Navigation – Plan du site
Dossier : Inscriptions urbaines américaines : rapports d’autorités

Murales et rayados de Valparaíso : entre institutionnalisation et vandalisme

Murales y Rayados in Valparaíso : Between Institutionalization and Vandalism
Murales y rayados de Valparaíso : entre institucionalización y vandalismo
Elsa Bouvier

Résumés

La ville portuaire de Valparaíso abrite une activité graffitique intense : elle est devenue un point névralgique incontournable du graffiti chilien. La diversité des inscriptions urbaines renvoie à des rapports à l’autorité distincts, et le clivage mural/rayado cristallise le débat politique et médiatique autour des inscriptions urbaines porteñas. L’opposition radicale entre mural et rayado, largement construite par le discours politique de la municipalité, résulte des critères d’acceptation des inscriptions urbaines de la part de cette institution, mais aussi de sa conception de l’espace public et de ses politiques publiques urbaines patrimoniales et culturelles. Face au contrôle social exercé par la municipalité et ses institutions, les pratiques et les postures des graffiteurs s’inscrivent dans une tension entre légalité et illégalité, entre vandalisme, contestation et institutionnalisation, artification, patrimonialisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Master mention Cultures et Sociétés, Spécialité Études sur les Amériques.

1Deux années de recherche, dans le cadre d’un master interdisciplinaire1 proposé par l’ Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques à Toulouse (IPEAT), précèdent l’écriture de cet article. J’ai mené une enquête ethnographique à Valparaiso de janvier à mars 2014 sur un milieu d’interconnaissance lié au graffiti local. Mon recueil de données se compose de 13 entretiens ethnographiques, d’observations multiples consignées par écrit dans le journal de terrain – portant sur les événements, les pratiques et les productions urbaines –, d’un recueil de 800 photographies et vidéos géo-localisées, d’une documentation analysée (articles de presse, cartes, documents officiels, règlementations, blogs, plateformes photographiques de grafiteros, etc.), de schémas pour mémoriser les dispositions spatiales des événements ou bien pour représenter la nature des relations entre les acteurs rencontrés. L’étude de la presse a constitué une source pour recueillir le discours de ceux qui n’ont pas accepté les entretiens ou que je n’ai pas pu contacter afin d’analyser plus finement les discours et les relations nouées entre acteurs.

1. Introduction

2La ville portuaire de Valparaíso, au Chili, abrite une activité graffitique intense : elle est devenue un point névralgique incontournable du graffiti chilien. Elle attire également de nombreux graffiteurs étrangers. La topographie accidentée de Valparaíso offre en effet des possibilités infinies de jeux d’exposition qui expliquent en partie l’attractivité internationale de cette ville : il est, par exemple, possible de peindre un toit qui sera visible depuis un mirador, un escalier ou un ascenseur urbain en surplomb.

Point de vue dʼun ascenseur urbain

Point de vue dʼun ascenseur urbain

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

3Ces dernières années, le graffiti a incontestablement émergé comme une ressource identitaire puissante de la ville. L’essor, la professionnalisation et la valorisation institutionnelle du graffiti ont façonné l'image urbaine et la production territoriale.

4En témoigne l’exemple du Museo a cielo abierto del cerro Bellavista. Depuis 1991, les murs du quartier sont recouverts de fresques. Si certaines font l’objet d’une conservation et d’une restauration, la plupart ne sont pas soumises à cette logique, mais plutôt à la loi du renouvellement spontané. En ce sens, le mural fonctionne comme une ressource patrimoniale locale paradoxale, s’inscrivant dans une temporalité courte et une dynamique de renouvellement permanent. Cependant la diversité des formes, des contenus et des esthétiques des graffiti est à l’origine de perceptions différentes et renvoie ainsi à des rapports d’autorité distincts. Nous nous intéresserons ici au clivage mural/rayado qui cristallise le débat politique et médiatique autour des inscriptions urbaines porteñas.

5Le rayado est une inscription sans qualité reconnue, souvent jugée dégradante, invasive ou contestataire ; elle est réalisée rapidement et associée aux pratiques d’écritures et au tag. Cette inscription est alors considérée comme néfaste par le public et/ou les autorités municipales, alors que ceux-ci reconnaissent dans le mural une fresque à dimension esthétique, voire artistique.

Rayados

Rayados

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

6L’opposition radicale entre mural et rayado renvoie à des enjeux de catégorisation politique. En effet, une telle opposition résulte des critères d’acceptation des inscriptions urbaines de la part de la municipalité, mais aussi de sa conception de l’espace public et de ses politiques publiques urbaines patrimoniales et culturelles. Il s’agira d’étudier le contrôle social exercé par la municipalité sur les pratiques des graffiteurs à Valparaíso. Nous interrogerons ensuite les réactions des graffiteurs face à ce contrôle, qui s’inscrivent dans une tension entre légalité et illégalité, entre vandalisme et institutionnalisation. Nous chercherons à mettre en évidence des formes de rapports à l’autorité variées existant notamment entre les graffiteurs et les institutions politiques et de contrôle, de façon à percevoir certaines formes d’urbanité propres à ces acteurs.

  • 2 Un peintre est un graffiteur à l’origine d’un mural.

7Après avoir détaillé les visées stratégiques de la municipalité aboutissant à un contrôle social différencié entre mural et rayado, nous évoquerons la réglementation locale des inscriptions urbaines à Valparaíso et les modalités de son application. Puis, nous nous intéresserons aux rapports sociaux entre peintres2 et propriétaires puisque ceux-ci forment des accords négociés et faisant autorité, à l’origine de nouvelles formes de tolérance. En outre, nous aborderons les pratiques et positionnements des graffiteurs dans ce contexte. J’expliciterai enfin la tension entre rejet total de l’autorité et relation partenariale avec l’autorité, en prenant appui sur deux exemples tirés de mon terrain de recherche, entre janvier et mars 2014.

2. Le contrôle social différencié de la municipalité

Mural

Mural

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

  • 3 Les bâtiments recensés au patrimoine mondial de l’UNESCO Alegre et Cerro Concepción. Si les inscrip (...)

8Dans la mesure où la municipalité de Valparaíso s’est engagée sur la voie d’une reconversion urbaine basée sur la promotion de la culture et du patrimoine, l’espace public constitue une ressource potentielle pour le développement du tourisme culturel local. En ce sens, la municipalité a développé un contrôle social des pratiques picturales et scripturales informelles, incluant un contrôle esthétique des murs et des supports urbains divers. Elle se concentre notamment sur le maintien des esthétiques des bâtiments recensés au patrimoine mondial de l’UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization) en 20033. Face à l’essor et à la diversité des inscriptions urbaines dans la ville, la municipalité a élaboré deux stratégies de contrôle social convergeant vers l’amélioration de l’image urbaine : la patrimonialisation tacite des murales et la pénalisation effective des rayados.

  • 4 Anonyme, « Trío fue sorprendido in fragranti rayando la plaza Aníbal Pinto de Valparaíso », Soyvalp (...)

9Le mural, perçu comme une ressource culturelle et donc économique, est encouragé par la municipalité qui contribue à son développement de façon contrôlée et autorisée, alors que le rayado fait l’objet d’une stigmatisation : il est construit comme une marque de vandalisme et désigné dans la presse du 11 avril 2014 comme le problème urbain majeur de la ville4.

  • 5 Romuald Bodin (dir.), Les métamorphoses du contrôle social, Clamecy, La Dispute, 2012, p. 16.

10Si l’on se reporte à la définition du contrôle social de Romuald Bodin : le mural et les peintres bénéficieraient d’un contrôle ouvert « dont la dynamique peut possiblement conduire à de nouvelles options normatives5 », alors que le rayado et ses auteurs seraient associés à un contrôle fermé n’autorisant aucune négociation. Analysons plus en détails ce contrôle social différencié.

2a. La patrimonialisation tacite des murales

Muerte al dinero

Muerte al dinero

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

  • 6 Vincent Veschambre, Traces et mémoires urbaines. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la d (...)

11En se réappropriant les murs et les espaces valorisés par les grafiteros à des fins économiques, la municipalité opère une patrimonialisation des murales. Néanmoins, celle-ci s’effectue de façon souterraine, tacite et progressive. Si l’on se reporte à la définition de Vincent Veschambre selon laquelle une ressource patrimoniale est symbolique, identitaire et économique6, le mural est effectivement activé comme une nouvelle ressource patrimoniale de la ville portuaire.

12La municipalité de Valparaíso a déployé deux stratégies orientées vers la patrimonialisation du mural. D’une part, l’instauration d’une relation partenariale – et parfois contractuelle – avec les grafiteros, dans le cadre de projets muralistes autorisés ou commandés.

Mural 1 du Cerro Polanco

Mural 1 du Cerro Polanco

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

13Elle fournit des autorisations de peindre et des appuis logistiques : elle prête par exemple des échafaudages.

14D’autre part, le développement d’une négociation tacite entre la police et les grafiteros, lorsque ces derniers n’ont pas demandé d’autorisation municipale pour peindre – soit dans le cadre de pratiques illégales.

Mural 2 du Cerro Polanco

Mural 2 du Cerro Polanco

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

15Alors que la réglementation, prenant la forme d’une ordenanza de aseo municipal, prévoit la pénalisation de tous ceux qui sont responsables d’inscriptions urbaines informelles, la police tolère implicitement les pratiques des peintres. Cela signifie que la pénalisation est davantage basée sur des critères esthétiques laissés à l’appréciation de chaque policier que sur une réglementation municipale stricte. La tolérance et la négociation caractérisent donc le contrôle social exercé sur les peintres.

Mural 3 du Cerro Polanco

Mural 3 du Cerro Polanco

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

2b. La pénalisation effective des rayados

16Au contraire, le rayado est construit comme une marque du vandalisme ordinaire à Valparaíso, tandis que ceux qui rayent sont qualifiés de délinquants. Le rayado symbolise la posture antipatrimoniale pour la municipalité, ce qui explique qu’elle exerce sur ceux qui le pratiquent un contrôle social de type fermé. Dans la mesure où les rayados sont effectivement pénalisés, comme le prévoit la réglementation, ils sont relégués à la clandestinité totale et réalisés de préférence la nuit. On peut supposer, que c'est moins l’inscription en elle-même que l’effet de saturation généré par l’abondance des productions qui semble problématique.

Rayados 2

Rayados 2

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

  • 7 Dans cet article, le verbe « rayer » est employé dans le sens du mot espagnol « rayar », soit l'act (...)

17En janvier 2014, la municipalité a décidé d’intensifier le travail de pénalisation : la nouvelle ordenanza de aseo municipal prévoit de rehausser le niveau de gravité de l’infraction. Actuellement, « rayer7 » la ville est légalement considéré comme un délit pénalisé par une amende relevée au seuil maximal – environ 270 euros. Cela suppose que rayer un mur constitue une atteinte à la sécurité des citoyens et confirme la perception de cet acte comme un fait de délinquance.

Saturation de rayados

Saturation de rayados

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

18Le travail de pénalisation passe également par d’autres canaux : la propagation d’un discours officiel « anti-rayado » dans la presse, la médiatisation d’arrestations de graffiteurs, l’incitation à la dénonciation, le renforcement du contrôle de l’espace public par un système de vidéosurveillance. La pénalisation légale du rayado s’accompagne donc d’effets d’annonce et de mesures concrètes destinés à décourager ceux qui rayent le patrimoine architectural.

2c. Une réglementation appliquée de façon relative

Rayados 3

Rayados 3

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

19La marge de manœuvre laissée à la police est importante dans la mesure où la réglementation prévoit la pénalisation de toutes les inscriptions non autorisées par la municipalité – y compris celles à caractère artistique – et où il existe en pratique deux modes de contrôle social radicalement opposés. Dans les faits, c’est moins le regard de la municipalité que celui de la police qui définit largement les critères esthétiques de telle ou telle inscription urbaine à Valparaíso. Finalement la pénalisation est relative, variable, dépendante de la subjectivité du policier et du contexte de l’interaction avec le graffiteur.

  • 8 Lelia Gándara, « Graffiti » Enciclopedia semiológica, Buenos Aires, Eudeba, 2002.

20Les termes rayado et mural sont instrumentalisés par la municipalité, au moyen de la presse écrite. Néanmoins, la pénalisation du rayado et la patrimonialisation du mural ne traduisent pas seulement une visée du développement urbain, de la part de la municipalité. Ces processus tendent par ailleurs à désamorcer « le caractère transgresseur du graffiti8 », selon Lelia Gándara. L’institutionnalisation du mural, liée à sa légitimation dans la ville, conduit le graffiti à intégrer les sphères culturelles et commerciales, à le rendre productif. Les actions institutionnelles à Valparaíso contribuent ainsi à faire évoluer la nature et les attributs du graffiti porteño. Aussi convient-il de s'intéresser aux pratiques et aux réactions de leurs acteurs.

2d. Accords informels entre peintres et propriétaires : une autre forme d’autorité

Mural altéré du museo a cielo abierto

Mural altéré du museo a cielo abierto

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

21Je m'intéresse ici au mural et non au rayado, puisque le vandalisme et la clandestinité conduisent à l'anonymat et au refus de rapports sociaux avec les citadins.

22Les peintres demandent donc généralement l’autorisation au propriétaire d’un mur lorsque celui-ci appartient à une maison habitée. Le propriétaire est alors libre d’accepter ou pas la proposition, sachant que les peintres offrent leur service gratuitement aux particuliers lorsqu’ils y voient un intérêt : lorsque le mur ou l’emplacement sont jugés intéressants, par exemple. Pour obtenir une autorisation, les peintres opèrent de la façon suivante : ils présentent leur intervention comme une rénovation de la façade (souvent abîmée par le temps), ils proposent de peindre une belle production et peuvent aussi indiquer au propriétaire quelles sont les maisons qu’ils ont peintes auparavant, pour que celui-ci puisse prendre connaissance du style graphique qu’on lui propose. Lorsque le graffiteur agit gratuitement, il peint généralement ce qu’il souhaite. Il peut aussi être rémunéré pour une commande spécifique. Il existe un véritable engouement populaire pour les murales, à l’origine des bonnes relations existant entre les habitants de Valparaíso et les peintres.

23Les rapports sociaux entre peintres et propriétaires sont caractérisés par la négociation, que les peintures murales soient rémunérées ou pas. Ces rapports directs semblent faire autorité à Valparaíso, puisque la police respecte les accords informels passés entre peintre et propriétaire. Plus généralement, la tolérance tacite des murales par la police autorise les graffiteurs à négocier les règles du jeu, en marge de la réglementation.

3. Postures des graffiteurs face au contrôle social différencié

Réalisation dʼun mural en accord avec les propriétaires

Réalisation dʼun mural en accord avec les propriétaires

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

24Les pratiques des graffiteurs sont prises dans une tension entre désir de reconnaissance institutionnelle (conduisant à la légitimation de leurs pratiques) et volonté de maintenir leurs espaces et leurs moyens d’expression hors de toutes contraintes institutionnelles ou commerciales. Ces deux postures peuvent paraître contradictoires, mais elles cohabitent pourtant dans les discours des graffiteurs, recueillis au cours des entretiens. Des positions plus ou moins radicales en faveur ou contre l'institutionnalisation du graffiti s’affirment néanmoins. Deux cas seront analysés.

Mural 2

Mural 2

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

3a. Les mega-murales porteños

25Le projet des mega-murales est né en 2010 et il se poursuit encore aujourd’hui. L’argumentaire du projet est fondé sur l’esthétisation de la ville et l’accessibilité de tous à une œuvre de qualité, réalisée par un graffiteur professionnel. La mise en tourisme des mega-murales et la conversion de productions culturelles en art urbain font également partie des objectifs. Les mega-murales sont réalisés dans un cadre légal, avec l’appui logistique de la municipalité et un partenariat avec une entreprise privée de peinture spray professionnelle.

26Le panorama photographique présente les étapes de la réalisation du dernier mural géant, en février 2014.

Panorama de la création du mega mural

Panorama de la création du mega mural

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

27Il souligne la transformation d’un mur sans qualité en espace valorisé, en production picturale ayant une valeur d’exposition marquée par le grand format et par son emplacement dans un cerro patrimonial, parcouru par un flux continu de touristes. Il s’agit dans ce cas de recomposer des espaces d’exposition à ciel ouvert, hors les murs des musées et des galeries – étant encore peu enclins à accueillir le graffiti – afin de re-qualifier l’espace public porteño.

  • 9 Henri-Pierre Jeudy, Les usages sociaux de l'art, Paris, Éditions Circé, 1999, p. 117.

28La réalisation monumentale confère à « la mise en spectacle de l’espace public9 » selon les termes d’Henri-Pierre Jeudy ; elle confère également à l’esthétisation des centres urbains liée à l’économie touristique. Ce mural est directement exposé à la vue de deux restaurants très fréquentés par les touristes.

Mega mural de La Robot de Madera

Mega mural de La Robot de Madera

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

  • 10 Nathalie Heinich et Roberta Shapiro (dirs.), De l’artification : enquêtes sur le passage à l’art, P (...)

29Les mega-murales in situ ont été réalisés en journée puisqu’ils étaient autorisés par quatre permis différents. À la légalisation du projet, s’ajoute la protection patrimoniale : les murales sont monumentaux, leurs emplacements ont été choisis afin de les mettre à l’abri de toutes formes de vandalisme – ils sont soit hors sol et seulement visibles depuis les miradores alentours, soit placés sur un mur dans un patio privé. Ces caractéristiques renvoient à ce que Nathalie Heinich et Roberta Shapiro définissent comme un processus d’artification : « [l’artification] désigne le processus de transformation du non-art en art, résultat d’un travail complexe qui engendre un changement de définition et de statut des personnes, des objets, et des activités10 ». En d’autres termes, ce processus désigne l’association de mécanismes complexes à l’œuvre dans le basculement de pratiques et de productions jugées vandales ou sans intérêt esthétique vers le monde de l’art.

30De façon générale, l’artification du graffiti porteño à valeur esthétique passe assez peu par le canal classique de la protection muséale – bien qu’il existe des exceptions. Elle est plutôt actée par la combinaison de marqueurs tels que la légalisation et la tolérance tacite, la pérennisation in situ et éditoriale, la médiatisation par la presse et les sites internet, l’individualisation et la professionnalisation des pratiques, le passage du support mural à la toile, afin de vendre principalement à l’intérieur de réseaux d’interconnaissance ou par internet, et enfin la consommation touristique des murales perçus à travers un regard de plus en plus muséalisant.

31La professionnalisation des graffiteurs et la spectacularisation des murales dans la ville creusent l’écart avec ceux qui « rayent » ou peignent des productions plus ordinaires ou plus furtives, aux formats plus modestes. L’artification est liée au développement d’une économie du graffiti, voulue par certains graffiteurs et menée par des intermédiaires émergents – galeries, musées, départements culturels, etc. Elle semble donner des arguments à la municipalité pour développer un muralisme de qualité et poursuivre la lutte « anti-rayados ».

Mega mural dʼInti.

Mega mural dʼInti.

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

32Les logiques de valorisation du graffiti professionnel initiées par certains graffiteurs et la municipalité concordent alors. L'institutionnalisation n’est donc pas le seul fait des institutions, elle est aussi actionnée par les choix de professionnalisation et d’artification du graffiti par les peintres.

3b. Le vandalisme politique du crew Vomito

Vomito 1

Vomito 1

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

  • 11 Anonyme, « Alcalde y jueces coordinan lucha antirrayados y carteles murales », El Mercurio, 22 janv (...)
  • 12 Entretien avec Plaga, Floto et Santo du Vomito Club, Valparaíso, 29 janvier 2014, 38’.

33Le 22 janvier 2014, le directeur du desarrollo cultural del municipio local déclarait, dans El Mercurio de Valparaíso, que le tag « vomito » était réalisé par plusieurs personnes et se répétait dans la ville11. Comme d’autres inscriptions urbaines invasives, « vomito » est devenu le symbole du vandalisme par le graffiti, symbole que la municipalité s’est engagée à combattre une nouvelle fois en 2014. Qui sont les membres de ce groupe ? Comment pensent-ils et définissent-ils leurs pratiques ? De quoi « vomito » est-il le nom ? Cinq personnes forment le groupe actuel dont j’ai rencontré trois membres en janvier 2014. Floto, Plaga et Santo font partie des classes populaires de Valparaíso, ils travaillent dans le milieu des arts, de la culture et de l’éducation : « No tenemos pinta de grafiteros, no tenemos pinta ni de raperos... Somos personas común y corriente. El trabaja en el municipio12... ». Ils se définissent non pas comme grafiteros, ni même comme vandales, mais comme pintores. Leurs propres mots traduisent la complexité des processus de catégorisation, y compris dans le milieu des graffiteurs. Alors que l’inscription « vomito » semble s’apparenter clairement à une pratique d’écriture, au graffiti et même au tag par son aspect invasif, les auteurs revendiquent l’aspect pictural de leur pratique.

  • 13 Le mot anglais « crew », « équipe » en français, est utilisé par les graffiteurs du monde entier po (...)

34Les membres de ce crew13 portent un regard très critique sur la société chilienne, au moyen d’une inscription percutante. Cela leur vaut d’être soumis à un contrôle social coercitif. La notion de rejet est fondamentale dans l’inscription « vomito », même si ses causes peuvent être plus personnelles. Le pouvoir des multinationales est particulièrement contesté, de même que les pouvoirs financier et politique.

Vomito 2

Vomito 2

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

35La photographie nous montre, par exemple, comment ces graffiteurs défient l’ordre social et ses institutions, en peignant sous le regard d’une caméra de vidéosurveillance un « vomito » dégoulinant, au-dessus d’un panneau indiquant qu’il est interdit d’afficher sous peine d’amende. On peut y voir une provocation : le « vomito » n’est bien sûr pas affiché mais peint, ce qui ne retire rien à la dimension transgressive de l’acte.

36La pratique de ce crew n’est pas seulement vandale, elle est plus complexe : ils utilisent la peinture de deux façons différentes, selon la modalité jour/nuit correspondant à deux rapports à l’espace public. Ils pratiquent à la fois la peinture vandale la nuit et une peinture plus sociale le jour, et revendiquent cette dualité. La nuit leur offre une spécificité temporelle et spatiale leur permettant de protéger leur identité – ce qui est fondamental dans toute pratique clandestine. Elle leur offre en fait une liberté d’action supérieure.

Peinture nocturne du crew Vomito

Peinture nocturne du crew Vomito

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

37Lorsqu’ils peignent des dessins en journée dans les barrios, les habitants ne les associent pas à l’inscription provocante et ne les disqualifient donc pas.

Peinture diurne du crew Vomito

Peinture diurne du crew Vomito

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

38Entre vandalisme politique et peinture sociale, les Vomito instituent des rapports nocturnes conflictuels avec la puissance publique, et des rapports diurnes plus apaisés, incluant la recherche du lien social dans les barrios.

Vomito 3

Vomito 3

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

39Dans les deux cas, ils défendent une certaine vision du graffiti : ils cherchent à maintenir le caractère informel et transgressif de cette culture urbaine. À l’échelle du groupe social des graffiteurs porteños, les Vomito ont créé la surprise en s’imposant avec force comme le premier crew de Valparaíso, en seulement cinq mois. Le mot « vomito » a envahi la ville, il est présent sur tous les supports et se décline en des typographies et des peintures très diverses.

Vomito 4

Vomito 4

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

40Les membres de ce crew maîtrisent parfaitement les codes de leur milieu. Ils ont assis leur réputation – dimension cruciale dans le milieu du graffiti – et ont imposé le respect de leur production auprès des autres graffiteurs, en peignant souvent, mais aussi en réalisant quelques très grandes inscriptions dans des lieux stratégiques, peu accessibles, mais jouissant d’une grande visibilité. Cela signifie que leurs pairs leur ont attribué une certaine autorité.

4. Éléments de conclusion

41Les rapports d’autorité impliquant les graffiteurs de Valparaíso s’exercent donc à plusieurs niveaux. D’abord, entre la municipalité et ses institutions de contrôle, on remarque des rapports conflictuels à l’autorité, notamment marqués chez les graffiteurs vandales, mais aussi des rapports de partenariat, dans le cadre de projets muralistes autorisés. Dans l’entre deux, on observe le plus souvent des rapports de négociation dans la rue entre graffiteur et policier. Quant aux propriétaires de murs, la municipalité et les peintres leur reconnaissent une autorité de fait sur l’esthétique de leurs murs. Enfin, à l’intérieur même du groupe social des graffiteurs de Valparaíso, régi par des normes et des valeurs communes, certains graffiteurs ou crew jouissent d’une reconnaissance sociale supérieure leur conférant une autorité interne.

  • 14 Miguel Engaña (dir), Du vandalisme. Art et destruction, Bruxelles, La Lettre Volée, 2005, p. 7-8.
  • 15 Ibid., p. 8.

42Rayados, rayas, graffitis vandálicos, etc., la puissance publique emploie un langage particulier pour qualifier ces inscriptions urbaines incommodantes. Ces désignations recouvrent la catégorie du vandalisme par le graffiti et correspondent à la perception stratégique de la municipalité : disqualifier les pratiques et les productions portant atteinte au patrimoine culturel. Définir le vandalisme revient à s’interroger sur la construction de cette catégorie : d’abord associé à la barbarie, le vandalisme s’est ensuite constitué en négatif de la culture, voire en terrorisme anti-culturel14. Une telle définition présuppose une conception de la culture à travers ses valeurs esthétiques et patrimoniales15, par ailleurs valorisées par la municipalité.

Mural 3

Mural 3

Valparaíso, 2014.

Cliché auteure.

43La problématique de la catégorisation et de la définition des inscriptions urbaines à Valparaíso se pose ainsi de façon vive, y compris chez les graffiteurs les plus reconnus, porteurs de discours réflexifs sur leurs pratiques. Dans une interview récente, l’artiste Inti Castro lui-même ne savait plus s’il faisait encore du graffiti :

  • 16 Tatiana Oliveros et Patricio González, De graffitero clandestino a muralista reconocido internacion (...)

En el caso mío yo provengo del mundo del graffiti y en algún momento quise dejar de ponerle nombre a las cosas, me pregunté : ¿qué es lo que estoy haciendo ? Unos me decían que era graffiti, otros me decían que no era graffiti, otros me decían : dejaste de hacer graffiti hace mucho tiempo, y la verdad le encuentro la razón a todos [...] Entonces, yo no sé si lo que estoy haciendo es graffiti o no. De que hay toda una nueva generación que ha logrado profesionalizar su trabajo y si eso sigue siendo graffiti o no, no lo sé16.

44Alors que l’institutionnalisation se poursuit et transforme la nature même du graffiti qui se légalise et se commercialise en même temps, les rapports à l’autorité évoluent eux aussi, qu’il s’agisse de rapports externes avec la puissance publique, les propriétaires ou les acteurs commerciaux – qui n’ont pas été évoqués ici –, ou qu’il s’agisse de rapports internes. Il est possible de supposer que le processus d’institutionnalisation des murales provoque des changements à l’intérieur du groupe des graffiteurs, incite à prendre position et modifie leurs rapports.

45Dans ces contextes d’hybridation, de professionnalisation et de valorisation institutionnelle, patrimoniale et artistique, la nature et les fonctions du graffiti semblent remises en question par l’ensemble des acteurs.

Haut de page

Notes

1 Master mention Cultures et Sociétés, Spécialité Études sur les Amériques.

2 Un peintre est un graffiteur à l’origine d’un mural.

3 Les bâtiments recensés au patrimoine mondial de l’UNESCO Alegre et Cerro Concepción. Si les inscriptions urbaines sont omniprésentes dans la ville, on peut néanmoins constater qu’une grande majorité d’entre elles se situent dans la zone classée par l’UNESCO. Bien qu’elle invite à la protection de « l’intégrité visuelle » de cette zone, l’organisation internationale ne fait pas mention des inscriptions urbaines : http://whc.unesco.org/fr/list/959/.

4 Anonyme, « Trío fue sorprendido in fragranti rayando la plaza Aníbal Pinto de Valparaíso », Soyvalparaíso, 11 avril 2014. Disponible en ligne sur : http://www.soychile.cl/Valparaiso/Policial/ 2014/03/20/237730/Trio-fue-sorprendido-infraganti-rayando-la-plaza-Anibal-Pinto-de- Valparaiso.aspx (consulté le 11 avril 2014).

5 Romuald Bodin (dir.), Les métamorphoses du contrôle social, Clamecy, La Dispute, 2012, p. 16.

6 Vincent Veschambre, Traces et mémoires urbaines. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

7 Dans cet article, le verbe « rayer » est employé dans le sens du mot espagnol « rayar », soit l'action d’effectuer un rayado.

8 Lelia Gándara, « Graffiti » Enciclopedia semiológica, Buenos Aires, Eudeba, 2002.

9 Henri-Pierre Jeudy, Les usages sociaux de l'art, Paris, Éditions Circé, 1999, p. 117.

10 Nathalie Heinich et Roberta Shapiro (dirs.), De l’artification : enquêtes sur le passage à l’art, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2012, p. 20.

11 Anonyme, « Alcalde y jueces coordinan lucha antirrayados y carteles murales », El Mercurio, 22 janvier 2014.

12 Entretien avec Plaga, Floto et Santo du Vomito Club, Valparaíso, 29 janvier 2014, 38’.

13 Le mot anglais « crew », « équipe » en français, est utilisé par les graffiteurs du monde entier pour désigner le groupe de personnes avec qui ils peignent. La formation de ces groupes, entraînant plus de sécurité pour les acteurs mais également plus de rivalité, est un élément important dans la pratique du graffiti.

14 Miguel Engaña (dir), Du vandalisme. Art et destruction, Bruxelles, La Lettre Volée, 2005, p. 7-8.

15 Ibid., p. 8.

16 Tatiana Oliveros et Patricio González, De graffitero clandestino a muralista reconocido internacionalmente: Inti, Santiago de Chile, El Mostrador, 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Point de vue dʼun ascenseur urbain
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Rayados
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Mural
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Muerte al dinero
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Mural 1 du Cerro Polanco
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Mural 2 du Cerro Polanco
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Mural 3 du Cerro Polanco
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Rayados 2
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Saturation de rayados
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Rayados 3
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Mural altéré du museo a cielo abierto
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Réalisation dʼun mural en accord avec les propriétaires
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Mural 2
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Panorama de la création du mega mural
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Mega mural de La Robot de Madera
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Mega mural dʼInti.
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Vomito 1
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Vomito 2
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Peinture nocturne du crew Vomito
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Peinture diurne du crew Vomito
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Vomito 3
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Vomito 4
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Mural 3
Légende Valparaíso, 2014.
Crédits Cliché auteure.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3808/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Bouvier, « Murales et rayados de Valparaíso : entre institutionnalisation et vandalisme », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 21 | 2016, mis en ligne le 15 mai 2016, consulté le 24 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/3808 ; DOI : 10.4000/framespa.3808

Haut de page

Auteur

Elsa Bouvier

Elsa Bouvier est titulaire du Master Recherche de l’Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques à Toulouse, à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
elsa.nolwen@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org