Navigation – Plan du site

Éditorial

Françoise Cazal

Entrées d’index

Mots-clés :

saint, travail

Keywords :

saint, work
Haut de page

Texte intégral

1De la part des chercheurs de l’équipe 5 de FRAMESPA, spécialistes de la Littérature du Moyen Âge et du Siècle d’Or dans la Péninsule Ibérique, qui travaillent depuis six ans sur le thème de « La figure du saint et ses représentations », que pouvait -on attendre d’autre si ce n’est qu’il choisissent un jour d’étudier la question du « Saint et du travail », ne serait -ce que parce que le thème de la sainteté les a fait beaucoup travailler : deux colloques, huit journées d’études, plus de quarante séminaires mensuels entre janvier 2001 et octobre 2005, des publications (faites ou à paraître) abondantes (revues : Criticón, Mélanges de la Casa Vélasquez ; Actes du Colloque L’Hagiographie entre Histoire et Littérature ; aux Éditions Méridiennes, Pratiques hagiographiques dans l’Espagne du Moyen Âge et du Siècle d’Or, I et II ; ou encore l’édition facsimil des Monumentos de los Santos mártyres Justo y Pastor en la ciudad de Huesca (2005, introduction de Claude Chauchadis et Fermín Gil Encabo). Ce seront, au total, plus de mille pages qui auront été écrites et plus de deux mille cinq cent qui auront été publiées par ou à l’initiative de cette équipe de chercheurs qui a trouvé au sein de FRAMESPA les conditions idéales pour mener à bien sa tâche.

2« Le saint et le travail », c’est surtout un sujet où se croisent étroitement, encore une fois, les fils de l’Histoire et de la Littérature, mais c’est aussi un point de convergence, encore que sur des terrains différents, avec la thématique de plusieurs de nos collègues historiens de FRAMESPA, l’équipe Productions de Rémy Cazals, et l’équipe Religion culture et pouvoir, de Michèle Fournié. C’est aussi dans le sillage des séminaires animés, il y a quelques années, par Marc Vitse et Ignacio Arellano à la Casa Vélasquez, sur les modèles de vie au Siècle d’Or, que s’inscrit la journée d’études sur « Le saint et le travail » d’où sont issus les neuf articles proposés dans ce Bulletin.

3Troisième volet d’un ensemble intitulé « L’univers du saint » (les deux premiers avaient trait, respectivement, à « L’espace physique », et à « L’environnement humain du saint »), cette journée d’études sur le travail du saint, qui réunissait de nombreux participants (parmi lesquels des chercheurs français et espagnols réputés), présente une particularité par rapport à celles qui l’ont précédée, à savoir l’importance qu’y a pris l’élément iconographique, soit dans des travaux construits sur l’iconographie (Luis Canet, Pierre Civil), soit représenté sous forme d’allusions et d’illustrations (Pedro Tavares).

4« Le saint et le travail », cela peut être entendu d’abord, bien sûr, comme « le travail du saint », et les chercheurs portugais, espagnols, français réunis le 19 septembre 2005 à Toulouse se sont, à cet égard, posé la question cruciale : les saints travaillent -ils vraiment ? cherchant une réponse dans les textes et les représentations iconographiques hispaniques. C’est ainsi que, dans les travaux présentés ici, la réflexion portera sur le travail manuel et le travail intellectuel du saint, mais aussi sur son travail de fondateur d’ordre religieux, ou sur son activité de moine mendiant, dont on peut penser précisément qu’elle s’exerce au détriment du travail productif. C’est là que, débordant à proprement parler la figure du saint, le thème du « saint et du travail » peut susciter une réflexion socio -historique sur la place donnée à la valeur -travail dans les pièces de théâtre hagiographique du Siècle d’Or (Josep Lluis Sirera, de l’Université de Valence, mène cette réflexion à partir de plusieurs œuvres de Lope de Vega où les protagonistes sont des saints appartenant à des ordres mendiants). Le théâtre de Lope donnera lieu, aussi, à une lecture de la relation entre le saint, humble et travailleur, et son injuste maître, dans les pièces consacrées à saint Isidro Laboureur (Françoise Cazal, Université de Toulouse II). Mais la question du saint et du travail, se posera également sous l’angle du difficile choix entre la voie du quiétisme et celle du travail sur soi (Pedro Tavares, Université de Porto, Centro Inter Universitario de Historia da Espiritualidade). Le saint et le travail, c’est aussi le travail que la littérature hagiographique donne aux libraires et aux graveurs d’illustrations, au XVIe siècle, à Valence, comme on le voit dans l’analyse de José Luis Canet (Université de Valence), où le livre hagiographique est envisagé dans sa réalité matérielle, comme objet concret vecteur de gravures, et comme objet appartenant à l’économie de marché. On verra encore, dans ce Bulletin, comment rivalisent le travail manuel et le travail intellectuel dans la représentation des Saints ermites du Carmel (Jacobo Sanz Hermida, Université de Salamanque). On s’attachera à montrer la promotion, en Espagne au XVIIe siècle, à travers la figure de Saint Joseph charpentier, d’un nouveau modèle de spiritualité, compatible avec la réalité quotidienne des classes laborieuses (François Bonfils, Université de Toulouse II), phénomène confirmé par l’essor, dans les ateliers de peinture, des scènes représentant le père putatif du Christ (Pierre Civil, Université de Paris III). On constatera aussi comment, dans quelques exemples de dramatisation du travail du saint, tirés à nouveau du théâtre de Lope de Vega, le travail manuel en vient à résumer à lui seul la vie érémitique, et comment la mise en scène souligne habilement les avantages spirituels et moraux de ces activités manuelles (Anna Sinouet, Toulouse II). Ou encore, sous la plume cette fois -ci de Tirso de Molina, on verra que le travail du saint peut s’appuyer sur des motifs traditionnels comiques (ceux qui, par exemple, accompagnent la profession de tailleur), sans que la figure sainte perde pour autant son prestige (Luis González Fernández, Université de Toulouse II). On lira, dans l’article de Pierre Civil déjà cité, comment une autre profession, celle de peintre, se met en scène à travers l’image de Saint Luc peignant la Vierge, utilisant la représentation de l’activité picturale comme métaphore de la fonction de « modèle ou miroir moral » (’espejo’ en espagnol) du saint.

5Force est de reconnaître que, bien qu’il ait pu paraître initialement une gageure de vouloir construire une publication scientifique autour du thème ici traité, les analyses réunies dans ce premier numéro des cahiers de Framespa tendent à confirmer combien l’approche de la littérature et de la civilisation espagnoles à travers le prisme hagiographique se montre d’une fécondité inépuisable, même sur la question paradoxale du « saint et du travail ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Cazal, « Éditorial », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 19 septembre 2005, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/387

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org