dernier contribue surtout à aggraver la situation, puisqu’il permet, dans le cadre du plan Challe11, de contourner l’interdiction : en affirmant amorcer la création des « nouveaux villages » par le regroupement, l’armée l’utilise pour justifier l’intensification des déplacements de populations – qui concernent, à la fin du conflit, plus de la moitié de la population rurale recensée en 195412.

  • 13 Sur le sujet, on attend la soutenance de thèse de Terrence Peterson : « Counterinsurgent Bodies : S (...)
  • 14 Sur le sujet, voir : Neil MacMaster, Burning the Veil. The Algerian War and the « Emancipation » of (...)
  • 15 Alger, Direction générale de l’Action sociale, « Organisation de l’AMG, coordination de l’action de (...)
  • 16 Pour ces chiffres, voir les statistiques de « pacification » : SHD/1H-1H2544 à 2547.
  • 17 Inspection générale des regroupements de populations (IGRP), « Contribution au Rapport d’Informatio (...)

4 Dans ce contexte, le corps des colonisés est un enjeu fondamental pour l’autorité coloniale. Les campagnes hygiénistes principalement destinées aux femmes, ou les foyers sportifs créés pour encadrer la jeunesse, rendent compte des procédés par lesquels l’armée française tente d’inculquer aux Algérien·ne·s des normes physiques et sociales afin de produire des « citoyens » à même de s’intégrer à l’« Algérie nouvelle » qu’elle entend édifier13. La condition des femmes surtout, obsède les cadres de cette armée, persuadés que l’une des clés de la lutte réside justement dans « l’émancipation féminine » : propagande à destination des Algériennes, comités de solidarité féminine, campagnes de « dévoilage » tendent à constituer le corps des femmes en terrain d’une lutte politique avec le FLN14. En milieu rural, cette stratégie s’exprime aussi et surtout à travers l’action des Équipes médico-sociales itinérantes (EMSI), composées d’infirmières recrutées parmi la population algérienne. Rattachées aux SAS, elles sont composées d’Adjointes sociales sanitaires rurales auxiliaires (ASSRA), dont la fonction est autant médicale que sociale, puisqu’elles doivent dispenser aux populations des villages les plus isolés des cours d’hygiène, et, pour les femmes, de puériculture et de nutrition infantile. Cette action doit aussi favoriser « l’éducation de base des milieux féminins » : permettre la prise de contact avec les femmes, les convertir à la cause française et en faire les principaux vecteurs de sa diffusion rurale. Le dispositif médical repose également sur la création d’infirmeries fixes confiées à des médecins militaires, aidés d’infirmiers issus du contingent et d’auxiliaires algériens, et qui remplissent des fonctions similaires – médicales, sociales et politiques. Dès 1956, ce quadrillage sanitaire se développe parallèlement à celui de l’armée et des SAS, contribuant à faire de l’Assistance médicale gratuite (AMG) « la pièce maîtresse de l’organisation de la Santé Publique et sa manifestation la plus vivante. En établissant un très large contact avec les populations, elle réalise le moyen le plus efficace de diffusion pour leur éducation sanitaire15. » En mai 1959, plus de 600 médecins militaires assurent l’essentiel de l’AMG, soit près d’un million de consultations mensuelles – et les chiffres augmentent jusqu’à la fin de la guerre16. La plupart sont amenés à intervenir dans les camps : en 1960, sur les 778 médecins chargés de l’AMG, 486 y sont impliqués17 (62 %).

  • 18 Il s’agit du rapport de l’IGRP cité supra.
  • 19 SAS de M’Chounèche, « L’AMG », 25 février 1962, SHD/1H-1213.

5Selon un rapport préparé pour les débats de juillet 1960 à l’ONU, le regroupement aurait même favorisé les progrès sanitaires : la plupart des camps sont équipés d’une salle de soins, où peuvent agir ces médecins et près de 3 000 infirmiers algériens18. Le rapport brandit même une preuve statistique : le taux mensuel de consultation par habitant serait plus élevé dans les camps (0,70) que dans le reste de l’Algérie (0,14). Document destiné à la propagande, ce rapport souligne l’un des mythes du « regroupement » qui, pour ses protagonistes, et en matière sanitaire comme en d’autres, peut être l’instrument d’un « progrès » total du monde rural. Cette idée est née en bas de la hiérarchie, où les acteurs soulignent, lorsque le dispositif médical est suffisant, ses effets positifs. C’est le cas du chef de la SAS de M’Chounech, où se trouve un camp de 3 000 habitants, qui dit sa satisfaction des progrès rendus possibles par l’AMG : « en plus des consultations et soins matinaux, les visites, l’après-midi à domicile, des malades ne pouvant se déplacer ont permis de faire pénétrer jusque dans les gourbis les plus obscurs les bienfaits de la science médicale moderne19. » L’AMG, malgré des « moyens modestes », a permis aux populations « d’accéder à l’univers médical, et de les soustraire peu à peu aux remèdes souvent pittoresques, rarement efficaces, toujours coûteux des marabouts. » Si beaucoup reste à faire, il faut se féliciter des « progrès » obtenus qui permettent une réelle « pénétration de la médecine » en milieu rural : « [p]eu à peu grâce à [l’action des auxiliaires algériens] la population fait l’apprentissage des préceptes élémentaires de l’hygiène et de la médecine moderne. » Si tous les officiers ne livrent pas un avis aussi optimiste sur les effets de la mesure – le dispositif médical étant loin d’être homogène –, la plupart soulignent la nécessité d’un progrès et la possibilité offerte en la matière par le regroupement. Une dynamique paradoxale s’instaure pourtant au fur et à mesure que la pratique se diffuse : la mise en camp confronte cette politique médicale à la multiplication de ses besoins, tant la condition regroupée est marquée par la précarisation généralisée des ruraux – et le risque, toujours latent, d’une crise sanitaire qu’elle fait peser sur eux.

2. La condition regroupée : une précarité durable

  • 20 Sur le sujet, le travail de référence reste celui co-écrit par Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad, (...)
  • 21 Département d’Orléansville. Commission départementale de la réforme agraire, « Les regroupés de la (...)

6Le principal effet du regroupement est d’entraver la poursuite des travaux agraires et de priver les paysans de leurs moyens de production traditionnels. La mesure se traduit de fait par l’abandon des pratiques agricoles, très souvent par impossibilité pratique (distance, interdiction, destructions), mais aussi par désintérêt social et économique (du fait de la séduction exercée par le travail salarié20). La perte des moyens de production entraîne la dépendance des Algérien·ne·s à l’administration, aux secours en nature qu’elle distribue et aux salaires qu’elle dégage par l’ouverture de chantiers de chômage. Le regroupement plonge les populations rurales dans une précarité durable, où leur survie dépend de leurs chances d’accès à ces ressources, toujours insuffisantes. Cette précarité économique favorise des carences alimentaires majeures et par ricochet l’aggravation de la misère physiologique : c’est la principale cause des maladies et de la surmortalité qui sévit dans les camps, fruit d’une crise sanitaire aggravée par l’insalubrité et la promiscuité imposées aux populations déplacées. Le cas de la « Ferme Michel », un regroupement créé dans la grange d’une ferme près d’Orléansville, offre une description pointue du dénuement dans laquelle la mesure place les populations. Un rapport d’inspection peint en effet le portrait de ce « petit camp » : sa population est d’environ 300 individus, dont il nous dit qu’ils vivent « parqués, tel du bétail, dans les annexes d’une ferme réquisitionnée21 ». Les ressources des regroupés sont faibles. Ces paysans dont l’économie est à dominante pastorale ont vu leurs troupeaux péricliter : depuis 1954, la population du douar a perdu près de 65 % de ses vaches laitières, 88 % de ses caprins, la quasi-totalité de ses ovins et mulets. Ils vivent pour beaucoup, en partie ou totalement, des secours distribués par l’administration – soit, le plus souvent, quasi exclusivement de céréales : « [i]l en résulte, pour ces pasteurs accoutumés à une nourriture de laitage et de viande, un déséquilibre alimentaire fondamental, marqué par une nette prédominance des glucides et une absence quasi totale en lipides et protides. » Comme souvent, l’autorité a cherché à créer des salaires nouveaux pour faire vivre la population. Elle produit ainsi une compétition économique entre des individus précarisés, instaurant entre eux une grande variation de revenus et, partant, une nouvelle hiérarchie sociale : leur survie dépend de fait des possibilités d’emploi offertes par l’administration, mais aussi, et surtout de la capacité des regroupés à travailler. Le système économique créé par et pour le regroupement exclut en effet les personnes les plus fragilisées, la précarité touche plus particulièrement les femmes et les veuves les plus âgées, qui ne disposent pas des salaires que les plus jeunes peuvent ramener :

Parmi les plus déshérités, X (59 ans) était venue du djebel avec sa fille (30 ans) et trois petits enfants. Depuis lors, la jeune femme et le plus jeune des enfants sont décédés ; l’aîné est atteint d’une déformation du genou dont un séjour à l’hôpital n’a pu avoir raison. Pour les trois survivants, les seules ressources consistent dans le lait de deux chèvres : ils n’ont absolument rien d’autre. Ils dorment, la nuit, enroulés tous trois dans la même couverture.

7La situation d’une grande partie des regroupés se rapproche de celle des réfugiés, nombreux aussi alors en Algérie, dans les régions rurales où leur situation a rarement interpellé les autorités civiles. L’absence quasi totale de prise en charge de ces populations, parquées dans des bâtiments ou vivant sous tentes, a parfois des effets catastrophiques, comme c’est le cas en Petite Kabylie, à Ighzer-Amokrane où la population de la commune d’Ouzellaguen « vit » pendant plus de deux ans dans des bâtiments agricoles réquisitionnés par les militaires, dans une condition économique misérable. Fin 1960, une enquête souligne la surmortalité infantile qui sévit dans un hangar où se trouvent plus de 600 réfugiés. Privés de tout, ceux-ci reçoivent les visites d’une assistante médico-sociale, une fois par mois – et c’est elle qui alarme l’auteur de cette enquête, qui cite ses propos :

  • 22 SHD/1H-2030. Inspection Générale des Regroupements de Populations, « Rapport d’inspection dans le d (...)

[…] « au mois d’octobre 1960, à Ighzer Amokrane, j’ai trouvé des enfants âgés de 1 mois à 4 ans 1⁄2 dans des états de maigreur épouvantable ; quelques rares mères acceptèrent qu’on emmène leurs bébés à l’hôpital où, en général, ils sont morts. Mais la plupart ne voulurent rien savoir et les gardèrent chez elles où une trentaine de jeunes enfants de ma connaissance sont morts. [...]. Les secours alimentaires sont d’environ 900 grammes de semoule par personne et par mois, quant aux petits enfants ils n’y ont pas droit22. »

  • 23 « Échos de conversation avec des stagiaires de l’ENA qui sont ici depuis février 1958, dont plusieu (...)
  • 24 Dans le langage de l’armée, il s’agit des camps qui ne sont pas amenés à rester sur place et qui n’ (...)

8Une telle situation n’est certes pas transposable à tous les réfugiés, ni à tous les camps : la réalité socio-économique de deux mille regroupements, lesquels présentent une physionomie d’une extrême variabilité, ne saurait se réduire à un seul cas de figure. Mais le rapport sur la Ferme Michel souligne bien les problèmes qui se posent avec plus ou moins d’acuité dans la plupart d’entre eux. « Quelques-uns sont des camps presque modèles, que l’on fait visiter aux journalistes et aux visiteurs, d’autres – la très grande majorité – sont de véritables foyers de misère entourés de barbelés et de miradors, où règne la sous-alimentation et la maladie », estime par exemple, en février 1959, un conseiller de Paul Delouvrier – qui ajoute, en marge : « [d]ans les meilleurs cas, la perte de revenu par tête est de l’ordre de 1/3, essentiellement par suppression des troupeaux », et que « plus du tiers des regroupés sont totalement à charge du budget23. » Les statistiques de l’armée revoient même à la hausse son estimation à la même date : le nombre de regroupements » provisoires », où la population est entièrement à charge, concerne 40 % de la population déplacée24.

9Cette précarité économique, qui a pour corollaire l’accentuation des carences alimentaires des populations, est le principal facteur d’affaiblissement des corps, qui favorise l’apparition de crises sanitaires. Maladies et épidémies trouvent de fait un terrain de prédilection dans les camps, surtout dans les plus grands. La salubrité publique, bien qu’étant au cœur des directives sur le regroupement, est l’un des principaux problèmes qui se posent aux chefs de SAS. La précipitation qui préside à la création des camps impose aux camps des problèmes d’accès à l’eau potable ou de salubrité de l’habitat. La situation est catastrophique pour les populations forcées de vivre dans des tentes de manière prolongée, dans des bâtiments réquisitionnés ou des gourbis, où elles s’entassent dans des pièces de taille réduite. La promiscuité est alors un facteur de propagation des maladies – comme le souligne le rapport sur la Ferme Michel, lorsqu’il présente le cas d’un couple vivant avec une jeune fille :

L’homme, au visage hâve, tousse et crache : il est tuberculeux et, après trois mois d’hospitalisation, on l’a renvoyé – car il est incurable, et la place manque. Il bénéficie des soins épisodiques de l’auxiliaire sociale. […]. [Sa fille Zineb] est vêtue d’une cotonnade légère ; la nuit, elle se blottit avec ses parents sous l’unique couverture ; le Secours Catholique lui fit don d’un manteau : c’est son père, fiévreux, qui s’en enveloppe… Zineb tousse légèrement : comment pourrait-elle éviter le mal qui tue lentement son père ?

10L’aménagement de l’espace représente un autre facteur de risque. L’évacuation des eaux usées et l’élimination des matières fécales sont deux des questions les moins envisagées lors des créations, bien qu’ils soient deux facteurs extrêmement favorables aux crises sanitaires. Ces problèmes se retrouvent dans tous les camps, où ils ne reçoivent que des solutions sommaires : les infrastructures urbaines modernes – égouts, w. c. ou latrines publiques – sont toujours jugées trop coûteuses pour être créées, ou inadaptées aux « mœurs algériennes ».

  • 25 Michel Rocard, Rapport sur les camps…, op. cit., p. 126.

11La précarité sanitaire et l’insalubrité des camps sont des phénomènes variables, et d’abord diachroniques. Ils concernent tous les regroupements dans leurs premiers temps, et affectent plus particulièrement ceux de très grande taille, mais diminuent dans la plupart du fait de l’investissement des personnels d’encadrement, pour qui l’organisation sanitaire est une priorité. De plus, cette condition varie souvent en fonction de l’éloignement des villes, qui disposent d’acteurs sociaux (médecins, infirmiers) ou de ressources (denrées alimentaires, autres) permettant d’améliorer l’existence des populations. C’est ce que souligne Michel Rocard dans son rapport, lorsqu’il écrit que la situation sanitaire des camps, en général « déplorable », n’est pas la même partout : « [c]eci ne vaut pas pour les regroupements du département d’Alger où la facilité des communications et la densité médicale permettent une surveillance très sensiblement meilleure, mais paraît exact, semble-t-il, pour le reste de l’Algérie25. »

  • 26 SAS d’El Milia, Rapports mensuels, octobre à décembre 1957, ANOM/8SAS-63.

12La mortalité qui sévit dans les camps – conséquence la plus sensible de cette crise sanitaire toujours latente – dépend dès lors des variations de la condition regroupée, selon le temps, l’espace, les moyens investis. Elle est le produit de la précarité économique, des problèmes et parfois des crises sanitaires, de l’insuffisante prise en charge par l’autorité – par manque de moyens plus que de volonté, en règle générale. La mortalité est un phénomène multiple : à la mortalité moyenne qui sévit dans les camps, souvent supérieure à celle de l’Algérie rurale, il faut ajouter celle qui frappe plus brutalement la population lors de crises épidémiques. Très irrégulières, celles-ci sont sensibles dans les grands camps, surtout dans les temps qui suivent leur création : par exemple, une épidémie de rougeole sévit dans le camp d’El Milia d’octobre à décembre 1957 et, en trois mois, atteint 10 % de la population infantile et juvénile. Dans son rapport, l’officier de la SAS note que 72 décès sont enregistrés en octobre sur une population de 800 enfants. Le mois suivant, l’épidémie touche encore 30 enfants, avant d’être jugulée en décembre. La mortalité retrouve alors un taux « normal », selon l’officier : elle passe de 30 à 7 décès par mois, puis à 2 en 1958, du fait de l’intensification de l’action médicale26.

  • 27 Sur cette estimation, voir la partie : « La surmortalité, quelle ampleur dans les camps », dans Fab (...)

13Il faut donc souligner la diversité de la mortalité dans les camps. Outre la mortalité moyenne en milieu rural, elle permet de distinguer, d’une part, une mortalité ordinaire qui, en fonction de la situation économique, peut s’approcher ou s’éloigner du taux moyen, d’autre part, une mortalité extraordinaire, plus brutale dans ses effets, mais moins soutenue dans le temps, et qui varie en fonction des aléas climatiques ou des crises sanitaires. Faute de statistiques régulièrement et consciencieusement tenues, il reste toutefois difficile d’évaluer la mortalité globale dans les camps : le chiffre de 200 000 décès, notamment infantiles, apparaît toutefois comme une estimation plausible27. Au-delà des chiffres, il faut souligner que c’est sur cette question de la surmortalité que se focalise le scandale de 1959 : elle choque l’opinion publique et oblige les autorités à des postures défensives, hautement révélatrices des paradoxes de la « pacification ».

3. Une causalité des crises, révélatrice des paradoxes de l’armée

  • 28 Sous-préfecture de Batna, « Lettre du sous-préfet au préfet de Constantine : “Repli des populations (...)
  • 29 SAS d’Ain Mimoun, Monographie, sans date, ANOM/6SAS-61.

14Dans les archives d’État, il est fréquent de lire que les crises sanitaires auraient une origine « culturelle », qu’elles seraient liées au « manque d’hygiène » des populations. Dès 1955, dans l’Aurès, le sous-préfet explique les décès infantiles qui affectent la population d’un village évacué par la rigueur du climat et la négligence des parents : « [e]n dehors des conditions pénibles de logement, [les décès] montre[nt] l’indifférence de cette population très rustre où les grandes personnes s’occupent d’elles-mêmes avant de se soucier des enfants28. » Plus que la promiscuité ou la précarité des ressources – pourtant abandonnées ou détruites – les mœurs expliquent, pour lui, cette situation : « [d]ans la mesure du possible les conditions d’hygiène sont respectées. C’est d’autant plus difficile qu’on se trouve devant une population presque primitive[,] extrêmement sale (nous avons dû envoyer du savon de Biskra et les obliger à se laver), qui n’avait pratiquement jamais vu de médecin. » Ce type d’argument, que l’on retrouve dans nombre de discours d’officiers ou de chefs de SAS, a incité certains à concevoir le regroupement comme l’un des instruments qui pourrait être profitable à un progrès sanitaire, voire à une politique hygiéniste. Pour certains, l’hygiénisme justifie même la mesure, comme à Ain Mimoun où le SAS écrit qu’« aucune connaissance de confort et encore moins d’hygiène [n’]était parvenue » aux habitants avant qu’ils ne soient mis en camp : « [à] la suite des événements et du regroupement on peut observer une amélioration dans les relations, quelques principes d’hygiène élémentaire ont été assimilés, quant au mode de vie, il s’est dans l’ensemble sensiblement amélioré29. »

  • 30 Michel Rocard, Rapport sur les camps…, op. cit.
  • 31 Cité dans un article de Paris Journal, 11 mai 1959.
  • 32 « Publication dans la presse d’un rapport sur les regroupements », 4 mai 1959, ANOM/14Cab-169.

15Ce type de discours sera d’autant plus mis en avant après le scandale de 1959, du fait de la place prise par la question de la surmortalité dans le débat public. « Une loi empirique a été constatée : lorsqu’un regroupement atteint 1 000 personnes, il y meurt à peu près un enfant tous les deux jours », note Michel Rocard, dans le rapport à l’origine de ce scandale30. Ses chiffres, repris par une partie de la presse métropolitaine, ont souvent irrité les responsables militaires, qui ont au contraire affirmé aux journalistes que « les enfants “regroupés” meurent moins que les autres » dans les camps : la mortalité infantile, qui serait de 300 ‰ en milieu rural, n’y dépasserait pas 50 ‰, rejoignant celle « des Européens d’Algérie ou des Corses31 ». Ces chiffres proviennent des statistiques du Corps d’Armée d’Alger, que le général Massu détaille dans un rapport adressé à Paul Delouvrier pour protester contre la publication du rapport Rocard. Les chiffres donnés, bien qu’ils soient élevés (la mortalité atteint parfois 330 ‰, parfois 480 ‰, mais est plus souvent inférieure à 200 ‰), lui permettent d’affirmer que, par rapport à la situation de 1954, le regroupement améliore l’existence des ruraux : « la situation générale de l’ensemble des regroupements est excellente […]. Ces résultats sont l’œuvre des administrations civiles, de l’AMG, de l’armée surtout qui a la responsabilité de l’exécution de cette mission32 […] ». Selon lui, le regroupement est bien plus le révélateur d’une crise que sa cause première : lutter contre cette crise est un enjeu pour une armée qui manque toutefois cruellement de moyens pour le faire.

  • 33 Ses conclusions ne tiennent que par la comparaison avec un taux de mortalité calculé « à la louche  (...)
  • 34 Secteur d’El Milia, EM/5B, Note de Service (n° 215/5), 30 juin 1957, ANOM/93-346.
  • 35 Secteur de Collo, Rapport du médecin-chef du 43°BIC, SAS d’El Attia, ANOM/93-346.

16Au-delà du fait que les statistiques du général Massu se contredisent – attestant d’une surmortalité structurelle dans les camps, dès lors révélatrice du fait que sa causalité soit imputable au regroupement33 – il faut souligner que tous les officiers sont loin de partager l’avis des hautes autorités militaires. L’insuffisance du dispositif sanitaire et médical militaire a même été particulièrement critiquée par ses principaux protagonistes – les médecins des unités envoyées en Algérie, et qui reçurent, outre la charge de soigner les troupes, la prise en charge des camps. Dans le Nord Constantinois par exemple, tous les responsables de Secteurs notent en 1957 que « les moyens actuels tant civils que militaires ne permett[e]nt pas d’assurer une hygiène suffisante des centres de regroupement34. » Dans le Secteur de Collo, un des médecins affirme que « [d]ans l’état actuel de la situation, [l’AMG] des populations regroupées ne peut être que symbolique », que « [r]ien n’a été prévu avant le regroupement35. » Il souligne la surcharge de travail imposée par le camp : « [j]e suis médecin de Corps de troupe stationné à Bessombourg où je pratique déjà beaucoup d’AMG. Il ne m’est pas possible de consacrer aux populations le temps nécessaire sans délaisser le service du Bataillon. » D’autres problèmes se posent dans ce pays de montagnes où les camps éloignés nécessitent des déplacements par convois militaires. Dans ce cas, le médecin ne peut, par exemple, visiter les deux camps dont il la charge que lors des rares liaisons effectuées par l’armée, une fois par semaine. Une fréquence insuffisante : l’un de ces camps compte en effet une population de 1 300 personnes, dont 700 enfants.

  • 36 Secteur de Collo, Rapport du médecin-chef du 2/15° RTS, 9 juillet 1957, ANOM/93-346.

17La plupart des rapports médicaux établis dans les semaines suivant le regroupement soulignent de mêmes problèmes, pointant la triple causalité des crises. Les médecins notent généralement un état physiologique déjà précaire, avant la mise en camp, des populations rurales, mais aussi « leur mauvaise hygiène ». Cette situation est aggravée par la condition regroupée : carences alimentaires, insalubrité des logements ou promiscuité physique des individus. Le manque de moyens, enfin, ne permet pas de faire face aux nombreux besoins révélés ou créés par le regroupement. Le médecin chargé de l’AMG dans la SAS de Tamalous, qui supervise les camps de Boudoukha et Ain Kechera, amalgame les deux premières causes en un même problème : « Dans l’ensemble l’état de santé de ce groupement de personnes est assez précaire. Beaucoup de maladies liées à la dénutrition, beaucoup d’affections chroniques telles que tuberculose, PVE, trachome, toute une gamme pathologique36 » S’ajoutent les « habitudes » et la précarité du camp : « en ce qui concerne l’hygiène, elle est au départ fort déplorable. Ces gens sont sales, porteurs de poux de tête et poux de corps, et les conditions actuelles d’entassement, la carence des moyens de précaution et de lutte, représentent un danger épidémiologique évident. » Tous les médecins militaires réclament le renforcement de l’infrastructure et du personnel, soulignant la tension qui naît d’objectifs trop nombreux et de moyens trop réduits. Le manque de moyens est une donnée permanente de cette guerre et, même lorsque le quadrillage sanitaire semble suffisant, on peut s’interroger sur la suffisance des actions médicales ainsi dispensées. À Collo par exemple, où le Service est plus ou moins assuré dans la plupart des camps, un seul médecin assure les soins dans trois camps comptant respectivement 1 236, 5 826 et 1 226 personnes. Par ailleurs, les camps ne sont pas les seules activités de ces médecins, qui doivent fournir les soins au sein de leurs unités, mais aussi assurer les permanences médicales dans les SAS – lesquelles gèrent plusieurs camps, dont elles sont éloignées. Beaucoup sont ainsi forcés d’exercer en dehors de leurs activités opérationnelles : si celles-ci les appellent ailleurs, les camps ne sont pas prioritaires.

  • 37 « Rapport sur les activités de la CRF en Algérie en 1960 », p. 3, Archives de la Croix-Rouge.
  • 38 « Conseil Croix-Rouge du 15 avril 1961 », « Correspondance », Archives de la Croix-Rouge.

18Dans la majorité des cas, l’armée ne suffit pas à assurer la prise en charge médicale et sanitaire des camps, incitant dès 1959 Alger à se tourner vers des organismes caritatifs, dont la Croix-Rouge (CRF), qui deviendra son principal auxiliaire sanitaire dans les camps. Ses bilans d’activités soulignent toute l’importance prise par ceux-ci dans son action globale en Algérie : « [l]es problèmes nés des regroupements de populations sont parmi les plus vastes et les plus angoissants que la Croix-Rouge ait eu à résoudre depuis sa création. Ils sont égaux à ce que le monde, et notamment l’Europe depuis quelques années, a eu à connaître, et peut-être même les dépassent37. » Subventionnées par les pouvoirs publics, 21 équipes itinérantes fonctionnent avec une mission de distribution de biens dans les camps, tout en s’investissant dans le domaine sanitaire, assurant les consultations pour nourrissons ou des cours de puériculture. Mais nombre de Comités soulignent l’insuffisance des moyens dont ils disposent : en 1961, « [t]ous les membres du Conseil Croix-Rouge sont unanimes à souligner la détresse des populations des regroupements et leur impuissance à les soulager efficacement, faute de ressources suffisantes38. » Malgré l’investissement de l’administration après 1959, la situation est en effet toujours fragile, essentiellement parce que Mille Villages a incité l’armée à intensifier le regroupement sans que les moyens affectés à la prise en charge des populations soient augmentés. Fin 1960, cette situation incitera le gouvernement à abandonner le projet des « nouveaux villages » et à lancer une « politique d’urgence » qui visera à limiter la crise dans les camps, en attendant que le cessez-le-feu mette un terme à la guerre. Les dernières directives sanitaires envoyées aux SAS témoignent de l’état des regroupements en 1961 : mesures d’urgence et règles sommaires y sont prescrites afin de limiter la crise et d’alléger le budget de l’État, dans un contexte où l’équipement des camps relève d’un projet dont le sens politique est désormais remis en question par l’issue politique du conflit, plus ou moins certaine pour ses protagonistes politiques9.

Conclusion

  • 39 Neil MacMaster, Burning the veil…, op. cit.

19Le regroupement produit, sur les corps, les effets propres à ceux qui affligent les populations réfugiées, même s’ils ont souvent été analysés par le biais d’une grille de lecture culturelle. Souvent, la responsabilisation de l’hygiène de l’Autre comme cause des crises se fait par l’occultation des conditions d’existence imposées par le regroupement. Dans cette perspective, la question de l’hygiène masque un problème sanitaire d’ensemble, lié d’abord à la précarité économique, renforcée par l’insalubrité, initialement créé par inattention ou indifférence, et qu’il est difficile de transformer, une fois le camp créé. Il semble dès lors préférable d’analyser les crises comme conséquences de l’insalubrité imposée aux populations, plutôt que de l’attribuer à leur culture – et la surmortalité infantile en témoigne. Même si l’investissement de l’armée est incontestable, le camp constitue pour ces médecins une charge supplémentaire et leur effort, faute de moyens adéquats, est souvent insuffisant. La question sanitaire révèle alors les paradoxes des mesures de la « pacification » – que souligne Neil MacMaster dans Burning the veil : « [l]a principale contradiction de la politique de “pacification” menée par l’armée française […] était que la violence inévitable de la guerre aliénait précisément à la cause de ses zélateurs les masses que ceux-ci espéraient convaincre de leur humanité39. » De mêmes conclusions s’appliquent à la question qui nous occupe : au fur et à mesure qu’il se diffuse, le regroupement cristallise pour ses protagonistes la possibilité d’un encadrement optimum voire d’une transformation durable de la société algérienne ; mais la multiplication des déplacements, alors qu’elle lui aliène les populations, complique la tâche que l’armée s’est assignée en démultipliant les charges qui lui incombent, révélant là aussi les limites et les paradoxes de son action.

Haut de page

Notes

1 Notamment à travers ses représentations photographiques : Christelle Taraud, Mauresques. Femmes orientales dans la photographie coloniale (1860-1910), Paris, Albin Michel, 2003 ; Christelle Taraud, Leïla Sebbar et Jean-Michel Belorgey, Femmes d’Afrique du nord : Cartes postales (1885-1930), Paris, Bleu Autour, 2006.

2 Christelle Taraud, La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot, 2003.

3 Voir les travaux de Claire Fredj sur le système de santé en Algérie coloniale, Femme médecin en Algérie. Journal de Dorothée Chellier (1895-1899), Paris, Belin, 2015, ou, sur la période de la guerre : Jennifer Johnson, The Battle for Algeria, Soverignty, Health Care and Humaniarianism, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2015.

4 Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Gallimard, 2001.

5 Sur l’histoire et l’historiographie du conflit : Guy Pervillé, Pour une histoire de la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Picard, 2002 ; Raphaëlle Branche, La guerre d’Algérie, une histoire apaisée ?, Paris, Seuil, 2005 ; Sylvie Thénault, Histoire de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Flammarion, 2005.

6 Sur l’histoire du FLN-ALN, voir : Gilbert Meynier, Histoire intérieure du FLN, Paris, Fayard, 2002.

7 Sur ces actions, voir : Sylvie Thénault, Histoire de la guerre…, op. cit., p. 90-110.

8 Sur l’histoire des regroupements, voir : Michel Cornaton, Les regroupements de la décolonisation en Algérie, Paris, Les éditions ouvrières, 1967 [rééd. : Les camps de regroupement de la guerre d’Algérie, Paris, L’Harmattan, 1998] ; Fabien Sacriste, Les camps de « regroupement ». Une histoire de l’État colonial et de la société rurale pendant la guerre d’indépendance algérienne, Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Jacques Cantier et Guy Pervillé, Université de Toulouse-Jean Jaurès, 2014.

9 La DGR désigne un arsenal informel de théories et de pratiques contre-insurrectionnelles rationalisées puis utilisées par l’armée française pour combattre le FLN-ALN. Pour plus de précisions sur ce concept, ses implications et ses enjeux historiographiques, voir : Denis Leroux, « La “doctrine de la guerre révolutionnaire” : théories et pratiques », dans Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari Tengour, Sylvie Thénault (dirs.), Histoire de l’Algérie à la période coloniale 1830-1962, Paris – Alger, La Découverte – Barzakh, 2012, p. 526-532.

10 Après la fuite dans la presse d’un rapport officieux de Michel Rocard, qui a fait, depuis, l’objet d’une réédition critique : Michel Rocard, Rapport sur les camps de regroupement et autres textes sur la guerre d’Algérie, Paris, Arthème Fayard, Mille et une nuits, 2003.

11 Le « plan Challe » désigne la nouvelle stratégie adoptée par le commandement français à partir de 1959 pour affaiblir les maquis de l’ALN : une série d’opérations militaires massives, combinant l’action des troupes de réserves générales et des commandos de chasse, et qui vont se dérouler d’abord dans l’Oranais puis dans l’Algérois et le Constantinois, jusqu’à la fin de l’année 1960.

12 Le regroupement a concerné plus de deux millions d’individus sur une population rurale qui, en 1954, en comptait huit millions. Mais ce chiffre ne concerne qu’une partie des Algérien·ne·s forcés de quitter leurs villages au cours du conflit : on estime qu’entre 1 et 1,5 millions d’individus ont fui les zones de combat pendant la guerre pour chercher refuge dans les villes, s’installant dans les bidonvilles où les conditions d’existence sont proches de celle des regroupés. Aux populations regroupée et réfugiée, il faut ajouter celles qui quittent l’Algérie pour la métropole, le Maroc ou la Tunisie (près de 250 000 personnes ont franchi ces frontières et reviendront uniquement après l’indépendance).

13 Sur le sujet, on attend la soutenance de thèse de Terrence Peterson : « Counterinsurgent Bodies : Social Welfare and Psychological Warfare in French Algeria (1956-1962) », Université de Wisconsin-Madison.

14 Sur le sujet, voir : Neil MacMaster, Burning the Veil. The Algerian War and the « Emancipation » of Muslim Women (1954-1962), Manchester, Manchester University Press, 2009.

15 Alger, Direction générale de l’Action sociale, « Organisation de l’AMG, coordination de l’action des médecins chargés de l’AMG et des médecins civils de l’AMS », 22 septembre 1960, ANOM/6SAS-41.

16 Pour ces chiffres, voir les statistiques de « pacification » : SHD/1H-1H2544 à 2547.

17 Inspection générale des regroupements de populations (IGRP), « Contribution au Rapport d’Information Générale », 13 août 1960, SHD/1H-1119. L’IGRP fut créée par Paul Delouvrier fin 1959 pour suivre l’évolution de la politique des Mille villages, et confiée à des officiers persuadés de l’intérêt de faire du regroupement un instrument de réforme du milieu rural. Structure limitée et dotée de moyens trop faibles, elle put surtout constater le décalage entre les ambitions de ce programme et sa récupération sur le terrain à des fins surtout militaires. Sur le sujet, voir : Fabien Sacriste, Les camps de « regroupement »…, op. cit.

18 Il s’agit du rapport de l’IGRP cité supra.

19 SAS de M’Chounèche, « L’AMG », 25 février 1962, SHD/1H-1213.

20 Sur le sujet, le travail de référence reste celui co-écrit par Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad, Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Éditions de Minuit, 1964.

21 Département d’Orléansville. Commission départementale de la réforme agraire, « Les regroupés de la ferme Michel » (arrondissement d’Orléansville), octobre 1959, SHFP/098Y-11.

22 SHD/1H-2030. Inspection Générale des Regroupements de Populations, « Rapport d’inspection dans le département de Sétif », 1960.

23 « Échos de conversation avec des stagiaires de l’ENA qui sont ici depuis février 1958, dont plusieurs ont passablement voyagé de façon peu conventionnelle », 3 janvier 1959, SHFP/098Y-11.

24 Dans le langage de l’armée, il s’agit des camps qui ne sont pas amenés à rester sur place et qui n’ont donc pas besoin d’un investissement économique important.

25 Michel Rocard, Rapport sur les camps…, op. cit., p. 126.

26 SAS d’El Milia, Rapports mensuels, octobre à décembre 1957, ANOM/8SAS-63.

27 Sur cette estimation, voir la partie : « La surmortalité, quelle ampleur dans les camps », dans Fabien Sacriste, Les camps de « regroupement »…, op. cit., p. 772-780.

28 Sous-préfecture de Batna, « Lettre du sous-préfet au préfet de Constantine : “Repli des populations d’El Hammam sur Tadjmout” (n° D/056/S), 12/01/1955), ANOM/932-45.

29 SAS d’Ain Mimoun, Monographie, sans date, ANOM/6SAS-61.

30 Michel Rocard, Rapport sur les camps…, op. cit.

31 Cité dans un article de Paris Journal, 11 mai 1959.

32 « Publication dans la presse d’un rapport sur les regroupements », 4 mai 1959, ANOM/14Cab-169.

33 Ses conclusions ne tiennent que par la comparaison avec un taux de mortalité calculé « à la louche », largement surévalué. Bien que la mortalité infantile rurale soit importante avant-guerre, le taux se situe aux alentours de 143 ‰ avant 1954, et de 160 ‰ pour les premières années du conflit, taux largement inférieurs à ceux présentés, qui situent la moyenne des camps entre 200 ‰ et 220 ‰.

34 Secteur d’El Milia, EM/5B, Note de Service (n° 215/5), 30 juin 1957, ANOM/93-346.

35 Secteur de Collo, Rapport du médecin-chef du 43°BIC, SAS d’El Attia, ANOM/93-346.

36 Secteur de Collo, Rapport du médecin-chef du 2/15° RTS, 9 juillet 1957, ANOM/93-346.

37 « Rapport sur les activités de la CRF en Algérie en 1960 », p. 3, Archives de la Croix-Rouge.

38 « Conseil Croix-Rouge du 15 avril 1961 », « Correspondance », Archives de la Croix-Rouge.

39 Neil MacMaster, Burning the veil…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Sacriste, « Le corps, enjeu de la guerre d’indépendance algérienne. La question sanitaire dans les camps de regroupement (1954-1962) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 22 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/3975 ; DOI : 10.4000/framespa.3975

Haut de page

Auteur

Fabien Sacriste

Fabien Sacriste est docteur en Histoire (Université de Toulouse-Jean Jaurès) et chercheur associé au laboratoire FRAMESPA (« Logiques d’Empires »). Spécialiste de l’histoire sociale de la guerre d’indépendance algérienne (1954-62), sa thèse porte sur les déplacements forcés de populations rurales et les camps de regroupement créés par l’armée française au cours de ce conflit.
f.sacriste@yahoo.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org