Navigation – Plan du site
Recensions

Anne Verdet, La logique du non-consentement. Sa genèse, son affirmation sous l’Occupation

Jacques Cantier
Référence(s) :

Anne Verdet, La Logique du non-consentement. Sa genèse, son affirmation sous l’Occupation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, 238 p.

Texte intégral

1Maître de conférences en sociologie à l’université d’Orléans, Anne Verdet, auteur en 2010 d’une monographie dédiée aux pratiques musicales et festives dans un village du Lot entre 1930 et 1970, retrouve ici son terrain d’étude pour un essai consacré aux comportements ruraux sous l’Occupation et aux logiques du non-consentement. Ce travail se déploie dans trois directions principales : réflexion heuristique sur les catégories historiques qui servent aujourd’hui à penser les attitudes de la société française sous l’occupation, discours sur la méthode pour la mise en œuvre d’une enquête socio-historique, présentation des résultats empiriques engrangés par celle-ci.

2La première approche interroge la pertinence du schéma ternaire ordinairement retenu pour décrire les réactions de la France occupée : résistance, collaboration, accommodation. La pertinence de la généralisation de cette dernière notion, proposée en 1995 par Philippe Burrin dans une étude devenue classique sur la France « à l’heure allemande », est ici interrogée. Se réclamant des travaux de Pierre Laborie, analyste subtil des ambivalences et de la complexité d’une période, Anne Verdet estime que l’usage excessif de cette catégorie a pu conforter la vision, volontiers répandue par une certaine vulgate, d’une veulerie et d’une compromission généralisées. Burrin, note-t-elle, « parle, et l’admet, d’une France urbaine et de milieux dits favorisés ». Anne Verdet refuse également une vision qui réduirait la résistance au sacrifice d’une petite minorité, isolée au sein d’une société indifférente ou hostile. Le concept de non-consentement est alors proposé pour désigner le refus instinctif de l’Occupation et de l’idéologie nazie qui irrigue une large partie du corps social. Le terme est préféré pour désigner ces phénomènes de dissension à celui, plus vague, de résilience, proposé par Denis Peschnaski, ou à celui, plus circonscrit, de résistance civile, proposé par Jacques Sémelin. Dans ses formes multiples de transgression et de désobéissance à l’ennemi, le non-consentement apparaît dès lors comme un antécédent, une alternative, un soutien matériel ou symbolique de la résistance constituée.

3Le discours sur la méthode explicite par ailleurs une démarche qui procède de choix assumés. Choix d’un terroir familier, le département du Lot, objet d’études préalables et de liens familiaux et personnels qui serviront de clefs d’accès. Une remise en contexte esquisse ici, en toile de fond, la géohistoire d’une ruralité vieillissante mais aux traditions républicaines et religieuses toujours vivaces, quadrillée d’un réseau d’enseignement primaire au fort rôle culturel, morcelée par une marqueterie complexe qui singularise les causses de Martel, de Gramat, de Limogne, du Ségala, du Quercy blanc et de la Bouriane. Un échantillon de vingt-deux communes, reflétant cette diversité, a été constitué ; dans cet ensemble six ont fait l’objet d’une étude plus approfondie visant à en préciser le profil sociodémographique, les structures de l’habitat et les modèles familiaux. Une enquête orale a pu dès lors être mise en œuvre avec le concours des municipalités et des populations. Le choix d’une sociologie compréhensive est ici affiché : il s’agit d’aborder la société par le point de vue des individus, en remontant des témoignages aux pratiques et aux univers symboliques. Une trentaine d’entretiens de deux à trois heures, soucieux de recueillir la parole ordinaire de témoins nés pour la plupart entre 1920 et 1930, ont ainsi été conduits. La technique utilisée est celle des entretiens « libre centrés » dans laquelle une question initiale joue le rôle d’ouverture : « Vous pouvez me parler de l’occupation ? Comment ça se passait ici ? ». Ces entretiens constituent la source première de l’étude qui procède ensuite par salves de citations convergentes plus que par la singularisation de points de vue individuels. Une interrogation sur le statut des témoins et les logiques de la mémoire aurait sans doute pu, à ce stade de l’analyse, prolonger de façon utile la réflexion méthodologique.

4Le résultat de l’enquête fait l’objet de la deuxième partie de l’essai qui restitue de façon convaincante les couleurs d’une époque dominée par la méfiance, la peur, la lassitude mais qui n’ignore pas les sentiments de fierté et d’entraide. À travers la multitude d’exemples fournis par une approche micro-historique, le non-consentement apparaît comme facteur de restauration de l’estime de soi et du groupe. La grande diversité des signes de dissension est soulignée : mise à disposition spontanée d’une maison non occupée pour un couple originaire d’Europe de l’Est, mise à distance des familles suspectes de collusion avec les autorités, contournements de l’abondante réglementation d’un régime intrusif… La typologie des acteurs est analysée, des particuliers aux figures institutionnelles qui incarnent le groupe villageois – instituteurs curés, médecins ou gendarmes. L’échelle des risques est également mise en lumière à travers la gradation de pratiques qui mènent d’un attentisme d’opposition sourde au gouvernement de Vichy à un attentisme de de solidarité complice avec la Résistance, d’un non-consentement passif – contournement du rationnement alimentaire, bals clandestins – à un non-consentement actif de soutien aux maquis bien implantés dans le département. On pense ici aux réactions de Germaine Tillion ou de Simone Veil face au documentaire passionnant, mais partiel, de Marcel Ophuls qui ignorait à leurs yeux le « coude à coude » qui avait caractérisé la société des années noires. La catégorie du non-consentement, que viendront probablement étayer d’autres études locales, permet de faire place à ces comportements qui ne relèvent pas de la geste héroïque, mais de la solidarité concrète. Elle apparaît donc, au bilan, comme une fructueuse piste de renouvellement de l’étude des attitudes de la France occupée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Cantier, « Anne Verdet, La logique du non-consentement. Sa genèse, son affirmation sous l’Occupation », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 21 | 2016, mis en ligne le , consulté le 26 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/3866

Haut de page

Auteur

Jacques Cantier

MCF, spécialiste de l'histoire politique et culturelle de la France au xxe siècle, UT2J, FRAMESPA.
jacques.cantier@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org