Navigation – Plan du site
La domination incarnée - Corps et colonisation (XIXe-XXe siècles)

La domination incarnée. Corps et colonisation (xixe-xxe siècles)

The embodied domination : colonization and the body (19th-20th centuries)
La dominación encarnada. Cuerpo y colonización (siglos xix-xx)
Sophie Dulucq, Caroline Herbelin et Colette Zytnicki

Résumés

Ce dossier a pour ambition d’apporter une contribution à un chantier historiographique en plein essor : celui de l’étude des corps en contexte impérial. Souffrants, auscultés, enfermés, sexualisés et genrés, les corps des colonisés et des colonisateurs ont expérimenté dans leur chair les rapports de force. À travers des exemples d’expériences concrètes (aux Amériques, en Afrique, en Asie), ce numéro propose des contributions inédites et complémentaires.

Haut de page

Texte intégral

1Mise en lumière depuis quelques décennies, la question du corps est devenue aujourd’hui un thème important de l’historiographie. Michel Foucault a, dès les années 1970, mis en évidence la part du politique dans la gestion des corps, de l’époque moderne aux temps contemporains. La vie devient alors un des enjeux et des leviers du pouvoir, encadrant la reproduction de l’espèce et en lui garantissant la santé à travers toute une série de mesures. Ainsi se met un place un « biopouvoir » capable d’instaurer une « biopolitique » :

  • 1 Michel Foucault, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 187.

L’homme occidental apprend peu à peu ce que c’est d’être une espèce vivante dans un monde vivant, d’avoir un corps, des conditions d’existence, des probabilités de vie, une santé individuelle et collective, des forces qu’on peut modifier1.

  • 2 Georges Vigarello, Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine (dir.), Histoire du corps, 3 tomes, Paris, S (...)
  • 3 François-Olivier Touati, Maladie et Société au Moyen-Âge. La lèpre, les lépreux et les léproseries (...)
  • 4 Numéro spécial » Le corps discipliné », Genèses 2/2009, n° 75.
  • 5 Scarlet Beauvalet, Histoire de la sexualité à l'époque moderne, Paris, Armand Colin, 2010.
  • 6 Georges Vigarello, Histoire du viol, xvie-xxe siècle, Paris, Seuil, 1998.
  • 7 Anne Carol, L’embaumement. Une passion romantique (France, xixe siècle), Ceyzerieu, Champ Vallon, 2 (...)
  • 8 Georges Bensoussan, Paule Dietschy et al., Sport, Corps et société de masse. Le projet d’un homme n (...)
  • 9 Pascal Ory, L’invention du bronzage, Bruxelles, éditions Complexe, 2008.
  • 10 Marie-France Auzepy et Joël Cornette (dirs.), Histoire du poil, Paris, Belin, 2011.
  • 11 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement (xviie-xviiie siècle), Paris, Fay (...)

2Dans cette lignée, les travaux sur le corps se sont multipliés, menés par des philosophes, des sociologues, des anthropologues mais aussi, de plus en plus souvent, par des historiens. Comme en témoigne la somme dirigée par Georges Vigarello et Jean-Jacques Courtine2, les pistes de recherche foisonnent. L’histoire examine désormais le corps sous toutes ses coutures : souffrant3, discipliné4, sexualisé5, violenté6, supplicié7, sportif8, bronzé9, poilu10, vêtu et mis en scène11...

1. Saisir le corps en situation coloniale

  • 12 Elizabeth M. Collingham, Imperial Bodies. The Physical Experience of the Raj (c. 1800-1947), Cambri (...)
  • 13 Citons, entre autres, l’ouvrage récent de François Guillemot et Agathe Larcher-Goscha, La colonisat (...)

3L’historiographie des mondes impériaux s’est elle aussi emparée de cet objet d’étude, prenant la mesure de l’enjeu particulier qu’a constitué la domination des corps dans les territoires soumis à la traite esclavagiste et/ou à l’expansion impérialiste. Les imperial bodies, ces « corps impériaux », chers à Elizabeth M. Collingham12, ont fait depuis quelques années l’objet de multiples études13.

  • 14 Nathan Nunn & Nancy Qian, “The Columbian Exchange : History of Disease, Food, and Ideas”, Journal o (...)

4La conquête est d’abord une violence exercée contre les corps, celui des hommes comme celui des femmes. Elle a généralement pour cortège l’asservissement ou la déportation. Elle s’accompagne aussi d’une diffusion massive des maladies (variole, syphilis, etc.) et le corps des colonisateurs eux-mêmes est d’ailleurs soumis à rude épreuve sous les tropiques. Dans le Nouveau Monde, elle se traduit par un choc bactériologique sans précédent qui fait des millions des victimes14.

  • 15 Voir par exemple Patrice Courtaud, « Le cimetière, comme miroir de l’esclavage : approche archéolog (...)

5Quant au corps des esclaves, il subit une usure précoce que l’archéologie a bien mise en évidence15. Des fouilles réalisées à l’Anse-Marguerite, en Guadeloupe, ont révélé l’état de délabrement physique d’esclaves fauchés dans la fleur de l’âge, frappés par les dures réalités du travail servile : dans les champs de canne, de tabac et de coton, dans les ateliers du moulin à sucre ou de l’indigoterie, l’esclavage plie jour après jour les individus. Dans les sociétés de plantation des xviie et xviiie siècles, les violences exercées contre les récalcitrants sont légion : marquage des corps, mutilations, coups de fouet, humiliations en tous genres… Le Code Noir de 1685 les détaille à loisir :

Article 38 – L’esclave fugitif qui aura été en fuite pendant un mois, à compter du jour que son maître l’aura dénoncé en justice, aura les oreilles coupées et sera marqué d’une fleur de lis à une épaule ; s’il récidive un autre mois pareillement du jour de la dénonciation, il aura le jarret coupé, et il sera marqué d’une fleur de lys sur l’autre épaule ; et, la troisième fois, il sera puni de mort.

Article 39 – Les affranchis qui auront donné retraite dans leurs maisons aux esclaves fugitifs, seront condamnés par corps envers les maîtres en l’amende de 300 livres de sucre par chacun jour de rétention, et les autres personnes libres qui leur auront donné pareille retraite, en 10 livres tournois d’amende par chacun jour de rétention.

  • 16 Martin Thomas, Violence and Colonial Order. Police, Workers and Protest in the European Colonial Em (...)
  • 17 Paul Monnet, Les jauniers, Paris, Gallimard, 1930, cité dans Marianne Boucheret, « Le pouvoir colon (...)

6Après les abolitions de l’esclavage, la « mise au travail » des « indigènes » continue d’exercer une dure contrainte sur les corps colonisés, en Afrique comme en Asie ou dans la Caraïbe. C’est ce que montre par exemple Martin Thomas pour la Jamaïque du début du xxe siècle, et notamment à propos des châtiments corporels dans les plantations sucrières16. Dans le cadre des migrations massives de millions de travailleurs asiatiques vers les territoires coloniaux, l’épuisement physique commence dès le voyage en bateau, à tel point qu’un écrivain comme Paul Monet, parle en 1930 de « trafic de chair jaune17». Emblématique de cette implacable coercition, on peut évoquer le chantier du chemin de fer Congo-Océan, en Afrique centrale dans les années 1920. Albert Londres, dans Terre d’ébène, a dénoncé le recours massif au travail forcé et les piètres conditions de subsistance qui fauchent les manœuvres : mal nourris, logés dans des habitats précaires, ils connaissent une mortalité élevée. Sur les 127 000 travailleurs enrôlés, plus de 20 000 moururent.

  • 18 Voir par exemple : Peter Zinoman, The Colonial Bastille. A History of Imprisonment in Vietnam, 1862 (...)

7On s’ingénie également à surveiller et punir les corps dominés pour mater les révoltes, dans un dispositif répressif qui intègre punitions corporelles et formes spécifiques d’enfermement18. Les colonisateurs eurent aussi à cœur de les contrôler et de les éduquer grâce à des institutions comme l’armée, l’école, les Églises. Dès le xixe siècle, le corps – tant celui des colonisateurs qu’il faut préserver de l’influence mortifère du milieu colonial, que celui des colonisés – ne cesse de préoccuper les médecins, les juristes, mais aussi les historiens, les anthropologues et autres observateurs des sociétés impériales.

  • 19 Voir par exemple : Laurence Monnais, Médecine et colonisation. L’aventure indochinoise (1860-1939), (...)
  • 20 Eric Jennings, À la cure, les coloniaux ! Thermalisme, climatisme et colonisation français (1830-19 (...)
  • 21 Pierre Singaravélou et Julien Sorez (dirs.), L’empire des sports. Une histoire de la mondialisation (...)
  • 22 Evelyne Combeau-Mari, Le sport colonial à Madagascar, 1896-1960, Paris, Société française d’histoir (...)

8Les politiques de santé constituent des formes particulières de la gouvernance des corps qui s’exercent alors dans les hôpitaux et les dispensaires. Signalons ainsi les nombreuses analyses sur la médecine qui renvoient à cette problématique19. Un autre courant s’intéresse plus spécifiquement au corps des colonisateurs et aux moyens de le préserver de l’influence délétère du milieu tropical. Éric Jennings a ainsi analysé à la fois le thermalisme et les stations d’altitude créées dans les colonies, deux pratiques censées donner aux Européens la possibilité de retrouver la force et la vigueur qui assurent leur domination20. La question du sport21 a suscité de nombreux travaux, mettant au jour son importance idéologique et sociale. Dans la compétition sportive se joue en effet bien autre chose qu’une simple rivalité entre des corps et des équipes. Le terrain de jeu peut se révéler un lieu d’affrontement politique et mettre à l’épreuve les rapports sociaux22. Il peut contribuer, selon les colonisateurs, à la régénérescence des corps, blancs ou bruns, amollis par le climat des colonies.

9Les risques fantasmés de dégénérescence ne relèvent pas des seules conséquences sanitaires : ils menacent également la virilité des maîtres de l’heure – virilité à travers laquelle ils se perçoivent et qui est une des clés de leur domination. La question du genre est de fait au cœur des représentations et des politiques corporelles.

  • 23 Voir par exemple : Owen White, Children of the French Empire. Miscegenation and Colonial Society in (...)
  • 24 Cf. Amandine Lauro, Coloniaux, ménagères et prostituées au Congo belge (1885-1930), Bruxelles, Labo (...)
  • 25 Christelle Taraud, La prostitution coloniale. Algérie, Maroc, Tunisie (1830-1962), Paris, Payot-Riv (...)

10La rencontre sexuelle est aussi une préoccupation lancinante des colonisateurs. Ce qui est en jeu ici, c’est bien sûr le métissage23, entendu dans son double aspect biologique et culturel. L’un de ses effets redouté – hantise suprême des Européens à partir du xixe siècle – est la dégénérescence de la race blanche, qui serait abâtardie par le mélange avec des peuples jugés inférieurs. Se met donc en place une gestion des contacts corporels, qui cherche à établir la bonne distance entre fréquentation inévitable et stricte séparation, souvent en vain. En effet, la quasi-absence de femmes européennes au début des conquêtes coloniales entraîne des unions courantes des colonisateurs avec des femmes « indigènes » (mousso, congaï, « ménagères24 », etc.). Diverses études ont été consacrées à la spécificité de la prostitution en contexte colonial, des maisons closes d’Alger au quartier réservé de Hanoi25.

  • 26 Ann Laura Stoler, La chair de l’empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Par (...)

11Le livre d’Ann Laura Stoler, La chair de l’Empire26, offre une excellente entrée dans ces questions de sexualité et plus largement d’intimité. Croisant les analyses de Foucault et la problématique du genre avec les études coloniales, l’historienne américaine met la focale sur l’analyse du contact dans ce qu’il a de plus charnel : les relations sexuelles, la procréation, les relations quotidiennes, la gestion des apparences. Elle suggère que, peut-être plus que dans les métropoles, la gestion des corps est au cœur du politique dans les colonies. Dans les Indes néerlandaises, par exemple, le concubinage est d’abord toléré. Ce qui est en jeu, au-delà de la satisfaction des besoins sexuels des colonisateurs, c’est la question cardinale de l’honneur des Blancs. On redoute alors l’apparition d’une catégorie de colonisateurs pauvres, dénués de prestige du fait de leur misère. On préfère donc les unions mixtes à des mariages homogènes qui auraient la pauvreté en partage. Selon Ann Stoler, la notion de prestige guide les perceptions et les conduites des colonisateurs, les incitant tantôt à rechercher l’alliance avec des femmes locales, tantôt à la rejeter, l’essentiel étant de s’opposer à la création d’une classe de pauvres Blancs sans gloire. Dans les années 1920, à un moment où la peur du métissage racial s’accroît, on va au contraire recommander le mariage entre colonisateurs. Les femmes blanches sont alors incitées à venir s’installer dans la colonie. Outre celui d’assurer une descendance sans métissage, alors honni, leur rôle est de maintenir très fortement les frontières entre les races par toute une série de distinctions et d’oppositions préservant ainsi le prestige et l’honneur des maîtres blancs. La stricte séparation des corps est un moyen de lutter contre la dégénérescence de la « race », considérée comme le fléau suprême. Ainsi se forment les catégories ethnico-sociales – Européens, indigènes, métis, etc. – aux contours toujours redéfinis par une approche racialisée du contact pouvant les unir ou les séparer.

  • 27 René Maunier, Sociologie coloniale. Introduction à l’étude du contact des races, t. I, Paris, Domat (...)
  • 28 Vu Trong Phung, Le fabuleux destin de Xuan Le Rouquin, Paris, Éditions de l’Aube, 2007 (traduit du (...)

12La question du contact occupe une place de plus en plus déterminante dans l’entre-deux-guerres. Elle a été particulièrement développée par le sociologue René Maunier27 qui, par son enseignement à l’École coloniale, ne manque pas d’influencer ceux qui ont en charge les populations de l’Empire. Persuadés de l’inégalité des peuples, beaucoup préconisent pour les colonisés une imitation raisonnée de leurs maîtres, qui passe par l’adoption de leur culture, de leur style de vie, mais aussi de leurs apparences. L’adoption d’une hygiène et de vêtements occidentaux est ainsi fortement recommandée par certains et coïncide avec une « occidentalisation » grandissante des élites. Mais elle est rejetée par certains auteurs coloniaux qui y voient au mieux une soumission à l’Occident, au pire un horizon inatteignable pour ceux qu’ils persistent à considérer comme des « demi-civilisés ». Ce débat a également cours du côté des colonisés, une partie considérant cette évolution comme souhaitable au nom de l’assimilation et d’une modernité émancipatrice. Certains, au contraire, dénoncent une perte des repères, un reniement culturel, voire une mode grotesque ; c’est ce que suggère avec un humour corrosif l’écrivain vietnamien Vu Trong Phung, dans un roman de 1936 qui moque la bourgeoisie occidentalisée de Hanoi, les costumes trois-pièces, les tenues de tennis ou la lingerie féminine28.

  • 29 Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil, 1952.

13C’est ce qui est aussi, mais dans une perspective différente, dénoncé par Frantz Fanon dans son ouvrage célèbre Peau noire, masques blancs29. Il y évoque l’intériorisation de la hiérarchie raciale, définie comme une « épidermisation » de cette infériorité, et décrit l’ambition douloureuse du Noir qui veut être Blanc. Tout son livre est un plaidoyer pour sortir de ce dilemme et retrouver une humanité qui dépasse les clivages créés par la couleur de la peau. Ainsi termine-t-il son ouvrage par l’invocation : « Ô mon corps, fais de moi toujours un homme qui interroge ! »

  • 30 Martina T. Nguyen, “Wearing Modernity. Le Mur Nguyen Cat Tuong, Fashion, and the ‘Origins’ of the V (...)
  • 31 Cité in Maryam Ben Salem, « Le voile en Tunisie. De la réalisation de soi à la résistance passive » (...)
  • 32 Sur le sujet, voir Neil MacMaster, Burning the Veil. The Algerian War and the « Emancipation » of M (...)

14La question du vêtement est aussi une affaire politique qu’il s’agisse, comme les Jeunes Tunisiens, d’arborer le fez de leurs prédécesseurs Jeunes Turcs ou, pour les militants du parti du Congrès indien, de revêtir un costume à mi-chemin entre le vernaculaire et l’occidental. C’est le cas également de l’ao dai en Indochine, cet ensemble tunique et pantalon devenu aujourd’hui costume national au Vietnam ; or loin d’être traditionnel, il a été inventé dans les années 1930 par Le Mur, un nationaliste moderniste30. De fait, l’apparence des femmes préoccupe aussi la société coloniale. Leur corps fait l’objet de mille fantasmes, qu’il soit dévêtu comme dans certaines régions d’Afrique subsaharienne où les missionnaires s’évertuent à le rhabiller, ou bien soustrait au regard des hommes comme en Afrique du Nord. Mais cette apparence : le port du voile suscite bien des polémiques dans le Maghreb colonial, parmi les écrivains et les savants de toutes sortes. L’intellectuel tunisien Tahar Haddad, défenseur des droits de la femme, le critique : « L’usage du port du voile était imposé à la femme dans le dessein d’éloigner la tentation, cela fait penser à l’usage de la muselière que l’on impose au chien afin qu’il ne morde pas31 », à une époque – les années 1930 – où Bourguiba le défend encore. Cette question ne cesse d’être débattue dans les pages de la revue Leïla, créée par de jeunes intellectuels de Tunisie. Elle se retrouve sous les feux de la rampe encore pendant la guerre d’Algérie32.

2. Présentation du dossier

15C’est dans ce courant d’études que souhaite s’inscrire le présent dossier. Il se veut éclectique, apportant des analyses situées sur une vaste échelle de temps (du xviie au xxsiècle) et d’espace, de l’Amérique à l’Afrique. Parmi le foisonnement des pistes possibles, trois thématiques ont été privilégiées : le prisme de la sexualité, du genre et des rapports de pouvoir ; le corps des colonisés sous le regard de la science occidentale ; enfin, l’enfermement et le contrôle des individus en contexte colonial.

16Richard Marin envisage la question de la sexualité dans l’Amérique de la première colonisation. Au Brésil, du xvie siècle au xviiie siècle, malgré le poids et l’influence de l’Église catholique, le métissage s’impose. Il est non seulement la réponse à la rareté des femmes venues d’Europe, mais aussi la marque sensible, tangible, sexuée, du rapport de domination entre le colonisateur et la femme colonisée. Richard Marin souligne toutefois que cette dernière pouvait tirer parti de cette situation qui assurait à sa descendance une possible ascension sociale. Cette attention aux acteurs au sein d’un contexte de domination est au cœur de l’article de Nathalie Dessens, qui elle aussi aborde la thématique des métis·ses, mais dans une perspective différente. Elle montre comment l’historiographie récente a déconstruit le mythe entourant la « quarteronne placée », métisse entretenue par un homme blanc. Longtemps considérée comme des prostituées, des dominées, ces femmes semblent au contraire, selon les études récentes, maîtriser en grande partie le jeu social. La mythologie qui les entoure aujourd’hui encore renvoie à un contexte spécifique, où joue par exemple la rencontre conflictuelle entre des puritains venus du nord des États-Unis et la catholique Louisiane, considérée comme le lieu de tous les péchés et de toutes les luxures, de la nudité des Indiens à la pratique du « plaçage » des quarteronnes à la Nouvelle-Orléans.

17Le deuxième thème abordé est celui du regard savant sur les corps des populations dominées. Tout comme la faune, la flore, l’histoire et la culture, le corps des colonisés a fait l’objet de multiples études dès l’époque moderne. Delphine Pereitti-Courtis s’intéresse spécifiquement aux médecins spécialistes des peuples africains. La description de la physionomie des Africain·e·s s’inscrit dans la hiérarchisation des races qui fait alors consensus, tout en la légitimant. Ils construisent l’hypothèse d’une hypersexualité des Noir·e·s en se basant sur des observations souvent fantaisistes de leurs organes génitaux et affirment, à partir de là, leur infériorité raciale et civilisationnelle. De ce souci de classement des populations témoignent aussi, à leur manière, les moulages anatomiques exhibés dans les musées d’Europe. Pierre Bourrasse prend l’exemple d’artefacts conservés, dans une visée à la fois anthropologique et raciale, au muséum de Toulouse. Le goût pour ces expositions persiste après la Seconde Guerre mondiale, après que l’anthropologie a renoncé à ses ambitions racialistes.

18Enfin, le dossier se clôt sur une question d’une autre nature : celle de la discipline des corps. À partir de l’exemple du Dahomey, Bénédicte Brunet-La Ruche montre comment fut exporté le modèle répressif occidental de la prison, expurgeant toutefois l’un de ses aspects centraux qui était censé être celui de la réhabilitation. La prison devient en Afrique un simple lieu d’enfermement, qui fournit également une main-d’œuvre bon marché. Elle est perçue par les Africains comme une « boîte » qui ôte à l’homme et à la femme leur liberté et leur dignité, une « boîte » dont les murs toutefois peinent à contenir les corps de façon hermétique, comme en témoignent les fréquentes évasions. Fabien Sacriste analyse de son côté les conséquences de l’enfermement massif des Algériens dans les camps de regroupement, à partir de 1956. Ce phénomène semble à première vue conférer aux militaires un réel biopouvoir. Mais le fossé est grand entre les intentions et la réalité du terrain. Là, tous les moyens manquent pour assurer le bien-être des familles enfermées. Grande alors est la tentation pour l’armée d’en imputer les causes à la culture des colonisés qui répugneraient à suivre les préceptes d’une politique hygiéniste.

19On le voit, les pistes sont nombreuses et fécondes. Nous invitons le lecteur à découvrir, à partir d’un dossier nécessairement sélectif, la richesse d’un chantier historiographique en plein développement.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucault, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 187.

2 Georges Vigarello, Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine (dir.), Histoire du corps, 3 tomes, Paris, Seuil, 2005-2006.

3 François-Olivier Touati, Maladie et Société au Moyen-Âge. La lèpre, les lépreux et les léproseries dans la province de Sens jusqu’au milieu du xive siècle, Bruxelles, De Boeck Université, 1998.

4 Numéro spécial » Le corps discipliné », Genèses 2/2009, n° 75.

5 Scarlet Beauvalet, Histoire de la sexualité à l'époque moderne, Paris, Armand Colin, 2010.

6 Georges Vigarello, Histoire du viol, xvie-xxe siècle, Paris, Seuil, 1998.

7 Anne Carol, L’embaumement. Une passion romantique (France, xixe siècle), Ceyzerieu, Champ Vallon, 2015.

8 Georges Bensoussan, Paule Dietschy et al., Sport, Corps et société de masse. Le projet d’un homme nouveau, Paris, Armand Colin, 2012.

9 Pascal Ory, L’invention du bronzage, Bruxelles, éditions Complexe, 2008.

10 Marie-France Auzepy et Joël Cornette (dirs.), Histoire du poil, Paris, Belin, 2011.

11 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement (xviie-xviiie siècle), Paris, Fayard, 1989.

12 Elizabeth M. Collingham, Imperial Bodies. The Physical Experience of the Raj (c. 1800-1947), Cambridge, Polity Press, 2001.

13 Citons, entre autres, l’ouvrage récent de François Guillemot et Agathe Larcher-Goscha, La colonisation des corps. De l’Indochine au Vietnam, Paris, Vendémiaire, 2014 ; la journée d’étude intitulée « Le corps en perspective. Représentions, pratiques et prise en charge dans les colonies », Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 27 mai 2016.

14 Nathan Nunn & Nancy Qian, “The Columbian Exchange : History of Disease, Food, and Ideas”, Journal of Economic Perspectives, vol. 24, n° 2, Spring 2010, p. 163-188.

15 Voir par exemple Patrice Courtaud, « Le cimetière, comme miroir de l’esclavage : approche archéologique. Le cimetière d’Anse Sainte-Marguerite (Guadeloupe) », In situ. Revue des patrimoines, 2013.

16 Martin Thomas, Violence and Colonial Order. Police, Workers and Protest in the European Colonial Empires, Exeter, University of Exeter Press, 2015 – et plus particulièrement le chapitre 8 : « Caning the Workers ? Policing and Violence in Jamaica’s Sugar Industry », p. 206-234.

17 Paul Monnet, Les jauniers, Paris, Gallimard, 1930, cité dans Marianne Boucheret, « Le pouvoir colonial et la question de la main d’œuvre en Indochine dans les années 1920 », Cahiers d’Histoire. Revue critique, n° 85, 2001, p. 29-55.

18 Voir par exemple : Peter Zinoman, The Colonial Bastille. A History of Imprisonment in Vietnam, 1862-1930, Berkeley, University of California Press, 2001. Voir aussi l’article en ligne de Daniel Hémery, « Terre de Bagne en Mer de Chine. Poulo Condore (1862-1953) » http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article8969

19 Voir par exemple : Laurence Monnais, Médecine et colonisation. L’aventure indochinoise (1860-1939), Paris, Éditions du CNRS, 1999 ; Delphine Peiretti-Courtis, Corps noirs et médecins blancs. Entre race, sexe et genre : savoirs et représentations du corps des Africain(e)s dans les sciences médicales françaises (1780-1950, Thèse de doctorat d’histoire, Aix-Marseille Université, 2014 ; Guillaume Lachenal, « Le médecin qui voulut être roi. Médecine coloniale et utopie au Cameroun », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 65, n° 1, 2010, p. 121-156 ; Guillaume Lachenal, Le médicament qui devait sauver l’Afrique. Un scandale pharmaceutique aux colonies, La Découverte, Les empêcheurs de penser en rond, 2014.

20 Eric Jennings, À la cure, les coloniaux ! Thermalisme, climatisme et colonisation français (1830-1962), Rennes, PUR, 2011.

21 Pierre Singaravélou et Julien Sorez (dirs.), L’empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle, Paris, Belin, 2010.

22 Evelyne Combeau-Mari, Le sport colonial à Madagascar, 1896-1960, Paris, Société française d’histoire des outre-mers, 2009.

23 Voir par exemple : Owen White, Children of the French Empire. Miscegenation and Colonial Society in French West Africa (1895-1960), Oxford, Clarendon Press, 1999 ; Antoinette Burton & Tony Ballantyne (eds), Bodies in Contact. Rethinking Colonial Encounters in World History, Durham, Duke University Press, 2005.

24 Cf. Amandine Lauro, Coloniaux, ménagères et prostituées au Congo belge (1885-1930), Bruxelles, Labor, 2005.

25 Christelle Taraud, La prostitution coloniale. Algérie, Maroc, Tunisie (1830-1962), Paris, Payot-Rivages, 2003 ; Isabelle Tracol-Huynh, « Encadrer la sexualité au Viêt-Nam colonial : police des mœurs et réglementation de la prostitution (des années 1870 à la fin des années 1930) », Genèses, n° 86, 2012, p. 55-77 ; Isabelle Tracol-Huynh, Entre ordre colonial et santé publique. La prostitution au Tonkin de 1885 à 1954, Thèse inédite, Lyon 2, 2013.

26 Ann Laura Stoler, La chair de l’empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, 2013.

27 René Maunier, Sociologie coloniale. Introduction à l’étude du contact des races, t. I, Paris, Domat-Montchrestien, 1932. Pour une analyse sur ce sujet, voir : Emmanuelle Saada, « Entre « assimilation » et « décivilisation ». L’imitation et le projet colonial républicain », Terrain, n° 44, mars 2005, consulté le 22 février 2016, http://terrain.revues.org/2618 ; DOI : 10.4000/terrain.2618

28 Vu Trong Phung, Le fabuleux destin de Xuan Le Rouquin, Paris, Éditions de l’Aube, 2007 (traduit du vietnamien par Thê Hong et Janine Gillon).

29 Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil, 1952.

30 Martina T. Nguyen, “Wearing Modernity. Le Mur Nguyen Cat Tuong, Fashion, and the ‘Origins’ of the Vienamese National Costume”, Journal of Vietnamese Studies, vol. 11, n° 1, 2016, p. 76-128.

31 Cité in Maryam Ben Salem, « Le voile en Tunisie. De la réalisation de soi à la résistance passive », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 128, décembre 2010, https://remmm.revues.org/6840, consulté le 22 février 2016.

32 Sur le sujet, voir Neil MacMaster, Burning the Veil. The Algerian War and the « Emancipation » of Muslim Women (1954-1962), Manchester, Manchester University Press, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Dulucq, Caroline Herbelin et Colette Zytnicki, « La domination incarnée. Corps et colonisation (xixe-xxe siècles) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 22 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://framespa.revues.org/3949

Haut de page

Auteurs

Sophie Dulucq

Sophie Dulucq est Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse-Jean Jaurès et membre du laboratoire framespa. Elle s’intéresse à l’histoire de l’Afrique subsaharienne coloniale, et particulièrement des anciennes colonies françaises, mais aussi à l’enseignement du fait colonial. Elle vient de publier, en collaboration avec Marie-Albane de Suremain et David Lambert, l’ouvrage Enseigner les colonisations et les décolonisations aux éditions Canopé (2016).
dulucq@univ-tlse2.fr

Caroline Herbelin

Caroline Herbelin est maître de conférences à l’université de Toulouse-Jean Jaurès et membre du laboratoire framespa. Historienne et historienne de l’art, elle s’intéresse aux échanges culturels en Asie et particulièrement au Vietnam. Elle a co-édité l’ouvrage Arts du Vietnam, nouvelles approches paru en 2015 (PUR) et a publié Architectures du Vietnam colonial, repenser le métissage (2016, inha/cths). caroline.herbelin@univ-tlse2.fr

Colette Zytnicki

Colette Zytnicki est professeur d’histoire contemporaine émérite, à l’université de Toulouse-Jean Jaurès et membre du laboratoire framespa. Elle est aussi co-rédactrice en chef de Outre-Mers. Revue d’histoire. Ses travaux portent aujourd’hui sur l’Algérie coloniale, voir L’Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonial, Paris, Vendémiaire, 2016. Son prochain livre portera sur l’histoire d’un village de colonisation, en Algérie toujours.
colette.zytnicki@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org