Navigation – Plan du site
Dossier : Inscriptions urbaines américaines : rapports d’autorités

Inscriptions urbaines, autorités publiques et contestations : le cas du rayado à Santiago du Chili

Urban Inscriptions, Public Authorities and Protests : the Rayado’s Case in Santiago de Chile
Inscripciones urbanas, autoridades públicas y contestaciones : el caso del rayado en Santiago de Chile
Jean-Baptiste Barra

Résumés

Entre censure et promotion, la peinture murale chilienne entretient des rapports complexes avec l’autorité publique municipale de Santiago. Si, aujourd’hui, bon nombre de pratiques bénéficient du soutien et de l’aide de la capitale, au nom de la préservation du patrimoine et du dynamisme culturel, certaines font toujours l’objet d’une répression active. Qu’en est-il du rayado, pratique populaire traditionnelle devenue aujourd’hui un mot générique désignant toutes les inscriptions indésirables ? Dans quelle mesure le rayado n’est-il pas victime de ses propres stratégies de communication ? En confrontation avec leurs destinataires, ces cris citoyens sont rejetés par les pouvoirs publics et par une part importante de la société chilienne. Il s’agit de mettre en lumière les paradoxes qui caractérisent et animent la relation contemporaine entre ces inscriptions murales et l’autorité publique, en prenant comme exemple les événements de la Catedral Metropolitana et du Puente Matta.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Les pratiques d’inscriptions urbaines sont des points d’entrées pluridisciplinaires permettant de questionner les normes et les rapports de forces existant au sein des sociétés démocratiques contemporaines.

  • 1 Wilson Goode, en campagne pour les élections municipales de 1984 à Philadelphie, fait du tag la pri (...)
  • 2 Signature apposée et multipliée sur n’importe quelle surface de l’environnement urbain, à l’aide d’ (...)
  • 3 Évolution esthétique et technique du tag.

2Parmi cette diversité de pratiques, l’art urbain, ou street art, ou encore arte callejero, occupe une place de plus en plus importante dans le paysage culturel international, et semble aujourd’hui accepté par les autorités publiques et artistiques. Mais les inscriptions urbaines n’ont pas toujours bénéficié de cet accueil pacifique, et ont longtemps évolué dans la clandestinité. Aux États-Unis, dans les années 80, les pouvoirs publics et les sociétés de transport déclarent la guerre1 au graffiti2 et au tag3.

Tag

Tag

Santiago Centro, 2015.

Cliché auteur.

Graffiti

Graffiti

Santiago Centro, 2015.

Cliché auteur.

3Apparues quelques années plus tôt sur la côte Est, ces pratiques ne seront pas totalement effacées du paysage. En parallèle aux politiques de répression, une dynamique d’acceptation voit le jour grâce aux professionnels des divers mondes de l’art. Ces derniers reconnaissent l’artiste chez le vandale, et l’œuvre dans la dégradation. À visage découvert, les graffeurs ne sont plus contraints à la rue et peuvent échanger avec les musées et les ateliers, mais aussi avec les galeries et les salons de vente. À la fin des années 80, l’avènement culturel et commercial du Hip-Hop entraîne la diffusion internationale d’un style de vie et d’une iconographie. Le graffiti est désigné, malgré lui, comme quatrième pilier de cette subculture et il est lui aussi exploité et exporté.

  • 4 Alain Vulbeau, Légendes des tags, Paris, Sens & Tonka, 2009, p. 46.

4Pourtant, cette reconnaissance n’est pas généralisée à toutes les inscriptions. Elle implique un processus sélectif, au cours duquel on distingue la « bonne fresque » et le « mauvais tag4 ». Cette sélection, mise en place par l’autocensure des acteurs, par la consécration artistique ou par la condamnation pénale, fait intervenir des acteurs multiples (graffeurs, artistes, intermédiaires du monde de l’art, autorités publiques, citoyens, etc.). En parallèle, la lutte frontale persiste à différents niveaux (prévention, appel à délation, vidéosurveillance, nettoyage, etc.). Mais des procédés plus subtils accompagnent également cette répression directe.

Brigade cynophile déployée dans le métro

Brigade cynophile déployée dans le métro

New-York, 1984.

Wired New-York

5Grâce à un contrôle terminologique, l’autorité publique tend à redéfinir et à distinguer des inscriptions a priori indissociables (street art, graffiti, tag, etc.), et à créer des régimes de responsabilité différents pour chacune d’entre-elles. Aussi utilise-t-on volontiers le mot tag pour désigner l’acte dégradant du vandale, lorsque street art fait référence à l’œuvre de l’artiste. Pourtant certains tags sont exposés et vendus par des artistes au titre d’« œuvres », là où certaines productions sont désignées à tort par le mot « tag » (par exemple lorsqu’elles sont réalisées sans autorisation). Ces éléments amènent à supposer que ces qualifications juridiques entretiennent la confusion au sujet des pratiques d’inscriptions urbaines et influent sur leur réception publique.

6Une interrogation naît alors de cette hypothèse : quel est l’état actuel, mais aussi le devenir de la relation entre inscriptions urbaines et autorités publiques chiliennes ?

  • 5 Par exemple, le « graffuturism », « post-graffiti », « graffiti 2.0 », « body painting », ou encore (...)

7Analyser ces phénomènes et leur mise en œuvre à l’échelle du continent américain est une entreprise complexe, car ils dépendent de spécificités culturelles et législatives nationales. Aussi convient-il de préciser une aire géographique pour cette étude. De même, les pratiques et leurs désignations sont-elles de plus en plus variées5 d’où le choix s’observer des inscriptions mettant particulièrement en tension la dimension contestataire dans sa relation avec l’autorité publique ?

  • 6 Elsa Bouvier, Enjeux contemporains autour des inscriptions urbaines à Valparaiso (« Mémoire de Mast (...)

8Au Chili, ainsi que j’ai pu le constater lors de mes observations participantes et réalisation d'un documentaire (accessible sur : https://www.youtube.com/​watch?v=DsKxH-FFevo), la pratique muraliste est un phénomène véritablement consacré, au sein du paysage culturel national. Interdite pendant la dictature, elle est devenue un symbole de résistance et a prédisposé le Chili à l’accueil d’autres pratiques, notamment du graffiti étatsunien. Aujourd’hui, cette consécration dépasse les frontières nationales, comme en témoigne l’inscription de Valparaíso, ville portuaire célèbre pour sa particularité architecturale et chromatique, au titre de patrimoine mondial de l’UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization), en 20036. La capitale, Santiago, cherche elle aussi à valoriser son paysage culturel, en multipliant les projets d’interventions urbaines. Malgré cette dynamique promotionnelle du mural, la municipalité de Santiago Centro reste une des plus active dans la lutte contre les inscriptions non autorisées : les rayados.

Mural de la Brigada Ramona Parra

Mural de la Brigada Ramona Parra

GAM, Santiago, 2013.

Gideon Long.

Rayados en el Servicio de Evaluación Ambiental

Rayados en el Servicio de Evaluación Ambiental

Région de Tarapacá, 2014.

ANFUSEA.

9Ces pratiques chiliennes cristallisent donc le rapport contestataire et paradoxal entre les inscriptions urbaines et l’autorité publique.

10Définir le rayado permet d’établir le lien avec les autres pratiques d’inscriptions, et de mettre en lumière le processus de qualification préalable et ses implications. Ces éléments de contextualisation seront utiles pour analyser les événements de promotion et de sanction organisés simultanément par la municipalité, ainsi que leur importance dans la relation avec les inscriptions urbaines. Deux cas seront traités : le nettoyage de la CatedraMetropolitana et le projet d’art urbain du Puente Matta.

2. Le rayado, une pratique contestataire

11Définir un type d’inscription urbaine est complexe tant les frontières entre les pratiques, si tant est qu’on puisse en établir, sont malléables. Le rayado nous confronte à un premier élément qui met en tension différentes autorités, puisque l'on constate une absence de consensus sur la définition. Cette remarque est d’autant plus surprenante que le terme est fréquemment employé par les médias, les municipalités et les acteurs d'inscriptions. Afin de mieux cerner l’objet d’étude, il est donc utile tout d'abord de confronter l’usage officiel du terme à la définition proposée par les chercheurs et les spécialistes de l’histoire de l’art, afin de proposer ensuite des éléments d’identification propres à la pratique.

2a. Définition et usage officiels

12Le mot rayado relève d’une utilisation exclusivement hispanophone. Le Diccionario de Autoridades de l’Académie Royale définit ainsi le terme : « accion y efecto de rayar7 ». Malheureusement, cette lapalissade ne propose aucun critère pour identifier la pratique. Si on se tourne vers l’autorité législative chilienne, on constate que le mot rayado sert à qualifier juridiquement l’acte de peindre sans permission sur une propriété : 

  • 8 Colegio Sek Pacifico, « Ley anti-rayados en propiedad pública y privada », 2012.

Prohíbese el rayado, dibujo o pintura de escritos, signos, leyendas, imágenes, afiches o pegatinas de cualquiera naturaleza en el mobiliario urbano, escaños, papeleros, monumentos, en los muros de fachadas de edificios o casas habitaciones particulares de la comuna y otros, sin autorización del propietario, en puentes, pavimentos, estatuas, o cualquier bien nacional de uso público, como asimismo en calles, pasajes y galerías particulares de uso público8.

13Ceci ne nous renseigne cependant toujours pas sur les spécificités visuelles ou discursives de la production. Ici, c’est davantage l’acte délinquant qui est défini, en tant que dégradation et atteinte au droit de propriété, que le contenu ou l’esthétique. Dès lors, la relation entre rayado et autorités publiques semble fondée sur le rejet. Les institutions refusent en effet de considérer les inscriptions comme des productions picturales. Mais elles rejettent plus largement la pratique en la réduisant à une infraction pénale. La sanction est donc double pour le rayado. Les communes de Santiago, particulièrement celle du centre, usent de leur pouvoir législatif local pour renforcer ce rejet, et classer le rayado parmi les infracciones gravísimas9, au même titre que les jets d’ordures sur la voie publique. Pourtant, là non plus, aucune information n’est donnée pour une identification visuelle du rayado.

14Ces textes évasifs laissent supposer que le législateur accorde un pouvoir discrétionnaire aux juges et aux forces de l’ordre pour apprécier in concreto l’infraction. De fait, cette qualification témoigne d’une volonté de criminaliser la pratique, contribuant à renforcer son rejet au sein de la société. De même, malgré une définition évasive, le mot rayado est utilisé de manière récurrente dans les déclarations de la municipalité et dans les articles de presse. En le condamnant et en qualifiant cet acte de vandale, les autorités contribuent donc à créer une connotation péjorative autour d’un terme non défini. Pourtant, une étude de la littérature sur le sujet, mais aussi sur les autres pratiques d’inscriptions urbaines, renseigne sur les spécificités du rayado et permet de l’approcher comme une pratique à part entière.

2b. La place du rayado dans le paysage culturel chilien

  • 10 Patricio Rodríguez-Plaza, La peinture baladeuse : manufacture esthétique et provocation latino-amér (...)
  • 11 La formation a été créée en 1988 par le PCCH (Parti Communiste Chilien).
  • 12 Thomas Huchon, « Balade à San Bernardo avec Mono González », extrait de documentaire, France, Upsid (...)
  • 13 María Fernanda Manquez, « Huellas de color: una mirada a las brigadas muralistas chilenas como expr (...)

15Si l’usage du terme rayado relève aujourd’hui d’une fonction générique, des auteurs et des artistes affirment qu’il désignait initialement une pratique particulière. Dans son ouvrage, « La peinture baladeuse », Patricio Rodríguez-Plaza rappelle le lien entre le rayado et les murales, ces fresques politiques que l’on connaît au Chili, mais également au Mexique10. Cette dynamique débute dès 1943 dans les villes chiliennes, où l’on voit apparaître sur les murs des revendications politiques. Ces messages tracés rapidement sur les murs à la peinture noire se détachent de toute considération esthétique, d’où leur nom de « rayados ». Mais avec l’intensification de la pratique sur le territoire, les formes évoluent et s’accompagnent peu à peu d’éléments picturaux. Les peintres s’organisent en brigadas, et les rayados deviennent des fresques monumentales, transmettant des idéaux politiques et sociaux. Les messages soutiennent les candidats lors des élections et des brigadas naissent directement au sein des partis, comme la Brigada Ramona Parra11, qui compte parmi ses membres l’artiste Alejandro » Mono » González12. Grâce à l’action de la brigade, Salvador Allende remporte la campagne présidentielle de 1970 et le rayado mural obtient une reconnaissance nationale13. La pratique est acceptée par les autorités municipales, qui soutiennent même les initiatives de fresques populaires. Cette dynamique est stoppée par la dictature de 1973, qui interdit la peinture murale. Les brigadas opposées à Pinochet abandonnent alors le rayado « mural » et retournent vers sa version « callejera », permettant de dénoncer la dictature en limitant le risque de flagrant délit. La critique du régime se fait par ces messages, au péril de la vie des peintres, jusqu’à l’annonce du retour de la démocratie en 1988. Célébrant la liberté d’expression, les brigadas retrouvent les couleurs et les formes qu’elles avaient été contraintes de délaisser. Les autorités politiques et culturelles réaffirment alors l’importance du « mural », devenu un symbole de résistance, dans le paysage culturel chilien.

Contra la dictatura pintaremos

Contra la dictatura pintaremos

Santiago, 1988.

Art Contexto.

16Cette consécration annonce pourtant la séparation du rayado et du mural. C’est en effet cette dernière version de la pratique, colorée et monumentale, qui sera retenue dans les annales. Le rayado, véritable outil de lutte, sera, lui, écarté, voire condamné, pour défaut de considération esthétique.

17Depuis, on peut observer que les deux pratiques perdurent mais ne sont plus liées. Le mot rayado est utilisé pour désigner toutes les inscriptions inconvenantes, et notamment le graffiti et le tag étatsunien, qui arrivent avec l’ouverture démocratique du pays dans les années 90. Ainsi réfute-t-on l’existence propre du rayado et son lien avec le mural. Pourtant, le rayado continue d’exister dans une démarche contestataire, en tant qu’outil de propagande politique, de revendications sociales, ou en tant qu’acte de transgression. C’est la volonté de transmettre un message le plus efficacement possible qui motive la pratique et ses acteurs. L’élément esthétique ne rentre pas dans le processus de réalisation, si ce n’est pour en contester les canons. Il s’agit souvent d’un énoncé court, sous forme de slogan anonyme, peint à la bombe noire. Là encore, ces éléments répondent à des stratégies de communication évidente et à des contraintes techniques (le spray noir offre la meilleure visibilité du fait du contraste, et est le plus répandu sur le marché). C’est cette esthétique « impérative » et ce discours contestataire, qui contrastent avec ceux des pratiques tolérées, reconnues et promues par la municipalité de Santiago, qui instaure une rivalité entre le rayado et l’autorité publique chilienne.

2c. Les éléments de contestation

18Le rayado est donc caractérisé par son aspect contestataire. Cette contestation se manifeste d’abord par l’acte, qui porte atteinte au droit de propriété. En effet, en apposant son message sur un mur, l’acteur réfute à la fois l’autorité et le droit du propriétaire, mais aussi la réglementation sur les inscriptions urbaines. La contestation peut donc être dirigée à l’encontre d’un particulier, mais également d’une autorité religieuse, politique, artistique, etc. Rodríguez-Plaza rappelle en effet que :

  • 14 Patricio Rodríguez-Plaza, op. cit., p. 176.

[...] la peinture baladeuse chilienne se forme, quand on donne à l'activité de rayer un sens exclusivement politique, ouvertement polémique, essentiellement urbain et relégué fondamentalement sur les murs et les murailles des espaces citadins14.

19Si elle est toujours utilisée dans le cadre de campagnes électorales, la pratique intervient de plus en plus lors de mouvements sociaux, pour porter des revendications plus ou moins précises sur les murs de la capitale.

Rayados 2

Rayados 2

Santiago Centro, 2015.

Cliché auteur.

  • 15 Santiago limpio est un programme de nettoyage de l’espace urbain, mis en place par la maire de Sant (...)

20Plus que le discours, c’est l’atteinte au droit fondamental de propriété, largement consacré par le droit depuis Pinochet, que condamne l’autorité publique. Au nom de la préservation du patrimoine public, la municipalité de Santiago relègue cette forme d’expression au rang des actes de vandalisme, et elle s’engage dans d’importantes politiques de nettoyage, notamment avec la mise en place du programme Santiago limpio15.

Publicité « Yo quiero Santiago limpio »

Publicité « Yo quiero Santiago limpio »

Santiago Centro, 2015.

Municipalidad de Santiago.

21L’autorité publique ne s’intéresse à la production elle-même que pour la qualifier de laide et de violente. Le contenu du message n’est, lui, jamais porté au débat dans l’espace public.

22Cet élément constitue un des principaux paradoxes de la pratique : elle ne peut exister que dans un esprit de contestation, ce qui renforce la mauvaise perception qu’en ont ses destinataires. Pourtant, la légalisation de la pratique n’aurait a priori aucun sens et entraînerait sa dénaturation. Car le contenu percutant du discours, et l’esthétique de ces inscriptions, découlent justement du fait qu’elles soient interdites. Le rayado n’a pas vocation à être autorisé et s’impose donc dans l'espace public en se plaçant logiquement dans une relation de rejet avec les autorités.

  • 16 « Ensemble des processus (cognitifs, sémantiques, institutionnels, juridiques, économiques, percept (...)

23Mais un autre paradoxe naît de cette relation de contestation. En parallèle aux actions de lutte contre ce qu’elle qualifie de rayado, la municipalité de Santiago, comme d’autres villes chiliennes, assure la promotion et la patrimonialisation de la peinture murale. Lorsque l’on considère les rapports historiques entre mural et rayado, on peut s’étonner qu’elle accepte une pratique au détriment de l’autre. Différentes hypothèses sont donc à considérer sur les motivations de ce rejet : protection du patrimoine, censure, politiques sécuritaires, phénomène d’artification16, attrait touristique, etc.

24L’usage générique du terme « rayado », désignant effectivement des rayados mais aussi des tags ou des graffitis, révèle une tentative de relayer certains types d’inscriptions au rang d’actes indésirables. Mais elle indique une volonté d’entretenir la confusion sur les pratiques d’inscriptions urbaines et ainsi d’influencer leur réception. Afin de mieux comprendre la mise en place des mécanismes de sanction/promotion et leurs implications, il convient à présent de procéder à une double étude de cas.

3. L’action de la municipalité

25Afin de mieux illustrer les rapports et les paradoxes qui émergent de la relation étudiée, il faut observer à la fois les actions de lutte contre le rayado, mais également les dynamiques de promotion d’inscriptions murales. On présentera donc d’abord l’action de nettoyage de la Catedral Metropolitana, couverte d’inscriptions lors d’une manifestation. Puis, on se penchera sur le projet d’art urbain du Puente Matta, également organisé par la municipalité de Santiago Centro. Dans les deux cas, il s’agira d’analyser la réception de ces événements et leurs impacts dans et sur l’espace public chilien.

3a. La Catedral Metropolitana

  • 17 Le 25 juillet est une date symbolique puisqu’il s’agit de la célébration de l’apôtre Jacques, ou Sa (...)

26En juillet 2013, un mouvement pour le droit à l’avortement organise la marche « Yo aborto el 2517 », soutenue par des organisations et des personnalités politiques aux niveaux national et international.

« Mi cuerpo mi decisión », Marcha Yo aborto, el 25

« Mi cuerpo mi decisión », Marcha Yo aborto, el 25

Plaza Italia, Santiago Centro, 2013.

La Nación.

  • 18 Anonyme, « Obispo Ossandón lamentó violenta protesta por aborto en la Catedral », Santiago de Chile (...)

27Au cours de la marche, un groupe d’une centaine de personnes quitte le cortège principal et se dirige vers la Plaza de Armas, où se trouve la Catedral Metropolitana. On y célèbre une messe, en l’honneur de l'Apôtre Jacques, à laquelle assiste la maire de la ville, Carolina Tohá. La cérémonie est interrompue par le groupe de manifestants, à qui la presse attribue des actes violents : agression verbales, destruction du mobilier, et « rayados con spray18 ».

Rayados 3

Rayados 3

Catedral Metropolitana, Santiago Centro, 2013.

Terra.

28Finalement, les gardes de la cathédrale, aidés de fidèles, expulsent les manifestants du lieu, avant que les Carabineros n’interviennent pour disperser les manifestants avec du gaz lacrymogène.

29Au lendemain de l’événement, les organisateurs de « Yo aborto el 25 » se sont exprimés aux sujets des inscriptions. La secrétaire de l’Observatoire du Genre et de l’Équité, Natalia Flores, affirme que la municipalité est la première responsable, la modification tardive du parcours et l'omniprésence des forces policières ayant empêché le bon déroulement de la manifestation. Selon elle, l’usage de rayados souligne une absence d'écoute et la détresse des manifestants :

  • 19 Angélica Baeza Palavecin, « Vocera de organizadores de marcha pro aborto: “No repudio los incidente (...)

Se han sentido violentado por más de 20 años. Estas personas sí pertenecen a movimientos que convocaron a la marcha, de defensa a la mujer, por la liberación sexual, etc., que han sido víctimas del discurso político de la Iglesia Católica, por lo que yo entiendo sus motivos, no lo repudio, porque lo entiendo19.

  • 20 Anonyme, « Ezzati hará una “misa de desagravio” en la Catedral, tras la profanación de un grupo de (...)

30Pour Roxana Miranda, candidate du parti de gauche Igualdad, alors en campagne électorale, même si les rayados constituent une sorte de « modus operandi » lors des manifestations au Chili, ils sont inefficaces par leur intensité et leur incapacité à s’adapter aux règles du débat public20. Roxana Miranda fait d’ailleurs partie d’un mouvement luttant contre l'usage du rayado dans le cadre des campagnes politiques.

  • 21 Ibid.

31De son côté, l'autorité religieuse a réagi à différents niveaux hiérarchiques. Si l'archevêque Ricardo Ezzati dénonce l’interruption au cours de la cérémonie, le prêtre Juan Ignacio González s'alarme des atteintes portées à l'édifice. Pour lui, les dégradations doivent être interprétées comme un signal d'alarme, témoignant de la dérive de la société chilienne contemporaine21. Il est intéressant de relever ici que ces déclarations mettent en tension la notion d’autorité. En effet, les limites entre patrimoine public et religieux sont confondues. Et s'il place l'autorité divine au dessus de l'autorité publique, le corps religieux a néanmoins conscience qu'il doit se subordonner à cette dernière, s'il veut obtenir condamnation et réparation. D'ailleurs, malgré les appels à la miséricorde, une plainte sera déposée par l’Église au lendemain de l’interruption de la messe.

  • 22 Anonyme, « Ministra Pérez calificó como “acto de intolerancia” destrozos a Catedral », Cooperativa, (...)
  • 23 Anonyme, « Piñera condenó “cobarde atentado” abortista en la Catedral », La Nación, Santiago du Chi (...)

32Au niveau politique, les réactions émanent des différentes instances. Par exemple, la porte parole et ministre du gouvernement de l'époque, Cecilia Pérez Jara, dénonce les actes de vandalisme et particulièrement les inscriptions22. De même, l'ancien président de la République, Sebastián Piñera, rejette ce « lâche attentat » dans le journal La Nación, en précisant que tous les moyens législatifs seront mis en œuvre pour sanctionner les délinquants23. La maire de la ville, Carolina Tohá, a été témoin privilégié et condamne fermement les dégradations causées à l'édifice. Mais son action dépasse les simples déclarations et elle fait de cette interruption un argument en faveur de sa politique menée contre les rayados.

33Carolina Tohá semble en effet profiter de l'événement pour renforcer son engagement dans la lutte contre les rayados. Dès le 26 juillet, la maire elle-même se rend sur place avec une équipe de Santiago limpio, le programme de nettoyage urbain qu’elle a mis en place.

Carolina Tohá, assistant au nettoyage de la façade Est de la Cathédrale

Carolina Tohá, assistant au nettoyage de la façade Est de la Cathédrale

Catedral Metropolitana, Santiago Centro, 2013.

Terra.

  • 24 « Respetando nuestro patrimonio, porque este lugar, la Catedral de Santiago, es de todos los chilen (...)

34En présence des journalistes elle détourne ainsi le nettoyage en opération de communication. Ce n'est plus la manifestation pro-aborto qui est le sujet des médias, mais bien les écritures elles-mêmes. On passe d'une tentative de dénigrement du mouvement pro-avortement à une campagne de publicité pour le nettoyage de la ville. Pourtant, ce lessivage n'a lieu qu'en surface. En effet, à l'intérieur de l'édifice religieux, c'est l'équipe de conservation de la Cathédrale qui a dû retirer les marques. L’argumentaire de la maire est une fois de plus axé sur la protection du patrimoine appartenant à tous les citoyens chiliens24. Mais cette protection témoigne-t-elle réellement d'une demande populaire, ou d'intérêts plus subtils de la municipalité, craignant finalement une diffusion des messages portés sur les murs de la Cathédrale ? Car ce support n’a pas été choisi au hasard par les manifestants.

  • 25 Patricio Rodríguez-Plaza, op. cit., p. 258.

35Afin de comprendre l’importance symbolique du lieu, il est bon de revenir sur l’architecture de la métropole. Celle-ci est pensée selon un modèle colonial : elle est composée d'un cœur, la Plaza de Armas, où sont présents des édifices incarnant les différents pouvoirs étatiques, dont la cathédrale25. Le fait que le groupe de manifestants se dirige vers cette place est donc lourd de sens : c'est la représentation physique d'une contestation populaire contre l'ensemble des autorités étatiques. L'intervention dans le lieu sacré, où se trouvent à la fois l’archevêque Ricardo Ezzati, autorité religieuse suprême au Chili, et la maire de la ville, autorité municipale suprême, précise la contestation. De plus, les inscriptions s’adressent directement à ces deux autorités, opposées à un projet de réforme sur l’avortement.

Rayados 4

Rayados 4

Catedral Metropolitana, Santiago Centro, 2013.

Terra.

36Symboliquement, cette place est donc liée aux autorités étatiques, et on peut constater que le lieu fait souvent l'objet de peintures. D’ailleurs, la presse chilienne informe régulièrement sur des inscriptions portées sur les façades des églises du pays, en insistant sur le caractère vandale de la pratique.

37Grâce à cet événement, on peut observer que, plus qu'à un rejet, c'est à une instrumentalisation que la pratique est aujourd'hui confrontée. Le rayado semble ici être utilisé, selon les parties, au profit ou à l’encontre de la manifestation, mais jamais être approché comme un message ou une pratique picturale à part entière. Cet usage maladroit du terme, qui semblait découler d'une méconnaissance de la peinture murale, semble en fait relever d'une stratégie maîtrisée, laquelle est aussi visible dans les actions de promotion.

3b. Le Puente Matta

  • 26 Jean-Bapitste Barra, « Santago », Santiago du Chili, 2015, 6’29’’. Disponible en ligne sur : https: (...)

38Début 2014, la municipalité de Santiago Centro organise un concours pour la réalisation d’une fresque en mosaïque sur le Puente Matta, en collaboration avec la Dirección de Cultura et la Dirección de aseo26.

Panneau publicitaire pour le concours Paso Bajo Nivel Mural Matta

Panneau publicitaire pour le concours Paso Bajo Nivel Mural Matta

Puente Matta, Santiago Centro, 2015.

Cliché auteur.

  • 27 Entretien avec Luis Soto, Santiago du Chili, 28 février 2015, 02’20’’.

39Louis Soto, directeur de Santiago limpio précise pourtant que ce projet résulte, là encore, d’une demande de la communauté27. Il salue d’ailleurs cette action conjointe :

  • 28 Ibid., 03’38’’.

Deben arrendar el espacio a los jóvenes pero que concursen con un proyecto y con graffiti o mural bonito, que lleven un mensaje a la gente, eso sería bonito. Pero todavía todo es rayado, que ponen las chapas y todo esas cosas realmente horribles28.

  • 29 Ibid., 02’03’’.

40Luis Soto emploie ici le mot rayado dans son usage officiel : il insiste sur sa laideur et l’assimile à d’autres pratiques comme le tag. Il précise également que le concours s’inscrit en fait dans un projet de plus grande ampleur, visant à récupérer l’intégralité de l’avenue Matta, dans la lignée de ce qui a été réalisé sur l’artère parallèle de la Alameda29.

41Si le concours est organisé par les services de l’autorité municipale, la société gérante de l’Autopista, propriétaire du pont Matta fait également partie du jury. D’autres personnes privées interviennent aussi au titre de collaborateurs, comme la société du Metro de Santiago et la société Cordillera, qui fournit la céramique pour le projet.

42Le cahier des charges de l’appel d’offre artistique impose des conditions strictes de thèmes et de réalisation. Le but de l’œuvre est de créer un lien entre l’art et les citoyens au sein de l’espace urbain mais, en imposant un contenu figuratif, la municipalité semble vouloir limiter la création à une image illustrative.

  • 30 Jean-Baptiste Barra, op. cit., 5’29’’.

43Si le calendrier prévisionnel annonçait le début des opérations pour le 29 septembre 2014, le nettoyage préparatoire des murs n’a débuté que le 5 mars 2015. Une équipe de cinq personnes de Santiago limpio a été dépêchée pour l’occasion, ainsi qu’un camion citerne et une laveuse à haute pression, projetant sur les murs un mélange d’eau et de ciment en grain30.

Équipe de nettoyage de Santiago limpio

Équipe de nettoyage de Santiago limpio

Puente Matta, Santiago Centro, 2015.

Cliché auteur.

44Malgré l’importance des moyens mis en œuvre, l’efficacité du travail est pourtant à relativiser. Sur les 3 heures passées à observer l’action sur place, seule une surface de 5m2 a été nettoyée par l’équipe municipale. L’opération de nettoyage apparaît donc comme un échec, ce qui explique probablement que l’équipe ne soit pas intervenue de nouveau sur les lieux durant les trois mois qu’a duré l'enquête.

  • 31 Ibid., 6’40’’.
  • 32 L’artiste est connu du monde institutionnel, puisqu’il a déjà remporté 5 concours d’intervention ur (...)

45Simultanément à cette action de nettoyage des rayados, c’est une opération de promotion de l’art urbain qui se déroule sur l’autre partie du pont31. C’est le projet de l’artiste Ian Pierce Ekeko32 qui a remporté le concours organisé par la municipalité. Il s’agit d’un ensemble de mosaïques intitulé « Las 4 reinas », représentant des scènes de la vie quotidienne et de la culture populaire chilienne.

La mosaïque « de las 4 reinas »

La mosaïque « de las 4 reinas »

Puente Matta, Santiago Centro, 2015.

Cliché auteur.

46On peut y voir des marchés, des taxis, des tenues et des instruments traditionnels, etc. L’ensemble de la production relève d’un style assez naïf, voire enfantin. Pourtant, un élément iconographique retient l’attention dans cette réalisation. Une femme couronnée, le visage masqué par un foulard, postée sur une échelle, tient dans sa main droite une bombe de peinture rouge et dessine un cœur sur le mur.

La Reina graffitera

La Reina graffitera

Puente Matta, Santiago Centro, 2015.

Cliché auteur.

  • 33 L’article 36 du cahier des charges précise : « La Ilustre Municipalidad de Santiago no promueve ni (...)

47Le tracé imparfait et les coulures de peintures ne sont pas sans rappeler l’esthétique du rayado. Cette scène à elle seule semble contenir tous les paradoxes de la relation observée. La présence de cette tagueuse en mosaïque, malgré les recommandations du cahier des charges en terme d’ordre public et de vandalisme33, est d’autant plus surprenante que l’équipe de nettoyage était présente lors de sa réalisation. Le fait que ce soit une des quatre reinas qui effectue ce geste est d’ailleurs significatif, et ne peut relever d’une simple coïncidence.

48Malheureusement, et malgré de nombreuses tentatives de contact, il n'a pas été possible d'obtenir un entretien avec Ian Pierce Ekeko. De même, j’ai été confronté au silence de l’équipe en ce qui concerne la présence de cette « reine tagueuse » dans la mosaïque (l’article 33 du cahier des charges donne à la municipalité les pleins pouvoirs en matière de publicité et de communication sur le projet). On ne peut donc que formuler des hypothèses quant à la présence de ce personnage hors-la-loi : le tag fait-il partie du paysage culturel chilien ? Des tagueurs étaient-ils présents dans l’équipe réalisant la mosaïque ? Les artistes souhaitent-ils dénoncer les actions de nettoyage de la municipalité ? Le fait de représenter un cœur témoigne-t-il d’une volonté de changer l’image des tagueurs aux yeux du public ?

  • 34 Luis Soto a affirmé, lors d’un entretien, que la céramique, si elle n’empêche pas les rayados, est (...)

49En effaçant les affiches et les inscriptions urbaines présentes sur le pont et sur la cathédrale, l’autorité municipale exprime une volonté de réappropriation et de contrôle de l’espace. Mais cette réappropriation résulte également de la réalisation de ces fresques en mosaïque. Grâce à elles, la municipalité justifie les opérations de lutte dans tous les domaines, l’effacement des inscriptions indésirables, la communication sur sa vision de l’art, et la prévention du rayado, en recouvrant les murs de céramiques34.

Conclusion

  • 35 Patricio Rodríguez-Plaza, op. cit., p. 199.

50La relation entre l’autorité publique et le rayado est animée par la contestation. Si la pratique est née dans un climat favorable à son évolution et à sa reconnaissance, elle n’est pas sortie intacte de quinze années de mutisme imposé. Depuis la dictature, l’autorité publique continue de condamner les acteurs du rayado et multiplie les politiques de sanctions et de nettoyage. Ce n’est plus la censure qui motive ces actions, mais la volonté de préserver la propriété privée et le patrimoine urbain. Pourtant, elle peine à éradiquer totalement le phénomène. Rodríguez-Plaza affirme que le rayado « est toujours issu d'une acceptation cachée [par la société citadine]35 », et c’est sans doute ce qui le rend si difficile à stopper.

  • 36 Philippe Riutort, Sociologie de la communication politique, Paris, La Découverte, 2013, p. 6.

51On a pu observer la mise en place d’une stratégie qui « recouvre l'ensemble des actions entreprises par les gouvernants et leurs soutiens afin de légitimer leur action36 ». Désireuse de développer et d’exploiter son patrimoine culturel, la municipalité de Santiago Centro multiplie les concours d’arte callejero. Elle nie pourtant les liens existant entre les pratiques en autorisant uniquement une forme particulière : le mural figuratif et monumental. Les acteurs eux-mêmes se montrent d’ailleurs très critiques vis-à-vis du développement d’un « graffiti capitaliste », en opposition totale avec les origines du mouvement :

  • 37 Entretien avec Desoo, Trip et Ladrido, Santiago du Chili, 20 mars 2015, 12’33’’.

Se valora el graffiti elaborado, pero es como una burla porque es sobre el gasto que se hace. Entonces el graffiti elaborado, el graffiti gigante, que es enorme, generalmente representa el capitalismo porque te hace querer invertir como ellos. Y te venden la pintura, te venden el concepto de cultura, de colores, etc. Y te imponen también el mensaje y el formato y el lugar. Lo que busca la sociedad es eliminar el graffiti y promover el muralismo lindo, promover al final el graffiti capitalista en vez de la expresión natural, que es como rayar una cueva cuando eras un prehistórico, o rayar las calles como un hombre moderno que está aquí37.

52Pourtant, les actions de promotion de l’arte callejero ne sont pas sans incidences sur la réception de la pratique. Si la municipalité affirme que ces projets relèvent de demandes populaires, c’est finalement elle qui sélectionne les projets. Elle rappelle aux citadins qu’ils sont victimes du rayado, et les implique dans son action. La protection du patrimoine et de la propriété devient alors un prétexte, et non une motivation. En requalifiant les pratiques, mais aussi le sens du mot « rayado », l’autorité publique affirme cette volonté de modifier la perception publique de la pratique. Dans son étude sur les jazzmen et les fumeurs de marijuana, considéré a priori comme « déviants » par le reste de la société, le sociologue Howard Becker rappelle que :

  • 38 Howard S. Becker, Outsiders, Paris, Métaillié, 1963, p. 232.

[...] le contrôle basé sur la manipulation de définitions et d’étiquettes agit avec plus de douceur et à un moindre coût, et c’est celui que préfèrent les groupes de statut supérieur38.

53Étant donné l’attitude paradoxale de la mairie vis-à-vis des inscriptions urbaines, on peut s’interroger sur les motivations réelles d’une telle lutte contre les rayados.

54En contrôlant l’exercice des inscriptions urbaines et en les limitant à l’aspect esthétique, en supprimant tout message lisible et en influençant la réception publique du rayado, il semble que l’autorité municipale chilienne cherche à étouffer un cri. Peut-être celui des citadins qui contestent son pouvoir et son autorité. Peut-être celui des populations exclues des procédés traditionnels de participation démocratique, contraintes de chercher de nouveaux moyens pour s'exprimer et être entendues.

  • 39 Elsa Bouvier, op. cit.
  • 40 Timothée Engasser, « La pixação : expression urbaine artistique et vandale, ou "l’art en tant que c (...)
  • 41 Xavier Crettiez et Pierre Piazza, Murs rebelles. Iconographie nationaliste contestataire : Corse, P (...)
  • 42 Francesca Cozzolino, « L’histoire complexe du muralisme en Sardaigne. L’invention d’une tradition d (...)

55C’est une certaine forme d’art urbain qui est défendue aujourd’hui par les autorités chiliennes. Elle est axée autour d’une pratique figurative, monumentale et colorée et incarnée par des personnalités artistiques authentifiées. Incapable de mettre un terme aux inscriptions illégales, l’autorité s’applique à transformer l’espace urbain en musée, afin de maîtriser les interventions qui y ont lieu. Ces actions sont particulièrement visibles dans la ville de Valparaíso, où le centre est accaparé par des méga murales, appuyées matériellement et financièrement par les intermédiaires extérieurs privés et publics39. Ces situations conflictuelles entre autorités publiques et inscriptions urbaines ne sont d’ailleurs pas propres au Chili, puisqu’au Brésil, c’est la pratique de la pixação40 qui est victime d’une réception paradoxale, entre sanction et promotion. En Europe, des pratiques d’inscriptions contestataires distinctes du graffiti étatsunien sont visibles en Corse ou encore en Irlande du Nord41. Pourtant, on retrouve des situations similaires à celle de Santiago, dans la ville sarde d’Orgosolo, par exemple, où le muralisme est aujourd’hui approché par les autorités locales comme un facteur d’attrait touristique42.

Haut de page

Notes

1 Wilson Goode, en campagne pour les élections municipales de 1984 à Philadelphie, fait du tag la priorité de son programme. Ed Koch, élu maire de New-York en 1978, lance une importante opération sécuritaire dans le métro, dont la fréquentation est au plus bas. Les stations sont barricadées, on détache des brigades cynophiles dans chaque voiture et on installe un réseau préventif de caméra de surveillance dans tout le réseau. Le dernier tag du subway est effacé dix ans plus tard, en 1988 ; Anonyme, « Mayor Ed Koch and graffiti on the subway system », juin 2012, 2’52’’. Disponible en ligne sur : https://www.youtube.com/watch?v=D9VJP8godyY (consulté le 19 mars 2016).

2 Signature apposée et multipliée sur n’importe quelle surface de l’environnement urbain, à l’aide d’encre, de peinture ou de toute autre substance marquante.

3 Évolution esthétique et technique du tag.

4 Alain Vulbeau, Légendes des tags, Paris, Sens & Tonka, 2009, p. 46.

5 Par exemple, le « graffuturism », « post-graffiti », « graffiti 2.0 », « body painting », ou encore « paper art », sont reconnus comme tendances de l’année 2014. Graffiti Art Magazine, Le guide de l’art contemporain 2014, hors-série n° 3, Paris, GraffitiArt Sarl, 2014, p. 14-18.

6 Elsa Bouvier, Enjeux contemporains autour des inscriptions urbaines à Valparaiso (« Mémoire de Master 2 IPEAT »), Toulouse, Université Toulouse-Le Mirail, 2014.

7 La définition du mot est disponible à cette adresse : http://dle.rae.es/?id=VEsEFKZ (consulté le 19 mars 2016).

8 Colegio Sek Pacifico, « Ley anti-rayados en propiedad pública y privada », 2012.

9 Municipalité de Santiago, « Ordenanza 77 ». Disponible en ligne sur : www.aseo.munistgo.cl/ordenanzas/orden_77.pdf (consulté le 22 juin 2015).

10 Patricio Rodríguez-Plaza, La peinture baladeuse : manufacture esthétique et provocation latino-américaine, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 32.

11 La formation a été créée en 1988 par le PCCH (Parti Communiste Chilien).

12 Thomas Huchon, « Balade à San Bernardo avec Mono González », extrait de documentaire, France, Upside Television, 2014, 2'40’’. Disponible en ligne sur : https://www.youtube.com/watch?v=5MVRoc75CqY&feature=youtube_gdata_player (consulté le 13 novembre 2015).

13 María Fernanda Manquez, « Huellas de color: una mirada a las brigadas muralistas chilenas como expresión cultural popular ». VICONECO, UERJ, 2013. Disponible en ligne sur : http://www.coneco.uff.br/sites/default/files/institucional/728.pdf (consulté le 02 février 2016).

14 Patricio Rodríguez-Plaza, op. cit., p. 176.

15 Santiago limpio est un programme de nettoyage de l’espace urbain, mis en place par la maire de Santiago, Carolina Tohá, en 2009, et sur lequel elle fonde son action politique : http://www.municipalidaddesantiago.cl/santiagolimpio/ (consulté le 19 mars 2016).

16 « Ensemble des processus (cognitifs, sémantiques, institutionnels, juridiques, économiques, perceptifs...) aboutissant à faire franchir à un objet (œuvre) ou à une catégorie de personnes (artistes) la frontière entre non-art et art » ; Nathalie Heinrich et Roberta Shapiro (dirs.), De l’artification : enquêtes sur le passage à l’art, Paris, éditions EHESS, 2012, p. 98.

17 Le 25 juillet est une date symbolique puisqu’il s’agit de la célébration de l’apôtre Jacques, ou Santiago en espagnol, Saint Patron de la capitale chilienne.

18 Anonyme, « Obispo Ossandón lamentó violenta protesta por aborto en la Catedral », Santiago de Chile, La Nación, 26 juillet 2013. Disponible en ligne sur : http://www.lanacion.cl/noticias/site/artic/20130726/pags/20130726085354.html (consulté le 19 mars 2016).

19 Angélica Baeza Palavecin, « Vocera de organizadores de marcha pro aborto: “No repudio los incidentes en la Catedral, los entiendo” », Santiago de Chile, La Tercera, 26 juillet 2013. Disponible en ligne sur : http://www.latercera.com/noticia/nacional/2013/07/680-534882-9-vocera-de-organizadores-de-marcha-pro-aborto-no-repudio-los-incidentes-en-la.shtml (consulté le 19 mars 2016).

20 Anonyme, « Ezzati hará una “misa de desagravio” en la Catedral, tras la profanación de un grupo de partidarios del aborto », Santiago de Chile, La Segunda, 26 juillet 2013. Disponible en ligne sur : http://www.lasegunda.com/Noticias/Impreso/2013/07/866634/ezzati-hara-una-misa-de-desagravio-en-la-catedral-tras-la-profanacion-de-un-grupo-de-partidarios-del-aborto
(consulté le 19 mars 2016).

21 Ibid.

22 Anonyme, « Ministra Pérez calificó como “acto de intolerancia” destrozos a Catedral », Cooperativa, Santiago du Chili, 26 juillet 2013. Disponible en ligne sur : http://www.cooperativa.cl/noticias/pais/mujer/ministra-perez-califico-como-acto-de-intolerancia -destrozos-a-catedral/2013-07-26/084429.html
(consulté le 19 mars 2016).

23 Anonyme, « Piñera condenó “cobarde atentado” abortista en la Catedral », La Nación, Santiago du Chili, 26 juillet 2013. Disponible en ligne sur : http://www.lanacion.cl/noticias/site/artic/20130726/pags/20130726130407.html (consulté le 19 mars 2016).

24 « Respetando nuestro patrimonio, porque este lugar, la Catedral de Santiago, es de todos los chilenos, y al igual que la mayoría de los edificios patrimoniales de la ciudad es agredido en forma cotidiana con actos de destrucción, con rayados y publicidad ». Anonyme, « Tohá por desmanes en la Catedral: Fue una agresión para los que estaban allí », Santiago du Chili, La Segunda, 26 juillet 2013. Disponible en ligne sur : http://www.lasegunda.com/Noticias/Nacional/2013/07/866516/Toha-por-desmanes-en-la-Catedral-Fue-una-agresion-para-los-que-estaban-alli (consulté le 19 mars 2016).

25 Patricio Rodríguez-Plaza, op. cit., p. 258.

26 Jean-Bapitste Barra, « Santago », Santiago du Chili, 2015, 6’29’’. Disponible en ligne sur : https://www.youtube.com/watch?v=DsKxH-FFevo (consulté le 4 novembre 2015).

27 Entretien avec Luis Soto, Santiago du Chili, 28 février 2015, 02’20’’.

28 Ibid., 03’38’’.

29 Ibid., 02’03’’.

30 Jean-Baptiste Barra, op. cit., 5’29’’.

31 Ibid., 6’40’’.

32 L’artiste est connu du monde institutionnel, puisqu’il a déjà remporté 5 concours d’intervention urbaine organisés par la municipalité de Santiago Centro.

33 L’article 36 du cahier des charges précise : « La Ilustre Municipalidad de Santiago no promueve ni intenta promover con este concurso el pintado de bienes públicos o privados sin la debida autorización ».

34 Luis Soto a affirmé, lors d’un entretien, que la céramique, si elle n’empêche pas les rayados, est beaucoup plus facile à nettoyer que d’autres matériaux de revêtement, tels que le béton ou le ciment. De même, l’article 3 du cahier des charges précise que l’usage de la mosaïque « responde a las necesidades de mantención de la obra ».

35 Patricio Rodríguez-Plaza, op. cit., p. 199.

36 Philippe Riutort, Sociologie de la communication politique, Paris, La Découverte, 2013, p. 6.

37 Entretien avec Desoo, Trip et Ladrido, Santiago du Chili, 20 mars 2015, 12’33’’.

38 Howard S. Becker, Outsiders, Paris, Métaillié, 1963, p. 232.

39 Elsa Bouvier, op. cit.

40 Timothée Engasser, « La pixação : expression urbaine artistique et vandale, ou "l’art en tant que crime" », L’Ordinaire des Amériques, Coin des curiosités, Villes et violences, mis en ligne le 11 juillet 2014. Disponible en ligne sur : http://orda.revues.org/823 (consulté le 14 février 2016).

41 Xavier Crettiez et Pierre Piazza, Murs rebelles. Iconographie nationaliste contestataire : Corse, Pays Basque, Irlande du Nord, Karthala,  2014, p. 180.

42 Francesca Cozzolino, « L’histoire complexe du muralisme en Sardaigne. L’invention d’une tradition de peinture murale et ses multiples influences.  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Images, mémoires et sons, 30 janvier 2014. Disponible en ligne sur : http://nuevomundo.revues.org/66333 (consulté le 19 mars 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tag
Légende Santiago Centro, 2015.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Graffiti
Légende Santiago Centro, 2015.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Brigade cynophile déployée dans le métro
Légende New-York, 1984.
Crédits Wired New-York
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Mural de la Brigada Ramona Parra
Légende GAM, Santiago, 2013.
Crédits Gideon Long.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Rayados en el Servicio de Evaluación Ambiental
Légende Région de Tarapacá, 2014.
Crédits ANFUSEA.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Contra la dictatura pintaremos
Légende Santiago, 1988.
Crédits Art Contexto.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Rayados 2
Légende Santiago Centro, 2015.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Publicité « Yo quiero Santiago limpio »
Légende Santiago Centro, 2015.
Crédits Municipalidad de Santiago.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre « Mi cuerpo mi decisión », Marcha Yo aborto, el 25
Légende Plaza Italia, Santiago Centro, 2013.
Crédits La Nación.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Rayados 3
Légende Catedral Metropolitana, Santiago Centro, 2013.
Crédits Terra.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Carolina Tohá, assistant au nettoyage de la façade Est de la Cathédrale
Légende Catedral Metropolitana, Santiago Centro, 2013.
Crédits Terra.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Rayados 4
Légende Catedral Metropolitana, Santiago Centro, 2013.
Crédits Terra.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Panneau publicitaire pour le concours Paso Bajo Nivel Mural Matta
Légende Puente Matta, Santiago Centro, 2015.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-13.png
Fichier image/png, 428k
Titre Équipe de nettoyage de Santiago limpio
Légende Puente Matta, Santiago Centro, 2015.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-14.png
Fichier image/png, 584k
Titre La mosaïque « de las 4 reinas »
Légende Puente Matta, Santiago Centro, 2015.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre La Reina graffitera
Légende Puente Matta, Santiago Centro, 2015.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/3793/img-16.png
Fichier image/png, 769k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Barra, « Inscriptions urbaines, autorités publiques et contestations : le cas du rayado à Santiago du Chili », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 21 | 2016, mis en ligne le 15 mai 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/3793 ; DOI : 10.4000/framespa.3793

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Barra

Jean-Baptiste Barra est titulaire du Master Recherche de l’Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques à Toulouse, à l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Il étudie actuellement dans le Master Recherche et Expérimentation à l’École Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse.
Jeanbaptiste.barra@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org