Navigation – Plan du site
Recensions

La grande généralité de Montauban – Quercy, Rouergue, Gascogne, pays de Foix – sous Louis XIV, d’après le Mémoire « pour l’Instruction du duc de Bourgogne » (1699) et son complément par A. Cathala-Coture (1713)

Edition critique et étude par Patrick Ferté
René Souriac
Référence(s) :

La grande généralité de Montauban – Quercy, Rouergue, Gascogne, pays de Foix – sous Louis XIV, d’après le Mémoire « pour l’Instruction du duc de Bourgogne » (1699) et son complément par A. Cathala-Coture (1713), édition critique et étude par Patrick Ferté, 2 tomes, Paris, Éditions du CTHS, 2014, 566 et 676 p.

Texte intégral

Un outil de travail extraordinaire

  • 1 Voir la préface de Bernard Barbiche à la réédition en 2008 par le CTHS du mémoire de l’intendance d (...)
  • 2 Selon le catalogue des éditions du CTHS, sept de ces mémoires étaient édités par les soins de cette (...)

1Cette entreprise d’édition que Patrick Ferté dit « de longue haleine » se situe dans la perspective éditoriale inaugurée en 1874 sous l’égide du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) ; il fut alors décidé, dans le cadre de la « Collection des documents inédits sur l’histoire de France » d’« entreprendre une édition scientifique complète des trente-trois mémoires rédigés à la fin du xviie siècle par les intendants des provinces françaises en vue de l’instruction du duc de Bourgogne, héritier d’un trône qu’il n’occupa pas puisqu’il eut le malheur de mourir avant le décès de Louis xiv, son grand-père. Le lancement de ce projet éditorial fut confié à un très grand érudit, Arthur de Boislisle1, collaborateur de l’archiviste Pierre Clément, ce dernier initiateur de la publication des Lettres et instructions de Colbert. Boislisle publia en 1881 le mémoire de l’intendant Phélipeaux consacré à l’intendance de Paris. Mais il fallut attendre 1965 pour que le CTHS, à l’initiative de Louis Trenard reprenne cette directive. Lors de la réédition, en 2008, du travail réalisé vers 1880 par Arthur de Boislisle, Bernard Barbiche préfacier de cette nouvelle édition, fait le décompte de quatorze volumes parus dans la collection, dix étant alors en préparation, l’ensemble respectant les règles d’édition établies par le premier initiateur de ce travail éditorial2.

2C’est dans cette tradition éditoriale que se situe la publication par Patrick Ferté du mémoire sur la vaste généralité de Montauban, créée en 1635 lors de la première mise en place des intendants de province sous Richelieu. Dès l’introduction de son édition, Patrick Ferté souligne son importance à l’encontre d’un préjugé durable diffusé par le premier éditeur de ce type de sources – Boulainvillier, 1727 –, sur son intérêt mineur – erreurs, digressions… Bien au contraire, ce mémoire est exceptionnel, d’abord par la qualité du rédacteur du premier volume de ce mémoire qui en compte deux, l’intendant Le Pelletier de la Houssaye, homme de synthèse auquel on a souvent volé la paternité de ce travail. Exceptionnel a fortiori parce que ce mémoire initial de 1699 possède un complément dont la rédaction est terminée en 1713, un Mémoire historique tout à fait remarquable, « monumental » selon l’expression de Patrick Ferté. Commandé par le successeur de La Houssaye à Montauban, l’intendant Le Gendre, ce nouveau travail fut confié par celui-ci à un érudit du pays, maître Antoine Cathala-Coture, avocat à la cour des Aides de Montauban, son collaborateur dans la gestion de l’intendance.

3Travail de titan pourrait-on dire de la présente édition en deux volumes qui fait l’objet de notre recension : 1 250 pages en tout ; un outil de travail extraordinaire, au sens fort de cette épithète, pour tous ceux qui voudront avoir une information sur l’immense ressort de cette intendance dont on peut dire qu’elle avait les contours, hormis à l’est où Toulouse et Albi en étaient exclues, de l’actuelle région Midi-Pyrénées ; un répertoire de sources très diverses sur l’époque et les différents pays de la généralité de Montauban ; une bibliographie considérable, trois index – lieux, matières et personnes – et surtout des milliers de notes infrapaginales qui n’hésitent pas à affronter la multiplicité et la variété des questions que posent ligne à ligne, et parfois mot à mot, de telles sources documentaires : de quoi faire pâlir dans sa tombe le grand archiviste que fut Arthur de Boislisle dans son édition du mémoire de l’intendance de Paris. Concluons sur ce point : il s’agit d’un appareil critique tout à fait exceptionnel où le lecteur trouvera matière à enrichir son savoir et sa réflexion.

4Au début de chacun des volumes de cette édition, une première partie est consacrée aux auteurs et aux conditions de réalisation de ces deux écrits. Le lecteur découvrira des informations de grand intérêt sur la personnalité et la vie des deux intendants concernés ; de même, sur les origines et la conservation de ces mémoires – il suffit de rappeler pour le premier la commande du duc de Beauvillier en 1697 en vue de l’instruction du dauphin. Il fallait en dire plus sur les raisons d’être du second mémoire, à l’originalité patente : c’est ce que fait avec beaucoup de soins notre éditeur ; pour en situer d’emblée la qualité, il suffit de reprendre le titre du chapitre IV de la première partie du tome II (second mémoire) : «  l’œuvre, bien plus qu’une compilation ».

5Nous allons essayer de dire surtout les raisons de l’intérêt de cette publication, faute de pouvoir en rendre compte pas à pas tellement l’information est dense. Le premier volume propose la transcription du premier mémoire, celui de 1699, qui a été patronné par l’intendant Le Pelletier de La Houssaye. C’est celui qui répond à la commande du duc de Beauvillier. Il est précédé dans le livre par une étude en trois parties et treize chapitres où Patrick Ferté pose toutes les questions qui permettent de comprendre les origines, les conditions de réalisation et les objectifs de l’enquête, ces derniers largement déterminés par la commande. Le lecteur pourra y découvrir les origines de la généralité de Montauban et une analyse critique du mémoire dans le contexte économique, social et démographique d’une période de crise où il est nécessaire de confronter les informations recueillies par l’intendant aux données générales retenues par une science historique qui s’est fortement développée depuis un siècle. Ainsi, page 210 et suivantes, Patrick Ferté montre l’effort fait par l’intendant et ses informateurs pour parvenir à la meilleure évaluation possible de la population.

6Le Mémoire de l’intendant de Montauban pour l’instruction du duc de Bourgogne (1699) se compose de neuf chapitres définis par le plan de composition envoyé par l’administration aux intendants. L’histoire et la géographie viennent en tête. Une grande attention est portée aux rivières et plus encore à l’économie, à l’agriculture – nombre de « charrues », importance des cheptels… –, à l’industrie et aux mines, le toute par élection et pays. Un chapitre est consacré à l’Église, puis viennent ceux traitant de l’administration militaire, judiciaire et fiscale. Ces chapitres fourmillent de notations très précieuse : je citerai seulement, page 406, l’analyse que fait l’intendant de ce document majeur qu’est dans le Midi le compoids – c’est l’orthographe qu’il utilise, parfaitement conforme à l’étymologie occitane, compés, la comparaison des poids. La Houssaye explique mieux que personne le sens de cette institution qui doit s’établir, comme il le reconnaît, « du commun consentement de la communauté ». Vient ensuite le chapitre sur les ponts, péages et routes d’étape, et le tout se termine par deux chapitres majeurs : chapitre VIII, « Catalogue des gentilshommes », 75 familles y sont présentées ; avec les notes de Patrick Ferté, le lecteur trouvera là une information de premier choix sur la noblesse locale. Chapitre IX, « Protestants et recensement des nouveaux catholiques », qui comporte un dénombrement détaillé des nouveaux convertis » présenté en un tableau par élection et par ville : Montauban ville, 3 774 personnes, Montauban élection, 9 190 personnes, total de la généralité, 26 855 personnes.

7Le Mémoire historique de la généralité de Montauban et des païs en dépendans (1713) par Antoine Cathala-Coture forme le tome II de la publication. Patrick Ferté examine les explications possibles de l’existence de ce mémoire complémentaire de celui de 1699, commandé par l’intendant Le Gendre, successeur de La Houssaye, à Cathala-Coture, avocat en la cour des Aides de Montauban. Contrairement au premier mémoire peu disert sur l’histoire, celui de 1713 présente une étude très approfondie des pays qui ont formé la généralité de Montauban : 265 pages dans l’édition du CTHS sous le titre « Histoire et géographie… aperçu historique et géographique d’ensemble ». Au-delà des informations très volumineuses qu’offre le texte de Cathala-Coture, on trouvera dans ces pages le développement atteint par l’historiographie du moment, lorsque les bénédictins de Saint-Maur constituent définitivement le sillon de l’histoire érudite. L’auteur présente le savoir de son temps sur les familles princières, comtes de Toulouse, de Comminges, de Foix, d’Astarac, de Pardiac… Il fait le point aussi, même si c’est plus rapide, sur les villes et leur histoire, ainsi que sur les États provinciaux. Ensuite, et selon la même volonté de reconstituer leur histoire, il s’intéresse aux évêchés, aux chapitres, aux abbayes, prieurés et principales cures, aux commanderies, collèges, séminaires et hôpitaux, aux ordres religieux, à la dîme. Les chercheurs trouveront dans les longues listes établies par Cathala-Coture, vérifiées par l’appareil critique mis en place par Patrick Ferté, de précieuses indications. Suivant le plan du précédent mémoire, l’auteur examine la situation administrative, militaire, judiciaire et financière ; on y découvre par exemple des listes de justices, royales et seigneuriales, qui rendront bien des services. Les cours de justice, parlement, sénéchaussées…, les institutions financières, cour des Aides, bureaux des finances, bureaux d’élection sont également détaillées. La partie V s’intéresse au commerce, étoffes, bas de laine, toiles, grains, vins, eaux-de-vie, bestiaux… y compris les « lies et passeries » pyrénéennes, et les difficultés conjoncturelles du commerce à la fin du règne de Louis XIV. Une sixième partie, « Des finances et des impôts », présente la liste des intendants de la généralité et fait une synthèse utile des impôts et de leur recouvrement. Au total, ce mémoire de Cathala-Coture est un document de très grande valeur qui complète judicieusement le mémoire de 1699.

8Les historiens et les chercheurs, mais aussi tous les érudits curieux d’histoire, feront leur profit de cette magnifique édition dont nous avons déjà dit qu’elle a bénéficié du travail de fourmi qu’a exécuté avec une abnégation totale Patrick Ferté, toujours à l’affût de l’information qui confirme ou infirme et prolonge les données exceptionnelles dont ces deux mémoires sont faits. Une très belle publications donc, dont il faut féliciter le CTHS pour qu’il poursuive dans cette voie originelle de l’édition des sources de l’histoire de France… et Patrick Ferté pour son admirable travail.

Haut de page

Notes

1 Voir la préface de Bernard Barbiche à la réédition en 2008 par le CTHS du mémoire de l’intendance de Paris dont Boislisle a fait la première édition en 1881.

2 Selon le catalogue des éditions du CTHS, sept de ces mémoires étaient édités par les soins de cette institution avant que ne paraisse, en 2014, le huitième ici présenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Souriac, « La grande généralité de Montauban – Quercy, Rouergue, Gascogne, pays de Foix – sous Louis XIV, d’après le Mémoire « pour l’Instruction du duc de Bourgogne » (1699) et son complément par A. Cathala-Coture (1713)  », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 21 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/3864

Haut de page

Auteur

René Souriac

Professeur émérite d'histoire moderne à l'université de Toulouse II Jean-Jaurès, membre du laboratoire FRAMESPA.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org