Navigation – Plan du site
La domination incarnée - Corps et colonisation (XIXe-XXe siècles)

Corps éclatés : représenter l’Africain au muséum d’histoire naturelle de Toulouse (1875-1990)

Deconstructed Bodies : Displaying Africans at the Museum of Natural History of Toulouse (1875-1990)
Cuerpos fragmentados : representar el Africano en el museo de historia natural de Tolosa (1875-1990)
Pierre Bourrasse

Résumés

Fondé en 1865, le muséum d’histoire naturelle de Toulouse commande en 1879 dix bustes de plâtre au muséum d’histoire naturelle de Paris, institution nationale de référence. La présentation de ces objets, représentant pour certains des individus d’origine africaine, s’insère dans la pratique de la science anthropologique. De fait, les visages, de par la faiblesse de leur nombre, sont des archétypes raciaux. Ils ne permettent pas d’établir un lien entre l’homme préhistorique, principal sujet d’étude du muséum de Toulouse. Les dons du médecin Pales de 1934 sont associés à une problématique différente. Ils relèvent d’une classification de type colonial fondée sur des présupposés racialistes.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

antropologia, cuerpo, Africa, museo, Toulouse
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 On choisira de mettre le mot « race » entre guillemets, car le terme est polysémique. Ici, il s’agî (...)

1Le MNHT (muséum d’histoire naturelle de Toulouse) est fondé en 1865, s’installant dans des locaux du couvent des Carmes-Déchaussés appartenant à l’École de médecine de la ville. Lors de son ouverture, trop tardive au gré des concepteurs, il consacre son activité à l’étude de l’histoire naturelle dans ses diverses composantes : géologie, paléographie, botanique, zoologie et anthropologie. Dès le départ, cette dernière discipline trouve sa place dans le musée toulousain, à l’exemple de son ancêtre parisien. On associait alors l’anthropologie à la mesure du corps humain et l’on sait tout ce que l’invention du concept de « race » lui doit. Dans un souci à la fois scientifique et pédagogique, les corps des diverses « races »1 sont représentés dans les muséums, comme ce fut le cas à Toulouse, essentiellement sous la forme de moulages, permettant de les appréhender en trois dimensions.

  • 2 Claude Blanckaert, Claudine Cohen, Pietro Corsi et Jean-Louis Fischer (dirs.), Le Muséum au premier (...)
  • 3 Gaston Astre, Le muséum d’histoire naturelle de Toulouse ; son histoire, Toulouse, Toulouse, Éditio (...)
  • 4 François Bon, Sébastien Dubois, Marie-Dominique Labails (dirs.), Le Muséum de Toulouse et l’inventi (...)

2Si l’histoire du muséum d’histoire naturelle de Paris, du musée du Trocadéro et du musée de l’Homme, institutions nationales2, ont été largement abordées dans leur continuité sous des angles variables depuis leurs origines, l’historiographie des musées de province est beaucoup plus limitée, relevant souvent du domaine de l’histoire locale. Aussi, en 1949, le conservateur du MNHT, Gaston Astre3, est-il le premier à publier une histoire complète du musée, référençant les différentes pièces exposées, dont les moulages anthropologiques. Cet ouvrage, documenté mais descriptif, est néanmoins plus une source qu’une réelle étude sur le musée. Il faut attendre l’exposition Préhistoire, l’enquête, réalisée en 2010-2011, pour que soit publié un ouvrage collectif sous la direction de François Bon, Sébastien Dubois et Marie-Dominique Labails4 portant sur la naissance de la recherche préhistorique à laquelle le muséum est associé. Cependant, si ce travail permet de définir les liens entre la préhistoire et l’anthropologie et leur éloignement progressif dans le cadre d’un musée de province bien singulier, il n’apporte aucune lumière sur les moulages de parties de corps humain.

  • 5 Nelia Dias, Le musée d’ethnographie du Trocadéro (1878-1908). Anthropologie et muséologie en France(...)
  • 6 Claude Blanckaert (dir.), Les politiques de l’anthropologie. Discours et pratiques en France (1860- (...)

3La question de la naissance de l’anthropologie en tant que discipline à part entière est, quant à elle, aujourd’hui bien connue. Aussi, Nelia Dias reconstitue-t-elle l’histoire de ce savoir, fondé sur l’étude des « races » humaines passées et présentes5. Surtout, Anne-Marie Drouin-Hans et Claude Blanckaert dans l’ouvrage collectif dirigé par ce dernier6 analysent au plus près l’élaboration pratique des techniques d’anthropologie physique et leur dérive racialisante.

4Entre la fin du xixe siècle et le milieu du suivant, le muséum de Toulouse reçoit plusieurs moulages de corps africains. La pratique semble étonnante, à première vue, au sein d’une institution devenue l’un des fleurons français de la préhistoire. On s’interrogera donc sur ce que signifie leur présence dans un musée surtout tourné vers l’étude des premiers temps de l’homme. Après une rapide mise au point sur l’émergence de l’anthropologie en tant que savoir, nous nous focaliserons sur ces moulages, analysant les conditions de leur installation dans le musée, les relations établies entre la recherche préhistorique et l’anthropologie pour conclure sur les usages coloniaux de ces artefacts.

1. Le paradigme anthropologique au MNHT s’inscrit dans une historiographie singulière

  • 7 H. Glenn Penny, Objects of Culture. Ethnology and Ethnographic Museums in Imperial Germany, Chapel (...)

5L’usage du terme « anthropologie » fait problème, on le sait. L’historien américain contemporain H. Glenn Penny tend, par exemple, à utiliser le terme d’anthropologie comme synonyme d’ethnologie7. Or, ces concepts ont une histoire qui doit être éclaircie afin d’établir leur utilisation précise.

  • 8 Né en 1777, bibliothécaire de la ville de Bruges au royaume des Pays-Bas, il fait ses études de méd (...)
  • 9 Nelia Dias, op. cit., p. 18-19.
  • 10 « But de la Société », Mémoire de la Société ethnologique de Paris, T. 1, 1841, p. II-III, Nelia Di (...)

6Leur émergence date de la seconde moitié du xixe siècle au moment où la discipline anthropologique s’institutionnalise dans le champ scientifique. Dans Des caractères physiologiques des races humaines considérées dans leur rapport avec l’histoire, paru en 1841, William Frédéric Edwards8 définit l’ethnologie comme l’étude des races humaines9. Deux camps s’opposent alors dans la conceptualisation de la notion même de « race ». Certains établissent les différences entre celles-ci à partir de leurs traits physiques. D’autres s’appuient sur la diversité linguistique. Dès 1839, la Société d’ethnologie de Paris, créée cette année-là par Edwards, se pose pour objectif les « études des principaux éléments qui servent à distinguer les races humaines », à savoir « l’organisation physique, le caractère intellectuel et moral, les langues et les traditions historiques10 ».

  • 11 Nelia Dias, op. cit., p. 29.

7Cependant, la Société d’anthropologie de Paris, fondée par Paul Broca, prend le pas sur la Société d’ethnologie. L’étude anatomique du corps humain est alors au fondement de la science anthropologique et les médecins y occupent une place déterminante. La discipline a des ambitions totalisantes11 et intègre de multiples spécialités : anthropologie préhistorique, linguistique, etc., l’ethnographie et l’ethnologie étant contenues dans ce vaste champ de recherche. Broca distingue toutefois précisément l’une de l’autre. La première, discipline mineure, est une simple étude descriptive des différents peuples. C’est pourquoi elle est abandonnée aux administrateurs et officiers coloniaux. La seconde s’intéresse aux races humaines dans leur globalité, mettant en relation physiologie des peuples étudiés et production culturelle.

2. En 1879, l’arrivée au muséum de dix bustes en plâtre

  • 12 Gaston Astre, op. cit., p. 19.
  • 13 Ces savants, préhistoriens et naturalistes, ont fait la réputation de la recherche préhistorique à (...)

8La section d’anthropologie du muséum de Toulouse expose des objets ethnographiques, du matériel lithique préhistorique, des restes humains du paléolithique. Cette partie prend d’ailleurs, dès le départ, une importance considérable jusqu’à bénéficier d’une salle unique et complète avec les derniers réaménagements du muséum après 194512. C’est dans ce double contexte que sont exposés des moulages de corps d’Africains. Sur le plan national émerge une discipline, l’anthropologie, où triomphent les analyses racialistes, tandis que le muséum s’affirme comme une des institutions majeures de la connaissance de la préhistoire, portée par des savants locaux (Émile Carthaillac, Jean-Baptiste Noulet ou Eugène Trutat13), le tout avec comme toile de fond l’expansion de l’empire colonial français.

  • 14 Archives du muséum d’histoire naturelle de Toulouse, Photothèque, Photographie des bustes en plâtre (...)
  • 15 Archives du muséum d’histoire naturelle de Toulouse, A060410, id.

9Dès 1879, afin de développer ses collections destinées à alimenter les recherches dans une discipline nouvelle et fondamentale (l’anthropologie ou la préhistoire), le muséum de Toulouse achète 10 bustes en plâtre auprès de son institution référente à Paris, le muséum d’histoire naturelle. Ce dernier possède un laboratoire d’anthropologie ayant l’expertise, la capacité et la compétence pour produire de tels objets. Ces bustes représentent différentes « races » et sont peints de la couleur associée14. Ils ont été dupliqués à partir de types possédés par le muséum15. En tant que citoyen du xxie siècle, on ne peut s’empêcher d’éprouver un certain malaise à la vue de ces pièces qui ne sont pas des œuvres d’art, mais des supports d’étude fondée sur des théories racialisantes.

Photographie de bustes en plâtre conservés par le muséum dans ses réserves.

Photographie de bustes en plâtre conservés par le muséum dans ses réserves.

Elle représente des « races » africaines et une figure d’origine amérindienne. Des membres ont été aussi moulés. 

© MNHT. Frédéric Ripoll

  • 16 Non identifié.
  • 17 Peuple proprement appelé "malgache" par le colonisateur, occupant une  part du littoral oriental de (...)
  • 18 Le littoral de l’actuel Togo, du Bénin et du Nigeria est appelé par les Portugais « côte aux esclav (...)

10Deux des bustes africains ont été fabriqués d’après des modèles vivants dont les noms nous sont connus grâce aux inventaires toulousain du MNHT : « Joachim, nègre Yébou, Guinée sup. et Guidon16, de la tribu des Bétanimènes17 ». L’un et l’autre ont donc été christianisés. La Guinée supérieure désigne l’espace continental au nord du golfe de Guinée, « Guinée » signifiant « pays des noirs » en berbère. Vers 1870, la région est encore peu pénétrée par les Européens. Toutefois, concernant Joachim, le laboratoire d’anthropologie du muséum de Paris n’a pas eu à chercher bien loin son modèle, car celui-ci nous est connu. Il a en effet servi d’informateur auprès de Marie-Armand d’Avézac, auteur de la Notice sur le pays et le peuple des Yébous. Joachim est arrivé en tant qu’esclave à Paris, accompagnant son propriétaire brésilien. Aux dires de l’auteur de la notice, les Yébous forment un peuple autour de la lagune sur laquelle a été fondée Lagos. Depuis longtemps les Portugais, marchands d’esclaves18, sont venus s’approvisionner dans la région. L’original du buste est ancien, puisqu’en 1845, date de la parution de l’ouvrage d’Avézac, Joachim avait quitté la France depuis trois ans.

  • 19 Archives du muséum d’histoire naturelle de Toulouse, Photothèque, Photographie des bustes en plâtre (...)
  • 20 « Séance du 19 juin 1873 », Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 8, n° 8, 1873, p. (...)
  • 21 Nélia Dias, La mesure des sens. Les anthropologues et le corps humain au xixsiècle, Paris, Aubier (...)

11Les bustes du muséum d’histoire naturelle de Toulouse ont été réalisés à partir d’un moulage du visage de chaque sujet. En effet, les paupières sont systématiquement baissées19. Ces artefacts reprennent des techniques médicales anciennes, indépendantes des pratiques anthropologiques. Toutefois, la représentation des pilosités relève de la fantaisie et, dans une certaine mesure, des pratiques artistiques. En médecine, les moulages des curiosités anatomiques sont des outils pédagogiques pour les futurs médecins. L’anthropologie s’empare de la technique avec le même objectif : en 1873, un membre de la Société d’anthropologie de Paris, ‘Giraldès’ présente en séance le moulage du pied d’un peintre né sans bras, Ducornet, pour en détailler les particularités20. Cette technique de représentation est réactualisée par la phrénologie. Les recherches anthropologiques de Broca trouvent leur origine dans la collection acquise par le muséum de Paris auprès de Gall, l’inventeur de cette pseudo-science21, mais aussi dans la physiognomonie, méthode reposant sur l’observation des traits du visage, attribuant ainsi à l’individu concerné un type de caractère.

  • 22 Anne-Marie Drouin-Hans, « La physiognomonie et les anthropologues : art divinatoire ou discipline l (...)
  • 23 Charles Darwin, De l’origine des espèces, London, Penguins Books, 1985 (Première édition, 1859), p. (...)
  • 24 Fanny Robles, « De La Filiation de l’homme aux « zoos humains » : les dérives spectaculaires du dar (...)

12La forme du crâne et, de là, du visage dans son ensemble, permettent à la fois de déterminer différentes « races » tout en mesurant la capacité supposée au progrès intellectuel et moral de ces dernières22. Dans un souci de connaissance, ces « races » sont classées suivant les principes de la systématique naturaliste, associée à la généalogie, comme l’affirme Darwin lui-même : « toute bonne classification est généalogique23 ». Celle-ci s’applique au vivant dans tous les musées d’histoire naturelle européens. Ce procédé connaît toutefois des dérives inévitables, « quand un discours portant sur des valeurs tendaient à se superposer à un discours portant sur des faits (c’est-à-dire quand l’idéologie influaient sur la description)24 ».

13Dans le cas toulousain, les collections de bustes, entre autres africains, restent très limités. On peut difficilement établir à partir de celles-ci une classification sérieuse comme cela a pu être le cas au muséum d’histoire naturelle de Bologne. Celui-ci possède en effet deux ensembles d’une trentaine de têtes modelées d’après des individus originaires de tous les continents.

  • 25 Le chaînon manquant désigne une forme intermédiaire entre deux espèces, fossiles ou non.
  • 26 Sébastien Dubois, « L’invention de la préhistoire à l’ombre des Pyrénées », François Bon, Sébastien (...)

14Leur nom est systématiquement gravé sur le pied de chaque buste. Dans la seconde moitié du xixsiècle, lorsque les origines simiesques de l’homme font consensus, les anthropologues, tout à la recherche du « chaînon manquant25 », utilisent ce système classificatoire racialisant afin de circonscrire un groupe humain que l’on situe juste avant l’homme mais plus « évolué » que le singe. Pour le muséum de Toulouse qui, on l’a vu, a joué un rôle fondamental dans l’invention de la science préhistorique dès sa naissance26, les moulages de représentants des peuples supposés moins « évolués » que les Européens peuvent alors trouver leur place dans cette quête des origines de l’homme. Ainsi, l’anthropologie coloniale vient-elle au secours de la recherche préhistorique et les moulages d’Africains prennent place parmi les artefacts et les restes osseux des premiers hommes européens.

3. L’anthropologie, une science au service du colonial

15En 1934, le contexte a évolué et l’idéologie coloniale imprègne fortement l’esprit scientifique du musée. L’institution acquiert alors les moulages des corps d’un Sénégalais, d’un Congolais et d’un Pygmée.

Moulages de têtes et de membres de Congolais, Sénégalais, Pygmées en plâtre peint dans un présentoir.

Moulages de têtes et de membres de Congolais, Sénégalais, Pygmées en plâtre peint dans un présentoir.

Photographie attribuée à Augustin Pujol. Ce dernier, photographe toulousain, a réalisé un grand nombre de clichés des salles du muséum de Toulouse. 

© MNHT

  • 27 Arch. muséum d’histoire naturelle de Toulouse, Photothèque, Moulages de Congolais, Sénégalais, Pygm (...)
  • 28 Idem.
  • 29 Denise Farembach, « Léon Pales (1905-1988) », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie d (...)

16Ces artefacts sont exposés dans un cadre unique en bois sur fond blanc27. À droite, un cartel mentionne le nom du donateur : « don du médecin capitaine Léon Pales, Brazzaville, Congo28 », un médecin militaire exerçant en AEF (Afrique Équatoriale Française). Né à Toulouse en 1905, il sort major de l’École du service de la santé de la marine et des troupes coloniales à Bordeaux en 1929. Entre 1931 et 1933, il exerce comme praticien à l’hôpital général de Brazzaville. Pourtant passionné de folklore ariégeois et de préhistoire, la pratique anatomique le mène à l’anthropologie. En effet, en tant que chirurgien, Pales a l’occasion d’examiner la morphologie des populations de la région à laquelle il est affecté29.

  • 30 Louis Chabrelle, « Notes sur la langue des Sara, avec vocabulaire comparatif des différents dialect (...)
  • 31 Une ville dans l’extrême nord du Cameroun porte ce nom.

17Les trois figures ont les yeux clos, car il s’agit là encore de moulages. Les deux visages de droite et de gauche sont clairement identifiés. Ils appartiennent à deux populations du Congo, les Sara et les Damali. Les premiers forment un groupe linguistique étudié dès 1897 par Maurice Delafosse. Ils sont implantés au sud du Tchad jusqu’au Congo. Ils ont été massivement contraints au travail forcé lors de la construction de la voie de chemin de fer du Congo-Océan entre 1921 et 1934, au moment où Pales est à Brazzaville30. La communauté des Dalami est localisée au Congo français sans qu’il soit possible de l’identifier précisément31. Enfin, en absence de cartel, la tête dans la partie supérieure pourrait être celle d’un Sénégalais, ceux-ci étant nombreux parmi les troupes coloniales stationnées à Brazzaville. Mais il s’agit peut-être du visage d’un membre des communautés Babinga. En ce cas, la légende serait erronée. Figurent aussi deux pieds, peut-être le bras qui seraient ceux d’un « Babinga, pygmée » du Congo.

  • 32 Maurice Chabeuf, « Anthropologie physique du Moyen-Congo et du Gabon méridional », Bulletins et Mém (...)
  • 33 Médecin, explorateur de l’Éthiopie, anthropologue au musée de l’Homme, il est né en Suisse en 1879. (...)
  • 34 Maurice Chabeuf, op. cit., p. 102.
  • 35 Ibid., p. 105.

18Cet assemblage est porteur des interrogations du colonisateur sur le peuplement de la région. Dans les milieux coloniaux, le paradigme anthropologique fondé sur la recherche de caractères physiques différenciés associés à des groupes raciaux suscite un intérêt jusqu’à la fin des années 1950. Dans un article de 1959 du Bulletin et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, le médecin-commandant des troupes coloniales, Maurice Chabeuf, fait le point sur la question. La région du Moyen-Congo et du Gabon est alors bien connue tant du point de vue des conditions naturelles que de son histoire. Mais Chabeuf persiste à développer des problématiques raciales pour répertorier les populations locales. Après s’être inquiété des bouleversements affectant la société africaine, il note que « la répartition ethnique est aujourd’hui [en 1959] fort confuse et ne répond qu’imparfaitement aux divisions administratives32 ». L’article est bâti sur un travail d’enquête d’anthropologie physique. L’auteur y synthétise les recherches de ses prédécesseurs, se référant à Jean Deniker et à Georges Montandon33 pour distinguer, dans la région du Bas-Congo, « le nègre paléotropical », « le nègre campestre » et « le pygmée ». Les deux premiers types sont dans une « lutte inconsciente34 » pour supplanter l’autre. Le dernier type relève du « seul être humain complètement adapté à la vie sylvestre35 ».

  • 36 Chris Ballard, « Strange Alliance : Pygmies in the Colonial Imaginery », dans World Archaelogy, Dos (...)

19La présentation des moulages congolais de Pales au muséum d’histoire naturelle de Toulouse fait écho à cette typologie des peuples du Congo. L’une et l’autre s’inscrivent dans une anthropologie se mettant au service de la domination coloniale, hiérarchisant les populations pour mieux les encadrer. Et la présence dans l’exposition des différentes parties du corps d’un pygmée est aussi la réactivation d’un imaginaire qui a longtemps influencé le milieu des anthropologues : les pygmées sont une « race relique ayant atteint le stade final de son évolution36 ».

Conclusion

20À Toulouse, le nombre de moulages d’Africains reste très limité : il n’y pas eu de volonté des directeurs successifs du MNHT de développer une véritable section d’anthropologie physique racialisante. Mais dans le contexte d’une discipline alors dominée par des codes racialistes et l’influence des discours coloniaux, l’exposition en un même lieu des restes des premiers hommes et d’Africains, les uns et les autres supposés tout aussi peu civilisés, allait bien, consciemment ou pas, dans le sens d’une approche scientifique hiérarchisée de l’humanité. L’anthropologie, ces moulages en sont les témoignages, réifie le corps de l’Africain, dont l’individualité et l’intégrité sont niés, au profit de pratiques savantes justifiant la domination coloniale d’un point de vue idéologique, assurant également le développement de connaissances pour asseoir cette même domination. Il est cependant curieux de constater que ces pratiques persistent jusqu’à la veille de la décolonisation. On notera également que l’ensemble de ces moulages a pu être exposé jusqu’à la fin des années 1990.

Haut de page

Notes

1 On choisira de mettre le mot « race » entre guillemets, car le terme est polysémique. Ici, il s’agît d’une catégorie autour de laquelle s’est développée l’anthropologie scientifique du xixe siècle.

2 Claude Blanckaert, Claudine Cohen, Pietro Corsi et Jean-Louis Fischer (dirs.), Le Muséum au premier siècle de son histoire : [actes du colloque de Paris, juin 1993, centre Alexandre Koyré], Éditions du MNHN, coll. » Archives », Paris, 1997 ; Nelia Dias, Le musée d’ethnographie du Trocadéro (1878-1908). Anthropologie et muséologie en France, Paris, CNRS, 1991 ; Fabrice Grognet, Le concept de musée. La patrimonialisation de la culture des "autres". D'une rive à l'autre, du Trocadéro à Branly : histoire de métamorphoses, Thèse, Paris, EHESS, 2009.

3 Gaston Astre, Le muséum d’histoire naturelle de Toulouse ; son histoire, Toulouse, Toulouse, Éditions du muséum, 1949.

4 François Bon, Sébastien Dubois, Marie-Dominique Labails (dirs.), Le Muséum de Toulouse et l’invention de la préhistoire, Toulouse, Éditions du Muséum, 2010.

5 Nelia Dias, Le musée d’ethnographie du Trocadéro (1878-1908). Anthropologie et muséologie en France, op. cit.

6 Claude Blanckaert (dir.), Les politiques de l’anthropologie. Discours et pratiques en France (1860-1940), Paris, Histoire des sciences humaines, Paris, L’Harmattan, 2001.

7 H. Glenn Penny, Objects of Culture. Ethnology and Ethnographic Museums in Imperial Germany, Chapel Hill, The University of North Carolina press, 2002.

8 Né en 1777, bibliothécaire de la ville de Bruges au royaume des Pays-Bas, il fait ses études de médecine à Paris. Il meurt en 1842 après avoir été naturalisé français.

9 Nelia Dias, op. cit., p. 18-19.

10 « But de la Société », Mémoire de la Société ethnologique de Paris, T. 1, 1841, p. II-III, Nelia Dias, op. cit., p. 20.

11 Nelia Dias, op. cit., p. 29.

12 Gaston Astre, op. cit., p. 19.

13 Ces savants, préhistoriens et naturalistes, ont fait la réputation de la recherche préhistorique à Toulouse et en France. Ils ont joué un rôle déterminant dans l’histoire du muséum. Voir François Bon, Sébastien Dubois, Marie-Dominique Labails (dirs.), Le Muséum de Toulouse et l’invention de la préhistoire, op. cit.

14 Archives du muséum d’histoire naturelle de Toulouse, Photothèque, Photographie des bustes en plâtre conservés par le muséum, année 2003 (R_2003_12_05_04_0017.jpg), Infra p. 104, Ill. 3.

15 Archives du muséum d’histoire naturelle de Toulouse, A060410, id.

16 Non identifié.

17 Peuple proprement appelé "malgache" par le colonisateur, occupant une  part du littoral oriental de la Grande île.

18 Le littoral de l’actuel Togo, du Bénin et du Nigeria est appelé par les Portugais « côte aux esclaves ».

19 Archives du muséum d’histoire naturelle de Toulouse, Photothèque, Photographie des bustes en plâtre conservés par le muséum, année 2003 (R_2003_12_05_04_0017.jpg), Annexe V.

20 « Séance du 19 juin 1873 », Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 8, n° 8, 1873, p. 570.

21 Nélia Dias, La mesure des sens. Les anthropologues et le corps humain au xixsiècle, Paris, Aubier, 2004, p. 11-19.

22 Anne-Marie Drouin-Hans, « La physiognomonie et les anthropologues : art divinatoire ou discipline légitime ? », et Claude Blanckaert, « La crise de l’anthropométrie : des arts anthropotechniques aux dérives militantes (1860-1920) », Claude Blanckaert (dir.), op. cit., p. 42-44 et 125-126.

23 Charles Darwin, De l’origine des espèces, London, Penguins Books, 1985 (Première édition, 1859), p. 404.

24 Fanny Robles, « De La Filiation de l’homme aux « zoos humains » : les dérives spectaculaires du darwinisme à la fin du xixe siècle », Miranda [Online], 1 | 2010, Online since 23 March 2010, consulté le 22 février 2016. URL : http://miranda.revues.org/354

25 Le chaînon manquant désigne une forme intermédiaire entre deux espèces, fossiles ou non.

26 Sébastien Dubois, « L’invention de la préhistoire à l’ombre des Pyrénées », François Bon, Sébastien Dubois, Marie-Dominique Labails (dirs.), op cit., p. 27-36.

27 Arch. muséum d’histoire naturelle de Toulouse, Photothèque, Moulages de Congolais, Sénégalais, Pygmées, Collection du Dr Pales, 1934 (Plaque négative au gélatino-bromure d’argent 13x18 attribuée à Augustin Pujol, MNHT_Pha_138_B07_11.jpg), Infra p. 107, Ill. 4.

28 Idem.

29 Denise Farembach, « Léon Pales (1905-1988) », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, t. 5, vol. 5, n° 5-4, 1988, p. 297-300.

30 Louis Chabrelle, « Notes sur la langue des Sara, avec vocabulaire comparatif des différents dialectes », Journal de la Société des Africanistes, vol. 5, n° 2, 1935, p. 125-151 et Gilles Sautter, « Notes sur la construction du chemin de fer Congo-Océan » Cahiers d’études africaines, vol. 7, n° 26, 1967, p. 219-299.

31 Une ville dans l’extrême nord du Cameroun porte ce nom.

32 Maurice Chabeuf, « Anthropologie physique du Moyen-Congo et du Gabon méridional », Bulletins et Mémoires de la Société anthropologique de Paris, vol. 10, n° 10-2, 1959, p. 102.

33 Médecin, explorateur de l’Éthiopie, anthropologue au musée de l’Homme, il est né en Suisse en 1879. Auteur d’une taxinomie raciale, il se rallie à l’antisémitisme. Il meurt en 1944, abattu par la Résistance française.

34 Maurice Chabeuf, op. cit., p. 102.

35 Ibid., p. 105.

36 Chris Ballard, « Strange Alliance : Pygmies in the Colonial Imaginery », dans World Archaelogy, Dossier « Race, Racism and Archaelogy », vol. 38, 2006, p. 140.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie de bustes en plâtre conservés par le muséum dans ses réserves.
Légende Elle représente des « races » africaines et une figure d’origine amérindienne. Des membres ont été aussi moulés. 
Crédits © MNHT. Frédéric Ripoll
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3962/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Moulages de têtes et de membres de Congolais, Sénégalais, Pygmées en plâtre peint dans un présentoir.
Légende Photographie attribuée à Augustin Pujol. Ce dernier, photographe toulousain, a réalisé un grand nombre de clichés des salles du muséum de Toulouse. 
Crédits © MNHT
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3962/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bourrasse, « Corps éclatés : représenter l’Africain au muséum d’histoire naturelle de Toulouse (1875-1990) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 22 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/3962 ; DOI : 10.4000/framespa.3962

Haut de page

Auteur

Pierre Bourrasse

Pierre Bourrasse, professeur agrégé au lycée des Arènes, Toulouse, auteur d’un Master 2 sur les collections d’objets africains du muséum d’histoire naturelle de Toulouse (1858-1962). pierre_bourrasse@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org